Podcasts sur l'histoire

La tombe d'un guerrier parthe découverte accidentellement lors de l'enterrement de COVID-19

La tombe d'un guerrier parthe découverte accidentellement lors de l'enterrement de COVID-19

Un ancien squelette et des artefacts funéraires d'un guerrier parthe ont été déterrés en Iran tandis que des excavateurs enterraient les victimes du COVID-19.

Le squelette et la collection d'objets anciens ont été découverts dans un cimetière du village de Paji (ou Pachi) dans la province de Mazandaran, dans le nord de l'Iran, lors de l'enterrement d'une victime du COVID-19 lorsqu'un excavateur industriel les a fait remonter à la surface.

La province de Mazandaran, au sud de la mer Caspienne, a été l'une des provinces iraniennes les plus touchées par la pandémie de coronavirus et elle est toujours classée comme «zone rouge» par le Ministère de la Santé et de l'Éducation médicale . L'historien Mehdi Izadi, chef adjoint du Ministère du Patrimoine Culturel, Organisation du Tourisme et de l'Artisanat dans la province de Mazandaran, qui est lui-même originaire du village de Paji, a déclaré que le protocole iranien pour l'enterrement des victimes de COVID-19 nécessite de creuser à une profondeur de 3 mètres (9,8 pieds) mais dans ce cas « les anciens vestiges ont été découverts à une profondeur de 2,5 mètres (8,2 pieds).

À gauche : des archéologues fouillant le site. À droite : une partie de l'épée et des restes squelettiques du guerrier parthe déterrés sur le site. (Radiofarda)

Guerrier parthe armé jusqu'aux dents

Situés dans les montagnes d'Alborz à proximité de l'ancienne Hécatomopylos (« cent portes »), les sites archéologiques actuels de Damghan et Tepe Hissar datant du 5 e millénaire avant JC, le petit village de Paji a une population de moins de cinq cents personnes. Il y a deux ans, lors de travaux d'agrandissement dans le même ancien site de sépulture, le squelette d'une jeune fille a été découvert enterré dans une jarre en terre cuite avec des colliers et des bracelets en bronze, datant de 5000 ans.

L'historien Mehdi Izadi était présent aux funérailles de la victime du COVID-19, et il a dit Radio Farda que "des parties d'un squelette, une épée, un carquois et des flèches, un poignard, un bouclier et un récipient en terre" ont été déterrés, remontant à la période parthe (arsacide), ce qui suggère qu'il s'agissait du squelette d'un guerrier parthe.

Une partie de l'épée, des restes squelettiques et le récipient en terre trouvés dans la tombe du guerrier parthe. (Téhéran Times)

Un empire ancien et étendu

L'empire parthe, également connu sous le nom d'empire arsacide, était une puissance politique et culturelle majeure dans l'ancien Iran entre 247 av. après avoir conquis la région de la Parthie. Situé sur la route commerciale de la Route de la Soie entre l'Empire romain de la Méditerranée et la dynastie Han de Chine, l'Empire parthe qui a suivi s'étendait de ce qui est aujourd'hui le centre-est de la Turquie à l'est de l'Iran.

L'art, l'architecture, les croyances religieuses et les traditions culturelles parthes contenaient des éléments des cultures grecques, persanes, hellénistiques et régionales antiques, et avec l'expansion du pouvoir arsacide, leur gouvernement central est passé de la ville de Nisa à Ctesiphon, située le long du Tigre vers le au sud de l'actuelle Bagdad, en Irak.

Une cavalerie montée redoutée et respectée

L'armée parthe était principalement composée de nobles ( azat) et leurs sujets, mais aussi des mercenaires payés en temps de guerre, et Shahbazi, l'entrée de A. Shapur, ‘ Armée i. Iran préislamique ', dans le 1986 Encyclopédie Iranica, dit que les généraux parthes étaient réputés pour terminer les expéditions le plus rapidement possible, afin que les nobles puissent regagner leurs domaines et leurs récoltes. Les forces parthes se composaient de deux principaux types de cavalerie; les cataphractes, une force montée portant une armure de mailles lourdes et le deuxième élément était des archers montés, une cavalerie beaucoup plus légère et plus mobile qui utilisait des arcs composites pour tirer sur les ennemis tout en chevauchant et en faisant face à la direction opposée. Connu sous le nom de "tir parthe, dans le livre de Maria Brosius en 2006, Les Perses : une introduction , cette méthode de guerre est décrite comme une « ancienne tactique militaire très respectée ».

  • Religion achéménide : éclairer l'esprit de la Perse antique
  • L'ancienne ville de Suse en Iran est un trésor mondial
  • Enterrée sous le sable, la ziggourat de Jiroft pourrait être la plus grande et la plus ancienne de son genre au monde

Tuer les coups des Easy Riders

Concernant cette tactique, le Encyclopédie antique nous dit que les guerriers parthes montés "tournaient autour de leur cheval lors d'un engagement militaire - pour attaquer le flanc de la cavalerie poursuivante, pour changer de direction pour aider d'autres guerriers ou pour avoir l'avantage de la maniabilité lors d'un combat en tête-à-tête avec la cavalerie ennemie". Strabon mentionne également que l'autre partie de la supériorité militaire du cavalier parthe était sa "facilité à voyager rapidement" (3.5.15) aidant les archers à tirer des coups constants au grand galop, mais signifiant également que les cavaliers n'étaient pas épuisés par la conduite d'une démarche saccadée. cheval.

