Podcasts sur l'histoire

Siège de Tolosa, 106 av.

Siège de Tolosa, 106 av.


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Siège de Tolosa, 106 av.

Le siège de Tolosa (106 av. J.-C.) est le seul combat enregistré cette année-là pendant la guerre cimbrique, et a vu les Romains reprendre une ville alliée qui s'était révoltée contre eux.

Les Romains avaient subi une série de revers en Gaule avant 106 av. Le consul Marcus Junius Silunus avait été vaincu par les Cimbres quelque part dans la région en 109 ou 108 av. En 107 avant JC, le consul L. Cassius Longinus fut vaincu par les Tigurini quelque part dans le sud-ouest de la France. Il a été tué dans la bataille et les survivants ont dû accepter des conditions humiliantes pour assurer leur sécurité.

Avant ces succès, la ville de Tolosa (Toulouse moderne) avait conclu une alliance avec Rome, et selon Cassius Dio, il y avait même une garnison romaine dans la ville. Les citoyens se révoltèrent contre les Romains et enchaînèrent la garnison.

Le consul Q. Servilius Caepio fut chargé de reprendre Tolosa. Il était l'un des consuls en 106 av.

Cassius Dio nous donne un bref compte rendu du siège. Les Romains ont été admis à Tolosa la nuit par leurs amis de la ville, ont pris possession et ont pillé la ville. L'aspect le plus célèbre du siège était la capture du «trésor de Tolosa», une grande quantité d'or et d'argent qui a été trouvée dans la ville.

Il y avait plusieurs théories sur la source du trésor dans l'antiquité. Strabon en rapporte deux. La première est qu'il s'agissait d'un trésor pris à Delphes lorsqu'il fut attaqué par les Celtes sous Brennus en 279 av. Le second, qu'il préférait clairement, a été tiré de Poséidonius, qui a rapporté que le trésor se composait de 15 000 talents de lingots d'or et d'argent, une grande partie trouvés dans des lacs sacrés. Le trésor de Delphes n'aurait pas été sous forme de lingots, car ceux-ci ont été pillés par les Phocéens pendant la troisième guerre sacrée (355-346 av. Finalement, l'attaque celtique contre Delphes a été vaincue, il était donc peu probable qu'un trésor ait été emporté. L'or et l'argent de Tolosa ont probablement été gagnés légitimement par les Celtes à Tolosa, puis dédiés aux dieux.

Dio dit qu'une partie du trésor provenait de Delphes, mais que la ville était riche en elle-même.

Orosius rapporte que 100 000 livres d'or et 110 000 livres d'argent ont été prises du temple d'Apollon à Tolosa.

Quelle que soit la valeur du trésor, ou d'où il venait, il n'atteignit pas Rome. Caelius l'envoya sous bonne garde à Massilia, mais il n'arriva jamais. Orosius dit que les hommes qui le gardaient ont été secrètement tués et que Caepio aurait volé l'argent. Dio le fait voler par les soldats eux-mêmes. Dans les deux cas, c'est devenu un scandale de longue date, menant à une enquête à Rome. Caelius a continué à jouer un rôle encore moins louable dans la défaite romaine à Arausio (6 octobre 105 avant JC), donc son rôle à Tolosa a été plutôt éclipsé par ce scandale ultérieur. Pompeius Trogus a même suggéré que la défaite à Arausio était une punition pour le vol du trésor.


Chronologie : Technologie des armes

Tout au long de l'histoire, les sociétés ont mis leurs meilleurs esprits au travail pour créer de nouvelles armes. Explorez l'histoire de la guerre et des armes avec notre chronologie de la technologie des armes. Veuillez noter que de nombreuses technologies sont difficiles à attribuer et que les dates historiques sont souvent approximatives.


Pompée

Gnaeus Pompeius Magnus (latin classique : [%CB%88gnae%CC%AF.%CA%8As pɔmˈpɛj.jʊs ˈmaŋ.nʊs] 29 septembre 106 av. J.-C. – 29 48 septembre av. J.-C.), généralement connu en anglais sous le nom de Pompée /&# x02c8p&# x0252mpi&# x02d0/ ou Pompée le Grand, était un chef militaire et politique de la fin de la République romaine. Il venait d'un riche milieu provincial italien, et son père avait été le premier à fonder la famille parmi la noblesse romaine. L'immense succès de Pompée en tant que général alors qu'il était encore très jeune lui a permis d'accéder directement à son premier consulat sans répondre aux exigences normales pour le bureau. Son succès en tant que commandant militaire lors de la Seconde Guerre civile de Sylla lui a valu le surnom de Magnus, "le Grand". Il fut consul trois fois et célébra trois triomphes.

Au milieu des années 60 av. Après la mort de Julia et Crassus, Pompée s'est rangé du côté des optimates, la faction conservatrice du Sénat romain. Pompée et César se sont ensuite disputés la direction de l'État romain, entraînant une guerre civile. Lorsque Pompée a été vaincu à la bataille de Pharsale, il a cherché refuge en Égypte, où il a été assassiné. Sa carrière et sa défaite sont importantes dans la transformation ultérieure de Rome de la République au Principauté et à l'Empire.

Jeunesse et débuts politiques La famille de Pompée a d'abord obtenu le poste de consul en 141 av. Le père de Pompée, Gnaeus Pompeius Strabon, était un riche provincial italien de Picenum, l'un des novi homines (hommes nouveaux). Pompée Strabon a gravi le cursus honorum traditionnel, devenant questeur en 104 av. J.-C., préteur en 92 av. J.-C. et consul en 89 av. Il a soutenu les optimistes traditionalistes de Sylla contre le général populariste Marius lors de la première guerre mario-sullane.

Il est mort pendant le siège marial contre Rome en 87 av. Dans le récit de Plutarque, son corps a été traîné hors de sa bière par la foule. Son fils Pompée, vingt ans, a hérité de ses domaines, de ses tendances politiques et de la loyauté de ses légions.

Pompée avait servi deux ans sous le commandement de son père et avait participé aux derniers actes de la guerre sociale de Mars contre les Italiens. Il rentre à Rome et est poursuivi pour détournement de butin : ses fiançailles avec la fille du juge, Antistia, lui assurent un acquittement rapide.

Au cours des années suivantes, les Mariannes s'emparèrent de l'Italie.[6] Lorsque Sylla revint de la campagne contre Mithridate en 83 avant JC, Pompée leva trois légions picéniennes pour le soutenir contre le régime marial de Gnaeus Papirius Carbo.

Sylla et ses alliés ont déplacé les Mariens en Italie et à Rome : Sylla, maintenant dictateur de Rome, a été impressionné par la performance confiante du jeune Pompée. Il l'a appelé imperator et lui a offert sa belle-fille, Aemilia Scaura, en mariage. Aemilia &# x2013 déjà mariée et enceinte &# x2013 a divorcé de son mari et Pompée a divorcé d'Antistia. Bien qu'Aemilia soit morte en couches peu de temps après, le mariage a confirmé la loyauté de Pompée et a considérablement stimulé sa carrière.

Sicile et Afrique La guerre d'Italie terminée, Sylla envoya Pompée contre les Mariens en Sicile et en Afrique. En 82 avant JC, Pompée sécurise la Sicile, garantissant l'approvisionnement en céréales de Rome. Il a exécuté Gnaeus Papirius Carbo et ses partisans d'emblée, ce qui a peut-être conduit à son surnom d'adulescens carnifex (boucher adolescent). En 81 av. J.-C., il passa dans la province romaine d'Afrique, où il vainquit Gnaeus Domitius Ahenobarbus et le roi numide Hiarbas, après une bataille acharnée.

Après cette série de victoires, Pompée a été proclamé Imperator par ses troupes sur le terrain en Afrique une fois de retour à Rome, il a reçu un accueil populaire enthousiaste et salué par Sylla comme Magnus (le Grand) &# x2013 probablement en reconnaissance des victoires incontestables de Pompée et la popularité. Cependant, il semble que Sylla hésitait à l'honorer. Le jeune général n'était encore officiellement qu'un simple privatus (citoyen privé) qui n'avait occupé aucun poste dans le cursus honorum. Le titre était peut-être destiné à réduire Pompée à sa taille, il ne l'a lui-même utilisé que plus tard dans sa carrière.

Lorsque Pompée a exigé un triomphe pour ses victoires africaines, Sylla a refusé que cela aurait été un honneur sans précédent, voire illégal, pour un jeune privatus &# x2013 par la loi, Pompée aurait dû dissoudre ses légions. Pompée a refusé et s'est présenté dans l'expectative aux portes de Rome, sur quoi Sylla a cédé et a accédé à sa demande. Cependant, Sylla a d'abord eu son propre triomphe, puis a permis à Metellus Pius son triomphe, reléguant Pompée à une troisième place extra-légale dans une succession rapide de triomphes.

Le jour où le triomphe devait avoir lieu, Pompée a tenté d'éclipser ses deux aînés dans un char triomphal remorqué par un éléphant, représentant ses conquêtes africaines exotiques. L'éléphant ne passerait pas la porte de la ville. Une replanification hâtive était nécessaire, au grand embarras de Pompée et au grand amusement des personnes présentes. Les historiens pensent que son refus de céder aux demandes d'argent quasi-mutineuses de ses troupes a impressionné son mentor et les conservateurs de Rome, ce qui a finalement conduit à son ascension dans la hiérarchie militaire et politique de Rome.

Quintus Sertorius et Spartacus La carrière de Pompée semble avoir été motivée par le désir de gloire militaire et le mépris des contraintes politiques traditionnelles. Dans un mouvement politique très courant à l'époque, Pompey a épousé la belle-fille de Sylla, Mucia Tertia. Cependant, lors des élections consulaires de 78 av. En 78 avant JC, Sylla est mort lorsque Lépide s'est révolté, Pompée l'a supprimé au nom du Sénat. Il a ensuite demandé l'imperium proconsulaire en Hispanie pour faire face au général des populares Quintus Sertorius, qui avait résisté au cours des trois dernières années à Quintus Caecilius Metellus Pius, l'un des généraux les plus compétents de Sylla.

L'aristocratie romaine l'a rejeté, car elle commençait à craindre le jeune général populaire et prospère. Pompée a eu recours à sa persuasion éprouvée, il a refusé de dissoudre ses légions jusqu'à ce que sa demande soit accordée. Le sénat adhéra, lui accorda à contrecœur le titre de proconsul et des pouvoirs égaux à ceux de Metellus, et l'envoya en Hispanie.

En route pour l'Espagne, Pompée a passé un an à soumettre les tribus rebelles du sud de la Gaule et à organiser la province.

Pompée est resté en Hispanie de 76 &# x2013 71 av. Bien qu'il n'ait jamais été capable de battre Sertorius de manière décisive (et il a failli rencontrer le désastre à la bataille de Sucro), il a remporté plusieurs campagnes contre les officiers subalternes de Sertorius et a progressivement pris l'avantage sur son ennemi dans une guerre d'usure. Sertorius était considérablement affaibli et, en 74 av. J.-C., Metellus et Pompée gagnaient ville après ville. En 72 avant JC, les Sertoriens ne contrôlaient guère plus que la Lusitanie et de nombreux soldats désertaient.

Enfin, Pompée a réussi à écraser les populares lorsque Sertorius a été assassiné par son propre officier, Marcus Perperna Vento, qui a été vaincu de manière décisive en 72 avant JC par le jeune général, lors de leur première bataille. Au début de 71 avant JC, l'ensemble de l'Hispanie était soumis. Pompée montra un talent pour une organisation efficace et une administration juste dans la province conquise, ce qui étendit son patronage à toute l'Hispanie et dans le sud de la Gaule. Quelque temps en 71 avant JC, il partit pour l'Italie, avec son armée.

Pendant ce temps, Crassus faisait face à Spartacus pour mettre fin à la troisième guerre servile de Rome. Crassus a vaincu Spartacus, mais dans sa marche vers Rome, Pompée a rencontré les restes de l'armée de Spartacus, il en a capturé cinq mille et a revendiqué le mérite d'avoir terminé la révolte, ce qui a rendu Crassus furieux.

De retour à Rome, Pompée était très populaire. Le 31 décembre 71 av. J.-C., il a reçu un triomphe pour ses victoires en Hispanie &# x2013 comme son premier, il a été accordé de manière extrajudiciaire. Pour ses admirateurs, il était le général le plus brillant de l'époque, évidemment favorisé par les dieux et un champion possible des droits du peuple. Il avait réussi à faire face à Sylla et son Sénat, lui ou son influence pourrait restaurer les droits et privilèges traditionnels de la plèbe perdus sous la dictature de Sylla.

Pour cette raison, Pompée a été autorisé à contourner une autre ancienne tradition romaine à seulement 35 ans et même s'il n'était pas sénateur, il a été élu consul par une majorité écrasante et a servi en 70 avant JC avec Crassus comme partenaire. L'ascension fulgurante de Pompée au consulat était sans précédent. Sa tactique a offensé la noblesse traditionaliste dont il prétendait partager et défendre les valeurs. Il ne leur avait laissé d'autre choix que d'autoriser son consulat.

Campagne contre les pirates Deux ans après son consulat, Pompée s'est vu offrir le commandement d'une force opérationnelle navale pour lutter contre la piraterie en mer Méditerranée. La faction conservatrice du Sénat est restée méfiante et méfiante à son égard, cela semblait encore une autre nomination illégale ou du moins extraordinaire. Les partisans de Pompée pour cette commande &# x2013 y compris César &# x2013 étaient en minorité, mais le soutien a été fouetté par sa nomination par la tribune de la plèbe Aulus Gabinius qui a proposé une Lex Gabinia Pompée devrait avoir le contrôle sur la mer et les côtes pour 50 milles à l'intérieur des terres. Cela le placerait au-dessus de tous les chefs militaires de l'Est - il a été adopté malgré une opposition véhémente.

Selon les historiens de Rome, les pirates avaient librement pillé les villes côtières de la Grèce, de l'Asie et de l'Italie elle-même. L'étendue et la nature de leur menace sont discutables. Tout ce qui menaçait l'approvisionnement en céréales de Rome était une cause de panique, et les Romains avaient tendance à exagérer de telles menaces. L'opinion publique romaine et les partisans de Pompée ont peut-être exagéré la solution. Divers établissements, peuples et cités-États autour de la Méditerranée avaient coexisté plusieurs siècles et la plupart avaient exploité de petites flottes pour la guerre ou le commerce de marchandises, y compris des esclaves. Leurs alliances pouvaient être lâches et temporaires ou plus ou moins permanentes, certains se considéraient comme des nations.

Avec l'hégémonie croissante de Rome, les économies maritimes indépendantes de la Méditerranée auraient été encore plus marginalisées et un nombre croissant aurait eu recours à la piraterie. Tant qu'ils répondaient aux besoins croissants de Rome en esclaves, laissaient ses alliés et ses territoires intacts et n'offraient aucun soutien à ses ennemis, ils étaient tolérés. Certains ont été subventionnés. Mais la peur du piratage était puissante et ces mêmes pirates, il a été allégué plus tard, avaient aidé Sertorius.

À la fin de cet hiver, les préparatifs étaient terminés. Pompée a attribué l'une des treize zones à chacun de ses légats et a envoyé leurs flottes. En quarante jours, la Méditerranée occidentale a été nettoyée.[26] Dio a signalé que la communication avait été rétablie entre l'Hispanie, l'Afrique et l'Italie et que Pompée s'était alors occupé de la plus grande de ces alliances, centrée sur la côte de la "Cilicia rude". Après avoir « vaincu » sa flotte, il a provoqué sa reddition par des promesses de pardon et a installé nombre de ses habitants à Soli, qui s'appelait désormais Pompéiopolis.

De Souza (2002) constate que Pompée avait officiellement renvoyé les Ciliciens dans leurs propres villes, qui étaient des bases idéales pour la piraterie et non &# x2013 comme Dio l'aurait &# x2013 pour la réforme digne des pirates en tant qu'agriculteurs. Toute la campagne de Pompée est donc remise en question, sa description en tant que "guerre" est une hyperbole - une forme de traité ou de gain est probable, avec Pompée comme négociateur en chef. C'était une pratique courante, mais indigne et rarement reconnu, les généraux de Rome étaient censés mener et gagner des guerres. Une décennie plus tard, dans les années 50 avant JC, les Ciliciens et les pirates en général restaient une nuisance pour le commerce maritime de Rome.

A Rome, cependant, Pompée était à nouveau le héros, il avait garanti l'approvisionnement en céréales. Selon Plutarque, à la fin de l'été 66 avant JC, ses forces avaient balayé la Méditerranée sans opposition. Pompée a été salué comme le premier homme à Rome, Primus inter pares (le premier parmi ses pairs). Cicéron ne put résister à un panégyrique :

"Pompée fit ses préparatifs pour la guerre à la fin de l'hiver, y entra au commencement du printemps, et la termina au milieu de l'été."

L'opportunité de sa campagne a probablement garanti à Pompée son prochain et encore plus impressionnant commandement, cette fois dans la longue guerre de Rome contre Mithridate. Dans les années 40 av.

Pompée à l'Est Pompée passa le reste de l'année et le début de l'année suivante à visiter les villes de Cilicie et de Pamphylie, et à pourvoir au gouvernement des territoires nouvellement conquis. En son absence de Rome (66 av. J.-C.), il fut nommé pour succéder à Lucius Licinius Lucullus en tant que commandant de la troisième guerre de Mithridate contre Mithridate VI de Pont à l'Est. Le commandement de Pompée a été proposé par le tribun Gaius Manilius, soutenu par César et justifié par Cicéron dans pro Lege Manilia. Son beau-frère Quintus Metellus Celer a servi sous lui à cette époque et l'a suivi dans ses exploits en Orient. Comme la loi gabinienne, elle fut combattue par l'aristocratie, mais fut néanmoins adoptée.

Lucullus, un noble plébéien, était furieux à la perspective de son remplacement par un « homme nouveau » tel que Pompée. Le commandant sortant et ses remplaçants ont échangé des insultes. Lucullus a appelé Pompée un "vautour" qui se nourrissait du travail des autres. Lucullus faisait non seulement référence au nouveau commandement de Pompée contre Mithridate, mais aussi à sa prétention d'avoir terminé la guerre contre Spartacus.

À l'approche de Pompée, Mithridate a stratégiquement retiré ses forces. Cependant, Pompée réussit à assiéger son camp, mais ne put empêcher son ennemi de briser l'encerclement et de battre en retraite plus à l'est. Mais, par la suite, près de l'Arménie, Pompée a réussi à surprendre l'armée pontique par une audacieuse attaque nocturne et l'a presque détruite, ne laissant au roi d'autre choix que de fuir dans le désarroi. Tigrane le Grand lui refusa le refuge, alors il se dirigea vers ses propres territoires dans le Bosphore Cimmérien. Pompée a obtenu un traité avec Tigrane et, en 65 av. Les Romains ont remporté une succession de victoires décisives sur ces peuples sur les rivières Abas et Cyrus et à Seusamora, détruisant leurs forces.Pompée a ensuite avancé à Phasis en Colchide et a assuré la liaison avec son légat Servilius, amiral de sa flotte Euxine, avant de vaincre définitivement Mithridate.

Pompée revint ensuite sur ses pas, passa l'hiver au Pont et en fit une province romaine. En 64 av. J.-C., il entra en Syrie, déposa son roi, Antiochus XIII Asiaticus, et la reconstitua également en province romaine. En 63 avant JC, il s'est déplacé vers le sud et a établi la suprématie romaine en Phénicie et en Coele-Syrie.

En Judée, Pompée est intervenu dans la guerre civile entre Hyrcan II, qui soutenait la faction pharisienne et Aristobule II, qui soutenait les Sadducéens. Les armées de Pompée et d'Hyrcan II assiégèrent Jérusalem. Au bout de trois mois, la ville est tombée.

"Des Juifs, il en tomba douze mille, mais très peu de Romains. et aucune petite énormité n'a été commise autour du temple lui-même, qui, dans les âges antérieurs, avait été inaccessible, et vu par personne car Pompée y est entré, et bon nombre de ceux qui étaient avec lui aussi, et ont vu tout ce qu'il était. interdit à tout autre homme de voir, mais seulement pour les grands prêtres. Il y avait dans ce temple la table d'or, le chandelier sacré, et les vases à verser, et une grande quantité d'épices et en plus de ceux-ci il y avait parmi les trésors deux mille talents d'argent sacré ; pourtant Pompée n'a rien touché de tout cela, à cause de son égard pour la religion et en ce point aussi il a agi d'une manière qui était digne de sa vertu. Le lendemain, il ordonna à ceux qui avaient la charge du temple de le purifier et d'apporter à Dieu les offrandes que la loi exigeait et il restaura la haute prêtrise à Hyrcan, à la fois parce qu'il lui avait été utile à d'autres égards, et parce qu'il empêcha les Juifs du pays de prêter assistance à Aristobule dans sa guerre contre lui. (Josephus, Antiquities of the Jews, livre 14, chapitre 4 tr. de William Whiston, disponible sur Project Gutenberg.)

Pendant la guerre de Judée, Pompée apprit le suicide de Mithridate, son armée l'avait abandonné pour son fils Pharnace. En tout, Pompée avait annexé quatre nouvelles provinces à la République : Bithynie et Pont, Syrie, Cilicie et Crète. Les protectorats asiatiques de Rome s'étendaient désormais aussi loin à l'est que la mer Noire et le Caucase. Les victoires militaires de Pompée, les règlements politiques et les annexions en Asie ont créé la nouvelle frontière de Rome à l'est.

Retour à Rome, et troisième triomphe Nouvelles des victoires de Pompée dans l'Est &# x2013 et probablement de ses honneurs divins &# x2013 atteint Rome avant lui. Il avait un culte à Délos et était « sauveur » à Samos et Mytélène. Plutarque cite un mur-graffito à Athènes, le référant à Pompée : "Plus vous savez que vous êtes un homme, plus vous devenez un dieu". En Grèce, ces honneurs étaient le tarif standard pour les bienfaiteurs. A Rome, ils auraient semblé dangereusement monarchiques.

En l'absence de Pompée, son ancien partisan Cicéron était devenu consul. Son vieil ennemi et collègue Crassus soutenait César. Au Sénat et dans ses coulisses, Pompée était probablement tout aussi admiré, craint et exclu dans les rues, il était plus populaire que jamais. Ses victoires orientales lui ont valu son troisième triomphe. Le jour de son 45e anniversaire, en 61 av. Malgré tout, il était accompagné d'un gigantesque portrait de lui-même, parsemé de perles.

Son troisième triomphe a dépassé tous les autres, deux jours inédits étaient prévus pour son cortège et ses jeux (ludi). Butin, prisonniers, armée et bannières représentant des scènes de batailles suivaient la route triomphale entre le Campus Martius et le temple capitoline de Jupiter. Pour conclure, il offrit un immense banquet triomphal et de l'argent au peuple de Rome, et leur promit un nouveau théâtre. Plutarque a affirmé que ce triomphe représentait la domination de Pompée &# x2013 et donc de Rome &# x2013 sur le monde entier, une réalisation qui surpasse même celle d'Alexandre.

