Podcasts sur l'histoire

Quartier Intérieur, Château de Conwy

Quartier Intérieur, Château de Conwy


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Quartier Intérieur, Château de Conwy - Histoire

Pas complet mais beaucoup survit

Ouvert uniquement à certaines heures

Bien qu'une grande partie des sections internes du château soient en ruines, toutes les tours sont complètes et peuvent être explorées.

Pas complet mais beaucoup survit

Ouvert uniquement à certaines heures

Bien qu'une grande partie des sections internes du château soient en ruines, toutes les tours sont complètes et peuvent être explorées.

Onway Castle a été construit par Edward I dans le cadre de sa mission de soumettre les Gallois dans le nord du Pays de Galles. Le château a été conçu par le maître bâtisseur du château d'Edward, James of St. George et il se compose de huit tours de tambour avec des murs épais entre les deux et est de forme oblongue. Le village qui a été construit à côté était fortifié par un mur fort avec 21 tours et 3 portes. Les travaux de construction commencèrent en 1283 et le château fut en grande partie achevé en cinq ans. Jacques de Saint-Georges a construit des châteaux concentriques là où il le pouvait, mais le château de Conway est construit sur un affleurement rocheux qui ne permettait pas ce type de conception et les murs suivent ses contours.

Le château se compose de huit grandes tours rondes avec des murs de connexion, une grande salle, une salle extérieure et une salle intérieure. L'entrée du château se fait du côté ouest, mais pas par une maison de gardien car elle n'était pas nécessaire car la ville elle-même était défendue. La porte extérieure d'origine a été détruite mais aurait eu un pont-levis. La salle intérieure est rectangulaire et a quatre tours à ses angles. Ceux-ci auraient été utilisés par des visiteurs importants. À l'est de la salle intérieure se trouve une barbacane avec une petite sortie.


Quartier Intérieur, Château de Conwy - Histoire

La rébellion galloise contre le roi Édouard Ier avait échoué. Llywellyn ap Gruffud était décédé en décembre 1282, Edward avait pris le siège principal des princes de Gwynedd, le château de Dolwyddelan, en janvier 1283 et Aberconwy en mars. Le frère de Llywellyn, Davydd, était toujours en liberté dans les montagnes, mais cela semble avoir été un problème mineur pour le roi Edward qui considérait le nord du Pays de Galles comme conquis.

Edward aimait le site de l'abbaye d'Aberconwy, surplombant la rivière Conwy et la mer et il y avait aussi un joli promontoire rocheux, l'endroit parfait pour un château.

Château de Conwy vu du bord de mer
Il y avait eu un château de l'autre côté de la rivière : Degannwy, fondé par les Normands au XIe siècle et détruit par Llywellyn ap Gruffudd en 1263, après qu'il eut affamé la garnison anglaise pendant ses guerres avec le roi Henri III. Mais Edward n'était pas intéressé par la reconstruction de Degannwy (dont il ne reste presque rien aujourd'hui).

Le roi Édouard s'était déjà rendu à Aberconwy lorsqu'il a conclu le traité avec Llywellyn ap Gruffudd après leur premier affrontement en 1277. Il a maintenant déplacé l'abbaye cistercienne, le lieu de sépulture des princes de Gwynedd (1), à quelques kilomètres dans la vallée, et a appelé son architecte en chef, Maître James de St.George, qui a jeté un coup d'œil au plateau rocheux et a eu quelques idées.

Château de Conwy vu du côté de la ville
Le creusement du fossé taillé dans la roche autour du futur château a commencé quelques jours après la décision d'Edward. Essayez d'avoir des artisans ou des ouvriers aussi rapides aujourd'hui, lol. Et sans remplir aucun formulaire pour démarrer.

Le château de Conwy était prévu en rapport avec une ville - également fortifiée - et une palissade entourant le site est mentionnée dès mai 1283. Des parties importantes des fortifications de la ville, qui furent bientôt construites en pierre, subsistent aujourd'hui (2).

La barbacane ouest avec ses tours flanquantes
Les travaux se sont d'abord concentrés sur les défenses extérieures du château. La responsabilité incombait à Maître George de St.James et à Sir John de Bonvillars. D'autres hommes impliqués dans la construction étaient le maître charpentier Henry d'Oxford et l'ingénieur Richard de Chester. Il y a les noms d'autres maîtres maçons et ingénieurs dans les comptes, certains d'entre eux originaires de Savoie comme George. Mais la main-d'œuvre principale était constituée d'ouvriers d'Angleterre et du Pays de Galles, souvent enrôlés. Au plus fort des travaux, quelque 1 500 hommes s'y emploient.

En novembre 1284, les tours et les courtines étaient terminées et une garnison de 30 hommes était installée dans le château (vivant probablement dans des tentes ou des huttes). Jusqu'à présent, 5 800 £ avaient été dépensés pour le plaisir.

Au cours des deux années suivantes, les bâtiments intérieurs, y compris la grande salle, les chambres du roi et de la reine et deux chapelles, ont été construits. Le château fut achevé en 1287. Malheureusement, les travaux de ces années sont moins bien documentés que la phase de 1283-84.

Les murs de la ville étaient également terminés à cette époque. Le coût total du château et des murs de la ville s'élevait à 15 000 £ (3).

Vestiges de la grande salle du parvis extérieur
Mais bien qu'achevé, le château de Conwy partagea le sort avec Beaumaris et montra déjà des signes de déclin en 1321. Les toits fuyaient et les bois avaient pourri, sans compter que la garnison était mal équipée, dépourvue de cordes et d'arbalètes fonctionnelles, et le grain stocké était pourri. En fait, dans les années 1330, tous les châteaux du nord du Pays de Galles du roi étaient dans un si mauvais état que le roi Édouard III n'aurait pas pu être logé correctement s'il avait décidé de visiter le pays.

