Podcasts sur l'histoire

Des archéologues découvrent une ville illyrienne perdue depuis longtemps "pris pour des roches naturelles" en Albanie

Des archéologues découvrent une ville illyrienne perdue depuis longtemps

Les archéologues polonais ont découvert une ville perdue depuis longtemps, dans le nord-est de l'Albanie selon Science in Poland. La ville a été découverte de manière inattendue et on pense qu'il s'agit de l'ancienne ville illyrienne de Bassania. Cette découverte suscite beaucoup d'enthousiasme parmi les archéologues, car elle peut donner un aperçu de la puissante civilisation illyrienne qui dominait une grande partie des Balkans dans l'Antiquité.

Qui étaient les Illyriens ?

Les Illyriens étaient un puissant groupe de tribus qui étaient la puissance prédominante dans les Balkans occidentaux pendant plusieurs siècles. Ils ont eu de nombreux contacts avec les Grecs et ils ont été influencés dans une certaine mesure par la culture de leurs voisins du sud. La région illyrienne était généralement divisée en plusieurs royaumes qui luttaient pour la suprématie les uns avec les autres. En 168 avant JC, les Romains ont vaincu et capturé le puissant roi illyrien, Gendaius et ils ont créé une série de républiques clientes dans son royaume. La région est finalement devenue une province de l'Empire romain et la culture illyrienne locale a été romanisée au fil du temps. Selon l'Encyclopédie Britannica, l'Illyrie « est devenue le principal rempart militaire de Rome et de sa culture dans le monde antique ».

Bassania était connue des historiens principalement grâce aux travaux du grand historien romain Tite-Live. Dans le récit de l'historien, la ville était très importante dans le dernier royaume illyrien et était une forteresse importante. La ville a été détruite par les Romains en 168 avant JC et il a été présumé qu'elle a été abandonnée plus tard, son emplacement exact oublié.

  • Deux anciens palais découverts au Monténégro abritaient de célèbres dirigeants illyriens
  • La féroce reine des Illyriens : Teuta l'Indomptable
  • Les premiers temples et monuments du peuple albanais dans l'Azerbaïdjan antique

On pense que les ruines sont la cité perdue de Bassania. (Image: M. Lemke/ Science en Pologne)

La cité cachée de Bassania

La ville, qui était située sur certaines collines, avait été perdue pendant tant de siècles parce que ses ruines ont été prises pour des roches naturelles. Après des siècles d'érosion, les restes de pierre des murs survivants de la ville étaient tellement altérés qu'ils ressemblaient à des pierres naturelles. Il n'y a pas de récits de voyageurs ou locaux sur les ruines et elles ont été complètement oubliées malgré l'ampleur du site. Cela a peut-être aidé à préserver les ruines de Bassania, qui ont été entièrement oubliées - contrairement à l'ancienne ville voisine de Shkoder, une autre colonie illyrienne.

En mai, une équipe polonaise d'archéologues du Centre de recherche sur l'Antiquité de l'Europe du Sud-Est de l'Université de Varsovie, dirigée par le professeur Piotr Dyczek, a redécouvert Bassania. Lors d'une fouille de routine, ils ont découvert une partie de ses murs et une porte d'entrée, faite de blocs de pierres de taille bien taillés. La porte était flanquée de deux bastions et les murs mesuraient 3 mètres (10 pieds) de large, dont les espaces étaient remplis d'argile et de pierres.

La roche taillée a été utilisée pour construire des murs substantiels. Lemke/ Science en Pologne)

Après une étude du site, il a été établi que Bassania était plus grande que l'ancienne Shkoder et que ses murs encerclaient une superficie d'environ vingt acres. Cela indique que la ville avait une grande population et était un centre urbain important en Illyrie.

Au cours de l'enquête sur le site, l'équipe polonaise a découvert des pièces de monnaie, des poteries et des récipients en céramique près des murs. Le style de ceux-ci indiquerait qu'ils sont du IIIe au Ier siècle avant JC et montre que la ville faisait partie du royaume illyrien qui serait plus tard annexé par Rome. Une enquête sur le site a montré qu'il a été construit d'une manière sans aucun doute influencée par les royaumes hellénistiques du sud. Selon Science in Poland, les murs et la porte de Bassania sont « typiques des structures défensives hellénistiques ».

  • Deux anciens palais découverts au Monténégro abritaient de célèbres dirigeants illyriens
  • D'anciennes tablettes d'ivoire révèlent le statut élevé des femmes illyriennes
  • Le palais de Dioclétien : maison de retraite romaine et forteresse du palais de Croatie

Les vestiges indiquent que la ville aurait été plus grande que la voisine Shkoder. (Image: M. Lemke/ Science en Pologne)

L'équipe polonaise a commencé une enquête intensive sur le site et a rapidement établi que la ville avait été abandonnée bien plus tard que prévu. Des recherches menées ces dernières années ont indiqué que Bassania n'a été abandonnée que vers la fin du règne de l'empereur Auguste (1 st siècle après JC). L'enquête archéologique initiale soutiendrait l'idée que la ville a été occupée beaucoup plus longtemps qu'on ne le croyait auparavant.

Redécouvrir Bassania

La redécouverte de Bassania est celle qui permet aux archéologues et autres experts de mieux comprendre l'Illyrie antique. La cité largement oubliée nous livrera ses secrets et nous permettra de mieux comprendre les Illyriens et leur romanisation. L'un des aspects les plus excitants de la découverte de la cité perdue est qu'elle soulève la perspective qu'il y a beaucoup plus de ruines illyriennes à redécouvrir.


Des archéologues découvrent une ville illyrienne perdue depuis longtemps "pris pour des roches naturelles" en Albanie - Histoire

Ding, ding ding. Vous obtenez le ruban, mon ami

    [2020] [2020] [2020] [2020] [2020] [2020] [2020] [2020] [2020] [2020] [2020] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2019] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2018] [2017] [2017] [2017] [2017] [2017] [2017] [2017] [2017] [2017] [2017] [2017] [2017] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2016] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2015] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2014] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2013] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2012] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2011] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2010] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2009] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2008] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2007] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2006] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2005] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2004] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2003] [2002] [2002] [2002] [2002] [2002] [2002] [2002] [2002] [2002] [2002] [2002] [2002] [2002] [2002] [2002] [2002] [2002] [2002] [2002] [2002] [2002] [2002] [2002] [2002] [2001] [2001] [2001] [2001] [2001]

L'autre inscription se traduit par "Ce glyphe laissé en blanc intentionnellement".


Mercredi 27 avril 2011

Le Mexique rend une pièce archéologique inestimable au gouvernement égyptien

Une pièce archéologique d'une valeur inestimable d'Assouan, en Égypte, de la période du Moyen Empire (2055-1650 av. 4 années de recherche, d'authenticité et son extraction illégale du pays ont été confirmées.

La pièce a été détectée en 2006 lors d'une inspection des autorités de l'Administration centrale des douanes mexicaines lors du contrôle de colis en provenance de l'étranger, ils ont trouvé une effigie égyptienne dont l'authenticité a été confirmée plus tard par des experts spécialisés de l'Institut national d'anthropologie et d'histoire (INAH) et de le gouvernement égyptien.

D'après les analyses que la pièce a subies, le bas-relief du profil d'une tête humaine a été sculpté sur du grès de la région d'Assouan. Il mesure 15,6 centimètres de haut et 15 de large un fragment qui correspond au cheveu a également été conservé.
Cette livraison a été possible grâce au travail des autorités des deux pays, mené après la pétition d'Assistance Juridique Internationale demandée par les autorités égyptiennes au Bureau du Procureur général du Mexique (PGR).

La livraison au Musée national d'anthropologie a été présidée par l'ambassadeur de la République arabe d'Égypte, Ibrahim Khairat, le coordinateur des affaires internationales du PGR, Guillermo Valls Esponda Dra. Diana Magaloni, directrice du musée, et Francisco Vidargas, sous-directeur du patrimoine mondial de l'INAH.

Francisco Vidargas a souligné le travail conjoint des autorités culturelles et juridiques du Mexique et de l'Égypte pour récupérer la pièce, ainsi que des États parties à la Convention de l'UNESCO sur les moyens d'interdire et de prévenir l'importation, l'exportation et le transfert de propriété illicites de biens culturels. .

Vidargas a déclaré que l'un des mandats de l'INAH est de collaborer avec les pays qui ont signé la Convention pour sauver les biens culturels illégalement soustraits à leurs pays d'origine.

Le coordinateur des affaires internationales et attachés du PGR, Guillermo Valls, a mentionné que des actions comme celle-ci reflètent l'importance accordée par le Mexique à la récupération des biens culturels faisant partie du patrimoine des nations, il a fait remarquer que la récupération de l'effigie est un échantillon de la haut niveau de coopération juridique entre les deux pays et le respect du Mexique au patrimoine des pays du monde.

Guillermo Valls a mis l'accent sur le travail du Musée national d'anthropologie, en charge de la sauvegarde de la pièce depuis 2007, tandis que des enquêtes pour vérifier son authenticité ont eu lieu.

L'ambassadeur de la République arabe d'Égypte au Mexique, Ibrahim Khairat, a remercié la coopération des autorités mexicaines et le travail de l'INAH pour récupérer et conserver la pièce, qu'il a reçue de Dra. Magaloni.

Après avoir montré la pièce aux assistants, le directeur du Musée national d'anthropologie (MNA) a exprimé que c'était un honneur de sauvegarder la précieuse pièce depuis 2007, dans des conditions adéquates de température et d'humidité.

Ces actions prouvent le compromis du gouvernement du Mexique dans la lutte contre le trafic illégal de biens culturels et la protection du patrimoine culturel et historique de toute nation.

Pour des sujets plus intéressants liés à l'archéologie, visitez les fouilles archéologiques.

Un objet en pierre vieux de 400 000 ans découvert au Maroc pourrait être la plus ancienne tentative de sculpture au monde.

C'est l'affirmation d'un spécialiste de l'art préhistorique qui dit que l'ancienne roche porte des signes évidents de modification par l'homme.

L'objet, qui mesure environ six centimètres de long, a la forme d'une figure humaine, avec des rainures qui suggèrent un cou, des bras et des jambes. À sa surface se trouvent des flocons d'une substance rouge qui pourraient être des restes de peinture.

L'objet a été trouvé à 15 mètres sous la surface érodée d'une terrasse sur la rive nord de la rivière Draa près de la ville de Tan-Tan. Il se trouverait à quelques centimètres de haches de pierre dans des couches de sol datant de la période acheulienne moyenne, qui a duré de 500 000 à 300 000 ans.

La découverte est susceptible d'alimenter davantage un débat houleux sur le moment de la découverte du symbolisme par l'humanité. On pense que les hominidés tels que Homo heidelbergensis et Homo erectus, qui vivaient à l'époque acheulienne, n'auraient pas été capables de la pensée symbolique nécessaire pour créer de l'art.

Écrivant dans la revue Current Anthropology, Robert Bednarik, président de la Fédération internationale des organisations d'art rupestre (IFRAO), suggère que la forme globale de l'objet Tan-Tan a été façonnée par des processus naturels.

Mais il soutient que les rainures visibles à la surface de la pierre, qui semblent souligner son apparence humaine, sont en partie artificielles. M. Bednarik affirme que certaines de ces rainures ont été faites par des coups répétés avec un outil en pierre pour connecter des dépressions naturelles dans la roche.

"Ce que nous avons, c'est un morceau de pierre qui est en grande partie de forme naturelle.

"Il y a quelques modifications, mais ce sont plus que des modifications", a déclaré M. Bednarik à BBC News Online.

M. Bednarik a tenté de reproduire les marques sur un morceau de roche similaire en frappant un éclat de pierre avec un "marteau" à la manière d'un coup de poing. Il a ensuite comparé la structure microscopique des fractures avec celles de l'objet Tan-Tan.

Pour des sujets plus intéressants liés à l'archéologie, visitez les fouilles archéologiques.

La plus ancienne sculpture érotique du monde trouvée


Les archéologues ont dévoilé une sculpture en ivoire vieille de 35 000 ans représentant une femme plutôt plantureuse qui a été découverte dans une grotte allemande. La sculpture représente une femme avec de gros seins, des cuisses galbées et un ventre plein, mais elle n'a ni pieds ni tête.


Les archéologues pensent qu'il s'agit de la plus ancienne sculpture connue de la forme humaine. La sculpture suggère que les humains anciens, qui se sont installés en Europe il y a environ 40 000 ans, étaient assez intelligents pour créer des représentations symboliques d'eux-mêmes, un peu comme le font les humains modernes, a déclaré l'archéologue de l'Université de Tübingen, Nicholas Conard, qui, avec une équipe, a découvert la figure en septembre. . Les archéologues ne savent pas avec certitude le but de la figure, mais ils ont quelques idées.

"C'est très chargé sexuellement", a déclaré Conard. L'archéologue Paul Mellars, de l'Université de Cambridge, était d'accord avec Conard. "Ces personnes étaient obsédées par le sexe", a déclaré Mellars. Cependant, Jill Cook, conservatrice du matériel paléolithique et mésolithique au British Museum de Londres, a déclaré que la sculpture pourrait être un symbole de fertilité représentant l'acte de donner naissance. Quoi qu'il en soit, si c'est ainsi que les anciens humains considéraient la forme féminine, il est possible que cela en dit long sur ce qu'ils considéraient comme sexy. La façon dont nous interprétons le chiffre de 2,4 pouces en dit autant sur nous que sur les gens d'il y a 40 000 ans, n'est-ce pas ? Au moins notre érotisme est devenu plus sophistiqué avec cette découverte.

Pour des sujets plus intéressants liés à l'archéologie, visitez les fouilles archéologiques.

Des archéologues à la recherche du crâne de "Mona Lisa"

Une équipe de chercheurs en Italie a commencé à rechercher les restes de la femme longtemps considérée comme le modèle du célèbre tableau de Léonard de Vinci, la Joconde.

Ils espèrent retrouver le crâne de la femme, Lisa Gheradini, enterrée dans le couvent Sainte-Ursule à Florence en utilisant un radar à pénétration de sol.

Le but ultime des archéologues est de trouver suffisamment de fragments de crâne pour pouvoir reconstituer son visage, permettant une comparaison avec la Joconde.

L'identité du sujet de la Joconde est restée l'un des plus grands mystères du monde de l'art pendant près de cinq siècles.

Pour des sujets plus intéressants liés à l'archéologie, visitez les fouilles archéologiques.


Contenu

Linguistique : relations entre les langues Modifier

Langues indo-européennes Modifier

Le savant néerlandais Marcus Zuerius van Boxhorn (1612-1653) a noté des similitudes entre diverses langues européennes, le sanskrit et le persan. Plus d'un siècle plus tard, après avoir appris le sanskrit en Inde, Sir William Jones a détecté des correspondances équivalentes qu'il a décrites dans son Discours du troisième anniversaire à la Société asiatique en 1786, concluant que toutes ces langues provenaient de la même source. [17] [web 3] De ses intuitions initiales s'est développée l'hypothèse d'une famille de langues indo-européennes composée de plusieurs centaines de langues et dialectes apparentés. Le 2009 Ethnologue estime un total d'environ 439 langues et dialectes indo-européens, dont environ la moitié (221) appartiennent à la sous-branche indo-aryenne basée en Asie du Sud. [web 4] La famille indo-européenne comprend la plupart des principales langues actuelles d'Europe, du plateau iranien, de la moitié nord du sous-continent indien et du Sri Lanka, avec des langues apparentées également autrefois parlées dans certaines parties de l'Anatolie ancienne et d'Asie centrale. Avec des attestations écrites datant de l'âge du bronze sous la forme des langues anatoliennes et du grec mycénien, la famille indo-européenne est importante dans le domaine de la linguistique historique car elle possède la deuxième plus longue histoire enregistrée, après la famille afroasiatique.

Près de 3 milliards de locuteurs natifs utilisent les langues indo-européennes, [web 5] ce qui en fait de loin la plus grande famille de langues reconnue. Parmi les 20 langues comptant le plus grand nombre de locuteurs natifs selon Ethnologue, douze sont indo-européens - espagnol, anglais, hindi, portugais, bengali, russe, allemand, pendjabi, marathi, français, ourdou et italien - représentant plus de 1,7 milliard de locuteurs natifs. [web 6] [ besoin de mise à jour ]

Développement des langues indo-européennes Modifier

Langue proto-indo-européenne Modifier

La langue (tardive) proto-indo-européenne (PIE) est la reconstruction linguistique d'un ancêtre commun des langues indo-européennes, telles que parlées par les proto-indo-européens après la scission de l'anatolien et du tocharien. PIE a été le premier proto-langage proposé à être largement accepté par les linguistes. Beaucoup plus de travail a été consacré à sa reconstruction que toute autre proto-langue et c'est de loin la plus bien comprise de toutes les proto-langues de son époque. Au cours du XIXe siècle, la grande majorité des travaux linguistiques a été consacrée à la reconstruction des proto-indo-européens ou de ses proto-langues filles comme le proto-germanique, et la plupart des techniques actuelles de la linguistique historique (par exemple la méthode comparative et la méthode de reconstruction interne) ont été développés en conséquence.

Les chercheurs estiment que la TARTE peut avoir été parlée comme une seule langue (avant le début de la divergence) vers 3500 avant notre ère, bien que les estimations de différentes autorités puissent varier de plus d'un millénaire. L'hypothèse la plus populaire pour l'origine et la propagation de la langue est l'hypothèse Kurgan, qui postule une origine dans la steppe pontique-caspienne de l'Europe de l'Est.

L'existence de la TARTE a été postulée pour la première fois au XVIIIe siècle par Sir William Jones, qui a observé les similitudes entre le sanskrit, le grec ancien et le latin. Au début du 20e siècle, des descriptions bien définies de la TARTE avaient été développées et sont encore acceptées aujourd'hui (avec quelques raffinements). Les plus grands développements du 20ème siècle ont été la découverte des langues anatoliennes et tochariennes et l'acceptation de la théorie laryngée. Les langues anatoliennes ont également stimulé une réévaluation majeure des théories concernant le développement de diverses caractéristiques linguistiques indo-européennes partagées et la mesure dans laquelle ces caractéristiques étaient présentes dans la TARTE elle-même.

On pense que la TARTE avait un système complexe de morphologie qui comprenait des inflexions (suffixation de racines, comme dans qui, qui, dont), et ablaut (altérations des voyelles, comme dans chanter, chanter, chanter). Les noms utilisaient un système sophistiqué de déclinaison et les verbes utilisaient un système de conjugaison tout aussi sophistiqué.

Modifier pré-proto-indo-européen

Des relations avec d'autres familles linguistiques, y compris les langues ouraliennes, ont été proposées mais restent controversées. Il n'y a aucune preuve écrite de proto-indo-européen, donc toute la connaissance de la langue est dérivée par reconstruction de langues ultérieures en utilisant des techniques linguistiques telles que la méthode comparative et la méthode de reconstruction interne.

L'hypothèse indo-hittite postule un prédécesseur commun aux langues anatoliennes et aux autres langues indo-européennes, appelées indo-hittite ou indo-anatolienne. [1] Bien que PIE ait eu des prédécesseurs, [19] l'hypothèse indo-hittite n'est pas largement acceptée, et il y a peu de choses à suggérer qu'il est possible de reconstruire un stade proto-indo-hittite qui diffère considérablement de ce qui est déjà reconstruit pour PIE . [20]

Frederik Kortlandt postule un ancêtre commun partagé de l'indo-européen et de l'oural, l'indo-ouralien, comme possible pré-TARTE.[21] Selon Kortlandt, « L'indo-européen est une branche de l'indo-ouralien qui s'est radicalement transformée sous l'influence d'un substrat du Caucase du Nord lorsque ses locuteurs sont passés de la zone au nord de la mer Caspienne à la zone au nord de la mer Noire. ." [21] [sous-note 1]

Emprunts ouraliens, caucasiens et sémitiques Modifier

Le proto-finno-ougrien et le PIE ont un lexique en commun, généralement lié au commerce, comme les mots pour « prix » et « tirer, conduire ». De même, « vendre » et « laver » ont été empruntés au proto-ougrien. Bien que certains aient proposé un ancêtre commun (l'hypothétique macrofamille Nostratic), cela est généralement considéré comme le résultat d'un emprunt intensif, ce qui suggère que leurs terres natales étaient situées à proximité l'une de l'autre. Le proto-indo-européen présente également des emprunts lexicaux vers ou à partir de langues caucasiennes, en particulier le proto-nord-ouest du Caucase et le proto-karvélien, ce qui suggère un emplacement proche du Caucase. [19] [22]

Gramkelidze et Ivanov, en utilisant la théorie glottalique de la phonologie indo-européenne, désormais largement non étayée, ont également proposé des emprunts sémitiques au proto-indo-européen, suggérant une patrie plus méridionale pour expliquer ces emprunts. Selon Mallory et Adams, certains de ces emprunts peuvent être trop spéculatifs ou à une date ultérieure, mais ils considèrent les emprunts sémitiques proposés *táwros "taureau" et *wéyh₁on- « vigne à vin » pour être plus probable. [23] Anthony note que ces emprunts sémitiques peuvent également s'être produits grâce à l'avancement des cultures paysannes anatoliennes via la vallée du Danube dans la zone de steppe. [1]

Phases de Proto-Indo-Européen Modifier

Selon Anthony, la terminologie suivante peut être utilisée : [1]

  • TARTE archaïque pour "le dernier ancêtre commun des branches IE anatoliennes et non anatoliennes"
  • Tôt, noyau ou post-anatolienne, TARTE pour "le dernier ancêtre commun des langues de la TARTE non anatoliennes, y compris le tocharian"
  • La TARTE tardive pour "l'ancêtre commun de toutes les autres branches d'IE".