Pendant ce temps, Pompée a promis à ses anciens combattants à la retraite des terres publiques à cultiver, puis a renvoyé ses armées. C'était un geste traditionnel rassurant, mais le Sénat restait méfiant. Ils ont débattu et retardé ses règlements politiques orientaux[45] et les dons promis de terres publiques. Désormais, Pompée semble avoir maintenu une ligne prudente entre ses partisans populaires enthousiastes et les conservateurs qui semblaient si réticents à reconnaître ses solides réalisations. Cela le conduirait à des alliances politiques inattendues.

César et le premier triumvirat Bien que Pompée et Crassus se méfiaient l'un de l'autre, les clients agricoles de Crassus étaient repoussés en même temps que les vétérans de Pompée étaient ignorés, et en 61 av. du service en Hispanie et prêt à demander le consulat pour 59 av. Leur alliance politique, connue par la suite sous le nom de Premier Triumvirat, a fonctionné au profit de chacun. Pompée et Crassus feraient César Consul, et César utiliserait son pouvoir consulaire pour promouvoir leurs revendications.

Le consulat de César en 59 av. Elle était la fille de César, Julia Pompey aurait été entichée d'elle. La même année, Clodius renonce à son statut de patricien, est adopté dans une gens plébéienne et est élu tribun de la plèbe. À la fin de son consulat, César a obtenu le commandement proconsulaire en Gaule. Pompée reçut le poste de gouverneur d'Hispania Ulterior, mais resta à Rome pour superviser l'approvisionnement en céréales en tant que conservateur des annones.

Malgré sa préoccupation pour sa nouvelle épouse, Pompée a bien géré la question des céréales. Son sens politique était moins sûr. Lorsque Clodius s'en prend à lui à son tour, Pompée se défend en soutenant le rappel de Cicéron d'exil (57 av. Une fois de retour à Rome, Cicéron reprit son rôle de défenseur de Pompée et d'antagoniste de Clodius, mais Pompée lui-même se retira auprès de sa charmante jeune épouse et ses plans théâtraux n'étaient pas attendus d'un jeune général autrefois éblouissant.

Pompée aurait pu également être obsédé, épuisé et frustré. Son propre parti ne lui avait pas pardonné d'avoir autorisé l'expulsion de Cicéron. Certains ont essayé de le persuader que Crassus complotait son assassinat. Pendant ce temps, César semblait déterminé à dépasser ses deux collègues en général et en popularité.

En 56 avant JC, les liens entre les trois hommes s'effilochaient. César convoqua d'abord Crassus, puis Pompée, à une réunion secrète, la Conférence de Lucca, dans la ville de Lucca, dans le nord de l'Italie, pour repenser leur stratégie commune. Ils ont convenu que Pompée et Crassus se présenteraient à nouveau pour le consulat en 55 av. Une fois élus, ils prolongeraient de cinq ans le commandement de César en Gaule. À la fin de leur année consulaire commune, Crassus aurait le gouvernement influent et lucratif de la Syrie et l'utiliserait comme base pour conquérir la Parthie. Pompée garderait Hispania in absentia.

En 55 av. J.-C., Pompée et Crassus sont élus consuls, sur fond de corruption, de troubles civils et de violence électorale. Le nouveau théâtre de Pompée est inauguré la même année. C'était le premier théâtre permanent de Rome, un gigantesque complexe autonome architecturalement audacieux sur le Campus Martius, avec des boutiques, des bâtiments multiservices, des jardins et un temple dédié à Vénus Victrix. Ce dernier rattache son donateur à Enée, fils de Vénus et ancêtre de Rome elle-même. Dans son portique, la statuaire, les peintures et les richesses personnelles des rois étrangers pouvaient être admirées à loisir. Le triomphe de Pompée a survécu. Son théâtre était un lieu de rencontre idéal pour ses partisans.

De l'affrontement à la guerre

En 54 av. J.-C., Julia, fille unique de César et épouse de Pompée, mourut en couches avec son bébé. Pompée et César ont partagé leur chagrin et leurs condoléances, mais la mort de Julia a brisé leurs liens familiaux. L'année suivante, Crassus, son fils Publius et la plupart de son armée furent anéantis par les Parthes à Carrhae. César, et non Pompée, était désormais le grand nouveau général de Rome et le fragile équilibre des pouvoirs entre eux était menacé. L'anxiété du public a débordé : des rumeurs ont circulé selon lesquelles Pompée se verrait proposer la dictature au nom de la loi et de l'ordre.

César a cherché une deuxième alliance matrimoniale avec Pompée, offrant sa petite-nièce Octavia (la sœur du futur empereur Auguste). Cette fois, cependant, Pompée a refusé. En 52 avant J.-C., il épousa Cornelia Metella, la très jeune veuve du fils de Crassus Publius, et la fille de Caecilius Metellus Scipio, l'un des plus grands ennemis de César&# x2019s. Pompée dérivait vers les optimaux. On peut présumer qu'ils le considéraient comme le moindre de deux maux.

La même année, Clodius est assassiné. Lorsque ses partisans ont incendié le Sénat en représailles, le Sénat a fait appel à Pompée. Il a réagi avec une efficacité impitoyable. Cicéron, défendant l'assassin accusé Titus Annius Milo, a été tellement secoué par un Forum bouillonnant de soldats armés, qu'il n'a pas pu terminer sa défense.

Une fois l'ordre rétabli, le Sénat et Caton ont évité d'accorder la dictature de Pompée &# x2013 il a rappelé Sylla et ses proscriptions sanglantes. Au lieu de cela, ils l'ont nommé consul unique, ce qui lui a conféré des pouvoirs étendus, mais limités. Un dictateur ne peut être légalement puni pour des mesures prises pendant son mandat. En tant que seul consul, Pompée serait responsable de ses actes une fois démis de ses fonctions.

Pendant que César luttait contre Vercingétorix en Gaule, Pompée procédait à un programme législatif pour Rome. Ses détails suggéraient une alliance secrète avec les ennemis de César : parmi ses diverses réformes juridiques et militaires, il y avait une loi autorisant des poursuites rétrospectives pour corruption électorale. Les alliés de César ont correctement interprété cela comme une menace pour César une fois son imperium terminé. Pompée a également interdit à César de se porter candidat au consulat par contumace, bien que cela ait été autorisé par les lois antérieures.

Cela a semblé mettre fin aux plans de César après l'expiration de son mandat en Gaule. Enfin, en 51 av. Cela laisserait bien sûr César sans défense devant ses ennemis. Comme Cicéron l'a tristement noté, Pompée avait été diminué par l'âge, l'incertitude, sa peur de César et la tension d'être l'outil choisi d'une oligarchie querelleuse d'optimums. Le conflit à venir semblait inévitable.

Guerre civile et assassinat Au début, Pompée a affirmé qu'il pouvait vaincre César et lever des armées simplement en tapant du pied sur le sol italien, mais au printemps de 49 av. de Rome. Ses légions se retirèrent au sud vers Brundisium, où Pompée avait l'intention de trouver une force renouvelée en faisant la guerre à César à l'est. En utilisant ses ressources stratégiques à l'Est, ainsi que sa force navale pour vaincre les forces de César. Dans le processus, ni Pompée ni le Sénat n'ont pensé à emporter le vaste trésor avec eux, pensant probablement que César n'oserait pas le prendre pour lui-même. Il a été laissé commodément dans le Temple de Saturne lorsque César et ses forces sont entrés dans Rome.

Échappant à peine à César à Brundisium, Pompée a traversé l'Épire, où, pendant la campagne espagnole de César, Pompée avait rassemblé une grande force en Macédoine, comprenant neuf légions renforcées par des contingents des alliés romains à l'est.[52] Sa flotte, recrutée dans les villes maritimes de l'Est, contrôle l'Adriatique. Néanmoins, César a réussi à traverser l'Épire en novembre 49 av. J.-C. et a procédé à la capture d'Apollonia.

Pompée a réussi à arriver à temps pour sauver Dyrrachium, et il a ensuite tenté d'attendre César pendant le siège de Dyrrachium, remportant une victoire. Pourtant, en omettant de poursuivre au moment critique de la défaite de César, Pompée a gâché la chance de détruire l'armée beaucoup plus petite de César. Comme César lui-même l'a dit, « Aujourd'hui, l'ennemi aurait gagné s'il avait eu un commandant qui était un vainqueur » (Plutarque, 65E).

Selon Suétone, c'est à ce moment que César a déclaré que " cet homme (Pompée) ne sait pas gagner une guerre ". Avec César sur le dos, les conservateurs dirigés par Pompée ont fui vers la Grèce. César et Pompée ont eu leur épreuve de force finale à la bataille de Pharsale en 48 av. Les combats ont été acharnés pour les deux camps, et bien que l'on s'attend à ce que Pompée gagne, en raison de l'avantage numérique, les tactiques brillantes et les capacités de combat supérieures des vétérans de César ont conduit à une victoire pour César. Pompée a rencontré sa femme Cornelia et son fils Sextus Pompeius sur l'île de Mytilène. Il se demanda alors où aller ensuite. La décision de courir vers l'un des royaumes de l'Est a été annulée en faveur de l'Égypte.

Après son arrivée en Egypte, le sort de Pompée fut décidé par les conseillers du jeune roi Ptolémée XIII. Pendant que Pompée attendait au large, ils discutèrent du coût de lui offrir un refuge auprès de César déjà en route vers l'Égypte, l'eunuque du roi Pothinus l'emporta. Dans les derniers passages dramatiques de sa biographie, Plutarque a demandé à Cornelia de regarder avec anxiété depuis la trirème Pompée partir dans un petit bateau avec quelques camarades maussades et silencieux, et se diriger vers ce qui semblait être une fête de bienvenue sur la côte égyptienne à Péluse. Alors que Pompée se levait pour débarquer, il fut poignardé à mort par ses traîtres, Achillas, Septime et Salvius.

Plutarque lui fait affronter son destin avec une grande dignité, à l'occasion de ses 60 ans. Son corps est resté sur le rivage, pour être incinéré par son fidèle homme libre Philip sur les planches pourries d'un bateau de pêche. Sa tête et son sceau ont été présentés à César, qui, selon Plutarque, a pleuré cette insulte à la grandeur de son ancien allié et gendre, et a puni ses assassins et leurs co-conspirateurs égyptiens, mettant à mort Achillas et Pothinus. . Les cendres de Pompée ont finalement été rendues à Cornelia, qui les a transportées dans sa maison de campagne près d'Alba.

Cassius Dio décrit les réactions de César avec scepticisme et considère les propres erreurs de jugement politiques de Pompée, plutôt que la trahison, comme déterminantes dans sa chute. Dans le récit d'Appian sur la guerre civile, César fait enterrer la tête coupée de Pompée à Alexandrie, dans un terrain réservé à un nouveau temple à la déesse Némésis, dont les fonctions divines comprenaient la punition de l'orgueil. Pour Pline, l'humiliation de la fin de Pompée est anticipée par la fierté vantarde de sa tête de portrait surdimensionnée, entièrement constellée de perles, et portée en procession lors de son plus grand triomphe. Suétone, cependant, déclare que César "Il a même remis à leur place les statues de Lucius Sylla et de Pompée qui avaient été brisées par le peuple."

Généralités La gloire militaire de Pompée était sans égal pendant quelques décennies. Pourtant, ses compétences ont parfois été critiquées par certains de ses contemporains. Sertorius ou Lucullus, par exemple, étaient particulièrement critiques. Les tactiques de Pompée étaient généralement efficaces, mais pas particulièrement innovantes ou imaginatives. Ils pourraient s'avérer insuffisants contre de plus grands tacticiens. Cependant, Pharsalus était sa seule défaite décisive. Parfois, il hésitait à risquer une bataille ouverte. Bien que n'étant pas extrêmement charismatique, Pompée pouvait faire preuve d'une bravoure et de compétences de combat extraordinaires sur le champ de bataille, ce qui a inspiré ses hommes. Tout en étant un superbe commandant, Pompée a également acquis la réputation d'avoir volé les victoires d'autres généraux.

D'autre part, Pompée est généralement considéré comme un stratège et un organisateur hors pair, qui pouvait gagner des campagnes sans faire preuve de génie sur le champ de bataille, mais simplement en déjouant constamment ses adversaires et en les poussant progressivement dans une situation désespérée. Pompée était un grand planificateur et avait d'énormes compétences organisationnelles, ce qui lui a permis de concevoir de grandes stratégies et d'opérer efficacement avec de grandes armées. Au cours de ses campagnes à l'est, il agit comme un marteau, poursuivant sans relâche ses ennemis et choisissant le terrain de ses combats.

Surtout, il a souvent su s'adapter à ses ennemis. À de nombreuses reprises, il a agi très rapidement et de manière décisive, comme il l'a fait lors de ses campagnes en Sicile et en Afrique, ou contre les pirates ciliciens. Pendant la guerre de Sertorius, d'autre part, Pompée a été battu à plusieurs reprises par Sertorius. Par conséquent, il a décidé de recourir à une guerre d'usure, dans laquelle il éviterait les batailles ouvertes contre son principal adversaire mais essaierait plutôt de regagner progressivement l'avantage stratégique en capturant ses forteresses et ses villes et en battant ses officiers subalternes. Dans certains cas, Sertorius s'est présenté et a forcé Pompée à abandonner un siège, seulement pour le voir frapper ailleurs.[64] Cette stratégie n'était pas spectaculaire, mais elle a conduit à des gains territoriaux constants et a fait beaucoup pour démoraliser les forces Sertorian. En 72 avant JC, l'année de son assassinat, Sertorius était déjà dans une situation désespérée et ses troupes désertaient. Contre Perpenna, un tacticien bien inférieur à son ancien commandant en chef, Pompée décide de revenir à une stratégie plus agressive et remporte une victoire décisive qui met effectivement fin à la guerre.

Contre César aussi, sa stratégie était saine. Lors de la campagne de Grèce, il réussit à reprendre l'initiative, à joindre ses forces à celles de Metellus Scipion (chose que César voulait éviter) et à piéger son ennemi. Sa position stratégique était donc bien meilleure que celle de César et aurait pu mourir de faim son armée. Cependant, il a finalement été contraint de livrer une bataille ouverte par ses alliés et ses tactiques conventionnelles n'ont pas été à la hauteur de celles de César et de ses troupes mieux entraînées.

Représentations ultérieures et réputation Pour les historiens de sa propre période et des périodes romaines ultérieures, Pompée correspondait au trope du grand homme qui a remporté des triomphes extraordinaires grâce à ses propres efforts, mais est tombé du pouvoir et a finalement été assassiné par trahison.

C'était un héros de la République, qui semblait autrefois tenir le monde romain dans sa paume, pour être abattu par César. Pompée a été idéalisé comme un héros tragique presque immédiatement après Pharsale et son meurtre. Plutarque le dépeint comme un Romain Alexandre le Grand, pur de cœur et d'esprit, détruit par les ambitions cyniques de ceux qui l'entourent. Cette représentation de lui a survécu dans les périodes de la Renaissance et du baroque, par exemple dans la pièce de Corneille La mort de Pompée (1642). Malgré sa guerre contre César, Pompée était encore largement célébré pendant la période impériale, comme le conquérant de l'orient.Lors du cortège funèbre d'Auguste, des photos de lui ont été portées car il était encore largement considéré comme le grand conquérant de l'Orient. En tant que triomphateur, il possédait également de nombreuses statues à Rome, dont l'une se trouvait sur le forum d'Auguste. Bien que le pouvoir impérial ne l'honore pas autant que son ennemi juré, qui était considéré comme un dieu, sa réputation auprès de nombreux aristocrates et historiens était égale ou même supérieure à celle de César.

Pompée est apparu en tant que personnage dans plusieurs romans, pièces de théâtre, films cinématographiques et autres médias modernes.

Théâtre, cinéma et télévision

  • Une représentation théâtrale était la pièce de John Masefield La tragédie de Pompée le Grand (1910).
  • Dans la scène d'ouverture du film de 1961 King of Kings, il est joué par l'acteur Conrado San Mart&# x00edn.
  • Dans la série télévisée Xena : Warrior Princess, il est interprété par l'acteur Jeremy Callaghan.
  • Chris Noth incarne Pompée dans la mini-série Julius Caesar de 2002.
  • Il apparaît comme un personnage majeur dans la première saison de la série HBO Rome, dans laquelle il est interprété par Kenneth Cranham.
  • En 2006, il a été joué par John Shrapnel dans le docu-drame de la BBC Ancient Rome: The Rise and Fall of an Empire.
  • Dans la série télévisée Spartacus : War of the Damned, il est interprété par l'acteur Joel Tobeck.
  • Dans la série de romans historiques Masters of Rome de Colleen McCullough, les exploits de jeunesse de Pompée sont décrits dans Fortune's Favorites, la formation du premier triumvirat et son mariage avec Julia est une grande partie des femmes de César et sa perte de Julia, la dissolution du premier triumvirat , sa carrière politique ultérieure, la guerre civile entre lui et César et sa défaite éventuelle, sa trahison et son meurtre en Égypte sont tous racontés dans César.
  • Dans les bandes dessinées, il apparaît comme l'ennemi de Jules César tout au long de la série Les Aventures d'Alix.
  • Pompey est un personnage récurrent de la série de romans Roma Sub Rosa de Steven Saylor, décrivant son rôle dans la guerre civile avec César. Sa dernière apparition est dans le roman de Saylor Le Jugement de César, décrivant graphiquement son meurtre par Ptolémée en Égypte.
  • Pompey apparaît également fréquemment dans la série SPQR de John Maddox Roberts, narrée par le sénateur Decius Metellus, un neveu fictif de Caecilius Metellus Pius. Decius méprise Pompée en tant que chercheur de gloire et accapareur de crédit, tout en reconnaissant qu'il est un cancre politique qui a finalement été entraîné dans la querelle des optimaux avec César.
  • Pompey est un personnage récurrent majeur de la trilogie de Robert Harris sur la vie de Cicéron (Imperium, Lustrum et Dictator), dans laquelle Pompey est dépeint comme grandiloquent et stupide, bien que redoutable.

Mariages et progéniture

  1. Première épouse, Antistia
  2. Deuxième épouse, Aemilia Scaura (la belle-fille de Sulla)
  3. Troisième épouse, Mucia Tertia (dont il a divorcé pour adultère, selon les lettres de Cicéron)
  4. Progéniture du mariage entre Mucia et Pompey Magnus (1. Gnaeus Pompeius, exécuté en 45 avant JC, après la bataille de Munda, 2. Pompeia Magna, marié à Faustus Cornelius Sulla ancêtre de Gnaeus Pompeius Magnus (premier mari de Claudia Antonia), 3. Sextus Pompée, qui se révolterait en Sicile contre Auguste)
  5. Quatrième épouse Julia (fille de César)
  6. Cinquième épouse, Cornelia Metella (fille de Metellus Scipio)

Chronologie de la vie et de la carrière de Pompée

  • 106 BC 29 septembre&# x2013 Né à Picenum
  • 83 BC&# x2013 s'aligne avec Sylla, après son retour de la guerre de Mithridate contre le roi Mithridate IV de Pont
  • 83 avant JC - Pompée lève une légion et une cavalerie dans l'espoir de rejoindre Sylla
  • 82 BC- Mariage avec Aemilia Scaura à la demande de Sylla, Aemilia est déjà enceinte et meurt finalement pendant l'accouchement
  • 82&# x201381 BC&# x2013 bat les alliés de Gaius Marius en Sicile (automne 82 avant J.-C.) et en Afrique après sa victoire en Sicile
  • 81 BC&# x2013 retourne à Rome et célèbre le premier triomphe
  • 80 avant JC- Pompée épouse Mucia de la famille Mucii Scaevolae
  • 79 avant JC- Pompée soutient l'élection de Marcus Aemilius Lepidus, Lepidus se révolte ouvertement contre le sénat quelques mois plus tard, Pompée réprime la rébellion avec une armée levée de Picenum et réprime la rébellion tuant le légat principal Marcus Junius Brutus, père de Brutus qui assassiné Jules César
  • 76&# x201371 BC&# x2013 Campagne en Hispanie contre Sertorius
  • 71 BC&# x2013 retourne en Italie et participe à la répression d'une rébellion d'esclaves dirigée par Spartacus Deuxième triomphe
  • 70 BC&# x2013 Premier consulat (avec M. Licinius Crassus)
  • 67 BC&# x2013 bat les pirates et va à la province d'Asie
  • 66&# x201361 BC&# x2013 bat le roi Mithridate de Pont à la fin de la troisième guerre de Mithridate
  • 64&# x201363 BC&# x2013 Marche de Pompée à travers la Syrie, le Levant et la Judée
  • 61 avant J.-C. 29 septembre&# x2013 Troisième triomphe
  • 59 av. J.-C.&# x2013 Le premier triumvirat est constitué des alliés de Pompée à Jules César et Licinius Crassus mariage à Julia (fille de Jules César)
  • 58&# x201355 BC&# x2013 gouverne l'Hispanie Ulterior par procuration, la construction du théâtre de Pompée
  • 55 BC&# x2013 Deuxième consulat (avec M. Licinius Crassus), Dédicace du Théâtre de Pompée
  • 54 BC&# x2013 Julia meurt le premier triumvirat se termine
  • 52 BC&# x2013 Sert de consul unique pour le mois intercalaire,[70] troisième consulat ordinaire avec Metellus Scipio pour le reste de l'année mariage avec Cornelia Metella
  • 51 BC&# x2013 interdit à César (en Gaule) de se présenter au consulat par contumace
  • 50 BC&# x2013 tombe dangereusement malade avec de la fièvre en Campanie, mais est sauvé "par des prières publiques"
  • 49 BC&# x2013 César traverse la rivière Rubicon et envahit l'Italie Pompée se retire en Grèce avec les conservateurs
  • 48 BC&# x2013 César bat l'armée de Pompée près de Pharsale, Grèce. Pompée se retire en Égypte et est tué à Péluse.

Regio V Picenum est la cinquième région romaine à l'époque d'Auguste. Dénomination

Comme il n'y avait pas de nom officiel à l'époque des régions augustines, la région est actuellement nommée Regio V Picenum, en utilisant le nom de ceux qui habitaient la région avant la conquête romaine, les Picenos. Regio V comprenait également le territoire de pretuzos (ager Pretutianus)

Il correspondait au territoire des Marches actuelles, au sud du fleuve Esino, de l'actuelle province de Teramo et à une partie de l'actuelle province de Pescara dans les Abruzzes, comprenant approximativement les terres comprises entre le fleuve Esino au nord, l'Adriatique au à l'est, les Apennins à l'ouest et la rivière Saline au sud.

Une description du territoire de la Regio V est présente dans Naturalis Historia de Plinio el Viejo (Plinio il Vecchio, Naturalis Historia, Livre III, paragraphe 110-111) [1] où les villes qui se trouvaient dans la région sont nommées :

La région est devenue une partie du territoire romain au IIIe siècle av. C.

C'était le lieu de naissance du sénateur et consul romain Cneo Pompeyo Estrab&# x00f3n , père de Pompeyo Magno .


Marcus Tullius Cicéron (106-43 av. J.-C.)

