Podcasts sur l'histoire

Acte d'argent - Histoire

Acte d'argent - Histoire

.Un acte ordonnant l'achat de lingots d'argent et l'émission de bons du Trésor s'y rapportant, et à d'autres fins.

Qu'il soit adopté. ., Que le secrétaire au Trésor est par la présente ordonné d'acheter, de temps à autre, des lingots d'argent pour un montant total de quatre millions cinq cent mille onces, ou autant qu'il peut être offert chaque mois, au prix du marché. , n'excédant pas un dollar pour trois cent soixante et onze grains d'argent pur et vingt-cinq centièmes, et d'émettre en paiement de ces achats de lingots d'argent des bons du Trésor des États-Unis à préparer par le secrétaire au Trésor, en telle forme et de telles coupures, pas moins d'un dollar ni plus de mille dollars, qu'il peut prescrire.

SECONDE. 2. Que les bons du Trésor émis conformément aux dispositions de la présente loi seront remboursables sur demande, en pièces de monnaie, au Trésor des États-Unis ou au bureau de tout trésorier adjoint des États-Unis, et lorsqu'ils seront ainsi remboursés, ils pourront être réédité ; mais aucun montant supérieur ou inférieur à ces billets ne sera en circulation à aucun moment que le coût des lingots d'argent et des dollars d'argent standard qui en sont tirés, alors détenus dans le Trésor achetés par ces billets ; et ces bons du Trésor auront cours légal pour le paiement de toutes les dettes, publiques et privées, sauf disposition contraire expresse du contrat, et seront recevables pour les droits de douane, les taxes et tous les droits publics, et lorsqu'ils seront ainsi reçus, ils pourront être réémis ; et ces billets, lorsqu'ils sont détenus par une association bancaire nationale, peuvent être comptés comme faisant partie de sa réserve légale. Qu'à la demande du détenteur de l'un des billets du Trésor prévus aux présentes pour le Secrétaire au Trésor, en vertu des règlements qu'il peut prescrire, racheter ces billets en pièces d'or ou d'argent, à sa discrétion, ceci étant la politique établie de la Les États-Unis maintiendront les deux métaux à parité l'un avec l'autre selon le rapport légal actuel, ou tel rapport qui peut être prévu par la loi.

SECONDE. 3. Que le Secrétaire au Trésor frappe chaque mois deux millions d'onces des lingots d'argent achetés en vertu des dispositions de la présente loi en dollars d'argent standard jusqu'au . [Juillet I, 189I] . ., et après ce temps, il frappera des lingots d'argent achetés en vertu des dispositions de la présente loi autant qu'il sera nécessaire pour pourvoir au remboursement des billets du Trésor prévus aux présentes, et tout gain ou seigneuriage résultant de cette frappe sera comptabilisés et versés au Trésor.

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

SECONDE. 5. Que tant de l'acte de . [28 février 1878] . ., intitulé « Acte autorisant le monnayage du dollar en argent étalon et pour rétablir son cours légal », tel qu'il exige l'achat mensuel et le monnayage de celui-ci en dollars d'argent d'au moins deux millions de dollars, ni plus de quatre millions dollars de lingots d'argent, est abrogée.


Pour qu'un pays soit considéré comme étant sur la norme métallique, qu'il s'agisse d'or, d'argent ou de bimétallique — utilisant à la fois l'or et l'argent —, le premier principe est que sa monnaie doit émettre des pièces. L'Autorité pour la monnaie d'or et d'argent, 1792 &# x2013 1875 table détaille les lois qui ont autorisé les pièces de monnaie américaines entre 1792 et 1875. Deux caractéristiques sont à noter. Premièrement, la pièce d'or la moins précieuse valait un dollar, et la pièce d'argent la plus précieuse valait également un dollar. Comme l'or était (et est toujours) beaucoup plus précieux par once que l'argent, une pièce d'argent valant plus d'un dollar aurait été trop grande pour une utilisation pratique, et une pièce d'or valant moins d'un dollar aurait été trop petite. Deuxièmement, la loi de 1873 a supprimé trois pièces existantes en argent, dont le dollar en argent était le plus important, et a créé un « dollar commercial », une pièce spéciale en dollars en argent destinée au commerce international.

Autorité pour la monnaie d'or et d'argent, 1792 &# x2013 1875
Acte autorisant Pièces d'argent Pièces d'or
1792, P.L. 2 – 16, 1 Stat. 246 dollar un , demi-dollar, quart de dollar, centime, demi-dime un aigle b, demi-aigle, quart d'aigle
1849, P.L. 30 – 109, 9 Stat. 397   dollar d'or c,d, double aigle e
1851, P.L. 31 – 20, 9 Stat. 587 trois cents par  
1853, P.L. 32 – 79, 10 Stat. 160   trois dollars d
1873, P.L. 42 – 131, 17 Stat. 424 commerce-dollar f  
1875, P.L. 43 – 143, 18 Stat. 478 vingt cents g  
a Interrompu par la loi sur la monnaie de 1873.
b Pièce de dix dollars.
c Renommée pièce d'un dollar dans le Coinage Act de 1873.
d Abandonné par la loi de 1890 (P.L. 51 – 945, 26 Stat. 485).
e Pièce de vingt dollars.
f Destiné à être utilisé uniquement dans les transactions internationales. Abandonné par la loi de 1887 (P.L. 49 – 396, 24 Stat. 634).
g Abandonné par la loi de 1878 (P.L. 45 – 79, 20 Stat. 47).

Une deuxième considération importante est que les pièces émises doivent être acceptées et satisfaire aux obligations monétaires du propriétaire, quel qu'en soit le montant. Le tableau du pouvoir de cours légal de la pièce d'or et d'argent, 1792 &# x2013 1875 montre que de 1792 à 1875, les pièces d'or pouvaient satisfaire à une obligation financière illimitée (avaient un "pouvoir de cours légal illimité") alors qu'après 1853, les pièces d'argent autres qu'un le dollar d'argent ne pouvait satisfaire qu'à des obligations allant jusqu'à cinq dollars (ne possédait qu'un « pouvoir de cours légal limité »). Alors que le Coinage Act de 1873 n'a essentiellement pas abordé cette question, une loi révisée l'année suivante a également limité le dollar en argent standard à une valeur de cinq dollars comme monnaie légale.

Pouvoir de cours légal de la pièce d'or et d'argent, 1792 &# x2013 1875
  Pièces d'argent Pièces d'or
Acte autorisant Pièces de monnaie Paiements une Pièces de monnaie Paiements une
1792, P.L. 2 – 16, 1 Stat. 246 tous illimité b tous illimité b
1834, P.L. 23 – 95, 4 Stat. 699     tous illimité b
1837, P.L. 24 – 3, 5 Stat. 136 tous illimité tous illimité
1849, P.L. 30 – 109, 9 Stat. 397     double aigle, dollar d'or illimité
1851, P.L. 31 – 20, 9 Stat. 587 trois cents 30 centimes    
1853, P.L. 32 – 79, 10 Stat. 160 demi-dollar, quart de dollar, centime, demi-dime cinq dollars Trois dollars illimité
1873, P.L. 42 – 131, 17 Stat. 424 trade-dollar c , demi-dollar, quart de dollar, centime cinq dollars tous illimité d
1874, P.L. 43 – 333, 18 Stat. 113 e tout f cinq dollars tous illimité d
1875, P.L. 43 – 143, 18 Stat. 478 vingt centimes cinq dollars    
une limite, le cas échéant.
b Pièces moins que le poids total à des valeurs proportionnelles à leur poids réel.
c Cours légal supprimé en 1876 (J.R. 44-17, 19 Stat. 215).
d Pièces inférieures au poids standard et limite de tolérance à l'évaluation proportionnelle à leur poids réel.
e Menant à 1874, 43-3586, Rev. Stat. 708.
f Y compris le dollar.

