Podcasts sur l'histoire

Fantômes affamés

Fantômes affamés


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Fantôme affamé

Fantôme affamé est un concept du bouddhisme chinois, de la religion traditionnelle chinoise, du bouddhisme vietnamien, de la religion traditionnelle vietnamienne, du bouddhisme japonais et du bouddhisme tibétain, représentant des êtres animés par des besoins émotionnels intenses de manière animale. Les termes èguǐ et quỷ đói, au sens propre "fantôme affamé", sont la traduction chinoise et vietnamienne du terme preta dans le bouddhisme. Les "fantômes affamés" jouent un rôle dans le bouddhisme chinois, le bouddhisme et le taoïsme vietnamiens ainsi que dans la religion populaire chinoise et la religion populaire vietnamienne. Le terme ne doit pas être confondu avec le terme générique pour "fantôme" ou damnation, 鬼 guǐ (c'est-à-dire l'esprit résiduel d'un ancêtre décédé). La compréhension est que toutes les personnes deviennent un fantôme si régulier lorsqu'elles meurent, [1] et s'affaibliraient ensuite lentement et finiraient par mourir une seconde fois. [2] [3] [4] Les fantômes affamés, en revanche, sont un cas beaucoup plus exceptionnel et ne se produiraient que dans des circonstances très malheureuses, comme si toute une famille était tuée ou lorsqu'une famille ne vénérait plus ses ancêtres. [3]

Avec la montée en popularité du bouddhisme, l'idée est devenue populaire que les âmes vivraient dans l'espace jusqu'à la réincarnation. [3] Dans la tradition taoïste, on pense que des fantômes affamés peuvent provenir de personnes dont la mort a été violente ou malheureuse. Le bouddhisme [3] et le taoïsme [5] partagent l'idée que des fantômes affamés peuvent émerger de la négligence ou de la désertion des ancêtres. Selon le Sutra Hua-yen, les mauvaises actions feront renaître une âme dans l'un des six royaumes différents. [6] Le degré le plus élevé de mauvaise action fera renaître une âme en tant qu'habitant de l'enfer, un degré inférieur de mal fera renaître une âme en tant qu'animal, et le degré le plus bas fera renaître une âme en tant que un fantôme affamé. [7] Selon la tradition, les mauvaises actions qui conduisent à devenir un fantôme affamé sont le meurtre, le vol et l'inconduite sexuelle. Le désir, la cupidité, la colère et l'ignorance sont tous des facteurs qui font renaître une âme en tant que fantôme affamé, car ce sont des motifs pour que les gens accomplissent de mauvaises actions. [1]


Les fantômes affamés

Les fantômes affamés sont une légende ancestrale du folklore chinois, ayant même un festival à leur homonyme. On dit que ce sont des esprits de morts qui espèrent des sacrifices le quinzième jour de la septième lune du calendrier chinois, lorsque les portes de l'Enfer chinois s'ouvrent et laissent sortir leurs esprits. De la nourriture, de l'« argent de l'enfer » et d'autres cadeaux sont laissés sur le pas des portes pour apaiser les fantômes et les faire croire qu'ils ne hantent pas leurs maisons. Mais les pires n'acceptent que les plus grands sacrifices, dont la paix, des âmes à amener en enfer, et dans le cas de l'épisode, des organes vitaux. The Hard-Faced Man est le leader d'une loterie de jeu illicite qui s'adresse à ces fantômes volatiles et avides. Les recrues sont amenées à courir et à cacher le ring, notamment le détective Glen Chao, et les agents de police gardent le jeu et les joueurs et complices silencieux. Lorsque les complices sortent des sentiers battus ou tentent de vendre ou de faire tomber le syndicat, ils sont attaqués par la foule et/ou les esprits avec une torture brutale ou incinérés vivants pour éliminer les témoins et empêcher leur identification. La loterie fait payer aux joueurs d'énormes prix en espèces qu'ils tirent d'un vase de jade, le paiement s'ils perdent étant un organe qu'ils sont obligés de faire récolter par la foule pour payer les fantômes, choisis par des tuiles représentant à la fois les cinq éléments chinois et chaque symbole pour cela signifie un organe crucial, comme l'œil ou le cœur. Il a été révélé que le jeu n'est qu'un correctif, destiné à soudoyer les personnes désespérées pour qu'elles reviennent juste pour vendre leur orgue sous le couvert du "jeu", le vase de jade n'ayant que les tuiles qui garantiraient un tirage au sort pour l'orgue, le syndicat et les fantômes voulaient. Chao a essayé de bloquer Fox Mulder et Dana Scully lorsqu'ils ont enquêté sur les crémations et finalement sur la mort des victimes dont les organes ont été prélevés. Pour s'être trop rapproché, Chao a été sévèrement tailladé par les forces de l'ordre, et quand il a essayé d'arrêter l'anneau, il a renversé le vase de jade, qui s'est cassé et a révélé la même réparation de tuiles. Alors que les joueurs du jeu se révoltaient contre la foule, la police et les groupes de travail conjoints du FBI ont fait une descente dans la maison et les ont tous arrêtés, y compris l'homme au visage dur, qui était sur le point de couper le cœur d'une autre victime, Hsin, qui avait déjà perdu un œil. espérant de l'argent pour sa fille, Kim, qui avait besoin d'une opération. L'homme admet sans vergogne son opération, mais nie qu'il s'agisse d'un crime et fait allusion aux fantômes exigeant les paiements. L'homme est libéré du refus des témoins et des complices de témoigner, et Chao est porté disparu. Chao est ensuite incinéré dans une fournaise en tant que dernière victime de la crémation. Qu'en est-il des fantômes et des initiatives d'organes n'est jamais plus révélé. (Les X-Files : "L'argent de l'enfer")