Le squelette découvert dans le village de Paji n'avait pas d'arc à poulies ou d'armure de plaques, mais il avait une épée, et s'il s'agissait d'une arme fonctionnelle et non d'un ajout cérémonial ou rituel à la tombe de l'homme, cela suggère qu'il appartenait autrefois à l'infanterie parthe, qui était relativement peu nombreuse, mais leurs rôles n'étaient pas moins importants car ils étaient principalement employés comme gardes de première ligne chargés de protéger les forts parthes.


Un trésor vieux de 3 500 ans exhumé de la tombe du roi guerrier grec

PYLOS, Grèce - Les archéologues de Pylos, dans le sud-ouest de la Grèce, ont fouillé la tombe intacte d'un riche roi guerrier de l'âge du bronze enterré il y a environ 3 500 ans, dans une découverte que le co-chef de l'équipe a salué comme "l'un des plus magnifiques démonstrations de richesses préhistoriques découvertes en Grèce continentale au cours des 65 dernières années.”

Le ministère grec de la Culture a annoncé la découverte du trésor, qui contenait plus de 1 400 objets, dont une épée en bronze de trois pieds de long avec une poignée en ivoire, quatre bagues en or massif - plus que ce que l'on trouve dans n'importe quel autre enterrement ailleurs en Grèce — et peignes et sculptures en ivoire, représentant des griffons et un lion.

Également dans la tombe du puits se trouvait un collier unique de fils d'or en forme de boîte, de gobelets en or et en argent, et plus de 50 sceaux finement sculptés - fabriqués dans le style de la culture minoenne de la grande île de Crète, au sud-est et #8212 représentant des déesses, des roseaux, des autels, des lions et des hommes sautant par-dessus des taureaux.

La découverte a étonné et enthousiasmé la communauté archéologique, à la fois pour la rare richesse du trésor et les informations qu'il promet de révéler sur le monde antique à l'aube de la civilisation européenne.

"Nous ne nous attendions certainement pas à trouver quelque chose comme ça", a déclaré Sharon Stocker qui, avec son mari Jack Davis, a dirigé l'équipe d'archéologues de l'Université de Cincinnati pour découvrir le site.

« Nous ne cherchions pas de tombes en premier lieu et trouver une tombe non pillée est extrêmement rare. C'est vraiment phénoménal.”

Près du Palais de Nestor

L'équipe creusait à environ 150 mètres du palais de Nestor dans l'ancienne Pylos, un centre important de la Grèce mycénienne mentionné dans l'Odyssée d'Homère, lorsqu'ils ont découvert la tombe à puits intacte, qui précède le palais de plusieurs siècles.

La richesse des objets trouvés dans le site de sépulture unique "dans une zone où les sites de sépultures multiples étaient la norme" était une "situation pratiquement unique dans tout le monde égéen", a déclaré Davis à CNN.

La découverte promettait de faire la lumière sur la façon dont la civilisation la plus développée de la Crète à l'époque, la première civilisation avancée de l'Europe, informerait ce qui allait devenir la culture des palais mycéniens sur le continent.

Par exemple, la grande quantité de phoques trouvés sur le site semble avoir été produit en Crète, où ils ont joué un rôle fonctionnel important dans la culture bureaucratique de l'île. Leur présence sur le continent, des siècles avant l'émergence d'une culture de palais, suggérait que pour le roi-guerrier, ils avaient une signification différente et étaient probablement collectés "pour leur nature précieuse, leur nature exotique et leur contenu idéographique", a déclaré Davis. .

"Ce sont les informations contextuelles "ce qui a été trouvé où et avec quoi" qui nous donne les outils dont nous avons besoin pour démêler le sens que ces objets auraient eu pour la communauté qui les a enterrés avec lui.& #8221

Les prédécesseurs de l'équipe à l'Université de Cincinnati ont des références impressionnantes dans la région. Carl Blegen, un archéologue réputé de l'institution, a localisé pour la première fois le palais de Pylos en 1939.

Alors qui était l'homme dans la tombe ?

"Jusqu'à présent, nous n'avons aucune idée de l'identité de cet homme", a déclaré Stocker, à part qu'il était quelqu'un de très important et de très riche.

« Nous examinons une période en Grèce où les gens étaient généralement enterrés avec des objets en céramique, mais cet homme était si riche qu'il n'y avait pas de céramique. Il a été enterré avec du bronze, de l'argent et de l'or.”

Ses os montraient qu'il avait une stature robuste, ce qui, avec les objets martiaux trouvés dans la tombe, suggérait qu'il était un guerrier, a-t-elle déclaré, même s'il aurait pu aussi être un prêtre, comme de nombreux objets trouvés. avec lui avait une signification rituelle.

La découverte a également offert des indices pour comprendre le genre à l'époque. “Ici, nous avons un homme enterré avec des peignes, des colliers et un miroir en bronze. S'il s'agissait d'une tombe à sépultures multiples contenant des femmes, nous supposerions que ces objets appartenaient aux femmes », a-t-elle déclaré.

La secrétaire générale du ministère de la Culture de la Grèce, Maria Vlazaki, a déclaré que la découverte montrait "l'immense richesse de l'histoire et de la civilisation de la Grèce et nous rappelle de temps en temps qu'une autre découverte extraordinaire, comme cette tombe, verra la lumière de jour.”

Elle a dit qu'il était "extrêmement rare qu'une tombe non pillée d'une telle importance soit déterrée".

« Les découvertes sont très impressionnantes, tout comme l'échelle de richesse qu'elles affichent sur la personne qui y est enterrée. Trouver autant d'or et d'argent est très inhabituel.”

Dylan Rogers, directeur adjoint de l'American School of Classical Studies à Athènes, a déclaré que la découverte du site était le sujet de discussion de la communauté archéologique depuis un certain temps.