Un troisième élément d'une norme de pièce est qu'il y ait une "monnaie gratuite", ce qui signifie que toute partie privée peut apporter de l'or ou de l'argent en grande quantité à la monnaie pour être frappée et recevoir la pièce ou l'équivalent en argent. Le tableau Freedom of Coinage, 1792 &# x2013 1873 montre que la monnaie gratuite pour l'or a toujours été disponible de 1792 à 1873 (et en fait jusqu'à ce que les États-Unis abandonnent l'étalon-or en 1933). Cependant, la monnaie gratuite pour les pièces d'argent de moins d'un dollar a pris fin en 1853 et la loi de 1873 a mis fin à la monnaie gratuite du dollar en argent standard. Il n'a jamais été restauré.

Liberté de monnaie, 1792 &# x2013 1873
Acte autorisant Argent Or
1792, P.L. 2 – 16, 1 Stat. 246 tous tous
1837, P.L. 24 – 3, 5 Stat. 136 tous tous
1853, P.L. 32 – 79, 10 Stat. 160 dollar en argent seulement  
1873, P.L. 42 – 131, 17 Stat. 424 commerce-dollar seulement tous

Le "poids fin" d'une pièce est la quantité de métal pur (or ou argent) qu'elle contient. La « finesse standard » est le pourcentage du poids de la pièce constitué du métal pur, le reste étant essentiellement un alliage sans valeur. Le "poids standard" est le poids total de la pièce (métal pur plus alliage). La valeur légale de l'or et de l'argent du dollar, 1792 &# x2013 1873 table répertorie les poids fin et standard de l'or et de l'argent dollar de 1792 à 1873. Le tableau indique également le rapport légal des prix or/argent (nombre d'onces d'argent par rapport aux onces d'or dans une pièce), le "ratio de monnaie". Le titre n'est pas indiqué, qui est respectivement de 1485/1664 et 11/12 pour les pièces d'or et d'argent (loi de 1792), 116/129 pour les pièces d'or (loi de 1834) et 9/10 pour les pièces d'or et d'argent ( Actes de 1837 et 1873).

Valeur légale de l'or et de l'argent du dollar, 1792 &# x2013 1873
  Poids du dollar (grains a )  
  Argent Or  
Acte autorisant Amende Standard Amende Standard Ratio prix or/argent b
1792, P.L. 2 – 16, 1 Stat. 246 371.25 416 24,75 centimes 27 ch 15.0000
1834, P.L. 23 – 95, 4 Stat. 699     23.2 c 25,8 cents 16.0022
1837, P.L. 24 – 3, 5 Stat. 136 371.25 412.5 23.22 c 25,8 cents 15.9884
1873, P.L. 42 – 131, 17 Stat. 424 378 jours 420 jours 23.22 25.8
a Selon le système de mesure habituel « avoirdupois » (16 onces = 1 livre), 1 once = 437,5 grains.
b Rapport entre la teneur en argent fin et en or fin du dollar, lorsque l'or et l'argent ont tous deux cours légal illimité.
c Déduit comme un dixième du poids de l'aigle (pièce d'or de 10 $).
d Dollar commercial, cours légal limité.

Toutes les pièces d'une valeur inférieure à un dollar (appelées pièces fractionnaires) étaient en argent. Les pièces fractionnées étaient beaucoup plus importantes au XIXe siècle qu'aujourd'hui, car les prix étaient beaucoup plus bas. En fait, les transactions de détail ont été effectuées en grande partie avec de telles pièces. Le contenu en argent fin de la pièce fractionnée, 1792 &# x2013 1875, le tableau résume la teneur en métal fin légiférée de cette pièce par rapport au dollar en argent standard. Jusqu'à la loi de 1853, la valeur relative (le rapport poids fin/poids total) des pièces d'argent fractionnées (à l'exception de la pièce de trois cents) était la même que celle du dollar en argent. La loi de 1853 a réduit le ratio, surévaluant ainsi les pièces fractionnaires par rapport au dollar. La loi de 1873 a légèrement augmenté ce ratio pour les pièces fractionnaires.

Contenu en argent fin de la pièce fractionnée, 1792 &# x2013 1875
Acte autorisant Pièces de monnaie Divergence du dollar en argent
1792, P.L. 2 – 16, 1 Stat. 246 tous zéro
1837, P.L. 24 – 3, 5 Stat. 136 tous zéro
1851, P.L. 31 – 20, 9 Stat. 587 trois cents – 16,67 %
1853, P.L. 32 – 79, 10 Stat. 160 tout sauf trois cents – 6,91 %
1853, P.L. 32 – 96, 10 Stat. 181 trois cents – 6,91 %
1873, P.L. 42 – 131, 17 Stat. 424 tout sauf vingt centimes – 6,47 %
1875, P.L. 43 – 143, 18 Stat. 478 vingt centimes – 6,47 %


Comprendre les billets en dollars avec certificat d'argent

C'est pour cette raison que les dispositions du Coinage Act de 1873 ont été peu remarquées. L'acte a mis fin à la monnaie gratuite pour l'argent, mettant ainsi fin au bimétallisme et plaçant les États-Unis sur l'étalon-or. Bien que les pièces d'argent puissent encore être utilisées comme monnaie légale, peu étaient en circulation. ??

Le gouvernement américain a commencé à délivrer des certificats en 1878 en vertu de la loi Bland-Allison. En vertu de la loi, les gens pouvaient déposer des pièces d'argent au Trésor américain en échange de certificats, qui étaient plus faciles à transporter. Cet argent représentatif pourrait également être échangé contre de l'argent égal à la valeur nominale du certificat. Dans le passé, d'autres pays comme la Chine, la Colombie, le Costa Rica, l'Éthiopie, le Maroc, le Panama et les Pays-Bas ont émis des certificats d'argent. ??

Le Congrès a adopté un étalon monétaire bimétallique en 1792, faisant de l'or et de l'argent les moyens d'échange. Dans le cadre d'une politique de libre monnaie, l'or ou l'argent brut pourrait être apporté à la monnaie américaine et converti en pièces de monnaie. Cependant, peu de pièces d'argent ont été frappées entre 1793 et ​​1873, car l'argent brut nécessaire à la fabrication d'une pièce valait plus que leurs homologues en dollars d'or et en billets verts.

Un an plus tard, l'article 3568 des Statuts révisés a encore diminué le statut de l'argent en interdisant l'utilisation de pièces d'argent comme monnaie légale pour des montants supérieurs à cinq dollars. ??


Silver Rights : l'histoire de la décision courageuse de la famille Carter d'envoyer leurs enfants dans des écoles entièrement blanches et de revendiquer leurs droits civils

Livre – Non-fiction. Par Constance Curry. Introduction par Marian Wright Edelman. 1996.
L'histoire de la décision de la famille Carter d'envoyer leurs enfants dans une école entièrement blanche à Drew, Mississippi.

La description suivante est tirée d'un examen de Droits d'argent de Paul Trachtman dans le Smithsonian revue, juin 1997.

Droits d'argent [est le] mémoire captivant d'une famille afro-américaine qui se bat pour envoyer leurs enfants dans les écoles blanches séparées de Drew, Mississippi.

L'auteur, Constance Curry, était une représentante sur le terrain de l'American Friends Service Committee (AFSC) qui a essayé d'aider la famille Carter à traverser son épreuve d'intimidation, de représailles et d'insultes alors que sept de ses enfants sont devenus les seuls étudiants noirs dans les années Drew. écoles primaires et secondaires blanches en 1965. (Un huitième les rejoindra en 1967.)