Votre guide du Hungry Ghost Festival à Hong Kong

Peut-être êtes-vous un local qui ne se souvient que vaguement de quelques avertissements vaguement effrayants de votre grand-mère concernant le fait d'éviter certaines choses au cours du septième mois de l'année, ou peut-être avez-vous déménagé à Hong Kong et n'êtes pas tout à fait sûr de l'accord avec les gens tout à coup. commencer à brûler des trucs dans les rues vers août ou septembre. Pas de soucis, nous sommes ici pour clarifier les raisons secrètes et les superstitions derrière cette période fantomatique de l'année. Lisez la suite pour découvrir les origines, les pratiques et les phénomènes traditionnels du Hungry Ghost Festival !

Qu'est-ce que le festival des fantômes affamés ?

Également appelé festival Yulan (盂蘭節), festival Zhongyuan (中元節) ou simplement festival fantôme (鬼節), le festival Hungry Ghost est une fête traditionnelle célébrée chaque année dans plusieurs pays d'Asie de l'Est. Enraciné de manière semi-religieuse dans le bouddhisme et le taoïsme, le festival commence la quinzième nuit du septième mois lunaire, qui pour 2020 tombe le 2 septembre.

La croyance est qu'à cette date, les portes de l'enfer s'ouvriront et pendant la durée du mois, des fantômes et des esprits sortiront des enfers pour retourner dans le royaume des vivants et rendre visite à leurs proches. Malgré les thèmes similaires du culte des morts et des ancêtres, le festival Hungry Ghost ne doit pas être confondu avec les festivals Qingming ou Chung Yeung, lorsque les Chinois visitent les tombes ancestrales pour leur rendre hommage.

D'où vient ce festival ?

Même si cela est maintenant largement considéré comme un festival chinois, ses origines sont en fait dérivées de l'Inde ancienne. Le Yulanpen ou Ullambana Sutra relate l'histoire de la façon dont Maudgalyayana cherchait ses parents décédés et découvrit que sa mère était née de nouveau dans le royaume des fantômes affamés, rongée et affamée. Il a essayé de lui donner un bol de riz mais parce qu'elle était devenue une preta– un fantôme affamé – la nourriture s'est transformée en un tas de charbons ardents avant qu'elle ne puisse la manger.

Bouddha a alors conseillé à Maudgalyayana que l'on serait en mesure d'aider leurs chers disparus en offrant de la nourriture à la communauté monastique pendant Pravarana, qui aurait lieu – vous l'aurez deviné – le quinzième jour du septième mois.

Les coutumes du Hungry Ghost Festival à Hong Kong

En général, les Chinois resteront fidèles à la notion culturelle de piété filiale et présenteront des offrandes aux âmes des membres de la famille décédés, dans l'espoir qu'ils seront à l'aise et bien soignés dans l'au-delà. Les familles qui ont des autels ou des tablettes et des tableaux ancestraux installés à la maison offriront régulièrement de l'encens et de la nourriture fraîche. Vous verrez aussi souvent des gens faire des offrandes de nourriture et de boisson à des âmes errantes inconnues sans personne pour s'occuper d'elles, ainsi que du papier d'encens brûlant ou du papier-monnaie de la Banque de l'Enfer, afin que les proches décédés aient de l'argent de poche. .

Il existe aussi des offrandes plus élaborées pour ceux qui veulent assurer un confort matériel à ces âmes même en enfer. Des effigies en papier de voitures, de manoirs - souvent avec des serviteurs - des téléviseurs et des vêtements sont tous couramment proposés. Ces dernières années, les gens se sont également adaptés à leur époque et ont brûlé des effigies en papier de la technologie moderne telles que les smartphones, les tablettes et même les appareils de jeu. Si vous avez quitté des membres de votre famille qui étaient à l'avant-garde de la mode, nous supposons qu'il n'y a aucune raison pour qu'ils ne puissent toujours pas embrasser la couture dans les magasins de l'au-delà qui vendront même des modèles en papier de sacs Louis Vuitton et d'autres articles de cette marque !

Outre les offrandes et les hommages rendus aux défunts, des spectacles en direct sont également organisés pour divertir ces âmes errantes. Initialement initiés par la communauté Chiuchow à Hong Kong, les spectacles d'opéra chinois sont organisés sur des scènes de bambou temporaires minutieusement créées dans tous les territoires. Cette fête a même été officiellement reconnue comme faisant partie de notre patrimoine culturel immatériel. Ces spectacles accrocheurs ont toujours lieu la nuit, et bien que les vivants soient plus que bienvenus, les deux premières rangées de sièges sont toujours laissées vides, spécialement réservées aux âmes.

Des cérémonies bouddhistes et taoïstes sont également organisées tout au long de la journée pour apaiser les esprits et soulager leurs souffrances, à travers des offrandes d'encens et le chant d'écritures spirituelles. Souvent, ces cérémonies incluront le lancement de riz ou d'autres petits aliments tels que des petits pains ou des boulettes en l'air, pour être symboliquement distribués parmi les morts, certaines représentations d'opéra chinois seront également conclues de cette manière.