« Nous en avons tous entendu parler ici à Athènes et nous avons dû garder un verrou dessus », a-t-il déclaré.

« Ceci est unique en ce sens qu'il s'agit de l'un des plus grands assemblages de ce matériau de l'âge du bronze qui a été trouvé depuis longtemps. »


Un événement virtuel a eu lieu lundi soir.

Les partisans ont déclaré qu'ils encourageaient le conseil municipal de Southampton à mettre en œuvre une législation exigeant que des enquêtes archéologiques approfondies soient menées dans l'ensemble des collines de Shinnecock avant toute perturbation du sol ou excavation, avec effet immédiat.

Avec l'aimable autorisation de Minerva Perez.

"Cette législation devrait empêcher de nouvelles profanations après la découverte des restes en exigeant des sanctions pour les personnes qui ne signalent pas leurs découvertes. Une telle législation aidera à préserver d'autres terres à Southampton, à lutter contre le génocide historique en cours de la culture autochtone, à empêcher la profanation de lieux de sépulture, et réduire les complications de la découverte après l'enterrement", a déclaré une lettre de ceux qui demandent le moratoire.

« Les Shinnecock sont sur ces terres depuis 10 000 ans et y restent aujourd'hui en tant qu'amis et voisins, propriétaires d'entreprise, employés, anciens combattants, enseignants et employés municipaux. Leur histoire doit être honorée et respectée. La nation Shinnecock et son peuple méritent d'être reconnus. et leurs cimetières et lieux de sépulture méritent d'être protégés. Ne pas le faire serait perpétuer l'histoire de l'île de colonisation et de déshumanisation des peuples autochtones de cette terre », poursuit la lettre.

En janvier, une foule de plus de 100 personnes était solidaire des membres de la nation indienne Shinnecock engagés dans le rassemblement en cours pour sauver leurs cimetières ancestraux du développement dans les Hamptons.

Selon Tela Troge, membre de la nation indienne Shinnecock, des partisans sont arrivés de tribus sœurs ainsi que de divers groupes.

"Nous avons réussi à bloquer l'entrée de quelques gros équipements de pelle sur le site. Aucun travail de construction n'a eu lieu aujourd'hui", a déclaré Troge à l'époque.

Plus tôt dans l'année, un grand panneau d'affichage électronique érigé par la nation indienne Shinnecock sur Sunrise Highway qui a suscité le tollé de certains élus et résidents a été illuminé comme un symbole de la lutte de la tribu pour protéger ses anciens cimetières ancestraux du développement.

Le panneau disait: "Stop à la profanation des collines de Shinnecock", accompagné d'une photo d'une manifestation en cours depuis des mois, avec des membres de la nation indienne Shinnecock s'exprimant pour mettre fin à la profanation du lieu de sépulture sacré de leurs ancêtres par un développement donné le feu vert par Southampton Town.

« Nous sommes en mesure de faire passer notre message de manière importante maintenant sur notre panneau de monument tribal ! » a déclaré le vice-président de la nation Shinnecock, Lance Gumbs, sur Facebook. "Ne vous taisez plus !"

Pendant des années, des membres de la nation Shinnecock ont ​​crié contre le développement de leurs cimetières ancestraux en 2018, sur un site de Hawthorne Road à Shinnecock Hills, des membres de la tribu ont déclaré que la tombe d'un ancêtre avait été profanée lorsqu'un crâne, des os et une bouteille en verre du XVIIIe siècle ont été exhumés lors de la construction d'une maison à quelques minutes de la réserve.

La manifestation de janvier, a déclaré Gumbs, était organisée pour sensibiliser le public à "une nouvelle fouille dans les collines dont nous aurions dû être informés. Après la profanation de Hawthorne Road, un engagement verbal a été pris pour informer la nation de toute perturbation future dans notre a effrayé Shinnecock Hills alors que des travaux étaient en cours pour adopter une législation qui protégerait nos sites effrayants qui sont répertoriés sur la carte des sites sensibles de Shinnecock Hills avec la ville depuis des années », a-t-il déclaré.

Après la découverte des restes en 2018, la ville de Southampton a fermé l'achat de la propriété où les restes humains ont été retrouvés l'année dernière, la nation indienne Shinnecock a collecté 50 000 $ supplémentaires pour la restauration et la préservation du lieu de sépulture, ont déclaré des responsables.

Et maintenant, a déclaré Gumbs, un autre lieu de sépulture ancestral sacré est menacé de profanation. "C'est l'une des propriétés qui a été inscrite et c'était une priorité pour nous que le Fonds de préservation communautaire essaie d'acheter et de préserver", a-t-il déclaré. "Évidemment, encore une fois, comme tout au long de nos 400 ans d'histoire, les paroles des dirigeants de la ville n'ont aucun sens lorsqu'il s'agit de tenir leurs promesses envers la nation Shinnecock."

Le superviseur de la ville de Southampton, Jay Schneiderman, a répondu : « Le peuple Shinnecock considère cette zone comme le lieu de sépulture de ses ancêtres. La ville a donné la priorité aux zones de Shinnecock Hills pour la préservation. Nous travaillons avec le propriétaire foncier et les chefs tribaux pour résoudre ce problème.

Schneiderman a déclaré qu'il parrainait le projet de loi pour le moratoire et pour la loi sur la protection des tombes. et il s'attend à ce que le conseil puisse voter mardi sur les deux résolutions.

Selon Troge, des manifestations ont eu lieu à Sugar Loaf, situé sur l'autoroute Montauk à Shinnecock Hills, et se poursuivront jusqu'à l'arrêt de la construction et de la construction.