Les voix dans le livre sont principalement celles des Carter, à travers les interviews de Curry et les nombreuses lettres que Mae Bertha Carter a écrites au siège des Amis alors qu'une crise se succédait. En conséquence, le livre a une immédiateté, une intimité et une vérité émotionnelle que l'histoire révèle rarement. Il se déroule également avec une simplicité de mots et de faits qui font du courage, de la foi et de l'amour de Carters une réalité que tout lecteur peut partager. Même le titre du livre est le reflet de cette langue. Parmi les familles noires rurales du delta du Mississippi, le terme bureaucratique « droits civils » a été traduit par le rêve des « droits d'argent ».

Pour raconter cette histoire, Curry a passé les dernières années à renouveler son amitié avec les Carter, à interviewer les enfants adultes, à essayer de mettre en perspective les événements des années 1960. Les Carter étaient une famille de métayers dans une plantation de coton à l'extérieur de Drew lorsque le Mississippi, sous la menace de perdre des fonds fédéraux, a proposé un plan de «liberté de choix» pour contourner la loi fédérale. Des familles comme les Carter pouvaient signer des papiers pour envoyer leurs enfants dans des écoles entièrement blanches, mais les Noirs et les Blancs savaient ce qui arriverait aux familles qui feraient ce choix. « S'ils ne vous mettent pas au lavage, ils vous mettront au rinçage », a déclaré Mae Bertha Carter à un ministre en visite de l'Ohio qui a soutenu la famille.

Les Carter ont été menacés d'expulsion et ont trouvé du crédit dans les magasins locaux coupés et leur maison brisée par des coups de feu dans le noir, les forçant à dormir par terre dans la peur. Des boules de crachats et des insultes pleuvaient sur les enfants alors qu'ils prenaient le bus pour une école où la vie n'était pas plus facile. « Je détestais les cours d'histoire », se souvient l'un des garçons plus âgés, « lorsque nous avons couvert la guerre civile et que le professeur a dit « nègre » et a permis aux élèves de le dire comme si je n'étais même pas là. » #8221

Ce sont les enfants Carter qui ont fait le choix d'aller dans les écoles blanches. Aucun d'entre eux n'est jamais retourné dans les écoles noires, qui avaient des sessions fractionnées pour que les élèves puissent travailler dans les champs de coton. "Ce que je détestais le plus, c'était d'être dans le champ de coton et de voir les bus scolaires blancs passer devant nous pendant que nous faisions la cueillette", se souvient la fille aînée, Ruth. Mais Ruth en est également venue à détester ses jours à l'école blanche.

Pendant ce temps, il me semblait que j'étais rempli de haine. Je détestais le Mississippi, je détestais l'homme blanc. Je détestais mes professeurs. J'ai tout détesté. Ensuite, nous avons commencé à avoir ces petites séances à la maison l'après-midi après l'école. C'était presque comme une thérapie. On s'asseyait et maman disait : "Comment ça s'est passé aujourd'hui à l'école ?" On parlait de ce qui s'était passé et souvent on pleurait ensemble. . . .

Alors que Ruth reconstituait ces après-midis, c'était la voix de sa mère qu'elle entendait résonner dans sa mémoire. « Si maman m'entendait dire : « Je déteste les blancs, je ne peux tout simplement pas les supporter », elle a toujours répondu : « Ne dites jamais ça. » Ne dites jamais que vous détestez les Blancs ou quiconque, ce n'est pas bien. . . L'autre chose qu'elle ne nous laisserait pas dire, c'est que nous aurions aimé ne jamais être nés.

Néanmoins, les pressions sur les enfants étaient vraiment brutales. Le plus jeune, Carl, entré en première année en 1967, a rappelé le poids de l'isolement. L'année suivante, en deuxième année, il a simplement tenté de s'enfuir.

Ne pas avoir de camarades de jeu. . . m'a fait me sentir mal. . . . Je viens de quitter la cour d'école un jour et je suis rentré à la maison. Je n'avais que sept ans. . . J'ai dit à maman que j'avais marché jusqu'à la maison et que je n'y retournerais pas. J'ai dit que j'étais malade, je me suis couché.

Mais le lendemain, il était de retour, son principal refuge étant son excellence en tant qu'étudiant en mathématiques.

Mae Bertha et son mari, Matthew, ont guidé leurs enfants à travers les pires jours avec un courage et une foi qui étaient au cœur du mouvement des droits civiques, mais ils n'auraient pas pu le faire seuls. Grâce à des militants des droits civiques comme Constance Curry, la nouvelle s'est répandue et des personnes de bonne volonté dans de nombreux endroits sont devenues des sources de soutien pour les Carter.

Voici, par exemple, ce qui s'est passé lorsque le surveillant a labouré sous la récolte de coton Carters avant de pouvoir la cueillir :

Amzie Moore, Mississippi, 1963. Photo de Harvey Richards.

Même sans l'argent de la récolte du coton, les Carter ont pu survivre en novembre et décembre. Amzie Moore [un ancien combattant noir qui était rentré chez lui et avait aidé à organiser une branche locale de la NAACP] a apporté de la nourriture, les Boulder Friends [au Colorado] ont continué à envoyer de l'argent pour le déjeuner, l'AFSC a envoyé de petites subventions, le Comité des droits civiques de Morningside Gardens à New York. ont contribué des vêtements et de l'argent, et certains aliments en conserve provenaient d'une église du New Jersey. Et le jour où le surveillant ne s'est pas présenté avec les 15 dollars habituels de la famille pour les frais annuels de plaque d'immatriculation de leur voiture, Fannie Lou Hamer, alors leader du Mississippi Freedom Democratic Party, a apporté l'argent à Mae Bertha.

La lecture de ce livre est un rappel de l'interdépendance profonde de nos vies, du pouvoir de la conscience lorsque les gens se soucient les uns des autres et sont prêts à agir avec amour contre la force de la haine et de la violence. Sept des huit enfants Carter qui ont déségrégé les écoles de Drew sont ensuite diplômés de l'Université du Mississippi, où le premier étudiant noir à s'inscrire avait besoin d'une escorte de maréchaux américains. L'esprit qui les a soutenus a été exprimé dans une lettre de Mae Bertha à Constance Curry en mai 1966 :

Je suis allé à l'église le dimanche et mon prédicateur prêchait sur l'amour mutuel - cela ne signifie pas seulement les Noirs - cela signifie tout le monde, blanc et noir.

[Comme indiqué ci-dessus, cette description du livre est de Paul Trachtman.]

ISBN : 9780156004794 | Publié par Mariner Books.

Ressources associées

Le fardeau intolérable: Documentaire primé de 56 minutes sur la lutte de la famille Carter pour désagréger les écoles Drew. Produit en 2003 par Chea Prince et Constance Curry. Icare Films. “L'une des meilleures histoires vidéo de l'ère de la déségrégation jamais produites. Un excellent exemple de la façon dont les documentaires sur les années 1960 devraient être réalisés. Capture sur film ce que signifie être un individu courageux. La clarté magistrale avec laquelle cette histoire dramatique est racontée maintient l'attention du spectateur tout au long. Indispensable aux étudiants, car les participants réels occupent le devant de la scène, il serait difficile de trouver ce calibre de travail dans une autre histoire de cette époque.”—Professeur Curtis Austin, University of Southern Mississippi

Cette école n'est pas blanche !: Un livre d'images d'école primaire, par Doreen Rappaport et illustré par Curtis James, sur la lutte de la famille Carter pour déségréger les écoles Drew. (Saut au soleil, 32 pages, 2005.)


