Podcasts sur l'histoire

1909 lRévolution au Portugal - Histoire

1909 lRévolution au Portugal - Histoire

1909 Révolution au Portugal

Déclarer la République
Après l'assassinat d'un éminent dirigeant républicain, une révolte éclata contre la monarchie. L'armée et la marine ont mené la révolte. Le roi Manuel II a fui le Portugal pour l'Angleterre. Une République a été déclarée et Teofilo Braga, un auteur de renom, a été nommé président par intérim.

Le ministère espagnol de la Défense a décidé d'activer la troisième brigade mixte de Cazadores pour combattre au Maroc espagnol. La brigade avait cru qu'ils ne seraient plus appelés au service actif, et les membres et leurs familles étaient furieux qu'ils soient appelés. Fin juillet, ils ont commencé à embarquer sur des navires pour les emmener au Maroc. Les spectateurs, dont leurs familles, étaient en colère et raillés alors qu'ils montaient à bord du navire, tandis que l'armée jouait de la musique patriotique.

Le 26 juillet 1909, une grève générale est déclenchée à Barcelone par une coalition comprenant des anarchistes et des socialistes. La violence a immédiatement éclaté lorsque les trains ont été arrêtés, les tramways renversés et les couvents et autres propriétés de l'église ont été incendiés. L'opposition considérait l'église comme l'un de leurs ennemis, estimant que l'église soutenait le statu quo.

La loi martiale a été déclarée et l'armée a fait venir des troupes d'autres régions d'Espagne, croyant que les recrues de la région de Barcelone ne tireraient pas sur les manifestants. L'armée a réussi à réprimer la révolte, après avoir fait huit morts et 124 blessés, tout en tuant entre 104 et 160 civils. Mille sept cents personnes ont été arrêtées. Cinq des personnes arrêtées ont été condamnées à mort, dont Francesc Ferrer, l'un des fondateurs du mouvement de contestation.
L'action du gouvernement a été largement condamnée en Europe. En conséquence, le roi Alphonse XX III a limogé le premier ministre Antonio Maura.


La Première République, 1910-1926

Le nouveau régime a formé un gouvernement provisoire sous la présidence de Teófilo Braga, un écrivain bien connu. Une nouvelle loi électorale a été promulguée, accordant le vote uniquement à un nombre restreint d'hommes adultes. Le gouvernement provisoire a présidé à l'élection d'une assemblée constituante, qui s'est ouverte le 19 juin 1911. La constitution a été adoptée par l'assemblée le 20 août, et le gouvernement provisoire a cédé son autorité quelques jours plus tard (le 24 août) au nouveau président. , Manuel José de Arriaga. Malgré les espoirs initiaux que la république résoudrait les énormes problèmes hérités de la monarchie, le Portugal est rapidement devenu le régime parlementaire le plus turbulent et le plus instable d'Europe occidentale.

Bien qu'une invasion monarchiste menée par Henrique de Paiva Couceiro en octobre 1911 ait échoué, le principal danger pour le nouveau régime provenait de ses divisions internes. Pour le moment, il était assez uni en faveur de l'abolition de la monarchie et du démantèlement de l'Église catholique romaine. Les ordres religieux sont expulsés (8 octobre 1910) et leurs biens confisqués. Une nouvelle législation a interdit l'enseignement de la religion dans les écoles et les universités et a annulé de nombreuses fêtes religieuses. La persécution des catholiques dans les premières années de la république a attiré l'attention internationale et a mis le nouveau système politique en conflit avec les diplomates étrangers, les organisations humanitaires et les journalistes. En effet, bien que le gouvernement ait initié des progrès dans les domaines de l'éducation, de la santé, des libertés civiques et du développement colonial, les résultats positifs ont été anéantis par l'instabilité administrative, les troubles sociaux, la violence publique et l'intervention militaire en politique.