"Sugar Loaf est une zone environnementale critique désignée par l'État de New York et la ville de Southampton", a-t-elle déclaré. "C'est le site de la zone de sépulture la plus sacrée de Shinnecock dans les collines de Shinnecock et le site du fort de l'ère Shinnecock Contact."

La parcelle en question, située sur l'autoroute Montauk, a déclaré Troge, se trouve directement dans la zone CEA. Selon le permis de construire, les plans prévoient une résidence unifamiliale de deux étages avec un garage attenant pour trois voitures, un porche, une terrasse, un foyer et un sous-sol non aménagé.

Un constructeur Town & Country, dont le panneau est affiché sur la propriété, n'a pas pu être immédiatement contacté pour commenter.

"Le promoteur prévoit de construire une maison d'habitation à deux étages sur ce site sacré et ce cimetière", a-t-elle déclaré. « Le fait que la ville de Southampton ait autorisé un lotissement et délivré un permis de construire sans consultation avec la nation Shinnecock montre qu'elle ne respecte pas nos intérêts à sauver ce qui reste de nos collines sacrées de Shinnecock – et en particulier de Sugar Loaf Hill », a déclaré Troje.

La Nation travaille en étroite collaboration avec le procureur de la ville de Southampton et le directeur du Fonds de préservation communautaire pour préserver le site et sauver ce qui reste, a-t-elle ajouté.

D'autres ont protesté contre le développement. "Il est dans la nature des Amérindiens de résoudre pacifiquement les problèmes de conflit, des incidents comme Wounded Knee aux manifestations les plus récentes au Dakota Access Pipeline", a déclaré Bryan Downey, qui a photographié la tribu Shinnecock ces dernières années. "Je travaille avec les peuples autochtones depuis plus de six ans maintenant et je soutiens toujours que leur voix seule suffit à avoir un impact sur cette nation. Les Shinnecock ne changeront pas leurs manières, pas plus que nous ne changerons les nôtres. Dans un parfait monde, un consultant en développement autochtone devrait être impliqué dans chaque excavation dans la région du canton de Southampton. Le consultant donnera ou non le feu vert pour ce projet particulier.

La lutte de la tribu Shinnecock pour protéger leurs lieux de sépulture sacrés était au centre d'un récent documentaire de PBS, "Conscience Point".


Une énorme mise à jour de Windows 11 révélée – et cela fait ressembler votre PC à un Apple Mac

Suis le soleil

Prestations de service

©News Group Newspapers Limited en Angleterre No. 679215 Siège social : 1 London Bridge Street, Londres, SE1 9GF. "The Sun", "Sun", "Sun Online" sont des marques déposées ou des noms commerciaux de News Group Newspapers Limited. Ce service est fourni selon les conditions générales standard de News Group Newspapers' Limited conformément à notre politique de confidentialité et de cookies. Pour vous renseigner sur une licence de reproduction de matériel, visitez notre site de syndication. Consultez notre dossier de presse en ligne. Pour d'autres demandes, contactez-nous. Pour voir tout le contenu sur The Sun, veuillez utiliser le plan du site. Le site Web de Sun est réglementé par l'Independent Press Standards Organization (IPSO)

Nos journalistes s'efforcent d'être précis, mais nous commettons parfois des erreurs. Pour plus de détails sur notre politique de réclamation et pour déposer une réclamation, veuillez cliquer ici.


Contrôle accru

Presque aussitôt que les résultats génétiques ont été publiés, les chercheurs ont commencé à remettre en question l'interprétation selon laquelle la femme était une guerrière. L'un des plus gros problèmes est que le corps lui-même ne porte aucun signe des traumatismes généralement associés à la bataille.

Par exemple, Judith Jesch, directrice du Center for the Study of the Viking Age à l'Université de Nottingham en Angleterre, a exprimé son scepticisme quant à certaines des conclusions de l'article.

Par exemple, sur son blog, Jesch a critiqué l'utilisation d'une version antérieure de son travail sur les femmes guerrières, qui a été écrite davantage pour la consommation populaire, sans faire référence à ses travaux plus récents, plus approfondis et plus académiques.

"Les femmes guerrières et/ou les Valkyries et/ou les Shield Maiden (elles sont souvent confondues) ne sont pas seulement des 'phénomènes mythologiques' comme l'affirment les auteurs, mais se rapportent à tout un ensemble d'idées qui imprègnent la littérature, la mythologie et idéologie, sans nécessairement fournir de preuves directes pour les femmes guerrières dans la « vraie vie », a écrit Jesch dans son article de blog.

Un autre problème est que bon nombre de ces sites ont été fouillés dans les années 1800, il peut donc être difficile de déterminer quels "sacs d'os" appartiennent à quelles sépultures, a ajouté Jesch.

Bien sûr, les hommes qui sont enterrés avec des vêtements de guerre similaires sont rarement considérés comme autre chose que des guerriers, a déclaré Hedenstierna-Jonson dans une interview au magazine Science. De plus, peu de tombes de Birka ont des squelettes qui ont subi un traumatisme aigu, ce qui suggère que certains des guerriers de cette ville commerçante pourraient avoir été des guerriers plus en titre qu'en pratique, ont écrit les chercheurs.

Quoi qu'il en soit, les chercheurs appellent à utiliser le même niveau de preuve avec les tombes masculines et féminines.

"Les armes déterminent-elles nécessairement un guerrier ? L'interprétation des objets funéraires n'est pas simple, mais il faut souligner que l'interprétation doit être faite de la même manière, quel que soit le sexe biologique de la personne inhumée », ont écrit les chercheurs dans l'article.