La combinaison de supports en bois et de toits en plomb s'est avérée être un gros problème. Le chambellan du Prince Noir qui avait reçu la possession royale au Pays de Galles, Sir John of Weston, ajouta huit arches en pierre dans la grande salle pour soutenir le toit en 1346. L'une d'entre elles subsiste encore.

Vestiges de la chapelle jouxtant la grande salle
Mais le château a été à nouveau négligé à la fin du 14ème siècle. Pourtant, il devait y avoir quelques pièces habitables lorsque le roi Richard II s'enfuit à Conwy en août 1399 et le château fut pris par des cousins ​​d'Owin Glyn Dŵr en 1401, mais ils le cédèrent aux Anglais quelques mois plus tard (4).

Comme Beaumaris, le château de Conwy a joué un petit rôle dans la guerre civile. John Williams, archevêque d'York, né à Conwy, tenait le château pour le roi Charles. Il paya les réparations ainsi que l'approvisionnement de la garnison. Mais il s'est brouillé avec le gouverneur Sir John Owen et s'est adressé aux parlementaires. Néanmoins, Conwy fut l'un des trois derniers châteaux d'Angleterre et du Pays de Galles à être pris par les parlementaires. Il a ensuite été en partie démantelé les dommages - maintenant réparés - de la tour du fournil datent des années 1650. Quelques années plus tard, tout le plomb a été démonté pour être réutilisé.

Vue depuis la salle extérieure jusqu'à la barbacane ouest
Nous pouvons remercier Arnold J. Taylor, inspecteur en chef des monuments anciens, pour la conservation de ce qui reste du château de Conwy et des murs de la ville aujourd'hui, et c'est toujours un lot impressionnant. Le château était passé sous la tutelle du ministère du Travail en 1953. Taylor a fait des recherches sur la construction et les documents médiévaux, et c'est lui qui a découvert le lien de Maître George de Saint-Jacques avec la Savoie, ce qui explique certaines caractéristiques inhabituelles des châteaux édouardiens au Pays de Galles. . Il a également joué un rôle déterminant dans la suppression de certains ajouts ultérieurs aux murs de la ville.

Le château de Conwy et les remparts de la ville font partie du patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1986 et sont maintenant entretenus par Cadw. Regardons l'endroit.

Vue depuis la tour sud-ouest à travers le quartier extérieur jusqu'à la cour intérieure
Le château est essentiellement de forme rectangulaire, avec une courbure extérieure vers le sud, suivant le contour de l'affleurement rocheux. Il se compose d'un quartier extérieur avec une grande salle, d'un quartier moyen avec un puits et d'une cour intérieure qui abrite le logement du roi et de sa famille. Les courtines et les huit tours (environ 20 mètres de haut) s'élèvent directement de la falaise, sauf du côté de la ville où un fossé sec supplémentaire protège le château. A l'ouest (côté ville) et à l'est les barbacanes offrent une protection supplémentaire.

Les pierres sont principalement du grès local d'une variante grise et du grès rouge de Chester et du Wirral aux endroits où des détails sculptés étaient nécessaires. A l'origine, les murs du château étaient blanchis à la chaux et peut-être décorés d'emblèmes héraldiques sous forme de tentures et de bannières lorsque le roi était présent. Ce devait être une vue imprenable au soleil, moins austère que les murs gris par une journée maussade comme sur mes photos.

La salle extérieure
À l'origine, la porte principale de la barbacane ouest était accessible par un pont-levis traversant le fossé sec, mais aujourd'hui, il existe un chemin menant de la ville (après avoir payé votre centime au centre d'accueil). La porte aurait été en outre protégée par une herse. Par rapport à la ligne de défense du château de Beaumaris, l'entrée dans le château de Conwy était plus facile, mais uniquement du côté de la ville qui était en outre protégé par les murs de la ville. La barbacane se compose de deux grosses tours et d'une partie médiane avec des meurtrières ou des mâchicoulis et des merlons pour les archers. Les tours à deux étages (avec des sous-sols supplémentaires pour le stockage) contenaient des pièces avec des cheminées et des latrines, elles étaient probablement utilisées par la garnison ou le connétable du château.

La porte mène à la salle extérieure. Au sud se trouve la grande salle avec une chapelle. Les fondations du côté droit appartenaient à une cuisine avec une brasserie et un fournil.

La grande salle vue de la direction face à la barbacane
La grande salle et la chapelle sont de plain-pied. Les caves en contrebas qui avaient été creusées dans la roche sont désormais ouvertes à la vue. Le hall était éclairé par des fenêtres dans le mur-rideau et trois autres plus élaborées donnant sur la cour. La gamme a été divisée par des écrans en bois dans la chapelle, le hall et une pièce plus petite avec sa propre cheminée. La grande salle était utilisée pour les banquets mais aussi pour les audiences officielles et autres expositions d'État. Bien que les rois anglais ne séjournent pas souvent au château de Conwy.

On peut encore voir les talons de maçonnerie en saillie où Henri de Snelston, maître maçon du Prince Noir, a ajouté les arcs en pierre (en grès de Wirral) en 1346, pour soutenir le toit après que les supports en bois se soient pourris.

Vue vers la tour de la prison (à droite celle sans tourelle)), la tour de la cuisine (à gauche), à ​​travers le quartier du milieu jusqu'aux appartements royaux et aux tours en arrière-plan (de droite à gauche : tour de boulangerie, tour du roi, tour de la chapelle, Tour de l'entrepôt)
Il existe une connexion directe entre la grande salle et les donjons de la tour connue sous le nom de tour de la prison. La tour possède une pièce connue sous le nom de « chambre des dettors » au XVIe siècle, pour les prisonniers qui disposaient d'un certain confort comme un lit en bois. En dessous se trouve un véritable donjon, une oubliette qui s'enfonce de 12 pieds de profondeur dans le substrat rocheux et ne peut être atteinte que par une trappe.

La tour de cuisine de l'autre côté de la salle extérieure contenait des magasins et des logements pour le personnel.