Cicéron (philosophe, avocat, homme d'État et rhéteur) est né en 106 av. Cicéron est né dans l'état de la soi-disant aristocratie municipale (ordo equestris), une très bonne position sociale et économique dans la société romaine. Mais Cicéron dans la société romaine était ainsi appelé “homo novus” parce qu'il n'appartenait pas à la haute oligarchie. Selon Plutarque, Marcus Tullius Cicero était un étudiant très talentueux. Grâce à ses qualités, Cicéron a eu l'opportunité d'étudier le droit romain auprès de son professeur Quintus Mucius Scaevola Augur. Au cours de son éducation, Cicéron a rencontré un Apollonius Molon de Rhodes qui était un célèbre rhéteur. En outre, Cicéron a appris du philosophe Philon, qui appartient à l'Académie platonicienne. Après avoir terminé ses études, Cicéron a été envoyé au Forum Romanum pour une formation, où Crassus et Antonius l'ont initié à l'art supérieur de la rhétorique. Marcus Tullius Cicero comme ses professeurs, était occupé par l'idée de concevoir la politique romaine. À partir de l'an 81 avant JC, Cicéron acquiert de plus en plus d'expérience pratique dans le domaine du droit, de sorte qu'il peut apparaître dans le forum quelques années plus tard en tant qu'avocat pleinement formé. Le jeune Cicéron perdait de plus en plus sa volonté de rhétorique. Par conséquent, il décide de faire une pause en Grèce, qui est encore considérée à cette époque comme un idéal culturel, bien que la communauté hellénique tombe de plus en plus en décadence. Outre les philosophes athéniens Antiochus d'Ascalon, Cicéron rend visite au banni Publius Rutilius Rufus à Smyrne, en Asie Mineure. Peu de temps après, Cicéron se rend à Rhodes pour rencontrer son ancien professeur Apollonius Molon qui l'entraîne à mieux comprendre les exigences de la prise de parole en public.

Cette phase est façonnée par de profonds courants de pensée philosophiques, qui se reflètent également dans ses discours. Cicéron considère également le soutien du peuple comme important pour pouvoir occuper des fonctions publiques. En période de tentatives de coup d'État, de conspirations et de cliques politiques, cela reste une conclusion presque unique. Avant son élection au poste de consul, Cicéron a d'abord rempli les devoirs de l'édile (69 av. J.-C.), augmentant sa popularité en Sicile grâce à la possibilité d'accéder à des céréales bon marché. Cicéron devient préteur en 66 av. Marcus Tullius Cicero a été élu consul dans une période difficile de la République romaine. Déjà au premier tour quand vint l'élection du consul, tous les votes de l'Assemblée Centuriate tombèrent sur Cicéron. Alors que d'autres à cette époque essayaient de s'emparer de son pouvoir, Cicéron était un maître de la raison et de l'altruisme. Même si la défense de l'ordre existant aurait nécessité un véritable pouvoir, Cicéron, même sans lui, parvint à diriger la République dans les moments difficiles. Quand

Interprétation du discours de Cicéron au Sénat contre Catilina. Fresque de Madame Palace (Rome) par l'artiste
César Maccari (1840-1919).
Source : Wikimédia

n César, à l'aide de la loi agricole de Rullus, une feinte, s'aventura à s'emparer du pouvoir, le consul le défait en révélant au plus grand nombre l'intention de cette proposition de loi. Un autre succès de Cicéron fut la découverte du complot de Catilina qui, après Catilina et ses partisans, fut condamné à mort. L'exécution était couverte d'une part par les lois en vigueur et d'autre part par une résolution du Sénat. Catilina et ses partisans ont été tués contre les troupes romaines dirigées par Quintus Caecilius Metellus Celer et Gaius Antonius Hybrida à la bataille de Pistoria 62 av. Tous ceux qui voyaient en Cicéron un contre-pouvoir à César, le décrivaient comme un défenseur de la liberté et du principe de la démocratie. Dans les 12 “orationes consulares” met la propre personne de Cicéron au centre et défend ses actes officiels sous la forme de la liberté d'expression. Les opposants y voyaient une gloire insupportable.


Tableau d'honneur de la Première Guerre mondiale

SOLDAT ADDERLEY, né à Ferozepore, Inde, le 12 novembre 1889. Domicilié à Thornton Heath, Surrey, Angleterre. Entré à la Northern Crown Bank en 1912. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de MacLeod, en Alberta, dans le 8 e Bataillon, le 11 février 1915. Présent à la crête de Vimy, à la cote 70 et à Lens. Tué au combat à Lens, le 15 août 1917.

Walter George Albert Addison

CAPORAL ADDISON, né à Hastings, en Angleterre, le 15 août 1897. Domicilié à Toronto, en Ontario. Entré à Toronto, succursale de l'avenue Danforth, le 13 octobre 1913. Engagé de la succursale de Toronto, Gerrard et Main, dans la colonne de munitions de la 3 e division, le 10 novembre 1915. Présent à Ypres, dans la Somme et sur la crête de Vimy. Décédé d'une double pneumonie à Camiers, France, le 17 février 1917.

François-Joseph Anderson

Caporal suppléant Anderson, né à Plymouth, Devon, Angleterre, le 22 novembre 1891. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de Rosetown, Saskatchewan de la Union Bank of Canada, le 15 juillet 1915 auprès de la 3 rd University Company. S'est joint au Princess Patricia's Canadian Light Infantry sur le terrain le 6 décembre 1915. Mort des suites de blessures subies lors de la bataille de la crête de Vimy le 25 janvier 1917.

Leslie Francis Anthony

Caporal-chef ANTHONY, né à Bear River, Nouvelle-Écosse, le 25 mars 1896. Entré à la succursale de Bear River, le 8 mars 1915. Engagé de Bear River dans le 112 e Bataillon, le 1 février 1916. Transféré par la suite au 25 e Bataillon. Présent à la crête de Vimy, cote 70, Passchendaele, Amiens. Tué au combat près d'Arras, le 13 septembre 1918.

John D'Auvergne Harris Arundell

SERGENT ARUNDELL, né à Fairmont, Minnesota, États-Unis, le 14 mai 1889. Domicilié à Halifax, Nouvelle-Écosse. Entré à la succursale d'Halifax, service du secrétaire, le 1er juin 1907. Engagé de la succursale de Montréal dans le 14 e bataillon, le 14 août 1914. Était présent à Saint-Julien. Tué au combat à Langemarck, le 24 avril 1915.

Neville Ayrton Astbury

Lieutenant Astbury, né en Angleterre le 6 avril 1889. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Edmonton, en Alberta, à l'origine auprès du 49 th Battalion, puis affecté au 66 th Battalion. Tué au combat à Courcelette le 16 septembre 1916. Récipiendaire de la British Medal, de la Victory Medal et de la Canadian Memorial Cross (cette dernière remise à sa veuve)

Jean-Guillaume Auldjo

SERGENT AULDJO, né à Édimbourg, en Écosse, le 14 janvier 1891. Domicilié à Felton, Northumberland, Angleterre. A servi deux ans à la Bank of Scotland. Entré à la succursale de Montréal, Québec, le 10 mai 1910. Engagé de la succursale de Ciego de Avila, à Cuba, dans le 60 e bataillon, en juillet 1915. A également servi dans le 87 e bataillon. Présent à la crête de Vimy, dans la Somme, à Lens, à Passchendaele et à Ypres. A reçu la carte d'honneur de son bataillon pour avoir accompli son devoir avec bravoure et distinction à Ypres, Salient et Lens. Tué au combat près de Passchendaele, le 14 novembre 1917.

George Alan Austen

SOUS-LIEUTENANT AUSTEN, né à Londres, Angleterre, le 24 juillet 1896. Domicilié à Gravesend, Kent, Angleterre. Entré à Halifax, Nouvelle-Écosse, section Supervisor's Department, le 3 février 1913. Engagé de Halifax, succursale South End, dans le 2 nd Divisional Cycle Corps, le 26 novembre 1914. Tué au combat, le 26 octobre 1917.

A. Charles E. Ayres

Soldat Ayres, enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Winnipeg, au Manitoba, auprès du 100 e Winnipeg Grenadiers. Tué au combat le 27 avril 1917.

Archibald James Robert Badger

Lieutenant Badger, né à Percy, en Ontario, le 23 février 1892. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank of Canada à Minnedosa, au Manitoba, auprès du 226 th Battalion le 29 février 1916. Plus tard, auprès du 5 th Battalion. Tué au combat le 1er septembre 1918.

Kennedy Gideon Francis Baldwin

CAPORAL BALDWIN, né à Bathurst, Nouveau-Brunswick, le 14 mars 1896. Domicilié à Boston, Massachusetts, États-Unis Entré à la succursale de Dalhousie, Nouveau-Brunswick, le 7 février 1912. Engagé de la succursale de Dalhousie, dans le 6 th Canadian Mounted Rifles, le 19 mars, 1915. A également servi avec le 4 th Canadian Mounted Rifles. Tué au combat à Ypres, le 2 juin 1916.

Herbert Dalling Barlee

SOLDAT BARLEE, né à Lakefield, en Ontario, le 25 novembre 1897. Domicilié à Grand Forks, en Colombie-Britannique. Entré à la succursale de Grand Forks, le 16 octobre 1914. Engagé de la succursale de Grand Forks, dans le 196 e bataillon, le 10 juillet 1916. Enrôlé dans le 46 e bataillon. Tué au combat sur la crête de Vimy, le 12 avril 1917.

Sheppard James Barwis

SOLDAT BARWIS, né à Calgary, Alberta, le 29 mai 1892. Domicilié à Innisfail, Alberta. Entré à la succursale de Vancouver, Cordova Street, le 10 novembre 1909. Engagé de la succursale de Victoria, Fort Street, dans le 143 e Bataillon en 1916. Présent à Vimy, Passchendaele, Lens et Arras. Tué au combat à Avion, en France, le 8 janvier 1918.

George John Mercier Bate

ARTILLEUR BATE, né à Sydenham, en Ontario, le 13 juin 1896. Domicilié à Newcastle, au Nouveau-Brunswick. Entré à la succursale de Newcastle, le 13 août 1913. Engagé de la succursale de Newcastle, dans la 8 e batterie, Canadian Field Artillery, le 24 août 1914. Présent à Neuve Chapelle, deuxième bataille d'Ypres, Festubert, Givenchy, Sanctuary Wood, Kemmel Hill, le Somme, crête de Vimy, Fresnoy, cote 70, Passchendaele, Amiens. Mortellement blessé à Amiens, et décédé à l'Hôpital général n°12, Rouen, le 16 août 1918.

Edgar Leonard Bawtree

Soldat Bawtree, né à Londres, en Angleterre. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Vernon, en Colombie-Britannique, auprès du 46 th Battalion le 23 août 1916. Tué au combat le 3 juillet 1917, à l'âge de 22 ans.

Robert Sedgewick Bayne

SOLDAT BAYNE, né à Musquodoboit, en Nouvelle-Écosse, le 21 mars 1885. Domicilié à Mabou, en Nouvelle-Écosse. Entré à la Northern Crown Bank en 1908. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de Saltcoats, en Saskatchewan, dans le 195 th Battalion, le 31 mars 1916. Présent à Lens en août 1917, et d'autres engagements jusqu'en juillet 1918. Tué au combat à Arras, le 29 juillet, 1918.

Thomas Belford

Soldat Belford, né à Edzell, Forfarshire, Écosse, le 12 janvier 1888. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Tompkins, en Saskatchewan, auprès du 1 st Depot Battalion le 14 juin 1918. Mort de la grippe espagnole le 25 octobre 1918.

Errol Stewart Bell

CAPORAL-LANCE BELL, né à Stellarton, en Nouvelle-Écosse, le 24 décembre 1895. Domicilié à Joggins Mines, en Nouvelle-Écosse. Entré à la succursale de Montréal, Québec, le 26 juin 1912. Enrôlé de Montréal, succursale de Beaver Hall, dans le Princess Patricia's Canadian Light Infantry, le 16 juin 1915. A été en service continu avec le Princess Patricia's Canadian Light Infantry à partir de septembre 1915. A été sous le choc des obus à Courcelette. Tué au combat à Passchendaele, le 30 octobre 1917.

Ceinture James Edwin Devey

Lieutenant Belt, né à Arthur, en Ontario, le 6 juillet 1885. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Toronto, en Ontario, auprès du 20 th Battalion le 13 novembre 1914. Tué au combat le 28 juin 1916.

Arthur Fred Belyea

SOUS-LIEUTENANT BELYEA, né à Penetanguishene, Ontario, le 21 octobre 1894. Domicilié à Calgary, Alberta. Entré à la Traders Bank of Canada, à Calgary, le 4 septembre 1909. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de Calgary, dans le Royal Flying Corps, le 27 novembre 1917. Engagé dans le service scout sur la côte est de l'Angleterre. Tué accidentellement à East Boldre, Camp Beaulieu, Hants, Angleterre, le 17 septembre 1918.

Carl Auguste Bender

CADET BENDER, né à St. Thomas, Montmagny, Québec, le 28 mai 1894. Entré à la Quebec Bank, succursale de Winnipeg, Manitoba, le 22 novembre 1915. Engagé de la succursale de Conquest, Saskatchewan, dans le Royal Flying Corps, le 14 décembre 1917 Tué accidentellement à Deseronto, Ontario, le 10 juin 1918.

Alfred Fitzhardinge Murray Berkeley

SOUS-LIEUTENANT BERKELEY, né à Holy Innocents' Vicarage, Bridgetown, Barbade, le 26 mars 1896. Entré à Georgetown, succursale de la Guyane britannique [Guyane], le 9 mars 1915. Engagé de la succursale de Georgetown, dans le 74 th Machine Gun Corps, décembre 15, 1915. Tué au combat à Messines, Wytschaete Ridge, le 7 juin 1917.

Ian Norman Reid Berry

Soldat Berry, né à Ellisboro, en Saskatchewan, le 18 avril 1892.Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Wawota, en Saskatchewan, le 20 avril 1916 auprès du 5 th Battalion. Tué au combat le 9 avril 1917.

George Morton Oiseau

SOLDAT BIRD, né à Port Angeles, Washington, États-Unis, le 22 avril 1891. Domicilié à Port Alberni, Colombie-Britannique. Entré à la succursale d'Alberni, le 10 février 1908. Engagé de la succursale de Vancouver, Colombie-Britannique, dans le 62 e bataillon, le 21 octobre 1915. Présent à la troisième bataille d'Ypres, en juin 1916, Somme, Courcelette, crête de Vimy. Blessé mortellement à la crête de Vimy, le 5 mai 1917, et décédé au poste d'évacuation sanitaire n° 6, le 6 mai 1917.

Harry Godwin Decimus Oiseau

SOLDAT BIRD, né à Plymouth, Angleterre, le 22 octobre 1893. Domicilié à Penzance, Cornouailles, Angleterre. Entré à la succursale de Moose Jaw, Saskatchewan, le 24 janvier 1913. Engagé de la succursale de Moose Jaw, dans le 5 e Bataillon, le 15 août 1914. Présent à la deuxième bataille d'Ypres, Somme, Arras, crête de Vimy. Mortellement blessé à la crête de Vimy, le 9 avril 1917, et décédé au 32 e Hôpital général de Boulogne, le 23 avril 1917.

Roy Patterson Bissonnette

Soldat Bissonnette, né à Napanee, en Ontario, le 15 février 1894. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Stirling, en Ontario, auprès du 80 th Battalion le 18 septembre 1915. Plus tard, auprès du 50 th Battalion. Tué au combat, le 19 novembre 1916.

James Somerville Noir

SOLDAT BLACK, né à Fauldhouse, en Écosse, le 23 novembre 1890. Domicilié à Lanark, en Écosse. Entré à la succursale de Winnipeg, Manitoba, le 21 novembre 1911. Engagé de la succursale de Regina, Saskatchewan, dans le 46 e Bataillon, le 16 septembre 1915. Transféré ensuite au Royal Flying Corps. Tué par la chute de sa machine en France, en mai 1917.

Guillaume Noir

SOLDAT BLACK, né à Barrhead, Renfrew, Écosse, le 13 mai 1896. Domicilié à Vancouver, Colombie-Britannique. Entré à Vancouver, succursale de Bridge Street, le 22 novembre 1913. Engagé de Vancouver, succursale de Bridge Street, dans le 231 e Bataillon, le 26 mai 1916. Tué à Avion, en France, le 15 août 1917.

Charles Henry Blackwell

Soldat Blackwell, né à Winnipeg, au Manitoba, le 8 octobre 1898. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Holland, au Manitoba, auprès du 106 e Régiment. Plus tard avec le 27 e bataillon. Tué au combat le 1er octobre 1918.

Patrick John Lascelles Blake

Soldat Blake, né le 14 octobre 1897 en Normandie, France. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Qu&rsquoAppelle, en Saskatchewan, auprès du 46 th Battalion le 21 septembre 1915. Tué au combat le 17 septembre 1916.

Stanley Duncan Bole

SERGENT BOLE, né à Meaford, Ontario, le 8 mars 1890. Domicilié à Sault Ste. Marie, Ontario. A rejoint la Banque Traders du Canada, Sault Ste. Marie, avril 1906. Enrôlé de la succursale de Winnipeg (Manitoba) dans le Strathcona Horse, le 23 avril 1918. Décédé d'une pneumonie à l'hôpital militaire de Calgary, en Alberta, alors qu'il s'entraînait à Calgary, le 5 juillet 1918.

Frédéric-George Bolton

BOMBARDIER BOLTON, né à Strathroy, Ontario, le 19 septembre 1891. Domicilié à Strathroy. Entré à la Traders Bank of Canada à Bridgeburg, Ontario, le 4 octobre 1909. Engagé de la succursale de Montréal, Québec, dans le 27 th Canadian Field Artillery, le 1er mai 1915. Présent à St. Eloi, Aisne, La Bassée, Ypres, Mons, Bapaume, la Somme, Vimy, Passchendaele. Tué au combat à Passchendaele, le 31 octobre 1917.

David Campbell Bradshaw

QUARTIER-MAÎTRE-SERGEANT BRADSHAW, né à Stratford, Ontario, le 25 août 1889. Entré à la Traders Bank of Canada, Stratford, septembre 1906. Engagé de la succursale de Sudbury, Ontario, dans le 5 th Canadian Mounted Rifles, juin 1915. Présent à Vimy et Passchendaele. Blessé à Passchendaele, le 30 octobre 1917, et décédé au poste canadien d'évacuation sanitaire no 3, le 3 novembre 1917.

George Wesley Bradt

Sergent Bradt, né dans le canton de Seneca, comté de Haldimand, Ontario, le 8 juin 1894. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Fenwick, en Ontario, auprès du 114 e bataillon le 28 janvier 1916. Décédé au Canada, le 2 août 1917.

Richard Collès Brehon

Soldat Brehorn, né à Newcross, Wexford, Irlande, le 18 janvier 1894. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Northern Crown Bank à Maymont, en Saskatchewan, auprès du 9 th Canadian Mounted Rifles le 23 juillet 1915 plus tard avec le 5 th Canadian Mounted Rifles. Tué le 3 juin 1916.

George Miller Briden

SOLDAT BRIDEN, anciennement de la Northern Crown Bank, Seeley's Bay, Ontario. Engagé de la succursale de Langham, en Saskatchewan, le 30 juillet 1916, dans le 152 e bataillon. A servi également dans le 5 e bataillon. Tué au combat le 10 avril 1917.

Stanley Victor Brittan

LIEUTENANT BRITTAN, né le 20 mai 1892. Entré à la Banque de Québec, le 2 juillet 1910. Engagé de la succursale de Montréal, le 17 août 1914, dans le 13 e Bataillon. Tué au combat, le 13 juin 1916.

Gerald William Brooke

Artilleur Brooke, né à Oxford, en Angleterre, le 8 août 1891. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Humboldt, en Saskatchewan, auprès de la 18 th Battery, 5 th Field Artillery Brigade le 25 mars 1915. Tué au combat le 28 avril 1917.

Donald Douglas Brooks

SOLDAT BROOKS, né à Weymouth, en Nouvelle-Écosse, le 19 avril 1898. Entré à la succursale de Weymouth le 6 décembre 1913. Engagé de la succursale de Weymouth, dans le 64 e bataillon, le 15 août 1915. Transféré à la 1 re Canadian Motor Machine Gun Brigade . Présent à Lens, Passchendaele, la crête de Vimy et Arras. Gazé à Lens, 1917. Tué au combat près d'Arras, le 25 mars 1918.

Donald Archibald Brown

LANCE-CAPORAL BROWN, né à Mount Forest, en Ontario, le 22 mai 1896. Domicilié à Bulwark, en Alberta. Entré à la succursale de Stettler, Alberta, le 14 octobre 1912. Engagé de la succursale de Stettler, dans le 89 e bataillon, le 14 décembre 1915. Transféré au 10 e bataillon. A servi avec le 10 e bataillon en France d'août 1916 à avril 1917. Tué au combat à Arleux, le 28 avril 1917.

Harold Brown

SOLDAT BROWN, né à Nassau, Bahamas, le 31 octobre 1895. Entré à la succursale de Nassau le 7 février 1913. Engagé de la succursale de Toronto, Ontario, dans le 3 e Bataillon, le 22 août 1914. Tué au combat à Festubert, le 25 mai, 1915.

William A. Bruce

Lieutenant Bruce né à Cromore, île de Lewis, Écosse, vers 1890. Enrôlé à l'origine alors qu'il travaillait au siège social de l'Union Bank à Winnipeg, au Manitoba, auprès du 210 th Battalion le 9 septembre 1916. Détaché au 104 th Squadron, Royal Air Force le 12 octobre , 1917, et promu au grade de lieutenant le 17 février 1918. Décédé le 25 mai 1918.

Wilfred Austin Torrance Bryce

ARTILLEUR BRYCE, né à Paisley, Ontario, le 13 novembre 1896. Domicilié à Owen Sound, Ontario. Entré à la succursale d'Owen Sound, le 7 avril 1913. Engagé de la succursale de Hamilton, Ontario, dans le 55 th Canadian Field Artillery, le 29 février 1916. Présent à Vimy Ridge, Arleux, Fresnoy, La Coulotte, Avion, Hill 70 et Passchendaele. Mortellement blessé à Passchendaele, et décédé au poste d'évacuation sanitaire n° 2, le 23 octobre 1917.

Edmond John Burke

Sergent suppléant Burke, né à New Darlingford, au Manitoba, le 28 mars 1896. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Morden, au Manitoba, auprès du 61 e Bataillon le 21 septembre 1915. Plus tard, auprès du 44 e Bataillon. A remporté la Médaille militaire en 1917. Tué au combat le 3 juin 1917.

James Kenneth Butler

SOLDAT BUTLER (Scout and Dispatch Bearer), né à Berwick, Nouvelle-Écosse, le 13 septembre 1896. Entré à la succursale de Berwick le 15 juillet 1912. Engagé de la succursale de Berwick, dans le 25 e bataillon, le 23 novembre 1914. Présent à la troisième bataille d'Ypres, Courcelette et Saint-Eloi. Choqué, gazé et mort de tuberculose à Berwick, le 27 octobre 1918.

James William Butler

SECOND LIEUTENANT BUTLER, né à Blackheath, près de Londres, en Angleterre, le 11 février 1894. Domicilié à Blackheath, en Angleterre. A été pendant près de trois ans dans le comté de Londres, Westminster & Parr's Bank, Limited. Entré à la succursale de l'East End de Vancouver, en Colombie-Britannique, le 28 février 1913. Enrôlé de la succursale de Kelowna, en Colombie-Britannique, dans le 2 nd Canadian Mounted Rifles, le 8 décembre 1914. Attribué une commission dans le 3 rd Battalion, East Kent Regiment, attaché 7 e Bataillon, 26 septembre 1916. Tué au combat près d'Arras, le 3 mai 1917.