Un trésor vieux de 3 500 ans exhumé de la tombe du roi guerrier grec

PYLOS, Grèce - Les archéologues de Pylos, dans le sud-ouest de la Grèce, ont fouillé la tombe intacte d'un riche roi guerrier de l'âge du bronze enterré il y a environ 3 500 ans, dans une découverte que le co-chef de l'équipe a salué comme "l'un des plus magnifiques démonstrations de richesses préhistoriques découvertes en Grèce continentale au cours des 65 dernières années.”

Le ministère grec de la Culture a annoncé la découverte du trésor, qui contenait plus de 1 400 objets, dont une épée en bronze de trois pieds de long avec une poignée en ivoire, quatre bagues en or massif - plus que ce que l'on trouve dans n'importe quel autre enterrement ailleurs en Grèce — et peignes et sculptures en ivoire, représentant des griffons et un lion.

Également dans la tombe du puits se trouvait un collier unique de fils d'or en forme de boîte, de gobelets en or et en argent, et plus de 50 sceaux finement sculptés - fabriqués dans le style de la culture minoenne de la grande île de Crète, au sud-est et #8212 représentant des déesses, des roseaux, des autels, des lions et des hommes sautant par-dessus des taureaux.

La découverte a étonné et enthousiasmé la communauté archéologique, à la fois pour la rare richesse du trésor et les aperçus qu'il promet de révéler du monde antique à l'aube de la civilisation européenne.

"Nous ne nous attendions certainement pas à trouver quelque chose comme ça", a déclaré Sharon Stocker qui, avec son mari Jack Davis, a dirigé l'équipe d'archéologues de l'Université de Cincinnati pour découvrir le site.

« Nous ne cherchions pas de tombes en premier lieu et trouver une tombe non pillée est extrêmement rare. C'est vraiment phénoménal.”

Près du Palais de Nestor

L'équipe creusait à environ 150 mètres du palais de Nestor dans l'ancienne Pylos, un centre important de la Grèce mycénienne mentionné dans l'Odyssée d'Homère, lorsqu'ils ont découvert la tombe à puits intacte, qui précède le palais de plusieurs siècles.

La richesse des objets trouvés dans le site de sépulture unique "dans une zone où les sites de sépultures multiples étaient la norme" était une "situation pratiquement unique dans tout le monde égéen", a déclaré Davis à CNN.

La découverte promettait de faire la lumière sur la façon dont la civilisation la plus développée de la Crète à l'époque, la première civilisation avancée de l'Europe, informerait ce qui allait devenir la culture des palais mycéniens sur le continent.

Par exemple, la grande quantité de phoques trouvés sur le site semble avoir été produit en Crète, où ils ont joué un rôle fonctionnel important dans la culture bureaucratique de l'île. Leur présence sur le continent, des siècles avant l'émergence d'une culture de palais, suggérait que pour le roi-guerrier, ils avaient une signification différente et étaient probablement collectés "pour leur nature précieuse, leur nature exotique et leur contenu idéographique", a déclaré Davis. .

"Ce sont les informations contextuelles "ce qui a été trouvé où et avec quoi" qui nous donne les outils dont nous avons besoin pour démêler le sens que ces objets auraient eu pour la communauté qui les a enterrés avec lui.& #8221

Les prédécesseurs de l'équipe à l'Université de Cincinnati ont des références impressionnantes dans la région. Carl Blegen, un archéologue réputé de l'institution, a localisé pour la première fois le palais de Pylos en 1939.

Alors qui était l'homme dans la tombe ?

"Jusqu'à présent, nous n'avons aucune idée de l'identité de cet homme", a déclaré Stocker, à part qu'il était quelqu'un de très important et de très riche.

« Nous regardons une période en Grèce où les gens étaient généralement enterrés avec des objets en céramique, mais cet homme était si riche qu'il n'y avait pas de céramique. Il a été enterré avec du bronze, de l'argent et de l'or.”

Ses os montraient qu'il avait une stature robuste, ce qui, avec les objets martiaux trouvés dans la tombe, suggérait qu'il était un guerrier, a-t-elle déclaré, même s'il aurait pu aussi être un prêtre, comme de nombreux objets trouvés. avec lui avait une signification rituelle.

La découverte a également offert des indices pour comprendre le genre à l'époque. “Ici, nous avons un homme enterré avec des peignes, des colliers et un miroir en bronze. S'il s'agissait d'une tombe à sépultures multiples contenant des femmes, nous assumerions ces objets pour les femmes », a-t-elle déclaré.

La secrétaire générale du ministère de la Culture de la Grèce, Maria Vlazaki, a déclaré que la découverte montrait "l'immense richesse de l'histoire et de la civilisation de la Grèce et nous rappelle de temps en temps qu'une autre découverte extraordinaire, comme cette tombe, verra la lumière de jour.”

Elle a dit qu'il était "extrêmement rare qu'une tombe non pillée d'une telle importance soit déterrée".

« Les découvertes sont très impressionnantes, tout comme l'échelle de richesse qu'elles affichent sur la personne qui y est enterrée. Trouver autant d'or et d'argent est très inhabituel.”

Dylan Rogers, directeur adjoint de l'American School of Classical Studies à Athènes, a déclaré que la découverte du site était le sujet de discussion de la communauté archéologique depuis un certain temps.

« Nous en avons tous entendu parler ici à Athènes et nous avons dû garder un verrou dessus », a-t-il déclaré.