Les langues anatoliennes sont la première famille linguistique indo-européenne à s'être séparée du groupe principal. En raison des éléments archaïques préservés dans les langues anatoliennes maintenant éteintes, ils peuvent être un "cousin" du proto-indo-européen, au lieu d'une "fille", mais l'anatolienne est généralement considérée comme une émanation précoce du groupe linguistique indo-européen . [1]

Genèse des langues indo-européennes Modifier

En utilisant une analyse mathématique empruntée à la biologie évolutive, Don Ringe et Tandy Warnow proposent l'arbre évolutif suivant des branches indo-européennes : [24]

    (avant 3500 avant notre ère) et pré-italique (avant 2500 avant notre ère)
  • [Pré-germanique?] [note 1] et Pré-grec (après 2500 avant notre ère)
  • [Pré-germanique?] [note 1][24] (2000 BCE)

David Anthony, suivant la méthodologie de Ringe et Warnow, propose la séquence suivante : [27]

  • Pré-anatolienne (4200 avant notre ère)
  • Pré-tocharien (3700 avant notre ère)
  • Pré-germanique (3300 avant notre ère)
  • Pré-celtique et pré-italique (3000 avant notre ère)
  • Pré-arménien (2800 avant notre ère)
  • Pré-balto-slave (2800 avant notre ère)
  • Pré-grec (2500 avant notre ère)
  • Proto-indo-iranien (2200 avant notre ère) divisé entre l'Iranien et le vieil Indic 1800 avant notre ère

La méthodologie de Ringe et Warnow peut être obsolète et ne pas refléter avec précision le développement des langages IE. [ citation requise ]

Archéologie : migrations de la steppe Urheimat Modifier

La recherche archéologique a mis au jour un large éventail de cultures historiques qui peuvent être liées à la propagation des langues indo-européennes. Diverses cultures de steppe présentent de fortes similitudes avec l'horizon de Yamna dans la steppe pontique, tandis que la plage de temps de plusieurs cultures asiatiques coïncide également avec la trajectoire et la plage de temps proposées des migrations indo-européennes. [30] [1]

Selon l'hypothèse de Kurgan largement acceptée ou Théorie des steppes, la langue et la culture indo-européennes se sont propagées en plusieurs étapes depuis l'Urheimat proto-indo-européen dans les steppes pontiques eurasiennes jusqu'en Europe occidentale, en Asie centrale et en Asie du Sud, par le biais de migrations folkloriques et du recrutement dit d'élite. [1] [2] Ce processus a commencé avec l'introduction du bétail dans les steppes eurasiennes vers 5200 av. . Entre 4 500 et 2 500 av. [1] Anthony considère la culture de Khvalynsk comme la culture qui a établi les racines du début proto-indo-européen vers 4500 avant notre ère dans la Volga inférieure et moyenne. [31]

Les premières migrations à ca. 4200 avant notre ère a amené des bergers des steppes dans la basse vallée du Danube, causant ou profitant de l'effondrement de la vieille Europe. [32] Selon Anthony, la branche anatolienne, [33] [34] à laquelle appartiennent les Hittites, [35] est probablement arrivée en Anatolie depuis la vallée du Danube. [36] [37] [web 7] Alternativement, David Reich a mentionné qu'il existe la possibilité que la TARTE archaïque soit originaire du Caucase, d'où les personnes parlant la TARTE archaïque ont migré en Anatolie. [38] [39] [40]

Les migrations vers l'est de la culture Repin ont fondé la culture Afanasevo [1] [41] qui s'est développée dans les Tocharians. [42] Les momies Tarim peuvent représenter une migration de locuteurs Tocharian de la culture Afanasevo dans le Bassin Tarim. [43] Les migrations vers le sud peuvent avoir fondé la culture Maykop, [44] mais les origines Maykop pourraient aussi avoir été dans le Caucase. [45] [web 8]

La TARTE tardive est liée à la culture Yamnaya. Les propositions pour ses origines indiquent à la fois la culture orientale de Khvalynsk et la culture occidentale de Sredny Stog [46] selon Anthony, elle est originaire de la région de Don-Volga à ca. 3400 avant notre ère. [47]

Les langues indo-européennes occidentales (germanique, celtique, italique) se sont probablement propagées en Europe à partir du complexe balkano-danubien, un ensemble de cultures du sud-est de l'Europe. [3] À env. 3000 avant notre ère, une migration de locuteurs proto-indo-européens de la culture Yamna a eu lieu vers l'ouest le long du Danube [4], les slaves et les baltes se sont développés un peu plus tard au milieu du Dniepr (Ukraine actuelle), [5] vers le nord en direction de la côte baltique. [48] ​​La culture de la céramique filaire en Europe centrale (troisième millénaire avant J. 2] [9] a probablement joué un rôle central dans la diffusion des dialectes pré-germaniques et pré-balto-slaves. [6] [7]

La partie orientale de la culture de la vaisselle filaire a contribué à la culture Sintashta (vers 2100-1800 avant notre ère), où la langue et la culture indo-iraniennes ont émergé et où le char a été inventé. [1] La langue et la culture indo-iraniennes ont été développées davantage dans la culture d'Andronovo (vers 1800-800 avant notre ère) et influencées par le complexe archéologique Bactria-Margiana (vers 2400-1600 avant notre ère). Les Indo-aryens se sont séparés vers 1800-1600 avant notre ère des Iraniens, [49] après quoi des groupes indo-aryens se sont déplacés vers le Levant (Mitanni), le nord de l'Inde (peuple védique, vers 1500 avant notre ère) et la Chine (Wusun). [2] Les langues iraniennes se sont répandues dans les steppes avec les Scythes et en Iran avec les Mèdes, les Parthes et les Perses à partir de ca. 800 avant notre ère. [2]

Anthropologie : recrutement d'élite et changement de langue Modifier

Selon Marija Gimbutas, le processus de "Indo-européanisation" de l'Europe était essentiellement une transformation culturelle et non physique. [50] Elle est comprise comme une migration du peuple Yamnaya vers l'Europe, en tant que vainqueurs militaires, imposant avec succès un nouveau système administratif, une langue et une religion aux groupes indigènes, auxquels se réfèrent Gimbutas comme Vieux Européens. [51] [note 2] L'organisation sociale du peuple Yamnaya, en particulier une structure patrilinéaire et patriarcale, a grandement facilité son efficacité en temps de guerre. [52] Selon Gimbutas, la structure sociale de Vieille Europe « contraste avec les Kurgans indo-européens qui étaient mobiles et non égalitaires » avec une structure sociale tripartite organisée hiérarchiquement, les EI étaient belliqueux, vivaient parfois dans des villages plus petits et avaient une idéologie centrée sur le mâle viril, reflétée également dans leur panthéon. En revanche, les groupes autochtones de Vieille Europe n'avait ni classe de guerriers ni chevaux. [53] [note 3]

Les langues indo-européennes se sont probablement propagées par le biais de changements linguistiques. [54] [55] Les petits groupes peuvent changer une plus grande zone culturelle, [56] [1] et la domination masculine d'élite par de petits groupes peut avoir conduit à un changement de langue dans le nord de l'Inde. [57] [58] [59]

Selon Guus Kroonen, les Indo-Européens ont rencontré des populations existantes qui parlaient des langues différentes et sans rapport lorsqu'ils ont migré vers l'Europe depuis les steppes de Yamnaya. [60] On sait relativement peu de choses sur le paysage linguistique pré-indo-européen de l'Europe, à l'exception du basque, car le Indo-européanisation de l'Europe a causé un événement d'extinction linguistique massive en grande partie non enregistré, très probablement par le biais d'un changement de langue. [60] L'étude de Guus Kroonen révèle que le discours de la TARTE contient une signature néolithique claire émanant de la famille des langues égéennes et donc des modèles avec la migration préhistorique des premières populations agricoles d'Europe. [61]

Selon Edgar Polomé, 30% du substrat non indo-européen trouvé dans l'allemand moderne provient de locuteurs non indo-européens de la culture Funnelbeaker indigènes du sud de la Scandinavie. [62] Lorsque les locuteurs indo-européens Yamnaya sont entrés en contact avec les peuples autochtones au cours du troisième millénaire avant notre ère, ils en sont venus à dominer les populations locales, mais des parties du lexique autochtone ont persisté dans la formation du proto-germanique, prêtant ainsi aux langues germaniques. le statut de Indo-européanisé langues. [63] Selon encore Marija Gimbutas, la migration des cultures d'articles câblés vers la Scandinavie "s'est synthétisée" avec la culture Funnelbeaker, donnant naissance à la langue proto-germanique. [50]

David Anthony, dans son « hypothèse révisée de la steppe » [64] note que la diffusion des langues indo-européennes ne s'est probablement pas produite par des « migrations folkloriques en chaîne », mais par l'introduction de ces langues par les élites rituelles et politiques, qui ont été imités par de grands groupes de personnes, [65] [note 4] un processus qu'il appelle "recrutement d'élite". [67]

Selon Parpola, les élites locales ont rejoint des « groupes petits mais puissants » de migrants de langue indo-européenne. [54] Ces migrants avaient un système social attractif et de bonnes armes, et des produits de luxe qui marquaient leur statut et leur pouvoir. Rejoindre ces groupes était attrayant pour les dirigeants locaux, car cela renforçait leur position et leur procurait des avantages supplémentaires. [68] Ces nouveaux membres ont été en outre incorporés par des alliances matrimoniales. [69] [55]

Selon Joseph Salmons, le changement de langue est facilité par la « dislocation » des communautés linguistiques, dans laquelle l'élite est prise en charge. [70] Selon Salmons, ce changement est facilité par « des changements systématiques dans la structure communautaire », dans lesquels une communauté locale s'intègre dans une structure sociale plus large. [70] [note 5]

Relations génétiques entre les populations historiques Modifier

Depuis les années 2000, les études génétiques prennent une place prépondérante dans la recherche sur les migrations indo-européennes. Les études du génome entier révèlent les relations entre les personnes associées à diverses cultures et la période dans laquelle ces relations ont été établies. Les recherches de Haak et al. (2015) a montré que

75% de l'ascendance des personnes liées à la vaisselle filaire provenait de populations liées à Yamna, [8] tandis qu'Allentoft et al. (2015) montre que les gens de la culture Sintashta sont génétiquement liés à ceux de la culture Corded Ware. [74]

Études écologiques : sécheresse généralisée, effondrement urbain et migrations pastorales Modifier

Le changement climatique et la sécheresse peuvent avoir déclenché à la fois la dispersion initiale des locuteurs indo-européens et la migration des Indo-européens des steppes d'Asie centrale du sud et d'Inde.

Vers 4200-4100 avant notre ère, un changement climatique s'est produit, se manifestant par des hivers plus froids en Europe. [75] Les bergers des steppes, locuteurs archaïques proto-indo-européens, se sont répandus dans la vallée inférieure du Danube vers 4200-4000 avant notre ère, causant ou profitant de l'effondrement de la Vieille Europe. [32]

L'horizon Yamnaya était une adaptation à un changement climatique qui s'est produit entre 3500 et 3000 avant notre ère, dans lequel les steppes sont devenues plus sèches et plus fraîches. Les troupeaux devaient être déplacés fréquemment pour les nourrir suffisamment, et l'utilisation de chariots et d'équitation a rendu cela possible, conduisant à « une nouvelle forme de pastoralisme plus mobile ». [76]

Au cours du deuxième millénaire avant notre ère, l'aridisation généralisée a entraîné des pénuries d'eau et des changements écologiques dans les steppes eurasiennes et en Asie du Sud. [web 10] [77] Dans les steppes, l'humidification a entraîné un changement de végétation, déclenchant "une plus grande mobilité et une transition vers l'élevage nomade". [77] [note 6] [note 7] La ​​pénurie d'eau a également eu un fort impact en Asie du Sud, "provoquant l'effondrement des cultures urbaines sédentaires en Asie centrale du sud, en Afghanistan, en Iran et en Inde, et déclenchant des migrations à grande échelle". [web 10]

Urheimat (patrie d'origine) Modifier

Les hypothèses proto-indo-européennes d'Urheimat sont des tentatives d'identification des Urheimat, ou patrie primaire, de l'hypothétique langue proto-indo-européenne. De telles identifications tentent d'être cohérentes avec la glottochronologie de l'arbre du langage et avec l'archéologie de ces lieux et de ces temps. Les identifications sont faites sur la base de la mesure dans laquelle, le cas échéant, les routes et les périodes de migration projetées correspondent à la distribution des langues indo-européennes, et à quel point le modèle sociologique de la société d'origine reconstruit à partir d'éléments lexicaux proto-indo-européens correspond au profil archéologique. Toutes les hypothèses supposent une période significative (au moins 1500-2000 ans) entre l'époque de la langue proto-indo-européenne et les premiers textes attestés, à Kültepe, c. 19e siècle avant notre ère.

L'hypothèse Kurgan et la "théorie révisée des steppes" Modifier

Depuis le début des années 1980 [78], le consensus dominant parmi les indo-européanistes favorise « l'hypothèse Kurgan » de Marija Gimbutas, [79] [80] [13] [19] c.q. La "théorie révisée de la steppe" de David Anthony, dérivée des travaux pionniers de Gimbutas, [1] plaçant la patrie indo-européenne dans la steppe pontique, plus précisément, entre le Dniepr (Ukraine) et le fleuve Oural (Russie), de la période chalcolithique (4e au 5e millénaire avant notre ère), [79] où diverses cultures apparentées se sont développées. [79] [1]

La steppe pontique est une vaste zone de prairies en Europe extrême-orientale, située au nord de la mer Noire, des montagnes du Caucase et de la mer Caspienne et comprenant des parties de l'est de l'Ukraine, du sud de la Russie et du nord-ouest du Kazakhstan. C'est l'époque et le lieu de la première domestication du cheval, qui selon cette hypothèse était l'œuvre des premiers Indo-européens, leur permettant de s'étendre vers l'extérieur et d'assimiler ou de conquérir de nombreuses autres cultures. [1]

L'hypothèse Kurgan (également théorie ou modèle) soutient que les habitants d'une "culture kurgane" archéologique (un terme regroupant la culture Yamnaya ou Pit Grave et ses prédécesseurs) dans la steppe pontique étaient les locuteurs les plus probables du proto-indo-européen Langue. Le terme est dérivé de kurgan ( курган ), un mot d'emprunt turc en russe pour un tumulus ou un tumulus. Une origine dans les steppes pontiques-caspiennes est le scénario le plus largement accepté des origines indo-européennes. [81] [82] [13] [19] [note 8]

Marija Gimbutas a formulé son hypothèse Kurgan dans les années 1950, regroupant un certain nombre de cultures apparentées dans les steppes pontiques. Elle a défini la « culture Kourgane » comme composée de quatre périodes successives, la plus ancienne (Kurgan I) comprenant les cultures Samara et Seroglazovo de la région du Dniepr/Volga à l'âge du cuivre (début du 4e millénaire avant notre ère). Les porteurs de ces cultures étaient des pasteurs nomades qui, selon le modèle, se sont étendus au début du IIIe millénaire dans toute la steppe pontique-caspienne et en Europe de l'Est. [83]

Le groupement de Gimbutas est aujourd'hui considéré comme trop large. Selon Anthony, il vaut mieux parler de la culture Yamnaya ou d'un "horizon Yamnaya", qui comprenait plusieurs cultures apparentées, comme la culture proto-indo-européenne définissant la steppe pontique. [1] David Anthony a incorporé des développements récents dans sa "théorie de steppe révisée", qui soutient aussi une origine de steppe des langues indo-européennes. [1] [84] Anthony met l'accent sur la culture Yamnaya (3300-2500 avant notre ère), [1] qui selon lui a commencé sur le moyen Don et Volga, comme l'origine de la dispersion indo-européenne, [1] [84] mais considère la culture archéologique de Khvalynsk depuis environ 4500 av. [31] Des recherches récentes de Haak et al. (2015) confirme la migration du peuple Yamnaya vers l'Europe occidentale, formant la culture de la vaisselle à cordon. [8]

Une analyse récente d'Anthony (2019) suggère également une origine génétique des proto-Indo-européens (de la culture Yamnaya) dans la steppe d'Europe de l'Est au nord du Caucase, dérivant d'un mélange de chasseurs-cueilleurs d'Europe de l'Est (EHG) et de chasseurs. -les cueilleurs du Caucase (CHG). Anthony suggère en outre que la langue proto-indo-européenne formée principalement à partir d'une base de langues parlées par les chasseurs-cueilleurs d'Europe de l'Est avec des influences des langues des chasseurs-cueilleurs du nord du Caucase, en plus d'une éventuelle influence ultérieure et mineure de la langue. de la culture Maikop au sud (qui aurait appartenu à la famille du Caucase du Nord) à la fin du néolithique ou de l'âge du bronze, impliquant peu d'impact génétique. [85]

Hypothèse anatolienne Modifier

Le principal concurrent est l'hypothèse anatolienne avancée par Colin Renfrew, [80] [19] qui affirme que les langues indo-européennes ont commencé à se répandre pacifiquement en Europe depuis l'Asie Mineure (Turquie moderne) à partir d'environ 7000 avant notre ère avec l'avancée néolithique de l'agriculture par diffusion demic (vague d'avance). [79] En conséquence, la plupart des habitants de l'Europe néolithique auraient parlé des langues indo-européennes et les migrations ultérieures auraient au mieux remplacé ces variétés indo-européennes par d'autres variétés indo-européennes.[86] La force principale de l'hypothèse agricole réside dans son lien entre la diffusion des langues indo-européennes et un événement connu archéologiquement (la diffusion de l'agriculture) qui est souvent supposé comme impliquant des déplacements de population importants.

Alberto Piazza et Luigi Luca Cavalli-Sforza ont tenté dans les années 2000 d'aligner l'hypothèse anatolienne sur la théorie de la steppe. Selon Alberto Piazza, écrivant en 2000, "[i]l est clair que, génétiquement parlant, les peuples de la steppe de Kurgan descendent au moins en partie des peuples du néolithique du Moyen-Orient qui y ont immigré de Turquie". [87] Selon Piazza et Cavalli-Sforza (2006), la culture Yamna peut avoir été dérivée des agriculteurs néolithiques du Moyen-Orient qui ont migré vers la steppe pontique et ont développé un nomadisme pastoral. [88] [note 9] Wells est d'accord avec Cavalli-Sforza qu'il y a "certains preuves génétiques de la migration du Moyen-Orient. » [89] [note 10] Néanmoins, l'hypothèse anatolienne a été rejetée, car elle est incompatible avec les données croissantes sur l'histoire génétique du peuple Yamnaya. [19]

Hypothèse arménienne Modifier

Une autre théorie qui a attiré une attention considérable, et renouvelée, est l'hypothèse du plateau arménien de Gamkrelidze et Ivanov, qui ont soutenu que l'Urheimat était au sud du Caucase, en particulier, « à l'intérieur de l'est de l'Anatolie, du sud du Caucase et du nord de la Mésopotamie » au cinquième au quatrième millénaire avant notre ère. [90] [79] [80] [19] Leur proposition était basée sur une théorie contestée des consonnes glottales dans la TARTE. Selon Gamkrelidze et Ivanov, les mots de la TARTE pour les objets de la culture matérielle impliquent un contact avec des peuples plus avancés au sud, l'existence d'emprunts sémitiques dans la TARTE, des emprunts kartvéliens (géorgiens) à la TARTE, certains contacts avec les sumériens, les élamites et d'autres. Cependant, étant donné que la théorie glottalique n'a jamais fait son chemin et qu'il y avait peu de soutien archéologique, la théorie de Gamkrelidze et Ivanov n'a pas obtenu de soutien jusqu'à ce que la théorie anatolienne de Renfrew ait ravivé certains aspects de leur proposition. [19]

Proto-Indo-Européens Modifier

Les proto-indo-européens étaient les locuteurs de la langue proto-indo-européenne (PIE), une langue préhistorique reconstituée de l'Eurasie. Leur connaissance provient principalement de la reconstruction linguistique, ainsi que des preuves matérielles de l'archéologie et de l'archéogénétique.