James Ambrose Cairns

CAPORAL CAIRNS, né à Newton, Île-du-Prince-Édouard, le 16 mars 1895. Domicilié à Newton. Entré à la succursale de Summerside, Île-du-Prince-Édouard, le 14 octobre 1912. Engagé de la succursale de Liverpool, Nouvelle-Écosse, dans le 185 e Bataillon, le 8 février 1916. Présent sur le front d'Arras. Tué au combat à Arras, le 13 juin 1918.

Russell Roberts Caldwell

2 e lieutenant Caldwell, né le 29 avril 1899. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Loverna, en Saskatchewan, auprès de la Royal Air Force. Tué dans un accident d'avion le 15 septembre 1918 en Angleterre.

Archibald Campbell

Soldat Campbell, né à Strathclair, au Manitoba, le 16 septembre 1896. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Shoal Lake, au Manitoba, auprès du 190 th Battalion le 9 novembre 1916. Décédé le 10 novembre 1917

Thomas Cargill

SOLDAT CARGILL, né à Glenisle, Forfarshire, le 30 janvier 1881. Domicilié à Édimbourg, en Écosse. Pendant huit ans avec la Royal Bank of Scotland. Entré à la succursale de Londres, Angleterre, le 9 septembre 1914. Engagé de la succursale de Londres, dans le 6 th Black Watch, Royal Air Force, le 20 mars 1916. Présent à Festubert et Beaumont Hamel. Tué au combat à Beaumont Hamel, le 14 novembre 1916.

François Guy Carleton

Soldat Carleton, né à Bradford, York, Angleterre, le 24 octobre 1894. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Tessier, en Saskatchewan, dans le 46 e bataillon le 17 juillet 1915. Tué au combat le 11 décembre 1917.

Charles Clifton Carr

Soldat Carr, né à Toronto, en Ontario, le 25 octobre 1893. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Toronto, en Ontario, le 22 septembre 1914, auprès du 3 e Bataillon. Prisonnier de guerre, mort des blessures subies à Saint-Julien le 2 mai 1915.

John Clontarf Kelvyn Carson

Capitaine Carson, né à Montréal, Québec, le 21 mars 1895. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Montréal, Québec, auprès du 14 e Bataillon le 31 mars 1916. Il reçut la Croix militaire en 1916. Tué au combat le 11 août 1918.

Thomas Johnston Carson

SOLDAT CARSON, né à Omagh, Irlande, le 4 décembre 1891. Domicilié à Omagh, Irlande. Entré à la succursale d'Ardath, en Saskatchewan, le 7 juillet 1913. Engagé de la succursale de Swift Current, en Saskatchewan, dans le Princess Patricia's Canadian Light Infantry, le 4 février 1916. Tué au combat, le 29 juin 1916.

Leslie Skelton Carter

Soldat Carter, né à Carlisle, en Angleterre, le 30 mai 1894. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Winnipeg, au Manitoba, dans le 61 e Bataillon. Tué au combat le 16 novembre 1916.

Alain Percy Mark Chawner

Lieutenant Chawner, né à Shahjahanpur, Uttar Pradesh, Inde, le 7 septembre 1894. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Londres, en Angleterre, auprès de l'East Surrey Regiment en août 1914. Plus tard, il servit dans l'Essex Regiment, 3 rd Battalion. Tué au combat le 21 octobre 1916.

George Roderick Chisholm, Jr.

SOLDAT CHISHOLM, né à Pictou, en Nouvelle-Écosse, le 15 mars 1897. Domicilié à Saskatoon, en Saskatchewan. Entré à la succursale de Saskatoon, le 2 juillet 1914. Engagé de la succursale de Saskatoon, dans le 78 e bataillon, le 15 avril 1916. Présent sur la Somme et la crête de Vimy. Tué au combat sur la crête de Vimy, le 9 avril 1917.

John Walter Chisholm

SOLDAT CHISHOLM, né à Dumbarton, Ontario, le 28 octobre 1896. Domicilié à Montréal, Québec. Entré à Montréal, succursale de Beaver Hall, le 30 juin 1913. Engagé à Montréal, dans le Princess Patricia's Canadian Light Infantry, le 16 juin 1915. Présent à Sanctuary Wood et à d'autres engagements. Tué au combat à Sanctuary Wood, le 2 juin 1916.

William Davidson Cairns Christie

Capitaine Christie, né à Montréal, Québec, le 25 décembre 1884. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Orillia, en Ontario, auprès du 13 th Battalion le 15 août 1916. A l'origine occupé le grade de lieutenant, puis promu capitaine. Décerné le DSO pour ses actions à Hangard Wood le 8 août 1918. Blessé à Arras entre le 27 août et le 4 septembre 1918. A succombé à ses blessures le 17 septembre 1918.

Elias James Clark

SOLDAT CLARK, né à Swinden, Wiltshire, Angleterre, le 31 décembre 1895. Entré à la succursale d'Edmonton, Alberta, le 10 juin 1912. Engagé de la succursale d'Edmonton, dans le 49 e bataillon, le 12 janvier 1915. Présent à Maple Copse et à Courcelette. Tué au combat à Courcelette, le 16 septembre 1916.

Arthur Hammond Cole

TROOPER COLE, né à Brundall, Norfolk, Angleterre, le 19 février 1889. Domicilié à Brundall, Norfolk, Angleterre. Entré à la succursale de Montréal, Québec, le 8 juin 1909. Engagé de la succursale de New Westminster, Colombie-Britannique, dans le 11 th Canadian Mounted Rifles, le 1er juin 1915. Tué au combat à Passchendaele, le 10 novembre 1917.

Charles Stanger Cole

Caporal Cole, né à Nottingham, Nottinghamshire, Angleterre, le 14 novembre 1890. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Edmonton, en Alberta, auprès du 3 rd Canadian Mounted Rifles sous le grade de Trooper, le 29 décembre 1914. Plus tard, caporal du 1 st Canadian Mounted Rifles. Tué au combat le 1er août 1918.

Thomas Pearson Copp

LIEUTENANT COPP, né à Riverside, Nouveau-Brunswick, le 19 octobre 1890. Domicilié à West Vancouver, Colombie-Britannique. Entré à la succursale de Vancouver, East End, le 22 novembre 1907. Engagé de la succursale de Vancouver, dans le 72 e bataillon, le 14 septembre 1915. A également servi avec le 102 e bataillon. Tué au combat à Regina Trench, dans la Somme, le 21 octobre 1916.

William Lorne Corbett

Soldat Corbett, né le 29 juillet 1896. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Barrie, en Ontario, auprès du 157 th Battalion le 17 novembre 1915. Enrôlé dans le 38 th Battalion en mars 1918. Tué au combat le 2 septembre 1918.

Robert James Cowles

Gunner Cowles, né à Londres, en Angleterre, le 21 décembre 1894. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Montréal, au Québec, auprès de la Royal Canadian Horse Artillery le 6 mars 1916. Mort des suites de blessures le 1 octobre 1917.

George Loring Craig

SERGENT CRAIG, né à St. Stephen, Nouveau-Brunswick, le 17 mai 1898. Domicilié à Moncton, Nouveau-Brunswick. Entré à la succursale de Moncton, le 24 septembre 1915. Engagé de la succursale de Moncton, dans le 236 e Bataillon, le 9 septembre 1916. Présent à Cambrai. Tué au combat à Cambrai, le 27 septembre 1917.

William King Craighead

Soldat Craighead, né à Glasgow, en Écosse, le 31 décembre 1890. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Saskatoon, en Saskatchewan, auprès du 38 th Battalion le 5 avril 1915. Enrôlé dans le Princess Patricia's Canadian Light Infantry le 16 juillet 1915. Tué au combat le 15 avril 1916.

Claude Harold Croix

Caporal suppléant Cross, né le 23 décembre 1890. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Northern Crown Bank à Ashcroft, en Colombie-Britannique, le 8 décembre 1914, auprès du 2 nd Canadian Mounted Rifles. Blessé lors de la 4 ème phase de la Bataille de la Somme à proximité de la Ferme du Mouquet succombe à ses blessures le 16 septembre 1916.

John Frederick Davidson

Sergent Davidson, né à Peterborough, en Ontario, le 27 avril 1888. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Winnipeg, au Manitoba, auprès du 27 th Battalion le 1 mars 1917. Mort des suites de blessures le 29 septembre 1918.

Thomas Emlyn Davies

Soldat Davies, né à Morriston, dans le sud du Pays de Galles, le 8 octobre 1894. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Zealandia, en Saskatchewan, auprès du 232 e bataillon le 18 mai 1916. A servi plus tard dans le 28 e bataillon. Mort des suites de ses blessures le 3 novembre 1917.

John Alfred Davis

Soldat Davis, né à Londres, en Angleterre, le 12 novembre 1892. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Calgary, en Alberta, auprès du 10 th Battalion le 23 septembre 1914. Mort des suites de ses blessures le 24 avril 1915.

Jacques Valleton De Boissière

SECOND LIEUTENANT DE BOISSIERE, né à Port of Spain, Trinidad, le 18 avril 1896. Entré à la succursale de Port of Spain, le 6 juillet 1912. Engagé de la succursale de Port of Spain, dans le 8 e bataillon, 4 e contingent, Antilles britanniques Régiment, 28 avril 1917. Présent à Ypres. Mort d'une pneumonie à Tarente, Italie.

John Harold Doyens

LIEUTENANT DEANS, né à Cleveland, Ohio, le 19 juillet 1896. Domicilié à Orillia, Ontario. Entré à la succursale d'Orillia, le 23 août 1915. Engagé de la succursale d'Orillia, dans le 162 e bataillon, le 1er mai 1916. Transféré au Royal Flying Corps. Tué au combat près de West Roocbeke, près d'Ypres, vers le 7 novembre 1917.

Jean-Joseph Delaney

SOLDAT DELANEY, né à Liverpool, Angleterre, le 9 août 1891. Entré à la succursale de Toronto, Ontario, le 27 mars 1913. Engagé de la succursale de Toronto, dans le 15 e Bataillon, le 15 août 1914. Porté disparu pendant plus d'un an puis déclaré morte.

Paul Jean Destrube

SOLDAT DESTRUBE, né à Londres, en Angleterre, le 26 décembre 1891. Entré à la succursale d'Edmonton, en Alberta, le 19 novembre 1913. Quitte Edmonton en août 1914 pour l'Angleterre. Enrôlé à Londres dans le 22 e Bataillon, Royal Fusiliers, septembre 1914. Présent à Cambrai, Vermeilles, Festubert, Givenchy, Souchez, Vimy Ridge, Delville Wood, Hebuterne, Beaumont, Courcelette, Miraumont. Recommandé pour commission. Tué au combat au Petit Miraumont, le 17 février 1917.

John James Doble

LIEUTENANT DOBLE, né à Sunderland, Ontario, le 9 mai 1882. Domicilié à Sunderland. Entré à la Northern Crown Bank, 1906. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de Swift Current, en Saskatchewan, dans le 116 e bataillon, en décembre 1915. Tué au combat sur la crête de Vimy, le 11 avril 1917.

John Redmond Donald

Lieutenant Donald, né à Wigton, Cumberland, Angleterre, le 18 octobre 1888. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Montréal, Québec, auprès du 24 e Bataillon le 18 octobre 1914. Décédé le 3 juillet 1917

Andrew Thomas Dow

SOLDAT DOW, né à Airnkilly, Stanley, Perthshire, Écosse, le 29 mai 1891. Domicilié à Bankfoot, Perthshire, Écosse. A servi à la Bank of Scotland pendant quatre ans. Entré à la succursale de Winnipeg, Manitoba, le 1er décembre 1911. Engagé de la succursale de Winnipeg, dans le 10 e bataillon, le 14 novembre 1914 (Fort Garry Horse, 32 e bataillon). Tué au combat à Festubert, le 21 mai 1915.

Nelson Patrick Doyle

SOLDAT DOYLE, né à Wardsville, en Ontario, le 21 avril 1898. Domicilié à Walkerville, en Ontario. Entré à la succursale de Rodney, Ontario, le 24 novembre 1915. Engagé de la succursale de Rodney, dans le 91 e Bataillon, comme brancardier, le 25 février 1916. Présent à la Somme, crête de Vimy, Arras, Fresnoy, Cambrai. Recommandé pour les honneurs plusieurs fois. Tué au combat entre Inchy et Cagnicourt, le 3 septembre 1918.

John Rutherford Duff

SOLDAT DUFF, né à Carberry, Manitoba, le 27 juin 1892. Domicilié à Davidson, Saskatchewan. Entré à la Northern Crown Bank en 1909. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de Saskatoon, en Saskatchewan, dans le Princess Patricia's Canadian Light Infantry le 15 mars 1916.Tué au combat à Neuville, Saint-Vaast, France, vers le 29 novembre 1916.

William Selkirk Duff

Soldat Duff, né à Selkirk, en Ontario, le 30 décembre 1895. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Cayuga, en Ontario, auprès du 114 th Battalion le 23 mars 1916. Plus tard attaché au 4 th Battalion. Décédé des suites de blessures reçues deux jours plus tôt à la bataille de Passchendaele, le 8 novembre 1917.

Joseph Clynch Campbell Duncan

SOLDAT DUNCAN, né à Halifax, en Nouvelle-Écosse, le 4 octobre 1895. Domicilié à Kentville, en Nouvelle-Écosse. Entré à la succursale de Wolfville, Nouvelle-Écosse, le 20 juin 1911. Engagé de la succursale de Saint John, Nouveau-Brunswick, dans le 115 e Bataillon, le 16 février 1916. Présent à la crête de Vimy. Décédé à l'hôpital de Wimcraux, le 4 février 1918, des suites de blessures reçues en septembre 1917.

Alexandre Dunsire

Soldat Dunsire, né à Kinghorn, Fife, en Écosse. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Londres, en Angleterre, auprès des Royal Scots. Mort des suites de ses blessures le 20 août 1918, à l'âge de 26 ans

William Arthur Peel Durie

CAPITAINE DURIE, né à Toronto, Ontario, le 7 avril 1881. Entré à la Traders Bank of Canada, Toronto, juillet 1899. Engagé alors qu'il travaillait à la succursale de Toronto, dans le 58 e Bataillon, le 27 mai 1915. Présent à Ypres, crête de Vimy, Avion , Passchendaele, cote 70. Blessé à Ypres, mai 1916. Tué près de Lens, 29 décembre 1917.

Léonard Alvia Eamer

Soldat Eamer, né à Montréal, Québec, le 16 juin 1896. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Tessier, en Saskatchewan, auprès du 1 st Depot Battalion le 9 juillet 1918. Mort d'une pneumonie le 4 octobre 1918.

Charles Cleveland Eastland

SOLDAT EASTLAND, né à Apsley, en Ontario, le 22 mars 1893. Domicilié à Calgary, en Alberta. Entré à la succursale de Gadsby, Alberta, le 16 mars 1914. Engagé de la succursale de Gadsby, dans le 187 e bataillon, le 31 juillet 1916. A également servi dans le 50 e bataillon. Présent à Passchendaele, Denain, Amiens, Bois de Bourlon, Valenciennes, Cambrai. Honneurs-Médaille militaire. Tué au combat à Cambrai, le 27 septembre 1918.

Rupert William Eaton

Lieutenant Eaton, né à Londres, en Angleterre, le 6 décembre 1896. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Victoria, en Colombie-Britannique, auprès du 103 e bataillon le 3 janvier 1916. Plus tard avec le 54 e bataillon et décoré de la Croix militaire. Tué au combat le 27 septembre 1918.

Jean François Edens

LIEUTENANT EDENS, né à St. John's, Terre-Neuve, le 1er octobre 1896. Entré à la succursale de St. John's, le 2 septembre 1912. Engagé de la succursale de St. John's, le 2 janvier 1915, dans le Royal Newfoundland Regiment. Présent à Ypres, la Somme, Beaumont Hamel, Guedecourt, Cambrai, et d'autres engagements. Tué au combat à Cambrai, le 20 novembre 1917.

Fred Fletcher Elliott

LIEUTENANT ELLIOTT, né à Matsumoto, au Japon, le 26 janvier 1891. Domicilié à Sardis, en Colombie-Britannique. Entré à la succursale de Victoria, Colombie-Britannique, le 18 mai 1907. Engagé de la succursale East End de Vancouver, Colombie-Britannique, le 22 août 1914, dans le 7 e Bataillon. Présent à la plupart des premiers engagements canadiens. Tué au combat lors de la troisième bataille d'Ypres, le 3 juin 1916.

Charles Wesley Elsdon

BOMBARDIER ELSDON, né à Dorchester, Nouveau-Brunswick, le 28 décembre 1896. Entré à la succursale de Dorchester, le 4 août 1913. Engagé de la succursale de Dorchester, le 20 août 1914, dans la 7 e batterie de l'artillerie de campagne canadienne. Présent à tous les engagements du Corps canadien de la deuxième bataille d'Ypres, avril 1915, à Haynecourt, avant Cambrai, en septembre 1918. Tué au combat à Haynecourt, le 28 septembre 1918.

David Thornton Embree

SERGENT-MAJOR DE COMPAGNIE EMBREE, né à Port Hawkesbury, Nouvelle-Écosse, le 25 août 1891. Entré à la succursale de Port Hawkesbury, le 1er février 1910. Engagé de la succursale de Halifax, Nouvelle-Écosse, le 27 mars 1915, dans le 40 e Bataillon. Transféré et servi avec le 58 e bataillon. Présent à Ypres, à la crête de Vimy, dans la Somme et à d'autres engagements. Tué au combat près de Lens, le 29 décembre 1917.

Richard Albert Estey

SIGNALEUR ESTEY, né à Grand-Sault, Nouveau-Brunswick, le 26 juin 1898. Entré à la succursale de Grand-Sault le 14 avril 1914. Engagé de la succursale de Grand-Sault le 15 juillet 1915 et a servi dans les 55 e et 25 e bataillons. Présent à Courcelette et à la crête de Vimy. Tué au combat sur la crête de Vimy, le 9 avril 1917.

John Llewellyn Evans

Lieutenant Evans, né à Newport, Monmouthshire, Pays de Galles, le 5 avril 1893. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Yorkton, en Saskatchewan, auprès du 188 th Battalion le 24 juillet 1915. Plus tard, auprès du 54 th Battalion. Tué au combat le 1er mars 1917

William David Evans

Lieutenant Evans, enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Outlook, en Saskatchewan, auprès du 46 e bataillon. Tué au combat le 11 juin 1918, à l'âge de 22 ans.

Laurent Robert Eyden

Soldat Eyden, né à Crewe, en Angleterre, en 1895. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de l'Union Bank à Londres, en Angleterre, auprès du 10 th Royal Fusiliers. Tué le 15 septembre 1916

Allison Hood Farnell

SOLDAT FARNELL, né à Upper Musquodoboit, en Nouvelle-Écosse, le 18 avril 1897. Domicilié à Elmsvale, en Nouvelle-Écosse. Entré à la succursale de Bear River, en Nouvelle-Écosse, le 4 novembre 1913. Engagé de la succursale de Bear River, le 26 février 1915, dans le 6 th Canadian Mounted Rifles. Décédé à Elmsvale, le 13 janvier 1917, des suites d'une exposition.

James Andrew Ferguson

Soldat Ferguson, né à Crystal City, au Manitoba, le 4 mars 1896. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Crystal City, au Manitoba, auprès du 184 th Battalion le 18 mars 1916. Plus tard, auprès du 27 th Battalion. Décédé le 6 novembre 1917.

Archibald McKenzie Fergusson

SOLDAT FERGUSSON, né à Essex, en Ontario, le 25 mars 1891. Domicilié à Calgary, en Alberta. Entré à la succursale de Lumsden, en Saskatchewan, le 23 juin 1911. Engagé de la succursale de Calgary, en Alberta, le 24 octobre 1917, dans le 31 e Bataillon. Tué au combat à Neuville Vitassee, France, le 24 août 1918.

Herbert Forbes

SOLDAT FORBES, né à Greenisland, comté d'Antrim, Irlande, le 7 février 1886. Domicilié à Greenisland, Irlande. Entré à la Traders Bank of Canada, Regina, Saskatchewan, juin 1912. Engagé de la succursale de Forget, Saskatchewan, le 17 septembre 1915, dans le 1 st Canadian Mounted Rifles. Tué au combat à Lauez, France, le 3 décembre 1916.

David Roy Foster

CAPORAL FOSTER, né à Bracebridge, en Ontario, le 30 juillet 1894. Domicilié à Bracebridge. A rejoint la Banque de la Couronne du Nord. Enrôlé d'Enterprise, succursale de l'Ontario. A servi avec le 37 e bataillon et la 4 e compagnie canadienne de mitrailleuses. Présent sur la Somme et à Passchendaele. Tué au combat à Lyne Cott, le 6 novembre 1917.

Albert Edouard Franklin

Soldat Franklin, né à Walthamstow, Essex, Angleterre, le 9 juillet 1891. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Empress, Alberta, auprès du 31 e Bataillon le 11 octobre 1915. Décédé le 9 novembre 1916.

Rolland Sutton Francs

2 e lieutenant Franks, né à Suffolk, en Angleterre, en 1894. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Londres, en Angleterre, auprès de l'East Surrey Regiment. Tué au combat le 12 octobre 1917.

Arthur Milton Fraser

LIEUTENANT FRASER, né à New Glasgow, en Nouvelle-Écosse, le 28 avril 1896. Domicilié à Sydney, en Nouvelle-Écosse. Entré à la succursale de Sydney, le 12 septembre 1912. Enrôlé dans le 40 e bataillon, le 2 août 1915. Plus tard transféré au 185 e bataillon. Tué au combat à Monchy Arras, le 26 août 1918.

Donald Drummond Fraser

SERGENT-MAJOR DE COMPAGNIE FRASER, né à Sherbrooke, en Nouvelle-Écosse, le 14 novembre 1895. Domicilié à West Saint John, au Nouveau-Brunswick. Entré à la succursale de Saint John, le 12 juin 1911. Engagé de la succursale de Saint John, North End, le 26 novembre 1914, dans le 1 er Bataillon. Présent à la troisième bataille d'Ypres, aux différents engagements du saillant, de la Somme et de la crête de Vimy. Mortellement blessé lors de l'engagement sur la crête de Vimy et décédé au poste d'évacuation sanitaire n° 6 le 12 avril 1917.

Edward James la peur

SOLDAT FRIGHT, né à Springfield, Ontario, le 21 décembre 1896. Entré à la succursale de Springfield de la Traders Bank of Canada, le 1er février 1912. Engagé de la succursale de Brownsville, Ontario, le 15 janvier 1916, et servi dans le 36 e Bataillon. Tué au combat à Passchendaele, le 26 octobre 1917.

Earl Casford Garbutt

Caporal suppléant Garbutt, né à Aurora, dans le canton de York, en Ontario, le 17 juin 1894. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Warkworth, en Ontario, auprès du 80 th Battalion et avec le grade de soldat le 6 novembre 1915. Transféré au 44 th Battalion le 7 août 1916. Promu au grade de caporal suppléant le 15 avril 1917. Tué au combat le 3 juin 1917.