Le dernier jour du festival, vous pourriez également rencontrer des gens qui offrent du riz gratuit. Ce riz est en fait donné aux organisateurs communautaires des festivités de Hungry Ghost, afin que leurs noms figurent sur leur « Golden Chart » en signe de bon mérite. Pensez-y comme à rassembler un bon karma dans cette vie pour un meilleur au-delà !


Cérémonie des fantômes affamés

Une cérémonie de libération des fantômes affamés aura lieu le Dimanche 1er novembre à 9h00. Au cours de cette célébration, nous offrons à manger et à boire aux habitants affamés et assoiffés du royaume preta.

Les fantômes affamés, ou pretas, sont des êtres dans un état de développement sous-humain. En raison de leur avidité extrême dans les vies antérieures, ils sont nés à nouveau dans un état où ils souffrent constamment de la faim et de la soif. Leur estomac est grossièrement distendu, leurs membres émaciés et leur bouche est aussi petite que le chas d'une aiguille. Tout ce qu'ils mangent se transforme en poison, tout ce qu'ils boivent se transforme en feu.

Histoire de la cérémonie

Selon la légende, un disciple du Bouddha, Moggallana, a été en proie à des cauchemars de sa mère tourmentée dans un royaume dans lequel elle ne pouvait ni manger ni boire. Le Bouddha a dit à Moggallana que sa mère était dans le royaume des pretas et qu'il devrait essayer de l'aider à surmonter son mauvais karma par une cérémonie spéciale.

Offres

Au cours de la cérémonie des fantômes affamés, nous faisons des offrandes de nourriture et d'eau aux êtres du royaume preta et chantons des sutras en leur nom. La nourriture, offerte gratuitement, ne se transforme pas en poison ou en feu. Pour faire ce cadeau, nous devons vaincre notre propre cupidité, et ce faisant, nous donnons l'exemple aux fantômes affamés. C'est pourquoi dans de nombreuses maisons et temples bouddhistes, de petits bols sont passés au début de chaque repas pour faire des offrandes de nourriture et de boisson aux fantômes affamés.

Modifications apportées à la cérémonie du souvenir—Veuillez lire

Bien que la cérémonie s'adresse aux fantômes affamés, c'est aussi un moment pour se souvenir de tous les êtres qui sont morts l'année précédente. Après la cérémonie proprement dite, un feu de purification est allumé, pendant lequel les gens offrent les noms des êtres chers décédés. Cette année, comme seules quelques personnes seront physiquement présentes pour la cérémonie, veuillez envoyer à Roshi les noms de ceux dont vous aimeriez vous souvenir, et elle mettra les papiers du souvenir dans le feu.

Au cours des années précédentes, à mesure que chaque nom était placé dans le feu, quelques mots étaient prononcés sur la personne. Cette année, comme nous ne savons pas combien de personnes participeront à la cérémonie, il ne sera peut-être pas possible pour tout le monde de parler des personnes dont ils se souviennent. Une fois que nous avons compté le nombre de participants, nous pouvons déterminer si les gens peuvent ou non dire quelque chose sur qui ils se souviennent ou s'il serait préférable de le faire d'une autre manière, comme imprimer une liste sur la page des membres avec de courts hommages .

Fantômes personnels

Enfin, la cérémonie est l'occasion d'apaiser nos fantômes personnels - les démons voraces qui nous remplissent de passions pour la nourriture, la boisson, la reconnaissance, les biens, l'argent et toutes sortes de malheurs. La cérémonie est donc une cérémonie de purification, d'apaisement et de renouveau personnel et surnaturel. C'est aussi une expression de notre souci de compassion pour les êtres dans tous les domaines.

Dans notre centre, nous combinons la cérémonie des fantômes affamés avec une célébration d'Halloween. Les enfants sont particulièrement les bienvenus, alors n'hésitez pas à inviter cordialement tous les membres de votre famille à participer via Zoom. Les amis et les parents qui ne sont pas membres de la Sangha sont également invités. Portez des vêtements de ville ou portez un costume si vous le souhaitez.

Autels pour les parents/ancêtres—Pas cette année

Ces dernières années, nous avons eu un espace pour honorer nos ancêtres lors de la cérémonie Hungry Ghost. Cette année, nous ne le ferons pas car il ne sera possible à personne d'autre que les quelques personnes physiquement présentes d'installer des autels individuels. De plus, nous manquons de personnel pour faire les préparatifs approfondis nécessaires. Mais, vous pouvez toujours le faire dans votre maison.

Nous espérons que vous vous joindrez à nous pour cette cérémonie d'aide aux êtres du royaume des Fantômes affamés.

Plus d'information

Date et heure

Dimanche 1er novembre 9h00 – 10h15

Qui peut venir ?

Enfants, membres de la famille, toute personne qui souhaite participer à la cérémonie. Vous n'avez pas besoin d'être membre du Centre.

Heure de début du zoom

9h00 commence | se termine vers 10h15

Hommage aux personnes récemment disparues

Si vous souhaitez vous souvenir d'une personne décédée au cours de l'année écoulée, veuillez envoyer un e-mail à Roshi avec le nom de la ou des personnes et elle préparera un ou des papiers spéciaux pour les funérailles en votre nom.

Fantômes personnels

Après la libération du nom, tout le monde met le feu à ses "fantômes personnels". (Voir la description de la cérémonie) L'un des résidents de la maison fera un fantôme pour vous et le libérera en votre nom. Il n'est pas nécessaire de dire ce qu'il y a dans votre fantôme personnel, nous gardons ces informations pour nous !