Panique de 1893

Comme la plupart des grandes récessions financières, la dépression des années 1890 a été précédée d'une série de chocs qui ont miné la confiance du public et affaibli l'économie. La panique de 1893 a provoqué une crise financière spectaculaire qui a contribué à la récession économique. Dans les derniers jours de l'administration Harrison, le Reading Railroad, une importante ligne de l'Est, a été mis sous séquestre. Cet effondrement a rapidement été amplifié par les faillites de centaines de banques et d'entreprises dépendantes de Reading et d'autres chemins de fer. Le marché boursier a réagi par une chute spectaculaire. Craignant un nouvel effondrement, les investisseurs européens ont retiré leurs fonds des États-Unis, mais la dépression s'est rapidement emparée de l'autre côté de l'Atlantique. Une dépression agricole en cours dans l'Ouest et le Sud s'est aggravée, répandant la misère dans ces régions. Bien que des milliers d'entreprises aient été ruinées et que plus de quatre millions se soient retrouvées au chômage, Cleveland n'a pas fait grand-chose. Il croyait, comme la plupart des gens des deux grands partis, que le cycle économique était un phénomène naturel et ne devrait pas être altéré par les politiciens. Une question économique, cependant, a profondément préoccupé le président. Les réserves d'or du pays avaient régulièrement diminué au cours des dernières années de l'administration Harrison. Les dépenses somptueuses du «Congrès du milliard de dollars» et la fuite d'or causée par le Sherman Silver Purchase Act ont été les principaux facteurs de la réduction des excédents. Quelques semaines après l'assermentation de Cleveland, les réserves du pays sont tombées en dessous de 100 millions de dollars, une barrière psychologique dont la rupture a encore affaibli la confiance du public. Le président a agi pour sauver l'étalon-or, mais dans le processus a divisé le Parti démocrate et s'est aliéné les forces d'argent du Sud et de l'Ouest. Lors de l'ajournement du Congrès fin juin 1893, le président Cleveland – craignant un éventuel impact négatif sur les marchés – s'occupe secrètement d'un problème de santé majeur. La panique de 1893 et ​​d'autres facteurs ont eu un impact durable. La dépression des années 1890 ne s'apaise complètement qu'en 1897. L'une des réponses à la série d'échecs et de faillites est une recrudescence des consolidations d'entreprises. Les éléments les plus pauvres de la société pensaient qu'ils avaient été ignorés pendant les moments difficiles et ont ensuite été laissés à la merci des fiducies. Les efforts de réforme du dernier quart du XIXe siècle n'avaient pas été suffisants, un nouveau leadership était nécessaire pour le siècle suivant.


Le 19ème siècle

Les dollars ont été frappés dans la tradition des 8 reales espagnols. Les anglophones appelaient les 8 reales espagnols le dollar blanchi espagnol. Le mot « fraisé » faisait référence au fait que les flans de pièces appelés flans étaient « fraisés » sur une fraiseuse pour rester cohérents avec les poids et les tailles et éviter la contrefaçon. Le processus de fraisage avancé a permis à ces pièces espagnoles d'être utilisées dans de nombreux pays du monde entier.

La loi sur la monnaie de 1834

Le prix officiel de l'or du gouvernement américain est resté constant à 19,75 $ l'once troy de 1792 jusqu'à ce qu'il soit porté à 20,67 $ en 1834. En 1934, le prix a été porté à 35 $. En 1972, le prix a été augmenté à 38 $ et en 1973, il est passé à 42,22 $. ??

Le Congrès a réconcilié la nouvelle valeur de l'or avec l'adoption du Coinage Act de 1834 sous la présidence d'Andrew Jackson. Une nouvelle réglementation du poids et de la valeur de l'or a été adoptée pour synchroniser la valeur de l'or avec le marché et sa valeur relative par rapport à l'argent. La loi a révisé le rapport or/dollar à l'équivalent de 20,67 $ l'once d'or, augmentant la valeur de l'or et augmentant le rapport argent/or à environ 16:1. ??

La loi sur la monnaie de 1873

Le Coinage Act de 1873 a également été appelé le « crime de 1873 » par les mineurs d'argent de l'Ouest. La loi a démonétisé l'argent, mettant ainsi fin à un boom de l'argent qui avait enrichi les économies des États occidentaux. L'argent a été abandonné pour l'étalon-or qui serait plus tard adopté par les gouvernements du monde entier. ??

Une force puissante appelée le Free Silver Movement a été créée et a joué un rôle déterminant dans l'adoption du Bland Allison Act de 1878. Cette loi a permis au département du Trésor d'acheter de 2 à 4 millions de dollars par mois d'argent domestique pour être monnayé en dollars d'argent pour la circulation. Cet acte a été adopté par le Congrès après avoir annulé le veto du président Rutherford B. Hayes. ??

La Sherman Silver Purchase Act adoptée en 1890 a remplacé la loi précédente et a entraîné une augmentation des achats de 4,5 millions d'onces de lingots d'argent par mois. Le président Cleveland a ensuite abrogé cette loi en 1893 parce que les réserves d'or du Trésor américain étaient épuisées par des investisseurs vendant de l'argent en échange d'or.

Les ministres du Sud ont encouragé le secrétaire au Trésor Salmon P. Chase en 1861 à inscrire « In God We Trust » sur les pièces de monnaie. Le Congrès a approuvé et utilisé pour la première fois l'expression sur la pièce de deux cents en 1864. L'inscription a été étendue aux pièces d'or et d'argent avec l'adoption de la loi de 1865. En 1873, toutes les pièces ont été approuvées avec « In God We Trust » sans autre approbation du Congrès. ??


1921-35 DOLLAR DE LA PAIX

La "guerre pour mettre fin à toutes les guerres" était loin de répondre à cette noble aspiration. Ce que l'histoire appelle aujourd'hui la Première Guerre mondiale, qui a ravagé l'Europe de 1914 à 1918, a cependant suscité dans le monde entier le désir de paix. Un résultat direct de ce fervent espoir fut la Société des Nations. Un deuxième, moins ambitieux mais tout aussi sincère, était le dollar de la paix. L'Amérique a évité la Ligue, mais a chaleureusement embrassé la pièce.

Après la guerre, il y avait un sentiment généralisé pour l'émission d'une pièce qui célébrerait et commémorerait le rétablissement de la paix. L'American Numismatic Association a joué un rôle clé dans la promotion de cette proposition. Dans le même temps, la Monnaie américaine s'est trouvée confrontée à la nécessité de commencer à produire des millions de dollars en argent. Ce besoin est né de la loi Pittman, une loi promulguée en 1918 à la demande et clairement au profit des intérêts des mines d'argent. En vertu de cette mesure, le gouvernement était autorisé à faire fondre jusqu'à 350 millions de dollars d'argent, à convertir l'argent en lingots, puis à vendre le métal ou à l'utiliser pour produire des pièces d'argent subsidiaires. Il était également nécessaire de frapper des dollars de remplacement pour tout ce qui avait été fondu.

En plus d'aider les producteurs d'argent, la loi a également aidé la Grande-Bretagne, un allié en temps de guerre à l'époque. Au cours des exercices 1918 et 1919, le gouvernement américain a fondu un total de plus de 270 millions de dollars d'argent, et la grande majorité de ces 259 121 554 ont fini par être vendus sous forme de lingots aux Britanniques, qui avaient besoin de l'argent pour faire face à une crise monétaire en Inde. Au cours de la même période, les États-Unis ont fait fondre 11 111 168 dollars d'argent pour obtenir une nouvelle matière première pour leurs propres pièces de monnaie.

Les pièces qui ont été fondues en vertu de la loi Pittman représentaient près de la moitié de la production totale de dollars en argent standard (à la différence des dollars commerciaux) fabriqués par la Monnaie américaine jusqu'à cette date. Même ainsi, la perte n'a pas porté un coup particulier au commerce de la nation. Les dollars en argent ne voyaient qu'une utilisation limitée et les stocks restants étaient plus que suffisants pour répondre aux besoins commerciaux. La demande pour les pièces était si minime, en fait, qu'aucune n'avait été produite depuis plus d'une douzaine d'années depuis 1904.