En 1912, les républicains étaient divisés en évolutionnistes (modérés), dirigés par António José de Almeida Unionistes (parti du centre), dirigé par Manuel de Brito Camacho et démocrates (le noyau de gauche du parti d'origine), dirigé par Afonso Costa. Un certain nombre de républicains éminents n'avaient pas de parti spécifique. Le tourbillon de la vie politique républicaine offrit peu d'améliorations par rapport au régime monarchiste et, en 1915, l'armée montra des signes d'agitation. Le général Pimenta de Castro a formé un gouvernement militaire et a permis aux monarchistes de se réorganiser, mais un coup d'État démocrate en mai a conduit à son arrestation et à son envoi aux Açores, avec Machado Santos. Dominé par l'oratoire, la presse partisane et la machine politique de Costa, le régime des démocrates est à son tour renversé par un autre coup d'État militaire sanglant (décembre 1917), mené par l'ancien ministre en Allemagne, le major Sidónio Pais.

La « Nouvelle République » autoritaire et instable du charismatique président Pais n'a pas réussi à apaiser les factions rivales, et son effondrement a précipité une brève guerre civile. Après l'assassinat de Pais à Lisbonne (14 décembre 1918), républicains et monarchistes ont mené une guerre civile (janvier 1919) au cours de laquelle l'effort armé final pour restaurer la monarchie a échoué et le pouvoir politique a été restauré aux démocrates châtiés. Quatre tensions clés caractérisent le système politique troublé de la république : (1) un factionnalisme excessif, (2) la tendance des factions à prêter allégeance aux personnalités plutôt qu'aux idées, aux institutions et à l'intérêt public, (3) la disparité entre les modèles de propriété foncière des le nord (caractérisé par minifundias—petites fermes de subsistance) et le sud (caractérisé par latifundia— de grands domaines exploités par des paysans sans terre), et (4) la concentration du développement économique à Lisbonne, aux dépens des provinces.

Bien qu'officiellement neutre, le Portugal au début de la Première Guerre mondiale avait proclamé son adhésion à l'alliance anglaise (7 août 1914) et le 23 novembre s'était engagé dans des opérations militaires contre l'Allemagne. Le 11 septembre, la première expédition part pour renforcer les colonies africaines et des combats se déroulent dans le nord du Mozambique, à la frontière du Tanganyika (aujourd'hui la Tanzanie), et dans le sud de l'Angola, à la frontière du sud-ouest africain allemand. En février 1916, conformément à une demande de la Grande-Bretagne, le Portugal saisit des navires allemands se trouvant dans les ports portugais et, le 9 mars, l'Allemagne déclara la guerre au Portugal. Un corps expéditionnaire portugais dirigé par le général Fernando Tamagnini de Abreu se rendit en Flandre en 1917 et le 9 avril 1918, les Allemands organisèrent une attaque majeure lors de la bataille de la Lys. Bien que les Alliés aient gagné la guerre et que les colonies portugaises aient été sauvegardées, les 0,75 % de l'indemnité de guerre versée par l'Allemagne au Portugal étaient une maigre compensation pour les coûts élevés encourus à la fois sur le terrain et à l'intérieur, y compris les pertes des campagnes d'Afrique et de l'Occident. Avant, l'aliénation d'une partie du corps des officiers de l'armée, des dettes de guerre paralysantes envers la Grande-Bretagne, une inflation intense et une pénurie de nourriture et de carburant.

L'ancien évolutionniste Almeida est devenu le seul président à terminer son mandat pendant la Première République, mais les cycles de faillite, de corruption, de violence publique et d'insurrection militaire se sont poursuivis. Enfin, le 28 mai 1926, la république parlementaire a été renversée par un coup d'État militaire sans effusion de sang qui a institué ce qui allait devenir le système autoritaire le plus ancien d'Europe occidentale.


La révolution a mis fin au régime de l'Estado Novo

Le régime de l'Estado Novo (Deuxième République) a commencé en 1933 sous la direction du Premier ministre et dictateur António Salazar, après qu'un coup d'État a renversé la Première République de 16 ans. Caractérisé comme un gouvernement autoritaire, c'était une époque de censure et d'oppression et maintenu par une force de « police secrète ». Après que Salazar ait subi un accident vasculaire cérébral, la direction a été transférée à Marcello Caetano qui a régné pendant six ans jusqu'à sa démission après la révolution des œillets.