Mythologie et théories[modifier | modifier la source]

Cet esprit est basé sur le Gaki, également appelé Preta. Les Preta sont des êtres surnaturels qui ont constamment faim et, tout comme cet esprit, ils ont des membres très étroits mais un estomac engorgé, ressemblant probablement à de la malnutrition. La traduction courante de ces êtres est Hungry Ghost.

Hungry Ghosts est basé sur les rumeurs dans Protagonist's Town au sujet des mannequins du quartier commerçant se déplaçant la nuit. Ces rumeurs se trouvent sur le site officiel du jeu.

Ces esprits sont malveillants, car ils ont été scellés ou chassés avec les sels qui ont été placés dans tout le centre-ville. Il semble que l'Esprit Centipede soit chargé de protéger l'endroit de ces Esprits.


Types de spiritueux

On pense que l'âme contient des éléments à la fois du yin et du yang. Le yin est le kui, ou partie démon, et le yang est le shen, ou partie de l'esprit. Lorsque le décès survient, le kui devrait revenir sur terre, et le shen à la tombe ou au sanctuaire familial. Si un fantôme est négligé, il deviendra un kui. Les shen, ou les esprits ancestraux veillent sur ses descendants, et peuvent apporter la fortune s'ils sont correctement adorés. ⎘]

Selon le Buddha Dharma, il existe trois groupes principaux de fantômes affamés : ceux sans richesse, ceux avec peu et ceux avec beaucoup. Ώ] Les riches sont divisés en trois groupes : la torche ou bouches enflammées, dans lesquelles la nourriture et la boisson deviennent des flammes, les bouches des aiguilles, dont les gorges sont si petites que la nourriture ne peut pas passer et les bouches viles, dont les bouches sont si petites décomposés et malodorants qu'ils ne peuvent rien ingérer. Les fantômes avec un peu de richesse sont capables de manger de petites quantités. Les fantômes très riches appartiennent également aux trois sous-groupes : les fantômes des sacrifices, qui vivent des sacrifices offerts par les humains, les fantômes des pertes, qui vivent des objets perdus du monde humain et les fantômes des grandes puissances, comme yakshas et rakshasas, qui sont les puissants dirigeants des fantômes. Les fantômes des sacrifices et des pertes souffrent parfois de la faim et de la soif, alors que les fantômes des grandes puissances ont des plaisirs proches de ceux des êtres divins. Parmi les fantômes affamés, cependant, la plupart ont peu ou pas de richesse et sont extrêmement affamés

On dit que seize fantômes affamés vivent en enfer ou dans une région de l'enfer. Contrairement aux autres habitants de l'enfer, ils peuvent quitter l'enfer et errer. Ils regardent à travers les ordures et les déchets humains à la périphérie des villes humaines. On dit qu'ils sont invisibles pendant la journée mais visibles la nuit. Certains fantômes affamés ne peuvent manger que des cadavres, ou leur nourriture est brûlée dans la bouche, parfois ils ont un gros ventre et un cou aussi fin qu'une aiguille (cette image est celle de base pour les fantômes affamés dans le bouddhisme asiatique). Γ]


Les tabous

Il est également largement admis que le respect de certaines restrictions vous aiderait à éviter la malchance et les malheurs pendant le mois fantôme. Selon Co, il ne faut pas se promener ou sortir la nuit en chantant ou en sifflant, car cela pourrait attirer des fantômes nager ou traîner au bord de la piscine la nuit, entre autres.

D'autres tabous incluent voyager, démarrer une nouvelle entreprise, se marier, effectuer des procédures médicales risquées, porter du rouge, suspendre des vêtements à l'extérieur la nuit, porter des vêtements avec votre nom dessus et ramasser des pièces ou de la nourriture dans la rue et les ramener à la maison, parmi autres.


Hungry Ghosts : Le côté obscur du paranormal

Cet article est extrait de Darklore Tome 1, qui est disponible à la vente sur Amazon US et Amazon UK. Les Sombrelore La série d'anthologies présente les meilleurs écrits et recherches sur des sujets paranormaux, forts et d'histoire cachée, par les noms les plus respectés dans le domaine.

Hungry Ghosts : Le côté obscur du paranormal

Il y a des années, sur un coup de tête, un ami m'a conduit dans une librairie New Age à Los Angeles. À l'époque, j'étais un rationaliste engagé et je ne connaissais rien aux phénomènes paranormaux, sauf ce que j'avais lu dans des livres sceptiques et démystifiants. Contrairement à mon ami qui trouvait amusante l'ambiance de la librairie et qui aimait à pointer les titres et les couvertures bizarres, je me sentais nettement mal à l'aise. Il y avait quelque chose de troublant à être immergé dans toute cette littérature occulte. J'avais l'impression de m'être aventuré en territoire inconnu – un territoire dangereux. Et j'étais content de partir.

Plus tard, alors que je m'intéressais au paranormal et commençais à saisir l'étendue des preuves de tels phénomènes, j'ai noté ma réaction antérieure à une forme de choc culturel. J'étais là, un rationaliste plutôt réprimé, entrant en contact étroit avec des idées que je trouvais menaçantes pour ma vision du monde. Après tout, il n'y avait rien de vraiment dangereux dans cette petite librairie, n'est-ce pas ?