Dans ce contexte, la Monnaie n'avait aucune raison de frapper de nouveaux dollars en argent pour remplacer ceux qui avaient été fondus, mais la loi Pittman l'y obligeait. En conséquence, en 1921, après que le prix de l'argent ait chuté par rapport aux sommets d'après-guerre, il a recommencé à sortir les dollars d'argent Morgan longtemps suspendus. Il l'a fait, en fait, en nombre record : au cours de cette seule année, les différentes monnaies ont produit un total de plus de 86 millions d'exemplaires, de loin le chiffre annuel le plus élevé de la série.

Par une coïncidence intéressante, la production de dollars Morgan a repris le jour même, le 9 mai 1921, où une législation a été introduite au Congrès appelant à l'émission d'un nouveau dollar en argent marquant la paix d'après-guerre. Comme l'ont décrit ses sponsors dans une résolution commune, la nouvelle pièce porterait « un motif approprié commémorant la fin de la guerre entre le gouvernement impérial allemand et le gouvernement du peuple des États-Unis ».

Le Congrès a ajourné sans prendre de décision sur la mesure. Il s'est avéré, cependant, que l'autorisation du Congrès n'était pas vraiment nécessaire, puisque le dollar Morgan ayant été produit pendant plus que le minimum légal de 25 ans était susceptible d'être remplacé sans approbation législative spécifique.

Pour obtenir des dessins pour la pièce, la Commission fédérale des beaux-arts a organisé un concours impliquant un petit groupe des meilleurs médaillés du pays. Les neuf invités comprenaient des artistes célèbres tels que Victor D. Brenner, Adolph A. Weinman et Hermon A. MacNeil, qui avaient tous conçu des pièces de monnaie américaines précédentes. Mais le gagnant s'est avéré être un jeune immigré italien nommé Anthony de Francisci, dont le portrait finement ciselé de la Liberté a été modelé sur sa jeune épouse Teresa. Le revers de la pièce montre un aigle au repos au sommet d'un rocher, regardant vers le soleil à travers une série de rayons, avec le mot PAIX superposé sur le rocher. Aucune autre pièce américaine produite pour la circulation n'a jamais porté cette devise.

La production des dollars de la paix de 1921 n'a commencé que la dernière semaine de décembre, et un peu plus d'un million d'exemplaires ont été produits. Il est vite devenu évident que le relief de la pièce était trop élevé, ce qui la rendait difficile à frapper et causait une rupture excessive de la matrice. La Monnaie a corrigé le problème en 1922 en réduisant le relief, mais dans le processus, elle a également quelque peu réduit l'attrait esthétique de la pièce.

En 1928, la Monnaie avait produit suffisamment de dollars de la paix pour satisfaire aux exigences de la loi Pittman. Il a alors arrêté la production. Le couvercle sur les dollars en argent a été resserré encore plus avec le début de la Dépression l'année suivante. La conception est revenue pour un rappel de deux ans en 1934, en grande partie parce que plus de roues étaient nécessaires pour soutenir les certificats d'argent. La 1934-S s'est avérée être l'une des pièces clés de la série, avec la 1921 et la 1928. La marque d'atelier se trouve sous le mot ONE au verso. Une poignée d'épreuves mates existent, mais seulement pour 1921 et 1922.

Les dollars en argent des deux modèles ont été largement ignorés par les collectionneurs jusqu'au début des années 1960, lorsque les rachats de certificats d'argent et la publicité entourant les ventes du Trésor de 1 000 dollars de sacs de dollars à tous les arrivants ont suscité un nouvel intérêt pour les grandes pièces d'argent. Ironiquement, les dollars de la paix étaient facilement disponibles dans les banques depuis des décennies et, conformément à la politique du département du Trésor, ont été payés avant que les dollars Morgan ne soient déboursés. Mais peu de collectionneurs étaient intéressés à compléter des ensembles de ces pièces relativement chères, trouvant plus pratique d'assembler des collections des plus petites coupures : un dollar en argent représentait une somme considérable dans les années 30 et 40 assez pour acheter cinq douzaines d'œufs ou dix boîtes de Wheaties . Ce n'est qu'au tout début des années 1960, lorsque le Trésor avait presque vidé ses coffres de dollars de la paix, que les Morgans les plus recherchés ont commencé à affluer, alimentant l'enthousiasme des collectionneurs pour les deux séries dans le processus.

L'ensemble des dollars de la paix se compose de seulement 24 pièces, aucune d'entre elles n'étant de grande rareté. Ainsi, de nombreux collectionneurs s'efforcent d'obtenir des ensembles complets date et menthe. Les pièces immaculées de haute qualité sont insaisissables, mais les frappes faibles étaient courantes et la conception large et ouverte rendait les pièces vulnérables à l'usure et aux dommages. Les points à vérifier pour l'usure sont le visage, le cou et les cheveux de Liberty sur son oreille et au-dessus de son front. Au revers, l'usure apparaîtra d'abord sur l'aile, la jambe et la tête de l'aigle.

La disparition prématurée du dollar de la paix était sinistrement symbolique. Quatre ans plus tard, en 1939, la Seconde Guerre mondiale éclate en Europe. The design came very close to reappearing once more in 1964, when Congress authorized production of 45 million new silver dollars, apparently in an effort to serve the needs of Nevada gambling casinos. With the smaller silver coins rapidly disappearing from circulation, this was viewed as a gift to special interests. After the Denver Mint produced 316,076 Peace dollars (dated 1964) in May of 1965, the authorization was rescinded by order of President Johnson. Although all pieces were to be recalled and melted, rumors persist of several coins surviving.

PHOTO PROOF – Copyright © 1994-2014 Numismatic Guaranty Corporation. Tous les droits sont réservés.


1878-1921 SILVER MORGAN DOLLAR

Political pressure, not public demand, brought the Morgan dollar into being. There was no real need for a new silver dollar in the late 1870s the last previous “cartwheel,” the Liberty Seated dollar, had been legislated out of existence in 1873, and hardly anyone missed it.

Silver-mining interests did miss the dollar, though, and lobbied Congress forcefully for its return. The Comstock Lode in Nevada was yielding huge quantities of silver, with ore worth $36 million being extracted annually. After several futile attempts, the silver forces in Congress led by Representative Richard (“Silver Dick”) Bland of Missouri finally succeeded in winning authorization for a new silver dollar when Congress passed the Bland-Allison Act on February 28, 1878. This Act required the Treasury to purchase at market levels between two million and four million troy ounces of silver bullion every month to be coined into dollars. This amounted to a massive subsidy, coming at a time when the dollar’s face value exceeded its intrinsic worth by nearly 10%.

In November 1877, nearly four months before passage of the Bland-Allison Act, the Treasury saw the handwriting on the wall and began making preparations for a new dollar coin. Mint Director Henry P. Linderman ordered Chief Engraver William Barber and one of his assistants, George T. Morgan, to prepare pattern dollars, with the best design to be used on the new coin. Actually, Linderman fixed this “contest” in Morgan’s favor he had been dissatisfied with the work of the two Barbers William and his son, Charles, and in 1876 had hired Morgan, a talented British engraver, with plans to entrust him with new coin designs. At that time, resumption of silver dollar coinage was not yet planned, and Morgan began work on designs intended for the half dollar. Following Linderman’s orders that a head of Liberty should replace the full-figure depiction then in use, Morgan recruited Philadelphia school teacher Anna Willess Williams to pose for the new design.

Morgan’s obverse features a left-facing portrait of Miss Liberty. The reverse depicts a somewhat scrawny eagle which led some to vilify the coin as a “buzzard dollar.” The designer’s initial M appears on both sides a first. It’s on the truncation of Liberty’s neck and on the ribbon’s left loop on the reverse. Mintmarks (O, S, D, and CC) are found below the wreath on the reverse. Points to check for wear on Morgans are the hair above Liberty’s eye and ear, the high upper fold of her cap and the crest of the eagle’s breast.