Duncan Scott Gay

Soldat Gay, né à Édimbourg, en Écosse, le 24 août 1890. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Saskatoon, en Saskatchewan, auprès de la 2 nd University Company le 15 juin 1915. Entra en campagne le 1er septembre dans le Princess Patricia's Canadian Light Infantry. 1915. Tué à la bataille de Sanctuary Wood le 2 juin 1916

Guillaume Gilly

SOLDAT GILLIES, né à Alexandrie, en Écosse, le 26 janvier 1890. Domicilié à Craigendoran, Helensburgh, en Écosse. Au service de l'Union Bank of Scotland pendant plus de quatre ans. Entré à la succursale de Montréal, Québec, le 11 novembre 1909. Engagé de Vancouver, Colombie-Britannique, succursale de l'East End, le 10 mai 1915, auprès du 29 e Bataillon. Tué au combat à Dickebusch, le 30 avril 1916.

Jean Verre

CAPORAL-LANCE GLASS, né à Montréal, Québec, le 24 septembre 1890. Domicilié à Verdun, Québec. Entré au personnel du siège social, Montréal, le 1er mai 1914. Engagé du siège social le 30 octobre 1915, dans le 87 e bataillon, Canadian Grenadier Guards. Tué au combat à La Coulotte, le 9 juin 1917.

Arthur Gérald Godwin

Soldat Godwin, né à Ottawa, en Ontario, le 14 mars 1892. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Belleville, en Ontario, auprès du 8 th Battalion le 1 novembre 1917. Mort des suites de blessures le 12 août 1918.

William Gardner Goldsworth

ARTILLEUR GOLDSWORTH, né à Montréal, Québec, le 27 janvier 1897. Domicilié à Lachine, Québec. Entré à Montréal, succursale de Côte Saint-Paul, le 25 juillet 1910. Engagé de Montréal, succursale de l'avenue Laurier, le 23 septembre 1916, dans la 6 e batterie canadienne de siège. Tué au combat à Passchendaele, le 6 novembre 1917.

Thomas Goodsir

SOLDAT GOODSIR, né à Galashiels, en Écosse, le 19 avril 1894. Domicilié à Galashiels, en Écosse. A servi pendant plus de quatre ans à la Royal Bank of Scotland. Entré à Vancouver, Colombie-Britannique, succursale East End, le 22 novembre 1912. Engagé de Vancouver, succursale East End, le 10 août 1914, dans le 72 nd Seaforth Highlanders. Tué au combat près d'Ypres, le 18 avril 1915.

Norman Davidson Gordon

Caporal Gordon, né à Boissevain, au Manitoba, le 19 juillet 1885. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Eastend, en Saskatchewan, auprès du 34 th Fort Garry Horse le 2 mars 1916. Mort des suites de blessures le 8 juillet 1917.

Bourse Kenneth Marshall

SERGENT GRANT, né à Guelph, Ontario, le 10 mars 1892. Entré à la succursale de Guelph, le 2 septembre 1911. Engagé de la succursale de St. Marys, Ontario, le 19 octobre 1915, dans la 29 e batterie d'obusiers. Présent sur la Somme. Tué au combat à Martinpuich, le 30 octobre 1916.

David Clark Grieve

LIEUTENANT GRIEVE, né à Aberfeldy, en Écosse, le 17 novembre 1890. Domicilié à Aberfeldy, en Écosse. Entré à la succursale de Montréal, Québec, le 24 janvier 1911. Engagé de ce bureau, le 13 août 1914, dans le 5 th Royal Highlanders. Présent à Ypres, Festubert, la Somme et la crête de Vimy. Tué au combat sur la crête de Vimy, le 9 avril 1917.

Edouard Jonathan Grigg

Caporal suppléant Grigg, né à Somerset, en Angleterre, le 14 octobre 1885. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Medicine Hat, en Alberta, auprès du 3 rd Canadian Mounted Rifles le 12 janvier 1915. Mort des suites de blessures le 3 novembre 1916.

Leslie Alvin Gutteridge

SOLDAT GUTTERIDGE, né à Mitchell, en Ontario, le 20 février 1896. Domicilié à Point Grey, en Colombie-Britannique. Entré à la succursale de Vancouver, Colombie-Britannique, le 16 juillet 1913. Engagé de la succursale de Vancouver, Mount Pleasant, le 31 juillet 1915, dans le 62 e bataillon. Plus tard transféré au 14 e bataillon. Présent à la Troisième Bataille d'Ypres, Courcelette, Bois du Sanctuaire et Ferme du Mouquet. Tué au combat à la ferme du Mouquet, le 7 septembre 1916.

Edgar Reginald Hames

Soldat Hames, né à MacLeod, en Alberta, le 30 novembre 1890. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Hamiota, au Manitoba, auprès du 8 th Battalion le 6 mars 1916. Décédé des suites de blessures reçues trois jours plus tôt, le 18 août 1917.

John Horne Hamilton

SOLDAT HAMILTON, né à London, Ontario, le 3 avril 1892. Entré à la succursale de London, le 12 juillet 1909. Engagé de la succursale de Toronto, Ontario, le 17 août 1914, dans le 15 e Bataillon. Tué au combat à Saint-Julien, le 24 avril 1915.

William Robertson Hamilton

SOLDAT HAMILTON, né à Aberdalgie, en Écosse, le 30 janvier 1892. Domicilié à Perth, en Écosse. A servi pendant deux ans à la Commercial Bank of Scotland. Entré à la succursale de New Westminster (Colombie-Britannique), le 21 novembre 1911. Engagé à ce poste le 10 août 1914, dans le 7 e Bataillon. Tué au combat à Ypres, en avril 1915.

Wilfred Charles Hammill

Soldat Hammill, né à Winnipeg, Manitoba, le 3 juillet 1896. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Québec, Québec, auprès du 19 e Bataillon le 22 juillet 1915. Décédé le 21 juillet 1916.

Victor Middleton Hanna

SOLDAT HANNA, né à Middle Musquodoboit, Nouvelle-Écosse, le 7 janvier 1898. Entré à la succursale de Shubenacadie, Nouvelle-Écosse, le 24 février 1916. Engagé de la succursale de Shubenacadie, le 15 mars 1916, dans le 85 e bataillon. Présent à Lens, Arras, Passchendaele. Blessé et gazé à Passchendaele, le 31 octobre 1917. Décédé au Cogswell St. Hospital, Halifax, le 17 janvier 1919.

Harold McDougall Hannah

CAPORAL HANNAH, né à Richibucto, Nouveau-Brunswick, le 10 septembre 1890. Entré à la succursale de Rexton, Nouveau-Brunswick, le 1er août 1907. Engagé de la succursale d'Edmonton, Alberta, le 8 avril 1916, dans le 194 e Bataillon. Tué au combat à Passchendaele, le 7 novembre 1917.

Goldwin William Harron

SOLDAT HARRON, né à Kitchener, en Ontario, le 18 septembre 1897. Domicilié à Venn, en Saskatchewan. A rejoint la Banque de la Couronne du Nord. Enrôlé de la succursale de Venn, le 22 octobre 1915, dans le 53 e bataillon, servant plus tard avec le 28 e bataillon. Présent à Ypres et dans la Somme. Tué au combat sur la Somme, le 5 juillet 1916.

Gordon Thomas Haszard

ARTILLEUR HASZARD, né à Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard, le 13 septembre 1896. Entré à la succursale de Charlottetown, le 6 mars 1912. Engagé de la succursale de Charlottetown, le 17 août 1915, dans la 6 e brigade, Canadian Field Artillery. Tué au combat à Passchendaele, le 7 novembre 1917.

Arthur Wellesley Hatfield

SERGENT HATFIELD, né à Yarmouth, Nouvelle-Écosse, le 7 novembre 1896. Entré à la succursale de Yarmouth, le 29 juillet 1912. Engagé de la succursale de Yarmouth, le 12 novembre 1914, dans le 25 e bataillon. Tué au combat à Ypres, le 3 novembre 1915.

Gerald Coussmaker Heath

Le CAPORAL HEATH s'est joint à la Northern Crown Bank en 1912. Auparavant, il a travaillé pour la Banque canadienne de commerce. Engagé de la succursale de Vancouver (Colombie-Britannique), le 22 août 1914, dans le 16 e bataillon. Tué au combat le 22 avril 1915. Recommandé par Sir John French pour bravoure et services distingués sur le terrain. Mentionné dans les dépêches.

Charles Héréron

LIEUTENANT HERERON, né à Kelowna, Colombie-Britannique, le 13 août 1896. Entré à la succursale de Kelowna, le 29 juillet 1912. Engagé de la succursale de Kelowna, le 9 novembre 1915, dans le 2 e Canadian Mounted Rifles. Présent à Arras, Lens, Loos, Avion, Hill 70, Passchendaele et Cambrai. Mentionné deux fois à la cote 70 dans les ordres du bataillon. A remporté la médaille militaire à Passchendaele. Recommandé pour une commission. Tué au combat sur la route entre Valenciennes et Mons, le 6 novembre 1918.

Omar Léonard Higgins

Lieutenant Higgins, né le 29 juin 1893. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Melita, au Manitoba, auprès du 12 th Reserve Battalion le 8 juin 1915. Décédé le 23 janvier 1919 des suites d'un empoisonnement au gaz.

Charles Hamilton Hobkirk

LIEUTENANT HOBKIRK, né à Winnipeg, Manitoba, le 2 janvier 1896. Domicilié à Fredericton, Nouveau-Brunswick. Entré à la succursale de Fredericton, le 4 septembre 1912. Engagé de la succursale de Fredericton, le 30 juin 1915, dans le 64 e bataillon a également servi avec les 25 e et 71 e bataillons. Tué au combat à Courcelette, le 17 septembre 1916.

John Patterson Hodkinson

SOLDAT HODKINSON, né à Newton Stewart, en Écosse, le 25 mai 1889. Domicilié à Newton Stewart. A servi pendant plus de quatre ans à la Commercial Bank of Scotland. Entré à Vancouver, Colombie-Britannique, succursale Mount Pleasant, le 12 juin 1913. Engagé de Vancouver, succursale East End, dans le 72 e Seaforth Highlanders. Présent à Ypres, Arras, la Somme et la crête de Vimy. Tué au combat sur la crête de Vimy, le 9 avril 1917.

Wilfred Maurice Holden

Soldat Holden, né à Melita, au Manitoba, le 25 novembre 1895. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Winnipeg, au Manitoba, auprès du 222 e Bataillon le 11 avril 1916. Plus tard, il fut rattaché au 1 st Canadian Mounted Rifles. Décédé le 20 août 1917.

Cecil Sanford Holliday

SOLDAT HOLLIDAY, né à Crystal, Dakota du Nord, États-Unis, le 12 août 1894. Domicilié à Elm Creek, Manitoba. Entré à la succursale de Conquest, en Saskatchewan, le 15 septembre 1914. Engagé de la succursale de Bethune, en Saskatchewan, le 9 juin 1916, dans le 203 e bataillon. Tué au combat lors de la seconde bataille d'Arras, le 31 août 1918.

Frank Stewart Holliday

Soldat Holliday, né à Crystal, dans le Dakota du Nord, aux États-Unis, le 15 mars 1892. Enrôlé alors qu'il travaillait au siège social de l'Union Bank à Winnipeg, au Manitoba, auprès du 2 nd Depot Cyclist Platoon le 29 mai 1916. Plus tard avec le 2 nd Battalion, Canadian Machine Corps d'armes à feu. Mort des suites de ses blessures le 9 septembre 1918.

James Swirles Hood

LIEUTENANT HOOD, né à Kirkcaldy, en Écosse, le 9 août 1894. Domicilié à Kirkcaldy, en Écosse. A servi pendant plus de deux ans à la Commercial Bank of Scotland. Entré au personnel du siège social, le 4 novembre 1912. Engagé du siège social, le 28 octobre 1914, dans le 23 e bataillon. Tué au combat, le 3 mai 1917, au Fresnoy.

Christophe Bagnall Horton

Artilleur Horton, né à Walthamstow, Essex, Angleterre, le 14 août 1898. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Hartney, au Manitoba, auprès de la 76 e batterie le 19 septembre 1916. Décédé d'une pneumonie le 1er février 1917.

John Houston

Soldat Houston, né à Glasgow, en Écosse, le 14 août 1893. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Blairmore, en Alberta, auprès du 10 th Battalion le 10 mai 1916. Tué au combat le 15 août 1917.

Réginald Selby Hudson

Soldat Hudson, né à Bradwardine, au Manitoba, le 30 juillet 1892. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Vancouver, en Colombie-Britannique, auprès du 196 th Battalion le 11 avril 1916. Plus tard, auprès du 46 th Battalion. Décédé le 26 mars 1917.

Roy Cameron Hunter

SOLD HUNTER, né à Wiarton, Ontario, le 11 septembre 1889. Domicilié à Wiarton. Anciennement à la Northern Crown Bank. Engagé de la succursale de Vancouver (Colombie-Britannique), le 14 octobre 1914, dans le 23 e bataillon. Plus tard transféré au 3 e Bataillon. Tué au combat à Givenchy, le 17 juin 1915.

Wilfred Laurier Chasseur

SOLDAT HUNTER, né à Lansing, Ontario, le 2 février 1897. Domicilié à Toronto, Ontario. Entré à la succursale de Toronto, le 14 juillet 1914. Engagé de la succursale de Toronto, le 12 juin 1915, dans le 58 e bataillon. A également servi dans la 2 e Compagnie de mitrailleuses, 1 re Division canadienne. Présent à Ypres, Saint-Julien, Courcelette et la Somme. Tué au combat à Courcelette, le 26 septembre 1916.

Douglas Strutt Hurrell

Soldat Hurrell, né à Malden, Essex, Angleterre, le 3 juin 1896. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Winnipeg, au Manitoba, le 9 janvier 1915 auprès du 43 e bataillon. Tué au combat le 24 avril 1916.

Andrew Arthur Hynes

SOLDAT HYNES, né à Sault Ste. Marie, Ontario, 15 février 1897. Entré à Sault Ste. Marie, succursale Queen & Bruce Street, 1er mars 1913. Engagé de Sault Ste. Branche Marie, le 22 juillet 1915, dans le 76 e bataillon. Transféré plus tard au 37 e Bataillon et 17 e Réserve. A servi en France avec le 3 e Bataillon, 1 ère Division. Tué au combat près de la crête de Vimy, le 26 octobre 1916.

Ernest Fred Jeffreys

Soldat Jeffreys, né à Erin Township, en Ontario, le 9 octobre 1895. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Fenwick, en Ontario, auprès du 176 th Battalion, 2 nd Dragoons le 1er avril 1916. Plus tard, auprès du 102 nd Battalion. Décédé le 1er octobre 1918.

Asgeir Finnson Johnson

SOLDAT JOHNSON, domicile à Winnipeg, au Manitoba. Entré à la Northern Crown Bank en 1915. Engagé de la succursale de Winnipeg, Portage & Sherbrook, le 19 février 1916, dans le 184 e bataillon. A également servi dans le 78 e bataillon. Tué au combat, le 30 octobre 1917.

Frank Lawrence Johnson

SOUS-LIEUTENANT JOHNSON, né à Bridgetown, Barbade, le 15 mars 1898. Domicilié à Bridgetown. Entré à la succursale de Roseau, Dominique, le 5 avril 1915. Engagé de la succursale de Roseau, le 15 janvier 1916, dans le St. Lucia Volunteers, British West Indies Regiment. Attaché ensuite au Royal Flying Corps. Tué accidentellement à Aboukir, Egypte, le 6 septembre 1917.

Mark St. Clair Johnston

SOLDAT JOHNSTON, né à Winona, Ontario, le 29 mai 1894. Domicilié à Winona. Entré à la Traders Bank of Canada à la succursale de Stoney Creek, en Ontario, le 2 juillet 1912. Engagé de la succursale d'Ingersoll, en Ontario, le 1er février 1916, dans le 129 e bataillon. Plus tard, il a servi en France avec le Princess Patricia's Canadian Light Infantry en tant que Dispatch Runner.

Henry William Jones

SOLDAT JONES, né à Rayleigh, Essex, Angleterre, le 7 juin 1892. Domicilié à Vancouver, Colombie-Britannique. Entré à la succursale de Vancouver, le 23 mai 1910. Engagé de la succursale de Grand Forks, en Colombie-Britannique, le 1er juillet 1915, dans le 54 e bataillon. Présent sur la Somme et à Ypres. Tué au combat à Ypres, juin 1916.

Richard Bathe Jones

Soldat Jones, né à Winnipeg, au Manitoba, le 22 août 1897. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Winnipeg, au Manitoba, auprès du 61 e Bataillon le 28 août 1915. Plus tard, auprès du 44 e Bataillon. Décédé le 25 octobre 1916.

Richard Hyde Jones

Caporal suppléant Jones, né à Workington, Cumberland, Angleterre, le 24 mai 1891. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Pense, en Saskatchewan, auprès du 79 th Cameron Highlanders le 22 septembre 1915. Plus tard avec le 43 rd Battalion Décédé le 8 octobre, 1916.

John Hempenstall Kearney

SOLDAT KEARNEY, né en mars 1892. Entré à la succursale de la Banque de Québec, Montréal, rue Sainte-Catherine Est, le 28 septembre 1913. Engagé de Montréal, succursale de la rue Saint-Matthieu, dans le 14 e Bataillon, le 15 août 1914. Tué en action, le 3 juin 1916.

Ernest Tilton Sumpter Kelly

Lieutenant Kelly, né à Athol Twp, dans le comté de Prince Edward, en Ontario, le 20 juin 1896. Enrôlé à l'origine alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Picton, en Ontario, auprès du 155 th Battalion le 11 janvier 1916. Il s'est enrôlé dans la Royal Air Force le 6 juillet. , 1917. Tué au combat le 15 juin 1918.

Henry Joseph Kelly

Soldat Kelly, né à Dummer Township, en Ontario, le 20 juin 1888. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Orillia, en Ontario, auprès du 5 th Canadian Mounted Rifles le 4 février 1915. Tué au combat le 7 juin 1916.

John Kempton

CAPORAL-LANCE KEMPTON s'est joint à la Banque de Québec en août 1912. Engagé alors qu'il travaillait à la succursale de Strasbourg, en Saskatchewan, le 15 septembre 1915, dans le 82 e Bataillon, à Calgary, en Alberta. A servi également dans le 5 e bataillon. Tué au combat, avril 1917.

Louis Kerr

ARTILLEUR KERR, né à Holstein, en Ontario, le 17 août 1890. Domicilié à Toronto, en Ontario. Entré à la succursale d'Arthur, en Ontario, le 15 février 1912. Engagé de la succursale de Brantford, en Ontario, le 16 mars 1918, dans la 70 e batterie de l'Artillerie de campagne canadienne. Décédé d'une pneumonie à Toronto, le 22 octobre 1918.

John Joshua Wallace roi

SOLDAT KING, né à Dorchester, Nouveau-Brunswick, le 20 mars 1895. Domicilié à Pictou, Nouvelle-Écosse. Entré à la succursale de Pictou, le 12 mai 1913. Engagé de la succursale de Pictou, le 20 septembre 1915, dans le 64 e bataillon. Plus tard transféré au 24 e bataillon. Présent à Courcelette. Blessé le 18 septembre 1916 et décédé des suites de ses blessures à Moore Barracks, Shorncliffe, Kent.

Charles Frédéric Kirkman

SOLDAT KIRKMAN, né à Leicester, Angleterre, le 22 mai 1888. Domicilié à Leicester. Entré à la Quebec Bank, Edmonton, Alberta, avril 1913. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale d'Edmonton le 26 novembre 1914, dans le 31 e Bataillon. Présent à Saint-Eloi, au Bois du Sanctuaire, dans la Somme et à Courcelette. Tué au combat à Courcelette, le 26 septembre 1916.

Frédéric Sylvestre Kirvan

SIGNALEUR KIRVAN, né à Elora, Ontario, le 29 avril 1897. Domicilié à Guelph, Ontario. Entré à la succursale de Collingwood, en Ontario, le 4 novembre 1912. Engagé de la succursale de Cargill, en Ontario, le 29 février 1916, dans le 160 e bataillon. Plus tard, il a servi dans le 87 e bataillon des Grenadier Guards. Tué au combat à Arras, le 2 septembre 1918.

Alexandre Rollo Laing

SOLDAT LAING, né à Cowdenbeath, Fifeshire, Écosse, le 17 janvier 1893. Domicilié à Cowdenbeath. A servi pendant plus de deux ans à la Commercial Bank of Scotland. Entré à la succursale de Vancouver, Colombie-Britannique, le 4 novembre 1912. Engagé de la succursale de Vancouver, le 31 mai 1915, auprès de la 2 e brigade, Machine Gun Company. Présent à la crête de Vimy. Tué au combat, le 9 avril 1918.

Lloyd Haliburton Langille

SOLDAT LANGILLE, né à Kingston Village, en Nouvelle-Écosse, le 17 février 1897. Domicilié à Middleton, en Nouvelle-Écosse. Entré à la succursale de Middleton, le 3 septembre 1912. Engagé de la succursale de Wolfville, en Nouvelle-Écosse, le 29 février 1916, dans le 219 th Nova Scotia Highlanders. A également servi avec le 85 e Bataillon. Présent à Arras et Drocourt-Quéant. Tué au combat à Arras, le 2 septembre 1918.

John Gordon Laurie

CAPITAINE LAURIE, née à Hamilton, Ontario, le 12 janvier 1892. Entré à la succursale de la Traders Bank of Canada, Hamilton, East End, le 9 novembre 1910. Engagé de la succursale d'Orillia, Ontario, le 31 janvier 1916, dans le 173 e Bataillon. Présent à la crête de Vimy et au Fresnoy. Tué au combat au Fresnoy, le 9 mai 1917.

Eric Gilbert Leake

CAPITAINE LEAKE, né à Fallowfield, Manchester, Angleterre, le 26 janvier 1893. Domicilié à Altrincham, Angleterre. A servi pendant près de trois ans à la Lancashire & Yorkshire Bank, Limited, Angleterre. Entré à la succursale de Toronto (Ontario), le 4 avril 1913. Engagé de la succursale de Toronto, le 17 août 1914. A remporté la Croix militaire. Tué au combat en France, le 31 juillet 1918.

Alfred Johnson Leeming

CAPITAINE LEEMING, né à Lewisham, près de Londres, Angleterre, le 22 mai 1889. Entré à la succursale de Londres, Angleterre, le 1er septembre 1912. Enrôlé en Angleterre, ayant été rejeté au Canada alors qu'il travaillait à la succursale de Vancouver, Colombie-Britannique, Robson Street, 16 juin 1915. Rejoint le 1 er Bataillon, Royal Fusiliers, British Expeditionary Force. Présent sur la Somme et à la seconde bataille d'Ypres. Mentionné dans les dépêches. Tué au combat près d'Ypres, le 31 juillet 1917.

Spencer Hubert Lewis

Capitaine Lewis, né à Richwood, dans le comté de Brant, en Ontario, le 4 août 1885. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Russell, au Manitoba, le 20 décembre 1914. À l'origine, il avait le grade de lieutenant, puis de capitaine avec le 1 st Canadian Mounted Rifles. Tué au combat à la bataille d'Ypres le 5 juin 1916.

Cecil Willard Lipsit

Soldat Lipsit, né à Mount Brydes, en Ontario, le 2 mars 1894. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Foremost, en Alberta, auprès du 43 e Bataillon le 23 mars 1916. Décédé le 25 avril 1918.

