Podcasts sur l'histoire

Cooner DE-172 - Histoire

Cooner DE-172 - Histoire

Cooner

Bunyan Randolph Cooner né à Columbia, SCr le 27 février 1914, s'est enrôlé dans la Réserve navale le 12 juin 1939. Après une formation au pilotage, il est nommé enseigne le 3 septembre 1941. Au service de l'escadron de bombardement 3 à Saratoga (CV-3), il remporte la Marine Croix pour service galant dans la bataille de Midway ; il a été tué dans un accident d'avion le 16 juin 1942.

(DE-172 : dp. 1240 ; 1. 306' ; n. 36'8" ; dr. 8'9" ; s. 21 k. ;
cpl. 186 ; une. 3 3", 3 21" tt., 8 dep., 1 dcp.(hh.), 2 act.; cl.
Canon)

Cooner (DE-172) a été lancé le 23 juillet 1943 par Federal Shipbuilding and Drydock Co., Kearny, N.J.; parrainé par Mme I. Cooner; et mis en service le 21 août 1943, sous le commandement du lieutenant-commandant J. M. Stuart.

Entre le 1er novembre 1943 et le 9 mai 1945, le Cooner a effectué neuf voyages d'escorte de convois entre New York et les ports d'Afrique du Nord. Avec la victoire de l'Europe, le vétéran de l'Atlantique a été envoyé dans le Pacifique et le 28 juin 1946 est arrivé à Pearl Harbor. Après avoir escorté un transport à Guam et mis à Okinawa, elle est retournée à Ulithi pour charger des troupes, qu'elle a transportées à Guam pour un transport ultérieur vers les États-Unis. Elle a navigué elle-même à Saipan, où du 23 septembre au 1er novembre, elle s'est tenue prête à effectuer des sauvetages air-mer pendant le trafic lourd transportant des hommes à la maison du Pacifique occidental. Vers la maison, elle a fait escale à Pearl Harbor et à San Diego en route vers Charleston, Caroline du Sud, où elle est arrivée le 4 décembre. Là, il est désarmé et placé en réserve le 25 juin 1946.


USS Cooner (DE-172)

USS Cooner (DE-172) était un Canondestroyer d'escorte de classe construit pour la marine des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle a servi dans l'océan Atlantique puis dans l'océan Pacifique et a fourni un service d'escorte contre les attaques sous-marines et aériennes pour les navires et les convois de la Marine.

Cooner a été nommé d'après Bunyan Randolph Cooner qui a obtenu une Croix de la Marine avant de perdre la vie en 1942. Elle a été lancée le 23 juillet 1943 par Federal Shipbuilding and Drydock Co., Kearny, New Jersey parrainé par Mme I. Cooner et commandé le 21 août 1943, Lieutenant Commandant JM Stuart aux commandes.


Les références

Unionpedia est une carte conceptuelle ou un réseau sémantique organisé comme une encyclopédie – un dictionnaire. Il donne une brève définition de chaque concept et de ses relations.

Il s'agit d'une carte mentale en ligne géante qui sert de base aux schémas conceptuels. Son utilisation est gratuite et chaque article ou document peut être téléchargé. C'est un outil, une ressource ou une référence pour l'étude, la recherche, l'éducation, l'apprentissage ou l'enseignement, qui peut être utilisé par les enseignants, les éducateurs, les élèves ou les étudiants pour le monde académique : pour l'école, primaire, secondaire, lycée, collège, diplôme technique, diplômes collégiaux, universitaires, de premier cycle, de maîtrise ou de doctorat pour des articles, des rapports, des projets, des idées, de la documentation, des sondages, des résumés ou des thèses. Voici la définition, l'explication, la description ou la signification de chaque significatif sur lequel vous avez besoin d'informations, et une liste de leurs concepts associés sous forme de glossaire. Disponible en anglais, espagnol, portugais, japonais, chinois, français, allemand, italien, polonais, néerlandais, russe, arabe, hindi, suédois, ukrainien, hongrois, catalan, tchèque, hébreu, danois, finnois, indonésien, norvégien, roumain, Turc, vietnamien, coréen, thaï, grec, bulgare, croate, slovaque, lituanien, philippin, letton, estonien et slovène. Plus de langues bientôt.

Toutes les informations ont été extraites de Wikipedia et sont disponibles sous la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike.

Google Play, Android et le logo Google Play sont des marques déposées de Google Inc.


Sinéad O'Connor déchire une photo du pape Jean-Paul II sur "Saturday Night Live"

Le 3 octobre 1992, le musicien irlandais Sin&# xE9ad O&# x2019Connor étonne le public au 30 Rockefeller Plaza et les téléspectateurs à travers les États-Unis lorsqu'elle déchire une photo du Pape Jean-Paul II lors d'une représentation sur Saturday Night Live.

O𠆜onnor a surpris le SNL personnel lorsqu'elle a choisi de chanter une version acapella de la chanson de Bob Marley “War” au lieu d'une chanson de son récent album. Elle a donné une interprétation brutale et intense de la chanson, qui dénonce les régimes ignobles et malheureux qui maintiennent les gens dans un esclavage sub-humain, en modifiant certaines paroles pour mentionner spécifiquement la maltraitance des enfants. À la fin, O𠆜onnor a tenu une photo du pape devant l'appareil photo et l'a déchirée en morceaux, en disant : �ombattez le véritable ennemi.”

Le public est resté silencieux tout au long de la représentation, mais NBC a rapporté avoir entendu près d'un millier d'appelants en colère au cours des prochains jours, ainsi que sept qui ont appelé pour soutenir O & Connor. Madonna, quelque chose d'un rival musical à O&# x2019Connor à l'époque, a critiqué sa performance, racontant Le temps irlandais: "Je pense qu'il y a une meilleure façon de présenter ses idées plutôt que de déchirer une image qui compte beaucoup pour les autres." La semaine prochaine’s SNL invité, Joe Pesci, a consacré son monologue d'ouverture à condamner O&aposConnor. Deux semaines plus tard, lors d'un concert hommage à Bob Dylan au Madison Square Garden, O&# x2019Connor a été crié hors de la scène.

Malgré l'indignation, O𠆜onnor a soutenu ses actions et a précisé qu'elle voulait faire face à des vérités très difficiles, à savoir l'épidémie de maltraitance des enfants dans son pays d'origine. 

Il faudra des années avant que la plupart des Américains comprennent l'étendue des abus dans l'Église catholique irlandaise et les institutions connexes, mais le sujet était bien trop personnel pour O𠆜onnor. Adolescente, la chanteuse avait passé 18 mois dans un asile de la Madeleine (également connu sous le nom de blanchisserie de la Madeleine), une institution censée héberger des jeunes capricieux ou libertins mais qui, dans un certain nombre de cas, étaient des lieux de violence physique, sexuelle et abus émotionnel des enfants aux mains du clergé. 


Général de division Fox Conner

Le GEN Dwight D. Eisenhower a servi sous, commandé ou travaillé en étroite collaboration avec les GEN John J. Pershing, Douglas MacArthur, George C. Marshall, Omar N. Bradley, George S. Patton, Jr. et Walter Bedell Smith. Cependant, lorsqu'on a demandé à Eisenhower qui était le plus grand soldat américain qu'il connaisse, il a répondu MG Fox Conner, ajoutant : « Par ses capacités et son caractère, il était le soldat exceptionnel de mon époque.

Le père de Conner avait servi dans l'armée confédérée et a été aveuglé à la bataille de Shiloh en 1862. Malgré les blessures débilitantes de son père, Conner voulait devenir soldat dès son plus jeune âge. Il est diplômé de West Point en 1898 et a été commissionné dans l'artillerie.

En 1907, Conner est diplômé du Army Staff College de Fort Leavenworth. Il a ensuite enseigné à l'Army War College pendant quatre ans, ce qu'il a trouvé "quelque chose d'une tension". Cependant, en 1911, Conner a été envoyé en France en tant qu'officier d'échange et affecté à la 22e artillerie de campagne de l'armée française. . Cette mission s'est avérée très chanceuse pour la carrière de Conner. En France, Conner a observé l'armée française lors d'exercices et a rencontré plusieurs de ses officiers. En plus de sa formation militaire, il a également atteint une maîtrise proche du français.

Ainsi, lorsque l'Amérique est entrée dans la Première Guerre mondiale et que le GEN John J. Pershing rassemblait son état-major pour l'American Expeditionary Force (AEF), il a immédiatement fait appel à Conner et l'a nommé chef d'état-major adjoint des opérations (G-3) pour le AEF. Avant que Pershing et ses officiers ne montent à bord du S.S. baltique le 23 mai 1917 pour l'Angleterre, on leur avait dit de porter des vêtements civils pour échapper aux espions allemands. Tout le monde a obéi, mais Fox Conner, toujours le soldat du soldat, n'a pas pu résister à porter son épée alors qu'il se dirigeait vers la bataille.

Conner a planifié les besoins en artillerie de l'armée pendant la guerre. Son service précédent en France s'est avéré inestimable, car les fabricants américains étaient incapables de fournir de nombreux canons et l'armée utilisait principalement l'artillerie française. Il est promu général de brigade et se lance dans l'organisation de l'AEF. De plus, il a fait preuve de sa prescience innée, pour laquelle il est devenu plus tard très connu, en prédisant une offensive allemande dans la Meuse-Argonne, un secteur relativement calme du front occidental, un an avant qu'elle ne se produise. Conner a également travaillé avec le LTC George C. Marshall, le G-3 de la 1re division d'infanterie pendant la guerre, et en est venu à considérer Marshall comme un homme et un soldat du plus haut calibre.

Après la guerre, Conner a commandé la 20e brigade d'infanterie dans la zone du canal de Panama. En 1922, le MAJ Dwight D. Eisenhower a fait rapport au Panama sur le personnel de Conner. Conner était un commandant et un mentor exceptionnel pour Eisenhower. Il inculque à Eisenhower un amour de l'histoire militaire qui n'existait pas auparavant. Il ordonna à Eisenhower de lire la biographie de von Wartenburg sur Napoléon, Clauewitz Sur la guerre (trois fois), Steele’s Campagnes, et bien d'autres classiques historiques. Conner a testé Eisenhower quotidiennement sur sa lecture, a combattu à nouveau les grandes batailles avec son protégé et a scruté les erreurs commises dans les guerres du passé.

De plus, Conner a inculqué à Eisenhower la conviction perspicace qu'une autre guerre était inscrite dans le traité de Versailles. Conner a particulièrement insisté sur l'instruction de travailler avec des alliés en temps de guerre, ce qui, selon Conner, s'avérerait crucial lors de la prochaine guerre mondiale. Conner savait que les Alliés devraient être plus coordonnés qu'ils ne l'avaient été pendant la Première Guerre mondiale, ils avaient besoin d'une seule chaîne de commandement, et une telle tâche exigerait des compétences diplomatiques considérables en plus du sens militaire.

Après Panama, Conner a été chef d'état-major adjoint de l'armée, a commandé le département hawaïen et plus tard la zone du premier corps. Dans tous ses commandements, Conner s'efforçait d'enseigner et d'instruire ses officiers subalternes dans les disciplines militaires.

Promu major général en 1925, son nom est souvent cité comme candidat au poste de chef d'état-major de l'armée. L'histoire reste obscurcie sur les pensées de Conner à propos de devenir le chef d'état-major. Eisenhower pensait que Conner "détestait les emplois du personnel" et aurait démissionné avant de prendre le poste. D'autres ont supposé que Conner était très attristé de ne pas avoir été nommé au poste le plus élevé de l'armée.

Conner a pris sa retraite en 1938, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, qu'il avait prédite près de vingt ans plus tôt. Eisenhower et d'autres ont continué à lui demander conseil tout au long de la guerre, ce qui témoigne de la grande estime dans laquelle ils l'ont tenu, "un leader né des hommes".


Cooner DE-172 - Histoire

"Où votre voyage commence"
Comté de Charlton

Histoire du comté de Charlton
par Alex S. McQueen, 1932

FAMILLES DU COMTÉ DE CHARLTON
L'un des principaux objectifs recherchés par la compilation des histoires des divers comtés de Géorgie était l'enregistrement de données sur les histoires familiales. La connaissance des antécédents familiaux est essentielle au bon fonctionnement des tribunaux, car de nombreux nouveaux procès ont été accordés à des criminels condamnés en Géorgie simplement en raison de relations inconnues lorsque les affaires étaient jugées par les tribunaux de première instance. Cela a causé beaucoup de dépenses inutiles dans presque tous les comtés de Géorgie.

L'enregistrement de données correctes sur les histoires familiales des pionniers des comtés de Géorgie est, dans la plupart des cas, une tâche herculéenne. Cela n'a pas été une tâche facile dans le comté de Charlton.

L'enregistrement, dans un dossier permanent, de la vie et des réalisations de nos ancêtres devrait être fait par simple justice à leurs souvenirs, et s'il ne doit y avoir aucun autre motif que le sentiment, c'est une justification tout à fait suffisante pour les histoires du comté de comtés de Géorgie.

L'auteur a travaillé longtemps et sérieusement pour qu'un minimum d'erreurs soit commis dans l'enregistrement des événements historiques du comté de Charlton, et cela a été particulièrement vrai en ce qui concerne les histoires familiales. Ce n'était pas le désir de l'auteur qu'une seule famille de pionniers du comté de Charlton soit omise de cette histoire, et pour que cela ne se produise pas, nous avons demandé aux descendants des pionniers vivant encore dans le comté de fournir les informations nécessaires. Beaucoup ont répondu à cet appel, mais beaucoup ne l'ont pas fait, et si une seule vieille famille a été exclue de ce livre, ce ne sera pas la faute de l'auteur.

Nous avons essayé d'être véridiques et n'avons pas écrit « de malveillance », et nous n'avons pas non plus volontairement et malicieusement omis une seule famille pionnière du comté de Charlton.

Nous sommes redevables à de nombreux citoyens du comté pour l'aide précieuse apportée en fournissant des données sur la vie et les réalisations des vieilles familles, et nous souhaitons particulièrement remercier, avec nos remerciements, l'aide du révérend WO Gibson, HS Mattox, JC Allen, Jesse W, Vickery, WH Mizell, Wm. Mizell, Jr., et J.H. Johnson.

GEORGE W. ALLEN (Mieux connu sous le nom de "Dick" Allen) a déménagé à Charlton du comté d'Appling au début des années 60 et s'est installé sur la rivière Great Satilla à l'endroit maintenant connu sous le nom de ferry d'Allen, et sur une parcelle de terre initialement concédée par le roi George II d'Angleterre. Hon. J. C. Buie, actuel propriétaire du terrain, a cette concession d'origine.

M. Allen a vécu à cet endroit jusqu'en 1880, date à laquelle il a déménagé à deux milles au sud-ouest de l'endroit maintenant connu sous le nom de « Old Allen Homestead » où il a élevé une famille de 11 enfants. Il est décédé le 12 décembre 1905 et est enterré dans le cimetière Allen à un mile à l'est de l'ancienne ferme.

M. Allen était l'un des principaux citoyens de sa communauté, était honnête et fiable et a toujours été un artisan de la paix dans la communauté. Il était démocrate en politique et était membre de la fraternité maçonnique, membre de ce qui est maintenant la loge Folkston n ° 196, F. & A. M., mais il est devenu membre alors que la loge se réunissait à Trader's Hill ou à Centerville.

George W. Allen a servi dans l'armée confédérée en tant que soldat dans le 4e régiment de Géorgie. La cavalerie a été capturée au combat et a été incarcérée pendant 13 mois dans la prison d'Elmira, NY Un incident qu'il a toujours raconté qui s'est produit pendant son emprisonnement en tant que prisonnier de guerre : Lui et un camarade avaient réussi à obtenir de la farine et se préparaient à avoir des gâteaux chauds et du sirop pour le petit-déjeuner, mais juste avant que les gâteaux chauds ne soient cuits, un officier fédéral les a découverts et a rapidement confisqué leurs gâteaux chauds et leur sirop et les a remis sur le régime régulier de soupe aux haricots, pain de maïs avec un petit morceau de lard gras une fois par semaine. Il a également été puni en étant forcé de porter un vieux tonneau de porc une heure par jour pendant le repas de midi, un trou a été percé au fond du tonneau pour que sa tête se projette à travers et il a été obligé de marcher en rond pendant une heure. un jour pendant sept jours. Il a toujours soutenu, cependant, qu'il n'était jamais en meilleure santé qu'il ne l'était avec de la liqueur de haricots, des peaux de haricots, du pain et de l'eau.

M. Allen s'est marié quatre fois : sa première épouse était Mlle Kizzie Davis, la seconde, Mlle Mary Ellen Grooms, la troisième, Mlle Mamie Knox, et la quatrième à Mlle Mollie Amnions qui lui a survécu plusieurs années. De la première union sont nés trois enfants : George W., Jr., un éminent citoyen de la communauté de Prescott, John A., aujourd'hui décédé, et Mary Jane du second mariage sont nés cinq enfants : Cram, Gertrude, Joseph C, Dread B., et G. Colquitt à la troisième union un seul enfant est né, et cet enfant est décédé, en bas âge à la quatrième union trois enfants sont nés : Patrick Henry, décédé à l'âge de 21 ans, William Robert, un citoyen de Folkston, et Ever Lena, qui a épousé Alex pour la première fois. Mills et maintenant l'épouse de M. Jordon de Waycross, Ga.

L'espace ne permettra pas de donner les carrières de tous les enfants de M. Allen, mais un fils a pris de l'importance dans la vie politique du comté, à savoir : Joseph C. Allen. Il a exercé deux mandats en tant que receveur des impôts, deux mandats en tant que percepteur des impôts et quatre mandats successifs en tant que greffier de la Cour supérieure du comté de Charlton. Il a également servi dans l'armée américaine pendant la guerre hispano-américaine. Il épousa Miss Pencey Thomas, fille de l'un des anciens pionniers, Riley T. Thomas, et de cette union naquirent huit enfants.

W. R. Allen, mieux connu sous le nom de "Bob", est le plus jeune enfant de George W. Allen, Sr. il a servi dans l'armée des États-Unis tout au long de la fin de la guerre mondiale et a servi activement au front.

John A. Allen, aujourd'hui décédé, était un citoyen très respecté dans sa communauté, tout comme George W. Allen, Jr., le fils aîné de cet éminent pionnier.

De nombreux petits et arrière-petits-enfants de George W. Allen, Sr., vivent dans cette section immédiate et sont parmi les principaux citoyens de leurs communautés respectives.

JACOB ALTMAN a déménagé dans le comté de Charlton en 1867 et s'est installé du côté est du marais d'Okefenokee, près de ce qui est maintenant connu sous le nom de Camp Cornelia. Il a épousé Vicey Dowling quelque temps dans les "années quarante" et de cette union sont nés: Margaret, Noah, Jacob, Jr., Leonard, Sarah, Vicey, Dave, Ardelia, Lottie et Marion.

Vicey a épousé James Robinson, membre de l'une des plus anciennes familles du comté, et Marion a épousé Miss Margaret Mills, et l'issue de ce mariage était : Charlie, Ernie, Samuel, Benjamin, Earnest, Emma, ​​Elbert, et Ellen, Emma et Elbert étant des jumeaux. Les filles de Marion Airman ont épousé de jeunes hommes du comté de Charlton : John Colson, W. E. Gibson et J. A. Prevatt. Tous les fils sont des résidents du comté de Charlton, à l'exception d'Earnest, qui est un éminent ministre baptiste missionnaire. Il a fait ses études au Piedmont Institute, à Waycross, en Géorgie, et à l'Université Mercer. Il est l'un des jeunes ministres baptistes les plus prometteurs de l'État et a maintenant une charge à Atlanta, en Géorgie.

La seconde épouse de Marion Altman, décédée il y a quelques mois, était Miss Minnie Lloyd, et de cette union naquirent deux enfants, tous deux pourtant très jeunes.

Marion Altman et ses enfants sont les seuls descendants directs de Jacob Altman, Sr., vivant maintenant dans le comté de Charlton, et ces hommes et ces femmes sont tous des citoyens très respectés de leurs communautés. Marion Altman, par la pratique de l'épargne et de l'économie, a réussi à accumuler une compétence. Il a été marchand à Folkston pendant un certain nombre d'années, mais le poids des années et l'affliction physique l'ont forcé à se retirer des affaires actives il y a quelques années. Il s'est retiré dans sa ferme où il s'est occupé avec profit de l'agriculture générale et de l'élevage au cours des dernières années. Il est un membre dirigeant de l'église baptiste du libre arbitre et un démocrate en politique.

A.W. ASKEW et sa famille sont arrivées dans le comté de Charlton en provenance de Chipley, en Géorgie, il y a environ 18 ans. Depuis qu'il a déménagé à Charlton, M. Askew s'est engagé dans l'agriculture générale, a acheté du coton et a exploité une usine d'égrenage et un moulin à farine. Lui et sa famille estimable se sont fait de nombreux amis et, bien qu'ils ne soient pas parmi les pionniers du comté, se sont identifiés à la vie religieuse, sociale, éducative et civique de la communauté. Mlle Mayme Askew a été la directrice efficace de la Folkston Grammar School pendant un certain nombre d'années. MM. Newton et Hoke Askew sont maintenant des résidents de Miami Beach, en Floride, Newton étant employé dans une banque et Hoke membre du service d'incendie municipal.Fred Askew est directeur du magasin Suwannee à Folkston, et Leon est engagé dans des travaux de menuiserie et est responsable de l'aéroport gouvernemental entre Folkston et Homeland. Willis Askew, un autre fils d'A. W. Askew, a épousé Mlle Doris Wright, membre d'une famille pionnière du comté de Charlton, et deux enfants sont nés. Louis, le plus jeune membre de la famille, fréquente le State College de Tifton, en Géorgie, depuis plusieurs années et est maintenant employé par l'A. C. L. Ry. Co. à Folkston.