Quartier du milieu avec le puits
La cour intérieure était séparée par un mur-rideau avec une porte, allant de la tour Bakehouse à la tour Stockhouse, et un fossé sec dans le substrat rocheux qui pouvait être traversé par un pont-levis. Le pont existait toujours en 1520, lorsqu'un certain Dafydd ap Tudur Llwyd a été payé pour "makyng anewe brigge pour entrer dans le quartier de ynder", mais le fossé a été comblé dans les années 1530. Il ne reste rien de la maison de garde à la porte.

Le puits est situé devant le fossé. Elle est profonde de 28 mètres et alimentée par une source. Il était autrefois couvert d'un toit de bardeaux sur piliers de bois. Le puits avec son eau propre était l'une des rares caractéristiques positives de Conwy mentionnées dans une enquête avant la guerre civile.

Une vue sur le labyrinthe des chambres royales
Conwy possède les chambres royales les mieux conservées d'Angleterre et du Pays de Galles. Mais certains chemins et escaliers étranges qui relient les pièces à ceux des tours adjacentes montrent clairement que les chambres ont été ajoutées après la construction des murs extérieurs et des tours, et n'ont pas été planifiées à fond dès le début. Maître George était tout simplement trop occupé avec tous ces châteaux, semble-t-il. Les appartements royaux étaient comme un palais qui pourrait être isolé du reste du château et alimenté par la porte est, qui était protégée par une deuxième barbacane, ou la porte de l'eau sous la tour de la chapelle.

Les chambres de la famille royale et de leur personnel immédiat se trouvaient au rez-de-chaussée des deux côtés d'une cour. La rangée orientale se composait d'une grande pièce, celle du sud était divisée en deux chambres. Le rez-de-chaussée abritait une cuisine au sud et une cave à l'est. A l'origine, les deux parties avaient une entrée séparée, la salle orientale était connue sous le nom de Grande Chambre du Roi, celles du sud sous le nom de Chambre du Roi et Chambre de la Reine (5). Mais à l'époque des Tudor, les pièces ne pouvaient être atteintes que par l'entrée est et étaient connues sous le nom de grande chambre, chambre extérieure et chambre privée.

Comme dans la grande salle de la salle extérieure, les supports de toit en bois de la grande chambre du roi ont été remplacés par des arcs en pierre en 1346. Les fenêtres donnant sur la cour étaient inhabituellement grandes pour l'époque de la construction du château, probablement d'origine savoyarde.

Fenêtre avec siège dans la Chambre du Roi
La tour de la chapelle comprend une seconde chapelle à l'usage privé de la famille royale. La tour du roi avec ses quatre étages abritait le logement des officiers les plus importants de la maison du roi comme le trésorier et l'intendant, et non le roi lui-même.

La Stockhouse Tower, qui n'est pas reliée aux chambres royales, abritait une autre prison (avec des chaînes au mur) et probablement plus de salles de stockage. Avec autant de place pour le stockage, on se demande pourquoi la garnison a dû partager une corde d'arc entre eux en 1321, lol. La tour de la boulangerie tire son nom du grand four construit dans l'un de ses murs.

Chaque tour a une tourelle de guet supplémentaire (la fonction est manquante dans le château de Beaumaris inachevé). Des trous de putlog dans les murs indiquent la possibilité de créneaux ou de brattices tournés vers l'extérieur.

La barbacane orientale
Derrière la rangée est des appartements royaux se trouve une autre barbacane. Il semble avoir servi non seulement d'ouvrage de défense mais aussi de jardin surplombé par la chambre du roi et de la reine. Il y avait aussi une porte d'eau reliée à la tour de la chapelle par un escalier en colimaçon descendant le socle rocheux qui permettait d'alimenter le château en bord de mer, mais cette porte n'existe plus.

Le mur-rideau de la barbacane a un ensemble bien conservé de mâchicoulis, ou meurtrières que vous pouvez voir sur la photo.

Kitchen Tower (à gauche) et Stockhouse Tower vus de la barbacane ouest
Notes de bas de page
1) Déplacer le lieu de sépulture était une humiliation pour les princes de Gwynedd autant qu'une décision stratégique.
2) Les murs de la ville auront leur propre poste.
3) Le Conwy Guidebook donne l'équivalent moderne pour l'argent : 5 800 £ serait 15 à 18 millions de £ aujourd'hui 15 000 £ environ 45 millions de £. Moins que l'aéroport de Berlin et avec un meilleur résultat.
4) Je laisse l'histoire du château de Conwy à un autre article.
5) Bien que la reine Eleanor de Castille, l'épouse d'Edward, n'ait visité Conwy qu'une seule fois avant la construction des appartements royaux.

Pour en savoir plus sur l'histoire du château, cliquez ici.

Littérature
Jeremy A. Ashbee. Château de Conwy et remparts - Guide Cadw, Cardiff 2007


Château de Conwy

Ci-dessus : Château de Conwy vu de l'enceinte de la ville (tour #13).
Ci-dessous : les tours nord de Conwy vues de la ville.

Jeff Thomas

les ordres ne peuvent pas rendre justice au château de Conwy. La meilleure description simple se trouve dans le guide publié par CADW, le Welsh Historic Trust, qui déclare : « Conwy est à tous points de vue l'une des grandes forteresses de l'Europe médiévale. Conwy avec Harlech est probablement le plus impressionnant de tous les châteaux gallois. Les deux ont été conçus par le maître bâtisseur du château d'Edouard Ier, James of St. George, et bien que Harlech ait un passé plus riche, les huit tours massives et le haut mur-rideau de Conwy sont plus impressionnants que ceux de Harlech.