Urbanisme, architecture et usage de l'espace

En 1930, 80 pour cent de la population vivait dans des villages ruraux, et trente ans plus tard, 77 pour cent de la population était encore rurale. Depuis 1960, l'urbanisation a été alimentée par une importante migration interne des campagnes vers les villes, mais seulement 35,8 de la population était définie comme urbaine en 1996. Les deux grandes villes de Lisbonne et Porto sont toutes deux situées sur la côte.

La marque de fabrique de l'architecture portugaise est azulejos , des carreaux de céramique émaillés qui recouvrent les façades et les intérieurs des églises, des bâtiments gouvernementaux et des maisons privées. Les azulejos ont été introduits par les Maures. Des motifs géométriques et figuratifs sont utilisés, ces derniers représentant souvent des événements historiques ou des scènes religieuses. Le style des azulejos a été introduit au Brésil colonial et en Inde, et a été adopté par les émigrants de retour qui ont construit de nouvelles maisons à travers le paysage du nord et du centre du Portugal comme déclarations sociales de leur succès à l'étranger. Les mosaïques utilisées sur les trottoirs des principales avenues piétonnes de Lisbonne et de Porto ainsi que dans les villes de province s'apparentent aux azulejos. Ces avenues, bordées de cafés et de salons de thé, sont d'importants espaces publics où les gens flânent et discutent. Le stuc dans divers pastels est utilisé sur les bâtiments, y compris les principaux bâtiments gouvernementaux de Lisbonne. L'autre style architectural distinctif est connu sous le nom de manuélin, d'après le roi Manuel I. Il s'agit d'une forme d'ornementation qui mélange des éléments du christianisme avec des cordes, des coquillages et d'autres images aquatiques, reflétant le passé marin de la nation.

Les bâtiments vernaculaires dans les zones rurales utilisent des matériaux locaux. Au nord, les maisons paysannes traditionnelles, souvent à deux étages et au toit de tuiles tubulaires rouges en terre cuite, étaient construites avec d'épais murs de granit. Les animaux étaient gardés au rez-de-chaussée, qui servait également de stockage. Beaucoup de ces maisons avaient des vérandas. Tous avaient un grand foyer dans la cuisine avec une cheminée en surplomb servant à fumer les jambons et les saucisses ainsi que pour cuisiner et chauffer. La cuisine est le centre de l'espace familial privé ces maisons contiennent souvent aussi un salon ( sala ) pour recevoir des invités. Dans le sud, les maisons blanchies à la chaux à un étage et à toit plat avec des bordures bleues autour des fenêtres et des portes sont courantes. Cette forme d'architecture évoque le passé mauresque. Ces maisons, construites pour se protéger de la chaleur estivale, ont d'immenses cheminées et foyers. Depuis les années 1970, de nouveaux logements et de grands complexes d'appartements ont été construits pour accueillir la population urbaine croissante.


L'histoire du Portugal

Cet ouvrage informatif, concis et écrit de manière engageante fournit l'histoire la plus récente du Portugal, actuelle jusqu'en 1999, et donne une image complète des influences politiques, sociales, culturelles et économiques qui ont façonné l'histoire du Portugal. Couvrant la période allant de la conception initiale du Portugal en tant que nation à sa longue histoire, en mettant l'accent sur la période dramatique des dernières décennies, ce volume culmine avec la disparition de la dictature de Salazar et l'indépendance de ses colonies. Complet avec une chronologie pour une référence facile aux événements, de brèves biographies de personnes importantes, des listes de monarques et de chefs d'État et un essai bibliographique, c'est le compagnon idéal pour l'étudiant ou le lecteur intéressé.

En neuf chapitres, Anderson traite de la géographie du Portugal, de ses antécédents préhistoriques, de sa formation en tant que nation et des événements qui en ont autrefois fait un leader mondial en matière d'exploration, de découverte et de puissance impériale. Comment et pourquoi le pays a été entraîné dans l'orbite de son grand voisin, l'Espagne, a perdu une grande partie de son empire, et pourtant a réussi à regagner son indépendance sont examinés, ainsi que les épreuves et les tribulations rencontrées lors de son voyage de la monarchie à la république moderne. La discussion présente les facteurs qui ont fait du Portugal l'une des nations les plus pauvres d'Europe pendant la majeure partie de son existence et les raisons pour lesquelles il comble aujourd'hui, à l'aube du 21e siècle, l'écart économique avec les nations plus riches.