Peut-être qu'il y en avait. Au fil des ans, alors que j'étudiais ce sujet, j'ai rencontré un bon nombre de récits édifiants. Les personnes qui s'intéressent indûment aux phénomènes psychiques – s'intéressent jusqu'à l'obsession – peuvent voir leur santé mentale se détériorer, leurs relations se fragmenter et leur statut social fragilisé. Bien sûr, l'obsession est une mauvaise chose quel que soit son objectif, mais je soupçonne qu'il est plus facile de devenir obsédé par le paranormal que par, disons, la philatélie. Quelque chose dans ce champ d'investigation a tendance à attirer les gens et à les rendre vulnérables aux préjudices.

L'étrange cas de Sir Arthur Conan Doyle

Étant écrivain, je m'intéresse particulièrement au cas d'Arthur Conan Doyle. Doyle était l'un des écrivains les plus populaires de son époque, et ses histoires de Sherlock Holmes sont encore largement lues et dramatisées. Assez tard dans sa vie, il devint convaincu qu'il était possible de communiquer avec les morts par le biais de médiums. Au fur et à mesure que son intérêt grandissait, il négligea ses écrits de fiction et passa la plupart de son temps à parcourir le monde pour assister à des séances et donner des conférences sur le spiritisme. Sa réputation en pâtit et il fut la cible de moqueries de la part de certains. Il a eu une querelle largement médiatisée avec le magicien démystificateur Houdini. Les éditeurs ont commencé à redouter de recevoir les manuscrits de Doyle par la poste, de peur que sa dernière contribution ne soit un nouvel essai sur les morts bavards. La renommée de Doyle était telle que ses essais étaient invariablement publiés, mais ses éditeurs n'étaient pas toujours satisfaits de ce fait.

Avec le temps, les facultés critiques de Doyle ont souffert. Il est devenu plus crédule, plus disposé à se porter garant même des phénomènes les plus douteux. Bon nombre des médiums qu'il a approuvés ont ensuite été exposés comme des faux. Doyle a refusé d'accepter certaines de ces expositions. Célèbre, il a même accusé Houdini lui-même d'utiliser des pouvoirs psychiques, car – selon lui – il n'y avait aucun moyen que l'artiste de l'évasion ait pu réaliser certaines de ses cascades sans cadeaux paranormaux.

Le plus embarrassant était l'affaire souvent racontée des fées de Cottingley. Deux filles, âgées de 16 et 10 ans, ont pris des photos de « fées » qu'elles auraient trouvées dans leur jardin. Les fées étaient des papiers découpés et les photos étaient des contrefaçons évidentes. Néanmoins, Doyle a approuvé les photos comme étant authentiques, publiant même un article dans Le magazine Strand avec le titre regrettable « Fées photographiées – un événement marquant ».

Plus tard, il a publié un livre entier consacré au sujet, La venue des fées. Depuis, les sceptiques s'amusent à l'embrocher pour sa crédulité et sa bêtise. James Randi consacre un chapitre de son livre de démystification Flim-Flam à une dissection détaillée de l'affaire Cottingley. Et oui, il y a quelque chose de drôle à propos d'un homme vraisemblablement mondain et sophistiqué, riche et de renommée internationale, qui tombe amoureux d'un canular plutôt inepte perpétré par deux jeunes filles. En même temps, il y a quelque chose de triste et de troublant.

Comment la faculté rationnelle de Doyle a-t-elle pu se détériorer si gravement ? Les critiques suggèrent qu'il n'a jamais été un grand penseur, mais j'ai lu une grande partie de son travail, ainsi que l'excellente biographie de Daniel Stashower, et j'ai l'impression que Doyle avait un intellect plus pénétrant que ses détracteurs ne l'admettent. Formé en médecine, il a voyagé à travers le monde en tant que médecin de navire, acquérant un éventail de connaissances et d'expériences qui le rendaient beaucoup plus intéressant intellectuellement que ses collègues victoriens à l'esprit fermé. Il a résisté aux préjugés – les femmes et les minorités sont généralement traitées avec respect dans son travail – et avait une appréciation des cultures exotiques et des points de vue différents. En bref, Doyle était un observateur sensé et astucieux du monde qui l'entourait – jusqu'à ce qu'il soit pris dans son obsession pour les médiums. À ce moment-là, sa stabilité mentale et émotionnelle a commencé à souffrir, et il est devenu de plus en plus fanatique, aveugle à toute interprétation des preuves sauf la sienne.

S'il s'agissait d'un cas isolé, ce ne serait pas très important, mais il est loin d'être isolé. Certains cas, en fait, ont des conséquences bien pires.

L'un d'eux est décrit avec des détails angoissés et angoissants dans le livre de Joe Fisher. Fantômes affamés. Fisher a rejoint un cercle d'amateurs qui se réunissait régulièrement pour « canaliser » les informations des esprits. Au départ sceptique, Fisher est vite conquis par les informations qui lui parviennent. Lui et ses amis sont devenus de plus en plus obsédés par les réunions, tandis que la femme qui dirigeait le cercle a commencé à exercer un degré de contrôle malsain sur certains membres du groupe, les exploitant et essayant de les contraindre à des liaisons sexuelles. Lorsque Fisher est devenu convaincu qu'il était en contact avec une femme guide spirituelle qui avait été son amant dans une vie antérieure, il a perdu tout intérêt pour ses relations réelles, une attitude qui a conduit à la rupture de son mariage.