Contrairement à Harlech, cependant, le château et la ville de Conwy sont entourés d'un mur bien conservé qui confère un sentiment de force supplémentaire au site. Un mur d'enceinte similaire existe au château de Caernarfon, mais est beaucoup moins complet et se perd dans la ville moderne. En revanche, le mur bien conservé de Conwy aide la ville à conserver un caractère médiéval perdu par d'autres villes-châteaux galloises au fil des ans. La construction de Conwy a commencé en 1283. Le château était une partie importante du plan du roi Edouard Ier d'entourer le Pays de Galles dans "un anneau de fer de châteaux" pour soumettre la population rebelle. Le mur hautement défendable qu'Edward a construit autour de la ville était destiné à protéger la colonie anglaise implantée à Conwy. La population galloise indigène était violemment opposée à l'occupation anglaise de leur patrie.

Aujourd'hui, Conwy est approché de l'est via l'A55 à travers le nord du Pays de Galles. La beauté de cette partie du pays rivalise avec n'importe quoi en Grande-Bretagne. En approchant de Conwy, le château semble soudain surgir des collines. Le majestueux vieux pont suspendu reliant le château à la péninsule principale, représenté dans de nombreuses représentations du château au fil des ans, garde toujours l'approche principale du château.

L e château domine l'entrée de Conwy, transmettant immédiatement à l'observateur sa force et sa compacité. Les huit grandes tours et les murs de connexion sont tous intacts, formant un rectangle par opposition aux dispositions concentriques des autres châteaux d'Edward au Pays de Galles. Presque tout le château est accessible et bien conservé. Voyager jusqu'au sommet de l'une des tours offre au visiteur des vues spectaculaires sur la ville, le littoral environnant et la campagne. Des voiliers et autres embarcations de plaisance parsèment le port et le quai pittoresques à côté du château, tandis que des troupeaux de moutons errent dans les collines voisines.

Nous sommes arrivés à Conwy samedi en fin d'après-midi après une rapide visite du château de Rhuddlan. Nous avons traversé la ville plusieurs fois en essayant de trouver notre hôtel, sans succès. Nous nous sommes finalement arrêtés et avons demandé à un homme du coin s'il connaissait l'hôtel et nous avons rapidement reçu des indications amicales et précises vers notre destination. Nous nous sommes enregistrés au Park Hall Hotel, qui se trouve à environ 800 mètres de la ville, nous nous sommes changés et nous nous sommes reposés un peu après notre long trajet en voiture depuis York. Nous sommes ensuite retournés en ville et avons immédiatement attaqué le château. En citant le guide du château : « Quiconque regarde le château de Conwy pour la première fois sera avant tout impressionné par l'unité et la compacité d'une si grande masse de construction, avec ses huit tours presque identiques, quatre au nord et quatre sur le sud, l'épinglant au rocher sur lequel il se dresse. Particulièrement frappant est le long front nord, où l'espacement équidistant de la tour divise la surface du mur en trois sections exactement similaires, chacune percée par une paire de flèches similaires, et chacune s'élevant à un ligne de rempart commune."

Ci-dessous : vue de la salle extérieure vers l'ouest depuis la Tour du Roi. La grande salle en forme d'arc (ci-dessous 2) est à gauche.

Cadw 1990

C onwy est à tous points de vue l'une des grandes forteresses de l'Europe médiévale. Les premières impressions sont d'une force militaire énorme, d'une position dominante et d'une unité et d'une compacité de conception. Les huit puissantes tours semblent jaillir du rocher même qui a dicté l'aménagement éventuel du château. Comme pour les autres grands châteaux d'Edouard Ier dans le nord du Pays de Galles, la conception et les opérations de construction étaient entre les mains de Jacques de Saint-Georges, qui a finalement détenu le titre de Maître des travaux du roi au Pays de Galles. A Conwy, cependant, il a en quelque sorte créé un bâtiment qui, plus que tout autre, démontre sa brillante compréhension de l'architecture militaire.

C'est au cours de sa deuxième campagne au Pays de Galles que le roi Edouard prit le contrôle de la vallée de Conwy en mars 1283. Il commença les travaux de la nouvelle forteresse presque immédiatement, les avantages naturels du site étant de loin supérieurs à ceux de l'ancien château de Deganwy. de l'autre côté de l'estuaire. De plus, des plans ont été établis pour une ville de garnison d'accompagnement, elle-même défendue par un circuit complet de murs et de tours. Le château et les remparts de la ville ont tous été construits au cours d'une période d'activité frénétique entre 1283 et 1287, une réalisation formidable dans laquelle jusqu'à 1 500 artisans et ouvriers ont été impliqués pendant les périodes de pointe.

I n comme la plupart des autres nouveaux châteaux du roi au Pays de Galles, Conwy n'a pas été construit selon un plan « concentrique ». La nature de l'affleurement rocheux dictait un contour linéaire, avec une barbacane inférieure à chaque extrémité. L'intérieur était fortement divisé par un mur transversal en deux salles bien séparées, de sorte que l'une pouvait tenir indépendamment si l'autre tombait. Une fois terminés, les murs auraient été recouverts d'un enduit de plâtre blanc, qui devait avoir un effet saisissant, bien différent de la maçonnerie grise visible aujourd'hui. On en voit des traces accrochées aux murs extérieurs.

L'entrée d'origine de la salle extérieure se faisait par une longue rampe en escalier jusqu'à la barbacane ouest, qui était défendue par un pont-levis et une herse. À l'intérieur de la salle, les quatre tours fournissaient un logement à la garnison, et à la base de la tour de la prison se trouve le sombre donjon. A gauche, les fondations marquent l'emplacement des cuisines et des écuries. A droite, le plan arqué inhabituel de la Grande Salle était rendu nécessaire par les fondations rocheuses. Long d'environ 125 pieds, il domine la salle extérieure, et avec ses belles fenêtres et sa décoration lumineuse originale, il a dû apparaître un spectacle glorieux lors des fêtes royales.

À l'extrémité de la salle se trouve le mur du château, et au-delà, un autre pont-levis protégeait l'entrée de la salle intérieure. C'était le cœur du château, la zone occupée par les appartements privés du roi et de la reine. Ils comprenaient un hall et une somptueuse chambre de présence, bien que seules les coquilles des fenêtres autrefois magnifiques restent pour donner une indication de leur ancienne splendeur. Une belle petite chapelle donne son nom à l'une des tours, et la Tour du Roi offrait d'autres pièces privées.