M. A. W. Askew est membre de l'église méthodiste de Folkston et est un démocrate « in-the-the-wool ». Il soutient systématiquement les candidats de son parti, indépendamment de ses opinions personnelles, et n'hésite pas à condamner ceux qui participent aux primaires et ne soutiennent ensuite pas les candidats.

FARLEY ANDERSON, un des premiers colons de la communauté d'Uptonville, a été engagé dans le commerce des magasins de la marine et dans le commerce du bois dans cette communauté pendant plusieurs années. Il a élevé une famille nombreuse, certains de ses enfants étant Lawty Anderson, maintenant résident de Starke, en Floride, HW Anderson de Fernandina, en Floride, Muncie Anderson, citoyen populaire de Jacksonville, en Floride, et Jesse J. Anderson, un médecin. . Hon. Muncie Anderson s'est rendu à Jacksonville, en Floride, il y a plusieurs années et a obtenu un poste dans les forces de police de la ville, et a progressivement travaillé dans la communauté jusqu'à son élection en tant que juge municipal de Jacksonville. Muncie a remporté ce poste important par un vote écrasant et face à l'opposition de certains des dirigeants de la ville. Ses amis ici à Charlton sont fiers du record de ce fils du comté de Charlton, et son succès ne lui a pas "monté à la tête". Il est toujours le même personnage jovial et sympathique qu'il a toujours été.

RANDALL ANDERSON, frère de Farley Anderson, s'est installé dans la communauté de Winokur il y a de nombreuses années et a élevé une grande famille de fils et de filles dans cette communauté, certains de ses enfants étant Mme Alex. Rozier de Hickox, Ga., Mme John Raulerson, Mme LT Wasdin et Mme NE Roddenberry de Winokur, Ga. Au cours de sa vie, M. Anderson était un leader dans sa communauté, et la famille est très appréciée tout au long de cette section. .

JAMES BRITTON BAKER est venu dans le comté de Charlton, à l'époque dans le comté de Camden, du comté de Gates, en Caroline du Nord, vers l'année 1838. Il a été l'un des premiers opérateurs de térébenthine à venir dans cette section qui était alors recouverte d'une forêt dense de croissance originale jaune et rémanent bois de pin. Il s'est largement engagé dans l'industrie des magasins navals avant la guerre de Sécession. Son alambic et ses quartiers étaient situés à ce qui est maintenant connu sous le nom de place Paxton. M. Baker était un homme très intelligent et un travailleur acharné, et a rapidement accumulé une fortune dans l'industrie des magasins navals. Après avoir été transféré dans cette section, il épousa Mme Anson Cox, une sœur de feu l'hon. S. F. Mills, Sr., et de cette union sont nés cinq enfants : L. E. Baker, M. N. Baker, P. H. Baker, J. B. Baker, Jr., et V. E. Baker.

J. B. Baker, Jr., vivant maintenant dans le comté de Charlton, agriculteur et ingénieur civil, est le seul descendant direct de James B. Baker, Sr., vivant dans cette communauté.

J. B. Baker, Jr., épousa Mlle Gussie Mills, et de cette union naquirent plusieurs enfants, parmi lesquels Mme M. J. Paxton, Mme O. E. Stewart, Mme Broadus Jones, aujourd'hui décédée, et Mme Rose Collier.

Lavina E. Baker a épousé James W. Lee de Virginie MN Baker a épousé Floride Burney de Waycross, PH Baker a épousé Leonilla Bachlott, fille de JR Bachlott, Sr., premier marchand à ouvrir un magasin à Folkston Mlle Leo a épousé Earl Taylor de Gainesville, Floride ., où elle réside maintenant, et Virginia E. Baker a épousé feu le Dr HA Cannon, et les deux sont maintenant décédés et n'ont laissé aucun descendant. Les enfants de M. N. Baker sont tous des résidents d'Enterprise, Ala.

James Britton Baker, Sr., était l'un des membres fondateurs de l'ancien Trader's Hill Masonic Lodge, maintenant le Folkston Lodge n° 196, F. & AM, qui a été constitué en mars 1854. Il exploitait des usines de magasins navals près d'Uptonville et Schlattersville, en Géorgie, en plus de celui de l'Old Paxton Place.

Il a servi pendant toute la période de la guerre civile dans l'armée confédérée et, pendant la période de reconstruction, a été l'un des dirigeants du comté. Avant sa mort en 1886, il avait accumulé ce qui était à l'époque une grande fortune. Il est enterré au cimetière de Mills sur l'ancienne propriété de Mills dans le comté de Charlton, tout comme sa fille, Mme H. A. Cannon.

L.M. BEDELL, bien qu'il ne soit pas originaire de Charlton, s'est d'abord installé à May Bluff sur la rivière Great Satilla alors qu'il était un jeune homme. Il a épousé une fille de l'hon. William Lang, l'un des principaux pionniers de l'histoire ancienne de Charlton. M. Bedell a ensuite déménagé à Folkston où il s'est engagé dans le commerce général et a passé plusieurs années comme acheteur de bois à Burnt Fort sur la rivière Satilla. De Burnt Fort, M. Bedell a déménagé à Marianna, une belle propriété familiale sur la côte dans le comté de Camden, mais il réside maintenant à Folkston depuis plusieurs années.

Par un travail acharné et la pratique de l'économie, M. Bedell a réussi à accumuler une compétence et vit maintenant dans la paix et la tranquillité pendant sa vieillesse. Il a toujours manifesté un vif intérêt pour l'éducation et a donné à la plupart de ses enfants une éducation universitaire. Ses filles sont particulièrement accomplies dans la musique et la voix et sont parmi les jeunes filles les plus accomplies jamais élevées dans cette section.

Mme Bedell est décédée il y a plusieurs années et M. Bedell vit maintenant avec une fille, Mlle Marward Bedell. Il a atteint l'âge vénérable de 77 ans et est encore assez actif.

JEAN BROOKS. Parmi les pionniers intrépides qui s'installèrent dans la section de Trader's Hill se trouvait John Brooks, un homme d'une grande force de caractère. Il a été pendant plusieurs années le patron politique du comté de Chalton [sic] et a été un leader dans le comté pendant ses beaux jours. C'était un homme aux impulsions les plus généreuses, toujours prêt à aider les pauvres et les affligés, mais qui était, lorsque l'occasion l'exigeait, dur et inflexible. Parmi ses descendants vivant maintenant dans le comté de Charlton figurent P. G. Brooks, juge de paix du district d'Uptonville, P. C. Brooks, les petits-fils et les enfants de feu Jesse M. Brooks.

John Brooks a vécu jusqu'à un âge avancé et il a laissé son empreinte dans l'histoire du comté de Charlton. Il a été shérif du comté pendant de nombreuses années, et pendant ce temps, il était presque capable de dicter qui devaient être les autres fonctionnaires.

JOHN E. BRYANT était un citoyen exceptionnel de son époque, et était shérif du comté pendant les premiers jours de son histoire. Il était le deuxième shérif du comté qualifié pour ce poste en janvier 1856. Il était également sous-lieutenant du quatrième district militaire, composé des comtés de Glynn, Camden et Charlton, pendant la guerre civile, et a servi avec honneur et distinction tout au long de ce grand combat. Il est revenu à Trader's Hill après la fin de la guerre et est resté dans cette communauté pendant une longue et utile vie. Il était également l'un des premiers membres de la Loge maçonnique Old Trader's Hill et était un leader dans la vie civique et religieuse de la communauté. Il était démocrate et membre de l'église méthodiste. Ses fils, neveux et petits-fils sont toujours parmi les dirigeants de la communauté de Trader's Hill et la famille Bryant fait partie des familles les plus respectées du comté depuis plusieurs générations.

Bob Bryant, Henry P. et Alex Bryant sont des fils qui vivent toujours dans la section Trader's Hill, en plus de plusieurs petits-fils et neveux.

James I. Bryant, aujourd'hui décédé, et ses descendants sont également membres de la famille pionnière Bryant. Les membres les plus âgés ont déménagé dans la section Trader's Hill du comté de Camden, mais étaient originaires de l'État de Caroline du Sud.

SOL. BRLÉ. Parmi les premiers colons à s'établir dans la section Big Bend du comté de Charlton se trouvait la famille Burnsed. M. Sol Burnsed, probablement le membre le plus âgé de cette famille de pionniers très appréciée, vit toujours près de Moniac. les gens de sa communauté. L'un de ses fils, B. R. Burnsed, Esq., a fait le service actif en France pendant la guerre mondiale, et essaie maintenant de retrouver sa santé, altérée pendant son service militaire, dans un hôpital public. Il est membre du barreau des États de Géorgie et de Floride et l'un des jeunes hommes les plus estimés du comté.

Il y a plusieurs autres membres de la famille Burnsed, mais l'espace et le manque de données exactes empêchent leur inclusion dans cette histoire.

Parmi les anciens colons dont les noms commencent par la lettre B, on peut citer la famille Byrd. A. J. Bennett, mieux connu sous le nom de « Jack », est citoyen de Charlton depuis plusieurs années. M. R. A. Boyd, originaire de l'État du Michigan, réside à Folkston, dans le comté de Charlton, depuis plusieurs années. Il était autrefois lié à l'A. C. L. Ry., a été employé pendant un certain temps par la Citizens Bank, et est maintenant avec le garage et la station-service de V. J. Pickren. Sa fille aînée. Miss Marie Boyd, est une enseignante efficace dans les écoles publiques du comté.

Le Dr W. E. Banks, pharmacien et juge de paix du 32e district G. M., réside dans le comté depuis 1918. Lui et sa famille se sont fait de nombreux amis chaleureux depuis qu'ils sont devenus résidents de cette section. Le chef de police J. H. Barnes de Folkston est citoyen de Charlton depuis un certain nombre d'années et a été maréchal de la ville de Folkston pendant plus longtemps que tout autre homme depuis que la municipalité a été constituée. Il est très apprécié non seulement en tant que policier, mais aussi en tant que citoyen.

M. Barnes et sa femme sont venus dans le comté de Charlton en provenance de Forsyth, en Géorgie, et tous deux sont à juste titre populaires auprès des habitants de la communauté en général.

MM. Oscar et Ralph Burch sont arrivés à Charlton il y a plusieurs années du centre de la Géorgie, et sont ici depuis assez longtemps pour se sentir comme des " natifs ".

Le Dr John W. Buchanan, un médecin à la retraite, est arrivé dans le comté de Charlton en provenance de l'État de l'Ohio il y a plusieurs années. Il est venu avant tout pour le climat idéal de la section et pour retrouver la santé. Il a investi des sommes considérables dans l'immobilier, tant dans la ville de Folkston que dans le territoire environnant. Il a été un homme des impulsions les plus généreuses, et a beaucoup fait pour soulager la détresse des pauvres et des malheureux, et ce trait a fait de lui une victime de gens sans scrupules. Il a dépassé l'âge de trois vingt ans et dix ans, et son âge et les infirmités qui l'accompagnent l'ont amené à se retirer des affaires actives il y a quelques années. Son fils, M. Clarence Buchanan, un gentilhomme sympathique, est maintenant en charge des intérêts commerciaux de son père.

J.R. BACHLOTT, SR., est venu à Charlton du comté de Camden et s'est installé d'abord à Jérusalem près du vieux Centerville au début de l'histoire du comté. Il fut pendant de nombreuses années engagé dans le commerce des magasins de la marine et fut l'un des premiers marchands de Folkston. Il était en affaires avec feu A. S. Layton et la firme Bachlott & Layton possédait pratiquement tout le terrain où se trouve maintenant la ville de Folkston. L'ancienne maison Bachlott se trouvait exactement à l'endroit où se trouve aujourd'hui le palais de justice du comté.

W. W. BAUMAN. Parmi les très rares personnes venues du Nord dans cette section et s'y résolvant, on peut citer M. W. W. Bauman, résident du comté pendant plusieurs années. M. Bauman possède encore des biens considérables dans le comté, et pendant sa résidence ici, il s'est fait de nombreux amis personnels chaleureux. Lui et sa femme sont tous deux d'une disposition joviale et heureuse, et leur renvoi dans l'État du Wisconsin a été la cause de véritables regrets. Beaucoup de leurs amis s'attendent à ce qu'ils retournent à Charlton pour passer leurs vieux jours. WW Bauman était considéré comme l'un des hommes les plus énergiques et les plus travailleurs de tout le comté, et grâce à son travail acharné et à son économie, il a accumulé une petite fortune en tant que résident de cette section, démontrant ainsi ce qui peut être fait à Charlton par quiconque a l'énergie et l'intelligence . Il était droit et honnête dans toutes ses relations d'affaires et toute la famille était très appréciée dans la communauté. Son fils, Tector, est également un résident du Wisconsin, et sa fille, Beryl, est mariée et vit à Waycross, en Géorgie.

JAKE CARTER. Les Carters sont arrivés dans le comté de Charlton peu de temps après que les Indiens ont été chassés du marais d'Okefenokee, et certains des jeunes Carters étaient des soldats qui ont aidé à chasser les Séminoles de cette section. Ils aimaient le pays autour du grand marais et après avoir terminé leur service militaire, ils sont revenus et s'y sont installés. Ils sont originaires du comté d'Appling. Jake Carter s'est installé entre les marais Great Okefenokee et Little Okefenokee, et son ancienne ferme se trouve près du marais Little Okefenokee. Il était un agriculteur et un éleveur prospère et a vécu jusqu'à un âge avancé. Il a été aveugle pendant les dernières années de sa vie, mais ne s'est jamais plaint de son sort.

Parmi ses enfants vivant maintenant à Charlton figurent : Hansel, Raiford, John B., Bud et Allen. Hansel vit sur l'ancienne place Upton près d'Uptonville, Raiford habite près de l'ancienne place Jake Carter, John B. Carter possède également une ferme près de l'ancienne ferme. Bud habite maintenant à l'ancienne place et Allen est marchand à Racepond. John Carter exploite également un magasin et une station-service sur la Dixie Highway près de Racepond.

Une fille du vieil homme Jake Carter a épousé Everett Crews et vit près de Winokur.

Les Carter sont des fermiers et des éleveurs prospères, et ont toujours été considérés comme l'une des familles les plus respectables du comté. Ils sont droits et honnêtes dans leurs relations d'affaires, et la plupart d'entre eux conservent une excellente solvabilité.

John B. Carter a été pendant plusieurs années membre du conseil d'administration de l'école Racepond et s'est véritablement intéressé aux affaires éducatives de sa communauté et de son comté. Cette école, connue depuis longtemps sous le nom d'école Carter, a récemment été regroupée avec la Folkston Consolidated School et M. Carter est responsable du transport des enfants de la section Racepond à Folkston. John Carter, par sa disposition cordiale et amicale, s'est fait de nombreux amis personnels dans sa communauté et son comté, et il est considéré comme l'un des leaders de sa communauté. La même chose est vraie pour les autres garçons Carter vivant dans la communauté Carter.

JOHN M. CANADAY. La famille Canaday s'est installée dans la section Big Bend du comté de Charlton bien avant que les Indiens ne soient chassés du marais d'Okefenokee, et la vieille maison de Canaday toujours debout près de Moniac a plus de 100 ans. Cette vieille maison en rondins fortement construite a été construite pour repousser les attaques indiennes, et elle a résisté à de nombreux sièges. Il a été construit à la fois comme une maison et un fort, et est équipé de hublots où les Canadays et leurs voisins projetaient leurs mousquets à travers pour tirer sur les Indiens attaquants. Cette vieille maison en rondins porte de nombreuses traces de balles, car c'était la maison la plus solide de toute la communauté et les autres pionniers cherchaient sa sécurité lors d'un soulèvement indien. C'était l'une des rares maisons à résister à toutes les attaques et est encore dans un excellent état de conservation. Les Canaday étaient agriculteurs et éleveurs, et les descendants de John M. Canaday vivent toujours dans le Big Bend et font toujours partie des leaders de la communauté.

John M. Canaday a servi un mandat à l'Assemblée législative de Géorgie au cours des années 1884-1885, et ses fils ont été des citoyens éminents de la section de Moniac pendant de nombreuses années. Parmi ses descendants figurent : John M. Canaday, Jr., aujourd'hui décédé, Aaron, Curry, Joseph P., aujourd'hui décédé, et George. John M. Canaday, Jr., et Joseph P. Canaday ont tous deux siégé au conseil des commissaires de comté, mais à des moments différents. Bien que les Canadays ne soient pas riches, ils sont tous de « bons foies » et possèdent des terres agricoles et forestières considérables et de grands troupeaux de bovins de pâturage. Plusieurs des petits-fils ont servi leur pays pendant la récente guerre mondiale. Les filles Canaday ont épousé les fils de leurs voisins pionniers, les familles Reynolds et Thompsons, et le Big Bend est plein des petits-fils et arrière-petits-fils et des filles du pionnier Canaday qui ont bravé les nombreux dangers liés à l'occupation indienne du pays et a arraché sa vie aux forêts et aux ruisseaux et a établi une ferme qui existe encore aujourd'hui.

SAMUEL CHANCE, un agriculteur, éleveur et armurier au début de l'histoire du comté, a déménagé de Ware dans le comté de Charlton avant la guerre civile. Il épousa la sœur de Jake Carter, également membre de l'une des premières familles du comté, et éleva une famille nombreuse. Il s'est enrôlé dans l'armée confédérée et a servi tout au long de ce long conflit. Il est retourné à Charlton à la fin de la guerre et a vécu ici jusqu'à l'âge de 94 ans.

Ses enfants sont : W. L. Chancy, mieux connu sous le nom de Lee, Sallie, Osias, mieux connu sous le nom de Solar, aujourd'hui décédé, Farley, Joseph, Nancy et Tyson, les deux derniers nommés décédés en bas âge, Samuel et Janie. Samuel Chancy était un géant physiquement, tout comme son fils. Solar, et tous ses enfants sont des hommes et des femmes grands et forts.

W. L. Chancy, le seul fils vivant maintenant à Charlton, a épousé Mlle Almeta McQuaig du comté de Ware, et à cette union ont eu 10 enfants, et comme leur père et grand-père, tous sont des géants physiques. Solar Chancy a épousé Miss Leta Hickox, et elle et un fils, Clyde, lui survivent. C'était un véritable géant en taille et en force, mais c'était un homme de la disposition la plus amicale et la plus heureuse et il avait autant d'amis que n'importe quel homme du comté lorsqu'il a été abattu dans la fleur de l'âge. Il a été atteint d'une pneumonie et est décédé dans les trois jours. Son fils, Clyde, est maintenant mécanicien de locomotive sur le S. A. L. Ry. et vit à Jacksonville, en Floride.

L'un des fils de W. L. Chancy, Glenn, s'est taillé une solide réputation en tant que boxeur professionnel ayant remporté de nombreux concours dans le Sud et l'Est.

Samuel Chancy était un homme honnête et fiable et un citoyen respectueux des lois, et ses fils et ses filles ont suivi les traces de leur père.

M. W. L. Chancy a servi pendant plusieurs années en tant que shérif adjoint et était l'officier responsable de Billy's Island dans le marais d'Okefenokee pendant le pic des opérations de bois dans le marais. C'était un officier intrépide, mais juste et impartial dans l'application de la loi et a réussi à maintenir l'ordre dans cet endroit isolé sans trop de problèmes. À cette époque, il mesurait 6 pieds et 3 pouces, pesait 265 livres et était un géant physiquement.

Les Chancy appartiennent tous au parti démocrate et sont des hommes de parti fidèles. Un autre fils de Samuel Chancy, Joseph Chancy, a été membre du service d'incendie de Jacksonville, en Floride, pendant un certain nombre d'années, et par un travail acharné et une application stricte à ses fonctions, il est passé des rangs au poste de chef de station.

M. Samuel Chancy et son épouse sont décédés le même jour et tous deux ont été enterrés dans la même tombe. (Samuel Chancy a également servi dans la guerre des Séminoles alors qu'il était assez jeune. Son frère, Isaac, a été tué au combat pendant la guerre de Sécession.)

LA FAMILLE ÉQUIPAGES
Tenter d'écrire une histoire de la famille Crews demanderait beaucoup de temps et un volume entier.Les pionniers Crews sont originaires de Caroline du Sud, mais il y avait des membres de la famille Crews sur le territoire bien avant la création du comté de Charlton. C'est sans aucun doute l'une des plus grandes familles des États de Géorgie et de Floride, une grande partie de la famille vivant dans les comtés de Charlton, Ware, Brantley, Pierce, Camden, Bacon et Appling en Géorgie, et à Baker, Nassau, Duval, Columbia et plusieurs autres comtés de Floride.