Comment les Portugais célèbrent le 25 avril, la révolution des œillets

Les mots « coup d'État militaire » et « pacifique » ne vont généralement pas de pair, mais ils le font pour décrire la révolution des œillets au Portugal. Chaque année, le 25 avril, le Portugal se souvient de la rébellion non violente qui a mis fin à une dictature de 50 ans et rétabli la démocratie dans le pays. Également connu sous le nom de Journée de la liberté, le 25 avril est devenu une fête nationale célébrée dans tout le pays et en particulier à Lisbonne.

Cette année marque le 43e anniversaire de la Révolution des œillets, lorsque des soldats sont descendus dans la rue pour s'opposer au gouvernement avec des fleurs sortant de leurs armes à feu. Bientôt, ils ont été rejoints par des civils, qui ont partagé leurs idées d'indépendance et d'anticolonialisme. Le régime contre lequel ils protestaient était le Estado Novo (New State en anglais), une administration autoritaire qui s'opposait à la fin du colonialisme et empêchait les citoyens de se prononcer contre le gouvernement.

En l'honneur de la fête, la plupart des entreprises et des bâtiments publics ferment pour la journée tandis que d'autres, y compris certains musées, restent ouverts. Cette année, le Camara Municipal de Lisbonne (Mairie) propose des visites gratuites du bâtiment qui a été construit à la fin du XIXe siècle et considéré comme l'un des nombreux chefs-d'œuvre architecturaux de Lisbonne.

Bien qu'il n'y ait pas de plan de célébration à l'échelle de la ville pour les vacances de cette année, quelques événements auront lieu le 25, avant celui-ci, et au cours des prochains jours. L'un est une série d'ateliers, de débats et de films organisés le week-end précédent au Cinéma de São Jorge sur l'Avenida da Liberdade. L'accent est politique, d'où le nom Festival Politique, et centré sur le rôle et la réaction de la société lors des changements économiques survenus au Portugal au cours de son histoire.

Le lundi 24 avril, le célèbre carré jaune Place du Commerce accueillera un concert musical intitulé «Cançes para Revoluções» ou « Chansons pour la révolution ». Il s'agit d'un autre événement gratuit, qui se déroulera à l'extérieur, au milieu de la place, et débutera à 21h30.

Pendant la Journée de la liberté, les visiteurs sont invités à partager des histoires de la révolution, qu'elles soient personnelles ou d'un parent ou d'un ami, au Dias da Memória un événement. Dias da Memória (Journées de la mémoire) se tiendra dans l'auditorium de la Musée d'Aljube. Le musée présentera également un film documentaire intitulé Vive le Portugal qui montrera des photos illustrant les premiers jours après la révolution.

Pour tous ceux qui souhaitent passer la journée libre à l'extérieur, rendez-vous dans l'un des plus grands parcs de Lisbonne, le Parque Eduardo VII, pour des jeux, des concerts, de l'art urbain, etc.

Lors de votre visite à Lisbonne, prenez un moment pour contempler le Pont 25 de Abril, un pont suspendu nommé en souvenir de la Révolution des œillets.


BIBLIOGRAPHIE

Abshire, David M. et Michael A. Samuels, éd. L'Afrique portugaise : un manuel. New York : Praeger, 1969.

Cann, John P. Contre-insurrection en Afrique : la manière portugaise de faire la guerre, 1961-1974. Westport, Connecticut : Greenwood, 1997.

Chilcote, Ronald H. Le nationalisme émergent en Afrique portugaise : une bibliographie d'éphémères documentaires jusqu'en 1965. Stanford, Californie : Hoover Institutions on War, Revolution, and Peace, Stanford University, 1969.

Chilcote, Ronald H. Afrique portugaise. Englewood Cliffs, NJ : Prentice-Hall, 1967.

de Bragança, Aquino et Immanuel Wallerstein. Le lecteur de la libération de l'Afrique. 3 vol. Londres : Zed, 1982.