Le roi Edouard fut en fait assiégé à Conwy pendant la rébellion de Madog ap Llywelyn en 1295. Bien que la nourriture manquât, les murs restèrent fermes. Certaines modifications ont été effectuées sous Edward, le prince noir au 14ème siècle. (Remarque de Jeff : En 1403, le château est tombé par ruse aux mains des forces d'Owain Glyndwr, a été détenu par ses hommes et plus tard racheté aux Anglais pour des fonds indispensables.) Conwy a vu une certaine action dans la guerre civile, mais a ensuite été laissé aux éléments .

Aucune visite de Conwy n'est complète sans un circuit des remparts de la ville. Ils sont l'un des ensembles les plus beaux et les plus complets d'Europe, avec plus de 3/4 de mile de long avec 21 tours et trois passerelles originales.

Photos supplémentaires du château de Conwy

En approchant du château par le chemin de ronde.

Vue sur la Tour de la Chapelle et la rivière Conwy depuis la Tour du Roi.

Vue de l'entrée moderne du château menant du centre d'accueil.

Vue de la section Mill Gate du mur de la ville près du château.

Vue détaillée d'une cheminée du Grand Hall de Conwy.

Vue supplémentaire de l'entrée moderne du château (petit portail en bas à droite).


Château de Conwy

COTE PATRIMOINE :

Le château de Conwy est l'un des premiers exemples de "l'anneau de fer" d'Edouard Ier, construit pour apaiser les princes rebelles du nord du Pays de Galles.

Edward a finalement maîtrisé la menace galloise à Snowdonia en 1283. Bien conscient de l'importance stratégique de Conwy dans la région, Edward a immédiatement commencé à y construire un immense château. Le château était si important pour Edward qu'il a importé jusqu'à 1 500 artisans de toute l'Angleterre pour accélérer le processus de construction. Le château a été achevé en seulement quatre ans, un exploit remarquable à l'époque.

Conwy était l'œuvre de Maître James de St. George, le constructeur préféré d'Edward. Maître James était également responsable de Harlech, Beaumaris et d'au moins 9 autres châteaux gallois d'Edward. Pour en savoir plus sur cet architecte remarquable, consultez notre article sur Beaumaris.

Conwy est inhabituel en ce que les murs du château descendent des hautes falaises où se dresse le château, pour enfermer toute la ville médiévale. Une partie du mur a disparu au cours des siècles, mais en général, il a bien résisté, et un visiteur peut se promener le long des anciens remparts. Il y a encore 21 tours le long du mur, et les trois passerelles flanquées de tours jumelles vous donnent une idée de la grandeur originale du projet d'Edward.

La raison des forts murs défensifs devient claire lorsque l'on considère qu'Edward n'a pas seulement importé des constructeurs, il a importé toute une population de colons anglais à Conwy ! Ces nouveaux colons étaient soigneusement protégés de la population galloise locale par le château et les murs de la ville. Dans un sens, Conwy est devenu un avant-poste de l'Angleterre en territoire ennemi hostile.

Le château lui-même est composé de huit tours rondes massives formant un rectangle. Cela en soi distingue Conwy du modèle d'anneaux concentriques qu'Edward et Maître James ont perfectionné dans la plupart de ses autres châteaux gallois.

Le château de Conwy a connu sa dernière action militaire pendant la guerre civile anglaise. L'armée parlementaire de Cromwell a assiégé le château pendant trois mois en 1646 avant que les défenseurs ne capitulent. Après la restauration de la monarchie, le comte de Conwy prend possession du château. Le comte, malheureusement, a utilisé sa position pour dépouiller le château du fer, du bois et du plomb pour la construction, laissant Conwy exposé à des siècles de désintégration et de négligence.

Le château est remarquablement bien conservé, surtout compte tenu des déprédations du comte, et depuis les tours, on peut avoir une vue imprenable sur le port et la ville de Conwy. Le quartier intérieur contient les appartements royaux construits pour Edward et la reine Eleanor en 1283. Ces appartements s'élevaient à l'origine au-dessus des sous-sols chauffés, mais les sols ne sont plus intacts.

L'importance du château de Conwy d'un point de vue architectural est confirmée par le fait qu'il a été nommé site du patrimoine mondial.

Dans la ville de Conwy, vous pouvez voir la plus petite maison de Grande-Bretagne, le musée de la théière et la maison Aberconwy, une authentique demeure de marchand du XIVe siècle. De plus, Conwy abrite le remarquable pont suspendu de Conwy, construit par Thomas Telford en 1826.

Plus de photos

La plupart des photos sont disponibles pour une licence, veuillez contacter la bibliothèque d'images Britain Express.

À propos du château de Conwy
Adresse: Rose Hill Street, Conwy, Gwynedd, Pays de Galles, LL32 8AY
Type d'activité : Château
Site Internet : Château de Conwy
Courriel : [email protected]
Cadw
Une carte
Système d'exploitation : SH783 774
Crédit photo : David Ross et Britain Express

ARTICLES POPULAIRES

Nous avons « marqué » ces informations sur les attractions pour vous aider à trouver des attractions historiques connexes et en savoir plus sur les principales périodes mentionnées.

Périodes historiques :

Trouvez d'autres attractions étiquetées avec:

château (Architecture) - Edward I (Personne) - Edwardian (Référence historique) - Médiéval (Période) - Régence (Architecture) -

ATTRACTIONS HISTORIQUES À PROXIMITÉ

Classé Patrimoine de 1 à 5 (faible à exceptionnel) sur l'intérêt historique


Le château rectangulaire est construit à partir de pierres locales et importées et occupe une crête côtière, surplombant à l'origine un important point de passage sur la rivière Conwy.