Il a été tout à fait impossible pour l'auteur d'obtenir les données exactes sur les familles Crews d'origine s'installant dans le comté de Charlton, mais cette famille a joué un rôle important dans le développement, dans la vie civique et sociale du comté de Charlton. La plupart des membres de cette grande famille ont été des hommes et des femmes honnêtes, hétérosexuels et respectueux des lois, mais là où il y en a tant, il doit nécessairement y en avoir quelques-uns qui ne sont pas à la hauteur des normes élevées de citoyenneté. Dans l'ensemble, la famille Crews est composée d'hommes et de femmes honnêtes et travailleurs, et les membres de cette famille ont été des leaders dans les différentes communautés du comté de Charlton tout au long de son histoire.

Peut-être le membre le plus âgé de cette famille vivant maintenant à Charlton est M. H. M. Crews, Sr., mieux connu sous le nom de "Oncle Hamp." Il est le père de l'hon. H. H. Crews, le receveur des impôts efficace du comté de Charlton pendant plusieurs années. M. Moses Crews, Sr., vit dans la communauté de Winokur et a été pendant des années l'un des citoyens les plus respectés de cette communauté. M. S. C. Crews, un vaste propriétaire terrien et éleveur, est bien connu dans toute cette section. Il a servi plusieurs mandats en tant que membre du Conseil des commissaires de comté du comté de Charlton. M. S. A. Crews est shérif adjoint du district de Winokur. M. Mose Crews, Jr., un neveu de Mose Crews, Sr., vit près de Folkston et est l'un des agriculteurs et éleveurs les plus prospères de tout le comté.

Il serait tout à fait impossible de mentionner tous les membres de cette famille la plus prolifique dans cette petite histoire, et tout ce que l'auteur peut dire est : "Que leur tribu s'accroisse" (comme pour les bons). Comme indiqué précédemment, de nombreux membres de cette famille de pionniers sont des hommes et des femmes honnêtes, qui travaillent dur et craignent Dieu et la famille Crews a beaucoup contribué au développement de ce pays d'un désert à une communauté pacifique et respectueuse des lois.

GEORGE W. CHISHOLM s'est installé dans la section de Moniac il y a de nombreuses années et a été l'un des principaux citoyens de la communauté pendant de nombreuses années, ayant été membre du conseil des commissaires de comté de son district. Il est décédé il y a quelques mois, sa femme le précédant dans la tombe de plusieurs années. Parmi les enfants qui lui survivent figurent : Leon, Willie et Charlie, tous de la communauté Moniac. M. Chisholm était un grand agriculteur, propriétaire terrien et éleveur.

LA FAMILLE CRAWFORD
L'auteur n'a pas réussi à obtenir les informations sur les membres originaux de la famille Crawford s'installant à Charlton, mais cette famille se trouve dans les sections St. George et Moniac depuis les premiers jours de l'histoire du comté. Les plus jeunes membres vivant maintenant dans le comté sont : Jim, George, Tom, Farley et George, tous des agriculteurs et éleveurs prospères.

Parmi les familles pionnières de cette section, on peut citer les familles Cason et Cooner.

M. L. S. Conner, un éminent citoyen de la section Conner's Mill, est originaire de Floride, mais réside dans le comté de Charlton depuis de nombreuses années. Il a épousé une fille de M. Hamp Crews, Sr., et a élevé une famille nombreuse. M. Conner démontre un grand intérêt pour l'école de sa communauté et est hautement considéré par ses voisins et les hommes d'affaires du comté. Il a été l'un des tout premiers agriculteurs de Charlton à se lancer dans la culture du tabac à feuilles brillantes et a connu du succès en tant qu'agriculteur et éleveur.

FAMILLE CHESSER
Thomas T. Chesser est venu du comté de Tattnall et s'est installé sur ce qui est maintenant l'île de Chesser dans le marais d'Okefenokee en 1858, a construit une cabane en rondins grossière et a défriché et cultivé des champs sur l'île. Il a élevé une famille sur cette île et ses fils, feu Samuel et Allen Chesser, ont passé toute leur vie sur cette île. Il y a deux fermes cultivées et enclos sur cette île, l'une occupée par le fils de Samuel Chesser, et l'autre par la veuve et les enfants d'Allen Chesser. Il y a un grand monticule indien sur cette île, sur lequel des récoltes de maïs sont faites chaque année. L'île de Chesser est célèbre dans toute cette section pour l'excellente qualité du sirop de canne à sucre produit par son sol sablonneux léger. Ce sirop a une saveur particulièrement agréable que l'on ne trouve dans aucun autre sirop de canne connu, et est d'une couleur dorée remarquablement claire.

Les petits-fils de Thomas T. Chesser sont connus sous le nom de "Chesser boys" et sont parmi les trappeurs et chasseurs les plus habiles du marais d'Okefenokee, et sont considérés parmi les guides les plus compétents du marais, car ils connaissent cette zone ainsi qu'une rue oursin connaît les rues d'une grande ville. Les Chessers sont une famille très respectable et comptent parmi les citoyens les plus honnêtes et les plus intègres du comté.

T. J. COLSON est originaire de cette section, ayant été élevé juste de l'autre côté de la ligne dans le comté de Camden. Il réside dans le comté de Charlton depuis plusieurs années et a élevé une grande famille de fils et de filles. Il vieillit maintenant et a été malheureux dans ses investissements au cours des dernières années, les économies d'une vie de dur labeur étant balayées en peu de temps.

Lui et sa famille ont conservé une bonne réputation d'honnêteté et de travail acharné, et ils ont la confiance et le respect de leurs voisins. La fille aînée de M. Colson a épousé M. G. S. Roddenberry, membre d'une grande famille de pionniers de Charlton, et ils ont une grande famille de garçons et de filles. Plusieurs fils de M. Colson vivent également dans le comté de Charlton, et un fils, mécanicien de locomotive, vit à Waycross, en Géorgie.

M. J. R. Cooper, qui vivait dans la section Newell de Charlton, a été arpenteur du comté de Charlton pendant de nombreuses années. Bien que pratiquement sans instruction, il était un arpenteur très compétent et avait une capacité étrange à localiser les anciennes lignes terrestres. Il était un personnage unique à son époque, et étant arpenteur du comté, il était nécessaire pour lui de visiter chaque section du comté, et il était bien et favorablement connu dans tout le comté. Il est décédé il y a quelques années, laissant une famille nombreuse de fils et de filles lui survivre.

O. A. Cassell a déménagé à Charlton il y a quelques années de Minneapolis, Minn., et est devenu citoyen de Homeland. Une fille, Miss Virginia, et un fils, Russell, ont vécu avec M. et Mme Cassel pendant quelques années, mais tous deux sont retournés dans l'Est. M. Cassel est venu à Charlton sur les conseils de son médecin et le climat idéal de cette section lui a été des plus bénéfiques.

Lui et Mme Cassel sont des citoyens très estimés de la communauté, sont des travailleurs religieux actifs et se sont identifiés à la vie sociale de la section. M. Cassel est surintendant de l'école du dimanche méthodiste de l'église méthodiste de Folkston. W. R. Catoe, mieux connu sous le nom de "Bob", est un citoyen de Charlton depuis longtemps. Il épousa une fille de M. et Mme G. W. Allen, Jr., et d'eux naquit une grande famille de garçons et de filles.

Mme Catoe est décédée il y a environ deux ans, laissant plusieurs jeunes enfants.

M. Catoe est un homme à la personnalité agréable et est droit et honnête dans toutes ses transactions. Il est un agriculteur prospère et est considéré comme un dresseur de chiens expert. Il est particulièrement minutieux dans la formation de chiens d'oiseaux et sa réputation s'étend dans tout l'État et dans d'autres États du Sud.

G. R Carpenter est un résident de la communauté de St. George depuis de nombreuses années. Lui et Mme Carpenter sont venus du Nord il y a plusieurs années, à Charlton pour profiter des bienfaits de notre climat idéal. Ce couple n'a pas d'enfants. Ils font partie des personnes les plus respectées et généralement aimées de St. George et ont de nombreux amis dans tout le comté.

DANIEL R. DINKINS était l'un des nombreux premiers colons à venir à Charlton du comté de Tattnall, en Géorgie, et a passé la plus grande partie de sa vie adulte dans ce comté où il était hautement considéré comme un citoyen honnête, fiable et respectueux des lois. Les dernières années de sa vie se sont passées en Floride, il y étant décédé il y a quelques années. Deux fils vivent toujours à Charlton, MM. J. W. Dink ins et A. L. Dinkins, en plus de plusieurs petits-fils et filles.

Une fille vit toujours à Charlton, Mme W. N. Murray, veuve de feu Newt Murray, également membre d'une famille de pionniers de Charlton. Les descendants de Daniel R. Dinkins sont parmi les citoyens les plus respectés du comté, deux petits-fils, Theodore et Ruth Dinkins, ayant été liés à diverses entreprises commerciales dans la communauté de Folkston au cours des dernières années. L'ancienne ferme Dinkins se trouve dans l'enceinte d'Uptonville. D. R. Dinkins a servi dans l'armée confédérée pendant la guerre civile.

DANIEL R. DEDGE, premier shérif du comté de Charlton, était un pionnier grossier et "à deux poings" selon les informations fournies par certains des anciens résidents. Nous n'avons pu obtenir aucune information sur cet homme après la guerre civile, et il n'a laissé aucun descendant direct dans le comté de Charlton.

Eli Dixon, un résident de la section du ruisseau Corn-House depuis de nombreuses années et qui est décédé subitement il y a plusieurs années, était l'un des premiers colons de cette section. Il était un vaste propriétaire terrien et possédait également de grands troupeaux de bovins et de moutons. Il était réputé riche, mais ne confierait jamais son argent aux banques. Son fils, Curtis Dixon, et une fille, Mme Jackson Nettles, résident toujours dans le comté de Charlton. Une fille célibataire lui a également survécu. Son fils, Curtis Dixon, est considéré comme l'un des citoyens les plus honnêtes et les plus droits de tout le comté, il paie ses obligations rapidement et est véridique et honnête. Il est très apprécié, notamment par les hommes d'affaires de sa communauté. Ses fils sont également fiables et dignes de confiance.

H. J. DAVIS. Bien que n'étant pas un "natif", l'hon. H. J. Davis réside à Charlton depuis de nombreuses années. Il fut, pendant plusieurs années, engagé dans le commerce général à Folkston. Il est originaire du comté de Nassau, en Floride, et possède une propriété considérable dans la section Hilliard. M. Davis a servi son comté en tant que président du conseil des commissaires des routes et des revenus, et la ville de Folkston en tant que membre du conseil des échevins. M. Davis s'est également beaucoup investi dans le secteur des traverses et des scieries et a obtenu plusieurs contrats de construction d'autoroutes.

Il a été marié deux fois, sa première épouse étant la fille du Dr Love, et son épouse actuelle, la fille de feu le Dr J. C. Wright de Folkston. M. Davis est le père de trois enfants de son premier mariage : Mme Violet Eubanks de Washington, Ga., Mlle Nellie Davis de Jacksonville, Floride, et M. HA Davis de Jacksonville, et une fille, Mme Rubye Thornton de Folkston, par son second mariage. M. Davis a pris sa retraite des affaires actives il y a quelques années en raison d'une santé défaillante, mais sa santé s'est beaucoup améliorée au cours des derniers mois.

MM. M. G. Davis et W. M. (Bill) Davis, frères, sont arrivés dans le comté de Charlton il y a plusieurs années en provenance de l'ouest de la Géorgie. Le révérend M. G. Davis est un ministre baptiste missionnaire et a servi plusieurs églises dans cette section au cours des dernières années. Bill Davis est agriculteur et habite chez son beau-frère, M. A. W. Askew. Ces deux hommes sont à juste titre des citoyens populaires de la communauté, et tous deux sont de fervents démocrates quant à leur affiliation politique. Tous deux sont membres de la loge maçonnique de Folkston. Mme M. G. Davis est décédée il y a quelques années, mais la famille est restée unie, les filles du révérend Davis gardant la maison pour lui. L'épouse de M. Bill Davis « est décédée depuis de nombreuses années. Il a deux fils et une fille mariée. Ses fils, MM. Arthur et Nelson Davis, sont bien connus dans cette communauté. M. Nelson Davis a épousé Mlle Eva Mae Allen, fille de M. et Mme J. C. Allen et ils vivent maintenant à Orlando, en Floride, où M. Davis occupe un poste lucratif.

M. Ed Davis, originaire du comté de Nassau, en Floride, réside à Charlton depuis de nombreuses années. Il épousa Miss Florence Roddenberry, membre d'une vieille famille du comté de Charlton. Ils ont deux filles.

M. Walter W. Davis, fils de Joe Davis, un colon pionnier du comté de Charlton, vit près du marais d'Okefenokee et près de l'ancienne propriété familiale de Josiah Mizell.

M. Walter Davis est le troisième en ligne directe de sa famille à vivre dans ce comté, son grand-père s'étant installé près du marais avant la création du comté de Charlton. Son père, feu Joe Davis, a servi tout au long de la guerre civile dans l'armée confédérée. M. Davis a épousé une fille de M. Josiah Mizell, également un pionnier résidant à Charlton, et de cette union sont nés quatre enfants, une fille et trois fils. La fille, Mme Noah Lee, est décédée il y a quelques années alors qu'elle était encore une jeune femme. Les fils : Jack, Willie et Ralph sont des jeunes gens bien connus dans le comté et comptent parmi les guides les plus compétents et les plus fiables pour le grand marais. Walter Davis s'est engagé avec succès dans l'agriculture générale et l'élevage depuis de nombreuses années.

TOUR. E. F. DEAN, SR., transféré dans cette section de la Géorgie du Nord il y a de nombreuses années, s'installant dans le comté de Camden. Il a enseigné dans plusieurs écoles et a été ministre de l'Église méthodiste du Nord. Alors qu'il résidait dans le comté de Camden, le révérend Dean s'est marié avec une Miss Godley, membre d'une famille pionnière éminente de ce comté, et de cette union sont nés les enfants suivants : EF Dean, Jr., maintenant résident du comté de Ware , M. Tom Dean du comté de Glynn, MGA Dean de Charlton, Mme Madison Gibson du comté de Ware, Mme JV Gowen de Charlton et Mme Charlie Jacobs du comté de Ware.

M. E. F. Dean, Jr., est temporairement engagé dans l'industrie des magasins navals dans le comté de Ware, mais possède toujours une belle maison de campagne et un grand terrain à Charlton. Il a servi le comté de Charlton en tant que membre du conseil des commissaires du comté, M. G. A. Dean, anciennement membre du cabinet Dean & Gowen, a récemment rejoint le commerce de détail de quincaillerie à Folkston. Il a servi dans l'armée américaine pendant la guerre mondiale en tant que membre du Corps des Marines. Il est officier de l'église méthodiste de Folkston et a récemment été élu maître de la loge maçonnique de Folkston. Il est considéré comme l'un des principaux hommes d'affaires de la communauté et a de nombreux amis personnels dans le comté et dans toute cette section.

M. E. F. Dean, Jr., a épousé une fille de l'hon. H. G. Gibson, Ordinaire du comté de Charlton, et M. G. A. Dean se sont mariés avec Mlle Emma Casey de Kingsland, comté de Camden, membre d'une vieille famille très respectée de ce comté. Ils ont deux filles.

Mme E. F. Dean, Sr., est décédée il y a quelques mois. Alors que le révérend Dean vieillit, il est toujours remarquablement actif pour un homme d'âge avancé et sert encore plusieurs églises en tant que pasteur régulier, certaines d'entre elles se trouvant à plus de 100 miles de chez lui.

AARON DOWLING, originaire du comté de Baker, en Floride, est devenu citoyen de Charlton vers l'année 1887, son ancienne propriété étant la place occupée maintenant par Mme L. P. Harden à environ quatre milles à l'ouest de Folkston. Il épousa Sarah Guinn et d'eux naquirent quatre fils et cinq filles. Aaron Dowling a été l'Ordinaire du comté de Charlton pendant plusieurs années et a également été membre du premier conseil des commissaires de comité de Charlton, au service de John W. Canaday et Seaborn B. Roddenberry. Ces hommes étaient commissaires du comté lorsque le premier palais de justice en brique a été construit à Folkston en 1902. Sa fille, Mary Ann, a épousé Jackson A. Prevatt, et Mme Jesse P. Mizell, fille de l'une des filles d'Aaron Dowling, et sa enfants, sont parmi les autres descendants d'Aaron Dowling qui vivent maintenant dans ce comté.

Aaron Dowling était un homme de parti strict, soutenant toujours les candidats du parti démocrate, et était l'un des principaux hommes du comté à son époque. Lui et sa femme sont tous deux enterrés au cimetière de Sardes.

L. M. FLOYD, un ancien résident de la section Conner's Mill, est un citoyen respectable du comté de Charlton depuis plusieurs années. Il a maintenant plus de 70 ans, et les infirmités dues à la vieillesse sont telles qu'il est presque impossible pour le vieil homme de continuer à travailler. Selon ses voisins, il a été un vieil homme très travailleur et a maintenu une excellente réputation dans sa communauté.

DR. A. FLEMING transféré à Charlton du comté de Ware il y a plusieurs années. Depuis son arrivée à Charlton, il s'est marié avec Miss Susie Mizell, fille de feu Wm. Mizell, Sr., et Mme Mizell. Le Dr Fleming est originaire du comté de Cobb, en Géorgie, et fait partie de l'une des plus anciennes familles de cet ancien comté. Une histoire détaillée de la vie et des réalisations du Dr Fleming est donnée dans le chapitre intitulé "Hommes professionnels du comté de Charlton". pour plusieurs années. Il est également membre de la Folkston Mason Lodge. Il est membre de la 11th District Medical Society, étant un ancien président de cette organisation. Le Dr et Mme Fleming sont hautement estimés par un large cercle d'amis personnels.

J.P. FRANKS, résident du village d'Uptonville depuis plus de 25 ans, y est arrivé d'abord comme contremaître de section pour l'A.C.L. Ry. Après avoir pris sa retraite du service ferroviaire, il est entré dans le commerce général à Uptonville, réussissant dans cette entreprise. Lui et Mme Franks sont tous les deux décédés, il y a quelques années. Ils n'ont laissé aucune descendance directe. Ils étaient des citoyens respectés du comté pendant des années, tous deux s'étant fait de nombreux amis personnels chaleureux dans leur communauté et dans tout le comté.

HENRY M. GAINEY a représenté le comté de Charlton à la législature de Géorgie en 1893. Il était un citoyen éminent du comté à son époque et était considéré par le peuple en général comme un homme de caractère. Il était père de sept enfants, à savoir : Ransom, Ellen, Alice, Joe Allen, Lilly, Emily et Jim Gainey. Sa fille, Ellen, est devenue l'épouse de Harley Rowe, un résident de la section St. George. Le district de la milice de Gaineyville a été nommé en l'honneur de ce pionnier. Il était préposé aux services religieux de l'église Baptiste Primitive d'Emmaüs et est enterré dans l'ancien cimetière de l'église.

HON, A. G. GOWEN, Sr., est venu avec son père, William Gowen, dans le comté de Charlton depuis la Caroline du Sud au début de l'histoire du comté. Hon. A. G. Gowen, Sr., était un leader exceptionnel dans les affaires du comté pendant plusieurs générations, et était l'un des hommes les plus intelligents du comté à son époque. Il a exercé plusieurs mandats en tant que greffier de la Cour supérieure et a également agi à titre de conseiller juridique pour les citoyens du comté pendant de nombreuses années. Même s'il n'était pas avocat, il était bien informé en droit et pouvait préparer un instrument juridique aussi bien que la plupart des avocats. Il a servi son comté à plusieurs titres, était membre du Sénat de l'État et a également représenté le comté dans le. Chambre des représentants plusieurs mandats.

Sa première épouse était Mlle Jane Vernon, et de cette union sont nés les enfants suivants : GW, maintenant un résident de Hilliard, en Floride, Barney B., un agriculteur vivant dans la communauté de Conner's Mill James V., un vaste propriétaire terrien et naval exploitant de magasins du comté, et qui réside maintenant à Old Trader's Hill Annie E., l'épouse de l'hon. Jesse W. Vickery Andrew G., Jr., agriculteur et membre de la police du comté, et Mary R., veuve de feu l'hon. F. E. Brock. Sa seconde épouse, qui lui survit encore, était Mlle Laura P. Danemark, et de cette union sont nés les enfants suivants : Mme Julia C. Casey de Kingsland, Géorgie, Mme Flora E. Copeland et Mme Laura Kirkpatrick .

Hon. Andrew G. Gowen, Sr., est décédé il y a quelques années à l'âge de 82 ans, et il a conservé ses vigoureuses facultés mentales jusqu'au moment de sa mort. Il est enterré dans l'ancien cimetière de Trader's Hill. L'auteur regrette de ne pas avoir commencé le travail sur l'histoire du comté de Charlton avant la mort de ce vieux pionnier, car il était, sans aucun doute, l'homme le mieux informé du comté sur l'histoire de la comté. Il possédait une mémoire des plus fidèles et était bien au-dessus de la moyenne en intelligence.

Son fils, M. J. V. Gowen, est membre de l'actuel Board of Education de Charlton, et un autre fils, B. B. Gowen, vient de prendre sa retraite en tant que membre du conseil. A. G. Gowen, Sr., a servi dans l'armée confédérée pendant les jours mouvementés de la guerre civile, et a beaucoup contribué à la reconstruction du pays au cours des années qui ont immédiatement suivi la fin de la guerre. Il était juge de paix du 1142e district G. M. au moment de sa mort.