Caractéristiques Modifier

Selon certains archéologues, on ne peut pas supposer que les locuteurs de la TARTE étaient un seul peuple ou tribu identifiable, mais étaient un groupe de populations vaguement apparentées ancestrales aux Indo-européens de l'âge du bronze, encore partiellement préhistoriques. Ce point de vue est particulièrement partagé par les archéologues qui postulent une patrie d'origine d'une vaste étendue et d'une immense profondeur temporelle. Cependant, ce point de vue n'est pas partagé par les linguistes, car les proto-langues occupent généralement de petites zones géographiques sur une période de temps très limitée et sont généralement parlées par des communautés très unies telles qu'une seule petite tribu. [91]

Les proto-indo-européens auraient probablement vécu à la fin du néolithique, ou à peu près au 4e millénaire avant notre ère. L'érudition dominante les place dans la zone forêt-steppe immédiatement au nord de l'extrémité ouest de la steppe pontique-caspienne en Europe de l'Est. Certains archéologues étendraient la profondeur temporelle de la TARTE au néolithique moyen (5500 à 4500 avant notre ère) ou même au début du néolithique (7500 à 5500 avant notre ère), et suggéreraient d'autres patries d'origine proto-indo-européennes.

À la fin du troisième millénaire avant notre ère, les ramifications des proto-indo-européens avaient atteint l'Anatolie (Hittites), la mer Égée (Grèce mycénienne), l'Europe occidentale et le sud de la Sibérie (culture Afanasevo). [92]

Origines des Proto-Indo-Européens Modifier

Les proto-Indo-européens, c'est-à-dire le peuple Yamnaya et les cultures associées, semblent avoir été un mélange de chasseurs-cueilleurs d'Europe de l'Est et de peuples liés au Proche-Orient, [93] c'est-à-dire les chasseurs-cueilleurs du Caucase (CHG) [94] c'est-à-dire Iran Chalcolithique avec une composante de chasseurs-cueilleurs du Caucase. [95] L'origine de cette composante CHG est inconnue, le mélange d'EHG et de CHG peut résulter d'un " gradient génétique naturel existant allant de l'EHG loin au nord jusqu'à CHG/Iran dans le sud " [96] ou il peut être expliqué comme « le résultat de l'ascendance iranienne / liée au CHG atteignant la zone de steppe indépendamment et avant un flux d'ascendance AF [agriculteur anatolien] », [96] atteignant les steppes avec des personnes qui ont migré vers le nord dans les steppes entre 5 000 et 3 000 avant notre ère . [34] [85] [note 12]

Origines de la TARTE archaïque Modifier

Différentes possibilités existent concernant la genèse de la TARTE archaïque. [38] [85] [21] [97] Alors que le consensus est que les langues anciennes et tardives de la TARTE sont originaires des steppes pontiques, l'emplacement de l'origine de la TARTE archaïque est devenu le centre d'une attention renouvelée, en raison de la question de savoir où CHG-composant est venu de, et s'ils étaient les porteurs de la TARTE archaïque. [38] Certains suggèrent une origine de la TARTE archaïque à partir des langues des chasseurs-cueilleurs (EHG) de la steppe d'Europe orientale / eurasienne, certains suggèrent une origine dans ou au sud du Caucase, et d'autres suggèrent une origine mixte à partir des langues des deux régions susmentionnées.

Origines du Caucase Modifier

Certaines recherches récentes sur l'ADN ont conduit à des suggestions renouvelées, notamment par David Reich, d'une patrie du Caucase pour les archaïques ou «proto-proto-indo-européens», d'où les personnes parlant la TARTE archaïque ont migré vers l'Anatolie, où les langues anatoliennes se sont développées, tandis que dans les steppes, la TARTE archaïque s'est développée en une TARTE précoce et tardive. [8] [97] [98] [99] [38] [39] [40] [100] [note 14]

Anthony (2019, 2020) critique les propositions d'origine sud-caucasienne de Reich et Kristiansen et rejette la possibilité que le peuple Maykop de l'âge du bronze du Caucase ait été une source méridionale de langue et de génétique indo-européenne. Selon Anthony, se référant à Wang et al. (2018), [note 15] la culture Maykop a eu peu d'impact génétique sur les Yamnaya, dont les lignées paternelles se sont avérées différentes de celles trouvées dans les restes de Maykop, mais étaient plutôt liées à celles des premiers chasseurs-cueilleurs d'Europe de l'Est. En outre, le Maykop (et d'autres échantillons contemporains du Caucase), ainsi que le CHG de cette date, avaient une ascendance agricole anatolienne importante "qui s'était propagée dans le Caucase depuis l'ouest après environ 5000 avant JC", tandis que le Yamnaya avait un pourcentage plus faible qui ne correspond à une origine Maykop. En partie pour ces raisons, Anthony conclut que les groupes du Caucase de l'âge du bronze tels que les Maykop « n'ont joué qu'un rôle mineur, voire inexistant, dans la formation de l'ascendance Yamnaya ». Selon Anthony, les racines des proto-indo-européens (archaïques ou proto-proto-indo-européens) se trouvaient principalement dans la steppe plutôt que dans le sud. Anthony considère qu'il est probable que les Maykop parlaient une langue du Caucase du Nord non ancestrale de l'indo-européen. [105] [85]

Urheimat indo-uralique Modifier

L'hypothèse alternative du substrat caucasien de Bomhard propose un Urheimat "indo-ouralien du nord de la Caspienne", impliquant une origine de la TARTE du contact de deux langues une langue des steppes eurasiennes du nord de la Caspienne (liée à l'Ouralique) qui a acquis une influence de substrat d'un nord-ouest du Caucase Langue. [106] [note 16] Selon Anthony (2019), une relation génétique avec l'ouralien est peu probable et ne peut pas être prouvée de manière fiable. Selon Anthony, les similitudes entre l'ouralien et l'indo-européen peuvent s'expliquer par des emprunts et une influence précoces. [85]

Origines des steppes avec des influences CHG du sud de la Caspienne Modifier

Anthony soutient que le proto-indo-européen s'est formé principalement à partir des langues des chasseurs-cueilleurs d'Europe de l'Est avec des influences de celles des chasseurs-cueilleurs du Caucase, [105] et suggère que la langue archaïque proto-indo-européenne s'est formée dans le bassin de la Volga (dans le Steppe d'Europe de l'Est). [85] Il s'est développé à partir d'une base de langues parlées par les chasseurs-cueilleurs d'Europe de l'Est dans les plaines steppiques de la Volga, avec quelques influences des langues des chasseurs-cueilleurs du nord du Caucase qui ont migré du Caucase vers la basse Volga. De plus, il existe une influence ultérieure possible, impliquant peu d'impact génétique, dans le néolithique ultérieur ou l'âge du bronze de la langue de la culture Maykop au sud, qui aurait appartenu à la famille du Caucase du Nord. [85] Selon Anthony, les camps de chasse-pêche de la basse Volga, datés de 6200-4500 avant notre ère, pourraient être les restes de personnes qui ont contribué à la composante CHG, similaire à la grotte Hotu, migrant du nord-ouest de l'Iran ou de l'Azerbaïdjan via l'ouest Côte caspienne. Ils se sont mélangés avec des EHG des steppes du nord de la Volga, formant la culture de Khvalynsk, qui "pourrait représenter la phase la plus ancienne de la TARTE". [85] [38] [note 17] La ​​culture résultante a contribué à la culture Sredny Stog, [115] un prédécesseur de la culture Yamnaya.

Cultures steppiques pré-Yamnaya Modifier

Selon Anthony, le développement des cultures proto-indo-européennes a commencé avec l'introduction du bétail dans les steppes pontiques-caspiennes. [116] Jusqu'à env. 5200-5000 avant notre ère, les steppes pontiques-caspiennes étaient peuplées de chasseurs-cueilleurs. [117] Selon Anthony, les premiers éleveurs de bétail sont arrivés de la vallée du Danube vers ca. 5800-5700 avant notre ère, descendants des premiers agriculteurs européens. [118] Ils ont formé la culture Criş (5800-5300 avant notre ère), créant une frontière culturelle au bassin versant Prut-Dniestr. [119] La culture adjacente de Bug-Dniester (6300-5500 BCE) était une culture locale, d'où l'élevage de bétail s'est étendu aux peuples de steppe. [120] La région des rapides du Dniepr était la prochaine partie des steppes pontiques-caspiennes à passer à l'élevage de bétail. C'était la zone densément peuplée des steppes pontiques-caspiennes à l'époque, et avait été habitée par diverses populations de chasseurs-cueilleurs depuis la fin de la période glaciaire. De ca.5800-5200 il a été habité par la première phase de la culture Dniepr-Donets, une culture de chasseurs-cueilleurs contemporaine de la culture Bug-Dniestr. [121]

A env. 5200-5000 avant notre ère, la culture Cucuteni-Trypillia (6000-3500 avant notre ère) (alias culture Tripolye), présumée non indo-européenne, apparaît à l'est des montagnes des Carpates, [122] déplaçant la frontière culturelle vers la vallée du Bug méridional , [123] tandis que les butineurs des rapides du Dniepr se sont tournés vers l'élevage de bétail, marquant le passage à Dniepr-Donets II (5200/5000 - 4400/4200 avant notre ère). [124] La culture du Dniepr-Donets gardait le bétail non seulement pour les sacrifices rituels, mais aussi pour leur alimentation quotidienne. [125] La culture de Khvalynsk (4700-3800 avant notre ère), [125] située au milieu de la Volga, qui était reliée à la vallée du Danube par des réseaux commerciaux, [126] avait également des bovins et des moutons, mais ils étaient « plus importants dans le rituel sacrifices que dans le régime". [127] La ​​culture de Samara (début 5e millénaire avant notre ère), [note 18] au nord de la culture de Khvalynsk, a interagi avec la culture de Khvalynsk, [128] alors que les découvertes archéologiques semblent liées à celles de la culture Dniepr-Donets II. [128]

La culture Sredny Stog (4400-3300 avant notre ère) [129] apparaît au même endroit que la culture Dniepr-Donets, mais montre des influences de personnes venues de la région de la Volga. [115] Selon Vasiliev, les cultures de Khvalynsk et de Sredny Stog présentent de fortes similitudes, suggérant "un large horizon Sredny Stog-Khvalynsk embrassant l'ensemble pontique-caspien pendant l'Enéolithique". [130] De cet horizon est née la culture Yamnaya, qui s'est également étendue sur toute la steppe pontique-caspienne. [130]

Europe : migration dans la vallée du Danube (4200 avant notre ère) Modifier

Selon Anthony, les bergers des steppes pré-Yamnaya, locuteurs archaïques proto-indo-européens, se sont répandus dans la basse vallée du Danube vers 4200-4000 avant notre ère, causant ou profitant de l'effondrement de la vieille Europe, [32] leurs langues "probablement inclus des dialectes proto-indo-européens archaïques du genre en partie conservé plus tard en anatolien. » [131]

Anatolie : archaïque proto-indo-européenne (Hittites 4500-3500 avant notre ère) Modifier

Les Anatoliens étaient un groupe de peuples indo-européens distincts qui parlaient les langues anatoliennes et partageaient une culture commune. [132] [133] [134] [135] [136] La première attestation linguistique et historique des Anatoliens est comme les noms mentionnés dans les textes mercantiles assyriens du 19ème siècle BCE Kanesh. [132]

Les langues anatoliennes étaient une branche de la grande famille des langues indo-européennes. La découverte archéologique des archives des Hittites et la classification de la langue hittite en une branche anatolienne distincte des langues indo-européennes ont fait sensation parmi les historiens, forçant une réévaluation de l'histoire du Proche-Orient et de la linguistique indo-européenne. [136]

Origines Modifier

Damgaard et al. (2018) notent que « parmi les linguistes comparatifs, une route balkanique pour l'introduction de l'IE anatolienne est généralement considérée comme plus probable qu'un passage à travers le Caucase, en raison, par exemple, d'une plus grande présence de l'IE anatolienne et de la diversité linguistique à l'ouest. ." [34]

Mathieson et al. notez l'absence de « grandes quantités » d'ascendance steppique dans la péninsule des Balkans et en Anatolie, ce qui peut indiquer que la TARTE archaïque est originaire du Caucase ou de l'Iran, mais déclarez également qu'« il reste possible que les langues indo-européennes se soient propagées à travers l'Europe du sud-est en Anatolie sans mouvement ni mélange de population à grande échelle. » [102]

Damgaard et al. (2018), n'ont trouvé "aucune corrélation entre l'ascendance génétique et les identités ethniques ou politiques exclusives parmi les populations de l'Anatolie centrale de l'âge du bronze, comme cela avait été supposé précédemment". [34] Selon eux, les Hittites n'avaient pas d'ascendance steppique, arguant que "le clade anatolien des langues IE ne dérive pas d'un mouvement de population à grande échelle de l'âge du cuivre/du début de l'âge du bronze de la steppe", contrairement à la proposition d'Anthony d'un grand migration à grande échelle via les Balkans comme proposé en 2007. [34] Les premiers locuteurs de l'IE peuvent avoir atteint l'Anatolie « par le biais de contacts commerciaux et de mouvements à petite échelle pendant l'âge du bronze. [34] Ils déclarent en outre que leurs découvertes sont « compatibles avec les modèles historiques d'hybridité culturelle et de « terrain d'entente » dans une Anatolie de l'âge du bronze multiculturelle et multilingue mais génétiquement homogène », comme le proposent d'autres chercheurs. [34]

Selon Kroonen et al. (2018), dans le supplément linguistique de Damgaard et al. (2018), les études d'ADNa en Anatolie « ne montrent aucune indication d'une intrusion à grande échelle d'une population de steppe », mais « correspondent au consensus récemment développé parmi les linguistes et les historiens selon lequel les locuteurs des langues anatoliennes se sont établis en Anatolie par infiltration progressive. et l'assimilation culturelle. [137] Ils notent en outre que cela soutient l'hypothèse indo-hittite, selon laquelle les proto-anatoliens et les proto-indo-européens se sont séparés d'une langue maternelle commune "au plus tard au 4e millénaire avant notre ère". [138]

Échéancier Modifier

Bien que les Hittites soient attestés pour la première fois au IIe millénaire av. [139] Considérant une origine steppique pour la TARTE archaïque, avec les Tochariens, les Anatoliens constituaient la première dispersion connue d'Indo-européens hors de la steppe eurasienne. [140] Bien que ces archaïques locuteurs de la TARTE aient eu des chariots, ils ont probablement atteint l'Anatolie avant que les Indo-Européens aient appris à utiliser des chars pour la guerre. [140] Il est probable que leur arrivée s'est faite par implantation graduelle et non par une armée d'invasion. [132]

Selon Mallory, il est probable que les Anatoliens aient atteint le Proche-Orient par le nord, soit via les Balkans, soit par le Caucase au 3e millénaire avant notre ère. [136] Selon Anthony, s'il s'est séparé du proto-indo-européen, il l'a probablement fait entre 4500 et 3500 avant notre ère. [141] Selon Anthony, les descendants des bergers archaïques des steppes proto-indo-européennes, qui se sont installés dans la basse vallée du Danube vers 4200-4000 avant notre ère, ont ensuite déménagé en Anatolie, à une époque inconnue, mais peut-être dès 3000 avant notre ère. [142] Selon Parpola, l'apparition de locuteurs indo-européens d'Europe en Anatolie, et l'apparition du hittite, sont liées aux migrations ultérieures de locuteurs proto-indo-européens de la culture Yamna dans la vallée du Danube vers ca. 2800 avant notre ère, [37] [4] qui est conforme à l'hypothèse "coutumière" selon laquelle la langue indo-européenne anatolienne a été introduite en Anatolie quelque part au troisième millénaire avant notre ère. [web 7]

Civilisation hittite Modifier

Les Hittites, qui ont établi un vaste empire au Moyen-Orient au IIe millénaire avant notre ère, sont de loin les membres les plus connus du groupe anatolien. L'histoire de la civilisation hittite est connue principalement à partir de textes cunéiformes trouvés dans la région de leur royaume et de correspondances diplomatiques et commerciales trouvées dans diverses archives en Égypte et au Moyen-Orient. Malgré l'utilisation de Hatti pour leur territoire central, les Hittites doivent être distingués des Hattians, un peuple antérieur qui habitait la même région (jusqu'au début du IIe millénaire). L'armée hittite a utilisé avec succès des chars. Bien qu'appartenant à l'âge du bronze, ils étaient les précurseurs de l'âge du fer, développant la fabrication d'objets en fer dès le 14ème siècle avant notre ère, lorsque des lettres aux dirigeants étrangers révèlent la demande de ces derniers pour les produits en fer. L'empire hittite a atteint son apogée au milieu du XIVe siècle avant notre ère sous Suppiluliuma I, lorsqu'il englobait une région qui comprenait la majeure partie de l'Asie Mineure ainsi que des parties du nord du Levant et de la Haute Mésopotamie. Après 1180 av. Les terres des peuples anatoliens ont été successivement envahies par un certain nombre de peuples et d'empires à haute fréquence : les Phrygiens, les Bithyniens, les Mèdes, les Perses, les Grecs, les Celtes de Galatie, les Romains et les Turcs Oghuz. Beaucoup de ces envahisseurs se sont installés en Anatolie, provoquant dans certains cas l'extinction des langues anatoliennes. Au Moyen Âge, toutes les langues anatoliennes (et les cultures qui les accompagnaient) étaient éteintes, bien qu'il puisse y avoir des influences persistantes sur les habitants modernes de l'Anatolie, notamment les Arméniens.

Caucase du Nord : la culture Maykop (3700-3000 avant notre ère) Modifier

La culture Maykop, v.3700-3000 avant notre ère, [143] était une culture archéologique majeure de l'âge du bronze dans la région du Caucase occidental du sud de la Russie. Il s'étend le long de la région de la péninsule de Taman au détroit de Kertch jusqu'à proximité de la frontière moderne du Daghestan et vers le sud jusqu'à la rivière Kura. La culture tire son nom d'une sépulture royale trouvée à Maykop kurgan dans la vallée de la rivière Kuban.

Selon Mallory et Adams, les migrations vers le sud ont fondé la culture Maykop (vers 3500-2500 avant notre ère). [44] Pourtant, selon Mariya Ivanova, les origines de Maykop étaient sur le plateau iranien, [45] tandis que les kourganes du début du 4e millénaire à Soyuqbulaq en Azerbaïdjan, qui appartiennent à la culture Leyla-Tepe, présentent des parallèles avec les kourganes de Maykop. . Selon Museyibli, « les tribus de la culture Leylatepe ont migré vers le nord au milieu du quatrième millénaire et ont joué un rôle important dans l'essor de la culture Maikop du Caucase du Nord ». [web 8] Ce modèle a été confirmé par une étude génétique publiée en 2018, qui attribuait l'origine des individus Maykop à une migration d'agriculteurs énéolithiques de l'ouest de la Géorgie vers le nord du Caucase. [144] Il a été suggéré que le peuple Maykop parlait une langue du Caucase du Nord, plutôt qu'une langue indo-européenne. [85] [145]

Culture Afanasevo (3500-2500 avant notre ère) Modifier

La culture Afanasievo (3300 à 2500 av. Il est né d'une migration de personnes de la culture pré-Yamnaya Repin, à la rivière Don, [147] et est lié aux Tochariens. [148]

Le radiocarbone donne des dates aussi anciennes que 3705 avant notre ère sur des outils en bois et 2874 avant notre ère sur des restes humains pour la culture Afanasievo. [149] La plus ancienne de ces dates a maintenant été rejetée, donnant une date d'environ 3300 avant notre ère pour le début de la culture. [150]

Les Tochariens Modifier

Les Tochariens, ou « Tokhariens » ( / t ə ˈ k ɛər i n z / ou / t ˈ k ɑːr i ən z / ) étaient des habitants des cités-états oasis médiévales sur le bord nord du bassin du Tarim (Xinjiang moderne, Chine). Leurs langues tochariennes (une branche de la famille indo-européenne) sont connues dans des manuscrits du VIe au VIIIe siècle de notre ère, après quoi elles ont été supplantées par les langues turques des tribus ouïghoures. Ces personnes ont été appelées « Tocharian » par les érudits de la fin du XIXe siècle qui les ont identifiés avec le Tokharoi décrit par les sources grecques antiques comme habitant la Bactriane. Bien que cette identification soit maintenant généralement considérée comme erronée, le nom est devenu coutumier.