Robert Winfield Lister

SOLDAT LISTER, né à Keighley, Yorkshire, Angleterre, le 14 juin 1890. Domicilié à Keighley. Au service de la Bradford District Banking Company, en Angleterre, et pendant deux ans à la Banque Impériale du Canada. Entré à la succursale de Westmount, Québec, avenue Greene, le 11 avril 1914. Engagé de la succursale de Montréal, Québec, rue Stanley, le 17 août 1914, dans le 14 e Bataillon. Tué au combat à Saint-Julien, avril 1915.

Ernest Victor Loney

SERGENT LONEY, né à Dunrobin, Ontario, le 25 mars 1892. Domicilié à North Bay, Ontario. Entré à la succursale de Toronto (Ontario), le 13 novembre 1911. A également servi pendant quatre ans à la Banque de Québec. Engagé de la succursale d'Edmonton, en Alberta, le 8 avril 1916, dans le 194 e régiment. Était présent à Lens et à la cote 70. Tué au combat à la cote 70 le 15 août 1917.

Harold Reece Longhurst

Soldat Longhurst, enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Montréal, au Québec, auprès du 14 e Bataillon. Décédé à l'Hôpital militaire de Québec le 24 septembre 1914.

Judson Erskine Lounsbury

Soldat Lounsbury, né à Wellandport, en Ontario, le 25 décembre 1894. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Goderich, en Ontario, auprès du 1 st Depot Battalion le 6 juin 1918. Décédé le 20 octobre 1918.

John Robert Lowe

Soldat Lowe, né à Clements, Kansas, États-Unis, le 2 juin 1894. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Wainwright, Alberta, auprès du 49 th Battalion le 30 janvier 1915. Mort des suites de blessures le 8 octobre 1916.

Alexandre Muir Lyon

CAPORAL LYON, né à Kilmarnock, en Écosse, le 26 août 1889. Domicilié à Kilmarnock. Entré à Vancouver, Colombie-Britannique, succursale East End, le 25 novembre 1912. Engagé de Vancouver, succursale East End, octobre 1915, dans le 72 e Seaforth Highlanders. Présent à la crête de Vimy et à Passchendaele. Tué au combat à Passchendaele, le 28 octobre 1917.

Donald McPhail Mac Callum

SOLDAT MacCALLUM, né à Campbellton, en Écosse, le 19 août 1893. Domicilié à Campbellton. Entré à la succursale de Toronto, en Ontario, le 11 septembre 1912. Engagé de la succursale de Regina, en Saskatchewan, le 22 septembre 1915, dans le 179 th Cameron Highlanders. Décédé à l'hôpital Saint-Boniface, à Winnipeg, au Manitoba, le 26 juin 1916, de la fièvre typhoïde, suivie d'une pneumonie.

Norman Stewart MacDonald

LANCE-CAPORAL MacDONALD, né à Woodstock, Ontario, le 7 juin 1891. Entré à la Northern Crown Bank en 1910. Engagé de la succursale de Winnipeg, Manitoba, dans le 27 e Bataillon, Section des mitrailleuses, le 28 octobre 1914. Présent à Courcelette et à d'autres combats entre septembre 1915 et septembre 1916. Tué au combat à Courcelette, le 15 septembre 1916.

Norman Roy Mack Jost

Lieutenant Mack Jost, né à Londres, en Angleterre, le 25 août 1895. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Edmonton, en Alberta, auprès du 9 th (Reserve) Battalion, rattaché au 49 th Battalion. Tué au combat lors de la 3e bataille d'Ypres le 3 juin 1916.

Arthur Gordon MacKay

LIEUTENANT MacKAY, né à Hamilton, Ontario, le 2 mars 1896. Domicilié à Notre Dame de Grace, Montréal, Québec. Entré à Montréal, succursale de la rue Stanley, le 15 mars 1913. Engagé de Montréal, succursale de la rue Stanley, le 11 janvier 1916, dans le 148 e bataillon. Plus tard transféré au Royal Flying Corps. Tué au combat près d'Arras, le 18 mai 1917.

Alexander Mackenzie MacNair

Soldat MacNair, né à Edyerstone, Roxburghshire, Écosse, le 1er mai 1888. Enrôlé alors qu'il travaillait à la Union Bank à Vidora, en Saskatchewan, auprès du 5 th Battalion le 23 septembre 1914. Tué au combat le 24 mai 1915.

Colin Gordon MacNaughton

LANCE-CAPORAL MacNAUGHTON, né à Wroxeter, Ontario, le 3 septembre 1895. Entré à la succursale de Wroxeter, le 10 décembre 1912. Engagé de la succursale de Norwich, Ontario, le 8 mars 1916, dans le 168 e bataillon. Plus tard transféré au 2 e Bataillon. Tué au combat à Passchendaele, le 6 novembre 1917.

Cyril Frédéric Mann

SOLDAT MANN, né à Birmingham, en Angleterre, le 11 décembre 1890. Domicilié à Bridgeford, en Saskatchewan. Entré à la succursale de Saskatoon, en Saskatchewan, de la Northern Crown Bank, le 19 mai 1913. Engagé de la succursale de Medicine Hat, en Alberta, dans le 175 e bataillon. A également servi avec le 50 e Bataillon. Tué au combat près de Givenchy, le 3 juin 1917.

Gérard Joseph Marquis

Soldat Marquis, né à Edmundsden, au Nouveau-Brunswick, le 14 juin 1898. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Pincher Creek, en Alberta, auprès du 31 e Bataillon le 12 décembre 1916. Mort des suites de blessures le 10 novembre 1917.

George Harold Martin

Soldat Martin, né à Newdale, au Manitoba, le 30 avril 1897. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Newdale, au Manitoba, auprès du 45 e bataillon le 27 août 1915. Plus tard, auprès du 31 e bataillon. Tué au combat le 7 novembre 1917 lors de l'attaque de Passchendaele.

Charles Léo McBride

Soldat McBride, né à Ottawa, en Ontario, le 19 avril 1895. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Rosetown, en Saskatchewan, auprès de la 4 th University Company le 8 octobre 1916. S'est joint au Princess Patricia's Canadian Light Infantry en campagne le 7 avril 1916 Tué au combat le 8 octobre 1916 lors de l'attaque de la tranchée Regina pendant l'offensive de la Somme.

Duncan McCarter

2 e lieutenant McCarter, né à Édimbourg, en Écosse, le 4 juillet 1894. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Victoria, en Colombie-Britannique, auprès du Royal Flying Corps le 23 septembre 1914. Tué dans un accident d'avion au-dessus de Willesborough, Kent, Angleterre le 1er mai 1918.

Joseph Stanley McCoy

SERGENT McCOY, né à Hamilton, Ontario, le 27 janvier 1889. Entré à la Traders Bank of Canada, Hamilton, mars 1908. Engagé de la succursale de Montréal, Québec, le 30 septembre 1915, dans la Machine Gun Company. Tué au combat à Lens, le 24 août 1917.

David McDill

Soldat McDill, né à Glasgow, en Écosse, le 4 novembre 1888. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Souris, au Manitoba, auprès du 5 th Battalion le 18 décembre 1914. Tué au combat le 11 décembre 1915.

Angus Daniel McDonald

Soldat McDonald, né à Shoal Lake, au Manitoba, le 3 avril 1898. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Strathclair, au Manitoba, auprès du 174 th Cameron Highlanders le 15 décembre 1916. Plus tard, auprès du 16 th Battalion. Décédé des suites de blessures le 8 août 1918.

Harry Alexander McDonald

CAPITAINE McDONALD, né à Dundee, en Écosse, le 5 mars 1886. Domicilié à Dundee. A servi pendant treize ans à la Royal Bank of Scotland. Entré à la succursale de Londres, en Angleterre, le 25 mai 1914. Engagé de la succursale de Londres, le 8 août 1914, dans le London Scottish Regiment a également servi dans l'Army Cyclists Corps. Présent à la première bataille d'Ypres. Blessé le 14 novembre 1914 et décédé à l'hôpital militaire n°1 de Canterbury, Kent, le 5 février 1918.

John A. McDonald

Soldat McDonald, enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Cabri, en Saskatchewan. Tué au combat le 22 août 1917.

William Patrick McGibbon

SOUS-LIEUTENANT McGIBBON, né à Glasgow, en Écosse, le 7 décembre 1883. A servi pendant six ans à la Royal Bank of Scotland. Entré à la succursale de Londres, Angleterre, le 14 septembre 1914. Engagé de la succursale de Londres, le 6 novembre 1915, dans les Artists' Rifles. A également servi dans l'infanterie légère de Durham. Présent à St. Eloi, Ridge Wood, Tower Hamlets, etc. Tué au combat près de Tower Hamlets, le 23 septembre 1917.

George Valentine McInerney

LIEUTENANT McINERNEY, né à Rexton, Nouveau-Brunswick, le 2 mars 1894. Entré à la succursale de Rexton, le 19 mai 1909. Engagé de la succursale de Newcastle, Nouveau-Brunswick, le 24 août 1914, dans la 8 e batterie. Plus tard, il a servi dans les 31 e et 53 e batteries de l'Artillerie de campagne canadienne. Présent à la deuxième bataille d'Ypres, d'Arras et du bois de Bourlon. Tué au combat près de Bourlon Wood, le 27 septembre 1918.

Lorne Howson McIntyre

LIEUTENANT McINTYRE, né à Peterborough, Ontario, le 31 août 1897. Domicilié à Toronto, Ontario. Entré à la succursale de Peterborough, le 13 janvier 1917. Engagé de la succursale de Peterborough, le 21 juillet 1917, dans la Royal Air Force. Présent à Cambrai et Arras. Porté disparu le 21 août 1918. Plus tard rapporté tué.

Kenneth Wetzlar McLea

LIEUTENANT McLEA, né à Montréal, Québec, le 5 octobre 1892. Entré à la succursale de Montréal, le 16 septembre 1909. Engagé de la succursale de Montréal, le 15 juin 1915, dans la 3 e Colonne de munitions divisionnaire du Canada. Tué au combat à Poperinghe, le 28 octobre 1917.

Sheldon Alexander McMillan

Soldat McMillan, né dans le comté de Glengarry, en Ontario, le 18 septembre 1897. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Alexandria, en Ontario, auprès du 154 e Bataillon le 30 décembre 1915. Plus tard, auprès du 21 e Bataillon. Tué au combat le 2 septembre 1917.

Delmer George McNamee

Soldat McNamee, né à Crystal City, au Manitoba, le 5 septembre 1895. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Kindersley, en Saskatchewan, auprès du 9 th Canadian Mounted Rifles le 25 septembre 1915. Transféré au 5 th Canadian Mounted Rifles en février 1917. Mort des suites de ses blessures le 6 mai 1917.

John McWilliam

SOLDAT McWILLIAM, né à Buckie, Banffshire, en Écosse, le 12 août 1892. Domicilié à Buckie. A servi pendant quatre ans à l'Union Bank of Scotland. Entré à la succursale de Craik, en Saskatchewan, le 20 janvier 1913. Engagé de la succursale de Swift Current, en Saskatchewan, le 14 novembre 1914, dans le 5 e Bataillon. Présent à Givenchy, Festubert et à la seconde bataille d'Ypres. Tué au combat à Zillebeke, près d'Ypres, le 6 juin 1916.

Thomas Hallard Mead

2 e lieutenant Mead, né à Micheldever, Hampshire, Angleterre, en décembre 1889. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Foremost, en Alberta, comme artilleur avec l'Artillerie canadienne de campagne. Promu des rangs au 2 e lieutenant et plus tard attaché à la Royal Field Artillery, 72 e brigade. Tué au combat le 24 juillet 1916.

F. Gérald Merritt

CAPORAL MERRITT, né à Saint John, Nouveau-Brunswick, le 3 avril 1897. Domicilié à Portland, Oregon. Entré à la succursale de Middleton, en Nouvelle-Écosse, le 6 mai 1912. Engagé de la succursale de Bridgetown, en Nouvelle-Écosse, le 6 octobre 1915, dans le 85 th Battalion, Nova Scotia Highlanders. Présent à la crête de Vimy et à Passchendaele. Tué au combat à Fampoux, près d'Arras, le 30 juillet 1918.

James Nobel Layton Millett

SOUS-LIEUTENANT MILLETT, né à Windsor, en Nouvelle-Écosse, le 14 avril 1897.Entré à la succursale de Windsor, le 27 décembre 1910. Engagé de la succursale de Newcastle, au Nouveau-Brunswick, le 25 mai 1917, dans le 73 e Escadron de la Royal Air Force. Tué au combat près de Crevecourt, le 13 mars 1918.

Arthur Mitchell

SERGENT MITCHELL, né en Angleterre, le 16 juin 1890. Entré à la Banque de Québec, le 3 septembre 1914. Engagé de la succursale de Québec, Québec, en juin 1915, dans le 52 e Bataillon. Tué au combat, le 16 septembre 1916.

Douglas Norman Moi

TROOPER MOIR, né à Aberdeen, en Écosse, le 10 février 1894. Domicilié à Auldearn, Nairnshire, en Écosse. Entré à la succursale de Montréal, Québec, le 4 mars 1911. Engagé de Vancouver, Colombie-Britannique, Supervisor's Department, le 26 novembre 1914, dans le 2 nd Canadian Mounted Rifles. Tué au combat à Ypres, le 20 mai 1916.

Peter Thomas Moir

Soldat Moir, né à Virden, au Manitoba, le 24 décembre 1894. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Minto, au Manitoba, auprès du No. 1 Overseas C.A.S.C. Dépôt d'entraînement le 16 décembre 1916. Décédé le 29 septembre 1918.

Hugh Boyd Montgomery

SERGENT MONTGOMERY, né à Glasgow, en Écosse, le 21 décembre 1892. Entré à la Northern Crown Bank. Engagé de la succursale de Winnipeg, Manitoba, le 20 octobre 1914, dans le 79 e bataillon. Plus tard servi avec le 27 e bataillon. Présent à Saint-Eloi et dans la Somme. Décédé des suites de blessures reçues sur la Somme, le 13 juillet 1916.

Cyril George Ettrick Moore

SOLDAT MOORE, né en Angleterre, le 20 juin 1889. Domicilié à Middleton, Manchester, Angleterre. Entré à la Traders Bank of Canada, Hamilton, Ontario, le 20 décembre 1909. Engagé de la succursale de Rosetown, Saskatchewan, le 14 novembre 1914, dans le 8 e Bataillon. Tué au combat près d'Ypres, le 13 juin 1916.

James Walker Moore

SIGNALEUR MOORE, né à St. Stephen, Nouveau-Brunswick, le 10 novembre 1897. Entré à la succursale de St. Stephen, le 4 août 1915. Engagé de la succursale de St. Stephen, le 30 juin 1916, dans la 10 e batterie, et a servi plus tard avec la 22 e batterie. Présent à Lens, Arras et Cambrai. Gazé mortellement près de Cambrai, le 12 septembre 1918.

Frédéric-Guillaume Lord Morgan

Soldat Morgan, né à Dublin, en Irlande, le 16 octobre 1894. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Northern Crown Bank à Seeley's Bay, en Ontario, auprès du 166 th Battalion le 22 janvier 1916. Plus tard, auprès du 75 th Battalion. Décédé le 8 juin 1917. Médaille de guerre britannique et Médaille de la victoire.

Henry Archie Morgan

Cavalier Morgan, né à Shoal Lake, au Manitoba, le 28 octobre 1894. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Shoal Lake, au Manitoba, auprès du 6 th Battalion le 24 septembre 1914. Plus tard attaché à Lord Strathcona's Horse (Royal Canadians). Tué au combat le 25 mai 1915.

Donald Spence Morison

SOLDAT MORISON, né à Montréal, Québec, le 12 mai 1898. Domicilié à Vancouver, Colombie-Britannique. A rejoint la Banque de la Couronne du Nord. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de Vancouver, à la Northern Crown Bank, le 27 août 1916, dans le 231 st Highlanders. Tué au combat à Passchendaele, le 31 octobre 1917.

James MacLaren Morton

LIEUTENANT MORTON, né à Carluke, Lanarkshire, Écosse, le 5 juin 1891. Domicilié à Carluke. A servi pendant cinq ans à la Bank of Scotland. Entré à la succursale de Calgary, Alberta, le 25 novembre 1911. Engagé de la succursale de Beiseker, Alberta, le 20 août 1914, dans le 31 e Bataillon. Présent à la crête de Vimy et au Fresnoy. Tué au combat au Fresnoy, le 3 mai 1917.

Duncan McNichol Muir

SERGENT MUIR, né à Kilmarnock, en Écosse, le 7 janvier 1891. Domicilié à Kilmarnock. A servi pendant plus de trois ans à la Bank of Scotland. Entré à la succursale de Victoria, Colombie-Britannique, le 2 août 1910. Engagé de la succursale de Vancouver, Colombie-Britannique, le 8 août 1914, dans le 7 e Bataillon. Présent à Neuve Chapelle, St. Eloi, Ypres, Hill 60 et St. Julien. Tué au combat à Saint-Julien, le 24 avril 1915.

Robert Demain Mungall

Cavalier Mungall, né à Carlisle, en Angleterre, le 8 août 1889. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Winnipeg, au Manitoba, auprès du 6 e Bataillon le 24 septembre 1914. Attaché plus tard au Canadian Corps Cavalry Regiment. Tué au combat le 4 novembre 1916.

Byron Murray

SOLDAT MURRAY, né à Port Richmond, en Nouvelle-Écosse, le 9 décembre 1897. Domicilié à St. Peter's, en Nouvelle-Écosse. Entré à la succursale de St. Peter's, le 21 avril 1915. Engagé de la succursale de St. Peter's, le 3 avril 1916, dans le 185 e bataillon. Mort d'une pleurésie à l'hôpital en Angleterre, le 24 août 1917.

Norman Murray

CADET MURRAY, né à Glencoe, Ontario, le 7 septembre 1892. Domicilié à Killam, Alberta. Entré à la Traders Bank of Canada, Glencoe, le 6 mai 1910. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale d'Elrose, en Saskatchewan, le 15 avril 1918, dans la Royal Air Force. Décédé de la grippe espagnole à Toronto, Ontario, le 5 octobre 1918.

Guillaume Nairn

ARTILLEUR NAIRN, né à Boreland, Blackford, Perth, Écosse, le 2 décembre 1887. Domicilié à Boreland. A servi pendant six ans à la Bank of Scotland. Entré à Vancouver, Colombie-Britannique, succursale de Bridge Street, le 4 avril 1911. Engagé de Vancouver, succursale de Cordova Street, le 13 mars 1918, dans l'Artillerie de campagne canadienne. Plus tard rejoint le Tank Corps. Décédé à bord du H.M.T. Victoria d'une pneumonie suite à la grippe espagnole, le 18 octobre 1918.

Archie Bremner Nelson

SOLDAT NELSON, né à Prince Albert, en Saskatchewan, le 27 mars 1896. Entré à la succursale de Prince Albert, le 15 avril 1913. Engagé de la succursale de Rosetown, en Saskatchewan, le 29 avril 1916, dans le 196 th Western Universities Corps. A également servi avec le 46 e Bataillon. Présent à Passchendaele et à la crête de Vimy. Tué au combat à Avion, près d'Arras, le 3 mai 1918.

Landell Newcomb

Lieutenant Newcomb, né à Dulwich, en Angleterre, le 2 décembre 1891. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Melfort, en Saskatchewan, auprès du 8 th Battalion le 5 février 1915. Décédé le 10 novembre 1917.

William Hardy Nicholls

LIEUTENANT NICHOLLS, né à Montrose, Ontario, le 6 mars 1894. Domicilié à Bowmanville, Ontario. Entré à la succursale de Bowmanville, le 12 décembre 1910. Engagé de la succursale de Fergus, en Ontario, le 3 mars 1916, dans le 153 e Bataillon. Décédé au Sanitarium de Gravenhurst, en Ontario, alors qu'il s'entraînait avec son bataillon, le 19 février 1919.

Guillaume Nicoll

Soldat Nicoll, né à Castle-Fraser, Sauchen, Aberdeenshire, Écosse, le 11 juin 1890. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Saskatoon, en Saskatchewan, auprès du 38 th Battalion le 5 avril 1915. Transféré au Princess Patricia's Canadian Light Infantry en juillet 26, 1915. Tué au combat à la bataille de la crête de Vimy le 3 février 1917.

James Albert Noble

SOLDAT NOBLE, né à Manor, en Saskatchewan, le 4 février 1895. Domicilié à Manor. Anciennement de la Northern Crown Bank. Engagé de la succursale de Lockwood, en Saskatchewan, le 8 août 1915, dans le Princess Patricia's Canadian Light Infantry. Tué au combat lors de la troisième bataille d'Ypres, le 2 juin 1916.

Alfred Lloyd Norman

DRIVER NORMAN, né à Ingersoll, Ontario, le 6 février 1898. Entré à Galt, succursale de l'Ontario, le 13 juillet 1915. Engagé de la succursale de Galt, le 4 décembre 1915, dans la 29 e batterie, Canadian Field Artillery. A également servi dans la 36 e batterie. Présent à tous les engagements de la Somme (juillet 1916) à Lens (août 1917). Tué au combat près de Lens, le 8 août 1917.

Charles Edward Pattison

LIEUTENANT DE VOL PATTISON, né à Glasgow, en Écosse, le 13 juillet 1896. Entré à la succursale de Winona, en Ontario, le 2 mars 1914. Engagé de la succursale de Winona, le 15 décembre 1915, dans le Royal Naval Air Service (Imperial). A combattu avec l'armée française pendant plusieurs mois. Présent dans le raid de Fribourg et de nombreux autres raids aériens. Décédé à Redcar, Yorkshire, Angleterre, le 2 avril 1918, des suites de blessures. Récompensé de la Croix de Guerre par le gouvernement français.

Victor Réginald Paulin

LIEUTENANT D'AVIATION PAULIN, né à Victoria, Colombie-Britannique, le 19 juin 1897. Entré à la succursale de Victoria, le 1er avril 1913. Engagé de la succursale de Vancouver, Colombie-Britannique, le 14 juillet 1917, dans la Royal Air Force. Tué au combat, le 8 mai 1918, près de Saint-Omer, France.

Lewis Arthur Palmer

2 e lieutenant Palmer, né à Highbury, Londres, Angleterre, le 19 octobre 1895. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Toronto, en Ontario, auprès du Royal Flying Corps le 4 décembre 1914. Décédé le 9 novembre 1917.

Richard Norman Payne

Lieutenant Payne, né le 11 août 1891. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Peterborough, en Ontario, auprès du 93 e bataillon. Décédé le 28 mai 1916.

Ralph Pelluet

SOLDAT PELLUET, né à Londres, en Angleterre, le 15 septembre 1893. Domicilié à Edmonton, en Alberta. Entré à la succursale d'Athabasca, en Alberta, le 22 janvier 1914. Engagé de la succursale de North Battleford, en Saskatchewan, le 3 juin 1916, dans le 200 e bataillon. Tué au camp de Shorncliffe, à Folkestone, en Angleterre, lors d'un raid aérien sur le camp canadien, le 25 mai 1917.

Kenneth Fraser Perry

Soldat Perry, né à Arnprior, en Ontario, le 22 février 1897. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Manitou, au Manitoba, auprès du 5 th Battalion le 16 novembre 1915. Tué au combat le 15 août 1917.