Finalement, il s'est rendu en Europe, dans l'intention de vérifier les informations qui lui avaient été données. Au lieu de cela, à son grand étonnement, il a découvert qu'une grande partie était fausse. Brisé, il est retourné en Amérique et a partagé ses découvertes avec le groupe – seulement pour se heurter à l'hostilité et au déni. Les membres du groupe étaient tellement pris dans leur fantasme commun qu'ils ne pouvaient tolérer l'intrusion de faits et de preuves. Fisher a quitté le groupe et a finalement conclu qu'il avait été victime de ce que le Livre tibétain des morts appelle pretas, ou « fantômes affamés » – des esprits malveillants qui trompent et corrompent leurs interlocuteurs humains. Il avertit ses lecteurs de se méfier de toute implication dans le surnaturel, et sur cette note de prudence le livre se termine.

Mais ce n'était pas la fin de l'histoire de Joe Fisher. Il a continué à être obsédé par son expérience. Onze ans après la publication de Fantômes affamés, il a confié à un ami qu'il croyait que les esprits étaient là pour l'avoir pour avoir fait connaître leurs activités. Ils ne le laisseraient pas seul. En 2001, à 53 ans, il s'évade. Il s'est jeté d'une falaise, mettant fin à ses jours.

Il y a au moins deux manières d'interpréter cette histoire bizarre. Soit Fisher est devenu déséquilibré à la suite de sa participation aux séances et a finalement été victime de sa propre paranoïa, soit il est entré en contact avec des entités spirituelles malveillantes, contre lesquelles il n'avait aucune protection.

Fisher n'était pas la seule personne dans le cercle du médium à subir des dommages psychologiques. Tout le monde dans le groupe a été touché dans une certaine mesure. Ce n'est pas rare. L'immersion dans l'occultisme peut avoir des effets imprévisibles sur la dynamique et la psychologie d'un groupe. Un exemple qui me vient à l'esprit sont les expériences de l'ITC décrites par Mark Macy dans Miracles dans la tempête. ITC est un acronyme pour Instrumental Transcommunication. Cette activité, qui a gagné un nombre surprenant d'adeptes, consiste à utiliser la technologie pour contacter les morts. Il a évolué à partir de l'EVP, ou Electronic Voice Phenomena, un domaine de recherche amateur dans lequel les « voix spirituelles » sont censées être captées sur des magnétophones. L'ITC est plus high-tech, utilisant des caméras vidéo, des téléviseurs, des télécopieurs et des ordinateurs. Les passionnés prétendent avoir reçu des images et des messages d'une autre dimension, et qu'ils sont en contact régulier avec des « expérimentateurs » aux vues similaires d'au-delà.

Le livre de Macy détaille un effort de groupe pour établir et maintenir le contact avec ces forces. On dit qu'un tel contact requiert l'harmonie entre les membres des groupes d'expérimentation des deux côtés du voile. Malheureusement, l'harmonie s'est avérée difficile à trouver, du moins du côté terrestre, et une grande partie de Miracles dans la tempête concerne les luttes intestines et la méfiance mutuelle qui ont conduit à la chute du groupe. Le chaos organisationnel est remarquablement courant chez ceux qui explorent le paranormal, et le sort du groupe de Macy n'est pas surprenant.

Bien que les expériences documentées dans le livre de Macy soient terminées, Macy et certains de ses collègues ont tenté de renouveler leur travail. Il rapporte que son équipe a pris contact avec un groupe d'esprits qui vivent sur la planète extradimensionnelle Marduk. Selon ces esprits, "Marduk n'est arrosé que par un seul grand ruisseau coulant avec de nombreux méandres à travers une grande partie de la planète", un cours d'eau appelé le fleuve de l'éternité. « Nous vivons ici avec d'autres formes de vie », expliquent-ils, « avec des hommes [qui avaient] vécu sur d'autres planètes avant leur mort corporelle, avec des nains, des géants et des gnomes, ainsi qu'avec des entités sans corps. Les esprits ont ce qui semble être des corps physiques, tous dans la force de la jeunesse et de la santé.

Parmi les esprits habitant Marduk se trouve Sir Richard Francis Burton, l'explorateur et linguiste du XIXe siècle. Burton et ses collègues spirituels, se faisant appeler le groupe Timestream, ont établi une station de transmission sur Marduk, au moyen de laquelle ils ont pu envoyer des images vidéo et des messages texte à leurs homologues terrestres. À un moment donné, un groupe rival d'esprits avec de mauvaises intentions a pris le contrôle de la station de transmission, mais la faction Timestream a monté une contre-attaque audacieuse et a repris le contrôle.

Si tout cela ressemble à de la science-fiction, il y a une bonne raison. C'est de la science-fiction, ou du moins c'était - dans Philip Jose Farmer Riverworld séries. Commençant par Allez à vos corps dispersés en 1971, le Riverworld les livres présentent une prémisse intrigante : lorsque nous mourons, nous sommes ressuscités sur une planète semblable à la terre coupée en deux par une seule et vaste rivière. Les individus bons et mauvais – humains, préhumains et non humains – demeurent sur cette terre, restaurés à la jeunesse et à la vigueur. Au fur et à mesure que nous avançons le long de la rivière, nous devons former des alliances et repousser les ennemis, parfois lors de combats physiques. Et notre héros dans cette aventure ? Nul autre que Sir Richard Francis Burton !