« Ceci est unique en ce sens qu'il s'agit de l'un des plus grands assemblages de ce matériau de l'âge du bronze qui a été trouvé depuis longtemps. »


FERMERGEDDON

Fourgon couvert de lisier après que le chauffeur s'est garé devant l'entrée de la ferme et est allé chercher une pinte

Les cas de Covid dépassent les 9 000 pour la première fois depuis février alors que la souche Delta se propage

Moment où l'adolescent est poignardé devant la mère et le tout-petit avant l'attaquant de la voiture


Assurez-vous que vos tests ADN sont connectés aux arbres sur MyHeritage

Alors que je me préparais pour le séminaire gratuit « Turning AutoClusters into Solutions at MyHeritage » le lundi 24 mai à 14 h 00 HAE (États-Unis), j'ai réalisé quelque chose de TRÈS important que j'aimerais partager avec vous – en avance.

D'ailleurs, pour regarder la présentation en direct, il suffit de cliquer sur la page Facebook MyHeritage, ici quelques minutes avant 2. Si vous êtes occupé, MyHeritage enregistrera la session et vous pourrez la regarder à votre convenance.

Télécharger des tests familiaux

Il est toujours important de tester les membres de la famille ou de télécharger des fichiers ADN sur MyHeritage s'ils ont déjà testé ailleurs. Vous pouvez facilement télécharger des tests supplémentaires d'autres fournisseurs sur MyHeritage, ici.

Besoin d'instructions pour télécharger à partir d'autres fournisseurs ou télécharger sur MyHeritage ? Vous pouvez trouver des instructions étape par étape, ici.

L'un de vos meilleurs indices sera de savoir qui d'autre les membres de votre cluster correspondent. Les parents connus sont un indice énorme!

J'ai fait tout ça, mais j'ai <ahem> négligé une étape très importante après le téléchargement.

Connectez le test ADN à la bonne personne dans l'arbre approprié

Je n'ai aucune idée de comment j'ai réussi à NE PAS faire cela, mais je ne l'ai pas fait et j'ai fait cette découverte en travaillant sur mes clusters.

  • En vérifiant les tests ADN que je gère chez MyHeritage, j'ai réalisé qu'aucun d'entre eux n'avait de théories de la relativité familiale. Hmmm, c'est étrange, car certains d'entre eux sont mes proches et j'ai des théories de la relativité familiale. Ils devraient aussi, étant donné que nous utilisons le même arbre.
  • Ensuite, j'ai vérifié que tous ces tests étaient connectés à mon arbre. Bien, non ?

Ces deux faits, ensemble, n'avaient pas de sens, alors j'ai enquêté plus avant et j'ai réalisé que d'une manière ou d'une autre, j'avais réussi à créer une seule entrée pour chaque personne, déconnectée de tous les autres dans mon arbre. Cette personne seule est à qui le kit ADN était connecté, mais à personne d'autre dans mon arbre.

Comment ai-je fait cette découverte ?

Plus important encore, comment pouvez-vous vérifier chacun des tests que vous gérez pour vous assurer qu'ils sont correctement connectés ?

Même si vous êtes SR de les avoir connectés, veuillez vérifier. J'ai découvert que je les avais connectés, en quelque sorte. Mais pas correctement.

Examinons chaque étape afin que vous puissiez également vérifier.

Vos tests sont-ils connectés ?

En haut de la page de votre compte, sélectionnez Family Tree.

Si vous avez téléchargé plusieurs arbres généalogiques, assurez-vous de sélectionner l'arbre généalogique CORRECT où la personne doit être connectée.

Si vous êtes lié à cette personne par le sang, il est préférable de les connecter au bon endroit dans VOTRE arbre généalogique. Si vous n'êtes pas lié à eux par le sang, comme une belle-famille ou un conjoint ou quelqu'un d'autre, vous pouvez soit les connecter au bon endroit dans votre arbre, soit télécharger un arbre séparé pour eux. Par exemple, mon conjoint et moi n'avons pas d'enfants ensemble, donc il n'y aura jamais personne qui partage à la fois notre ADN ou nos ancêtres. J'ai téléchargé un arbre séparé pour sa famille afin que sa famille puisse voir les membres de l'arbre qui ne concernent que lui.

Après avoir cliqué sur Arbre généalogique, sur le côté gauche, vous verrez le nom de l'arbre et la flèche vers le bas. Si vous cliquez sur la flèche vers le bas, l'arbre actif est affiché en orange et les autres arbres que vous avez téléchargés sont en gris.

Assurez-vous que l'arbre auquel la personne doit être connectée est l'arbre actif en cliquant sur l'arbre approprié.

Trouver la personne

À l'extrême droite de votre page d'arborescence, tapez le nom de la personne dont vous gérez le test, par le nom indiqué sur le test.

Si la personne n'est PAS connectée à une famille dans votre arbre, vous verrez quelque chose comme la vue ci-dessus qui montre son nom mais aucune relation appropriée. L'élément flou sous le nom de Charlene est l'année de sa naissance en fonction de ce qui a été entré lors du téléchargement du kit.

Si la personne EST correctement connectée, vous verrez la bonne relation avec vous.

Si la relation de votre parent vous est indiquée de manière appropriée, cliquez ensuite sur le nom de cette personne pour vous assurer que vous avez connecté le kit ADN à cette personne.

Lorsque vous cliquez sur cette personne, vous verrez son nom affiché à sa position dans l'arbre, ainsi que le symbole ADN.

Si vous NE voyez PAS de symbole ADN sur leur pancarte d'arbre, cela peut signifier que vous êtes dans le mauvais arbre. Cela signifie certainement qu'il n'y a pas de kit ADN attaché au profil de cette personne dans cet arbre.

Par exemple, mon mari est dans mon arbre et dans son propre arbre, mais son ADN lui est connecté dans son propre arbre, pas « lui » dans mon arbre. Son nom dans son arbre a une icône ADN et son nom dans mon arbre n'en a pas. Si je le connectais accidentellement à son nom dans mon arbre, il n'aurait aucun outil génétique basé sur l'arbre car ses ancêtres ne sont pas dans mon arbre.