Vous entrez dans le château par la barbacane ouest devant la porte principale. La barbacane était autrefois accessible à partir d'un pont-levis et d'une rampe qui montaient en pente raide depuis la ville en contrebas. Fait intéressant, cette barbacane présente les premiers mâchicoulis de pierre survivants en Grande-Bretagne, et la porte aurait à l'origine été protégée par une herse. Les mâchicoulis sont des trous dans les remparts où les défenseurs pourraient jeter des pierres, de l'huile ou n'importe quoi sur un intrus sans méfiance !

La porte mène à la salle extérieure où auraient existé des bâtiments administratifs et de service. Du côté sud de la salle se trouvent la grande salle et la chapelle, situées au-dessus des caves du château. Du côté nord du quartier se trouvent d'autres petits bâtiments comme la cuisine, la brasserie et le fournil. Le quartier intérieur aurait été séparé du quartier extérieur par un mur intérieur, un pont-levis et une porte. A l'intérieur, la salle était la maison privée royale.

Reconstitution du château de Conwy

Ces chambres royales se trouvaient au premier étage qui contournait l'extérieur de la salle. Les quatre tours ont une tourelle de guet supplémentaire, probablement destinée à la sécurité et à montrer clairement le drapeau royal. Du côté est de la salle intérieure se trouve une autre barbacane qui entoure le jardin du château. Il y a eu de nombreux changements dans le jardin, y compris une pelouse, des vignes, des pommetiers et des fleurs ornementales formelles. Une porte menait autrefois à la rivière où un petit quai a été construit, permettant aux visiteurs importants d'entrer dans le château en privé, et aussi de réapprovisionner le château.

Tu pourrais aussi aimer…

Passionné de Médiéval et fan du moyen-âge. J'aime écrire et partager sur l'histoire médiévale, les châteaux, les rois et les événements historiques importants de nos terres.


Quartier Intérieur, Château de Conwy - Histoire

La prochaine étape de ce voyage vous emmène au château médiéval de Conwy dans le nord du Pays de Galles ou Gwyneddrr

Via les revues de tapis magiques. Histoire et photos par M. Maxine George

Château de Conwy, Pays de Galles

Les châteaux me fascinent ! (Ce n'est pas une remarque inhabituelle de la part de quelqu'un qui est né et a grandi sur le continent nord-américain où les châteaux les plus proches sont Casa Loma de Toronto ou le château de Scotty en Californie à Death Valley, ni l'un ni l'autre ne correspondant à ma définition d'un château .) Quand on m'a offert l'opportunité de voir les « géants du nord » (château de Conwy, château de Caernarfon et château de Harlech) lors d'une visite au Pays de Galles, inutile de dire que j'ai sauté sur l'occasion.

La ville-château de Conwy a été le début impressionnant de notre visite de ces trois châteaux de l'anneau de fer du roi Édouard Ier. Le château de Conwy est un monument ancien classé et fait partie des sites du patrimoine mondial désignés comme les châteaux et les remparts du roi Édouard Ier à Gwynedd, le nom gallois du nord du Pays de Galles.

Les châteaux du nord du Pays de Galles sont de magnifiques édifices en pierre, donnant à ceux qui les traversent une impression de leur grandeur d'antan. Alors que nous commencions notre visite du château de Conwy, mes amis et moi avions tous des appareils photo en main pour essayer de préserver nos souvenirs de la structure fascinante que nous explorions. Les composants en bois ont pourri avec le temps, et le métal a été emporté et vendu il y a des éons, ils se tiennent donc comme des squelettes massifs sans le sang et les tissus viscérale pour leur redonner pleinement leur gloire d'antan. La visite de ces châteaux m'a rappelé des visions de ceux qui ont peuplé cette terre bien avant notre époque. Leurs histoires sont racontées dans des livres d'histoire et des films, mais rien ne se compare à l'escalade au cœur de ces forteresses. J'ai regardé avec émerveillement les tours massives créées il y a tant de siècles. Mon esprit a travaillé des heures supplémentaires alors que je me promenais dans ces magnifiques ruines en essayant de visualiser à quoi elles ressemblaient à leur apogée glorieuse. Les gens qui les vivaient et les respiraient me sont rapidement venus à l'esprit aussi.

À la fin de la deuxième campagne réussie du roi Édouard Ier d'Angleterre pour conquérir les Gallois, il a commencé à construire son Iron Ring of Castles. Le château de Conwy et les murs de la ville ont été construits au cours d'une période de quatre ans entre 1283 et 1287. Les Gallois ont été déracinés, et une nouvelle ville à l'intérieur des murs a été construite pour abriter une colonie anglaise, les familles des hommes stationnés à la garnison et leurs fournisseurs. Il a fallu 1500 ouvriers pour achever le projet de Conwy. Il a remplacé un château plus ancien, le château de Deganwy qui avait été détruit par le chef gallois, Llewelyn le Dernier, en 1263. Construit sur un précipice rocheux à l'embouchure de la rivière Conwy et surplombant la mer du Nord, le château défendait à la fois la rivière et la le port de la ville. This massive fortification shows the lengths to which the English King was willing to go to suppress the Welsh people and impress them with his might.

With water on two sides of the castle, access was strictly limited to those who could be seen from within the towers or through the arrow slits in the walls. The castle was once approached up a stepped ramp. (Today only a small portion of the original ramp exists.) A drawbridge existed to cross the water that once flowed around the base of the castle. The water was diverted in the 19th Century when the North Coast Railway was built on reclaimed land around the castle. Today we walked up a steep, paved incline along the base of the castle wall. Once across the drawbridge, a gateway with a portcullis was the next defense. The pointed iron bars in the portcullis gate could be dropped on invaders. Donna Goodman, our guide, showed us where the portcullis gate once hung, but unfortunately the iron went with the metal, being hocked in exchange for money, many years ago. Recycling took place in ancient times too! Passing that we went into the barbican, then turned left in a planned bottleneck, then through the main gateway. The objective for the design of this elaborate entrance was defensive planning.