Duffy, James. Le Portugal en Afrique. Cambridge, MA : Harvard University Press, 1962.

Ferreira, Eduardo de Sousa. Le colonialisme portugais en Afrique, la fin d'une époque : les effets du colonialisme portugais sur l'éducation, la science, la culture et l'information. Paris : Presses de l'UNESCO, 1974.

Hammond, Richard James. Le Portugal et l'Afrique, 1815-1910 : une étude sur l'impérialisme anti-économique. Stanford, Californie : Stanford University Press, 1966.

Humbaraci, Arslan et Nicole Muchnik. Guerres d'Afrique du Portugal : Angola, Guinée Bissao, Mozambique. New York : Troisième Presse, 1974.

Lyall, Archibald. Black and White Make Brown: Un récit d'un voyage aux îles du Cap-Vert et en Guinée portugaise. Londres : Heinemann, 1938.

Marcum, John A. Portugal et Afrique, la politique de l'indifférence : une étude de cas sur la politique étrangère américaine. Syracuse, NY : Programme d'études d'Afrique orientale, Université de Syracuse, 1972.

Minter, Guillaume. L'Afrique portugaise et l'Occident. Harmondsworth, Royaume-Uni : Pingouin, 1972.

Moreira, Adriano. Le stand du Portugal en Afrique. Traduit par William Davis et al. New York : Éditeurs universitaires, 1962.

Schneidman, Witney. Engager l'Afrique : Washington et la chute de l'empire colonial du Portugal. Lanham, MD : University Press of America, 2004.

Sykes, John. Le Portugal et l'Afrique : le peuple et la guerre. Londres : Hutchinson, 1971.


  • NOM OFFICIEL : République portugaise
  • FORME DE GOUVERNEMENT : République, démocratie parlementaire
  • CAPITALE : Lisbonne
  • POPULATION : 10 355 493
  • LANGUES OFFICIELLES : Portugais, Mirandais
  • ARGENT : Euro
  • SUPERFICIE : 35 516 milles carrés (91 985 kilomètres carrés)

GÉOGRAPHIE

Le Portugal est le point le plus occidental de l'Europe et se trouve sur la côte ouest de la péninsule ibérique. La longue côte atlantique est populaire auprès des visiteurs et des habitants. Les surfeurs sont attirés par les fortes vagues de l'ouest et les plages de sable chaudes du sud sont un paradis pour les touristes.

La plupart des gens vivent le long de la côte, un tiers de la population vivant dans les grandes zones métropolitaines de Lisbonne et de Porto.

Carte créée par National Geographic Maps

PERSONNES & CULTURE

Les villes portugaises conservent encore leur caractère historique et de nombreux bâtiments anciens restent intacts. Lisbonne n'a pas beaucoup changé depuis la fin du 18ème siècle. L'environnement naturel est bien préservé et il n'y a pas de pollution grave.

L'art de la peinture sur carrelage et du glaçage, connu sous le nom d'azulejos, est l'une des formes d'art les plus populaires au Portugal. La technique a été introduite pour la première fois par les Maures et a été adoptée par le roi dans les années 1500 et l'utilisation des carreaux bleus et blancs s'est répandue dans tout le pays et est pratiquée par les artisans aujourd'hui.

Huit Portugais sur dix sont catholiques romains. Les jours de saints et les fêtes religieuses sont des événements très populaires. Bien que le pays se soit modernisé grâce à l'argent qu'il reçoit des pays européens plus riches, les gens sont encore assez pauvres par rapport à ceux d'autres pays.

LA NATURE

La majeure partie du Portugal était autrefois couverte de forêts. Aujourd'hui, seul un quart du pays reste boisé. Alors que certaines espèces indigènes, telles que le chêne-liège, sont encore courantes, de nombreuses plantes sont des espèces étrangères et ont été introduites par l'homme.