J'admets qu'il existe des différences entre les messages ITC et Riverworld. L'histoire de Farmer a fourni une explication technologique, plutôt que surnaturelle, de la résurrection de l'humanité, et a traité en détail d'une race humaine super avancée surnommée les Ethicals qui contrôlaient cette vaste expérience. Rien de tout cela ne concerne les communiqués de l'ITC. Et d'autres personnages célèbres qui apparaissent dans la saga de Farmer - Mark Twain, Hermann Goering et le roi Jean d'Angleterre, entre autres - n'ont fait aucune apparition dans les messages de Marduk, à ma connaissance. Néanmoins, le vaste fleuve, la résurrection physique sous une forme juvénile, les alliances rivales et les combats mortels, et la présence de Burton lui-même se combinent pour créer le fort soupçon que les messages de l'ITC ne sont que de la fiction.

En effet, toute la situation semble évoquer des jeux de rôle comme Donjons & Dragons, dans lequel les joueurs se plongent dans un monde virtuel basé sur des archétypes de science-fiction – un monde qui peut commencer à sembler très réel.

Il y a quelques années, j'ai envoyé un courriel à Mark Macy pour lui poser des questions sur les parallèles entre Riverworld et les conclusions de son groupe. J'ai reçu de brèves réponses de Macy et d'un de ses collègues. Ni l'un ni l'autre n'était intéressé par la poursuite du problème, et ni l'un ni l'autre ne voyaient de problème dans les similitudes que j'avais mentionnées.

Aucun problème? Supposons que je vous dise que, par des moyens paranormaux, j'ai établi le contact avec l'équipage d'un vaisseau interstellaire au 23ème siècle. Avec enthousiasme, je signale que le capitaine du navire est James Tiberius Kirk, son second est un extraterrestre nommé Spock et le médecin du navire est McCoy. Vous me faites remarquer que ces personnages se retrouvent tous dans la série télévisée des années 60 Star Trek. "Et alors?" Je dis. "Je ne vois pas de problème avec ça." Je parie que vous décideriez que mes facultés critiques ne sont pas tout à fait ce qu'elles devraient être.

Comment des personnes vraisemblablement sérieuses peuvent-elles être prêtes à ignorer une difficulté aussi évidente ? Je suggère qu'une immersion totale dans le paranormal peut progressivement éroder sa capacité de scepticisme approprié. Arthur Conan Doyle en est venu à croire aux fées Le mariage de Joe Fisher s'est effondré parce qu'il est tombé amoureux de son «guide spirituel» Macy et ses collègues sont pris dans ce qui semble être une relecture d'une saga de science-fiction des années 1970.

Une multitude de cas similaires peuvent être trouvés dans l'étude faisant autorité de George P. Hansen Le Trickster et le Paranormal, qui adopte une approche interdisciplinaire très originale de la question de savoir pourquoi les phénomènes psychiques – et les personnes associées à de telles choses – ont tendance à être marginalisés dans la société. Hansen’s book is too complex and densely argued to be summarized in its entirety, but one of his major themes is that long-term, active involvement in the paranormal often produces personal or collective dissociation from reality.

Hansen identifies a constellation of attributes that folklorists call “the trickster” – a mythical figure found in most ethnic traditions, whether as Coyote in Native American lore or the god Hermes in Greek mythology.The trickster is deceitful, playful, disruptive, irrational, unpredictable, often sexually adventurous or perverse, sometimes malevolent, and always to be approached with caution. He is a marginal figure among the other deities, and those humans who are associated with him – shamans, mediums – typically occupy a marginal place in society. He resists institutionalization. He hovers outside the establishment, functioning as both an escape valve and a threat.

While not going so far as to say that the trickster actually exists, Hansen uses the archetype to stand for a collection of disparate qualities. And he makes the point that paranormal phenomena not only exhibit these same qualities but often induce them in persons who immerse themselves in the field.

Like the trickster, psychic phenomena are playful and maddeningly elusive. They are irrational, in the sense that they fall outside the purview of rationalist thinking. They are disruptive – sometimes overtly so, as in the case of poltergeist outbreaks. They are unpredictable, a fact that has led many a legitimate psychic to supplement his talents with trickery. They are sometimes malevolent – as with Fisher’s hungry ghosts, not to mention the rich tradition of malign spirits in every culture, including the devils of Judeo-Christian theology. They are sometimes associated with bizarre or coercive sexual practices, as witnessed in many rituals and in the strange private lives of many mediums and psychics. They resist institutionalization despite widespread public interest in psychic phenomena, no large institutions exist to study the field, and the only major institutional studies of psychic powers were undertaken by spy agencies, which are themselves immersed in a culture of ambiguity and deceit.

Hansen observes that people who directly engage the paranormal, or try to, sometimes fall into the role-playing trap mentioned above. A role-playing game, he writes…

…can become a shared fantasy, wherein the players voluntarily suspend normal, rational considerations…The games give more direct contact with supernatural ideas than does literature alone.

Live people are involved they participate in a drama props may be used, and some physical action is required…Cheating is frequent despite there being no winners or losers in the game…Players can identify with their characters, and sometimes they prefer not to separate themselves from those roles…[O]ccasionally the ‘game’ becomes obsessive and interferes with real-world pursuits.

Reading these words, I find it hard not to think of the purported messages from Marduk. There is, then, a dark side to the paranormal. It is not all benevolent angels and comforting words from deceased relatives. There can be obsession, deterioration of rational thought, shared fantasy, even a descent into madness. There can be hungry ghosts. There can be channelers who sexually exploit their followers. There is always the risk that inquiring too deeply into these matters will lead to one’s own marginalization – a fate that has befallen even prominent researchers in the field, who have seen their reputations suffer and their prestige stripped away.