M. George R. Gowen, Sr., petit-fils de William Gowen et neveu de l'hon. A. G. Gowen, Sr., a été élevé dans le comté de Camden, en Géorgie, son père étant Barney J. Gowen. William Gowen s'est d'abord installé à un endroit à l'ouest du ruisseau Corn-House, et un petit-fils, J. V. Gowen, possède maintenant l'ancienne parcelle de Gowen d'origine contenant 1 200 acres. M. George R. Gowen, Sr., est directeur de Folkston Grain & Grocery Co., et est membre du conseil municipal de la ville de Folkston. Depuis qu'il a déménagé à Charlton il y a plusieurs années, M. Gowen s'est fait de nombreux amis personnels chaleureux. Il est un membre fidèle de l'église méthodiste de Folkston et est considéré par tous ceux qui le connaissent comme un homme d'honneur et d'intégrité. Ses fils, B. A. et Tom, sont engagés dans le commerce général à Folkston, et B. A. et George R., Jr., sont les propriétaires du moulin à bois de Folkston. George R. Gowen, Jr., est étudiant en droit dans le bureau de A. S. McQueen, avocat, depuis plusieurs mois et est sur le point de commencer la pratique active du droit.

LA FAMILLE DES MARIÉS
Josiah et Peter Grooms, cousins ​​germains, ont déménagé du comté de Tattnall à cette communauté en 1850, Josiah s'installant à l'ancien fort Burnt et Peter s'installant à environ quatre milles à l'ouest du site actuel d'Uptonville et près du marais d'Okefenokee.

Josiah a été excusé du service militaire pendant la guerre civile en raison d'être responsable du ferry sur la rivière Big Satilla à Burnt Fort. Il épousa Sarah Hagen vers 1857. On ne sait pas grand-chose de ses enfants, sauf Mme Frances Lang, veuve de William Lang. Elle vit toujours à Burntfort sur l'ancienne place Lang. Cette ancienne ferme appartient à Burntfort Investment Co., Inc., mais Mme Lang a conservé un domaine viager sur le terrain. Elle a maintenant environ 77 ans et une santé misérable. Une autre fille, Mary Ellen, épousa G. W. Allen, Sr., et elle devint la mère de J. C. Allen. Josiah Grooms est enterré dans l'ancien cimetière de Burnt Fort de l'autre côté de la rivière dans le comté de Camden depuis l'ancien lieu Lang.

Les enfants de Peter Grooms étaient : Jesse S. Grooms, l'un des deux soldats confédérés survivants vivant maintenant dans le comté de Charlton Jane, qui a épousé NN Mizell, pendant des années commissaire scolaire du comté de Charlton, et le père de Mme LE Mallard et d'autres des enfants qui s'appelleront plus tard Mary, qui est devenue l'épouse de JB Brooks Caroline, qui a épousé HJM Higginbotham, et Mat tie ou Martha, qui a épousé feu James T. MizelL

JESSE S. GROOMS, fils de Peter Grooms, a été pendant de nombreuses années trésorier du comté de Charlton et a servi avec distinction tout au long de la guerre civile, étant membre du quatrième régiment de cavalerie de Géorgie. M. Grooms était dans la sanglante bataille d'Olustee, ou la bataille d'Ocean Pond, qui a eu lieu entre Macclenny et Lake City, en Floride, la plus grande bataille livrée près du comté de Charlton pendant la guerre civile. Il a participé à de nombreux autres engagements au cours des quatre années de ce puissant conflit.

Hon. Jesse S. Grooms vit maintenant avec son fils, E. N. Grooms, dans l'ancienne ferme de Vickery, à quelques kilomètres à l'est de Folkston. Il est encore assez actif malgré ses 88 ans. Ses autres enfants sont : Ralph Grooms, Mme J. J. Mattox, Mme B. F. Gay et Mme A. G. Gowen, Jr.

LA FAMILLE GIBSON
John Gibson, un garçon de seize ans, est venu d'Angleterre en Amérique en tant que passager clandestin sur un navire en 1760. Il s'est arrêté dans le comté de Currituck. Caroline du Nord, où il est resté jusqu'à sa mort en 1788. En 1781, il a épousé une Miss Tamar Ellis, et à eux sont nés trois fils, dont l'un était John White Gibson. À l'âge de 20 ans, John W. prit la mer et fit naufrage près de l'embouchure de la rivière Savannah. . De là, il a traversé le pays jusqu'au comté de Bulloch, il s'est arrêté pour une nuit avec un fermier nommé Allen Jones, qui a découvert que le jeune Gibson possédait une bonne éducation. Il a été employé comme instituteur pour le quartier et a ensuite épousé Mlle Clarissa Jones, une fille d'Allen Jones. Il s'est installé de façon permanente dans la communauté, accumulant une vie confortable en tant qu'enseignant et ingénieur civil. Il mourut dans le comté de Bulloch en 1863.

Des dix enfants nés de John W. Gibson et de sa femme, John Ellis était le sixième. En 1850, il est venu dans ce qui était alors le comté de Camden pour rendre visite à son frère, Allen, qui travaillait à la ferme de Mme Mary Knight, anciennement Mme Mary Leigh avant son mariage avec Elder Elias Knight de l'église primitive baptiste. . En septembre 1850, John E. Gibson et Mlle Emily Bethany Leigh se sont unis par le mariage et sont nés deux fils, William Owen le 29 août 1852 et Henry Gilbert le 12 février 1855. Le 4 mars suivant la mort de leur mère et ces deux petits garçons ont été laissés à la garde de leur grand-mère par leur père, qui est retourné dans le comté de Bulloch et s'est remarié plus tard et a élevé une autre famille.

Lorsque le comté de Charlton a été créé en 1854, John E. Gibson a été choisi comme premier receveur des déclarations de revenus. Il s'est enrôlé dans l'armée confédérée le 10 mars 1862 et a été tué à la bataille de James Island, en Caroline du Sud, le 1er juin suivant.

WILLIAM OWEN GIBSON et Julia Ann Vickery se sont mariés le 15 janvier 1874. Onze enfants leur sont nés, dont neuf sont vivants. James William Leigh, Annie Clara, épouse de B. S. Prescott, Alice Eula, Augusta Gallie, veuve de A. H. Howard, Julia Estelle, épouse de P. U. Griffin of Brantley county Stephen Gilbert, Grady Harris, John Strickland et Charles Henry. Owen Madison est décédé subitement au Texas au cours de l'année 1931. Il était auditeur au service du gouvernement des États-Unis au moment de sa mort.

À l'âge de 25 ans, l'Adj Gibson a été élu juge de paix du 32e district, alors connu sous le nom de district de Centerville du comté de Charlton, et à la fin d'un mandat de quatre ans, il a été nommé percepteur pour remplir le mandat non expiré de Perry M. Courson qui avait été élu à l'Assemblée législative de Géorgie. Il a été nommé par l'hon. Robert Hatcher, Ordinaire. A l'issue de ce mandat non expiré, il est élu receveur des impôts pour un mandat de deux ans. Il a ensuite été élu ordinaire et, à la fin d'un mandat de quatre ans, il a déménagé dans le comté de Brooks, en Géorgie, où il a passé un an dans l'agriculture et l'enseignement. Il est retourné dans le comté de Charlton et a été nommé par le gouvernement fédéral recenseur pour l'ensemble du comté en 1890. Dans la dernière partie de cette même année, il a été élu commissaire scolaire du comté, et à la fin d'un mandat de quatre ans a été élu à l'Assemblée générale de Géorgie où il a servi pendant les sessions de 1894-1895. À la fin de ce service, il se retira de la vie publique en ce qui concerne les affaires politiques et en février 1898, il fut ordonné ministre de l'Association baptiste primitive de la rivière Allabaha.

Le révérend W. O. Gibson est un dirigeant de l'église baptiste primitive de l'Association de la rivière Allabaha depuis de nombreuses années, et presque depuis la date de son ordination en tant qu'ancien.

HENRY G. GIBSON et Mlle Martha Highsmith se sont mariés le 1er janvier 1882, et dix enfants leur sont nés : le premier, une fille décédée en bas âge Horace Gilbert est décédée à l'âge de vingt et un ans John Daniel exploite une usine de placage Charles Ellis et Harry Jackson comme les Gibson Brothers Oil Co. ont réussi dans leur secteur d'activité, les deux entreprises étant situées à Waycross, Georgia Noah Madison est employé par ses frères dans le secteur pétrolier Bessie Leigh a épousé HW Anderson et est décédé quelques années plus tard en laissant trois jeunes enfants Lillie Irene a épousé Emory F. Dean, Jr., et vit près de Waycross, en Géorgie. Martha Julia, dont la mère est décédée alors qu'elle n'avait que deux jours, a épousé Arthur G. Powers qui travaille pour Gibson Bros-Oil Co.

Environ un an après la mort de sa femme, H. G. Gibson a épousé Miss Elizabeth Lee et trois enfants leur sont nés : Miss Ena et Anna, et Henry G. Gibson, Jr.

À l'exception d'un an, 1889, passé dans le comté de Brooks, en Géorgie, et quelques années plus tard lorsqu'il était dans l'entreprise laitière avec son oncle, James W. Leigh, près de Waycross, Géorgie, toute la vie de HG Gibson a été passée dans le comté de Charlton. Il était un agriculteur prospère jusqu'à ce qu'il atteigne l'âge de 70 ans lorsqu'il a été élu au bureau de l'Ordinaire du comté de Charlton pour combler la vacance causée par la mort du juge J. J. Stokes. Il a été régulièrement réélu à cette fonction importante depuis cette époque, et remplira sans aucun doute cette fonction aussi longtemps que l'âge et la santé le permettront.

Les amis du juge H. G. Gibson sont tous ceux qui l'ont intimement connu, car connaître ce brave homme, c'est être son ami. Le révérend W. O. Gibson a également de nombreux amis dans toute cette section, étant connus de nombreuses personnes dans le sud-est de la Géorgie.

W. E. GIBSON, fils du juge H. G. Gibson, est engagé dans le commerce à Folkston depuis plusieurs années et est l'un des jeunes hommes d'affaires les plus respectés du comté. Sa première épouse était Mlle Emma Irene Altman, fille de M. et Mme M. Altman, et quatre enfants sont nés de cette union. Sa seconde épouse était Mlle Lena Mae Raynor, sœur de M. O. E. Raynor et originaire de Caroline du Nord, et un enfant leur est né. M. et Mme Gibson sont éminents dans la vie sociale de la communauté, et M. Gibson est membre de l'église baptiste de Philadelphie Freewill. M. Gibson est également membre du conseil d'administration du Folkston Consolidated School District.

S. G. GIBSON, fils du révérend W. O. Gibson, a été élevé dans le comté de Charlton. Il a épousé une fille de feu Allen Chesser, et plusieurs enfants sont nés d'eux. "Steve", comme on l'appelle populairement, est l'un des agriculteurs les plus prospères du comté. Il a été pendant plusieurs années membre du Conseil des commissaires des routes et des revenus pour le comté de Charlton.

CHARLES H. GIBSON, un autre fils du révérend W. O. Gibson, est originaire du comté de Charlton. Il a, pendant plusieurs années, été le facteur rural efficace et accommodant pour la route numéro un, Folkston, et est un éleveur et un laitier prospère. Sa deuxième épouse était Miss Jewel Barker, St. George, Géorgie, et deux enfants sont nés d'eux. M. Gibson a un enfant de sa première épouse, Mlle Fannie Manor.

Les frères bien connus Gibson, de Waycross, en Géorgie, sont les fils du juge H. G. Gibson. Charlie et Harry travaillent dans le commerce de gros de gaz et de pétrole à Waycross depuis un certain nombre d'années et sont hautement considérés comme faisant partie des jeunes hommes d'affaires les plus progressistes du comté de Ware. Un autre fils, John, exploite maintenant avec succès une usine de placage à Waycross. Il était auparavant membre de la société de matériel informatique bien connue Smith & Gibson, Waycross, Ga.

HINTON GAY, un pionnier de Charlton, s'est installé dans la section de Trader's Hill, au début de l'histoire. Il a été parmi les premiers des jeunes hommes du comté à s'enrôler dans l'armée confédérée et a servi tout au long de la guerre. Il fut l'un des premiers membres de l'ancienne Loge Maçonnique de Trader's Hill. Parmi ses descendants directs vivant toujours à Charlton figurent : Mme J. H. Johnson et ses enfants, ainsi que les enfants de feu Bailey Gay.

La famille Guinn est arrivée à Charlton il y a de nombreuses années du comté de Nassau, en Floride. La famille est maintenant très dispersée, mais plusieurs descendants des membres pionniers de cette famille vivent toujours dans la communauté de la Patrie.

M. J. P. Garrison et sa famille ont déménagé à Homeland lorsque cette ville coloniale était à son apogée, et sont l'un des rares colons de cette ville à y vivre encore. Deux fils, MM. Paul et Earl, et une fille, maintenant Mme Carol Wright, étaient pratiquement élevés dans ce comté. La famille à l'origine boiteuse de Caroline du Nord et s'est rapidement identifiée à la vie sociale de la communauté.

Bien avant la création du comté de Charlton, une famille de pionniers du nom de Gorman s'est installée sur la rivière Big Satilla à ce qui est maintenant connu sous le nom de Gorman's Bluff, près de May Bluff. Aucun membre de cette famille ne vit maintenant dans le comté et il était impossible pour l'auteur d'obtenir des données correctes sur cette première famille.

Membres de HARRIS famille résident dans le comté de Charlton depuis de nombreuses années. Il y a plusieurs branches de cette famille dans le comté, et les diverses branches ont très peu de rapport avec les autres. Le vieil homme Leonard Harris a déménagé à Charlton de Wayne et s'est installé près du bord du marais d'Okefenokee. Il s'occupa la plus grande partie de sa vie de l'élevage. Il a vécu jusqu'à être un très vieil homme. Il est décédé il y a plusieurs années laissant une famille nombreuse. Plusieurs de ses enfants vivent encore dans les environs de l'ancienne ferme près du grand marais.

Hance Harris a vécu pendant de nombreuses années dans la communauté de Newell, il est hautement considéré par ses voisins comme un homme d'un excellent caractère.

Jerry Harden, un parent de la famille pionnière Rogers qui est venue à Charlton au début de l'histoire du comté de Tattnall, est venu à Charlton alors qu'il n'était qu'un simple garçon. Il est né dans le comté de Tattnall et est resté orphelin alors qu'il était encore très jeune. Il a passé toute sa vie d'adulte dans ce comté et était considéré par tous ceux qui le connaissaient comme un homme d'honneur et d'intégrité. Sa femme et plusieurs enfants vivent toujours dans le comté.

ABRAHAM HARDEE est venu à Charlton de Greenville, S. C, en 1869, pour travailler pour J. B. Baker, Sr., un vaste exploitant de magasins navals. M. Hardee s'est ensuite installé à l'endroit maintenant connu sous le nom de place Dan Dinkins. Il a épousé la fille de Louis N. G. Strickland, premier collecteur d'impôts de Charlton, qui a été assassiné à Old Centerville environ deux mois après avoir été intronisé. Son seul enfant. Miss Fannie Hardee, épousa M. H. S. Mattox, et plusieurs enfants naquirent de cette union. La veuve d'Abraham Hardee lui a survécu de nombreuses années, mourant à Folkston il y a quelques années à un âge avancé.

GEORGE W. AIGLEFIN, ancien Ordinaire du comté de Charlton, est né et a grandi dans le comté de Nassau, en Floride, mais a été transféré à Charlton alors qu'il était un jeune homme. C'était un citoyen éminent, un homme honnête et intègre. Parmi ses enfants se trouvaient : Mme Tora Mizell, épouse de J. S. Mizell, et Mme Mollie Mattox, épouse de l'hon. C. L. Mattox, Ordinaire du comté de Ware, Géorgie. Les autres enfants étaient : Mlle Kansas, épouse de Morgan Oglesby George W., Jr., maintenant aux États-Unis Navy Effie, qui a épousé un homme du nom de Lupo Minnie, qui est devenu l'épouse de JW Robinson de Ludowici, Ga., et Bert Haddock.

ROBERT HACHER, Ordinaire de Charlton, est né et a grandi dans la communauté de Trader's Hill. C'était un homme de l'honneur et de l'intégrité les plus stricts, et ce trait de caractère était directement responsable de sa mort. Un inspecteur des postes, l'un du type "Smart Alec", avait accusé le vieil homme d'être à court dans ses comptes en tant que maître de poste à Trader's Hill, quand, comme cela s'est développé plus tard, le vieil homme avait plusieurs dollars qui lui arrivaient et n'était pas à court de tous. En méditant sur l'accusation de malhonnêteté, cet honorable pionnier s'est noyé dans la rivière St. Mary's à Trader's Hill. Il n'a laissé aucune descendance directe.

Nous devons à l'historien d'État les données suivantes : Actes de 1877, prévoyant un inspecteur des bois. Robert Hatcher de Trader's Hill, comté de Charlton, Géorgie, pour être inspecteur sur la rivière St. Mary's. Approuvé le 27 février 1877.

HENRI HOWARD, d'après les meilleures informations disponibles, est venu à la colonie Prescott de Charlton du comté de Pierce et a élevé une famille nombreuse dans cette communauté. Sa fille aînée, Sara, a épousé feu S. E. O'Berry, un résident de la même communauté. Elle vit toujours dans l'ancienne ferme, mais elle est très âgée. Un fils, Allen B., est toujours un résident de ce comté, et un autre fils, l'hon. William H. Howard, a été élu premier shérif du comté de Brantley, en Géorgie. Il a fait un officier populaire et efficace, et est à nouveau candidat à cette fonction importante.

Jack Hathaway est arrivé à Folkston à peu près au moment où la ville a été fondée et juste après que le premier chemin de fer ait traversé le comté. Il épousa Miss Elizabeth Cason, membre d'une vieille famille Charlton, et éleva une famille nombreuse de fils et de filles dans cette communauté. Un fils, J. A. Hathaway, a encore cinq ans à Folkston, et sa femme vit encore à un âge avancé.

Burbidge Higginbotham était, selon les informations fournies, originaire du comté de Wayne, mais il est venu à Charlton il y a plusieurs années. Il était un citoyen éminent de la communauté Winokur jusqu'à sa mort il y a quelques années. Il a épousé une fille de l'hon. D. R. Wasdin de Winokur, en Géorgie. Il était membre du conseil scolaire du comté au moment de sa mort. D. W. Hickox est venu de Floride à Charlton il y a de nombreuses années et s'est installé près de Mattox. Il a réussi en tant que fermier et éleveur pendant des années, et est bien considéré par les hommes d'affaires du comté et par ses voisins.

W.C. HOPKINS de Toledo, comté de Charlton, est originaire de Camden, étant membre d'une importante famille de pionniers de cet ancien comté. Il est venu à Charlton le 1er janvier 1915 pour prendre en charge l'usine de térébenthine de la Toledo Manufacturing Co. Depuis qu'il est devenu résident de ce comté, il a acquis de vastes propriétés immobilières dans les comtés de Charlton et Wayne, en Géorgie, et dans le comté de Nassau, en Floride. . M. Hopkins a été étroitement associé aux affaires du comté pendant plusieurs années, étant un membre efficace du conseil des commissaires des routes et des revenus pendant trois mandats. Il a épousé une Miss Sheppard de Gardi, dans le comté de Wayne, en Géorgie, et M. et Mme Hopkins élèvent trois enfants de son frère. TOILETTES.Hopkins est un homme au caractère et aux capacités forts et est très apprécié par les habitants du comté en général.

La famille Hodges dans la section Bend du comté a joué un rôle important dans les affaires du comté depuis de nombreuses générations. Hon. H. S. Hodges, juge de paix du district de St. George et membre du conseil des commissaires du jury du comté, fait partie de cette famille pionnière.

V. A. HODGES, Roadmaster de l'A. C. L. Ry., a déménagé dans ce comté de Jasper, en Floride, en 1917. Il est originaire du comté de Ware, en Géorgie, et est élevé dans la section Milwood de ce comté. Ses ancêtres faisaient partie des premiers colons du comté de Ware.

M. Hodges est considéré comme l'un des employés les plus efficaces de l'A. C. L. Ry., sa division ayant remporté à plusieurs reprises le prix de la section la mieux conservée de l'ensemble du système. Il est maintenant membre du conseil d'administration de la ville de Folkston et a manifesté un intérêt considérable pour les affaires civiques de la communauté depuis qu'il s'est installé ici.

A. H. Howard, mieux connu sous le nom de "Bub", a été élevé comme orphelin par feu John E. Rodgers. M. Howard est décédé il y a plusieurs années dans la fleur de l'âge, laissant une veuve et plusieurs enfants qui lui ont survécu. Sa femme était la fille du révérend et de Mme W. O. Gibson. M. Howard était un homme à juste titre populaire dans sa communauté et sa mort prématurée a été pleurée par une foule d'amis.

Le regretté M. George W. Holzendorf s'est installé à St. George lorsque cette ville de colonie a été fondée. Il a été l'un des principaux citoyens de cette communauté pendant des années. Il laisse dans le deuil sa veuve, qui vit à St. George.