Arthur Walker Peters

CAPORAL PETERS, né à Saint John, Nouveau-Brunswick, le 31 mars 1894. Domicilié à Kerrisdale, Vancouver, Colombie-Britannique. Entré à la succursale de Saint John, le 29 août 1910. Engagé de la succursale de Vancouver, le 1er octobre 1915, dans le 72 e Seaforth Highlanders a également servi dans le 102 e bataillon. Présent à la Somme, à la crête de Vimy et à Passchendaele. Tué au combat à Passchendaele, le 1er novembre 1917.

Gerald Hamilton Peters

Lieutenant Peters, à Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard, le 8 novembre 1894. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Prince Rupert, en Colombie-Britannique, auprès du 7 th Battalion le 9 février 1915. Tué au combat le 3 juin 1916.

Allan Phillips

SOLDAT PHILLIPS, né à London, en Angleterre, le 21 avril 1897. Domicilié à London, en Ontario. Entré à la succursale de London, Ontario, le 13 octobre 1915. Engagé de la succursale de London, le 13 mai 1916, dans le 142 e Bataillon. A également servi dans le 18 e Bataillon. Présent à Lens et à la cote 70. Tué au combat sur une route près d'Aix Moulette, le 21 août 1917.

Richard James Bramwell Pickering

MARIAGE DE CHEF PICKERING, né à Londres, en Angleterre, le 9 novembre 1896. Entré à la Northern Crown Bank, en mai 1912. Engagé de Toronto (Ontario), succursale de l'avenue Spadina, le 16 février 1915, dans la Canadian Royal Horse Artillery. Transféré par la suite à la Royal Naval Division. Présent à la Somme et autres engagements. Tué au combat sur la Somme, le 13 novembre 1916.

Raymond Cochon

SOLDAT PIGG, né à Pelham, Herts, Angleterre, en 1896. Domicilié à Reston, Manitoba. Anciennement à la Northern Crown Bank. Engagé de la succursale de Winnipeg, au Manitoba, dans le 78 e Bataillon. Tué au combat sur la Somme, le 20 novembre 1916.

Usine Reginald Sydney

Soldat Plant, né à Norwood, en Ontario, le 20 décembre 1896. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Roseneath, en Ontario, auprès du 235 th Battalion le 31 juillet 1916. Décédé le 30 août 1918.

Walter Pollock

Soldat Pollock, né à Port Glasgow, en Écosse, le 7 juillet 1896. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Vancouver, en Colombie-Britannique, auprès du 231 e Bataillon le 2 octobre 1916. Plus tard, auprès du 72 e Bataillon. Décédé le 27 septembre 1918.

William Ross Pringle

SOLDAT PRINGLE, né à Stella (Ontario), le 1er mai 1889. Domicilié à Stella. Entré à la succursale de Gadsby, Alberta, le 5 juin 1916. Engagé de la succursale de Gadsby, le 30 septembre 1916, dans la 11 e Ambulance de campagne canadienne. Présent à Lens, Amiens et Cambrai. Tué au combat à Cambrai, le 29 septembre 1918.

James Spalding a fait ses preuves

Sergent Proven, né à Linlithgow, en Écosse, le 12 octobre 1890. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Claresholm, en Alberta, auprès du 31 e Bataillon le 18 novembre 1914. Décédé le 15 avril 1916 des suites de blessures reçues lors d'actions à Saint-Éloi le 6 avril.

George Nelson Pugh

Soldat Pugh, né à Virden, au Manitoba, le 1er avril 1898. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Brandon, au Manitoba, auprès du 196 th Battalion le 22 mai 1916. Plus tard, auprès du 46 th Battalion. Tué au combat le 21 juin 1917.

James Alfred Ralston

LANCE-CAPORAL RALSTON, né à Lefroy, Ontario, le 25 septembre 1897. Domicilié à Lefroy. Entré à la succursale de Schomberg, Ontario, le 21 juillet 1913. Engagé de la succursale Queen & Broadview de Toronto, Ontario, le 21 août 1915, dans le 35 e Bataillon. A également servi dans le 3 e Bataillon. Présent sur la Somme, Vimy, Courcelette et la cote 70. Tué au combat à Amiens, le 8 août 1918.

James Monilaws Richardson

CAPORAL RICHARDSON, né à Seaforth, Ontario, le 2 septembre 1886. Domicilié à St. Marys, Ontario. Entré à la succursale d'Edmonton, en Alberta, le 12 août 1913. Engagé de la succursale de Peace River, en Alberta, le 9 juillet 1915, dans le 66 e bataillon. A également servi dans le 31 e Bataillon. Tué au combat à Courcelette, le 15 septembre 1916.

James Henry Richesse

SOLDAT RICHES, né à Londres, en Angleterre, le 18 octobre 1896. Domicilié à Stratford, en Ontario. Entré à la succursale de Stratford, le 30 septembre 1912. Engagé de la succursale de Stratford, le 30 août 1915, dans le 33 e bataillon. Transféré ensuite au 7 e bataillon. Présent à Ypres, la Somme et la crête de Vimy. Tué au combat sur la crête de Vimy, le 9 avril 1917.

George Edward Robinson

Lieutenant Robinson, né à Orangeville, en Ontario, le 9 décembre 1885. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la rue Bank de la Union Bank à Ottawa, en Ontario, auprès du Railway Construction & Forestry Depot le 1er octobre 1917. Décédé des suites d'une chute le 20 mars 1918 .

Walter George Ross

Artilleur Ross, né à Turnbridge Wells, en Angleterre, le 30 janvier 1897. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Kindersley, en Saskatchewan, auprès des Mounted Rifles. Tué au combat le 9 juillet 1916.

William Patrick Ross

SOLDAT ROSS, né à Fort Saskatchewan, en Alberta, le 8 juin 1895. Domicilié à Vancouver, en Colombie-Britannique. Entré à la succursale de Scott, en Saskatchewan, le 28 août 1911. Engagé de la succursale de Vancouver, le 5 juin 1916, dans le 196 e bataillon des universités de l'Ouest. A également servi dans le 46 e bataillon. Présent à la crête de Vimy, à Lens, à la cote 70 et à Passchendaele. Tué au combat à Passchendaele, le 26 octobre 1917.

Norman Horace Pemberton Salusbury

SOUS-LIEUTENANT SALUSBURY, né à Newton Arlosh Vicarage, Cumberland, Angleterre, le 23 novembre 1893. Domicilié à Wigton, Cumberland, Angleterre. Entré à la succursale d'Ottawa (Ontario) de la Banque de Québec, le 20 janvier 1914. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale d'Ottawa dans le premier contingent canadien. Par la suite, il a été transféré au Border Regiment (Imperials) et a été attaché au 117 th Battalion, Highland Light Infantry. Tué au combat à Cape Helles, Gallipoli.

Francis Graham Sanderson

Soldat Sanderson, né le 17 novembre 1895 à Peterborough, en Ontario. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Bassano, en Alberta, auprès du 82 nd Battalion le 14 octobre 1915. Transféré au 13 th Canadian Mounted Rifles en mars 1916.

Frank Graham Scarth

Soldat Scarth, né à Londres, en Angleterre, le 14 avril 1885. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Prince Albert, en Saskatchewan, auprès du 8 th Battalion le 10 février 1915. Tué au combat le 8 septembre 1916.

Albert Victor Scott

Soldat Scott, né à Rapid City, au Manitoba, le 3 septembre 1897. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Rapid City auprès du 226 th Battalion le 4 avril 1916. Plus tard, auprès du 27 th Battalion. Décédé le 21 août 1917.

Douglas William Duc Scott

Caporal suppléant Scott, né à Netring, Northamptonshire, Angleterre, le 29 novembre 1896. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Toronto, en Ontario, auprès du 84 e bataillon le 19 octobre 1915, plus tard transféré au 27 e bataillon. Tué au combat le 10 août 1918.

Ellis a secoué Scott

Sergent Scott, né à Caledon, dans le comté de Peel, en Ontario, le 23 septembre 1893. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Hamilton, en Ontario, auprès du 36 th Battalion le 16 avril 1915. Plus tard dans le 8 th Canadian Machine Gun Corps. Décédé le 14 novembre 1917. Médaille militaire.

Stephen William Scott

LIEUTENANT SCOTT, né à Tillsonburg, Ontario, le 11 août 1894. Entré à la succursale de Tillsonburg, le 17 janvier 1911. Engagé de la succursale de Stoney Creek, Ontario, le 30 novembre 1915, dans le 129 e Bataillon. A également servi dans les 124 e et 3 e bataillons. Présent à Vimy, Fresnoy, Cote 70, Passchendaele, Canal du Nord, Bois Bourlon, et autres engagements jusqu'à Cambrai. Médaille militaire en octobre 1918. Tué au combat à Cambrai, le 1er octobre 1918.

Vendeurs de Sydney George

SERGEANT SELLERS, né à Plymouth, Angleterre, le 7 octobre 1887. Domicilié à la Barbade, Antilles britanniques. Anciennement à la Northern Crown Bank. Engagé de la succursale de Vancouver (Colombie-Britannique) en 1914, dans le 7 e bataillon. Présent à Langemarck. Décédé à l'hôpital d'Orpington, Kent, Angleterre, le 27 novembre 1917.

Earlby Gordon Shannon

Caporal Shannon, né à Islington, en Ontario, le 13 février 1896. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Toronto, en Ontario, auprès du 182 e bataillon le 25 février 1916. A servi dans les 208 e , 8 e réserve et 2 e bataillons de réserve. Transféré au 116 e Bataillon en février 1918. Mort des suites de blessures le 8 août 1918.

Frédéric-Henri Sharp

HOME à Nokomis, en Saskatchewan. Anciennement à la Northern Crown Bank. Engagé de la succursale de Vancouver (Colombie-Britannique), le 30 avril 1915. Tué au combat.

Herbert Victor Sharpe

TROOPER SHARPE, né à Owen Sound, Ontario, le 11 novembre 1895. Entré à la succursale d'Owen Sound, le 11 juin 1913. Engagé de la succursale d'Owen Sound, le 23 août 1915, dans le Fort Garry Horse. Présent à la Somme et autres engagements. Blessé le 8 août 1918. Décédé à l'hôpital de Shorncliffe, en Angleterre, le 15 novembre 1918.

Thomas Pitcairn Shearer

SOLDAT SHEARER, né à Armadale, en Écosse, le 19 décembre 1894. Domicilié à Partick, en Écosse. A servi pendant trois ans à la Bank of Scotland. Entré à la succursale de Winnipeg, Manitoba, le 22 mai 1913. Engagé de la succursale de Davidson, Saskatchewan, le 7 juin 1915, après avoir été rejeté à deux reprises. Présent à la crête de Vimy, Ypres et Passchendaele. Tué au combat à Passchendaele, le 29 octobre 1917.

Laurence Shuster Sherman

CAPORAL SHERMAN, né à Fredericton, Nouveau-Brunswick, le 9 novembre 1884. Entré à la succursale de Fredericton, le 27 mai 1901. Engagé de Londres, Angleterre, le 23 septembre 1915, dans le Royal Sussex Regiment (Imperials). Mort des suites de blessures sur la Somme, le 5 août 1916.

Donald Devere Shields

LIEUTENANT SHIELDS, né à Bear River, en Nouvelle-Écosse, le 8 juin 1895. Domicilié à Liverpool, en Nouvelle-Écosse. Entré à la succursale de Liverpool, le 12 juin 1912. Engagé de la succursale de Bridgewater, en Nouvelle-Écosse, le 1er décembre 1915, dans le 112 e bataillon. Présent à Lens, cote 70 et Passchendaele. Tué au combat le 10 novembre 1918, la dernière nuit de la guerre, lors de la prise de Moris.

John Arthur Murton Shore

LIEUTENANT SHORE, né à Port Rowan, Ontario, le 30 décembre 1894. Domicilié à Ilderton, Ontario. Entré à la succursale de Windsor, en Ontario, le 22 septembre 1913. Engagé de St.Marys, succursale de l'Ontario, le 2 mars 1916, dans le 186 e bataillon. A servi plus tard avec le 18 e Bataillon. Présent à Mons et Passchendaele. Tué au combat à Passchendaele, le 11 novembre 1917.

Arthur Reginald Simmons

Soldat Simmons, né à Shelburne, en Ontario, le 12 mai 1893. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Shelburne, en Ontario, auprès du 164 th Battalion le 26 février 1916. Plus tard, auprès du 116 th Battalion. Décédé le 14 août 1918.

Harold James Simpson

Soldat Simpson, né à Plymouth, Devon, Angleterre, le 15 décembre 1894. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Alderson, Alberta, auprès du 10 th Battalion le 25 septembre 1914. Mort des suites de ses blessures le 13 septembre 1915.

John Murray Skeaff

LIEUTENANT SKEAFF, né à Cobourg, Ontario, le 14 avril 1896. Domicilié à Toronto, Ontario. Entré à la succursale de Toronto, le 4 juin 1914. Engagé de la succursale de Toronto, le 7 juin 1915, dans le 48 th Highlanders. A également servi dans le 92 e Bataillon. Décédé d'une pneumonie à Toronto, le 24 janvier 1916.

John Thomson Smith

SOLDAT SMITH, né à Aberdeen, en Écosse, le 2 janvier 1892. Domicilié à Édimbourg, en Écosse. Entré à la succursale de Winnipeg, Manitoba, le 30 septembre 1912. Engagé de la succursale de Brandon, Manitoba, le 23 août 1914, dans le 8 e Bataillon. A également servi avec le 90 th Winnipeg Rifles. Présent à la seconde bataille d'Ypres, Festubert, Givenchy et sur la Somme. Décédé des suites de blessures dans un poste d'évacuation sanitaire, le 8 septembre 1916.

Ralph Henniker Smith

SOLDAT SMITH, né à Croydon, Angleterre, le 5 avril 1891. Domicilié à Gravesend, Kent, Angleterre. Au service de la London City & Midland Bank, Ltd., pendant dix-huit mois. Entré à la Traders Bank of Canada, Toronto, Ontario, succursale de la rue King & Spadina, le 12 septembre 1909. Engagé du Département des inspecteurs, Calgary, Alberta, le 21 novembre 1914, dans la 4 e Ambulance de campagne canadienne. Présent à Saint-Eloi et sur la Somme. Mort des suites de blessures à Camiers, France, le 19 octobre 1916.

Trenholme Vasey Goldwin Smith

SAPPER SMITH, né à Dewdney, en Colombie-Britannique, le 28 février 1896. Domicilié à Dewdney. Entré à Vancouver, Colombie-Britannique, succursale South Hill, le 14 juillet 1914. Engagé de Vancouver, succursale East End, le 22 mars 1916, dans le Génie canadien. Tué au combat à Passchendaele, le 27 octobre 1917.

Fennell Anderson Smyth

SOLDAT SMYTH, né à Midford, en Ontario, le 26 juillet 1899. Domicilié à South River, en Ontario. Entré à la succursale de Burk's Falls (Ontario), le 12 août 1915. Engagé de la succursale de Burk's Falls, le 30 avril 1916, dans le 162 e bataillon. A également servi avec la 3 e batterie de mitrailleuses canadiennes. Présent à Passchendaele, Amiens et Arras. Tué au combat à Walrus, le 24 septembre 1918.

Frédéric-Guillaume Neige

CAPORAL SNOW, né à St. John's, Terre-Neuve, le 4 février 1896. Entré à la succursale de St. John's, le 21 avril 1913. Engagé de la succursale de St. John's, le 15 mai 1917, dans le 1 er Royal Newfoundland Regiment. Mort par noyade, le 24 février 1918.

Johnston Lawrence Snowdon

SOLDAT SNOWDON, né dans le canton de Huron, en Ontario. 9 mai 1897. Domicile à Kincardine, Ontario. Entré à la succursale de Kincardine, le 4 août 1913. Engagé de la succursale de Kincardine, le 28 février 1916, dans le 160 e bataillon. Transféré ensuite au 18 e bataillon. Présent à Amiens et Arras. Tué au combat à Arras, le 28 août 1918.

Ralph Erskine Spence

SERGENT-MAJOR SPENCE, né à Sainte-Croix, Nouvelle-Écosse, le 31 août 1890. Domicilié à Sainte-Croix. Entré à la succursale de Windsor, en Nouvelle-Écosse, de la Union Bank of Halifax, le 30 juin 1908. Engagé de la succursale de North Sydney, en Nouvelle-Écosse, le 20 août 1914, dans la 6 e batterie de l'artillerie de campagne canadienne. Présent à Fleurbaix, Neuve Chapelle, première et deuxième batailles d'Ypres, cote 60 et Courcelette. Tué au combat à Warloy, le 28 octobre 1916.

James Hendry Steele

SOLDAT STEELE, né à Fergus, Ontario, le 28 février 1891. Entré à la Traders Bank of Canada, Fergus, juillet 1906. Engagé de la succursale de Saskatoon, Saskatchewan, le 15 mars 1916, dans le Princess Patricia's Canadian Light Infantry. Présent dans la Somme. Tué au combat à Arras, le 31 janvier 1917.

Charles Disney Pender Stein

SAPPER STEIN, né à Shipston-on-Stour, en Angleterre, le 4 octobre 1890. Domicilié à Shipston-on-Stour. Entré à la succursale de North Vancouver, Colombie-Britannique, le 1er avril 1911. Engagé de la succursale de North Vancouver, le 12 août 1914, dans le Génie canadien. Présent à Ypres et autres engagements. Tué au combat près d'Ypres, le 24 mai 1916.

Charles Norie Stephen

INTÉRIM BOMBARDIER STEPHEN, Domicile en Écosse. A servi pendant plus de neuf ans à la North of Scotland Town and County Bank. A rejoint la Banque de la Couronne du Nord. Engagé de la succursale de Winnipeg, au Manitoba, le 7 décembre 1914, dans la 19 e batterie de l'Artillerie canadienne de campagne. A également servi dans la 2 e colonne de munitions divisionnaire canadienne. Tué au combat, le 8 janvier 1917.

Alexander McLaren Stevenson

Soldat Stevenson, né à Glasgow, en Écosse, le 11 février 1898. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Winnipeg, au Manitoba, auprès du 27 th Battalion le 29 janvier 1917. Décédé le 13 novembre 1918.

David Stanley Stewart

Soldat Stewart, né à Cypress River, au Manitoba, le 19 mai 1897. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Carman, au Manitoba, auprès du 222 e bataillon le 17 janvier 1916. Plus tard, auprès du 44 e bataillon. Mort des suites de ses blessures le 9 mai 1917.

James Stewart

Soldat Stewart, né à Dundee, en Écosse, le 20 juillet 1889. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Prince Albert, en Saskatchewan, auprès du 28 th Battalion le 23 octobre 1914. Décédé le 26 septembre 1916.

James Gordon Stewart

Soldat Stewart, né à Stoney Mountain, au Manitoba, le 18 août 1895. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Neudorf, en Saskatchewan, auprès de Lord Strathcona's Horse (Royal Canadians) le 11 avril 1916. Tué au combat le 30 mars 1918.

William Andrew Stewart

Lieutenant Stewart, né à Morden, au Manitoba, le 8 mai 1889. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Carstairs, en Alberta (où il était directeur à l'époque) auprès du 187 th Battalion le 16 juin 1916. Plus tard avec le 50 th Battalion . Décédé le 17 septembre 1918.

Charles Stuart Bailey

LIEUTENANT STUART-BAILEY, né à New Jersey, États-Unis, le 15 septembre 1892. Domicilié à l'Île d'Orléans, Québec. Entré à la Banque de Québec, le 9 novembre 1914. Engagé alors qu'il travaillait à la succursale de Québec, Québec, dans le 57 e Bataillon. A également servi avec les 41 e , 54 e et 44 e bataillons. Présent à Ypres, la Somme, la crête de Vimy, Lens et Passchendaele. Décédé des suites de ses blessures au poste d'évacuation sanitaire n°44, Poperinghe, le 28 octobre 1917.

Stanley Bliss Tallman

Lieutenant Tallman, né à Merrickville, dans le comté de Grenville, en Ontario, le 19 mai 1892. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Ogema, en Saskatchewan, auprès du 6 e bataillon (en tant que soldat) le 24 septembre 1914. Plus tard, le 2 e lieutenant, puis le lieutenant avec les Royal Canadian Dragoons. Mort d'une pneumonie le 5 novembre 1918.

Bertram Stewart Taylor

Soldat Taylor, né à Toronto, en Ontario, le 15 janvier 1895. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Winnipeg, au Manitoba, auprès du 44 th Battalion le 19 juillet 1915. Plus tard, auprès du 27 th Battalion. Décédé le 3 octobre 1916.

William Thomas Taylor

SOLDAT TAYLOR, anciennement à la Banque de Québec. Engagé de la succursale de Toronto (Ontario), le 18 août 1915, dans le 13 e bataillon. A également servi avec le 92 e Bataillon. Décédé alors qu'il était prisonnier de guerre en Allemagne, le 23 octobre 1916.

Robert Charles Teasdall

Cadet Teasdall, né à Toronto (Ontario) le 14 décembre 1897. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Toronto auprès du Royal Flying Corps. Décédé le 12 juillet 1917 des suites de blessures à la tête subies dans un accident d'avion.

Temple Claude Castlemaine

LIEUTENANT TEMPLE, né à Québec, Québec, le 30 décembre 1881. Domicilié à Toronto, Ontario. Anciennement à la Northern Crown Bank. Engagé de la succursale de la rue Granville à Vancouver, en Colombie-Britannique, dans le Canadian Mounted Rifles, en août 1914. Présent à Ypres et à d'autres engagements. Tué au combat à Hesser Trench, le 2 octobre 1916.

Charles Gordon Thompson

LIEUTENANT THOMPSON, né à Forest Gate, Essex, Angleterre, le 1er avril 1887. Domicilié à Bickley, Kent, Angleterre. Entré à la Northern Crown Bank vers 1905. Engagé de la succursale de Winnipeg, au Manitoba, dans la Royal Field Artillery. Présent à Ypres, dans la Somme et autres engagements. Blessé le 30 octobre 1916. Après deux ans et trois mois de grandes souffrances, est décédé à l'Empire Hospital for Officers de Londres, le 28 janvier 1919.

Ernest Thornton

Major Thornton, né à Edgbaston, Warwickshire, Angleterre, le 1er décembre 1872. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Wapella, en Saskatchewan, auprès du 5 th Battalion le 21 septembre 1914. Mort des suites de ses blessures le 9 novembre 1918.

Oskar Franklin Thorsteinson

SOLDAT THORSTEINSON, né à Gimli, Manitoba, le 14 novembre 1893. Domicilié à Winnipeg, Manitoba. Anciennement à la Northern Crown Bank. Engagé de la succursale de Swift Current, en Saskatchewan, dans le 10 e bataillon. Tué au combat à Lens, le 13 mars 1918.

Hamilton Sylvester Taylor Tilley

SOLDAT TILLEY, né à Pedro, en Jamaïque, le 9 novembre 1887. Domicilié à North Bay, en Ontario. Entré à la succursale de North Bay de la Traders Bank of Canada, le 10 novembre 1908. Engagé de Limon, Costa Rica, le 30 septembre 1917, et servi dans le 54 e bataillon. Blessé le 29 septembre 1918 à Bourlon Wood. Décédé au 53 e Hôpital général de Boulogne, le 8 octobre 1918.

Albert Edouard Tobin

Soldat Tobin, né à Glengarry, en Ontario, le 6 avril 1891. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Winchester, en Ontario, auprès du 2 e Bataillon le 8 mars 1917 plus tard auprès du 21 e Bataillon. Décédé le 3 novembre 1917.