Soon after production began, someone advised the Mint that the eagle should have seven tail feathers, instead of the eight being shown, and Linderman ordered this change. As a result, some 1878 Morgan dollars have eight feathers, some seven and some show seven over eight. The seven-over-eight variety is the scarcest, though all are fairly common.

More than half a billion Morgan dollars were struck from 1878 through 1904, with production taking place at the main mint in Philadelphia and the branches in New Orleans, San Francisco and Carson City. Carson City production was generally much lower and ended altogether after that branch was closed in 1893. The coin came back for one final curtain call in 1921, when more than 86 million examples were produced under the terms of the Pittman Act at Philadelphia, San Francisco and Denver but that was a double-edged sword: Under the 1918 legislation, more than 270 million older silver dollars, almost all Morgans, had been melted. The law required replacements for these, but most were of the Peace design, which replaced the Morgan version at the end of 1921.

In all, some 657 million Morgan dollars were produced in 96 different date-and-mint combinations. Hundreds of millions were melted over the years by the government under the Pittman Act and the Silver Act of 1942, and by private refiners since the late 1960s, when rising silver prices made this profitable. Despite all the melting, Americans had more than enough Morgans to fill their daily needs, since the dollars circulated regularly only in the West. As a result, huge stockpiles remained in the Treasury’s vaults, as well as bank vaults nationwide. This explains why so many Morgan dollars are so well preserved today despite their age few saw actual use.

Even as the numismatic hobby underwent rapid growth beginning in the 1930s, interest in other collecting areas far outpaced the attention paid to the large Morgan cartwheels. Most collectors preferred the lower face-value coins (with their lower cost) that were readily available in circulation. Although it was possible to order silver dollars through banks or directly from the Treasury, few noticed or cared. In the late 1930s, however, several Washington dealers learned that the Treasury Department’s Cash Room near the White House was paying out uncirculated Carson City dollars coins having a market value of $5 or more at the time! More than a few dealers quietly exploited this discovery throughout the 1940s and `50s.

In the early 1960s, with silver rising in price, opportunists recognized the chance to turn fast profits by redeeming silver certificates for dollar coins mostly Morgans at the Treasury. By the time the government closed this lucrative window in 1964, only 2.9 million cartwheels were left in its vaults, almost all of them scarce Carson City Morgans. These were dispersed by the General Services Administration in a series of mail-bid sales from 1972 through 1980, earning big profits for the government and triggering great new interest in silver dollars.

Interest in Morgans was further heightened by the publicity surrounding the 400,000+ dollars found in the basement of Nevada eccentric LaVere Redfield’s home. After word leaked out of the amazing cache, several dealers got into the act, each jockeying for position in a scramble that ultimately ended with a Probate Court auction held in January of 1976. At that sale, A-Mark Coins of Los Angeles captured the hoard with a winning bid of $7.3 million. The coins were cooperatively marketed by a number of dealers over a period of several years. Rather than depressing prices, the orderly dispersal of these coins only served to bring more collectors into the Morgan dollar fold. Similarly, the early 1980s witnessed the equally successful distribution of the 1.5 million silver dollars in the Continental Bank hoard.

The Morgan dollar’s story is a Cinderella tale: Until the 1960s, it was largely ignored by the public. Since then, it has gradually become among the most widely pursued and desired of all U. S. coins. Although many collectors find the challenge of assembling a complete date and mintmark set in Mint State compelling, others satisfy themselves with collecting just one coin per year. Exceptional specimens are also sought after by type collectors.

Major keys include 1895, 1893-S, 1895-O, 1892-S, 1889-CC, 1884-S and 1879-CC. Mint records show that 12,000 business-strike dollars were made in Philadelphia in 1895, but only proofs are known the mintage of these is 880. Proofs were made for every year in the series, but only a few brilliant proofs variously reported at 15 to 24 are known for 1921. Prooflike Morgans also are highly prized and are collected in both Prooflike (PL) and Deep-Mirror Prooflike (DPL or DMPL).

Few coins in U.S. history have been greeted with more indifference at the time of their release than this silver dollar. And few, if any, have then gone on to stimulate such passionate excitement among collectors.

PHOTO PROOF – Copyright © 1994-2014 Numismatic Guaranty Corporation. Tous les droits sont réservés.


Treasury Notes


The federal government began issuing its own currencies during the Civil War as it tried to meet funding and money circulation emergencies. In 1861, Secretary of the Treasury Salmon P. Chase directed the Treasury to issue Demand Notes to pay expenses. As the first national currency, Demand Notes earned their name from the fact that they were redeemable on demand for gold coin at the Treasury.

The government also created the United States Note, another currency designed as a temporary financing measure, with the passage of the Legal Tender Act of February 25, 1862. Almost bankrupt, the United States needed money to pay suppliers and troops during the Civil War. The plan was to print a limited supply of U.S. Notes to meet the crisis. However, U.S. Notes became popular and were issued for decades, coming to be known as Greenbacks.


The Civil War also brought about a shortage of coins. In response to this problem, Treasury issued currency notes in denominations of less than one dollar, ranging from three cents to fifty cents, in 1863. These small value notes are known as fractional currency. They were the first notes printed by the Bureau of Engraving and Printing, and were issued until 1876.

In an effort to get control over the chaos of the monetary system, Secretary Chase advocated the creation of a system of National Banks in 1863 that would issue a uniform, national currency. The National Bank Act of June 3, 1864, created National Bank Notes that were redeemable at any National Bank of the Treasury. The notes proved a success, and were issued well into the 20th century.

In the same year it authorized National Bank Notes, Congress also created another new form of currency, Gold Certificates. One could deposit gold at the Treasury and receive Gold Certificates in exchange. The first Gold Certificates were issued in November 1865, with a maximum denomination of $10,000.


By 1878, U.S. Notes, National Bank Notes, and Gold Certificates co-circulated. That same year, Congress introduced the Silver Certificate. The act authorizing these notes allowed people to deposit silver coins in the Treasury in exchange for certificates, giving people an alternative to carrying numerous silver dollars. Silver Certificates became very popular and were a major form of currency for many years.

Twelve years later, the growth of silver mining in the United States led to another form of currency known as Treasury Coin Notes, which the Treasury Note Act of 1890 authorized. Until 1893, the law required the Treasury to purchase silver bullion and to pay for it with the new notes.

The close of the 19th century saw various forms of currency co-circulating in the nation’s economy, but money-related economic and banking crises continued. A central problem revolved around the inability of the supply of these currencies to expand or contract to meet economic conditions. Part two of this series, to be posted later this week, will explore the solution to this problem.​


Silver as Money: A History of US Silver Coins

The history of silver as money goes back many thousands and thousands of years. Silver coinage first appeared around 600 BC in current day Turkey, and from there it has been used in every major empire, from the Greeks & Romans to the Spanish and current day United States.

I’d like to take a look at the history of US silver coins that have been used as money since our nation begun. It’s amazing how few people even realize that for the first

175 years of the US, silver was used in everyday coins and circulated throughout the economy as common money up until the year 1964, when they stopped making silver coins.

Even though many coins overlap in dates, I organized the events in a timeline to view it in chronological order. I also included the dates of the various Coinage Acts and how they affected silver coinage. Take some time to look at the coins’ designs and appreciate the artwork.

It begins. The Constitution goes into effect after the 1st Congress convened on March 4, 1789, replacing the Articles of Confederation. The power to coin money was given to Congress, and no state shall . make anything but gold and silver coin a tender in payment of debts. Article I Section 10.

The Coinage Act of 1792 establishes the First Mint in Philadelphia, PA and that the silver dollar would be the unit of Money in the US. From this Act would eventually come the following silver coins, the Silver Dollar, half dollar, quarter dollar, dime, and half dime.
Also, the ratio of 1 gold unit would equal 15 silver units of given proportion. Oh, and for anyone caught debasing (replacing the silver with other metals) or making fake silver coins, the death penalty! How times have changed.