Symbole de l'ADN mais pas de famille

Si vous voyez un symbole ADN sur leur pancarte dans l'arbre, mais pas de parents ou de membres de la famille, vous avez probablement fait ce que j'ai fait. La pauvre Charlene était connectée à sa propre carte dans mon arbre, mais pas à la Charlene à laquelle elle appartenait. J'avais apparemment créé un espace réservé rapide pour elle, puis j'avais oublié ce que j'avais fait.

Quand j'ai vu que Charlene n'avait pas de famille, l'ampoule s'est allumée et j'ai tout de suite su ce qui s'était passé. Bien sûr, cela signifie que vous devez construire votre arbre sur ce cousin afin de les connecter de manière appropriée.

Il est facile de connecter un kit de test ADN à un profil dans un arbre.

Sous ADN, cliquez sur « Gérer les kits ADN ».

Vous verrez que la personne a été affectée à un nom. C'est ce qui m'a déconcerté, car ils étaient liés à un nom, mais je n'avais PAS correctement connecté ce profil à ses parents (et à sa famille) dans l'arbre. Je suppose que j'étais pressé et j'ai pensé que je les connecterais correctement plus tard.

Encore une fois, assurez-vous d'afficher l'arborescence appropriée avant de terminer cette étape suivante.

Cliquez sur les trois petits points et vous verrez « Réattribuer le kit à une autre personne ». Cliquez sur ce lien.

Commencez à taper le nom de la personne dont vous souhaitez associer le kit de test ADN à un profil.

Vous verrez la bonne personne, en supposant que vous ayez ajouté cette personne dans votre arbre. Click on that person and then Save.

If the correct person isn’t in your tree yet, just build the tree from Charlene’s stand-alone profile to the proper ancestor.

Reap the Harvest!

Now, you’ll begin to reap ALL the rewards of having your relatives test. Their kits will receive matches, hints, Theories of Family Relativity and AutoClusters that you won’t, because they will match different people that you don’t.

You’ll be able to utilize their clusters from your side of their tree just as effectively as your own. In some cases, their tests will be more valuable than your own because they have DNA from your common ancestors that you didn’t inherit. This is especially true for people who are a generation or two closer to your common ancestor.

Whose tests can you upload, with permission of course?

Be sure those kits are properly connected.

See you all tomorrow on MyHeritage Facebook LIVE to learn about Turning AutoClusters into Solutions.

I receive a small contribution when you click on some of the links to vendors in my articles. This does NOT increase the price you pay but helps me to keep the lights on and this informational blog free for everyone. Please click on the links in the articles or to the vendors below if you are purchasing products or DNA testing.

DNA Purchases and Free Transfers

    – Y, mitochondrial and autosomal DNA testing – Autosomal DNA test – Transfer your results from other vendors free – Autosomal DNA test – Autosomal DNA only, no Health

Genealogy Products and Services

    – Genealogy software for your computer – Genealogy and DNA classes, subscription-based, some free – Genealogy software for your computer – Charts and Reports to use with your genealogy software or FamilySearch – Genealogy software for your computer

Genealogy Research

Partagez ceci :

Comme ça:


FARMERGEDDON

Van covered in slurry after driver parked across farm entrance & went for pint

Covid cases pass 9k for the first time since February as Delta strain spreads

Moment teen is knifed in front of mum and toddler before car 'rams' attacker


10 extraordinary burial ceremonies from around the world

THE MODERN DICTIONARY defines the word ‘burial’ as placing a body in the ground.

But burying the deceased was not always the case.

Just as primitive man has long worshiped the four elements of Earth, Sky, Water, and Fire, so too have these elements taken their place in burial practices as diverse as the different tribes of the earth.

The way mankind deals with its dead says a great deal about those left to carry on. Burial practices are windows to a culture that speak volumes about how it lives.

As we are told in Genesis, man comes from dust, and returns to it. We have found many different ways to return. Here are 10 that I found particularly fascinating:

Air Sacrifice – Mongolia

Lamas direct the entire ceremony, with their number determined by the social standing of the deceased. They decide the direction the entourage will travel with the body, to the specific day and time the ceremony can happen.

Mongolians believe in the return of the soul. Therefore the lamas pray and offer food to keep evil spirits away and to protect the remaining family. They also place blue stones in the dead persons bed to prevent evil spirits from entering it.

No one but a lama is allowed to touch the corpse, and a white silk veil is placed over the face. The naked body is flanked by men on the right side of the yurt while women are placed on the left. Both have their respective right or left hand placed under their heads, and are situated in the fetal position.

The family burns incense and leaves food out to feed all visiting spirits. When time comes to remove the body, it must be passed through a window or a hole cut in the wall to prevent evil from slipping in while the door is open.

The body is taken away from the village and laid on the open ground. A stone outline is placed around it, and then the village dogs that have been penned up and not fed for days are released to consume the remains. What is left goes to the local predators.

The stone outline remains as a reminder of the person. If any step of the ceremony is left out, no matter how trivial, bad karma is believed to ensue.

Sky Burial – Tibet

This is similar to the Mongolian ceremony. The deceased is dismembered by a rogyapa, or body breaker, and left outside away from any occupied dwellings to be consumed by nature.

To the western mind, this may seem barbaric, as it did to the Chinese who outlawed the practice after taking control of the country in the 1950s. But in Buddhist Tibet, it makes perfect sense. The ceremony represents the perfect Buddhist act, known as Jhator. The worthless body provides sustenance to the birds of prey that are the primary consumers of its flesh.