Much in the paranormal is worthy of study. But if you choose to examine it, proceed with caution. And if you run into trouble, don’t hesitate to turn back. After all, I felt a lot better when I’d left that bookstore…


Worship your ancestors for the HUNGRY GHOST FESTIVAL

Image credit: www.cnpinyin.com

Worship Your Ancestors for the Hungry Ghost Festival

Far more than many other cultures, China is well known for its traditions that honour ancestors. Throughout the year there are a number of celebrations in China – now spreading to the Western World – that directly give thanks to and remember the dead.

The concept and symbolism of family has been a crucial component to Chinese society for hundreds of years. But, honouring one’s family is not just a wish among living relatives Chinese culture also places heavy emphasis on heritage, meaning that honouring one’s deceased relatives is an essential practice too.

Falling on the 14 th or 15 th day of the seventh lunar month (‘Ghost Month’), the Hungry Ghost Festival is one of the most popular – and important – festivals of Chinese culture, alongside other major festivals, such as Chinese New Year.

Image credit: jadeturtlerecords.blogspot.com.es

During Ghost Month it is commonly believed that the restless ghosts and spirits of deceased ancestors will return to roam the earth, as the realms of Heaven and Hell open, merging with that of the living world. This thought is rather terrifying for many Chinese people to behold, which is why so much effort is placed into appeasing the dead for the Hungry Ghost Festival.

On a Western calendar, the festival usually happens at the end of August or the start of September. This year’s festival will be celebrated on Tuesday 5 th September – many of the celebrations are already being prepared across the country.

The History of the Festival

Many people have been quick to note the festival’s similarity with Halloween in the Western World and South America’s Day of the Dead, but the Hungry Ghost Festival is far more intrinsically linked to Chinese tradition.

Principally, the festival is rooted in Buddhist and Taoist religious practices. Both religions actually have their own names for the festival – Buddhists refer to it as Yu Lan Pen Festival, whilst in Taoism it is named the Zhongyuan Festival – and perform their own set of rituals, sacrifices and prayers during this time.

Image credit: jadeturtlerecords.blogspot.com.es

In Buddhist folklore, Yu Lan Pen can be traced all the way back to the third century CE with the story of Mulian. The young monk Mulian sought the help of the Buddha to rescue his long-lost mother, who had been condemned to a state of purgatory due to her transgressions. Finding her in the realm of hungry ghosts, starved and sorrowful, Mulian took pity on her and procured a bowl of rice. As she went to take her first bite, the rice turned suddenly to ash.

The Buddha told Mulian that the only way he could help his mother and relieve the punishment for her sins was to unite with others monks, offering food and kindness to cultivate the whole realm of hungry ghosts. This would also placate the ghosts and prevent any harm to the living world.

A similar tale originates in Taoism, dating to the Northern Wei Dynasty (368-534). According to legend, on the birthday of Hell King on 15 th July, hungry ghosts and imprisoned spirits would be pardoned and released from Hell to accept the rituals and sacrifices from the mortal world. These gifts would be a way of enlightening the spirits, motivating them to follow in the path of Taoism.

Serving a Feast for the Spirits

The Hungry Ghost Festival wouldn’t be a traditional festival without the feast. Unlike other Chinese celebrations though, this feast is not enjoyed by the family but is presented directly for the spirits. There is less grandeur to the meals, and no specific delicacies. Families are encouraged to present dishes that will nourish the ghosts and help put them in good favour of the spirits.

Image credit: Chineseamericanfamily.com

Many people present simple bowls of rice and plates of vegetables, to reflect the festival’s Buddhist ties but sometimes roasted meats and an impressive suckling pig are offered to honour the dead. It is also traditional for families to burn incense and share stories (both spooky and pleasant) around the table of food.

Buddhist monks are known to throw rice or other such small foods up into the air, to distribute among the ghosts entering the land of the living.

An Evening of Celebrations

The festival is not just about food though. There are plenty of special ceremonies and celebrations, particularly during the evening. In the city podiums are erected and large tents pop up in the countryside for what’s known as getai (which literally translates to ‘song stage’). From pop music performances, opera and dance, to stand-up comedy and tales of gods and goddesses, the festival has progressed through time to welcome a more modern atmosphere.

Image credit:chinatravelpage.com

Lanterns are another crucial part of the festival, as people across towns and villages unite to bid farewell to the spirits at the end of the holiday period. People from all corners of the country will cast a floating lotus flower paper lantern into the waters of rivers and lakes, sending the wandering spirits home. The candles inside bring light to the darkness, symbolising hope and rebirth.

Superstitions and Folklore

For a festival that celebrates the dead it is not unusual that there are many superstitions that have arisen over the years. Some of the most common things that people are warned to avoid include strolling alone at night, so as not to attract hungry ghosts seeking food swimming, to prevent being drowned by an evil ghost wearing red, since this is the colour ghosts are most attracted to or singing and whistling by yourself loudly, because the chorus may rouse the attention of ghosts.

Also, due to the festival having an inauspicious air, people are advised not to fulfil any life-changing actions, including moving house, starting a new business or marrying.

Image credit: funeralwise.com

Eerie superstitions and tales aside, the festival brings the community together with a moral sense of purpose, tying back to the influence and value of family in Chinese culture. The festival’s wider message is for people to look after wandering souls (whether a lonely neighbour or a lost spirit roaming the living world), respect their elders, and grow up to honour their family.


Voir la vidéo: Qui JAimante Les Fantômes Affamés (Mai 2022).