The area we now entered was known as the “outer ward”. It was the area that housed the living quarters for the garrison, the kitchens and stables. It also contained the prison tower. The damp, dark dungeon, with all its evil connotations, was located at the base of this tower. The outer ward was protected by four massive towers in the thick outer castle wall, approximately 70′ (21 m.) tall by 30′ (9.1 m.) in diameter. A 15′ (4.6 m.) thick stone wall, with enfilading arrow loops and archer’s turrets, divided this outer ward from the inner ward. Also separating them, in the outer ward, was a deep rock gulley and the castle well. A drawbridge once connected the two wards of the castle. It is obvious that each area could be separately defended if the need arose. The exterior castle wall of the inner ward was also protected by another four of the massive towers those had additional turrets and arrow slits to allow greater defense of the Royal apartments. As I walked through this imposing structure, I was utterly amazed to think it could have been built so many centuries ago, and the skill it must have taken to design and execute its erection, all within four years.

The inner ward contained the royal apartments. Conwy Castle has the most complete set of medieval royal apartments still existing in Britain today. They were located on the first floor, while the service accommodation was in the basement which was heated and provided the heat for the royal residences above.

The remains of the fireplaces that once warmed Conwy Castle, Wales

The remains of a series of fireplaces could be seen in the basement walls, above which the Great Hall once stood. Now the separating wooden floors no longer exist, and only the holes in the walls were visible where the massive beams rested in the distant past. One can only imagine the once grand external staircase that led to the Great Hall. I really had to stretch my imagination to picture this as being the luxurious residence of King Edward I and his wife, the Queen remembered as Eleanor of Aquitaine.

The once majestic Conwy Castle, Wales

My friends and I eagerly entered the various towers and climbed up the circular stone steps, some of which led to the royal apartments or other private rooms. We checked out all the openings we found that took us into the various rooms. Sometimes I would enter an opening off the stairway to find a small enclosed space in the wall, with an opening covered by a metal grate which was open to the outside of the castle walls. It would have been a latrine.

The openings for a latrine and an arrow slit in the Conwy Castle wall.

In the Chapel Tower, much of its original carved decoration can still be seen in the little Royal Chapel. The tower’s winding stone stairs also led up onto the castle’s wall walk and even further up to the tops of the towers. I wouldn’t have been surprised to see a soldier, with a metal helmet and breast plate, patrolling the castle wall. Instead, I kept finding my friends, with cameras in hand, taking pictures of the marvelous view of the interior of the castle, the town and the harbour. From these vantage points I too kept my camera busy, especially as I looked out on the impressive bridges fanning across the River Conwy.

It wasn’t unusual to spot a Canadian photographer in Conwy Castle.

The three bridges as seen from the Castle walk at the rear of the fortress.

A view from the Conwy Castle walk.

At the rear of the fortress a second barbican guarded entrance allowed entrance from the Conwy River. This was particularly valuable, allowing royalty private access or emergency exit by water, without having to go through what might have been hostile Welsh settlements. Today, the watergate is now gone. It was removed in 1826 when the castellated suspension bridge was built, carrying the London to Holyhead road across the River Conwy. In the same century the railway bridge was built with stone battlements to blend in with the medieval stone castle. Then in 1978 a modern bridge was built, making a triumvirate of bridges dominating the river crossing just outside the castle walls. The combination of the bridges with the castle make an impressive sight!

As I roamed the castle with camera in hand, my mind kept trying to envision the grandeur of the castle at the height of its glory, but instead kept coming back to the fact that this castle had been built to symbolize domination of the Welsh people over 700 years ago, and I understand that the Welsh people have never accepted that domination. Traveling here has made me realize how well the Welsh people have maintained their separate identity, keeping their language, their customs, their pride, their music and especially their flag with the red dragon flying, through the many generations since that time.

The Welsh flag still flies over Conwy Castle.

Entrance to the Prison Tower, Conwy Castle Wales

Conwy Castle well still has water in it. A view from the Castle Walk. A portion of the Conwy town walls and one tower.
A gate in the Conwy town wall. The wall and several towers around Conwy. Conwy Castle as seen above the town of Conwy.

Conwy Castle and Walls are under the care of Cadw which is a Welsh word meaning ‘to keep’ or ‘to protect.’


Inner Ward, Conwy Castle - History

Taken together, the castle and town walls of Conwy are the most impressive of all the fortresses raised by King Edward I to subdue Wales. Planned as a single unit and substantially built in an astonishing four and a half years between 1283 and 1287, they remain the finest and most complete example of a fortified town and castle in Britain.

Over three-quarters of a mile long, the town walls defended the largest of Edward's Welsh "frontier towns" each of their twenty-one towers ingeniously served as a circuit breaker, allowing attackers who scaled the intervening tower to be cut off and slain.

Conwy's town walls also acted as the outermost defences of the royal castle, an imposingly compact eight-towered stronghold on a promontory surrounded by water on three sides. Nearest the town, the castle's own outer ward housed the garrison. Then, doubly defended by town wall and outer ward, came the king's private apartments in the castle's inner ward, its towers still crowned by turrets for the royal standards.

Conwy's triumph of medieval fortress-building is not to be missed by any visitor to north Wales, A World Heritage Listed Site.


Places of interest to visit in Conwy

A fine example of a medieval timber-framed merchants house. Built around 1400, Aberconwy is said to be the oldest house in Wales. Now a Heritage Centre, it contains an interesting exhibition illustrating the social history of the area since Roman times. Run by National Trust*

Opening times: time vary, see website for details - Admission Charge*
Emplacement: Castle Street, Conwy, LL32 8AY - Tel: 01492 592246 - Website


Parts of a castle

Castles were built specifically to defend against an enemy siege. Every piece of the castle was designed with this in mind. There were many different designs of castles that ranged from the simple wooden motte and bailey to the all defensive stone keep. The following is a list and description of all major pieces of the a large stone keep.