M. S. R. Huling, affectueusement connu sous le nom de "Oncle Sid" est né et a grandi dans le comté de Harris, en Géorgie, a été transféré en Alabama où il a vécu pendant de nombreuses années, puis est venu dans le comté de Charlton où il est décédé il y a plusieurs années. Il résidait dans ce comté depuis environ 20 ans au moment de son décès. Ses fils J. O. Hiding et Walter Huling sont toujours des citoyens respectés du comté, J. O. Hilling siégeant pendant deux mandats en tant que membre du conseil d'administration du Folkston Consolidated School District. S. R. Hiding était un membre loyal et dévoué de l'église méthodiste et s'intéressait beaucoup aux affaires civiques de la communauté. Lui et sa famille ont acquis un large cercle d'amis depuis leur arrivée dans cette section. Une fille a épousé M. Mack Lloyd et une fille célibataire vit toujours dans ce comté.

JEAN HARRIS, surintendant des écoles du comté, est originaire de l'État du Missouri et a déménagé dans le comté de Charlton il y a environ un quart de siècle. Il a dirigé et publié un journal hebdomadaire à St. George pendant les jours de prospérité de cette ville coloniale, et a été directeur des écoles secondaires Folkston et St. George. Il a servi ces dernières années en tant que surintendant des écoles du comté, et sous sa direction, de nombreuses écoles d'enseignants ont été consolidées. Il a fait un bilan enviable en tant que directeur d'école rurale, certaines de ses méthodes étant adoptées par les systèmes scolaires d'autres États, et aussi loin que le Michigan. Il est marié et lui et Mme Harris élèvent un fils adoptif. M. et Mme Harris possèdent une belle maison de campagne sur les rives de la rivière St. Mary's près de St. George. Ils sont parmi les citoyens les plus estimés du comté. Mme Harris a enseigné à la Folkston Grammar School et s'est fait de nombreux amis personnels chaleureux dans cette communauté.

La mère âgée de M. Harris est décédée à St. George il y a quelques mois après avoir vécu bien au-delà des trois vingt ans et dix. Elle était aimée et respectée par tous les gens de sa communauté.

M. P. C. Hall, entrepreneur et constructeur, a déménagé à Charlton du comté d'Irwin il y a plusieurs années. Sa seconde épouse était Mlle Mary Roddenberry, fille de M. et Mme J. H. Roddenberry. M. Hall a été employé sur certains des plus grands bâtiments construits dans cette section au cours des dernières années, et son travail est universellement satisfaisant. Lui et M. W. L. Hilling viennent de terminer un bâtiment scolaire de couleur dans le comté de Camden, construit dans le cadre du plan "Fonds Rosenwald". M. Hall a un fils d'un ancien mariage.

TOUR. G.H. JACOBS a déménagé dans le comté de Charlton depuis l'État de Caroline du Nord et s'est installé dans la communauté de Trader's Hill. M. Jacobs est devenu membre de l'Église méthodiste du Nord et est un ministre ordonné de l'Évangile. M. Jacobs est un homme de fort caractère chrétien, honnête et fiable et les gens ont généralement le plus grand respect et confiance en lui. Mme Jacobs est décédée il y a quelques mois, et le révérend Jacobs a un fils et une belle-fille qui vivent avec lui dans sa maison entre Folkston et Homeland. En plus d'être un ministre, M. Jacobs est un ouvrier, prêt à accomplir n'importe quel travail honnête. Le révérend Jacobs est un homme remarquablement préservé pour son âge, vigoureux physiquement et en possession de ses facultés mentales. Lui et sa femme ont élevé une grande famille de fils et de filles, parmi lesquels C. H. Jacobs, employé par l'A. C. L. Ry. magasins à Waycross, un autre fils avec King Bros. Motor Co. à Waycross, et un fils qui a cinq ans avec lui en ce moment.

FAMILLE JOHNSON
JOHN M. JOHNSON déplacé vers cette section quand c'était un pays sauvage et peu peuplé vers l'année 1825, venant du comté de Tattnall, en Géorgie. Il s'est installé sur ce qui est maintenant connu sous le nom de l'ancienne ferme Johnson à environ 6 miles à l'ouest de Folkston dans la communauté de Trader's Hill où il a érigé une grande maison en rondins, il a élevé une famille de onze enfants, cinq fils et six filles, à savoir : Margaret et Lizzie, qui n'ont jamais été mariés Celia, Viney et Nancy, filles Erick, Jack, Paul, J. Martin et Elijah J., fils. Mary arm man menait un M. Huett, qui a été tué pendant la guerre civile et n'a laissé aucun enfant Celia a épousé Andrew J. Walker Vina, ou Viney a épousé John E. Rogers Erick a épousé Maryann Roddenberry Paul a épousé Mattie Had-dock J. Martin a épousé Martha Colson Elijah J. épousa Mary Sanders, et Jack J. épousa d'abord Mlle Annie Vernon et plus tard Mlle Susie Dowling, fille d'Aaron Dowling, Ordinaire du comté de Charlton.

John M. Johnson est venu dans ce pays avant la dernière guerre avec les Indiens Séminoles en Floride et était un soldat dans cette guerre, tout comme son fils, l'hon. Eric Johnson.

ERICK JOHNSON servi dans la guerre indienne de Floride et dans la guerre civile, étant grièvement blessé dans la deuxième bataille de Manassas le 28 août 1862. Il était à la maison en train de se remettre de ses nombreuses blessures lorsque la guerre civile a pris fin, et a été désactivé pendant plusieurs mois après sa fin . Hon. Erick Johnson a servi plusieurs mandats en tant que trésorier du comté de Charlton, et était un officier et l'un des principaux membres de l'église baptiste primitive de Sardes.

Erick Johnson a épousé Mlle Maryann Roddenberry, fille de Henry Roddenberry, Sr., le premier sénateur de l'État du comté de Charlton et un citoyen pionnier de premier plan et de cette union est né un seul enfant, un fils, l'hon. J. H. Johnson, juge de la Cour de comté du comté de Charlton à l'heure actuelle. J. H. Johnson a également servi un mandat, ou un mandat non expiré en tant que percepteur d'impôts de ce comté. Hon. Erick Johnson a également élevé un neveu, M. Hartridge Johnson, aujourd'hui décédé.

Au cours de sa longue et utile vie, Erick Johnson était hautement considéré comme un homme de caractère. Il mourut à l'âge avancé de 91 ans, et sa femme lui survécut quelques années. Son fils, le juge J. H. Johnson, a épousé Mlle Annie Gay, fille de Hinton Gay, l'un des premiers colons de la communauté de Trader's Hill, et de cette union sont nés 12 enfants.

PAUL JOHNSON, fils de John M. Johnson et frère d'Erich Johnson, épousa Mlle Mattie Haddock, originaire du comté de Nassau, Floride, et d'eux naquit un fils, M. J. Wesley Johnson. Il s'est installé à l'endroit maintenant connu sous le nom de "Mattie Johnson Place" où son fils, J. W. Johnson, réside maintenant. J. W. Johnson a été marié deux fois, étant père de plusieurs enfants par son premier mariage et de deux par son second. Il est engagé avec profit dans l'agriculture générale, la production laitière et l'élevage de volaille, et est considéré par tous comme un citoyen droit, honnête et fiable de la communauté.

Elijah Johnson, un autre fils de John M. Johnson, vit près de Waycross, en Géorgie, où il pratique l'agriculture maraîchère. J. Martin Johnson vit maintenant dans le comté de Nassau, en Floride, une fille, Mme John M. Wilson, étant une résidente de cette communauté.

Les descendants de John M. Johnson, l'un des tout premiers pionniers, ont joué un rôle remarquable dans le développement de cette section et ont été des citoyens hautement estimés tout au long de l'histoire du comté de Charlton. John M. Johnson était également un membre dévoué de l'ancienne église de Sardes et est enterré dans le cimetière de l'église où un grand nombre de pionniers sont enterrés.

JOHN J. JOHNS est venu dans cette section de la Caroline du Nord en 1830 et s'est installé sur le ruisseau Corn-House où il a développé une grande plantation. Il possédait de nombreux esclaves avant la guerre civile et était le plus grand planteur du comté. Il était le troisième shérif du comté et a également été percepteur des impôts pendant un mandat. Hon. W. H. Mizell, actuel shérif du comté, est un petit-fils de John J. Johns. Josiah Mizell et David Mizell, frères, filles mariées de Johns Josiah Mizell était le père de John, Hamp et Sam Mizell. Mme Lily Snowden est une autre fille de ce pionnier, et elle vit toujours.

Une autre branche de la famille Johns, très peu, voire aucune relation avec la famille de John J. Johns, s'est installée dans la section Winokur de Charlton au début de son histoire. Parmi les descendants de cette famille vivant maintenant dans cette communauté figurent : Harmon Johns, qui a épousé une fille de Leonard Harris, et H. D. Johns, un fils de feu Franklin Johns.

Mme Lydia A. Crews, anciennement Mme Lydia A. Stone, est la fille d'un autre Johns qui s'est installé près du marais d'Okefenokee peu de temps après que les Séminoles eurent été chassés de ce pays. Kyler Johns de Racepond, est un petit-fils de ce Johns, qui a déménagé dans cette section du comté d'Appling.

JOHN D. JONES s'est installé à Trader's Hill avant la guerre civile et a établi l'une des toutes premières usines de térébenthine dans cette partie du pays. Il était originaire de Virginie et est arrivé dans ce pays au début de l'âge adulte. Il épousa Miss Sylvania W. Sheffield, membre de l'une des principales familles du comté de Camden, et d'eux naquirent les enfants suivants : Miss Sallie Jones, Miss Agnes, qui devint l'épouse de CH Towers de Jacksonville, en Floride, un riche revendeur de matériel. M. et Mme Jones sont enterrés dans l'ancien cimetière de Trader's Hill, et leurs enfants visitent le cimetière au moins une fois par an pour prendre soin des tombes de leurs parents. Aucun descendant direct de M. Jones ne vit maintenant dans le comté de Charlton.

Une autre famille Jones s'est installée près de Trader's Hill au début de l'histoire mais n'a aucun lien avec John D. Jones, cette famille originaire de Floride. MM. Jim et Bob Jones, citoyens éminents et très respectés de la communauté de Trader's Hill, sont les descendants de cette famille Jones.

M. W. J. Jones, l'un des principaux marchands de Folkston, est originaire de Caroline du Sud, venant à Folkston il y a plusieurs années. Il était auparavant employé par l'A. C. L. Ry. Co. M. Jones a épousé Mlle Hilda Mattox, fille de H. S. Mattox, ancien shérif de Charlton, et de cette union sont nés deux enfants, un fils et une fille. Depuis qu'il est devenu citoyen du comté, M. Jones s'est identifié aux meilleurs intérêts de la communauté.

J. S. MENUISIER, un citoyen très respecté de la section de Trader's Hill, est originaire du comté de Wayne, mais réside à Charlton depuis plus d'un quart de siècle. M. Joiner exerçait auparavant une activité commerciale à Folkston, mais son âge et sa mauvaise santé l'ont forcé à prendre sa retraite il y a plusieurs années. Il vit maintenant dans sa ferme près du ruisseau Spanish. Lui et son épouse estimable ont élevé une famille nombreuse, certains de ses enfants étant : Mme Bryant de Princeton, Floride Mme Lily Powell de Savannah, Ga. Mme Fannie L. Mills, maître de poste de Folkston Mme Pearl Lewis, et Mme Cornelia Edwards de West Palm Beach, en Floride, son fils unique est décédé il y a quelques années.

M. Joiner est considéré par tous ceux qui le connaissent comme un homme d'honneur et d'intégrité stricts, et est un chrétien cohérent, l'un des rares "qui pratique ce qu'il prêche". amis dans toute cette partie du sud-est de la Géorgie,

E. H. Johnson et Ralph Johnson, fils du juge J. H. Johnson, ont épousé deux sœurs, E. H. épousant Mlle Emily Haddock et Ralph épousant Mlle Julia Haddock, filles de M. et Mme J. W. Haddock, comté de Nassau, Floride.

E. H. Johnson est associé à son père dans l'entreprise de scierie sous la raison sociale de J. H. Johnson & Son, et Ralph exploite une station-service. Russell, un autre fils du juge Johnson, épousa une fille de M. J. H. Rogers. Les autres enfants du juge et de Mme Johnson sont célibataires.

HON. LUCIUS KNABB, Sénateur de l'État du quatrième district sénatorial de Géorgie, composé des comtés de Charlton, Camden et Glynn, est né dans le comté de Baker, en Floride, le 6 mai 1882. M. Knabb a racheté les intérêts à Moniac, en Géorgie, de la Dyal-Upchurch Co. et a déménagé à Moniac il y a plusieurs années. Depuis qu'il est devenu résident de Charlton, M. Knabb s'est beaucoup investi dans les magasins navals, les scieries, les pilotis et les traverses, et a également exploité un grand magasin général dans le village de Moniac. Le magasin est maintenant géré sous le nom de L. Knabb & Sons. M. Knabb a épousé une Miss Crews, membre d'une famille de pionniers, et d'eux sont nés trois enfants, à savoir : Carl, Ralph et Miss Gertrude (Gertie). M. Knabb a manifesté un intérêt considérable pour les affaires civiques de son comté d'adoption, et s'est particulièrement intéressé aux écoles publiques. Ses propres enfants ont bénéficié de l'enseignement supérieur, et sa fille, Mlle Gertie, est l'une des enseignantes les plus efficaces de la Moniac Consolidated School. Comme preuve de sa popularité et de la confiance que lui accordent ses concitoyens, M. Knabb a été élu représentant du comté à la Chambre basse et sénateur de l'État, sans opposition. M. Knabb a été juge de paix du district de Moniac pendant plusieurs années et a également servi son comté en tant que membre du conseil des commissaires des routes et des revenus.

Hon. L. Knabb est également président de la Citizens Bank of Macclenny, en Floride, et a des intérêts commerciaux considérables à Jacksonville, en Floride. Il est généralement considéré par les citoyens du comté comme l'un des dirigeants capables et consciencieux de sa communauté et de son comté.

W. R. KEEN Il a déménagé dans le comté de Charlton en provenance de l'État de Floride alors qu'il était assez jeune et, comme bon nombre des premiers colons, il a construit sa propriété près de la vieille ville de Trader's Hill. M. Keen a été agriculteur et éleveur pendant des années et était considéré comme l'un des hommes les plus fiables de sa communauté. Il a servi pendant une période continue plus longue en tant que membre du conseil d'éducation du comté que n'importe quel autre homme dans l'histoire du comté. Sa femme l'a précédé dans la tombe quelque temps, et M. Keen est décédé à un âge avancé au cours de l'année 1930. Sa fille, Mlle Nettie Keen, a été enseignante dans le système scolaire public de Charlton pendant plusieurs années et est considérée comme l'une des des enseignants les plus consciencieux du système, étant populaire auprès des responsables de l'école et des patrons en général. Un fils, M. Charlie Keen, réside dans le comté de Camden, après avoir déménagé dans ce comté il y a environ quatre ans. L'épouse de M. Keen était la fille de M. Hinton Gay, l'un des premiers colons du comté.

JOHN RANDOLPH KENNISON était parmi les colons venus de l'État du Maine à Burnt Fort pour s'engager dans l'exploitation forestière au début de l'histoire de ce pays et avant la création du comté de Charlton. M. Kennison n'est pas venu avec les premiers immigrants du Maine, mais était avec le groupe qui est venu vers l'année 1837. Il s'est rapidement identifié à la communauté et a épousé plus tard Mlle Catherine Mills, une sœur de feu l'hon. S.F. Mills, Sr.

E.C. KENNISON, mieux connu sous le nom de "Tip", est le fils du pionnier John R. Kennison et est un citoyen respecté de la communauté de Mills. M. Kennison est l'un des éleveurs progressistes du comté de Charlton, ayant été l'un des tout premiers à voir la nécessité d'introduire du sang neuf dans les troupeaux de bétail commun. Il a également élevé des moutons et des chèvres, et a également été un agriculteur prospère. Il a élevé une grande famille de fils et de filles à Charlton, la plupart de ses enfants sont maintenant adultes et sont dans le monde pour eux-mêmes.

B. W. KENNISON, fils de John Kennison et neveu d'E. C. Kennison, est lié au bureau de poste de Homeland, en Géorgie depuis plusieurs années en qualité de maître de poste adjoint. Il a également été percepteur des impôts pour la ville de Homeland. M. Kennison est considéré par les membres de sa communauté comme un citoyen intègre et respectueux des lois. Il a épousé une Miss Willey, originaire de l'État de New York et ses parents âgés s'installent maintenant à Homeland.

N.B. ROI, décédé, a été identifié pendant un certain nombre d'années avec le développement de la "1904 Colony Co." et la ville de St. George. Il était un courtier immobilier actif et un exploitant de bois. Il est devenu une partie des combats acharnés entre factions qui ont finalement causé la ruine de St. George en tant que municipalité progressiste, et au cours de ce combat, il a été victime d'une tentative d'assassinat. Il a été abattu d'une embuscade et grièvement blessé, et bien qu'il se soit apparemment remis de ces blessures, elles ont sans aucun doute précipité sa mort.

Sa veuve, Mme Beatrice B. King, et plusieurs enfants lui survivent et vivent à St. George. Mme King est une dame populaire à juste titre et est maintenant maître de poste de Saint George.

ALBERT KEMP, un résident de St. George depuis de nombreuses années, est venu dans ce comté du Nord. C'est un peintre expert et un cintre-papier, et un homme de disposition amicale. Sa femme est la fille de M. et Mme Smith, qui ont été parmi les premiers colons à venir à St. George. M. et Mme Kemp se sont identifiés à la vie sociale de leur communauté et sont parmi les résidents les plus populaires de St. George.

Les CONNAISSANCES famille résident depuis plusieurs années au Camp Pinckney ou à l'établissement "Scrub". M. E. Knowles a épousé une fille de feu James Summerall, un des premiers colons de Caroline du Nord.

HON. LANGUE FELDER est venu à Charlton du comté de Camden en 1869. Il était alors un jeune homme marié, s'étant uni en mariage avec Mlle Martha Mizell, fille de Joshua E. Mizell, éminent pionnier de Charlton. L'issue de ce mariage étaient six enfants, à savoir : Letitia Caroline qui a épousé Charles A. Howell Lucy Bernice qui est devenue l'épouse de l'hon. B. G. McDonald Julia Eleanor a épousé William Glass Meggs Katherine May qui a épousé Seymour Dane, et deux fils, Lewis Everett et Guy Carlton Lang.

Hon. Felder Lang a servi le comté de Charlton pendant de nombreuses années en tant qu'arpenteur du comté, étant l'un des arpenteurs les plus précis et les plus compétents du sud-est de la Géorgie, et a également représenté Charlton à l'Assemblée générale de Géorgie pendant trois mandats consécutifs.Il est décédé à Miami, en Floride, le 8 mars 1919, et a été enterré au cimetière de Woodlawn dans cette ville. Sa veuve, plusieurs enfants et plusieurs petits-enfants survivent à ce pionnier bien connu.

JAMES LEIGH est venu à Folkston, comté de Charlton, de Coleraine et s'est installé à l'endroit où Wm. Smith réside maintenant, appartenant à la succession de feu Wm. Mizell, Sr. L'un de ses enfants, Mme Lizzie Wainwright, résidait à Folkston jusqu'à il y a quelques années, lorsqu'elle a déménagé à Jacksonville. James Leigh était le grand-père des enfants de W. R. Wainwright, et d'autres descendants de ce premier colon vivent dans diverses régions du Sud.

HAMPTON BAS, l'un des premiers colons de Charlton, s'est d'abord installé à l'endroit maintenant connu sous le nom de "Leonard Harris Place" près du marais. Il a élevé trois fils : James A., King Solomon et Hampton, Jr., le dernier nommé, Hampton Lowther, Jr., a été assassiné alors qu'il se tenait sur les marches de l'ancien palais de justice de Trader's Hill par un homme du nom de Harris. L'assassin s'est échappé et n'a jamais été appréhendé et traduit en justice. James A. Lowther jouait un rôle important dans les affaires du comté et était un agriculteur prospère. Le roi Salomon Lowther était également un agriculteur et un éleveur prospère, ayant établi la propriété où réside maintenant Hance Harris, M. Harris ayant épousé l'une de ses filles. Une autre fille, Martha, a épousé l'hon. N. Roddenberry, membre du conseil des commissaires et ancien collecteur d'impôts du comté. Mme Roddenberry est décédée il y a quelques années, laissant dans le deuil son mari et ses trois enfants, un fils, Malcolm, l'ayant précédée dans la tombe. Le Hampton Lowther d'origine a également installé l'endroit maintenant connu sous le nom de "Old Lowther Field" sur la route publique de Burntfort. Les Lowther différaient quant aux croyances religieuses, mais tous étaient de fervents démocrates. T. H. Lowther, mieux connu sous le nom de "Tommie" est un descendant de cette famille de pionniers, il vit sur l'ancienne propriété de son père près de la rivière Big Satilla.