On pense que les Tochariens se sont développés à partir de la culture Afanasevo de Sibérie (vers 3500-2500 avant notre ère). [148] On pense que les momies du Tarim, datées de 1800 av. [43] L'expansion indo-européenne vers l'est au 2e millénaire avant notre ère a eu une influence significative sur la culture chinoise, [152] en introduisant le char, [web 12] les enterrements de chevaux, [web 13] [153] le cheval domestiqué, [152] [154] technologie du fer, [152] [web 14] et véhicules à roues, [155] [156] [157] [158] styles de combat, rituels de la tête et des sabots, motifs artistiques et mythes. [153] À la fin du 2e millénaire avant notre ère, les peuples dominants aussi loin à l'est que les montagnes de l'Altaï vers le sud jusqu'aux débouchés nord du plateau tibétain étaient anthropologiquement caucasiens, la partie nord parlant des langues scythes iraniennes et les parties sud des langues tochariennes, ayant des populations mongoloïdes comme voisins du nord-est. [159] [web 15] Ces deux groupes étaient en concurrence jusqu'à ce que le second vienne à bout du premier. [web 15] Le tournant s'est produit vers le 5e au 4e siècle avant notre ère avec une mongolisation progressive de la Sibérie, tandis que l'Asie centrale orientale (Turkistan oriental) est restée de langue caucasienne et indo-européenne jusqu'au 1er millénaire de notre ère. [160]

L'histoire politique des Indo-européens d'Asie intérieure à partir du IIe siècle av. au 5ème siècle après JC est en effet une période glorieuse. C'est leur mouvement qui a mis la Chine en contact avec le monde occidental ainsi qu'avec l'Inde. Ces Indo-européens ont longtemps tenu la clé du commerce mondial. Dans le processus de leur propre transformation, ces Indo-Européens ont influencé le monde autour d'eux plus que tout autre peuple avant la montée de l'Islam." [161]

Le Yuezhi Modifier

Le sinologue Edwin G. Pulleyblank a suggéré que les Yuezhi, les Wusun, les Dayuan, les Kangju et les habitants de Yanqi auraient pu être de langue tocharienne. [163] Parmi ceux-ci, les Yuezhi sont généralement considérés comme des Tochariens. [164] Les Yuezhi étaient à l'origine installés dans les prairies arides de la région orientale du bassin du Tarim, dans ce qui est aujourd'hui le Xinjiang et l'ouest du Gansu, en Chine.

À l'apogée de leur pouvoir au IIIe siècle av. eaux supérieures du fleuve Jaune. [166] [167] [168] Ce territoire a été désigné comme le Empire Yuezhi. [169] Leurs voisins orientaux étaient les Donghu. [167] Pendant que les Yuezhi faisaient pression sur les Xiongnu depuis l'ouest, les Donghu faisaient de même depuis l'est. [167] Un grand nombre de peuples, dont les Wusun, les États du bassin du Tarim, et peut-être les Qiang, [168] étaient sous le contrôle des Yuezhi. [167] Ils étaient considérés comme la puissance prédominante en Asie centrale. [168] Les preuves des archives chinoises indiquent que les peuples d'Asie centrale aussi loin à l'ouest que l'empire parthe étaient sous l'emprise des Yuezhi. [168] Cela signifie que le territoire de l'empire Yuezhi correspondait à peu près à celui du premier khaganat turc plus tardif. [168] Les sépultures pazyryks du plateau d'Ukok coïncident avec l'apogée du pouvoir des Yuezhi, et les sépultures leur ont donc été attribuées, ce qui signifie que la région de l'Altaï faisait partie de l'empire Yuezhi. [165]

Après la défaite des Yuezhi par les Xiongnu, au IIe siècle av. –Jie guerre. La majorité des Yuezhi ont cependant migré vers l'ouest dans la vallée d'Ili, où ils ont déplacé les Sakas (Scythes). Chassés de la vallée de l'Ili peu après par les Wusun, les Yuezhi ont migré vers la Sogdie puis la Bactriane, où ils sont souvent identifiés aux Tokharoi (Τοχάριοι) et Asiei de sources classiques. Ils se sont ensuite étendus au nord de l'Asie du Sud, où une branche des Yuezhi a fondé l'empire Kushan. L'empire Kushan s'étendait de Turfan dans le bassin du Tarim à Pataliputra dans la plaine du Gange dans sa plus grande étendue, et a joué un rôle important dans le développement de la route de la soie et la transmission du bouddhisme en Chine. Les langues tochariennes ont continué à être parlées dans les cités-États du bassin du Tarim, ne s'étant éteintes qu'au Moyen Âge.

La TARTE tardive est liée à la culture et à l'expansion Yamnaya, dont toutes les langues IE, à l'exception des langues anatoliennes et tochariennes, descendent.

Culture Yamnaya Modifier

Selon Mallory 1991 harvnb error: no target: CITEREFMallory1991 (help) , "L'origine de la culture Yamnaya est toujours un sujet de débat", avec des propositions pour ses origines pointant à la fois vers Khvalynsk et Sredny Stog. [46] La culture de Khvalynsk (4700-3800 avant notre ère) [125] (moyenne Volga) et la culture de Repine basée sur Don (ca.3950-3300 avant notre ère) [147] dans la steppe pontique-caspienne orientale, et Sredny étroitement liée La culture Stog (vers 4500-3500 avant notre ère) dans la steppe pontique-caspienne occidentale, a précédé la culture Yamnaya (3300-2500 avant notre ère). [170] [171] Selon Anthony, la culture Yamnaya est originaire de la région de Don-Volga à ca. 3400 avant notre ère, [47] faisant valoir que la poterie tardive de ces deux cultures peut à peine être distinguée de la poterie ancienne de Yamnaya. [172]

L'horizon Yamnaya (alias culture Pit Grave) s'est rapidement propagé à travers les steppes pontiques-caspiennes entre ca. 3400 et 3200 AEC. [47] C'était une adaptation à un changement climatique qui s'est produit entre 3500 et 3000 avant notre ère, dans lequel les steppes sont devenues plus sèches et plus fraîches. Les troupeaux devaient être déplacés fréquemment pour les nourrir suffisamment, et l'utilisation de chariots et d'équitation a rendu cela possible, conduisant à « une nouvelle forme de pastoralisme plus mobile ». [76] Elle s'accompagnait de nouvelles règles et institutions sociales, pour réguler les migrations locales dans les steppes, créant une nouvelle conscience sociale d'une culture distincte, et des "Autres culturels" qui ne participaient pas à ces nouvelles institutions. [170]

Selon Anthony, « la propagation de l'horizon Yamnaya était l'expression matérielle de la propagation de la fin proto-indo-européenne à travers les steppes pontiques-caspiennes. » [173] Anthony note en outre que "l'horizon de Yamnaya est l'expression archéologique visible d'un ajustement social à une grande mobilité - l'invention de l'infrastructure politique pour gérer des troupeaux plus importants à partir de maisons mobiles basées dans les steppes." [174] L'horizon Yamnaya représente la société proto-indo-européenne classique reconstruite avec des idoles de pierre, pratiquant principalement l'élevage dans des établissements permanents protégés par des collines, subsistant sur l'agriculture et la pêche le long des rivières. Selon Gimbutas, le contact de l'horizon Yamnaya avec les cultures de la fin du néolithique européen a donné naissance aux cultures « kurganisées » d'Amphora Globulaire et de Baden. [175] Anthony exclut la culture de l'Amphora Globulaire. [1]

La culture Maykop (3700-3000) émerge un peu plus tôt dans le nord du Caucase. Bien que considérée par Gimbutas comme une excroissance des cultures steppiques, elle est liée au développement de la Mésopotamie, et Anthony ne la considère pas comme une culture proto-indo-européenne. [1] La culture Maykop montre les premières preuves du début de l'âge du bronze, et des armes et des artefacts en bronze sont introduits à l'horizon de Yamnaya.

Entre 3100 et 2600 avant notre ère, le peuple Yamnaya s'est répandu dans la vallée du Danube jusqu'en Hongrie. [176] Selon Anthony, cette migration a probablement donné naissance au proto-celtique [177] et au pré-italique. [177] Des dialectes pré-germaniques se sont peut-être développés entre le Dniestr (ouest de l'Ukraine) et la Vistule (Pologne) vers c. 3100-2800 avant notre ère, et s'est propagée avec la culture de la vaisselle filaire. [178] Le slave et le baltique se sont développés au Dniepr moyen (Ukraine actuelle) [5] à c. 2800 avant notre ère, s'étendant également avec l'horizon de la vaisselle filaire. [48]

Post-Yamnaya Modifier

Dans la région nord du Don-Volga, l'horizon Yamnaya a été suivi par la culture Poltavka (2700-2100 avant notre ère), tandis que la culture Corded Ware s'étendait vers l'est, donnant naissance à la culture Sintashta (2100-1800). La culture Sintashta a étendu la zone de culture indo-européenne à l'est des montagnes de l'Oural, donnant naissance au proto-indo-iranien et à la propagation ultérieure des langues indo-iraniennes vers l'Inde et le plateau iranien. [1]

Déclin des populations néolithiques Modifier

Entre env. 4000 et 3000 avant notre ère, les populations néolithiques en Europe occidentale ont diminué, probablement en raison de la peste et d'autres fièvres hémorragiques virales. Ce déclin a été suivi par les migrations de populations indo-européennes vers l'Europe occidentale, transformant la constitution génétique des populations occidentales. [179] [note 19]

Trois études génétiques autosomiques en 2015 ont soutenu l'hypothèse kurgane de Gimbutas concernant la patrie proto-indo-européenne. Selon ces études, les haplogroupes R1b et R1a se sont développés à partir de la steppe eurasienne occidentale, ainsi que les langues indo-européennes, ils ont également détecté un composant autosomique présent chez les Européens modernes qui n'était pas présent chez les Européens néolithiques, qui aurait été introduit avec les lignées paternelles R1b et R1a, ainsi que les langues indo-européennes. [180] [74] [181]

Origines des langues IE européennes Modifier

Les origines de l'italo-celtique, du germanique et du balto-slave ont souvent été associées à la propagation de l'horizon de la vaisselle filaire et des cloches, mais les détails restent non résolus. Un facteur de complication est l'association de l'haplogroupe R1b avec l'horizon Yamnaya et les Bell Beakers, tandis que l'horizon Corded Ware est fortement associé à l'haplogroupe R1a. Les ancêtres du germanique et du balto-slave se sont peut-être répandus avec la vaisselle filaire, originaire de l'est des Carpates, tandis que la vallée du Danube était ancestrale à l'italo-celtique.

Relations entre les branches Modifier

Selon David Anthony, le pré-germanique s'est séparé le plus tôt (3300 av. grec (2500 avant notre ère). [27]

Mallory note que les langues italique, celtique et germanique sont étroitement liées, ce qui correspond à leur distribution historique. Les langues germaniques sont également liées aux langues baltes et slaves, qui partagent à leur tour des similitudes avec les langues indo-iraniennes. [182] Les langues grecque, arménienne et indo-iranienne sont également liées, ce qui suggère "une chaîne de dialectes indo-européens centraux s'étendant des Balkans à travers la mer Noire jusqu'à la Caspienne orientale". [182] Et les langues celtique, italique, anatolienne et tocharienne conservent des archaïsmes qui ne sont conservés que dans ces langues. [182]

Bien que les articles câblés soient présumés être largement dérivés de la culture Yamnaya, la plupart des mâles des articles câblés portaient l'ADN-Y R1a, tandis que les mâles des Yamnaya portaient principalement R1b-M269. [note 20] Selon Sjögren et al. (2020), R1b-M269 "est la lignée principale associée à l'arrivée de l'ascendance steppique en Europe occidentale après 2500 BC[E]," [185] et est fortement liée à l'expansion de Bell Beaker.

Le complexe balkano-danubien et la zone de contact des Carpates orientales Modifier

Le complexe balkano-danubien est un ensemble de cultures d'Europe du Sud-Est, à l'est et à l'ouest des montagnes des Carpates, à partir desquelles les langues indo-européennes occidentales se sont probablement propagées en Europe occidentale à partir de c. 3500 avant notre ère. [3] La région à l'est des montagnes des Carpates a formé une zone de contact entre la culture Yamnaya en expansion et les cultures paysannes d'Europe du Nord. Selon Anthony, le pré-italique et le pré-celtique (liés par Anthony à la vallée du Danube), et les pré-germaniques et balto-slaves (liés par Anthony à la zone de contact est-Carpates) peuvent s'être séparés ici du proto-indo -Européen. [186]

Anthony (2007) postule la culture Usatovo comme l'origine de la branche pré-germanique. [187] Il s'est développé à l'est des montagnes des Carpates, au sud-est de l'Europe centrale, vers 3300-3200 avant notre ère sur le fleuve Dniestr. [188] Bien qu'étroitement lié à la culture Tripolye, il est contemporain de la culture Yamnaya et lui ressemble de manière significative. [189] Selon Anthony, il pourrait provenir de « clans steppiques liés à l'horizon Yamnaya qui ont su imposer une relation patron-client aux villages agricoles de Tripolye ». [190]

Selon Anthony, les dialectes pré-germaniques se sont peut-être développés dans cette culture entre le Dniestr (ouest de l'Ukraine) et la Vistule (Pologne) vers c. 3100-2800 avant notre ère, et s'est propagée avec la culture de la vaisselle filaire. [178] Le slave et le baltique se sont développés au Dniepr moyen (Ukraine actuelle) [5] à c. 2800 avant notre ère, s'étendant vers le nord à partir de là. [48]

Anthony (2017) relie les origines de la vaisselle filaire aux migrations Yamnaya en Hongrie. [191] Entre 3100 et 2800/2600 av. Territoire d'Usatovo vers des destinations spécifiques, atteignant jusqu'en Hongrie, [192] où jusqu'à 3 000 kourganes peuvent avoir été soulevés. [193] D'après Anthony (2007), les sites Bell Beaker à Budapest, datés d'env. 2800-2600 avant notre ère, peut avoir contribué à la propagation des dialectes Yamnaya en Autriche et dans le sud de l'Allemagne à l'ouest, où le proto-celtique peut s'être développé. [177] Le pré-italique s'est peut-être développé en Hongrie et s'est répandu vers l'Italie via la culture Urnfield et la culture Villanovan. [177]

Selon Parpola, cette migration dans la vallée du Danube est liée à l'apparition de locuteurs indo-européens d'Europe en Anatolie et à l'apparition du hittite. [37]

Les langues balkaniques (thrace, dace, illyrienne) se sont peut-être développées parmi les premières populations indo-européennes du sud-est de l'Europe. Au début du Moyen Âge, leur territoire était occupé par des peuples slaves migrateurs et par des peuples des steppes d'Asie de l'Est.

Culture de la céramique filaire (3000–2400 av. J.-C.) Modifier

La culture Corded Ware en Europe centrale (vers 3200 [194] ou 2 900 [web 1] –2450 ou 2350 cal. [web 1] [194] BCE) a probablement joué un rôle essentiel dans l'origine et la propagation de l'indo-européen langues en Europe aux âges du cuivre et du bronze. [6] [7] David Anthony déclare que "Childe (1953:133-38) et Gimbutas (1963) ont spéculé que les migrants de l'horizon steppe Yamnaya (3300-2600 BCE) pourraient avoir été les créateurs de la culture Corded Ware et porté IE langues en Europe depuis les steppes." [195]

Selon Anthony (2007), la vaisselle filaire est originaire du nord-est des montagnes des Carpates et s'est répandue dans le nord de l'Europe après 3000 avant notre ère, avec une « propagation rapide initiale » entre 2900 et 2700 avant notre ère. [177] Alors qu'Anthony (2007) situe le développement des dilaects pré-germaniques à l'est des Carpates, plaidant pour une migration vers le haut du Dniestr, [178] Anthony (2017) rapporte les origines de la céramique filaire au début du IIIe siècle Yamna- migrations dans la vallée du Danube, déclarant que « [l] e flux migratoire qui a créé ces cimetières intrusifs peut maintenant être vu comme s'étant poursuivi de l'est de la Hongrie à travers les Carpates jusqu'au sud de la Pologne, où les premiers traits matériels de l'horizon de la céramique filaire sont apparus. " [196] Dans le sud de la Pologne, l'interaction entre les amphores scandinaves et mondiales a donné lieu à une nouvelle culture, absorbée par les nouveaux pasteurs Yamnaya. [197] [note 21] [note 22]

Selon Mallory (1999), la culture Corded Ware peut être postulée comme « l'ancêtre préhistorique commun des langues celtiques, germaniques, baltes, slaves et peut-être certaines des langues indo-européennes d'Italie ».Pourtant, Mallory note également que la vaisselle à cordon ne peut pas expliquer le grec, l'illyrien, le thrace et l'italique oriental, qui peuvent être dérivés de l'Europe du Sud-Est. [200] Selon Anthony, l'horizon Corded Ware a peut-être introduit le germanique, le baltique et le slave dans le nord de l'Europe. [177]

Selon Gimbutas, la culture Corded Ware a été précédée par la culture Globular Amphora (3400-2800 BCE), qu'elle considérait également comme une culture indo-européenne. La culture de l'Amphora globulaire s'étendait de l'Europe centrale à la mer Baltique et a émergé de la culture Funnelbeaker. [201] Selon Mallory, vers 2400 av. Une branche apparentée a envahi les territoires du Danemark actuel et du sud de la Suède. Dans certains endroits, une continuité entre Funnelbeaker et Corded Ware peut être démontrée, tandis que dans d'autres domaines Corded Ware annonce une nouvelle culture et un nouveau type physique. [79] Selon Cunliffe, la majeure partie de l'expansion était clairement intrusive. [202] Pourtant, selon Furholt, la culture Corded Ware était un développement indigène, [195] reliant les développements locaux dans un réseau plus large. [196]

Les recherches récentes de Haak et al. ont découvert que quatre personnes décédées de la céramique filaire (2500-2300 avant notre ère) enterrées à Esperstadt, en Allemagne, étaient génétiquement très proches du peuple Yamna, suggérant qu'une migration massive a eu lieu des steppes eurasiennes vers l'Europe centrale. [8] [web 2] [9] [203] Selon Haak et al. (2015), German Corded Ware "trace

75 % de leur ascendance aux Yamna." [204] Dans des informations supplémentaires pour Haak et al. (2015), Anthony, avec Lazaridis, Haak, Patterson et Reich, note que la migration massive du peuple Yamnaya vers l'Europe du Nord montre que « les langues auraient pu être introduites simplement par la force du nombre : via une migration majeure à laquelle les deux sexes ont participé. » [205] [note 23]

Volker Heyd a mis en garde de faire attention à ne pas tirer de conclusions trop fortes de ces similitudes génétiques entre Corded Ware et Yamna, notant le petit nombre d'échantillons les dates tardives des tombes d'Esperstadt, qui pourraient également avoir subi un mélange Bell Beaker la présence d'ascendance Yamna en Europe occidentale avant l'expansion du Danube et les risques d'extrapoler « les résultats d'une poignée d'inhumations individuelles à des populations entières interprétées ethniquement ». [206] Heyd confirme le lien étroit entre Corded Ware et Yamna, mais déclare également que « ni une traduction un à un de Yamnaya à CWC, ni même le rapport 75:25 comme prétendu (Haak et al. 2015:211) correspond aux archives archéologiques." [206]

Culture Bell Beaker (2900-1800 avant notre ère) Modifier

La culture Bell Beaker (c. 2900-1800 avant notre ère [208] [209] ) peut être ancestral au proto-celtique, [210] qui s'est répandu vers l'ouest à partir des régions alpines et a formé un Sprachbund « indo-européen du nord-ouest » avec l'italique, le germanique et le balto-slave. [211] [note 24]

Les premiers mouvements des Bell Beakers de l'estuaire du Tage, au Portugal, étaient maritimes. Un mouvement vers le sud a conduit à la Méditerranée où des «enclaves» ont été établies dans le sud-ouest de l'Espagne et le sud de la France autour du golfe du Lion et dans la vallée du Pô en Italie, probablement via d'anciennes routes commerciales des Alpes occidentales utilisées pour distribuer les haches de jadéite. Un mouvement vers le nord a incorporé la côte sud de l'Armorique. L'enclave établie dans le sud de la Bretagne était étroitement liée à la voie fluviale et terrestre, via la Loire, et à travers la vallée du Gâtinais jusqu'à la vallée de la Seine, et de là vers le bas Rhin. Il s'agissait d'une route établie de longue date reflétée dans les premières distributions de haches de pierre et c'est via ce réseau que les cloches maritimes ont atteint pour la première fois le Rhin inférieur vers 2600 avant notre ère. [209] [212]

Germanique Modifier

Les peuples germaniques (également appelés teutoniques, suebiens ou gothiques dans la littérature ancienne) [214] étaient un groupe ethnolinguistique indo-européen d'origine nord-européenne, identifié par leur utilisation des langues germaniques qui se sont diversifiées à partir du proto-germanique à partir du Âge du fer pré-romain. [web 16]

Selon Mallory, les germanistes « s'accordent généralement » à dire que la Urheimat (« patrie d'origine ») de la langue proto-germanique, l'idiome ancestral de tous les dialectes germaniques attestés, était principalement situé dans une zone correspondant à l'étendue de la culture Jastorf, [215] [216] [217] [note 25] situé au Danemark et dans le nord de l'Allemagne. [218]

Selon Herrin, les peuples germaniques auraient émergé vers 1800 avant notre ère avec l'âge du bronze nordique (c.1700-500 avant notre ère). [web 17] L'âge du bronze nordique s'est développé à partir de l'absorption de la culture de chasseurs-cueilleurs Pitted Ware (c.3500-2300 BCE) dans la culture agricole Battle Axe (c.2800-2300 BCE), [219] [220] qui à son tour développé à partir de la superposition de la culture Corded Ware (c. 3100-2350 BCE) sur la culture Funnelbeaker (c. 4300-2800 BCE) sur la plaine nord-européenne, adjacente au nord de la culture Bell Beaker (c. 2800 -2300 avant notre ère). [web 17] Le pré-germanique a peut-être été lié aux langues slavo-baltes et indo-iraniennes, mais réorienté vers les langues italo-celtiques. [web 18]

Au début du 1er millénaire avant JC, on pense que le proto-germanique était parlé dans les régions du Danemark actuel, du sud de la Suède et du nord de l'Allemagne. Au fil du temps, cette zone a été étendue pour inclure le sud de la Norvège et une bande de terre dans la plaine nord-européenne s'étendant de la Flandre à la Vistule. Environ 28 % du vocabulaire germanique est d'origine non indo-européenne. [221]

Au IIIe siècle av. J.-C., l'âge du fer pré-romain est apparu parmi les peuples germaniques, qui s'étendaient à l'époque vers le sud aux dépens des Celtes et des Illyriens. [web 19] Au cours des siècles suivants, les peuples germaniques migrants ont atteint les rives du Rhin et du Danube le long de la frontière romaine, et se sont également étendus sur les territoires des peuples iraniens au nord de la mer Noire. [web 20]

À la fin du IVe siècle, les Huns ont envahi les territoires germaniques par l'est, forçant de nombreuses tribus germaniques à migrer vers l'Empire romain d'Occident. [web 21] Au cours de l'ère viking, qui a commencé au 8ème siècle, les peuples germaniques du Nord de Scandinavie ont migré dans toute l'Europe, établissant des colonies jusqu'en Amérique du Nord. Les migrations des peuples germaniques au 1er millénaire ont été un élément formateur de la répartition des peuples dans l'Europe moderne. [web 17]

Italo-celtique Modifier

Les langues italiques et celtiques sont généralement regroupées sur la base de caractéristiques communes à ces deux branches et à aucune autre. Cela pourrait impliquer qu'ils descendent d'un ancêtre commun et/ou proto-celtique et proto-italique développé à proximité sur une longue période de temps. Le lien avec la culture Yamnaya, dans la zone de contact de l'Europe occidentale et centrale entre le Rhin et la Vistule (Pologne), [222] est le suivant : Culture Yamnaya (vers 3300-2600 av. -2350 avant notre ère) - Culture Bell Beaker (vers 2800-1800 av. Dans les Balkans, la culture Vučedol (vers 3000-2200 avant notre ère) a formé une zone de contact entre la culture post-Yamnaya et Bell Beaker.