The first and outermost piece was the moat, which was a large deep ditch that surrounded the castle. The moat was usually filled with water, which greatly hindered oncoming offensives. Following the inner edge of the moat is the outer curtain, otherwise known as the outer wall. This was the second line of defense. Embedded in the outer wall was the outer gate house. The outer gate house contained the drawbridge which was used to cross the moat. Behind The outer wall was a much larger inner wall (inner curtain), which likewise contained the inner gate house. Embedded within the inner wall were large towers used to house a variety of deadly weapons such as archers, boiling oil, and throwing stones. If the enemy was successful in breaching the inner wall or the inner gate house they would find themselves stuck in the inner ward, which was a large courtyard right in the center of the castle. The inner ward was defended by the keep which was a large castle like tower. The keep was the safest place in the castle and the final line of defense. Once overrun, the castle was lost.


Tag: Welsh history

Welcome back folks! What started as a day trip to Anglesey has turned into a trip around all four of Edward I’s castles in north Wales! For day three, let me take you around Conwy.

Perhaps the most arresting approach to any town in Britain, this is the sight that greets you on the way in to the town. Amazing stuff!

I’ve written two similar blogs already this week – Beaumaris and Caernarfon – but I don’t feel that I’ve done the subject of the Conquest of Wales much justice. Well, I won’t go into it here, but I will at least sketch in some info for you. Llywelyn the Great reigned as Prince of Gwynedd and Lord of Snowdonia from 1199 to 1240. He was married to the daughter of King John, but his expansionist foreign policy brought him into frequent conflict with England. However, he was recognised as Prince by Henry III, his brother-in-law.

Llywelyn left his kingdom in turmoil when he left his lands entirely to his youngest son Dafydd, disinheriting his illegitimate son Grufudd (under Welsh law at this time, land was inherited by all children as a partition). Dafydd immediately imprisoned Grufudd at Criccieth and consolidated his power from Llywelyn’s castle at Deganwy. Henry III then decided to intervene, however, and supported Grufudd. In 1246 Dafydd died, and the castle at Deganwy was captured by the English, who made it a mighty seat of power in the area, establishing a town in its shadow.

The castle at Deganwy was destroyed by Grufudd’s son, Llywelyn, in 1263, as he led a campaign to expel the English from his ancestral lands. In 1267, Henry III accepted Llywelyn as Prince of Gwynedd, in return for Llywelyn’s homage. Henry died in 1272, and was succeeded by his son Edward I. Llywelyn begged off attending the coronation, then repeatedly refused to pay homage to Edward. Things probably could have been handled better, of course, insofar as Henry had requested Llywelyn pay him homage, but Edward demanded ce. In what can easily be imagined as a towering fury, Edward launched a concerted attack on Llywelyn, with forces coming from Chester, Montgomery, Carmarthen and by boat to Anglesey. It didn’t take long for Llywelyn to surrender at Aberconwy Abbey in 1277.

The terms of this surrender were to confine Llywelyn to Snowdonia, and to ensure they were kept, a massive programme of castle-building began, with fortresses being put up at Flint, Rhuddlan, Builth and Aberystwyth. Edward granted land to his lords across most of north wales, and further castles were built at Denbigh, Holt, Chirk, Ruthin and Hawarden. It was a misguided attack on the latter by Llywelyn’s younger brother Dafydd in 1282 that sparked the second campaign of Edward I, with an even larger army intent on ending the Welsh problem once and for all. Llywelyn was killed at Cilmeri, and Edward established his forward command post at Aberconwy Abbey in March 1283. It was from here that the capture of Dafydd was led, and evidence suggests that Edward had initially planned to make Conwy the administrative centre of his power in Wales, though ultimately it was Caernarfon that fulfilled this role.

Conwy was planned from the outset as a castle and town, and the initial planning stages began even before Dafydd’s capture and execution. Building work was incredibly swift, with the curtain walls being built within the first two years of construction. By 1287, both the castle and town walls were complete, at the cost of £15,000 (over £12.5m by today’s standards).

The castle has the most complete interior of any royal castle from medieval Britain, including the royal apartments in the inner ward, and the hall in the outer ward.

During the rebellion of 1294, Edward and his queen Eleanor of Castile stayed at Conwy while the English response was carried out. This is apparently the only known time that the king stayed at the castle. Of course, he was soon off fighting up in Scotland, anyway.

The town that sprang up around the castle was intended for English habitation only, and until the Tudor period, Welshmen were forbidden from entering any of the English towns in Wales, much less from trading with them. There are few surviving buildings in the town from this early period, though Aberconwy House is a typical medieval merchant’s house.

The town walls encircle an area of 22 acres and run for 1400 yards in a virtually unbroken circuit, with three fortified gates and twenty-one towers placed at regular intervals:

Not far from the massively-fortified Upper Gate is the site of ‘Llywelyn’s Hall’, a timber-framed structure that originally stood flush to the town walls, and is marked now by the only section of wall with windows built in. The hall was moved to Caernarfon in 1316 as a symbolic show of domination over the Welsh, but has long since vanished.

The entire project of building is really crazy when you think that, firstly, it was finished in four years, but also that it was being built at the same time as Caernarfon and Harlech Castles over on the west coast! An awesome amount of manpower and materiel was needed for this project, which really goes to show just how powerful the medieval monarchy was!

Conwy Castle was the first of the four royal castles of Edward I that I visited, nearly seven years ago now, and it is probably the one I’ve been to most since. It’s definitely worth a visit, with a stroll along the town walls to finish! Marvellous!



Commentaires:

  1. Meztigar

    Je peux vous suggérer de visiter le site, qui contient beaucoup d'informations sur cette question.

  2. Pernel

    A mon avis, ils ont tort. Je propose d'en discuter. Écrivez-moi en MP, parlez.

  3. Faing

    sa phrase est magnifique

  4. Jim

    Je peux rechercher le lien sur un site avec une énorme quantité d'informations sur le sujet d'intérêt.

  5. Aralt

    Cela devrait être dit - une erreur approximative.



Écrire un message