HON. J.C. LITTLEFIELD, SR., membre d'une famille pionnière bien connue et très respectée du comté de Camden, est venu à Charlton de son comté natal et s'est installé sur le côté Charlton de la rivière Satilla à Burntfort, et a érigé la maison maintenant connectée avec le "Burntfort Tract." Il a vendu cette grande étendue de terre il y a quelques années à une société formée par LE Mallard et SP Mills, et est maintenant un résident de la ville de Folkston. M. Littlefield s'est beaucoup occupé des magasins navals, de l'empilage, des traverses, de la scierie, des poteaux d'éclairage et des poteaux télégraphiques et des entreprises d'élevage, et exploite également un magasin général dans le village de Newell. M. Littlefield est probablement le plus grand revendeur de pieux individuels dans le sud-est de la Géorgie et a également connu du succès dans ses autres entreprises commerciales. Il est toujours propriétaire de plusieurs grandes étendues de terre dans les comtés de Charlton et de Camden. Depuis qu'il a déménagé dans le comté de Charlton, M. Littlefield a manifesté un intérêt pour les affaires civiques et religieuses du comté et de la communauté. Il a servi plusieurs mandats en tant que président du conseil des commissaires des routes et des revenus et a fait un fonctionnaire honnête, capable et consciencieux, veillant à tout moment aux meilleurs intérêts des contribuables du comté en général. Il s'est également intéressé aux affaires éducatives du comté et a donné à ses propres enfants des études universitaires. Son fils, J. C. Littlefield, Jr., est le seul jeune homme de Charlton à avoir obtenu un diplôme d'un collège reconnu depuis de nombreuses années. Il est diplômé de la Citadelle de Charleston, Caroline du Sud, un collège méridional de haut rang connu sous le nom de " West Point of the South ". Ses filles, qui ont atteint l'âge requis, ont également reçu des études universitaires. Une fille. Mlle Mary Jane est membre du corps professoral de la Folkston Consolidated School.

M. Littlefield est un membre fidèle de l'église méthodiste de Folkston, ayant été affilié à l'église méthodiste pendant de nombreuses années, et lorsqu'il a déménagé à Folkston, il a également changé son adhésion à l'église. Lui et sa famille estimable sont des partisans libéraux de l'église, et M. Littlefield est connu comme un contributeur des plus généreux au soulagement des pauvres pauvres en détresse. C'est un ami de ceux qui sont "à terre et dehors", et au lieu de se joindre à la foule pour donner un coup de pied à un homme qui est à terre, il préfère l'aider à se remettre sur pied. Il est un chrétien cohérent et essaie de pratiquer son christianisme dans sa vie et sa conduite de tous les jours. Il est également Maître Maçon.

M. Littlefield a épousé Mlle Janie Liles, fille de feu l'hon. AJ Liles, ancien représentant à l'Assemblée générale de Géorgie du comté de Camden, et à eux sont nés 12 enfants, dont neuf vivent maintenant, à savoir : Mildred, maintenant Mme Sidney Brown J. C, Jr., Géorgie, maintenant Mme Holland Brown Mlle Margaret, étudiante au State College for Women à Valdosta, Géorgie Mary Jane, enseignante dans les écoles publiques de Folkston Candler, McAdoo, David et Kemp, les trois enfants décédés étant Nell, Sue Jack et John Buie Littlefield.

JAMES LLOYD était un membre de la colonie venue de l'État du Maine à Burnt Fort au début du XIXe siècle et s'est finalement installé à Trader's Hill où il a épousé Mlle Susanna Wingate. Il faisait partie du détachement de soldats qui chassait les Indiens de ce pays, et était également un mécanicien de moulins expert ayant construit trois moulins à eau dans cette communauté au début de l'histoire. Ses enfants étaient Christopher C. LaFayette, Mack et William. Christopher C. Lloyd a épousé Louise Markham, et parmi ses enfants se trouvait Mme Helen May, une citoyenne âgée de Folkston. Mack Lloyd, a épousé une Miss Stokes, et la question de ce mariage était : Mary E., Francis, Mittie, Lou, Salem, Alfred (mieux connu sous le nom de Buddus), Lewis, mieux connu sous le nom de "Bunk", John B., Leonard et Charly.

Les Lloyds étaient des hommes de rivière très compétents, experts dans le rafting de grumes. John B. et Leonard vivent maintenant dans la colonie de Camp Pinckney et Alfred réside à Homeland. Charlie a épousé une fille de J. R. Cooper, arpenteur du comté de Charlton pendant de nombreuses années, et lui et sa femme sont tous les deux décédés.

John B. et Leonard Lloyd sont des membres dirigeants de l'église baptiste missionnaire Camp Pinckney, et John B. est membre de Folkston Masonic Lodge depuis de nombreuses années, ayant servi dans presque toutes les stations de la loge et est un ancien maître de la loge. . Il est l'un des plus anciens membres vivants de cette ancienne loge instituée à Trader's Hill en 1854, environ un mois après la création du comté de Charlton. Plusieurs fils de John B. Lloyd sont également membres de cette loge, et le père était présent à leurs initiations.

Le manque d'espace empêche de nommer tous les descendants du pionnier Lloyd qui sont venus dans cette section du lointain Maine au début de l'histoire de ce pays et quand c'était un désert virtuel.

T.E. LECKIE de la section de Moniac est venu dans le comté de Chariton de l'État du Texas où il avait vécu pendant plusieurs années, mais est originaire du comté de Hall, en Géorgie. Son père, James Leckie, est venu dans la section de Bend il y a plusieurs années et a acheté un grand terrain, et à la mort de son père, M. Leckie est venu à Charlton pour s'occuper des intérêts de la succession de son père décédé. M. Leckie est membre du conseil scolaire du comté, président du conseil d'administration local du district scolaire consolidé de Moniac et juge de paix du district de Moniac. Depuis qu'il est devenu citoyen de ce comté, M. Leckie s'est identifié* aux meilleurs intérêts et s'intéresse particulièrement aux affaires éducatives du comté. Un fils fréquente maintenant l'université.

M. Leckie est très respecté par ses voisins et sa nomination en tant que membre du Board of Education atteste de la confiance que les habitants du comté lui accordent.

W. J. Leckie, un neveu de James Leckie, est arrivé à Charlton du comté de Hall, en Géorgie, il y a plusieurs années et réside maintenant à St. George.

W. T. LONDEREE, mieux connu sous le nom de "Bill", résident de Saint-Georges depuis près d'un quart de siècle, est originaire de Virginie. Il est un ingénieur expert en construction métallique et a occupé certains des plus gros emplois du pays.

Lorsqu'il n'est pas au travail, M. Londeree exploite une agence immobilière à St. George et a fait la promotion de plusieurs grandes transactions impliquant des terrains forestiers dans la section Big Bend. Sa femme était une Miss Smith, sœur de Mme C. E. Stroup de Folkston, et la famille Londeree est populaire dans tout le comté. M. Londeree s'est beaucoup intéressé aux affaires politiques du comté et a souvent fait partie des grands jurys de Charlton.

G. W. LYONS, maintenant résident de la section de Moniac, est né et a grandi du côté est du marais d'Okefenokee, son père étant l'un des premiers colons autour du grand marais. Il est en mauvaise santé depuis plusieurs années et est maintenant totalement aveugle.

J. FLOYD LARKINS, fils de l'hon. et Mme J. K. Larkins de Hoboken, comté de Brantley, Géorgie, située à Folkston il y a plusieurs années. Il possède une maison dans le Renfroe Addition, et lui et Mme Larkins sont parmi les membres les plus populaires des jeunes mariés de la communauté. Son père, Hon, J. K. Larkins, a siégé à la Chambre des représentants et au Sénat de l'État de Géorgie, et est l'un des principaux hommes de son comté. Il est activement engagé dans le commerce des magasins navals depuis de nombreuses années et est également très engagé dans l'agriculture. Il est l'un des tout premiers agriculteurs du sud-est de la Géorgie à s'engager dans la culture du tabac et a réussi, à la fois en tant qu'agriculteur et exploitant de magasins navals. Floyd est le seul enfant de l'hon. et Mme J. K. Larkins. Il était auparavant directeur de l'Union Telephone Co. avant que cette société ne soit vendue aux propriétaires actuels du central téléphonique local.

A. S. LAYTON, membre du cabinet de Bachlott & Layton, colons de la ville actuelle de Folkston, est venu dans ce comté de Baltimore, Maryland, avant la guerre civile et s'est installé dans la vieille Jérusalem, à environ un demi-mile de Centerville. Il a exploité une entreprise de magasins navals dans cette région pendant plusieurs années, étant associé à J. R. Bachlott, originaire du comté de St. Mary's Camden, en Géorgie.

MM. Layton et Bachlott étaient des citoyens hautement estimés du comté, étant parmi les principaux hommes d'affaires de leur époque.

Mme Joseph P. Mizell, de Folkston, est une fille d'A. S. Layton, et elle et ses enfants, les enfants Stewart, sont les seuls descendants directs d'A. S. Layton vivant maintenant dans le comté de Charlton.

HON. BENJAMIN GRIFFIN McDONALD est né dans le comté de Ware, en Géorgie, et est arrivé dans le comté de Charlton en 1884. En 1895, il s'est marié à Mlle Lucy Bernice Lang, fille de l'hon. et Mme Felder Lang, d'éminents pionniers de Charlton.

M. McDonald est le plus ancien marchand de Folkston, ayant été engagé dans le commerce presque continuellement depuis son arrivée dans le comté il y a quarante-sept ans, et est toujours en activité. M. McDonald a été le premier maire de la ville de Folkston et a siégé plusieurs mandats au conseil des échevins de ladite ville. Il a été, pendant deux ou trois mandats consécutifs, commissaire de comté du comté, et a été ordinaire du comté de Charlton de 1896 à 1900, et de 1904 à 1908, et aurait pu occuper cette fonction importante indéfiniment s'il l'avait souhaité, mais ses intérêts commerciaux le forcèrent à se retirer au grand regret des citoyens du comté en général. Il était l'un des Ordinaires les mieux équipés jamais pour servir le comté de Charlton, et ce fait, ajouté à sa popularité personnelle, aurait rendu presque impossible pour quiconque de l'avoir vaincu. Au cours des dernières années

M. McDonald a siégé au conseil d'administration du Folkston Consolidated School District, la plupart du temps en tant que président du conseil. Il s'est toujours intéressé à l'éducation des jeunes du comté de Charlton, bien qu'il n'ait pas eu d'enfants. En bon citoyen, il s'est intéressé au bien commun et s'est rendu compte que l'éducation des garçons et des filles contribuerait plus au développement ultime du comté que toute autre chose.

M. et Mme McDonald ont élevé une nièce de Mme McDonald, Mlle Martha Grace Lang, et elle fréquente maintenant le lycée du comté de Charlton préparatoire à un cours collégial. M. et Mme McDonald sont parmi les citoyens les plus estimés du comté, et Mme McDonald a toujours été très généreuse et serviable envers ceux de la communauté qui étaient malheureux et malades. Elle est connue et aimée dans toute la communauté, tant des blancs que des métis, pour ses nombreux actes de gentillesse et de charité. Dans le cadre de leurs affaires commerciales, M. et Mme B. G. McDonald dirigent l'hôtel McDonald, bien connu du public voyageur de la nation. M. McDonald est lié à la Citizens Bank, Folkston, Géorgie, depuis sa constitution en 1911, et est actuellement vice-président de cette solide institution financière. M. McDonald est un fidèle démocrate et a été président du comité exécutif démocrate du comté pendant de nombreuses années.

DR. W. R. McCOY est originaire de l'État de l'Alabama, mais est venu en Géorgie pour exercer sa profession peu de temps après avoir obtenu son diplôme du Medical College. Géorgie du Sud. Alors qu'il était lié au Georgia Baptist Hospital d'Atlanta, le Dr McCoy a épousé Miss May Moore, une fille du Dr Moore, un médecin et chirurgien bien connu de Nahunta, en Géorgie, et de cette union sont nés trois enfants, à savoir : Ann, Jean et Bill. Dr et Mme McCoy sont tous deux des membres fidèles de l'église baptiste missionnaire de Folkston, étant des partisans libéraux de l'église. Le Dr McCoy est un démocrate quant à son affiliation politique, et est un homme de parti strict comme le sont tous les bons démocrates. Il ne déserte pas le parti simplement parce qu'on nomme quelqu'un qu'il n'aime pas personnellement. Dr et Mme McCoy se sont identifiés à la vie sociale de la communauté depuis qu'ils sont devenus résidents de Folkston et sont populaires parmi les habitants du comté en général. Le Dr McCoy est mentionné dans un autre chapitre consacré aux "hommes professionnels du comté".

W. L. McDUFFIE, agriculteur prospère de la communauté de Conner's Mill, est né près de Schlatterville dans l'actuel comté de Brantley, mais a pratiquement été élevé à Charlton. Il est le petit-fils du révérend Owen K. Mizell, un éminent ministre de l'église baptiste primitive et l'un des pionniers de cette section, son père étant venu dans ce pays bien avant que les Indiens ne soient chassés du marais d'Okefenokee. M. McDuffie a été parmi les premiers agriculteurs du comté à essayer la culture du tabac à cigarettes à feuilles brillantes, et dans cette entreprise, il a connu beaucoup de succès. Sa ferme est située dans ce qu'on appelle la section Spanish Creek, étant dans la meilleure section agricole de tout le comté, et le succès de M. McDuffe en tant qu'agriculteur ne s'est pas limité à la culture du tabac. Il a épousé Miss Kate Powell, et à eux sont nés plusieurs enfants. Une de ses filles. Mlle Thyra McDuffie a été enseignante dans le système scolaire public du comté pendant plusieurs trimestres et est actuellement membre du corps professoral de la Folkston Consolidated District Grammar School.

M. McDuffie est l'un des citoyens solides et substantiels du comté, étant très respecté par ses voisins et les habitants du comté en général.

HUGH McLAIN, contremaître actuel de M. John M. Hopkins dans l'entreprise de magasins navals exploitée par les intérêts de Hebard, est un jeune homme possédant une excellente réputation d'honnêteté et d'intégrité dans sa communauté et dans le comté en général. Son père, l'un des premiers colons, est décédé il y a plusieurs années, et sa mère est maintenant l'épouse de M. Robert Jones de la communauté de Trader's Hill, l'un des citoyens importants de cette ancienne communauté. M. McLain a épousé la fille aînée de feu le professeur F. E. Brock, ancien surintendant de l'école du comté.

ALEXANDER S. McQUEEN est venu à Charlton en provenance de Toombs, anciennement l'ancien comté de Montgomery, en Géorgie, en août 1917. Les ancêtres de M. McQueen du côté paternel et maternel étaient membres de la colonie écossaise des Highlands qui ont colonisé les comtés de Telfair et de Montgomery, en Géorgie. Son père a servi pendant plusieurs mandats en tant que surintendant du comté des écoles du comté de Toombs, en Géorgie, et était également rédacteur en chef de journal et écrivain bien connu de sa section de l'État. AS McQueen a fait ses études dans les écoles publiques de son comté natal et est diplômé du Vidalia Collegiate Institute dans la classe de 1910, cette institution était, à cette époque, exploitée comme un Junior College. Il a été admis au barreau de Géorgie peu de temps après avoir atteint la majorité. , et a été activement engagé dans la pratique du droit depuis cette époque, quelques années à Vidalia, en Géorgie, sa ville natale, et dans le comté de Charlton.

M. McQueen a été procureur du comté de Charlton, et procureur de la ville de Folkston depuis 1917, et a été procureur de la Cour de comté du comté de Charlton depuis la création de la Cour de comté en 1925. Il a servi dans l'armée des États-Unis pendant le monde Guerre, étant commis de batterie de Bat. "B" 26th Coast Artillery Corps pendant son service militaire, il a subi une grave attaque de grippe espagnole, qui l'a laissé avec un problème bronchique chronique, se terminant finalement par la perte de sa jambe droite en 1929, ceci étant causé par un caillot de sang provenant des bronches malades .

M. McQueen a épousé Mlle Eva Linnette Rodgers, fille de M. et Mme J. W. Rodgers, le 4 février 1919, et d'eux sont nés trois enfants, à savoir : William Alexander, Imogene McLeod, aujourd'hui décédé, et Robert McIntosh.

Il a édité un hebdomadaire à Folkston pendant un certain nombre d'années et a fréquemment collaboré aux magazines. Il a remporté en 1909 la médaille d'État pour la composition anglaise et est l'auteur de "The Georgia Justice Hand Book" (1915) et co-auteur de "History of Okefenokee Swamp" (1926). M. McQueen a été élu juge de paix du 51e district de la milice de Géorgie l'année où il a atteint la majorité, et a également servi un mandat en tant que greffier municipal et procureur municipal de la ville de Vidalia, en Géorgie. (1914-1915). Il est l'avocat local du comté de Charlton du Southern Railway System. En vertu d'une loi de l'Assemblée générale de Géorgie, le Grand Jury, siégeant à la session de mars 1929 de la Cour supérieure de Charlton, a désigné A. S. McQueen historien du comté de Charlton, Géorgie.

MME. CARRIE McLEOD est arrivé dans le comté de Charlton il y a plusieurs années et est résident de Homeland depuis qu'il est devenu citoyen de ce comté. Elle est venue dans cette section de Caroline du Nord pour s'assurer les avantages de notre climat idéal toute l'année, sa santé étant misérable lorsqu'elle est venue pour la première fois dans ce comté. Son mari est un éminent médecin et chirurgien de l'État de Caroline du Nord, et elle est membre d'une vieille famille de l'État du Nord.

HON. LAWRENCE E. MALLARD est venu à Charlton de son comté natal, Bulloch, en tant que jeune instituteur, et s'est rapidement identifié à la vie civique et sociale du comté.Il a enseigné plusieurs mandats fructueux à Folkston et dans d'autres sections du comté et a ensuite été élu commissaire scolaire du comté pour succéder à son beau-père, l'hon. N.N.Mizell.

M. Mallard est né dans le comté de Bulloch, en Géorgie, le 8 décembre 1873, et est citoyen du comté de Charlton depuis environ 32 ans. Il a épousé Mlle Agnes P. Mizell le 23 décembre 1902, et M. et Mme Mallard ont élevé un enfant adopté. Mlle Lollie, maintenant l'épouse de K. A. Eaton, un jeune homme d'affaires éminent de la ville d'Atlanta. De cette union sont nés deux fils.

M. Mallard est le neveu de feu l'hon. W. M. Oliff, ancien maire de Folkston, ancien sénateur de l'État et avocat de la cour de comté, et éminent avocat du comté de Charlton pendant plus d'un quart de siècle.

M. Mallard était à la tête du système scolaire public du comté de Charlton pendant une période plus longue que tout autre individu dans l'histoire du comté, et a été un facteur important dans le développement des écoles publiques de ce comté et de cet ensemble section. Il n'a jamais perdu l'intérêt pour l'éducation de la jeunesse de son État, étant maintenant membre de l'important comité de l'éducation de la Chambre des représentants de l'État de Géorgie, et depuis qu'il est membre de ce comité, il a travaillé avec ardeur à l'avancement de le système scolaire public de l'État.

Dire que M. Mallard a été un "citoyen de premier plan" n'est pas poli et n'utilise pas une expression courante, car il a, en effet et en vérité, été un chef de file dans les affaires du comté pendant de nombreuses années. Il a exercé son influence dans de nombreux cas afin de limiter les frictions, les poursuites judiciaires et d'autres choses qui seraient préjudiciables à la communauté en général, et ses conseils et ses conseils amicaux ont évité de nombreux incidents désagréables. Il a été un membre loyal et dévoué de l'église méthodiste de Folkston pendant de nombreuses années et a été un partisan le plus libéral de l'église et de l'école du dimanche en tant qu'officier de l'église et surintendant de l'école du dimanche pendant plusieurs années. Il a servi deux mandats en tant que maire de la ville de Folkston et plusieurs mandats au conseil des échevins, et a été un membre dirigeant de la loge maçonnique de Folkston. Il a servi plusieurs mandats en tant que maître de cette ancienne loge et est l'un des maçons les mieux placés du sud-est de la Géorgie.

M. Mallard a toujours été un citoyen d'esprit public, plaçant souvent l'intérêt du bien commun avant ses intérêts personnels, et a été libéral en contribuant au soulagement des personnes en détresse et pauvres de la communauté. M. Mallard accomplit son troisième mandat en tant que représentant du comté de Charlton à l'Assemblée générale de Géorgie, et est également lié au département des recettes de l'État en tant qu'auditeur itinérant. La vie et la conduite de cet homme bon ont été d'un bénéfice inestimable pour sa communauté et son comté et pour lui-même. Il n'a jamais profité des circonstances malheureuses d'un homme pour l'opprimer et, alors que beaucoup de nos citoyens lui sont redevables, il s'est abstenu de poursuites et de saisies pendant les temps et les conditions difficiles où il lui était possible de le faire.

P. W. W. MATTOX est venu à Charlton du comté de Tattnall, en Géorgie, en 1852, ce territoire étant alors dans le comté de Camden. À l'époque où chaque comté envoyait un représentant au Sénat de l'État, P. W. W. Mattox était le deuxième homme à représenter Charlton au Sénat de l'État. Il était également membre fondateur et officier de l'ancienne loge maçonnique instituée à Trader's Hill le 1er mars 1854. Il mourut à Trader's Hill après la fin de la guerre civile, ayant servi avec distinction dans cette grande guerre. Mme Sallie Bryant, épouse de M. R. A. Bryant, était l'une de ses filles, et Mme Texas Bryant, veuve de J. I. Bryant, était le seul autre enfant qui lui avait survécu, un fils, Elijah Mattox, décédé depuis de nombreuses années.