Italique Modifier

Les langues italiques sont une sous-famille de la famille des langues indo-européennes parlées à l'origine par les peuples italiques. Ils comprennent les langues romanes dérivées du latin (italien, sarde, espagnol, catalan, portugais, français, roumain, occitan, etc.) . À l'heure actuelle, le latin et ses langues romanes filles sont les seules langues survivantes de la famille des langues italiques.

La théorie la plus largement acceptée suggère que les Latins et d'autres tribus proto-italiques sont d'abord entrés en Italie avec la culture proto-villanovienne de la fin de l'âge du bronze (XIIe-Xe siècle avant notre ère), qui faisait alors partie du système de culture des champs d'urnes d'Europe centrale (1300-750 avant notre ère). ). [223] [224] En particulier, divers auteurs, comme Marija Gimbutas, avaient noté des similitudes importantes entre Proto-Villanova, la culture des champs d'urnes sud-allemande de Bavière-Haute-Autriche [225] et la culture des champs d'urnes du Moyen-Danube. [225] [226] [227] Selon David W. Anthony, les proto-latins sont originaires de la Hongrie orientale actuelle, kurganisée vers 3100 avant notre ère par la culture Yamnaya, [228] tandis que Kristian Kristiansen associait les Proto-Villanovans aux Velatice-Baierdorf culture de la Moravie et de l'Autriche. [229]

Aujourd'hui, les langues romanes, qui comprennent toutes les langues descendantes du latin, sont parlées par plus de 800 millions de locuteurs natifs dans le monde, principalement dans les Amériques, en Europe et en Afrique. Les langues romanes sont soit officielles, co-officielles ou largement utilisées dans 72 pays du monde. [230] [231] [232] [233] [234]

Celtique Modifier

Les Celtes ( / ˈ k ɛ l t s / , occasionnellement / ˈ s ɛ l t s / , voir la prononciation de celtique) ou les Kelts étaient un groupe ethnolinguistique de sociétés tribales de l'âge du fer et de l'Europe médiévale qui parlaient des langues celtiques et avaient une culture similaire, [235] bien que la relation entre les éléments ethniques, linguistiques et culturels reste incertaine et controversée.

La culture archéologique la plus ancienne qui peut à juste titre être considérée comme proto-celtique est la culture des champs d'urnes de l'âge du bronze tardif d'Europe centrale, qui a prospéré à partir d'environ 1200 avant notre ère. [236]

Leurs descendants entièrement celtiques [236] en Europe centrale étaient les gens de la culture de l'âge du fer de Hallstatt (c. 800-450 avant notre ère) du nom des riches découvertes de tombes à Hallstatt, en Autriche. [237] À la fin de la période de La Tène (vers 450 avant notre ère jusqu'à la conquête romaine), cette culture celtique s'était étendue par diffusion ou migration vers les îles britanniques (Celtes insulaires), la France et les Pays-Bas (Gaules), la Bohême, la Pologne et une grande partie de l'Europe centrale, la péninsule ibérique (Celtibériens, Celtici et Gallaeci) et l'Italie (Golaseccans, Lepontii, Ligures et Gaules cisalpines) [238] et, à la suite de l'invasion gauloise des Balkans en 279 avant notre ère, aussi loin à l'est que le centre Anatolie (Galates). [239]

Les langues celtiques (généralement prononcées / ˈ k ɛ lt ɪ k / mais parfois / ˈ s ɛ lt ɪ k / ) [240] descendent du proto-celtique, ou « celtique commun », une branche de la grande famille des langues indo-européennes . Le terme « celtique » a été utilisé pour la première fois pour décrire ce groupe linguistique par Edward Lhuyd en 1707. [241]

Les langues celtiques modernes sont principalement parlées au nord-ouest de l'Europe, notamment en Irlande, en Écosse, au Pays de Galles, en Bretagne, en Cornouailles et sur l'île de Man, et peuvent être parlées sur l'île du Cap-Breton. Il existe également un nombre important de locuteurs gallois dans la région de la Patagonie en Argentine. Certaines personnes parlent des langues celtiques dans les autres régions de la diaspora celtique des États-Unis, [242] le Canada, l'Australie, [243] et la Nouvelle-Zélande. [244] Dans toutes ces régions, les langues celtiques ne sont désormais parlées que par des minorités, bien qu'il y ait des efforts continus de revitalisation. Le gallois est la seule langue celtique à ne pas être classée "en danger" par l'UNESCO.

Au cours du 1er millénaire avant notre ère, ils étaient parlés dans une grande partie de l'Europe, dans la péninsule ibérique, des côtes de l'Atlantique et de la mer du Nord, jusqu'à la vallée du Rhin et en bas de la vallée du Danube jusqu'à la mer Noire, le nord de la péninsule des Balkans et en Asie centrale Mineur. La propagation au Cap-Breton et en Patagonie s'est produite à l'époque moderne. Les langues celtiques, en particulier l'irlandais, étaient parlées en Australie avant la fédération en 1901 et y sont encore utilisées dans une certaine mesure. [245]

Balto-slave Modifier

Le groupe linguistique balto-slave comprend traditionnellement les langues baltes et slaves, appartenant à la famille des langues indo-européennes. Les langues baltes et slaves partagent plusieurs traits linguistiques que l'on ne trouve dans aucune autre branche indo-européenne, ce qui indique une période de développement commun. La plupart des indo-européanistes classent les langues baltes et slaves en une seule branche, même si certains détails de la nature de leur relation restent controversés [note 26] dans certains cercles, généralement en raison de controverses politiques. [246] Certains linguistes, cependant, ont récemment suggéré que le balto-slave devrait être divisé en trois nœuds équidistants : la Baltique orientale, la Baltique occidentale et le Slave. [note 27] [note 28]

Une langue proto-balto-slave est reconstituable par la méthode comparative, descendante du proto-indo-européen au moyen de lois sonores bien définies, et dont sont issues les langues slaves et baltes modernes. Un dialecte particulièrement innovant s'est séparé du continuum dialectal balto-slave et est devenu l'ancêtre de la langue proto-slave, dont toutes les langues slaves sont issues. [247]

Baltes Modifier

Les Baltes ou peuples baltes (lituanien : baltaï, letton : balti) sont un groupe ethnolinguistique indo-européen qui parle les langues baltes, une branche de la famille des langues indo-européennes, qui était à l'origine parlée par des tribus vivant dans la région à l'est de la péninsule du Jutland à l'ouest et à l'ouest de Moscou et du Bassins des rivières Oka et Volga à l'est. L'une des caractéristiques des langues baltes est le nombre de caractéristiques conservatrices ou archaïques retenues. [248] Parmi les peuples baltes se trouvent les Lituaniens modernes, les Lettons (y compris les Latgaliens) – tous des Baltes orientaux – ainsi que les Vieux Prussiens, Yotvingiens et Galindiens – les Baltes occidentaux – dont le peuple a également survécu, mais dont les langues et les cultures sont maintenant éteintes, et sont maintenant assimilés à la communauté de la Baltique orientale. [ vague ]

Slaves Modifier

Les Slaves sont un groupe ethnolinguistique indo-européen vivant en Europe centrale, en Europe de l'Est, en Europe du Sud-Est, en Asie du Nord et en Asie centrale, qui parlent les langues slaves indo-européennes et partagent, à des degrés divers, certains traits culturels et antécédents historiques. . Depuis le début du 6ème siècle, ils se sont répandus pour habiter la plupart des pays d'Europe centrale et orientale et d'Europe du Sud-Est. Des groupes slaves s'aventurèrent également jusqu'en Scandinavie, constituant des éléments chez les Vikings [249] [note 29] tandis qu'à l'autre extrême géographique, des mercenaires slaves combattant pour les Byzantins et les Arabes s'installèrent en Asie Mineure et même jusqu'en Syrie. [250] Plus tard, les Slaves de l'Est (en particulier, les Russes et les Ukrainiens) ont colonisé la Sibérie [251] et l'Asie centrale. [252] Chaque ethnie slave a émigré vers d'autres parties du monde. [253] [254] Plus de la moitié du territoire européen est habité par des communautés de langue slave. [255]

Nations modernes et groupes ethniques appelés par l'ethnonyme Slaves sont considérablement diverses à la fois génétiquement et culturellement, et les relations entre elles – même au sein des groupes ethniques eux-mêmes – sont variées, allant d'un sentiment de connexion à des sentiments mutuels d'hostilité. [256]

Langues des Balkans Modifier

Thrace et Dacie Modifier

Thrace Modifier

La langue thrace était la langue indo-européenne parlée en Europe du Sud-Est par les Thraces, les voisins du nord des Grecs. Certains auteurs regroupent le thrace et le dace dans une famille linguistique baltique méridionale. [257] Les Thraces habitaient une vaste zone dans le sud-est de l'Europe, [258] y compris des parties des anciennes provinces de Thrace, Mésie, Macédoine, Dacie, Scythie Mineure, Sarmatie, Bithynie, Mysie, Pannonie et d'autres régions des Balkans et d'Anatolie . Cette zone s'étendait sur la majeure partie de la région des Balkans, et les Gètes au nord du Danube jusqu'au-delà du Bug et incluant la Panonie à l'ouest. [259]

Les origines des Thraces restent obscures, en l'absence de documents historiques écrits. L'évidence des proto-Thraces dans la période préhistorique dépend des artefacts de la culture matérielle. Leo Klejn identifie les proto-Thraces avec la culture de la céramique multi-cordonnée qui a été repoussée d'Ukraine par l'avancée de la culture des tombes en bois. Il est généralement proposé qu'un peuple proto-thrace s'est développé à partir d'un mélange de peuples autochtones et d'Indo-européens à partir de l'époque de l'expansion proto-indo-européenne au début de l'âge du bronze [260] lorsque ces derniers, vers 1500 avant notre ère, se sont mélangés à des indigènes. peuples. [261] Nous parlons de proto-Thraces à partir desquels pendant l'âge du fer [262] (environ 1000 avant notre ère) les Daces et les Thraces commencent à se développer.

Dacien Modifier

Les Daces ( / ˈ d eɪ ʃ n z / Latin : Daci, grec ancien : Δάκοι, [263] Δάοι, [263] Δάκαι [264] ) étaient un peuple indo-européen, faisant partie ou lié aux Thraces. Les Daces étaient les anciens habitants de la Dacie, situés dans et autour des montagnes des Carpates et à l'ouest de la mer Noire. Cette zone comprend les pays actuels de la Roumanie et de la Moldavie, ainsi que des parties de l'Ukraine, [265] l'est de la Serbie, le nord de la Bulgarie, la Slovaquie, [266] la Hongrie et le sud de la Pologne. [265]

Les Daces parlaient la langue dace, qui aurait été étroitement liée au thrace, mais étaient quelque peu influencés culturellement par les Scythes voisins et par les envahisseurs celtiques du 4ème siècle avant notre ère. [web 23] Les Daces et les Gètes ont toujours été considérés comme des Thraces par les anciens (Dio Cassius, Trogus Pompeius, Appian, Strabon et Pline l'Ancien), et on disait tous deux qu'ils parlaient la même langue thrace. [267] [268]

Les témoignages de proto-thraces ou de proto-daces à l'époque préhistorique dépendent des vestiges de la culture matérielle. Il est généralement proposé qu'un peuple proto-dacien ou proto-thrace se soit développé à partir d'un mélange de peuples indigènes et d'indo-européens à partir de l'époque de l'expansion proto-indo-européenne au début de l'âge du bronze (3 300-3 000 avant notre ère) [260] quand ce dernier, vers 1500 avant notre ère, a conquis les peuples indigènes. [261] Les indigènes étaient des agriculteurs danubiens, et les envahisseurs du 3e millénaire avant notre ère étaient des guerriers-éleveurs kurgans des steppes ukrainiennes et russes. [269]

L'indo-européanisation était achevée au début de l'âge du bronze. Les habitants de cette époque sont mieux décrits comme des proto-Thraces, qui se sont développés plus tard à l'âge du fer en Géto-Daces danubiens-carpates ainsi qu'en Thraces de la péninsule balkanique orientale. [270]

Illyrien Modifier

Les Illyriens (grec ancien : Ἰλλυριοί , Illyrioi Latin: Illyrii ou Illyri) étaient un groupe de tribus indo-européennes dans l'Antiquité, qui habitaient une partie des Balkans occidentaux et les côtes sud-est de la péninsule italienne (Messapia).[272] Le territoire habité par les Illyriens est devenu l'Illyrie pour les auteurs grecs et romains, qui ont identifié un territoire qui correspond à la Croatie, la Bosnie-Herzégovine, la Slovénie, le Monténégro, une partie de la Serbie et la majeure partie de l'Albanie, entre la mer Adriatique à l'ouest, la rivière Drava au nord, la rivière Morava à l'est et l'embouchure de la rivière Aoos au sud. [273] Le premier récit des peuples illyriens vient du Périple du Pseudo-Scylax, un ancien texte grec du milieu du 4ème siècle avant notre ère qui décrit les passages côtiers de la Méditerranée. [274]

Ces tribus, ou du moins un certain nombre de tribus considérées comme des "Illyriens proprement dits", dont seuls de petits fragments sont suffisamment attestés pour être classés comme des branches indo-européennes [275] ont probablement disparu au IIe siècle de notre ère. [276]

Le nom "Illyriens", tel qu'appliqué par les anciens Grecs à leurs voisins du nord, peut avoir fait référence à un groupe de peuples large et mal défini, et on ne sait pas aujourd'hui dans quelle mesure ils étaient linguistiquement et culturellement homogènes. Les tribus illyriennes ne se sont jamais considérées collectivement comme des « illyriens », et il est peu probable qu'elles aient utilisé une nomenclature collective pour elles-mêmes. [277] Le nom Illyriens semble être le nom appliqué à une tribu illyrienne spécifique, qui fut la première à entrer en contact avec les anciens Grecs pendant l'âge du bronze, [278] provoquant le nom Illyriens à appliquer à toutes les personnes de langue et de coutumes similaires. [279]

Albanais Modifier

Albanais (navire [ʃcip] ou gjuha shqipe [ˈɟuha ˈʃcipɛ] , signifiant langue albanaise) est une langue indo-européenne parlée par environ 7,4 millions de personnes, principalement en Albanie, au Kosovo, en République de Macédoine et en Grèce, mais aussi dans d'autres régions des Balkans où se trouve une population albanaise, dont le Monténégro et la Serbie (vallée de Presevo ). Des communautés séculaires parlant des dialectes albanais se trouvent dispersées en Grèce, dans le sud de l'Italie, [280] en Sicile et en Ukraine. [281] En raison d'une diaspora moderne, il existe également des locuteurs albanais ailleurs dans ces pays et dans d'autres parties du monde, notamment en Scandinavie, en Suisse, en Allemagne, en Autriche et en Hongrie, au Royaume-Uni, en Turquie, en Australie, en Nouvelle-Zélande, aux Pays-Bas , Singapour, Brésil, Canada et États-Unis.

Le premier document écrit qui mentionne la langue albanaise est un rapport de crime de la fin du XIIIe siècle de Dubrovnik. Le premier enregistrement audio de la langue albanaise a été réalisé par Norbert Jokl le 4 avril 1914 à Vienne. [282]

Arménien, Grec et Phrygien Modifier

Arménien Modifier

La langue arménienne a été écrite pour la première fois en 406 ou 407 après JC lorsqu'un prêtre connu sous le nom de Mesrop a développé un alphabet arménien.

Il y a trois points de vue parmi les érudits sur la façon dont les locuteurs de l'arménien sont apparus dans ce qui est aujourd'hui l'Arménie. L'une est qu'ils sont venus avec les Phrygiens de l'ouest, ou avec les Mitanni de l'est, et ont succédé aux Urartiens de langue non indo-européenne, qui étaient auparavant dominants dans cette région. Un autre point de vue est que le peuple arménien est venu à parler une langue indo-européenne après avoir parlé à l'origine une langue caucasienne. Le troisième point de vue est que l'ancêtre de la langue arménienne était déjà parlée dans la région à l'époque où elle était politiquement dominée d'abord par les Hittites, puis par les Urartiens. [283]

Un point de vue minoritaire suggère également que la patrie indo-européenne pourrait avoir été située dans les hauts plateaux arméniens. [284]

Grec hellénique Modifier

L'hellénique est la branche de la famille des langues indo-européennes qui comprend les différentes variétés de grec. [286] Dans les classifications traditionnelles, l'hellénique se compose uniquement de grec, [287] [288] mais certains linguistes regroupent le grec avec diverses langues anciennes considérées comme étroitement liées ou distinguent des variétés de grec suffisamment distinctes pour être considérées comme des langues distinctes. [289] [290]

Les Proto-Grecs, qui parlaient le prédécesseur de la langue mycénienne, se situent pour la plupart au début de la période helladique en Grèce (début du 3e millénaire avant notre ère vers 3200 avant notre ère) vers la fin du néolithique en Europe du Sud. [291] [292] À la fin du Néolithique, les locuteurs de ce dialecte, qui deviendra proto-grec, ont migré de leur patrie au nord-est de la mer Noire vers les Balkans et dans la péninsule grecque. L'évolution du proto-grec pourrait être considérée dans le contexte d'un premier sprachbund paléo-balkanique qui rend difficile la délimitation exacte des frontières entre les langues individuelles. [293] La représentation typiquement grecque des laryngées initiales des mots par des voyelles prothétiques est partagée, par exemple, par la langue arménienne, qui semble également partager d'autres particularités phonologiques et morphologiques du grec, ce qui a conduit certains linguistes à proposer une relation hypothétiquement plus proche. entre le grec et l'arménien, bien que les preuves restent rares. [294]

Phrygien Modifier

Les Phrygiens (gr. Φρύγες, Phruges ou Phroges) étaient un ancien peuple indo-européen, qui a établi son royaume avec une capitale finalement à Gordium. On ignore actuellement si les Phrygiens ont été activement impliqués dans l'effondrement de la capitale hittite Hattusa ou s'ils se sont simplement déplacés dans le vide laissé par l'effondrement de l'hégémonie hittite après l'effondrement de l'âge du bronze final.