To a Buddhist, the body is but an empty shell, worthless after the spirit has departed. Most of the country is surrounded by snowy peaks, and the ground is too solid for traditional earth internment. Likewise, being mostly above the tree line, there is not enough fuel for cremation.

Pit Burial – Pacific Northwest Haida

Before white contact, the indigenous people of the American northwest coast, particularly the Haida, simply cast their dead into a large open pit behind the village.

Their flesh was left to the animals. But if one was a chief, shaman, or warrior, things were quite different.

The body was crushed with clubs until it fit into a small wooden box about the size of a piece of modern luggage. It was then fitted atop a totem pole in front of the longhouse of the man’s tribe where the various icons of the totem acted as guardians for the spirits’ journey to the next world.

Written history left to us by the first missionaries to the area all speak of an unbelievable stench at most of these villages. Today, this practice is outlawed.

Viking Burial – Scandinavia

We have all seen images of a Viking funeral with the body laid out on the deck of a dragon ship, floating into the sunset while warriors fire flaming arrows to ignite the pyre.

While very dramatic, burning a ship is quite expensive, and not very practical.

What we do know is most Vikings, being a sea faring people, were interred in large graves dug in the shape of a ship and lined with rocks. The person’s belongings and food were placed beside them. Men took their weapons to the next world, while women were laid to rest wearing their finest jewelry and accessories.

If the deceased was a nobleman or great warrior, his woman was passed from man to man in his tribe, who all made love to her (some would say raped) before strangling her, and placing her next to the body of her man. Thankfully this practice is now, for the most part, extinct.

Fire Burial – Bali

On the mostly Hindu Isle of Bali, fire is the vehicle to the next life. The body or Mayat is bathed and laid out on a table where food offerings are laid beside it for the journey.

Lanterns line the path to the persons hut to let people know he or she has passed, and act as a reminder of their life so they are not forgotten.

It is then interred in a mass grave with others from the same village who have passed on until it is deemed there are a sufficient number of bodies to hold a cremation.

The bodies are unearthed, cleaned, and stacked on an elaborate float, gloriously decorated by the entire village and adorned with flowers. The float is paraded through the village to the central square where it is consumed by flames, and marks the beginning of a massive feast to honor and remember the dead.

Spirit Offerings – Southeast Asia

Throughout most of Southeast Asia, people have been buried in the fields where they lived and worked. It is common to see large stone monuments in the middle of a pasture of cows or water buffalo.

The Vietnamese leave thick wads of counterfeit money under rocks on these monuments so the deceased can buy whatever they need on their way to the next life

In Cambodia and Thailand, wooden “spirit houses” sit in front of almost every hut from the poorest to the most elaborate estate. These are places where food and drink are left periodically for the souls of departed relatives to refuel when necessary. The offerings of both countries also ask the spirits of the relatives to watch over the lands and the families left behind.

Predator Burial – Maasai Tribe

The Maasai of East Africa are hereditary nomads who believe in a deity known as Enkai, but this is not a single being or entity.

It is a term that encompasses the earth, sky, and all that dwells below. It is a difficult concept for western minds that are more used to traditional religious beliefs than those of so-called primitive cultures.

Actual burial is reserved for chiefs as a sign of respect, while the common people are simply left outdoors for predators to dispose of, since Maasai believe dead bodies are harmful to the earth. To them when you are dead, you are simply gone. There is no after life.

Skull Burial – Kiribati

On the tiny island of Kiribati the deceased is laid out in their house for no less than three days and as long as twelve, depending on their status in the community. Friends and relatives make a pudding from the root of a local plant as an offering.

Several months after internment the body is exhumed and the skull removed, oiled, polished, and offered tobacco and food. After the remainder of the body is re-interred, traditional islanders keep the skull on a shelf in their home and believe the native god Nakaa welcomes the dead person’s spirit in the northern end of the islands.

Cave Burial – Hawaii

In the Hawaiian Islands, a traditional burial takes place in a cave where the body is bent into a fetal position with hands and feet tied to keep it that way, then covered with a tapa cloth made from the bark of a mulberry bush.

Sometimes the internal organs are removed and the cavity filled with salt to preserve it. The bones are considered sacred and believed to have diving power.

Many caves in Hawaii still contain these skeletons, particularly along the coast of Maui.

Since most of our planet is covered with water, burial at sea has long been the accepted norm for mariners the world over.

By international law, the captain of any ship, regardless of size or nationality has the authority to conduct an official burial service at sea.

The traditional burial shroud is a burlap bag, being cheap and plentiful, and long in use to carry cargo. The deceased is sewn inside and is weighted with rocks or other heavy debris to keep it from floating.

If available, the flag of their nation covers the bag while a service is conducted on deck. The body is then slid from under the flag, and deposited in Davy Jones locker.

In olden days, the British navy mandated that the final stitch in the bag had to go through the deceased person’s lip, just to make sure they really were dead. (If they were still alive, having a needle passed through their skin would revive them).

It is quite possible that sea burial has been the main form of burial across the earth since before recorded history.

The Final Frontier

Today, if one has enough money, you can be launched into space aboard a private commercial satellite and a capsule containing your ashes will be in permanent orbit around the earth.

Perhaps this is the ultimate burial ceremony, or maybe the beginning of a whole new era in which man continues to find new and innovative ways to invoke spirits and provide a safe passage to whatever awaits us at the end of this life.

Any other death ceremonies you’ve encountered? Share your thoughts in the comments!


Voir la vidéo: Une tempête prend au piège des alpinistes sur le mont Elbrouz, 5 morts (Novembre 2021).