L'agriculture et la chasse ont réduit le nombre d'animaux sauvages vivant au Portugal. Les animaux communs sont les sangliers, les chèvres sauvages, les daims, les renards et les lièvres ibériques. Le lynx ibérique est l'espèce de chat la plus menacée au monde. Le Portugal et l'Espagne travaillent ensemble pour créer un espace ouvert permettant aux quelques centaines de lynx restants de se déplacer librement.

Le littoral est un riche habitat pour les crabes, les palourdes et les huîtres, et le thon, la bonite et les sardines sont une prise courante pour les pêcheurs portugais.

De nombreux oiseaux migrateurs s'arrêtent au Portugal lors de leur voyage vers et depuis l'Europe centrale vers l'Afrique et au-delà.


Effets de la révolution des œillets

La révolution des œillets est devenue l'un des moments les plus marquants de l'histoire du Portugal. L'effet le plus profond de la Révolution a peut-être été la destitution du régime dictatorial de l'Estado Novo et l'institution de la démocratie au Portugal. Le renversement du régime autoritaire, tristement célèbre pour les persécutions religieuses, a marqué le début de la liberté de religion dans le pays. Par exemple, le régime de l'Estado Novo avait interdit les activités d'une confession chrétienne connue sous le nom de Témoins de Jéhovah, une interdiction qui a été levée peu après la révolution. La réputation internationale du pays s'est également améliorée après la révolution. Auparavant, l'économie portugaise avait souffert après avoir été imposée par des embargos commerciaux et des sanctions par ses principaux partenaires commerciaux.

Un autre effet important de la révolution des œillets a été la fin de la guerre coloniale dans laquelle le Portugal était mêlé depuis près de deux décennies. La fin de la guerre coloniale a culminé avec l'indépendance de toutes les colonies portugaises en Afrique, qui comprenaient le Mozambique, la Guinée, le Cap-Vert, l'Angola et Sao Tomé-et-Principe. Tous les pays ont accédé à l'indépendance entre 1974 et 1975. La réalisation de l'indépendance dans les anciennes colonies portugaises a déclenché un exode massif des Portugais des pays africains, principalement de l'ancien Mozambique portugais et de l'Angola portugais. Ces réfugiés, dont le nombre était estimé à plus d'un million, étaient également connus sous le nom de « retornados ».


Sortie de sauvetage

2014 Mai - Le Portugal sort du plan de sauvetage international sans demander de crédit de secours à ses prêteurs.

2014 Août - Le gouvernement renfloue le prêteur sinistré Banco Espirito Santo - la plus grande banque privée du Portugal - à hauteur de 3,9 milliards d'euros afin d'éviter un éventuel effondrement économique plus large.

2014 Novembre - Le ministre de l'Intérieur Miguel Macedo démissionne à la suite d'une enquête sur la corruption liée à l'attribution de permis de séjour accélérés, dont beaucoup sont allés à des étrangers désireux d'investir des sommes importantes dans l'immobilier portugais.

L'ancien Premier ministre socialiste José Socrates est placé en détention provisoire pour des soupçons de corruption, de fraude fiscale et de blanchiment d'argent.

2015 Janvier - Le gouvernement approuve des règles permettant aux descendants de Juifs expulsés du pays il y a des siècles de revendiquer la nationalité portugaise.

2015 Mars - Le chef de l'autorité de recouvrement des impôts démissionne alors qu'il prétendait avoir tenté de protéger les dossiers de personnalités influentes de tout examen minutieux.

2015 Novembre - Après des élections législatives peu concluantes, le leader socialiste Antonio Costa forme un gouvernement de centre-gauche déterminé à assouplir certaines mesures d'austérité.

2016 Octobre - L'ancien premier ministre Antonio Guterres est nommé secrétaire général de l'ONU.

2017 Février - Le Portugal abandonne sa plainte auprès de l'UE concernant le projet de l'Espagne de construire une installation de stockage de déchets nucléaires qui, selon les écologistes, pourrait affecter le fleuve Tage, qui se jette dans le Portugal. En retour, l'Espagne accepte de partager des informations environnementales et d'organiser des consultations sur l'installation.


Voir la vidéo: PORTUGAL - UNE RÉVOLUTION SI DISCRÈTE (Novembre 2021).