La langue phrygienne / ˈ f r ɪ dʒ i ə n / était la langue parlée par les Phrygiens en Asie Mineure pendant l'Antiquité classique (vers le 8e siècle avant notre ère jusqu'au 5e siècle de notre ère). Le phrygien est considéré par certains linguistes comme étant étroitement lié au grec. [295] [296] La similitude de certains mots phrygiens avec les mots grecs a été observée par Platon dans son Cratyle (410a). Cependant, Eric P. Hamp suggère que le phrygien était lié à l'italo-celtique dans un groupe hypothétique "indo-européen du nord-ouest". [297]

Selon Hérodote, les Phrygiens résidaient initialement dans le sud des Balkans sous le nom de Bryges (Briges), le changeant en Phruges après leur migration finale vers l'Anatolie, via l'Hellespont. Bien que la théorie de la migration soit encore défendue par de nombreux historiens modernes, la plupart des archéologues ont abandonné l'hypothèse de la migration concernant l'origine des Phrygiens en raison d'un manque de preuves archéologiques substantielles, la théorie de la migration ne reposant que sur les récits d'Hérodote et de Xanthus. [298]

Des origines tribales et villageoises, l'état de Phrygie est né au VIIIe siècle avant notre ère avec sa capitale à Gordium. Durant cette période, les Phrygiens s'étendent vers l'est et empiètent sur le royaume d'Urartu, les descendants des Hourrites, un ancien rival des Hittites. Pendant ce temps, le royaume phrygien fut submergé par les envahisseurs cimmériens vers 690 av. , et est finalement devenu une partie de l'Empire romain. La dernière mention de la langue phrygienne dans la littérature remonte au cinquième siècle de notre ère et elle était probablement éteinte au septième siècle. [299]

Les peuples indo-iraniens sont un groupe de groupes ethniques constitués des peuples indo-aryen, iranien, dardique et nuristani, c'est-à-dire des locuteurs des langues indo-iraniennes, une branche majeure de la famille des langues indo-européennes.

Les Proto-Indo-Iraniens sont communément identifiés avec la culture Sintashta et la culture Andronovo ultérieure dans l'horizon plus large d'Andronovo, et leur patrie avec une zone de la steppe eurasienne qui borde le fleuve Oural à l'ouest, le Tian Shan à l'est.

Les Indo-Iraniens ont interagi avec la culture Bactriane-Margiane, également appelée « Complexe archéologique Bactriane-Margiane ». Le proto-indo-iranien est né de cette influence. [300] Les Indo-Iraniens ont également emprunté leurs croyances et pratiques religieuses distinctives à cette culture. [300]

Les migrations indo-iraniennes se sont déroulées en deux vagues. [301] [302] La première vague consistait en la migration indo-aryenne dans le Levant et une migration vers le sud-est du peuple védique, sur l'Hindu Kush dans le nord de l'Inde. [2] Les Indo-aryens se sont séparés vers 1800-1600 avant notre ère des Iraniens, [49] après quoi ils ont été vaincus et divisés en deux groupes par les Iraniens, [303] qui ont dominé la zone de steppe d'Eurasie centrale [304] et "chassèrent [les Indo-aryens] jusqu'aux extrémités de l'Eurasie centrale". [304] Soi-disant un groupe était les Indo-aryens qui ont fondé le royaume de Mitanni autour du nord de la Syrie [305] (c. 1500-1300 BCE) l'autre groupe était le peuple védique. [306] Christopher I. Beckwith suggère que les Wusun, un peuple caucasien indo-européen d'Asie intérieure dans l'antiquité, étaient également d'origine indo-aryenne. [307]

La deuxième vague est interprétée comme la vague iranienne, [308] et a eu lieu dans la troisième étape des migrations indo-européennes [2] à partir de 800 avant notre ère.

Culture Sintashta-Petrovka et Andronovo Modifier

Culture Sintashta-Petrovka Modifier

La culture Sintashta, également connue sous le nom de culture Sintashta-Petrovka [309] ou culture Sintashta-Arkaim, [310] est une culture archéologique de l'âge du bronze de la steppe nord-eurasienne aux confins de l'Europe de l'Est et de l'Asie centrale, datée de la période 2100 –1800 avant notre ère. [1] C'est probablement la manifestation archéologique du groupe linguistique indo-iranien. [311]

La culture Sintashta a émergé de l'interaction de deux cultures antérieures. Son prédécesseur immédiat dans la steppe de l'Oural-Tobol était la culture Poltavka, une ramification de l'horizon Yamnaya d'élevage de bétail qui s'est déplacé vers l'est dans la région entre 2800 et 2600 avant notre ère. Plusieurs villes de Sintashta ont été construites sur d'anciennes colonies de Poltavka ou à proximité des cimetières de Poltavka, et les motifs de Poltavka sont courants sur la poterie de Sintashta. La culture matérielle de Sintashta montre également l'influence de la culture tardive d'Abashevo, un ensemble d'établissements d'articles câblés dans la zone de steppe forestière au nord de la région de Sintashta qui étaient également à prédominance pastorale. [312] Allentoft et al. (2015) ont également trouvé une relation génétique autosomique étroite entre les peuples de la culture Corded Ware et la culture Sintashta. [74]

Les premiers chars connus ont été trouvés dans des sépultures de Sintashta, et la culture est considérée comme un candidat sérieux pour l'origine de la technologie, qui s'est répandue dans tout le Vieux Monde et a joué un rôle important dans les guerres anciennes. [313] Les établissements de Sintashta sont également remarquables par l'intensité de l'extraction du cuivre et de la métallurgie du bronze qui y sont pratiquées, ce qui est inhabituel pour une culture steppique. [314]

En raison de la difficulté d'identifier les vestiges des sites de Sintashta sous ceux des colonies postérieures, la culture n'a été distinguée que récemment de la culture d'Andronovo. [310] Elle est désormais reconnue comme une entité distincte faisant partie de « l'horizon Andronovo ». [309]

Culture andronovo Modifier

La culture d'Andronovo est une collection de cultures indo-iraniennes locales similaires de l'âge du bronze qui ont prospéré c. 1800-900 avant notre ère en Sibérie occidentale et dans la steppe d'Asie occidentale. [315] Il est probablement mieux appelé un complexe archéologique ou un horizon archéologique. Le nom dérive du village d'Andronovo ( 55°53′N 55°42′E  /  55.883°N 55.700°E  / 55.883 55.700 ), où en 1914, plusieurs tombes ont été découvertes, avec des squelettes en position accroupie, enterrés avec des poteries richement décorées. L'ancienne culture Sintashta (2100-1800), anciennement incluse dans la culture Andronovo, est maintenant considérée séparément, mais considérée comme son prédécesseur, et acceptée comme faisant partie de l'horizon plus large d'Andronovo. Au moins quatre sous-cultures de l'horizon Andronovo ont été distinguées, au cours desquelles la culture s'étend vers le sud et l'est :

  • Sintashta-Petrovka-Arkaim (Oural méridional, Kazakhstan septentrional, 2200-1600 avant notre ère)
    • la fortification de Sintashta d'env. 1800 avant notre ère dans l'oblast de Tcheliabinsk
    • la colonie de Petrovka colonie fortifiée au Kazakhstan
    • la colonie voisine d'Arkaim datant du 17ème siècle
    • Alexeïevka (1300–1100 avant notre ère "Bronze final") dans l'est du Kazakhstan, contacts avec Namazga VI en Turkménie dans le sud de l'oblast de Tioumen
      -Vakhsh (1000-800 avant notre ère)
  • L'étendue géographique de la culture est vaste et difficile à délimiter exactement. Sur ses franges occidentales, il chevauche la culture approximativement contemporaine, mais distincte, de Srubna dans l'interfluvial Volga-Oural. À l'est, il atteint la dépression de Minusinsk, avec quelques sites aussi loin à l'ouest que les montagnes de l'Oural du sud, [318] chevauchant la zone de la culture Afanasevo antérieure. [319] Des sites supplémentaires sont dispersés aussi loin au sud que le Koppet Dag (Turkménistan), le Pamir (Tadjikistan) et le Tian Shan (Kirghizistan). La limite nord correspond vaguement au début de la taïga. [318] Dans le bassin de la Volga, l'interaction avec la culture de Srubna était la plus intense et la plus prolongée, et la poterie de style Federovo se trouve aussi loin à l'ouest que Volgograd.

    La plupart des chercheurs associent l'horizon d'Andronovo aux premières langues indo-iraniennes, bien qu'il puisse avoir chevauché la première zone de langue ouralienne à sa frange nord. Selon Narasimhan et al. (2018), l'expansion de la culture Andronovo vers le BMAC a eu lieu via le Inner Asia Mountain Corridor. [14]

    Culture Bactriane-Margiane Modifier

    La culture Bactriane-Margiane, également appelée « Complexe archéologique Bactriane-Margiane » (BMAC), était une culture non indo-européenne qui a influencé les groupes indo-européens de la deuxième étape des migrations indo-européennes. [300] Il était centré dans ce qui est aujourd'hui le nord-ouest de l'Afghanistan et le sud du Turkménistan, [300] et avait un réseau commercial élaboré qui s'étendait jusqu'à la civilisation de l'Indus, le plateau iranien et le golfe Persique. [320] Les découvertes sur les sites du BMAC comprennent un sceau cylindrique de type élamite et un sceau harappéen estampillé d'un éléphant et d'une écriture Indus trouvés à Gonur-depe. [321]

    Le proto-indo-iranien est né de cette influence du BMAC. [300] Les Indo-Iraniens ont également emprunté leurs croyances et pratiques religieuses distinctives à cette culture. [300] Selon Anthony, la religion Old Indic a probablement émergé parmi les immigrants indo-européens dans la zone de contact entre la rivière Zeravshan (actuel Ouzbékistan) et l'Iran (actuel). [322] C'était « un mélange syncrétique d'anciens éléments d'Asie centrale et de nouveaux éléments indo-européens », [322] qui empruntait « des croyances et des pratiques religieuses distinctives » [300] à la culture Bactria-Margiana. [300] Au moins 383 mots non indo-européens ont été empruntés à cette culture, dont le dieu Indra et la boisson rituelle Soma. [323]

    Migrations indo-aryennes Modifier

    Syrie : Mitanni Modifier

    Mitanni (cunéiforme hittite KURURU Mi-ta-an-ni), aussi Mittani (Mi-it-ta-ni) ou Hanigalbat (Assyrien Hanigalbat, Khanigalbat cunéiforme a-ni-gal-bat) ou Naharin dans les textes égyptiens anciens était un état de langue hourrite (non indo-européen) dans le nord de la Syrie et le sud-est de l'Anatolie à partir de c. 1500-1300 avant notre ère. Fondé par une classe dirigeante indo-aryenne gouvernant une population majoritairement hourrite, Mitanni est devenu une puissance régionale après la destruction hittite d'Amorite [324] Babylone et une série de rois assyriens inefficaces ont créé un vide de pouvoir en Mésopotamie.

    Au début de son histoire, le principal rival du Mitanni était l'Egypte sous les Thoutmosides. Cependant, avec l'ascension de l'empire hittite, le Mitanni et l'Égypte ont conclu une alliance pour protéger leurs intérêts mutuels de la menace de la domination hittite. À l'apogée de son pouvoir, au XIVe siècle avant notre ère, le Mitanni avait des avant-postes centrés autour de sa capitale, Washukanni, dont l'emplacement a été déterminé par les archéologues comme étant sur le cours supérieur de la rivière Khabur. Finalement, Mitanni a succombé aux attaques hittites et plus tard assyriennes, et a été réduit au statut de province de l'empire assyrien moyen.

    Leur sphère d'influence est montrée dans les noms de lieux hourrites, les noms de personnes et la diffusion à travers la Syrie et le Levant d'un type de poterie distinct.

    Inde : Indo-aryens Modifier

    La recherche sur les migrations indo-aryennes a commencé avec l'étude du Rig Veda au milieu du XIXe siècle par Max Muller, et a progressivement évolué d'une théorie d'une invasion à grande échelle d'un peuple racialement et technologiquement supérieur à une lente diffusion de petit nombre de nomades qui ont eu un impact sociétal disproportionné sur une grande population urbaine. Les revendications contemporaines des migrations indo-aryennes sont tirées de sources linguistiques, [325] archéologiques, littéraires et culturelles.

    Les migrations indo-aryennes impliquaient un certain nombre de tribus, qui peuvent avoir infiltré le nord de l'Inde dans une série de « vagues » de migration. Les cultures archéologiques identifiées avec des phases de la culture indo-aryenne comprennent la culture de la poterie de couleur ocre, la culture de la tombe du Gandhara, la culture de la céramique noire et rouge et la culture de la céramique peinte en gris. [326]

    Parpola postule une première vague d'immigration dès 1900 avant notre ère, correspondant à la culture Cemetery H et la culture Copper Hoard, c.q. La culture de la poterie de couleur ocre et une immigration au Pendjab ca. 1700-1400 avant notre ère. [302] [327] Selon Kochhar, il y a eu trois vagues d'immigration indo-aryenne qui se sont produites après la phase harappéenne mature : [328]

    1. les personnes apparentées "Murghamu" (culture Bactriane-Margiane) qui sont entrées au Baloutchistan à Pirak, au cimetière sud de Mehrgarh et à d'autres endroits, et ont ensuite fusionné avec les Harappéens post-urbains à la fin de la phase Harappéens Jhukar (2000-1800 avant notre ère)
    2. le Swat IV qui a co-fondé la phase H du cimetière Harappan au Pendjab (2000-1800 avant notre ère)
    3. et les Indo-aryens rigvédiques de Swat V qui ont ensuite absorbé le peuple du cimetière H et ont donné naissance à la culture Painted Grey Ware (PGW) (jusqu'à 1400 avant notre ère).

    Les Indo-aryens védiques ont commencé à migrer dans le nord-ouest de l'Inde vers 1500 avant notre ère, comme une diffusion lente au cours de la période Harappéen tardive, établissant la religion védique au cours de la période védique (vers 1500-500 avant notre ère).La culture associée était initialement une société tribale et pastorale centrée dans les parties nord-ouest du sous-continent indien. , les politiques au niveau de l'État. [329] [330]

    La fin de la période védique a vu la montée de grands États urbanisés ainsi que de mouvements shramana (y compris le jaïnisme et le bouddhisme) qui se sont opposés et ont contesté l'orthodoxie védique en expansion. [331] Vers le début de l'ère commune, la tradition védique a formé l'un des principaux constituants de la soi-disant « synthèse hindoue » [332]

    Asie intérieure : Wusun Modifier

    Selon Christopher I. Beckwith, les Wusun, un peuple caucasien indo-européen d'Asie intérieure dans l'antiquité, étaient également d'origine indo-aryenne. [333] À partir du terme chinois Wusun, Beckwith reconstitue le vieux chinois *âswin, qu'il compare au vieil indo-aryen aśvin « les cavaliers », le nom des dieux équestres jumeaux rigvédiques. [333] Beckwith suggère que les Wusun étaient un vestige oriental des Indo-aryens, qui avaient été soudainement poussés aux extrémités de la steppe eurasienne par les peuples iraniens au 2e millénaire avant notre ère. [334]

    Les Wusun sont d'abord mentionnés par des sources chinoises comme des vassaux dans le bassin du Tarim du Yuezhi, [335] un autre peuple caucasien indo-européen de souche tocharienne possible. [43] [336] Vers 175 avant notre ère, les Yuezhi ont été complètement vaincus par les Xiongnu, également d'anciens vassaux des Yuezhi. [336] [337] Les Yuezhi attaquèrent par la suite les Wusun et tuèrent leur roi ( chinois Kunmo : 昆彌 ou chinois Kunmi : 昆莫 ) Nandoumi ( chinois : 難兜靡 ), capturant la vallée de l'Ili aux Saka (Scythes) peu de temps après . [337] En retour, les Wusun s'installent sur les anciens territoires des Yuezhi comme vassaux des Xiongnu. [337] [338]

    Le fils de Nandoumi fut adopté par le roi Xiongnu et nommé chef des Wusun. [338] Vers 130 avant notre ère, il attaqua et vainquit complètement les Yuezhi, installant les Wusun dans la vallée d'Ili. [338]

    Après la défaite des Yuezhi par les Xiongnu, au IIe siècle av. Chassés de la vallée de l'Ili peu après par les Wusun, les Yuezhi ont migré vers la Sogdie puis la Bactriane, où ils sont souvent identifiés aux Tokhárioi (Τοχάριοι) et Asiei de sources classiques. Ils se sont ensuite étendus au nord de l'Asie du Sud, où une branche des Yuezhi a fondé l'empire Kushan. L'empire Kushan s'étendait de Turfan dans le bassin du Tarim à Pataliputra dans la plaine du Gange dans sa plus grande étendue, et a joué un rôle important dans le développement de la route de la soie et la transmission du bouddhisme en Chine.

    Peu après 130 avant notre ère, les Wusun sont devenus indépendants des Xiongnu, devenant des vassaux de confiance de la dynastie Han et une force puissante dans la région pendant des siècles. [338] Avec les fédérations de steppe émergentes du Rouran, les Wusun ont migré dans les montagnes du Pamir au 5ème siècle de notre ère. [337] Ils sont mentionnés pour la dernière fois en 938 lorsqu'un chef Wusun a rendu hommage à la dynastie Liao. [337]

    Mésopotamie – Kassites Modifier

    La langue kassite n'était pas indo-européenne. Cependant, l'apparition des Kassites en Mésopotamie au XVIIIe siècle avant notre ère a été liée à l'expansion indo-européenne contemporaine dans la région à l'époque. [339] [web 24] [340]

    Les Kassites ont pris le contrôle de la Babylonie après le sac hittite de la ville en 1595 avant notre ère (c'est-à-dire 1531 avant notre ère selon la courte chronologie) et ont établi une dynastie basée à Dur-Kurigalzu. [web 25] [web 26] [web 27] Les Kassites étaient membres d'une petite aristocratie militaire mais étaient des dirigeants efficaces et non impopulaires localement. [web 25] Le cheval, que les Kassites adoraient, fut utilisé pour la première fois en Babylonie à cette époque. [web 25] Les Kassites étaient polythéistes, et le nom d'une trentaine de dieux est connu. [web 27]

    La langue kassite n'a pas été classée. [web 27] Les relations génétiques de la langue kassite ne sont pas claires, bien qu'il soit généralement admis que ce n'était pas une relation sémitique avec l'élamite est douteuse. Une relation ou une appartenance à la famille Hurro-Urartienne a été suggérée, [341] y étant peut-être liée, [341] sur la base d'un certain nombre de mots. Cependant, plusieurs dirigeants kassites portaient des noms indo-européens, [web 28] et les Kassites adoraient plusieurs dieux indo-aryens, [342] [343] suggérant que les Kassites étaient sous une influence indo-européenne significative. [342] [343] Le règne des Kassites a jeté les bases essentielles pour le développement de la culture babylonienne ultérieure. [web 27]

    Iraniens Modifier

    Plateau iranien Modifier

    Les peuples iraniens [note 30] (également appelés peuples iraniens) sont un groupe ethnolinguistique indo-européen qui comprend les locuteurs des langues iraniennes. [344] Leurs zones de peuplement historiques se trouvaient sur le plateau iranien (principalement l'Iran, l'Azerbaïdjan et l'Afghanistan) et certaines régions voisines d'Asie (comme certaines parties du Caucase, l'est de la Turquie, le nord-est de la Syrie, l'Ouzbékistan, le Tadjikistan, le Bahreïn, l'Oman, le nord-est de la Syrie, l'Ouzbékistan, le Irak, nord-ouest et ouest du Pakistan) reflétant l'évolution de la portée géopolitique des empires perses et de l'histoire iranienne. [345] [346]

    Les Mèdes, les Parthes et les Perses commencent à apparaître sur le plateau iranien occidental à partir de c. 800 avant notre ère, après quoi ils sont restés sous domination assyrienne pendant plusieurs siècles, comme c'était le cas avec le reste des peuples du Proche-Orient. Les Achéménides ont remplacé la règle médiane à partir de 559 avant notre ère. Vers le premier millénaire de notre ère, les Kambojas, les Pachtounes et les Baloutches ont commencé à s'installer sur le bord oriental du plateau iranien, à la frontière montagneuse du nord-ouest et de l'ouest du Pakistan, déplaçant les premiers Indo-aryens de la région.

    Leur répartition actuelle s'étend sur tout le plateau iranien et s'étend du Caucase au nord au golfe Persique au sud, et du fleuve Indus à l'est à l'est de la Turquie à l'ouest - une région qui est parfois appelée la « culture iranienne ». continent", ou Grand Iran par certains érudits, et représente l'étendue des langues iraniennes et l'influence significative des peuples iraniens, à travers la portée géopolitique de l'empire iranien. [347]

    Les Iraniens comprennent les Perses d'aujourd'hui, les Lurs, les Ossètes, les Kurdes, les Pachtounes, les Baloutches, les Tadjiks et leurs sous-groupes des Mèdes historiques, des Massagètes, des Sarmates, des Scythes, des Parthes, des Alains, des Bactriens, des Soghdiens et d'autres peuples d'Asie centrale, les Caucase et plateau iranien. Un autre groupe possible sont les Cimmériens qui sont pour la plupart censés avoir été liés à des groupes de langue iranienne ou thrace, ou au moins avoir été gouvernés par une élite iranienne.

    Scythes Modifier

    Les premiers Iraniens à atteindre la mer Noire ont peut-être été les Cimmériens au 8ème siècle avant notre ère, bien que leur affiliation linguistique soit incertaine. Ils ont été suivis par les Scythes, qui domineraient la région, à leur apogée, des montagnes des Carpates à l'ouest, aux franges les plus orientales de l'Asie centrale à l'est, y compris le royaume indo-scythe en Inde. Pendant la plus grande partie de leur existence, ils étaient basés dans ce qui est aujourd'hui l'Ukraine et la Russie du sud de l'Europe.