Considered to be the first coin ever minted, the Flowing Hair Half Dime was struck for just 2 years from 1794-1795. Coin was designed by Robert Scot and contains approximately 89.2% silver and 10.8% copper weighing only about 1.35 grams and containing roughly 0.0434 ounces of silver. There is an estimated 86,425 coins in circulation, so these coins will sell for a good 5 figures in the right condition.

Continuing in the Flowing Hair series is the Flowing Hair Half Dollar, or the standard fifty-cent piece. Although the dollar was the standard, the half dollar quickly became more common in everyday transactions due to its mass circulation and lighter weight. Plus, with .434 troy ounces of silver at 89.2% with the remaining balance in copper, a single half dollar was sometimes more than a day's wages in 1795. A total of 323,144 flowing hair half dollars were minted.

The Flowing Hair Dollar is one of the most unique and prized silver dollar coin in the US mintage history. Interestingly is that this coin was based on the weight and size of the Spanish Dollar, which was very prevalent at the time. A recent 1794 Flowing Hair Dollar sold for over $10 million dollars! A total of 162,053 coins were struck, about half that of the Half Dollar.

Quickly ending the Flowing Hair design, the Draped Bust Dollar began circulating in 1795 up until 1804. It was rumored that the new mint director, Henry William de Saussure appointed in 1795, was responsible for the abrupt change in design. The 1804 Draped Bust Dollar is notorious for its rarity & prestige. It was requested by President Andrew Jackson to be back-minted for trade missions and is often titled the "King of Coins".

The draped bust half dime began circulation in 1795 only to end 2 years later in 1797. The series continued in 1800 - 1805. There were 2 obverse designs, the small eagle and a large heraldic eagle with outstretched wings (shown). All the coins were minted in Philadelphia with no mintmark and a total of 179,027 half dimes were struck, with only 3,060 coins in the year 1802.

The Draped Bust Dime was the first dime to appear in the US. With no indication of its denomination, the coin's obverse featured 15 stars to represent each of the states in the Union. When Tennessee entered in 1797, 16 stars were included, but was changed back to the original 13 by Elias Boudinot to prevent clutter with new states being added. Over 469,406 Draped Bust dimes were struck and included 31 different varieties of dimes.

The Draped Bust Quarter was the first quarter to appear in the US. Interesting to note, how common the quarter is today, yet the half-dime, half-dollar, and silver dollar were all minted earlier. After just 1 year of minting, the Draped Bust quarter was halted and only resumed in 1804 again with the heraldic eagle on the obverse. A total of 561,045 coins were minted, with the 1796 Draped Bust Quarter being the rarest.

The end of the Draped Bust series, the Draped Bust Half Dollar again features lady Liberty with flowing hair tied in a ribbon that extends into the draped bust. Rumor has it that Ann Willing Bingham was the lady featured on the Draped Bust series, drawn by artist Gilbert Stuart. Over 1,604,705 coins were struck with only 3,918 coins for the years 1796-1797.

Moving on from the Draped Bust, the next design in American silver coinage was the Capped Bust. For the Capped Bust Half Dollar it was struck from 1807 - 1839. This design shows Liberty wearing a cloth cap on her head instead of the flowing free hair in previous designs. The denomination is noted with a 50 Cents or Half Dol. With this series, a significant ramp up in production of coins appears, with around 91,088,096 Capped Bust Half Dollars struck.

Capped Bust Dime featuring Lady Liberty wearing a Phrygian or Freedom Cap, this was often used as a symbol of the American Revolutionary War. This design was by German born, John Reich who replaced Robert Scot's earlier designs. Denomination is noted by 10 C. for 10 cents. Total coins minted are 71,690,392 Capped Bust Dimes with 123 known varieties.

Capped Bust Quarters enter the scene in the year 1815 til 1838 with a pause from 1828 - 1831. With new machinery and equipment the US Mint would continue production. Denomination of this coin is marked by a 25 C. Proofs also exist with this coin, but are extremely rare with immense value. Total circulation strikes of this coin are 5,328,984 Capped Bust Quarters.

Concluding the Capped Bust series is the Capped Bust Half Dime which began circulation in 1829 after a 24 year hiatus. The same date that coincided with the inauguration of the second Philadelphia Mint which would eventually open in 1833. The total number of Capped bust Half Dimes struck were 13,058,700, with just under 10-20 proofs per year.

The Coinage Act of 1834 was responsible for raising the silver-to-gold ratio from 15:1 since 1792 to 16:1. This put a 1 ounce gold coin at $20.67. The history behind its passage lies with President Andrew Jackson and his fight against a Central Bank. President Jackson feared a Central Bank would use its power to exploit the country (How right he was!).

The Gobrecht Dollar was the first silver dollar produced since the halt of minting silver dollars in 1805. Designed by Christian Gobrecht, his name is prominently displayed on the coin just above the year. This design would ultimately make way for the next major series in American Coinage, the Seated Liberty. A restrike of the coin in 1837 led to the standard 90% silver 10% copper composition instead of the 89.2% and 10.8% of previous years. An estimated 1900 were produced making them very rare and valuable. It was also the

The Seated Liberty Half Dime was the last half dime ever minted. In this design, taking from Gobrecht, we have Lady Liberty seated holding a shield looking over her shoulder. The reverse features the inscription United States of America with the denomination "Half Dime". A total of 84,828,478 coins were struck at the New Orleans, San Francisco, and Philadelphia Mints.

The Seated Liberty Dime not much different than the half dime, features Liberty sitting on a rock holding a staff. She also dons a Liberty cap with the Liberty shield in her right hand. There are many varieties of this series large vs. small date, partial drapery vs. no drapery, closed bud vs. open bud, and short flag vs. long flag to name a few. Total circulation strikes are 247,477,444.

The Seated Liberty Quarter was debuted in 1838 and continued production until 1891. Several years feature the Carson City Mint Mark or CC from 1870 - 1878. These are a very sought after coin as they are very rare fetching extremely high prices. The total coins struck were 155,910,955.

The Seated Liberty Half Dollar continues the series with Lady Liberty on the obverse and the heraldic eagle on the reverse, which was taken from earlier designs by John Reich. This coin was struck at 4 different mints: New Orleans, San Francisco, Carson City, and Philadelphia which minted a majority of the coins. In total over 155,215,816 half dollars were struck in circulation.

The Seated Liberty Silver Dollar started up production in 1840 after demand again began requesting the silver dollar again for circulation. However, soon after the California Gold Rush began which pushed the price of silver up relative to gold. This urged people to keep the coins as bullion or export them overseas to foreign investors. The Civil War from 1861 - 1865, also limited coins being struck as well as entering circulation due to the presence of inflationary greenbacks. The Coinage Act of 1873 finally ended minting of the silver dollar.

Les 3 cent silver piece was a one of a kind coin, that was minted from 1851 – 1873. This denomination was requested because at the time the postage stamps were 3 cents. 1851 – 1853, the coin was 75% silver and 25% copper, until in 1854 the coin changed to 90% silver and 10% copper to promote use. These coins were called 'fishscales' because of their small size and ease of discolor. One of main reasons for removal was the confusion with the silver dime which was similar in diameter. Over 42,718,300 3 cent silver pieces were minted for circulation.

The Coinage Act of 1864 authorized Congress and the US Mint to place the phrase "In God We Trust" on all silver coins. The phrase would later replace E Plubris Unum as the national Motto. For a more in depth look, read a History of 'In God We Trust', on the Treasury.gov website. This Act also authorized the minting of the 2 cent copper piece.

The Coinage Act of 1873, also known as the Crime of 1873, was the Act that put the US on the Gold Standard, thus demonetizing silver. As a result of this Act, it stopped the production of the silver dollar (Seated Liberty) but allowed the minting of a Trade Dollar for foreign commerce. It also stopped production of the 3 cent piece and the half dime. Les Free Silver Movement would spring forth as miners and other silver proponents fought to bring silver back.