Tour Roy Ellsworth

CAPORAL TOWER, né à West Sackville, Nouveau-Brunswick, le 4 septembre 1893. Entré à la succursale de Sackville, le 23 août 1910. Engagé de Saint John, Nouveau-Brunswick, succursale de North End, le 15 février 1915, dans le 6 th Canadian Mounted Rifles. Transféré plus tard au 5 th Canadian Mounted Rifles. Présent à la troisième bataille d'Ypres et à plusieurs engagements précédents. Tué par une bombe près d'Ypres, le 21 juillet 1916.

Astuce de Fenton James

Soldat Trick, né à Morden, au Manitoba, le 21 septembre 1894. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Pincher Creek, en Alberta, auprès du 13 th Canadian Mounted Rifles le 1er février 1915. Plus tard avec le 10 th Battalion. Tué au combat le 9 avril 1917.

Arthur James Trow

Caporal Trow, né à Milverton, en Ontario, le 6 février 1881. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Theodore, en Saskatchewan, auprès du 214 th Battalion le 26 avril 1916. Plus tard, auprès du 5 th Battalion. Décédé le 12 mars 1918.

David MacKeggie Tuach

SOLDAT TUACH, né à Beauly, en Écosse, le 15 novembre 1892. Domicilié à Beauly, en Écosse. A servi pendant plus de trois ans à la Bank of Scotland. Entré à la succursale de Londres, Angleterre, le 1er mai 1913. Engagé de la succursale de Londres, le 30 octobre 1915, dans le 1 st London Regiment (Royal Fusiliers). Présent à Albert et Ypres. Mentionné dans les dépêches pour s'être porté volontaire pour transporter des messages entre son régiment et le quartier général sous un feu nourri. Tué au combat près d'Ypres, le 16 août 1917.

Bertram John Tucker

Chauffeur Tucker, né à Devonshire, en Angleterre, le 3 novembre 1893. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Bounty, en Saskatchewan, auprès de la 1st Brigade, Canadian Field Artillery le 8 août 1914. Mort des suites de ses blessures à Sanctuary Wood le 13 juin, 1916.

Norman John Tully

SAPPER TULLY, né à Toronto (Ontario), le 11 novembre 1896. Domicilié à Toronto. Entré à la succursale de Toronto, College et Bathurst, le 27 octobre 1915, à partir de laquelle il s'est enrôlé le 15 février 1916 dans le 127 th York Rangers. Transféré par la suite au 2 e Bataillon des troupes ferroviaires canadiennes. Décédé à l'Hôpital Stationnaire Canadien No. 3, Doullens, France, le 8 janvier 1918.

Murray Lamont Tupper

CAPITAINE TUPPER, né à Kingston, en Nouvelle-Écosse, le 2 avril 1895. Domicilié à Kingston. Entré à la succursale de Middleton, Nouvelle-Écosse, le 8 juillet 1912. Engagé de la succursale de Middleton, le 11 février 1916, dans le 112 e bataillon. Plus tard servi avec le 25 e bataillon. Présent à Arleux, cote 70, Passchendaele, Neuvelle-Vitasse, Amiens et Arras. Tué au combat à Sherisy, le 27 août 1918.

George Archer Turnbull

SERGENT TURNBULL, né à Arcadia, en Nouvelle-Écosse, le 5 septembre 1895. Domicilié à Digby, en Nouvelle-Écosse. Entré à la succursale de Digby, le 17 août 1914. Engagé de la succursale de Digby, le 31 mars 1915, dans le 40 e bataillon. A aussi servi avec le 5 th Canadian Mounted Rifles. Tué au combat à Courcelette, le 15 septembre 1916.

Walter James Turnbull

CAPITAINE TURNBULL, né à Winnipeg, au Manitoba, le 31 octobre 1891. Domicilié à Winnipeg. Anciennement au service de la Northern Crown Bank. Engagé de la succursale de Winnipeg dans la 37 e batterie de l'Artillerie de campagne canadienne. A remporté la Croix militaire à la bataille de la tranchée Regina. Tué au combat sur la Somme, le 14 novembre 1916.

George Whiteford Vankleek

SOLDAT VANKLEEK, né à Madoc, Ontario, le 9 octobre 1898. Domicilié à Melita, Manitoba. Entré à la Northern Crown Bank en juillet 1914. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale d'Aneroïde, en Saskatchewan, en avril 1916, dans le 209 e bataillon. Transféré au 49 e bataillon en Angleterre. Tué au combat à Passchendaele, le 30 octobre 1917.

Charles Richmond Voelker

LIEUTENANT VOELKER, né à Hamilton, Ontario, le 20 mai 1891. Domicilié à Fort William, Ontario. Entré à la Traders Bank of Canada à Hamilton, en novembre 1905. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de Blairmore, en Alberta, le 4 mars 1916, dans le 192 e bataillon. Décédé des suites de ses blessures à Sainte-Catherine, France, en 1918.

Norman James Waddell

Soldat Waddell, né à Sunderland, en Ontario, le 9 août 1897. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Minto, au Manitoba, auprès du 79 e bataillon le 8 février 1916. Plus tard, auprès du 43 e bataillon. Décédé le 8 octobre 1916.

Roy Stanislas Walker

Soldat Walker, né à Orillia (Ontario) le 8 août 1895. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Orillia auprès du 58 th Battalion le 18 août 1915. Décédé le 17 septembre 1916.

Charles Walker Wallace

SOLDAT WALLACE, né à Édimbourg, en Écosse, le 10 octobre 1895. Domicilié à Abbotsford, en Colombie-Britannique. Entré à la succursale d'Abbotsford, le 2 juin 1913. Engagé de la succursale d'Abbotsford, le 10 septembre 1916, dans le 72 e bataillon. Dangereusement blessé, le 1er août 1917. Tué au combat à Cambrai, le 29 septembre 1918.

Haliburton Wallace

SOLDAT WALLACE, né à Shubenacadie, Nouvelle-Écosse, le 27 septembre 1895. Entré à la succursale de Shubenacadie, le 9 octobre 1913. Engagé de la succursale de Shubenacadie, le 4 juin 1915, dans le 40 e bataillon. A également servi avec le 43 e Bataillon. Présent à la troisième bataille d'Ypres, où il a été blessé était également sur la Somme. Tué au combat sur la Somme, le 21 septembre 1916.

Ivan Newell Wallis

TROOPER WALLIS, né à Greensville, Ontario, le 9 septembre 1897. Domicilié à Greensville. Entré à la succursale de Hamilton, en Ontario, le 2 juillet 1914. Engagé de la succursale d'Ayton, en Ontario, le 27 avril 1916, dans le Canadian Mounted Rifles. Transféré plus tard aux 173 e et 116 e bataillons. Présent à Lens, Passchendaele, Amiens et Arras. Tué au combat à Arras, le 27 août 1918.

Quartier Stanley William

ARTILLEUR WARD, né à Prescott, Ontario, le 5 mars 1898. Entré à la succursale de Prescott, le 23 novembre 1915. Engagé de la succursale de Prescott, le 5 mars 1917, dans le 72 e bataillon. A contracté une pneumonie alors qu'il se rendait en Angleterre et a été gravement malade pendant plusieurs mois à l'hôpital de Shorncliffe, en Angleterre. Retourna chez lui malade et mourut en avril 1919.

Geoffrey Brougham Warde

Caporal Warde, né à Knowsley, en Angleterre, le 9 novembre 1895. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Winnipeg, au Manitoba, auprès du 32 e bataillon le 24 décembre 1914. Décédé le 6 juin 1915.

Harold John Warin

Soldat Warin, né à Nottingham, en Angleterre, le 19 février 1893. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Kerrobert, en Saskatchewan, auprès de la 3 rd University Company le 22 juillet 1915. S'est joint au Princess Patricia's Canadian Light Infantry sur le terrain le 6 décembre 1915 Tué au combat à Hooge le 12 avril 1916.

Forbes MacKay Warner

Lieutenant Warner, né à West Buckland, Somerset, Angleterre vers 1889. Enrôlé à la succursale de la Banque de Québec à Toronto, Ontario auprès du 4 th Royal Scots, attaché à la Royal Canadian Mounted Infantry à Édimbourg, en juin 1915. Décédé le 1er août 1917 .

Gerald Edwin Wells

LIEUTENANT WELLS, né à Harriston, Ontario, le 3 octobre 1892. Domicilié à Kinley, Saskatchewan. Anciennement à la Northern Crown Bank. Engagé de la succursale de Kinley, en mai 1916, dans le 65 e bataillon. A également servi avec le 46 e Bataillon. Présent sur la Somme. Tué au combat près d'Albert, le 25 octobre 1916.

Churchill Freeman Ouest

SOLDAT WEST, né à Liverpool, en Nouvelle-Écosse, le 1er avril 1899. Entré à la succursale de Liverpool, le 10 juin 1914. Engagé de la succursale de Liverpool, le 15 septembre 1915, dans le Royal Canadian Regiment. A également servi avec le 64 e bataillon. Tué au combat à Cambrai, le 28 septembre 1918.

George Haddon Blanc

Soldat White, né à Nottingham, Nottinghamshire, Angleterre, le 21 avril 1891. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Winnipeg, au Manitoba, auprès du 43 rd Battalion le 18 juin 1915. Mort des suites de blessures le 5 juin 1916.

Reginald Bayly Blanc

SERGENT WHITE, né à Fogo, Terre-Neuve, le 26 septembre 1898. Entré à la succursale de St. John's, Terre-Neuve, le 2 décembre 1915. Enrôlé de la succursale de St. John's, le 28 août 1916, dans le Royal Newfoundland Regiment, mort d'une méningite dans le Hôpital militaire d'Etaples, France, 9 janvier 1918.

Ernest John Wilkinson

Driver Wilkinson, né à Treesbank, au Manitoba, le 29 septembre 1893. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Winnipeg, au Manitoba, auprès de la 3 rd Divisional Artillery Column le 24 janvier 1916. Décédé le 9 novembre 1917.

Arthur Jennings Williams

SOLDAT WILLIAMS, né à Newtownards, en Irlande, le 31 décembre 1897. Domicilié à Saskatoon, en Saskatchewan. Anciennement à la Northern Crown Bank. Engagé de la succursale de Saskatoon dans le 65 e Bataillon. Plus tard transféré au 46 e bataillon. Tué au combat dans le saillant d'Ypres, le 23 août 1916.

James Carl Williamson

LANCE-CAPORAL WILLIAMSON né à Thorold, Ontario, le 21 octobre 1895. Entré à la succursale de Thorold, le 21 janvier 1914. Engagé de la succursale de Thorold, le 20 mai 1915, dans le 176 e Bataillon. A également servi dans les 164 e et 116 e bataillons. Présent à Amiens et Drocourt-Quéant. Tué au combat à Drocourt-Quéant, le 28 août 1918.

Alfred Wilson

Soldat Wilson, né à Maryport, Westmoreland, Angleterre, le 11 mai 1891. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Winnipeg, au Manitoba, auprès du 34 th Fort Garry Horse en 1914. Transféré à Lord Strathcona's Horse (Royal Canadians) en 1914. Décédé le 24 septembre 1915.

George Thomas Wilson

CAPORAL WILSON, né à Bridlington, en Angleterre, le 23 juin 1893. Domicilié à Bridlington. Entré à la succursale de Scott, en Saskatchewan, le 8 septembre 1911.Engagé de la succursale de Saskatoon, en Saskatchewan, le 7 mai 1915, dans le Princess Patricia's Canadian Light Infantry. Tué au combat lors de la troisième bataille d'Ypres, le 2 juin 1916.

Ronald John Wishart

SOLDAT WISHART, né à Alloa, en Écosse, le 27 février 1890. Domicilié à Aberdeen, en Écosse. Entré à Toronto, Ontario, succursale Gerrard & Main, le 24 septembre 1912. Engagé de la succursale de Vernon, Colombie-Britannique, le 3 janvier 1917, dans le 72 e bataillon. Présent à Passchendaele, où il a été blessé, et à Bourlon Wood. Décédé à bord du train d'ambulance n° 17, le 12 octobre 1918.

Esdon Melville Wolfe

ARTILLEUR WOLFE, né à Durham, en Ontario, le 6 novembre 1888. Domicilié à Durham, en Ontario. Entré à la Traders Bank of Canada, succursale de Woodstock, Ontario, le 12 juin 1908. Engagé de la succursale de Toronto, Ontario, le 31 mars 1917, dans la 67 e batterie, artillerie de campagne canadienne. Décédé à l'hôpital de la base militaire, à Toronto, d'une pneumonie.

Bois de Marshall Sherwood

Soldat Wood, né à Smith'rsquos Falls, en Ontario, le 21 juillet 1891. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à New Dundee, en Ontario, auprès du 80 th Battalion le 9 février 1916. Enrôlé par le 75 th Battalion le 25 juin 1916. Tué au combat lors de la bataille de la Somme le 18 novembre 1916.

Cecil George Wyatt

SOLDAT WYATT, né à Goderich, en Ontario, le 29 mars 1897. Domicilié à Stratford, en Ontario. S'est joint à la succursale d'Elmira, en Ontario, de la Banque des commerçants du Canada. Engagé de la succursale d'Elmira, le 15 juin 1915, dans le 16 e bataillon. A également servi dans le Corps de santé de l'Armée canadienne. Tué au combat sur la cote 70, le 15 août 1917.

Charles Josué Wyatt

Capitaine d'aviation Wyatt, né en Angleterre vers 1893. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Mount Brydges, en Ontario, auprès du Royal Naval Air Service. Décédé le 21 août 1917 lorsque son avion s'est écrasé à l'atterrissage, à l'âge de 24 ans.

Albert Edward Yuill

Soldat Yuill, né à Gretna, au Manitoba, le 11 janvier 1890. Enrôlé alors qu'il travaillait à la succursale de la Union Bank à Saskatoon, en Saskatchewan, auprès de la 2 nd University Company le 15 juin 1915. Enrôlé avec le Princess Patricia's Canadian Light Infantry en campagne le 1er septembre 1915. Tué au combat le 3 juin 1916 à Sanctuary Wood.


6. Cicéron et l'épicurisme

Pour la philosophie épicurienne, Cicéron n'a eu que du dédain pendant la majeure partie de sa vie, bien que son meilleur ami Atticus soit un épicurien. Ce dédain l'amène à déformer sérieusement ses enseignements comme étant basés sur la poursuite éhontée de plaisirs vils, tels que la nourriture, le sexe et le vin (l'équivalent moderne étant le sexe, la drogue et le rock'n'roll). Cependant, ce n'est pas ce qu'Épicure, qui a fondé l'école, ou ses disciples ultérieurs ont réellement enseigné. Épicure prétendait que la nature nous enseigne que le plaisir est le seul bien humain, et que la vie doit donc être guidée par la poursuite du plaisir. Mais il entendait par plaisir l'absence de douleur, y compris la douleur causée par les désirs de richesse, de gloire ou de pouvoir. Cela ne signifiait pas vivre sa vie comme une longue bacchanale. Au lieu de cela, cela signifiait se retirer de la politique et de la vie publique et vivre tranquillement avec des amis, engagés dans l'étude de la philosophie, qui procurait le plus grand plaisir possible (pensez à un monastère sans la Bible et la discipline rigoureuse). L'idée que la vie de la philosophie est la vie la plus agréable, bien sûr, vient aussi de Socrate. Les épicuriens étaient aussi publiquement athées. Leur athéisme reposait sur une théorie de l'atomisme, qu'ils furent les premiers à proposer. Tout dans l'univers, disaient-ils, était composé d'atomes, y compris les corps célestes, les dieux n'existaient pas. Cette connaissance n'était pas une cause de désespoir mais une cause de joie, pensaient-ils, car l'une des plus grandes douleurs humaines est la douleur causée par la peur de la mort et ce qui se trouve au-delà. Selon les épicuriens, la mort signifiait simplement la fin de la sensation, car les atomes d'une personne se sont séparés. Ainsi, il n'y avait aucune raison de le craindre, car il n'y avait pas de jugement divin ni de vie après la mort. L'épicurien le plus connu est Lucrèce, un contemporain de Cicéron à Rome que Cicéron a peut-être connu personnellement. Lucrèce’ Sur la nature des choses, disponible en ligne, expose les enseignements épicuriens.

Il est facile de voir pourquoi Cicéron, un homme profondément impliqué dans la politique et la poursuite de la gloire, trouverait répugnante toute doctrine qui prônait le rejet de la vie publique. Il est également facile de voir pourquoi quelqu'un soucieux de la réforme du caractère et de la conduite rejetterait l'athéisme public, puisque la peur du châtiment divin empêche souvent les gens d'agir de manière immorale. Pendant son exil forcé de la politique à la fin de sa vie, cependant, certaines de ses lettres affirment qu'il est passé à l'épicurisme, vraisemblablement pour les raisons qu'il détestait auparavant. Ne pouvant plus participer à la vie publique, le mieux qu'il puisse espérer était de cultiver la vie privée et les plaisirs qu'elle avait à offrir. Puisque Cicéron a abandonné cette idée dès que l'occasion de revenir à la vie publique s'est présentée, il n'y a aucune raison de prendre au sérieux sa prétendue conversion - à moins que nous ne souhaitions y voir un exemple de changement de ses croyances pour refléter l'évolution des circonstances, et donc un exemple de son engagement envers l'Académie.


Cicéron Naissance Vie et Mort 106 avant JC à 43 avant JC

Cicéron est considéré comme l'un des plus grands orateurs, politiciens et philosophes de toute l'histoire du monde. Il est né en 106 av. et est connu pour ses discours célèbres qui ont contribué à façonner l'ère de la fin de la République romaine et de l'empire naissant. Il apparaît sur le Tableau chronologique de la Bible avec l'histoire du monde de 106 à 43 av.

La jeunesse de Cicéron

Marcus Tullius Cicero était également consul et avocat. Il est né dans une famille aisée d'Arpinum, située en dehors du sud-est de Rome. Son père était un producteur de pois chiches et ce métier est ce qui a amassé la fortune de Cicéron. Son père aimait aussi beaucoup étudier car il ne pouvait pas participer à la politique romaine en raison de son héritage.

Ces articles sont rédigés par les éditeurs de L'incroyable chronologie de la Bible
Voir rapidement 6000 ans de Bible et d'histoire du monde ensemble

Format circulaire unique – voir plus dans moins d'espace.
Apprendre des faits que vous ne pouvez pas apprendre simplement en lisant la bible
Conception attrayante idéal pour votre maison, bureau, église …

Cicéron a imité l'amour de son père pour l'apprentissage et cela l'a aidé à devenir un élève exceptionnel. Il traduisit les philosophies grecques en latin pour les Romains dès son plus jeune âge. Il était un si bon élève que la société aristocratique de Rome commença à entendre parler de lui. Il a eu une brève expérience militaire pendant la guerre sociale en 90 av. mais il ne se souciait pas d'être soldat. En 83 av.

Sa première apparition publique en tant qu'orateur et homme politique

Son premier cas était de défendre un homme qui a commis un parricide contre son père. Quand il a pris cette affaire, cela l'a mis dans la position d'être tué par Lucius Sylla qui était le dictateur de Rome à l'époque. Sextus Roscius a été accusé du crime, mais Cicéron a accusé Chrysogonus un militaire qui était un favori de Sylla. Cicéron a réussi à faire acquitter Sextus Roscius, mais il l'a fait en défiant le pouvoir de Sulla. Après avoir gagné l'affaire, il est immédiatement parti en tournée en Grèce, en Asie Mineure et à Rhodes pour éviter Sylla.

Pendant qu'il était en Grèce, il a développé son style oratoire et ses compétences et il a commencé à se faire connaître pour son travail. Il est finalement retourné à Rome vers 75 av. mais il choisit de s'installer en Sicile au lieu de Rome. Il est devenu un agent public qui a pris en charge les affaires dans la région. Finalement, sa réputation a commencé à grandir en tant que grand orateur et avocat. Ses talents d'orateur sont devenus légendaires au cours de cette période de sa vie. Ses talents d'orateur l'ont beaucoup aidé à travers diverses parties du gouvernement romain jusqu'à ce qu'il devienne finalement consul vers 63 av.

Cicéron devient consul

Une fois devenu consul, il dut réprimer un complot formé par Lucius Sergius Catilina qui voulait l'assassiner et détruire la République. Il a forcé ce sénateur, sa famille et ses partisans de Rome avec quatre grands discours. Il a finalement fait condamner Catilina et ses partisans sans procès. Il vivait dans la peur d'être envoyé en exil ou jugé pour cet acte contre des citoyens romains.

Ses craintes se sont finalement réalisées et il a été exilé en 58 av. Il avait voyagé en Grèce pendant cette période sombre de sa vie. Jules César et Pompée étaient deux hauts fonctionnaires à Rome vers 50 av. et Cicéron les connaissait tous les deux. Chacun de ces hommes poussait Rome dans une guerre civile parce que César voulait un empire, mais Pompée voulait continuer la République. Cicéron s'est rangé du côté de Pompée, mais il a eu de nombreuses rencontres politiques avec César. Il a refusé une offre précédente de César de faire partie d'un triumvirat (alliance) car il pensait que cela saperait la République. Après son exil, il a attaqué sans succès certaines politiques de César et a dû se retirer des yeux du public lorsqu'il s'est rendu compte qu'il avait échoué dans ce domaine.

Finalement, César envahit l'Italie et tenta de courtiser Cicéron à ses côtés, mais Cicéron avait déjà fui Rome en Illyrie où Pompée et son groupe étaient basés. Il retourna à Rome et fut gracié par César qui fut assassiné peu après son retour. Une fois que César a été tué, Cicéron est devenu une figure politique populaire, mais Marc Antoine est devenu le prochain empereur. Il n'était pas d'accord avec les politiques de Mark Antony et a finalement été condamné à mort par lui. Ses œuvres passées ont été redécouvertes et ont influencé la Renaissance et il a influencé des penseurs des Lumières tels que John Locke, Montesquieu et David Hume. Il a également vécu pendant les derniers jours de la République romaine.


Siège de Tolosa, 106 av. J.-C. - Histoire


Pompée le Grand 106-48 av.

Les gens l'appelaient affectueusement Gnaeus Pompeius Magnus. Signification Magnus le grand. Ceux qui ne sont pas morts rapidement.

En un mot, Pompée est né à Rome, très riche, et est mort en Egypte.

Il était un chef militaire prospère et un peu controversé à l'époque parce qu'il continuait à exécuter des soldats ennemis de haut rang après leur capitulation.


Pompée était membre du Premier triumvirat . Il n'aimait pas beaucoup Marcus Licinius Crassus , mais avec Crassus, il fut élu consul.

Pompée a réorganisé l'Asie Mineure en 63 avant JC et voici la carte :

A l'origine en alliance avec Jules César , Pompée et César se sont battus l'un contre l'autre dans le Guerre civile romaine .

Pour Pompée, la bataille décisive fut la Bataille de Pharsale le 9 août 48 av.

Le père de Pompée était Pompée Strabon, un consul. Pompée avait plusieurs femmes, dont la belle-fille de Général Lucius Sylla et Jules César la fille de Julia, décédé en 54 av.


Voir la vidéo: Производные категории и исключительные наборы в алгебраической геометрии (Mai 2022).