    Les tribus sarmates, dont les plus connues sont les Roxolani (Rhoxolani), les Iazyges (Jazyges) et les Alani (Alans), ont suivi les Scythes vers l'ouest en Europe à la fin des siècles avant notre ère et aux Ier et IIe siècles de l'ère commune (The Age des migrations). La tribu peuplée sarmate des Massagètes, habitant près de la mer Caspienne, était connue des premiers dirigeants de la Perse à l'époque achéménide. A l'est, les Saka occupaient plusieurs régions du Xinjiang, de Khotan à Tumshuq.

    Déclin en Asie centrale Modifier

    En Asie centrale, les langues turques ont marginalisé les langues iraniennes à la suite de l'expansion turque des premiers siècles de notre ère. En Europe de l'Est, les peuples slaves et germaniques ont assimilé et absorbé les langues iraniennes indigènes (scythe et sarmate) de la région. Les principales langues iraniennes existantes sont le persan, le pachto, le kurde et le baloutche, ainsi que de nombreuses langues plus petites.

    Paradigme de continuité paléolithique Modifier

    Le « Paradigme de continuité paléolithique » est une hypothèse suggérant que la langue proto-indo-européenne (PIE) peut être retracée au Paléolithique supérieur, plusieurs millénaires avant le Chalcolithique ou tout au plus les estimations néolithiques dans d'autres scénarios de Proto-Indo- origines européennes. Ses principaux promoteurs sont Marcel Otte, Alexander Häusler et Mario Alinei.

    Le PCT postule que l'avènement des langues indo-européennes doit être lié à l'arrivée d'Homo sapiens en Europe et en Asie en provenance d'Afrique au Paléolithique supérieur. [web 29] Utilisant une "périodisation lexicale", Alinei arrive à une chronologie plus profonde que même celle de l'hypothèse anatolienne de Colin Renfrew. [note 31] [web 29]

    Depuis 2004, un groupe de travail informel d'universitaires qui soutiennent l'hypothèse de la continuité paléolithique est organisé en ligne. [web 30] Outre Alinei lui-même, ses principaux membres (appelés "Comité scientifique" sur le site Web) sont les linguistes Xaverio Ballester (Université de Valence) et Francesco Benozzo (Université de Bologne). Sont également inclus le préhistorien Marcel Otte (Université de Liège) et l'anthropologue Henry Harpending (Université de l'Utah). [web 29]

    Elle n'est pas répertoriée par Mallory parmi les propositions sur les origines des langues indo-européennes qui sont largement discutées et considérées comme crédibles dans le monde universitaire. [348]

    Origines indiennes Modifier

    La notion d'« aryens indigènes » postule que les locuteurs de langues indo-aryennes sont « indigènes » du sous-continent indien. Des chercheurs comme Jim G. Shaffer et B. B. Lal notent l'absence de vestiges archéologiques d'une « conquête » aryenne et le degré élevé de continuité physique entre la société harappéenne et post-harappéenne. [web 31] Ils soutiennent l'hypothèse controversée [web 31] selon laquelle la civilisation indo-aryenne n'a pas été introduite par les migrations aryennes, mais est originaire de l'Inde pré-védique. [web 31]

    Ces dernières années, le concept d'« aryens indigènes » a été de plus en plus confondu avec une origine « hors de l'Inde » de la famille des langues indo-européennes. Cela contraste avec le modèle de migration indo-aryenne qui postule que les tribus indo-aryennes ont migré vers l'Inde depuis l'Asie centrale. Certains prétendent en outre que toutes les langues indo-européennes sont originaires de l'Inde. [note 32] Le soutien à la théorie Out of India IAT existe principalement parmi un sous-ensemble d'érudits indiens, [325] [350] [351] [352] [353] jouant un rôle important dans la politique Hindutva, [354] [355] [356] [web 32] [web 33] mais n'a pas de pertinence, et encore moins de support, dans la recherche traditionnelle. [note 33]

    1. ^ uneb David Anthony : « Le germanique présente un mélange de traits archaïques et dérivés qui rendent sa place incertaine. Slave." [25] Les dates proto-germaniques de c. 500 avant notre ère. [26]
    2. ^ Selon Gimbutas, ces groupes indigènes ont existé pendant près de trois millénaires (vers 6500-3500 avant notre ère, au cours des âges néolithique, chalcolithique et du cuivre), constitués notamment des Narva, Funnelbeaker, Linear Pottery, Cardium poterie, Vinča, Helladic précoce, Minoan cultures, etc. Comme une « troncature » de ces cultures, Gimbutas percevait (1) les « absences brutales » de certaines traditions d'urbanisme, de poterie et d'arts visuels ainsi que dans « les symboles et l'écriture » ainsi que (2) « les apparition d'armes de poussée et de chevaux infiltrant la vallée danubienne et d'autres grandes prairies des Balkans et de l'Europe centrale », initiant « un changement radical dans la préhistoire de l'Europe, un changement dans la structure sociale et dans les modes de résidence, dans l'art et dans la religion » qui devait être « un facteur décisif dans la formation des 5 000 dernières années de l'Europe ».
    3. ^Vieux Européens étaient sédentaires-horticulteurs, vivant dans de "grandes agglomérations" - probablement faisant partie de monarchies théocratiques présidées par une reine-prêtresse - et avaient une idéologie qui "se concentrait sur les aspects éternels de la naissance, de la mort et de la régénération, symbolisés par le principe féminin, une mère créatrice", ils enterraient leurs morts dans des tombes mégalithiques communales et étaient généralement pacifiques.
    4. ^ David Anthony (1995) : « Le changement de langue peut être mieux compris comme une stratégie sociale à travers laquelle des individus et des groupes rivalisent pour des positions de prestige, de pouvoir et de sécurité domestique [. ] Ce qui est donc important, ce n'est pas seulement la domination, mobilité et un lien entre la langue et l'accès à des postes de prestige et de pouvoir [. ] Une population d'élite immigrée relativement petite peut encourager un changement linguistique généralisé parmi les autochtones numériquement dominants dans un contexte non étatique ou pré-étatique si l'élite emploie une combinaison spécifique de encouragements et punitions. Des cas ethnohistoriques [. ] démontrent que de petits groupes d'élites ont réussi à imposer leurs langues dans des situations non étatiques. [66]
    5. ^ Notez la dislocation de la civilisation de la vallée de l'Indus avant le début des migrations indo-aryennes dans le nord de l'Inde, et le début de la sanskritisation avec la montée du royaume Kuru, comme décrit par Michael Witzel. [71] Les « Indiens ancestraux du Nord » et les « Indiens ancestraux du Sud » [web 9][72] se sont mélangés il y a entre 4 200 et 1 900 ans (2200 avant notre ère – 100 de notre ère), après quoi un passage à l'endogamie a eu lieu. [73]
    6. ^ Demkina et al. (2017) : « Au deuxième millénaire avant J.-C., l'humidification du climat a conduit à la divergence de la couverture du sol avec formation secondaire des complexes de sols châtaigniers et solonetzes. Cette crise paléoécologique a eu un effet significatif sur l'économie des tribus du Catacombes tardives et post-catacombes stipulant leur plus grande mobilité et leur transition vers l'élevage bovin nomade." [77]
    7. ^ Voir aussi le Blog Eurogènes, La crise.
    8. ^ Mallory : « La solution Kurgan est séduisante et a été acceptée par de nombreux archéologues et linguistes, en partie ou en totalité. C'est la solution que l'on rencontre dans le Encyclopédie Britannica et le Grand Dictionnaire Encyclopédique Larousse." [81]
      Strazny : « La proposition la plus populaire est celle des steppes pontiques (voir l'hypothèse Kurgan) [. ] » [82]
    9. ^ Piazza et Cavalli-Sforza : ". si les expansions ont commencé il y a 9 500 ans depuis l'Anatolie et il y a 6 000 ans depuis la région culturelle de Yamnaya, alors une période de 3 500 ans s'est écoulée lors de leur migration vers la région Volga-Don depuis l'Anatolie, probablement à travers les Balkans. Là, une culture complètement nouvelle, principalement pastorale, s'est développée sous l'impulsion d'un environnement défavorable à l'agriculture standard, mais offrant de nouvelles possibilités attrayantes. Notre hypothèse est donc que les langues indo-européennes dérivent d'une expansion secondaire de la région de culture Yamnaya après les agriculteurs néolithiques, peut-être venus d'Anatolie et s'y sont installés, développant un nomadisme pastoral.[88]
    10. ^ Wells : ". alors que nous voyons des preuves génétiques et archéologiques substantielles d'une migration indo-européenne provenant des steppes du sud de la Russie, il y a peu de preuves d'une migration indo-européenne aussi massive du Moyen-Orient vers l'Europe. Une possibilité est que, comme une migration beaucoup plus précoce (8 000 ans contre 4 000), les signaux génétiques portés par les agriculteurs de langue indo-européenne se sont peut-être simplement dispersés au fil des ans. certains des preuves génétiques de la migration en provenance du Moyen-Orient, comme l'ont montré Cavalli-Sforza et ses collègues, mais le signal n'est pas assez fort pour que nous puissions retracer la distribution des langues néolithiques dans l'ensemble de l'Europe de langue indo-européenne. » [89]
    11. ^ Jones et al. (2016) notent en outre que « les chasseurs-cueilleurs du Caucase (CHG) appartiennent à un ancien clade distinct qui s'est séparé des chasseurs-cueilleurs occidentaux

    45 kya, peu de temps après l'expansion des humains anatomiquement modernes en Europe et des ancêtres des agriculteurs néolithiques

    3 000 avant notre ère, soutenant une influence formative du Caucase sur cette importante culture de l'âge du bronze ancien. Les CHG ont laissé leur empreinte sur les populations modernes du Caucase mais aussi d'Asie centrale et méridionale marquant peut-être l'arrivée des langues indo-aryennes. » [94] [note 11] Selon Lazaridis et al. (2016), « une population liée les gens du Chalcolithique d'Iran ont contribué

    • Pour ce qu'ils étaient. nous sommes (2016) Génomes anciens de l'Asie occidentale néolithique
    • Stéphanie Dutchen (2014), Nouvelle branche ajoutée à l'arbre généalogique européen. L'analyse génétique révèle que les Européens descendent d'au moins trois groupes anciens
    • Le blog d'anthropologie de Dieneke, Asiatiques occidentaux en chair et en os (chasseurs-cueilleurs de Géorgie) (Jones et al. 2016)
    • Pour ce qu'ils étaient. nous sommes (2016), Génomes du Caucase et des chasseurs-cueilleurs suisses.
    • Haak et al. (2015) affirment que « l'hypothèse du plateau arménien gagne en plausibilité » compte tenu de l'ascendance proche-orientale à Yamnaya, mais affirment également que « la question de savoir quelles langues étaient parlées » par les ancestraux chasseurs-cueilleurs des steppes et les ancêtres du sud « reste ouverte. " [101][note 13]
    • Selon Damgaard et al. (2018), entre 5 000 et 3 000 av. [34] Damgaard et al. (2018) notent qu'ils "ne peuvent pas à ce stade rejeter un scénario dans lequel l'introduction des langues anatoliennes IE en Anatolie a été couplée avec le mélange dérivé de CHG avant 3700 avant notre ère", mais déclarent également que "cela est contraire à l'opinion standard que PIE est né dans la steppe au nord du Caucase et que l'ascendance CHG est également associée à plusieurs groupes ne parlant pas l'IE, historiques et actuels." [34] , dans un entretien avec Der Spiegel en mai 2018, a déclaré que la culture Yamnaya peut avoir eu un prédécesseur au Caucase, où « proto-proto-indo-européen » a été parlé. [99] En 2020, il a soutenu que la culture Maykop avait peut-être été le porteur de la pré-PIE. [100] a suggéré à plusieurs reprises la possibilité d'une origine caucasienne de la TARTE archaïque, [39][40] mais n'exclut pas la possibilité d'une origine steppique des langues anatoliennes. [102][sous-note 2] Selon Reich, entre 5 000 et 3 000 avant notre ère, les porteurs de CHG, des personnes apparentées aux Arméniens et aux Iraniens, ont migré du sud vers les steppes et ont rencontré des chasseurs-cueilleurs locaux d'Europe de l'Est (peuples EHG). [103]
    • Wang et al. (2018) notent que le Caucase a servi de couloir pour le flux génétique entre la steppe et les cultures au sud du Caucase pendant l'Enéolithique et l'âge du bronze, déclarant que cela "ouvre la possibilité d'une patrie de la TARTE au sud du Caucase". Cependant, Wang et al. reconnaissent également que les dernières preuves génétiques soutiennent une origine de proto-Indo-européens dans la steppe. [104][sous-note 3]

    L'« hypothèse de la Sogdiane » de Johanna Nichols situe la patrie au quatrième ou cinquième millénaire avant notre ère à l'est de la mer Caspienne, dans la région de l'ancienne Bactriane-Sogdiane. [109] [110] De là, la TARTE s'est étendue au nord jusqu'aux steppes et au sud-ouest vers l'Anatolie. [111] Nichols a finalement rejeté sa théorie, la trouvant incompatible avec les données linguistiques et archéologiques. [111]

    Suite à la proposition initiale de Nichols, Kozintsev a plaidé pour une patrie indo-ouralienne à l'est de la mer Caspienne. [112] De cette patrie, les locuteurs de la TARTE indo-ouralienne ont migré vers le sud-ouest et se sont divisés dans le sud du Caucase, formant les langues anatoliennes et steppiques à leurs emplacements respectifs. [112]


    Des archéologues découvrent une ville illyrienne perdue depuis longtemps "pris pour des roches naturelles" en Albanie - Histoire

    Déclaration de mode médiévale

    Qui est venu en Amérique en premier ?

    L'élevage pour l'au-delà

    Courir des armes aux rebelles irlandais

    Diagnostic de la maladie ancienne

    Les mystérieux enterrements de nourrissons au Pérou

    Tour du monde

    L'arc le plus ancien d'Europe, des moutons et des chèvres domestiqués dans la grotte Leopard en Namibie, comment les changements climatiques ont alimenté les invasions de Gengis Khan et confondre les correspondances avec des objets phalliques rituels

    Lettre de l'Inde

    À la recherche d'une nouvelle approche du développement, du tourisme et des besoins locaux dans la grande cité médiévale de Hampi

    Artefact

    Les béchers en céramique étaient les récipients de choix pour la soi-disant «boisson noire» utilisée à Cahokia par les Amérindiens dans leurs rituels de purification

    CARACTÉRISTIQUES

    Top 10 des découvertes de 2012

    La nouvelle histoire de Mohenjo-Daro

    Le cœur lointain de l'Europe néolithique

    Le Temple de l'Eau d'Inca-Caranqui

    Passerelle vers l'Au-delà

    DÉPARTEMENTS

    Depuis les tranchées

    La réhabilitation de Richard III

    Réparer les maux de dents anciens

    Faisceaux de neutrons et grenaille de plomb

    Remonter l'horloge humaine

    Tour du monde

    L'hôtel de ville de San Francisco ravagé par le tremblement de terre a été déterré, les eaux de crue de Dakar révèlent des artefacts néolithiques, la source des blocs de grès d'Angkor Wat

    Lettre de France

    Près de 20 ans d'enquête dans deux abris sous roche du sud-ouest de la France révèlent les espaces domestiques bien organisés des premiers humains modernes d'Europe

    Artefact

    Un trident du milieu du XIXe siècle illustre un écosystème marin en mutation dans le Pacifique Sud

    CARACTÉRISTIQUES

    Métro de Munich

    Pirates du canal de Panama original

    Île d'archéologie

    Un sacrifice époustouflant

    L'histoire d'un soldat

    DÉPARTEMENTS

    Depuis les tranchées

    Sauver la Noble Bog d'Irlande du Nord

    Masse de moules dans le lac Ontario

    Déconstruire une figurine zapotèque

    Laissez glisser les pigeons de guerre

    Enterrements et réinhumations dans l'ancien Pakistan

    La vie (selon Gut Microbes)

    Un cocktail préhistorique

    Tour du monde

    En corrigeant le record de Tycho Brahe, un labyrinthe de 4 km de long parmi les lignes de Nazca au Pérou, Ramsès III a peut-être été victime d'une «conspiration du harem» et le nord-ouest de l'Inde a été identifié comme le lieu de naissance des Roms.

    Lettre du Cambodge

    Un différend territorial impliquant un temple khmer vieux de 1 100 ans à la frontière thaï-cambodgienne devient violent

    Artefact

    Des analyses scientifiques et l'archéologie expérimentale déterminent que de mystérieuses boules d'argile vieilles de 1 000 ans trouvées sur un site du Yucatán ont été utilisées dans la cuisine

    CARACTÉRISTIQUES

    Dans la Cité Interdite de Hanoï

    Découvrir une reine guerrière maya

    Sur la Trace des Mimbres

    Le repaire des hommes de la résurrection

    Hunley décodé

    Les rois du Kent

    DÉPARTEMENTS

    Depuis les tranchées

    Les ingénieurs archaïques ont travaillé sur une date limite

    Une pyramide digne d'un vizir

    Une bactérie tueuse étend son héritage

    Salut au Bождь (chef)

    Du bleu égyptien à l'infrarouge

    Tour du monde

    Un canon surprenant à Central Park, des buffles hawaïens sous l'eau, les premiers chamans du Panama et un curry vieux de 4 400 ans en Inde

    Lettre de Turquie

    Des archéologues mènent la toute première étude du légendaire champ de bataille de la Première Guerre mondiale à Gallipoli

    Artefact

    Des figurines en céramique faisaient partie d'une cache d'objets trouvés dans un temple de l'âge du fer découvert sur le site de Tel Motza à l'extérieur de Jérusalem

    CARACTÉRISTIQUES

    Les premiers vikings

    Pyramides miniatures du Soudan

    Le sel et la ville

    Retraite mortelle

    Tombes perdues

    Un avenir pour les icônes du passé

    DÉPARTEMENTS

    Depuis les tranchées

    Découverte effrayante à Jamestown

    L'arbre généalogique de Seeds of Europe

    Le « père de l'histoire » s'est-il trompé ?

    Apollo revient des abysses

    À la mode à l'âge de pierre

    Portails vers les Enfers

    Tour du monde

    La première preuve de marmites au Japon, les premiers agriculteurs d'Indonésie, une pièce de monnaie chinoise vieille de 600 ans trouvée sur une île du Kenya, et comment El Niño a affligé le peuple Moche d'Amérique du Sud

    Lettre de Chine

    Les pillages traversent les siècles et les couches économiques de la Chine moderne

    Artefact

    Un cadran solaire en calcaire du XIIIe siècle est l'un des premiers appareils de chronométrage découverts en Égypte

    CARACTÉRISTIQUES

    La ville éternelle

    Loup Rites de l'hiver

    Une vie extrême

    Champ de bataille : 1814

    Tombeau du seigneur vautour

    DÉPARTEMENTS

    Depuis les tranchées

    Pas de changements sur la savane

    Petite escarmouche dans la guerre pour la liberté

    Tamiser à travers les taupinières

    Offrandes animales des Aztèques

    L'histoire juive perdue d'Espagne

    Samson et la porte de Gaza

    Tour du monde

    Une brasserie de l'Ohio s'essaie à la bière sumérienne, des archéologues anglais exposent l'un des plus anciens tunnels ferroviaires du monde, des sédiments du lac Malawi contredisent un "hiver volcanique" passé et la plus ancienne preuve que les humains mangent constamment de la viande

    Lettre de Norvège

    La course pour trouver et sauver d'anciens artefacts émergeant des glaciers et des plaques de glace dans un monde en réchauffement

    Artefact

    Une tablette portant une invitation à une fête d'anniversaire comprend la première écriture latine écrite par une femme


    6. La civilisation grecque antique

    Nom de la civilisation : civilisation grecque
    Période: 2700 avant JC-479 avant JC
    Emplacement d'origine : Italie, Sicile, Afrique du Nord, et aussi loin à l'ouest que la France
    Localisation actuelle: Grèce
    Faits saillants majeurs : Concepts de la démocratie et du Sénat, les Jeux Olympiques

    Les anciens Grecs n'étaient peut-être pas la civilisation la plus ancienne, mais ils sont sans aucun doute l'une des plus influentes. Même si l'essor de la Grèce antique est venu des civilisations cycladique et minoenne (2700 av. L'histoire de cette civilisation s'étend sur une si longue période de temps que les historiens l'ont divisée en différentes périodes, les plus populaires d'entre elles étant les périodes archaïque, classique et hellénistique. Ces périodes ont vu un certain nombre de Grecs anciens apparaître sous les feux de la rampe, dont beaucoup ont changé le monde à jamais et dont on parle encore à ce jour.

    Entre autres choses, les Grecs ont inventé les Jeux Olympiques antiques et ont formé le concept de démocratie et de Sénat. Ils ont jeté les bases de la géométrie, de la biologie et de la physique modernes. Pythagore, Archimède, Socrate, Euclide, Platon, Aristote, Alexandre le Grand… les livres d'histoire regorgent de ces noms dont les inventions, les théories, les croyances et l'héroïsme ont eu un impact significatif sur les civilisations ultérieures.