The short-lived US Trade Dollar has a unique history. It was specifically made for foreign use and international trade. With the Coinage Act of 1873 that demonetized silver, the Trade Dollar was a way to continue using silver dollars. The designer of this coin was William Barber who was the fifth Chief Engraver at the US Mint. A majority of the coins were sent to the Far East, specifically China and Hong Kong for commerce to compete with the Spanish Silver Dollar. Business strikes were minted up until 1878, with proof strikes lasting until 1885 when the coin ceased being struck. A total of 35,965,939 coins were struck.

The US Twenty Cent Piece had a short life of only 3 years. The failure of this coin to take off was it resembled too much in similarity and size to the quarter, so people often confused the two. Banks were reluctant to be buying silver twenty cent pieces so demand was also absent. The design is very similar to the Seated Liberty series on the obverse and contains the full denomination "Twenty Cents" on the reverse. 1,349,930 coins were minted for circulation.

Resuming production of the silver dollar since the Coinage Act of 1873 is the Morgan Dollar. This coin features Lady Liberty's side profile on the obverse with a heraldic eagle and outstretched wings on the reverse. The Act that jump started production again was the Bland-Allison Act which stated the Mint would purchase said amount of silver per month and strike them into coins. Production continued until 1904 when it stopped and resumed again only for 1 year in 1921, when the Peace Dollar took over. 656,930,590 total coins were minted.

The Barber dime is the next in American coinage series featured on the dime, quarter, and half dollar. Designed by Chief Engraver, Charles Barber, the dime features Liberty on the obverse wearing a wreath and headband with the words Liberty. The highlight in this series is the 1894-S Barber dime, which is a highly coveted coin in the numismatic world comparable to the 1804 Draped Bust Silver Dollar. One recently sold for over $2 million dollars! Total coins in circulation is 504,515,051.

Barber Quarters came into circulation in 1892. The head of Liberty is a purely classical rendition of a Roman style portrait and is also referenced to the French 'Ceres' coinage in the late 19th century. The reverse differs from the Barber dime by featuring a heraldic eagle representing the Great Seal of the US. 2 key dates with low minting making the coin value rare and high are 1901-S and the 1913-S strikes. A total of 264,670,792 coins were struck.

1892 was a busy year, the first basketball game was played in Massachusetts, General Electric is formed, University of Chicago opens, and the 1892 Barber Half Dollar is struck! This coin was struck at all 4 mints Philadelphia, Denver, New Orleans, and the San Francisco Mint. The 1892-O and the 1914 Half Dollars can fetch high prices due to their rarity. A total of 135,898,329 coins were minted.

The Winged Liberty Head or "Mercury" Dime, is sometimes said to be the most beautiful coin ever minted! Breaking away from Barber's design, the obverse figure is Goddess Liberty, not the Greek mythological one, wearing a Phrygian cap with wings to the side of its head symbolizing freedom of thought. On the reverse is a fasces or bundle of rods with a blade to the left side. Mintages of this coin soared with a total of 2,676,523,880 coins.

Following the Barber Quarter is the Standing Liberty Quarter. This new design by Hermon MacNeil, depicts Liberty standing facing to the viewer's right with shield in her left and an olive branch in her right hand as she walks through a gate with the inscription "In God We Trust". Doris Doscher, a silent movie actor, posed as Lady Liberty for MacNeil. A flying eagle is on the reverse. A total of 226,770,400 quarters were minted.

The Walking Liberty Half Dollar design was a result of a Fine Arts competition that the Mint Director Robert Woolley held. The obverse features Lady Liberty walking towards a dawning sun holding branches with the US flag over her shoulder. The reverse depicts an eagle perched on a branch in a heraldic pose. The Walking Liberty design would later be borrowed to mint the ever popular American Silver Eagle. 485,320,340 half dollars were produced.

The Peace Dollar is the last silver dollar to be struck for circulation. The design was to represent "Peace" memorializing the end and peace after World War I. The initial design was that of a broken sword, but was immediately rejected as it conjured up thoughts of defeat. The obverse features Liberty's side portrait with the reverse an eagle at rest with an olive branch in its grip. Production ceased in 1935. In 1964, trial production of the Peace Dollar began again, only to be stopped as political pressure was applied about the hoarding of coins. This would eventually lead to the Coinage Act of 1965. In total, 190,577,270 coins were minted.

The Washington Quarter was struck to honor and celebrate the bicentennial birth of the first president George Washington. There was actual intention of a Washington Half Dollar but later was changed to the quarter, due to waning demand from the Depression. The obverse of the coin depicts Washington's head facing left, the reverse features a bald eagle outstretched on a bundle of arrows and two olive branches below. 90% silver quarters would cease in 1965 with the Coinage Act, but the Washington quarter would continue being struck until 1998 in 75% copper and 25% nickel. A total of 3,776,126,601 silver quarters were struck.

The Jefferson 'Wartime' Nickel was initially minted beginning in 1938, but for a brief period from 1942-1945 it was struck in 35% silver and 56% copper with the remains in manganese. The reason for the change was because during World War II, nickel was in high demand and a critical metal, so the Mint adjusted the composition. Wartime nickels had their Mintmarks above the Monticello on the reverse, while all other nickels had theirs positioned to the right. A total of 869,896,100 nickels were struck during this period.

Following Franklin D. Roosevelt's death in 1945, Congress soon pushed for replacing the Mercury dime with Roosevelt's image. This was also to honor his work with the March of Dimes, which raised donations to fight polio and infantile paralysis. John R. Sinnock was the chief engraver at the time and responsible for the current design. Silver content was removed in 1965, however, this coin and its design continues to this day. A total of 6,595,617,673 silver dimes were put in circulation.

The Franklin Half Dollar features Benjamin Franklin on the obverse and a cracked Liberty bell on the reverse. Many critics complained the crack featured on the bell would be ridiculed, but the Mint continued anyway. It also features a small eagle next to the bell, to satisfy the legal requirement that all Half Dollars must depict an eagle. The Mint Director at the time, Nellie Tayloe Ross, wanted to honor Franklin and his famous quote of "A penny saved is a penny earned". A total of 465,814,455 Franklin half dollars were minted.

With the death of John F. Kennedy on November 22, 1963, there was immediate discussion to put Kennedy on a coin as a memorial. Jacqueline Kennedy preferred the half dollar as she did not want to replace Washington on the quarter. In March 1964 the Kennedy Half Dollar began production. The majority of these coins were never circulated due to collectors. Starting in 1965, the silver content was reduced from 90% down to 40% to encourage circulation but the coin was still kept in individual's hands. In 1971, silver was completely eliminated from the coin, yet the half dollar had been so long out of circulation banks & the population expressed little interest in using it. A total of 848,895,006 Kennedy Half dollars with silver were struck.

This act completely eliminated silver from dimes and quarters, and reduced the silver content from 90% to 40% in the Kennedy Half Dollars. This act was brought about because of coin shortages from people hoarding silver as the price rose relative to the USD. Prseident LBJ who signed the act into Law commented,
"When I have signed this bill before me, we will have made the first fundamental change in our coinage in 173 years. The Coinage Act of 1965 supersedes the act of 1792. And that act had the title: An Act Establishing a Mint and Regulating the Coinage of the United States. "
In an ironic sense, he goes on to state,
"If anybody has any idea of hoarding our silver coins, let me say this. Treasury has a lot of silver on hand, and it can be, and it will be used to keep the price of silver in line with its value in our present silver coin. There will be no profit in holding them out of circulation for the value of their silver content.
"

You can read President Lyndon B. Johnson's full remarks on signing the act.
R.I.P. argent

The one question that remains is:
When will the Coinage Act that reintroduces silver into our Monetary system be signed into effect?


Voir la vidéo: L histoire de la monnaie (Janvier 2022).