J.M. MATTOX, père de H. S. Mattox, feu J. J. Mattox, Hon. C. L. Mattox, actuel Ordinaire du comté de Ware, Géorgie, et plusieurs autres enfants, sont venus à Charlton du comté de Tattnall, Géorgie, à peu près au moment où plusieurs immigrants sont venus de cet ancien comté de Géorgie. Il était le neveu de l'hon. P. W. W. Mattox, et comme son oncle, il s'est rapidement identifié aux affaires de son comté d'adoption et est devenu l'un des leaders de la communauté. Il a servi avec honneur et distinction en tant que membre des célèbres "Okefenokee Rifles" et est passé progressivement de simple soldat à capitaine de cette distinguée compagnie de combattants. Il a été grièvement blessé au combat et était en congé pour se remettre de ses blessures à la fin de la guerre.

Il a servi pendant une courte période en tant que shérif du comté et, comme son oncle, a également été sénateur de l'État, il avait représenté le quatrième district sénatorial après la division de l'État en districts sénatoriales. Il avait épousé une Miss Elizabeth Stafford, membre d'une ancienne famille pionnière du comté de Tattnall, avant de déménager à Charlton, et la question de ce mariage était : Michael Elijah, Jesse McKenzie, tous deux décédés maintenant Hamilton Stanley, James J., CL et Mary S .

HAMILTON STANLEY MATTOX, fils de JM Mattox, est né dans le comté de Charlton en 1865, il a épousé Mlle Fannie Hardee, fille unique d'Abraham Hardee, un colon de Caroline du Nord, et d'eux sont nés les enfants suivants : Robert H., un officier aux États-Unis Navy Florence Nellie, veuve de WR Courtney, originaire de Virginie et résidente de Charlton depuis plusieurs années Hilda Claire, épouse de WJ Jones Lois R., épouse d'Oscar Miller, avocat de Floride Abraham McKenzie, résident d'Atlanta, et Mlle Dorothy Hazel Mattox, résidente de New York.

La seconde épouse de M. H. S. Mattox était Mme Nannie Mae Brown, anciennement Mlle Nannie Mae Orr, membre d'une famille de pionniers très respectée du comté de Washington, en Géorgie. M. Mattox a été étroitement associé à la vie politique de son comté natal pendant de nombreuses années, ayant servi plusieurs mandats en tant que shérif du comté de Charlton. Il est membre de Folkston Masonic Lodge et un membre fidèle de l'église méthodiste. C'est un démocrate loyal quant à la politique des partis, soutenant toujours les candidats de son parti et respectant le résultat des primaires.

Mary S. Mattox, fille unique de J. M. Mattox, a épousé H. P. Bryant, elle est décédée il y a plusieurs années sans laisser de descendance.

James J. Mattox a épousé Mlle Ollie Grooms, fille de l'hon. J. S. Grooms, et à eux sont nés les enfants suivants : Ruby, veuve de feu "Bud" Roddenberry Jesse M., Myrtle, Eva Mae, Jimmie, Vinie et Bernice. Myrtle est l'épouse de B. R. Burnsed, Esq., un jeune avocat de Charlton et membre de l'une des principales familles de la section Bend.

HON. C. L. MATTOX, actuel ordinaire du comté de Ware, Géorgie, fils de J. M. Mattox, a épousé Mlle Mollie Haddock, fille de feu l'hon. G. W. Haddock, Ordinaire du comté de Charlton, et de cette union est né un enfant, Orran B. Mattox. C. L. Mattox a été, pendant un certain nombre d'années, membre du service de police de Waycross et a été lié aux bureaux du shérif des comtés de Charlton et de Ware. C'est un citoyen à juste titre populaire de son comté d'adoption et ses voisins ont démontré leur confiance en lui en l'élisant au poste important d'Ordinaire.

HON. SEABORN F. MILLS, Sr., est né sur l'ancienne propriété de Mills le 26 octobre 1842 et est décédé le 7 février 1929 à l'âge de 87 ans. L'ancienne propriété est l'endroit où son fils, Edgar G. Mills, réside maintenant. Il a épousé Mlle Elizabeth Wainwright en 1868 et la question de ce mariage était : Gussie, épouse de JB Baker Seaborn F., Jr., ancien président du conseil des commissaires des routes et des revenus du comté de Charlton, et maintenant un résident de Greensboro, N. C Frank D., un résident de Folkston Lilly, épouse de JY McMullen de Floride Minnie, veuve de HA Renfroe, éminent agent immobilier de Jacksonville, Floride, et Martha, épouse d'un M. Jones de Virginie.

Hon. S. F. Mills, Sr., a passé une vie longue et utile dans le comté de sa naissance, à l'exception des quatre années passées en tant que soldat confédéré pendant la sanglante guerre civile. Il était membre du 4th Georgia Regiment of Volunteers et fut l'un des premiers jeunes hommes de Charlton à offrir ses services à son État et au Southland lorsque la guerre fut déclarée. Il est entré au service comme simple soldat et sa conduite méritoire et sa bravoure sous le feu ont mérité sa promotion au grade de lieutenant de sa compagnie. Il était également courageux dans la vie privée et est retourné dans son pays ruiné après la capitulation et a consacré ses énergies et ses talents à la reconstruction de sa section. Bien qu'il n'ait jamais participé activement à la politique, les habitants du comté l'ont honoré en l'élisant comme leur représentant à l'Assemblée générale de Géorgie. Il était un membre fidèle de l'église méthodiste, étant membre de l'église Old Mills, et était un membre constant de la fraternité maçonnique, ayant servi pendant plusieurs années en tant que maître de sa loge. Il était bien renseigné sur l'œuvre maçonnique, et ce fait, joint à l'estime dans laquelle il était tenu par ses frères, était responsable de son élection, terme après terme, comme Vénérable Maître de la loge.

HON. S.F. MILLS, JR., est né et a grandi dans l'ancienne ferme, mais a quitté Charlton au début de l'âge adulte, vivant dans les États de l'Alabama et du Texas, où il était engagé dans l'industrie des magasins navals. En cela, il réussit éminemment, et par un travail acharné et la pratique de l'économie parvint à accumuler une fortune.

Il est retourné dans le comté de Charlton après sa retraite des affaires actives et a servi plusieurs années de manière très efficace en tant que président des commissaires du comté de Charlton. Il réside maintenant à Greensboro, Caroline du Nord, après avoir déménagé dans cet État en raison de la santé de son fils. M. Mills a épousé Mlle Josephine Golson d'Alabama, et à eux sont nés deux enfants : Floyd et Helen.

FRANK D. MILLS a résidé dans le comté de Charlton pratiquement toute sa vie, à l'exception de quelques années passées dans les États de Floride et d'Alabama. Il était caissier de l'ancienne banque de Folkston. Il a épousé Mlle Mamie Wright, fille de feu le Dr JC Wright, et à eux sont nés 13 enfants, à savoir : Rudolph, Lucile, Seaborn, 3e, Frank D., Jr., Sheldon, maintenant décédé, Harry Lee, Mamie , Gilbert, Marjorie, Kenneth, Walter, Mary Elizabeth et Harold, tous des enfants robustes et en bonne santé. Un fils, Sheldon, a été mordu par un serpent à sonnettes lorsqu'un garçon d'environ 12 ans, et malgré le combat héroïque mené pour le sauver, est décédé des suites du poison. Le jeune garçon fit un effort héroïque pour se sauver en coupant la chair où les crocs venimeux étaient entrés, mais le poison avait tellement pénétré son organisme que tous les efforts pour sauver la vie du brave garçon étaient vains.

Mme Baker a été mère de quatre filles et d'un fils, décédés en bas âge. Les filles sont mariées aux hommes suivants : Eddie à M. J. Paxton, Rosebud à Ray Collier, Fay à Broadus Jones, Pearl à Oscar Stewart. Mme Renfroe est mère de cinq enfants, quatre filles et un fils. Martha, épouse de W. L. Jones, a deux enfants, une fille, Mary Elizabeth, et un fils, Wilbur. Lilly, épouse de C. Y. McMullen, est la mère d'un fils, Charlie May.

Edgar G. Mills, plus jeune fils de feu l'hon. S. F. Mills, Sr., vit sur l'ancienne ferme. Il a été pendant plusieurs années membre du Board of Tax Assessors du comté de Charlton et est également shérif adjoint. Il a servi activement en tant que membre de l'armée des États-Unis pendant la guerre mondiale et, depuis la fin de la guerre, s'est engagé dans l'agriculture et l'élevage en général. Il a épousé Mlle Floy Wilson, fille unique de M. et Mme O. F. Wilson, et d'eux sont nés quatre enfants : Douglas, Louise, Elizabeth et Francis. Les garçons Mills, fils du pionnier S. F. Mills, Sr., sont tous de fervents sportifs.

Les membres de la famille Mills dirigent les affaires du comté depuis plusieurs générations, et la haute estime dans laquelle étaient tenus les membres les plus âgés de cette famille pionnière a été un atout décisif pour les membres de la génération actuelle.

TOUR. MOULINS JOSEPH, neveu de feu l'hon. S. F. Mills, Sr., est né dans le comté de Camden, en Géorgie, et a épousé Mlle Kate Wainwright, sœur de Mme S. F. Mills, Sr., et vit toujours à un âge avancé. Le révérend Joseph Mills a passé la majeure partie de sa vie d'adulte dans le comté de Camden, mais a déménagé à Charlton avant sa mort il y a plusieurs années. Il était un ministre baptiste ordonné et l'église baptiste missionnaire du mont Sion a été fondée en grande partie grâce à son influence et à ses efforts. C'était un homme de caractère, fiable et honnête, et était tenu en haute estime par tous ceux qui le connaissaient.

Parmi les enfants qui lui ont survécu figurent : Mme Jennie Wright, épouse de E. H. Wright S. M. Mills, propriétaire de Folkston Coca Cola Bottling Works Sol. P. Mills, citoyen de Folkston, un éminent éleveur de cette section Mme Josie Smitd [sic] de l'Ohio, et Mme Lizzie Russell, anciennement de King's Ferry, Floride, mais maintenant résidente de Toledo, Ohio.

Deux fils : Jas. W. et Alex, sont maintenant décédés. Jas. W. a épousé Miss Lizzie Allen, fille de G. W. Allen, Jr., et Alex, a épousé Miss Ever Allen, fille de G. W. Allen, Sr., et plusieurs enfants leur survivent.

MARION F. MOULINS, originaire du comté de Ware, a résidé dans le comté de Charlton pendant plusieurs années et s'est installé sur l'ancienne propriété familiale de Mizell près de Mattox. M. Mills n'était pas apparenté à la famille de l'hon. S. F. Mills, Sr. Il a été, pendant un certain nombre d'années, engagé dans le commerce des magasins de marine à Mattox. Il a élevé deux enfants, B. Fay Mills, maître de poste adjoint du bureau de poste de Folkston et ancien maître de poste de Folkston, et Miss Pearly May, qui a d'abord épousé Herman A. Davis. Pour eux est né un fils, Herman J. Davis. H. A. Davis est le fils de H. J. Davis, résident de Folkston depuis de nombreuses années.

M. B. Fay Mills a épousé Mlle Fannie L. Joiner, fille de M. et Mme J. S. Joiner. Mme Mills est la maîtresse de poste efficace et arrangeante du bureau de poste de Folkston. Marion F. Mills a été membre du County Board of Education.

JOSHUA MIZELL, S.R., était le premier membre d'une branche de la famille Mizell à s'installer dans ce qui est maintenant le comté de Charlton, il est venu de Camden vers l'année 1828 et s'est installé dans l'ancienne ferme Mizell sur Bailey Branch et près de la rivière Big Satilla. Joshua Mizell, Sr., était célibataire et lorsqu'il est arrivé dans ce qui est maintenant Charlton, il a amené son neveu, Joshua E. Mizell, avec lui. Son neveu était alors un jeune homme marié, s'étant uni en mariage avec Mlle Letitia Ray Paxton, membre d'une grande famille de pionniers, et l'aîné Mizell a promis à son neveu qu'il le nommerait comme son seul héritier légal à condition qu'il vive avec lui et prendre soin de lui dans sa vieillesse. Cette promesse a été fidèlement tenue des deux côtés, le jeune Mizell s'occupant de son oncle dans sa vieillesse et l'oncle lui a légué tous ses biens. Les Indiens étaient encore sur ce territoire lorsque les Mizell se sont installés sur Bailey Branch et il a été dit que la jeune mère de Jackson Mizell, qui était alors un nourrisson, dormait avec sa main sur sa bouche pour l'empêcher de pleurer là où les Indiens pouvaient l'entendre. .

JOSHUA E. MIZELL était un citoyen de premier plan de sa communauté et lorsque la législature de Géorgie a créé le comté de Charlton, il a été nommé l'un des commissaires chargés de faire la frontière entre les comtés de Camden et de Charlton. Du mariage de Joshua E. Mizell et de Miss Letitia Ray Paxton sont nés les enfants suivants : Jackson, Everett, William, Joseph P., Elate, Lucy et Martha.

JACKSON MIZELL est né le 13 mai 1836 dans le comté de Camden, en Géorgie, mais a passé sa jeunesse et sa jeunesse dans le comté de Charlton. À l'ouverture de la guerre civile, il s'est rapidement porté volontaire, s'enrôlant dans la Co. D 26th Georgia Volunteers. Il a servi tout au long de cette lutte, principalement en Virginie du Nord, et est passé de premier sergent à premier lieutenant. Il a été engagé dans de nombreuses batailles, et avant la fin de la guerre a été grièvement blessé au combat et a été fait prisonnier de guerre par les troupes fédérales. Il a été confiné à Fort McHenry et à Fort Delaware, pour finalement être échangé. Il lui était impossible de s'engager dans un service actif sur le terrain en raison de ses blessures et il a été placé en service de prévôté à Thomasville, en Géorgie, où il a servi jusqu'à la fin de la guerre. De retour dans son pays natal, il entreprit avec énergie de réparer sa fortune brisée et s'installa dans les affaires. Il était en affaires à Centerville et à Trader's Hill, pour finalement s'installer à King's Ferry, en Floride, où il, en partenariat avec son frère, William, s'est lancé dans la scierie et le commerce général pendant une période d'environ 40 ans. J. Mizell & Bro. était le nom de la firme et ces deux hommes énergiques, à force de travail et d'économie, accumulèrent de confortables fortunes. Au cours des dernières années de sa vie, il s'est retiré à Fernandina, en Floride, où il a été administrateur de la First National Bank of Fernandina, Fernandina Dock & Realty Co., et de l'Atlantic National Bank de Jacksonville, en Floride. Le cabinet de J Mizell & Bro. est devenu propriétaire de plusieurs grandes étendues de terres à bois et d'autres biens immobiliers dans les États de Géorgie et de Floride, et possédait également une propriété municipale considérable à Jacksonville.

Alors qu'un jeune homme, Jackson Mizell a servi le comté de Charlton en tant que trésorier du comté et, bien qu'il ne s'est jamais activement engagé dans la politique, il a exercé une grande influence sur les affaires politiques de son comté.

Malgré sa grande fortune, M. Mizell n'a jamais acquis de goûts et d'habitudes coûteux. Il était un membre loyal et fidèle de l'église presbytérienne et a été, plusieurs années avant sa mort, ordonné ancien dans l'église presbytérienne, la plus haute distinction qui puisse être décernée à un laïc par cette grande organisation.

Jackson Mizell s'est marié avec Mlle Elizabeth A. McCall, une fille de Stephen McCall, un éminent pionnier du sud-est de la Géorgie, mais qui a déménagé en Floride il y a de nombreuses années. L'issue de ce mariage étaient : Everett Mizell, un résident de Fernandina, Floride, président de la First National Bank de Fernandina, directeur de l'Atlantic National Bank de Jacksonville Frank Mizell, ingénieur civil, anciennement lié à la State Building Commission of North Caroline. Frank Mizell a participé à des projets d'ingénierie dans de nombreux pays étrangers et dans presque toutes les régions des États-Unis. Un autre fils est mort dans la jeunesse.

Jackson Mizell était également un maître maçon, étant devenu membre de l'ancien Trader's Hill Lodge n° 196 avant la guerre de Sécession, il devint plus tard membre des rangs supérieurs de la maçonnerie.

Il est décédé à Fernandina, en Floride, dans la 85e année de sa vie, et a été enterré dans son uniforme confédéré honoré. Il était honoré et respecté par tous ceux qui le connaissaient, par les riches et les pauvres, blancs et de couleur, et son cortège funèbre était le plus grand jamais vu à Fernandina, en Floride, le lieu d'inhumation.

WILLIAM MIZELL, fils de Josué E.Mizell, est né dans le comté de Charlton sur l'ancienne propriété familiale de Mizell le 21 juin 1852 (territoire puis Camden) et est décédé à Folkston le 12 février 1930, dans sa 79e année, toute sa vie ayant été passée dans cette section immédiate.

Trop jeune pour entrer dans le service militaire, il était assez vieux pour se souvenir des épreuves et des épreuves pendant et immédiatement après le puissant conflit civil. Il a passé sa jeunesse dans la ferme de son père à Bailey Branch, et alors qu'un jeune homme a rejoint son frère aîné, Jackson, dans la scierie et les entreprises commerciales de King's Ferry, en Floride. C'était un jeune homme exceptionnellement énergique et, grâce à de longues années de travail acharné, il a accumulé l'une des plus grandes fortunes jamais réalisées dans cette partie du sud-est de la Géorgie. Au début de l'âge d'homme, M. Mizell s'est marié avec Mlle Susie Sandifer, membre d'une vieille famille de Caroline du Sud, mais qui a été élevée dans la petite ville aristocratique de St. Mary's, en Géorgie, devenue orpheline à cause de la guerre civile. La question de ce mariage était : Mme E. P. Davis, Crandall, Floride, épouse d'un citoyen éminent du comté de Nassau, Floride Howard W. Mizell, un résident de Floride Wm. Mizell, Jr., président de la Citizens Bank, Folkston, Ga. Mme A. Fleming, épouse du Dr A. Fleming, Folkston Mme WC King, épouse de WC King, éditeur du Southeast Georgian, Kingsland, Ga. Albert S. Mizell, vice-président de la Citizens Bank, et directeur de la succursale de Nahunta, Nahunta, Ga. O. Clifford Mizell, l'un des principaux éleveurs de Charlton, et Mlle Helen Mizell. Mme Wm. Mizell, Sr., survit également à son mari.

Après avoir pris sa retraite des affaires actives, M. Mizell est retourné dans son comté natal pour passer les dernières années de sa vie, où il était un membre honoré et respecté de la communauté. Il a été pendant plusieurs années président de la Citizens Bank de Folkston et, au moment de sa mort, président du conseil d'administration de cette banque. M. Mizell était un membre dévoué de l'église méthodiste de Folkston, et sa générosité était en grande partie responsable de la construction de la nouvelle église méthodiste à Folkston. Son soutien aux organisations religieuses ne se limitait pas à sa propre église, et il était un contributeur très libéral au fonds de construction des églises Folkston Presbyterian et Folkston Baptist, et ses actes de charité étaient nombreux. C'était un homme aux manières calmes et modestes, et ses manières cordiales et amicales le rendaient attachant à tous ceux avec qui il était en contact. Il était responsable de la construction de nombreuses maisons à Folkston et dans cette section immédiate, car il était toujours prêt à prêter de l'argent à des gens dignes et honnêtes, en particulier à ceux qui essayaient de commencer dans la vie. C'était un événement rare chez lui de saisir un papier ou de poursuivre une note, et ne ferait jamais ces choses à moins d'y être forcé par des actes de malhonnêteté de la part de la partie qui empruntait de l'argent. Il ne profiterait jamais des circonstances malheureuses de quiconque, laissant souvent les papiers courir de 10 à 12 ans.

M. Mizell n'a jamais sollicité et n'accepterait aucune charge publique, mais au cours de sa jeunesse, il a souvent fait partie des jurys et exercé d'autres fonctions publiques. Il était très fier de son comté et de sa section d'origine et, de son vivant, ne permettrait jamais qu'une émission d'obligations de comté, de district scolaire ou de municipalité soit achetée par des étrangers, payant souvent une belle prime afin que les obligations ne soient pas achetées. par des capitaux étrangers

Ce qui suit sont des citations que l'auteur a écrites en tant qu'éditeur du FOLKSTON PROGRESS à l'occasion de la mort de Wm. Mizell, Sr. : « Il s'est toujours intensément intéressé à tout et à chaque mouvement pour le bien commun, et avait accumulé une fortune en s'appliquant à son travail, à son honnêteté et à son honnêteté. Et à aucun moment il n'a utilisé sa fortune à des fins égoïstes, mais plutôt pour le développement constructif de la communauté dans laquelle il vivait.

"Par sa gentillesse, son amour de l'humanité, sa charité envers ceux qui sont dans le besoin et sa haine de tout ce qui sentait l'ostentation et l'étalage vain, l'ont marqué comme un homme de caractère inhabituel"

"Il avait des centaines d'amis parce qu'il était lui-même l'ami des autres." M. Mizell était un ardent sportif et a été actif jusqu'à ce qu'il soit frappé par sa dernière maladie.