    Séjour dans la pierre

    De toutes les nouvelles façons de penser que la pandémie nous a imposées, ma préférée est celle-ci : vous n'avez pas besoin de quitter la maison pour voyager. Il y a quelques instants, par exemple, j'ai voyagé de mon ordinateur portable sur un bureau debout à Alexandrie, en Virginie, à un site culturel du patrimoine mondial de l'UNESCO dans la région du Burgenland en Autriche. C'est un endroit que je n'aurais jamais pensé visiter si je n'avais pas été coincé à la maison avec peu de travail productif à faire, mais à organiser et à jeter des strates de vieux trucs, principalement des papiers, accumulés au fil des ans. Plus que du désencombrement, c'est une façon d'échapper au spectacle implacable qui passe pour l'actualité d'aujourd'hui.

    Une boîte à chaussures miteuse pleine de lettres vieilles de plusieurs décennies, attachées avec un élastique en ruine et déterrée dans le grenier de ma maison en rangée, me sert de point de départ. Alors que les lettres se répandent et tombent sur le sol, je vois mon nom épelé dans une fioriture baroque distinctive sur chaque enveloppe, mais l'adresse sous le nom varie, un reflet de ma jeunesse itinérante.

    Aucune adresse de retour n'est nécessaire pour reconnaître l'expéditeur. Comme les collines ondulantes d'un paysage familier, les traits cursifs en boucle traversent les années. Oui, je me souviens de ce script sensuel, tout comme je me souviens d'elle maintenant : la façon dont elle s'habillait, la façon dont elle parlait, la façon dont son écriture confirmait mon sentiment de qui elle était. Mais ces souvenirs sont-ils vrais ?

    Après tout, il était il y a bien longtemps : la fin des années 60, l'apogée de la guerre froide. Nous étions des étudiants universitaires à Vienne, à quelques kilomètres seulement du rideau de fer, et en tant qu'Américains, nous étions les « gentils » de l'histoire. Surtout, en tant que jeunes Américains, nous étions des optimistes qui savaient, savaient simplement que l'avenir serait toujours meilleur que le passé. Nous nous regardions comme nous regardions les États-Unis : spécial.

    C'est devenu un rituel quotidien de se retrouver après nos cours respectifs à Stephansdom (cathédrale Saint-Étienne). Sa tour gothique de 446 pieds de haut, affectueusement appelée le « Steffl » par les habitants, domine la ligne d'horizon du centre-ville et sert de phare si jamais vous vous perdez dans les rues médiévales sinueuses.

    Ne neigeait-il pas la dernière fois que nous nous sommes rencontrés là-bas ? Des rafales de flocons surdimensionnés, se dissolvant instantanément à l'atterrissage sur nos pardessus, nos mains sans gants et nos visages nus. La neige a également fondu lorsqu'elle a heurté la maçonnerie de la cathédrale, ce qui nous a surpris. "La pierre n'est pas différente de notre peau", a déclaré l'un de nous.

    Maintenant, ma peau triste a vieilli, tandis que la pierre, tout aussi naturellement, n'a pas vieilli. Cela explique où mon esprit voyage ensuite. Chercher cet écrivain d'il y a longtemps n'éveille aucun désir, mais plutôt la peur de découvrir un remplaçant raté pour sa jeunesse. Je ne peux susciter aucun intérêt à échanger des photos de nos petits-enfants. Est-ce une chose terrible à dire ? Que je n'ai jamais vraiment aimé sa, mais seulement le jeune amour lui-même ? N'est-elle plus pour moi, mais un personnage composite idéalisé des femmes que j'ai connues au fil des ans ?

    Peut-être beaucoup plus loin dans le passé se cache quelque chose de vraiment solide : la pierre ancienne, les éléments constitutifs de Stephansdom, sur lesquels je veux maintenant tout savoir. Il est construit en calcaire, j'apprends, une roche sédimentaire, qui s'érode mais garde son essence. Non métamorphique, qui, comme la mémoire, se transforme sous la pression intense des couches du temps.

    Mais d'où vient ce calcaire en particulier ? Comment s'est-il formé ? Quel âge a-t-il exactement ? Les années sont-elles si nombreuses qu'elles sont incompréhensibles ? Une telle granularité libère et concentre l'esprit lorsque vous vous abritez et que votre maison ressemble à un ermitage.

    Inutile donc de voyager loin pour lancer ma quête, alors que je me promène parmi les étagères de ma maison de ville pour fouiller des guides et des histoires des Habsbourg. Comme si téléporté à Vienne pour des cours de recyclage de mes jours d'étudiant, je me souviens que Stephansdom St. Stephen était le premier martyr chrétien, dont le « saint jour » est le 26 décembre. Qu'il ait été lapidé à mort ajoute une patine à ma quête . Se pourrait-il que les roches qui l'ont tué étaient faites du même calcaire que la cathédrale portant son nom ?

    Était-ce une mort lente et angoissante, avec suffisamment de temps pour des doutes angoissés sur sa foi ? Ou, heureusement, rapide, avec un coup lourd et KO au crâne ? Quant à la mort de la passion que j'ai ressentie à Vienne, je ne me souviens plus si elle a été rapide ou lente. Et la décadence des idéaux et du méliorisme d'un jeune Américain - inévitable, mais si lent qu'il semblait invisible, tout comme les rochers vieillissent.

    Le calcaire marin de Stephansdom était lui-même autrefois vivant. Né du carbonate de calcium de créatures marines comme le corail et les palourdes, il est doux mais solide, facile à couper et à ciseler en blocs de construction. C'est ce que j'apprends lors de courtes excursions sur le Web, mais peu importe combien je frappe les touches de mon ordinateur portable, je n'arrive pas à trouver un billet direct vers ma destination ultime : d'où vient exactement le calcaire de Stephansdom.

    Mais mes recherches sur Internet m'envoient finalement à St. Margarethen. Bien qu'à seulement 40 miles au sud de Vienne, il m'a fallu des heures pour atteindre l'endroit. Je suis maintenant bloqué à la traversée d'une rivière appelée Leitha, un affluent du Danube long de 75 milles. Comme une écriture manuscrite distinctive, les pierres ont des noms individuels attachés, et j'apprends que le calcaire de Leitha est le nom donné aux blocs de construction de Stephansdom.

    Quel genre de nom est Leitha? Vieux haut allemand, j'apprends. Cela, à son tour, est dérivé d'un mot pannonien pour boue. Pannonien ? L'une des tribus indo-européennes, constituant la population illyrienne habitant les Balkans avant la conquête romaine. Et la Pannonie elle-même est considérée comme une référence illyrienne à « marécage et humide ».

    C'est au cours des époques Miocène et Pliocène que des sédiments marins de plus de deux milles d'épaisseur se sont accumulés au fond de la mer Pannonienne. Lorsque la mer s'est asséchée, les sédiments sont devenus calcaires. À peu près à la même époque, les singes ont d'abord évolué, puis se sont diversifiés pour devenir les premiers ancêtres des humains. Donc, la pierre et moi sommes parents, un peu – c'est comme si j'avais découvert mon histoire génétique sur 23andMe.

    Non pas la mer Pannonienne mais l'océan Atlantique a pris le rôle d'obstacle romantique, comme l'épée mythique séparant Tristan et Isolde, car ma bien-aimée est restée à Vienne pendant que je retournais aux États-Unis. Cette séparation explique toutes les lettres que j'ai maintenant découvertes. Elle en a envoyé un presque tous les jours, jusqu'à ce qu'ils s'arrêtent. Quant à l'interprétation des archives géologiques, je ne peux qu'en déduire ce qui s'est passé : elle a trouvé quelqu'un d'autre.

    Un petit aperçu de la mer Pannonienne autrefois de 200 000 milles carrés peut être trouvé aujourd'hui dans les eaux peu profondes et salées du Neusiedlersee de 120 milles carrés à cheval sur la frontière austro-hongroise. Parfois connu sous le nom de « lac de steppe », c'est le plus grand lac endoréique d'Europe centrale, ce qui signifie que les eaux fermées ne se jettent finalement pas dans la mer. J'apprends également que la zone autour du Neusiedlersee a été désignée site du patrimoine mondial de l'UNESCO en raison de son «paysage culturel» d'«utilisation des terres agricoles et de mode de vie ininterrompu depuis l'époque médiévale».

    La carrière de St. Margarethen, d'où proviennent les pierres de Stephansdom, date de l'époque romaine. Ces dernières années, la carrière a été convertie par la Fondation de la famille Esterházy en un lieu de spectacle en plein air, présenté comme «la plus grande scène naturelle d'Europe». Prévu cet été (si la pandémie le permet) est celui de Puccini Turandot. "Les sons scintillants et mystérieusement déchiquetés de l'opéra trouvent leur écho idéal dans le paysage rocheux accidenté de la carrière de St. Margarethen", lit-on dans la promotion du spectacle. Ce serait amusant d'y aller. Mais étrangement, j'ai l'impression de l'avoir déjà été.

    Autorisation requise pour la réimpression, la reproduction ou d'autres utilisations.

    Walter Nicklin est un journaliste et ancien éditeur de magazine qui partage son temps entre la Virginie et le Maine.


    Introduction à la langue illyrienne - Introduzuone au Limba Illiriànu (WIP)

    Contexte : Après la rébellion de Bato, l'empereur Tibère César a ordonné la fortification de la présence romaine dans la province, offrant des terres pour s'installer à bon marché. Les esclaves libérés et les nobles d'Italie, d'Hispanie, d'Asie Mineure, de Dacie et de Grèce ont tous afflué dans la région. Cela a complètement romanisé la région jusqu'à nos jours.

    Les consonnesLabialAlvéolairePalataleVélaire
    Nasale[m] m[n] m
    Plosives sans voix[p] p[t] t[c] k, c(e/i)[k] c, ch(e/i)
    Plosives sonores[b

    voyellesDevant Arrière
    StresséNon stressé*StresséNon stressé*
    proche[i] je, í,[ɪ] je[u] u, ú, ù[ʊ] tu
    Milieu[e] e, é, è[ɛ] e[o] o, ó,[ɔ] o
    Ouvert [ɐ] un[a] a, á, à

    *Les voyelles ne prennent leur forme non accentuée que dans des syllabes fermées non accentuées

    Accent de hauteur

    En illyrien, un mot peut être accentué de deux manières, sengùlu 'single' et *duppio '*double' et chacun d'eux a un modèle différent pour la voyelle dans la syllabe suivante avec les voyelles a, e, et je suis le óttu ou 'high' voyelles cela laisse o et u comme zuorru ou 'voyelles basses'.

    L'accent en illyrien est toujours avant-dernier (sauf dans les emprunts).

    Accentada Sengùlu - Contrainte unique

    Dans le modèle d'accent unique, la hauteur du mot entier précédant la syllabe accentuée est neutre (ou augmente avec le discours naturel).

    En un mot avec le seul motif d'accentuation élevée, la hauteur entre l'avant-dernière et la dernière syllabe passe du haut au milieu.

    En un mot avec le seul motif d'accentuation faible, le pas entre l'avant-dernière et la dernière syllabe passe du haut au bas.

    Écrit avec un accent aigu (généralement non marqué car c'est le motif d'accent par défaut)

    Accentada Duppio - Double contrainte

    Dans le modèle d'accent double, la hauteur du mot entier précédant la syllabe accentuée s'élève à un niveau élevé.

    En un mot avec le double motif d'accentuation élevée, l'ultime et l'avant-dernière syllabe ont un ton aigu.

    En un mot avec le double motif d'accent faible, la hauteur entre l'avant-dernière et la dernière syllabe passe du haut au bas.

    Écrit avec un accent grave (les mots avec uo et ie ne sont pas marqués et sont supposés avoir le double accent)

    La ligne jaune signifie le ton moyen, la ligne grise est la limite de la syllabe accentuée, le noir est la limite du mot.

    Évolution de l'accent de hauteur

    En latin, l'accent tombe dans l'avant-dernière syllabe si et seulement si elle est lourde (a une coda et/ou une voyelle longue), si la syllabe est légère, mais l'accent est par défaut l'antépénultième syllabe.

    Des mots avec l'avant-dernière syllabe accentuée viennent les modèles d'accent unique

    De tous les autres mots viennent les modèles de double stress.

    Les voyelles hautes en raison de leurs fréquences plus élevées portent le ton haut dans la syllabe suivante, tandis que les voyelles basses baissent le ton.

    Phonotactique

    Seuls s, n, m peuvent être dans la coda d'une syllabe (et la moitié géminée si analysée comme telle)

    Les diphtongues ne sont pas autorisées (les voyelles suivantes sont deux syllabes), cependant [j] et [w] peuvent être placés avant les voyelles s'il n'y a pas de cluster ou de coda.

    Les clusters plosives + r sont les seuls clusters autorisés en position initiale.

    C'est tout le vocabulaire courant en illyrien

    fuo·cu [ˈfwóː.kùː] : feu (m.) (du latin ‘focus’ - focus)

    prè·nio [pré.njòː] : prix, récompense (m.) (du latin « prix » - praemium)

    fes·tra [ˈfés.traː] : fenêtre, ouverture, durée limitée (f.) (du latin "fenêtre" - fenestra)

    brac·cio [brác.cjòː] : bras (m.) (du latin « bras » - brachium)

    pi [píː]: pied (m.) (du latin ‘foot’ - pēs) : (pluriel - pie [ˈpjéː])

    pò·za [ˈpóː.d͡záː] : jambe (f.) (du grec « jambe » - ποδός)

    manu [ˈmáː.nuː] : main (m.) (du latin 'main' - manum)

    ban·na·na [bɐn.náː.naː] : banane (f.) (de l'anglais « banane »)

    lim·ba [ˈlím.baː] : langue (f.) (du latin « langue » - lingua)

    lem·be [ˈlém.beː] : langue (f.) (du latin « langue » - lingua)

    Il·li·ria [ˈɪl.líː.rjaː] : Illyrie (f.) (du latin « Illyrie » - Illyrie)

    Il·li·ri·à·nu [ˈɪl.liː.riː.áː.nùː] : langue illyrienne (m.) (Illiria + -anu)

    il·li·ri·à·nu [ˈɪl.liː.riː.áː.nùː] : illyrien (adj.) (Illiria + -anu)

    lexique [leː.ˈʃîː.kɔ̀n] : dictionnaire, lexique (m.) (du grec ‘dictionnaire’ - λεξικόν)

    u·nu [(w)úː.nuː] : un, 1 (num.) (du latin 'un' - ūnum)

    du [ˈdúː] : deux, 2 (num.) (du latin « deux » - duōs)

    tri [ˈtríː] : trois, 3 (num.) (du latin « trois » - trēs)

    pat·tru [ˈpát.truː] : quatre, 4 (num.) (du latin « quatre » - quattuor)

    cin·je [ˈcíɲ.ɟeː] : cinq, 5 (num.) (du latin « cinq » - quīnque)

    six [ˈsíː.ʃeː] : six, 6 (num.) (du latin 'six' - sexe)

    sip·pe [ˈsíp.peː] : sept, 7 (num.) (du latin « sept » - septem)

    op·po [ˈ(w)óp.poː] : huit, 8 (num.) (du latin « huit » - octō)

    no·ve [ˈnóː.βeː] : neuf, 9 (num.) (du latin 'neuf' - novem)

    Relation avec d'autres langues romanes

    Illyrien et roumain forment une branche appelée 𧶬o-Illyrian' ou ⟪stern Romance' qui contraste avec la branche italo-occidentale. Cependant, les deux ont divergé très tôt, les rendant plus similaires, mais ils ne sont pas aussi similaires que l'espagnol l'est au portugais ou au catalan. Leur relation est plus similaire à l'italien standard et au français.

    Carte des langues romanes, y compris les dialectes illyriens dans diverses nuances de bleu (image originale https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/0/0b/Romance_languages.png/1024px-Romance_languages.png par Servitje)

    L'illyrien tire la majeure partie de son vocabulaire du latin, mais les développements ultérieurs du leadership politique et de la migration ont introduit le vocabulaire d'une série diversifiée de langues, notamment le grec byzantin, les langues slaves, l'albanais, le hongrois, le turc et l'arabe (via l'islam).

    Les prêts d'autres langues romanes étaient courants tout au long de l'histoire illyrienne, principalement des dialectes italiens et roumains, mais l'ère moderne a vu l'introduction du vocabulaire espagnol, portugais et français ainsi que des mots de langues germaniques comme l'allemand et surtout l'anglais.

    Il existe cinq grands dialectes de l'illyrien

    Senghidan - senghidànu

    Le dialecte parlé dans et autour de la capitale de l'Illyrie, Senghìdu

    -La prononciation et la grammaire standard proviennent de cette région

    Dalmatien - domazana

    Parlée sur la côte dalmate et plus à l'intérieur des terres.

    -Soft c est prononcé comme [t͡ʃ] au lieu de [c].

    -Les pronoms possessifs singuliers à la 2e et à la 3e personne sont simplifiés en ti et ci.

    Pannonien - pannoniànu

    Parlée à l'est le long de la frontière avec la Roumanie et la Bulgarie.

    -Le pronom à la première personne se prononce comme UE à la place de moi, plus semblable au roumain voisin.

    Istrie - istriànu

    Parlé dans le nord autour de la frontière avec l'Italie et la Hongrie

    -Soft c se prononce [t͡ʃ] et soft g se prononce [d͡ʒ].

    Prévalien - prevajàna

    Parlée dans le sud du pays ainsi que dans certaines communautés de la diaspora en Albanie et en Italie.

    -Les quelques pronoms réfléchis séparés sont perdus au profit des *pré-*constructions.

    -Les pronoms possessifs singuliers sont simplifiés en mi, ti et ci.

    Ce langage est un gros travail en cours et j'espère que certains des détails les plus fins seront peaufinés au cours des prochaines semaines, mais j'espère que vous avez apprécié ce langage autant que je l'ai fait.


    Des archéologues découvrent en Albanie une ville vieille de 2 000 ans que l'on croyait autrefois n'être qu'un tas de rochers

    Un site archéologique vieux de 2000 ans vient d'être découvert dans les rochers de Shkodër, une ville d'Albanie. Ce que beaucoup de gens croyaient être la ville perdue depuis longtemps d'Illyrie a été retrouvé de manière inattendue.

    La découverte par des archéologues polonais a fourni des informations sur ce qui était autrefois la civilisation illyrienne florissante qui contrôlait la plupart des Balkans dans l'Antiquité.

    En plus d'être connue comme l'un des pays les moins chers vers lesquels migrer, l'Albanie possède également une riche histoire. Le site de 50 acres trouvé dans la partie nord-ouest du pays appartiendrait à la ville illyrienne de Bassania et a été décrit par l'historien romain Tite-Live dans sa discussion sur les batailles avec le dernier roi d'Illyrie, Gentius.

    La fouille archéologique a mis au jour des pierres anciennes avec de grands bastions qui appartiendraient à une forteresse. Ils ont également trouvé des portes et des murs de pierre de 10 pieds de large qui étaient faits à l'extérieur de blocs de pierre profilés avec des espaces remplis de petites pierres et de terre.

    Piotr Dyczek de l'Université de Varsovie a déclaré que ces types de structures défensives sont courantes dans l'architecture hellénistique.

    Les archéologues ont également découvert des fragments de vases en céramique et des pièces de monnaie qui remontent au IVe siècle av.

    Dyczek a déclaré que Bassania et le royaume illyrien n'étaient pas mentionnés dans les écrits des voyageurs ultérieurs. Il a suggéré que son nom aurait pu être oublié car il était tombé dans l'oubli après sa chute entre les mains des Romains au début du premier siècle.

    En outre, l'emplacement et l'infrastructure géologique du royaume ont également joué un grand rôle dans son oubli. Les ruines trouvées sur une colline appelée "lèvres de vipère" passent inaperçues à cause de l'érosion. Pour les autres spectateurs, cela ressemblait à d'autres pierres de la région au lieu de structures artificielles.

    Après les énormes pierres a conduit à plus d'artefacts appartenant à la ville. De grands murs de pierre couvraient une vaste superficie de 200 000 mètres carrés, ce qui a fait croire aux archéologues que Bassania était trois fois plus grand que l'ancien Shkodër de 70 000 mètres carrés.

    À propos d'Illyrie

    Les Illyriens étaient une tribu influente qui détenait le pouvoir pendant de nombreux siècles dans les Balkans occidentaux. Ils ont eu des contacts avec les Grecs et ont été influencés par la culture des voisins du sud.

    La région des Illyriens était divisée en royaumes, qui luttaient pour se maîtriser les uns les autres. Lorsque le grand roi illyrien, Gendaius fut vaincu et capturé par les Romains en 168 av. J.-C., les envahisseurs créèrent une série de républiques clientes dans le royaume.

    Avec le temps, elle est finalement devenue une province de l'Empire romain et leur culture a été éclipsée par les Romains.


    Voir la vidéo: Des archéologues découvrent une gigantesque cité maya dans la jungle du Guatemala (Janvier 2022).