WILLIAM MIZELL, JR., président de la Citizens Bank, Folkston, Géorgie, est né à King's Ferry, en Floride, et a passé sa jeunesse et sa jeunesse à cet endroit. Il a fréquenté l'Emory College d'Oxford en Géorgie et l'Université de Floride à Gainesville en Floride. Il a reçu son expérience bancaire préliminaire avec la First National Bank de Miami en Floride. membre d'une famille pionnière de la Géorgie centrale, né et élevé à Madison, en Géorgie, et de cette union est né un enfant, Sarah Catherine. M. Mizell est devenu caissier de la Citizens Bank, Folkston, l'année 1922, et s'est progressivement frayé un chemin jusqu'à la présidence de cette institution, l'une des institutions financières les plus solides du sud-est de la Géorgie. La banque a fait des progrès phénoménaux sous sa gestion compétente et dispose désormais de ressources combinées de plus d'un demi-million de dollars. Depuis qu'elle a pris la direction de cette banque, une succursale a été établie à Nahunta, il s'agit de la seule institution bancaire du comté de Brantley. Il est sans aucun doute l'un des jeunes hommes les plus énergiques de cette partie de la Géorgie et, depuis la mort de son père, il a la gestion de ce grand domaine en rapport avec ses autres fonctions.

M. Howard Mizell, un autre fils de Wm. Mizell, Sr., n'a jamais résidé en Géorgie et a, pendant plusieurs années, été engagé dans l'entreprise de scierie dans diverses sections de la Floride. C'est un jeune homme d'une personnalité agréable et d'une disposition géniale et lors de ses rares visites dans ce comté, il s'est fait de nombreux amis.

Albert S. Mizell, troisième fils de Wm. Mizell, Sr., a fait ses études dans les écoles publiques et au Georgia-Alabama Business College, Macon, Ga. Il a été, pendant plusieurs années, lié à la Citizens Bank of Folkston, et au cours des dernières années a été le directeur de la branche Nahunta de cette institution.

O. C. Mizell, plus jeune fils de Wm. Mizell, Sr., vit à Miami, en Floride, depuis plusieurs années, mais est récemment revenu à Folkston pour s'installer. Il est largement engagé dans l'élevage de bétail et réussit dans cette entreprise. Il a vu l'opportunité de réussir dans l'élevage dans cette section privilégiée, et c'est un jeune homme énergique et agréable à la personnalité. Il a épousé Miss Jewel Walker, résidente depuis l'enfance de Folkston, et d'eux sont nés trois enfants, deux filles et un fils. Albert S. Mizell était dans la marine des États-Unis et O. C. Mizell était membre du Corps des Marines pendant la guerre mondiale.

JOSEPH P. MIZELL, fils cadet de Joshua E. Mizell, est né et a grandi dans le comté de Charlton, en Géorgie, et a passé la plus grande partie de sa vie d'adulte dans le comté de sa naissance. Il a passé quelques années en Floride où il était engagé dans le commerce des magasins navals. Il a acheté le terrain de May Bluff sur la rivière Big Satilla et était dans le commerce des magasins navals à cet endroit jusqu'à la tempête désastreuse de 1896, lorsque tout son bois a été abattu et son entreprise presque entièrement détruite. Il a vécu à May Bluff pendant plusieurs années après la tempête et est devenu plus tard un citoyen de Folkston.

Sa première épouse était Mlle Caroline Lang, membre de l'une des familles les plus en vue du comté de Camden, et à eux sont nés les enfants suivants : Mlle Genève, qui est l'épouse de PA Carswell de Palatka, Floride Mlle Myra, épouse du Dr AD Williams, Folkston, Géorgie, et Herbert N. Mizell, maintenant résident de Panama City, Floride, où il est employé d'une grande usine de papier. La seconde épouse de M. Mizell était Mme Amanda Stewart, veuve de feu Tracy Stewart, éminente citoyenne de Folkston.

M. Joseph P. Mizell a servi son comté en tant que président du conseil des commissaires des routes et des revenus pendant plusieurs années, et a également été maire de la ville de Folkston.

M. Mizell était un membre fidèle, et pendant un certain nombre d'années était un intendant dans l'église méthodiste de Folkston. Il était un donateur libéral à l'église de son choix, mais a également contribué au fonds de construction de l'église presbytérienne de Folkston.

M. Mizell était un homme de caractère exemplaire, et était honoré et respecté par tous ceux qui le connaissaient.

Comme la plupart des pionniers, M. Mizell était un grand sportif.

Il était simple et modeste dans ses manières, et son caractère aimable le rendait attachant à tous ceux avec qui il était en contact.

Beaucoup de citoyens plus âgés ont parlé à l'auteur du cœur tendre et de la bonne disposition de Mme Caroline Mizell. Elle était un ange de miséricorde pour les malades, les pauvres et les personnes en détresse, et ses nombreux actes de bonté et de charité vivent encore dans le cœur de ceux qu'elle a aidés dans les moments de besoin et de détresse. Cela ne faisait aucune différence pour elle le statut social de ceux qui étaient dans le besoin, et elle était gentille et charitable envers les noirs ainsi que les blancs en détresse.

MME. MYRA WILLIAMS, épouse du Dr A. D. Williams, Folkston, est une femme de culture et de raffinement, et a été bien identifiée avec les diverses organisations de femmes de la communauté pendant plusieurs années. Elle a été présidente du Woman's Club et digne matrone de l'Ordre de l'Étoile de l'Est. Elle est diplômée du Wesleyan Female College, Macon, Géorgie. Mme Williams est membre de l'église méthodiste de Folkston et a été l'un des dirigeants de la Société missionnaire de cette église.

HERBERT N. MIZELL, seul fils survivant de Joseph P. Mizell, est né et a grandi dans le comté de Charlton. Il a épousé Mlle Lessie Wright, fille de feu le Dr J. C. Wright, et de cette union sont nés plusieurs enfants. M. Mizell est un homme d'une personnalité agréable et d'une disposition bienveillante et a de nombreux amis personnels chaleureux dans son comté natal.

MME. NANA MAE MIZELL, épouse de Wm. Mizell, Jr., est venue avec son mari de Miami, en Floride, mais est originaire de Madison, dans le comté de Morgan, en Géorgie. Elle est diplômée du State College for Women, Milledgeville, Géorgie, et a été pendant plusieurs années engagée dans l'enseignement scolaire. Elle n'a jamais perdu l'intérêt pour les affaires éducatives de sa communauté et a siégé au conseil d'administration du district scolaire consolidé de Folkston pendant plusieurs mandats, en tant que secrétaire-trésorière efficace du conseil. Elle a également été présidente du Woman's Club et un mandat en tant que présidente des clubs du onzième district du Congrès.

WILLIAM MIZELL, frère de Joshua E. Mizell était un véritable bâtisseur, car il s'est installé dans plus d'endroits que tout autre individu ayant jamais vécu dans les comtés de Camden et de Charlton. Dans son travail d'avocat en préparant des résumés de titre, l'auteur a découvert que ce pionnier énergique avait installé plus de trente fermes et que son territoire s'étendait de Buffalo Creek au nord au comté de Camden à l'est et à l'extrême section Bend de Charlton sur le sud. Son dernier établissement était ce qu'on appelle la place James L. Johns, sur Sparkman Creek, dans l'extrême Bend. Il a toujours exprimé le désir d'être enterré sous un chêne, et ce pionnier agité et énergique dort paisiblement dans une tombe solitaire sous un chêne sur une haute crête de chêne sèche près de sa dernière maison. Son petit-fils, l'hon. W. H. Mizell, shérif du comté de Charlton, a dit à l'auteur que son grand-père s'était donné comme occupation de sa vie d'aller dans la nature, d'abattre des arbres, de défricher le sol et de convertir les crêtes de pins et de chênes en champs cultivés. Un colon moins énergique viendrait acheter sa "claim" et ce pionnier hardi passerait à l'endroit suivant et répéterait la performance à nouveau. Sa femme et ses enfants se sont habitués à cette vie, et quand une vente a été faite, tout ce que ce pionnier avait à faire était de charger ses vêtements de lit, casseroles et poêles, chaises en peau de vache et autres articles ménagers absolument nécessaires, avec sa femme et enfants, sur une calèche et repartir à zéro. Il chargeait sa famille et ses biens, éteignait le feu, appelait ses chiens de chasse et partait pour un nouvel emplacement, et quand celui-ci était trouvé, il déchargerait, construirait un « terrain », creuserait une source et commencerait sur une autre propriété. .

Ses enfants étaient : Joshua, Josiah, Robert, Isaac et David, les fils Louellen et Amanda.

JOSIAH MIZELL, fils aîné de ce pionnier agité, était différent de son père car après avoir établi sa propriété près du bord du marais d'Okefenokee, il n'a plus jamais déménagé de toute sa vie et a vécu jusqu'à l'âge de 76 ans. Il était membre du célèbre "Okefenokee Rifles" pendant la guerre civile et entrant en tant que simple soldat, a atteint le grade de premier sergent en 1862. Il a été blessé et capturé par l'ennemi le 29 mars 1865, près de Petersburg, en Virginie, et est resté prisonnier de guerre pendant trois mois à un jour, étant libéré le 29 juin 1865. M. Mizell a épousé Mlle Martha Johns, fille de John J. Johns, ancien shérif du comté, en 1866, et à eux sont nés huit enfants, à savoir : John D., Sam et Hamp, fils et Amanda, Eliza, Emily, Rhoda et Florence, filles.

M. Hamp Mizell, en parlant de son père, dit : Josiah Mizell n'a jamais déménagé de sa ferme d'origine n'a jamais échangé de chevaux, n'a jamais été arrêté, n'a jamais eu d'affaire devant les tribunaux et a élevé une famille de 8 enfants et n'a jamais eu de médecin dans son à la maison jusqu'à ce que tous ses enfants soient grands.

C'est, en effet, un record dont tout le monde devrait être fier. Josiah Mizell était du vrai type pionnier honnête, véridique. Craignant Dieu, énergique et plein de ressources. Ces pionniers robustes étaient, en effet, "le sel de la terre" et sont un type en voie de disparition rapide.

HAMP MIZELL, fils de Josiah Mizell, est né et a grandi dans le comté de Charlton, en Géorgie, mais réside maintenant dans le comté de Ware depuis plusieurs années. Il a conservé sa citoyenneté à Charlton, son comté natal, jusqu'à il y a peu de temps. Il est le propriétaire du magnifique lac Suwannee, du côté nord du marais d'Okefenokee, l'un des lieux de pêche les plus célèbres de Géorgie. Un registre a été tenu des poissons capturés dans ce lac, et une saison, 41 618 poissons ont été capturés par la méthode de l'hameçon et de la ligne. Au cours d'une journée, 35 pêcheurs ont capturé 1 471 poissons par comptage réel.

Hamp Mizell est employé par les Hebard, propriétaires du marais d'Okefenokee, depuis environ un quart de siècle, et il en sait probablement plus sur cet endroit merveilleux, la nature et les habitudes de ses animaux, oiseaux et poissons que tout autre homme vivant. M. Mizell a été marié trois fois, sa première épouse étant la fille de T. J. Colson, décédé quelques mois après leur mariage. Sa deuxième épouse était une fille de J. D. Hendrix, pionnier résident du comté de Ware, et de cet oignon trois filles sont nées. Sa troisième femme était une Miss Thrift.

Hamp Mizell est l'un des hommes les plus connus et les plus universellement estimés jamais élevés dans le comté de Charlton, car le connaître, c'est l'aimer. Il est d'une disposition extrêmement bienveillante, aimable et prévenant envers tous ceux avec qui il entre en contact, et est prêt et disposé à aider les malheureux et les affligés de sa communauté. Il est large d'esprit et généreux, et n'a jamais été connu pour blesser délibérément les sentiments de son prochain. Sa vie et sa conduite ont été irréprochables, et ses amis sont légion.

John D. et Sam Mizell, autres fils de Josiah Mizell, sont également des hommes d'honneur et d'intégrité. John Mizell est universellement connu pour son honnêteté et ses traits de caractère, et l'auteur a entendu dire à de nombreuses reprises que « si tous les citoyens étaient comme John Mizell », nous n'aurions pas besoin d'une salle d'audience.

Mme Walter W. Davis, une fille de Josiah Mizell, est également résidente de Charlton, la maison de son mari étant la plantation attenante à l'ancienne propriété familiale de son père. Elle est universellement respectée et estimée par ses voisins et tous ceux qui sont sous son influence. Elle et M. Davis sont les parents de trois fils adultes : Jack, Willie et Ralph, et d'une fille, décédée.

DAVID MIZELL, un autre fils du vieux William Mizell, est né et a grandi à Charlton et a vécu jusqu'à un âge avancé. Il a épousé Mary Johns, fille de John J. Johns et sœur de l'épouse de son frère aîné, Josiah Mizell, et d'eux sont nés 10 enfants, dont sept vivent encore, à savoir : WH, DM, Jr., Jack et Ed., fils et Lizzie, Sarah et Luris, filles. Un fils, Jake, a été tué alors qu'il travaillait sur une débusqueuse de bois. David Mizell était un bûcheron des plus compétents et possédait une connaissance presque étrange de la nature et des habitudes des oiseaux et des animaux de cette section. C'était un homme au caractère exceptionnellement amical et, par conséquent, il avait de nombreux amis.

HON. W. H. MIZELL, fils de David M. Mizell, est né et a grandi dans le comté de Charlton, et a passé toute sa vie dans les limites de son comté natal. Il a été élevé à proximité du grand marais d'Okefenokee et a passé beaucoup de temps dans cet endroit merveilleux, d'abord en tant que trappeur et chasseur d'alligators dans sa jeunesse, puis en tant qu'employé des Hebard après avoir acquis le titre du marais. Il a été employé par les propriétaires du marais et des terres adjacentes pour protéger le bois des intrus et comme agent général des terres pour ce comté. Il est probablement plus familier avec les lignes terrestres et la propriété des terres à bois que tout autre individu dans le comté, et cette connaissance a fait de lui un employé inestimable.

WH Mizell a servi le comté de Charlton en tant que shérif pendant plus longtemps que n'importe quel autre homme de son histoire, et il est régulièrement réélu à ce poste important par les électeurs de son comité face à des combats acharnés et à l'opposition de fortes Hommes. Il a été élu pour la première fois shérif du comté de Charlton en 1910 et a infligé une amende à cet important bureau depuis vingt et une années consécutives. . Les auditeurs ont toujours signalé que ses dossiers étaient soigneusement et correctement tenus, et les procureurs disent qu'il a son affaire criminelle en meilleure forme que n'importe quel autre shérif de leur circuit. Bien qu'il soit un agent d'arrestation intrépide et efficace, il ne "prend jamais parti" en étant aussi juste envers la partie accusée de crime qu'avec l'État. Il est si bien connu de ceux qui commettent des infractions aux lois qu'il lui est rarement nécessaire de sortir et de procéder à une arrestation, car, sachant qu'il les aura, la plupart d'entre eux entrent dans son bureau et établissent des liens. dans les cas pouvant faire l'objet d'une caution.

W. H. Mizell a d'abord épousé Mlle Mollie Lloyd, qui n'a vécu que peu de temps après leur mariage. Sa seconde épouse était Mme Novenia Phillips, anciennement Miss Novenia Roddenberry, fille de George W. Roddenberry, membre de l'éminente famille pionnière Roddenberry qui s'installa à Charlton au début de son histoire. De cette union est né un enfant. Miss flattie Mizell.

Le shérif Mizell est membre de l'église méthodiste de Folkston, étant un contributeur libéral à l'église et aux personnes en détresse, et est également membre de la loge maçonnique de Folkston, ayant récemment servi un mandat en tant que directeur principal de cette loge. Le shérif W. H. Mizell a également été maire de la ville de Folkston et garde-chasse du comté.

Tout en étant un officier de justice efficace et intrépide. Le shérif Mizell possède une disposition amicale et une personnalité agréable, et est très apprécié, à la fois en tant qu'officier de justice et en tant que citoyen du comté.

D. M. Mizell, Jr., mieux connu sous le nom de "Mitch", un autre fils de David M. Mizell, Sr., est un résident de la communauté de Corn-house Creek où il est engagé dans l'agriculture et l'élevage. Il est considéré comme un citoyen honnête et respectueux des lois et un homme qui s'occupe strictement de ses propres affaires.


Conner Prairie

Situé à Fishers, Indiana, Conner Prairie est une destination historique de renommée nationale. La mission du musée en plein air est d'inspirer la curiosité et de favoriser l'apprentissage de l'Indiana en offrant des expériences engageantes, individualisées et uniques. Récemment nommé Site of Conscience, il est loué pour relier les luttes passées aux mouvements de défense des droits humains d'aujourd'hui.

Créé par Eli Lilly en 1934, Conner Prairie allie histoire et science et encourage les visiteurs à explorer le patrimoine naturel et culturel de l'Indiana à travers des expériences pratiques, immersives et interactives. Le musée propose plusieurs zones d'expérience intérieures et extérieures à thème historique sur ses 800 acres de propriété boisée, notamment :

  • Atelier Makesmith - Cette nouvelle exposition permanente explore les principes fondamentaux de la création à travers des activités pratiques utilisant des textiles, du bois, du métal, de la poterie, etc.
  • Rencontres d'animaux - Entrez dans la grange d'une vraie ferme en activité où vous pouvez nourrir, caresser et jouer avec le bétail tout en apprenant de leurs gardiens.
  • 1836 Prairietown - Remontez dans le temps et rejoignez une communauté animée où les gens, les animaux, les objets et les routines quotidiennes sont exactement les mêmes qu'il y a de nombreuses années.
  • William Conner House - Entrez dans l'une des premières maisons en briques de l'Indiana où vous découvrirez l'histoire de William Conner et comment l'histoire de l'Indiana a changé à Conner Prairie.
  • Camp indien Lenape - Vivez comme un Indien Lenape en lançant un tomahawk, grimpez à l'intérieur d'un wigwam et essayez-vous au commerce des fourrures.
  • 1859 Balloon Voyage - Survolez Conner Prairie dans un ballon captif rempli d'hélium et découvrez comment le vol habité est passé du rêve à la réalité.
  • 1863 Civil War Journey - Plongez dans la vie de Hoosier pendant la guerre civile et engagez-vous pour aider à défendre l'État contre le général confédéré John Hunt Morgan et ses pillards.
  • Treetop Outpost - Une cabane dans les arbres de quatre étages sera la pièce maîtresse de cette nouvelle expérience, invitant les visiteurs à grimper au sommet et à admirer la vue. Connectez-vous avec la nature en marchant le long de la rivière White et à travers des bois pittoresques et des prairies.
  • Discovery Station et Craft Corner - Créez, grimpez, explorez, jouez et faites semblant dans une aire de jeu unique en son genre, parfaite pour les enfants jusqu'à 8 ans, ouverte toute l'année. - Le magasin Conner Prairie situé à l'intérieur du centre d'accueil propose des cadeaux uniques, des bonbons à l'ancienne, des jouets, des jeux, des bijoux et plus encore.

Première filiale du Smithsonian Institute de l'Indiana, Conner Prairie est accréditée par l'American Alliance of Museums.

Les heures:
30 avril-3 novembre : Ouvert de 10h à 17h, du mardi au dimanche. Les espaces de jeux intérieurs, les expositions et les espaces extérieurs sont ouverts.

Admission:
18 $, adultes 17 $, personnes âgées de 65 ans et plus 13 $, jeunes de 2 à 12 ans gratuit, membres et jeunes de moins de 2 ans.

Voyage en montgolfière en 1859 : 13 $, membres 17 $, non-membres. L'admission générale payante à Conner Prairie est requise pour monter l'attraction 1859 Balloon Voyage. Les voyages en montgolfière dépendent de la météo.

Carte d'accès : Conner Prairie est fier de s'associer à d'autres musées du centre de l'Indiana pour rendre le plaisir familial accessible à davantage de familles de la région. Les familles qui participent à l'assistance temporaire aux familles nécessiteuses, aux bons d'alimentation ou à l'assurance Hoosier Healthwise peuvent visiter Conner Prairie pour seulement 2 $ par membre de la famille et par visite. Les aides bénéficient d'une admission gratuite avec une pièce d'identité d'employé ou une preuve d'emploi.

Remise militaire : Conner Prairie est fier d'offrir un allégement d'admission aux militaires et aux anciens combattants. Le musée offre une entrée générale gratuite aux militaires en service actif, à la retraite et aux anciens combattants et 50 pour cent de réduction sur l'admission générale pour un maximum de cinq membres de la famille immédiate. Une pièce d'identité militaire est requise. Cette réduction est valable uniquement pour l'admission générale de jour.

Conner Prairie est également un musée Blue Star. En raison de cette désignation, le musée offre une entrée gratuite au personnel militaire en service actif et jusqu'à cinq membres de la famille immédiate - conjoint et enfants - du Memorial Day à la fête du Travail.


USS Cooperstown

L'USS Cooperstown sera un navire de combat littoral de classe Freedom de la marine américaine. Ce sera le premier navire de guerre à porter le nom de Cooperstown, New York.
Ray Mabus, à l'époque secrétaire à la Marine, a annoncé les noms de Cooperstown le 25 juillet 2015 lors d'une cérémonie au Temple de la renommée du baseball, situé à Cooperstown. L'annonce faisait partie d'une cérémonie en l'honneur des joueurs de baseball qui ont servi pendant la Seconde Guerre mondiale.
Marinette marine a remporté le contrat de construction du navire le 29 décembre 2010, le chantier naval Marinette, Wisconsin.
Le 20 novembre 2019, le vice-président des États-Unis, Mike Pence a fait le tour du navire avant un discours à Marinette marine.
LCS 23 a été lancé le 19 janvier 2020.

communauté Cooperstown Township, comté de Brown, Illinois USS Cooperstown un navire de la marine américaine Cooperstown film un film dramatique américain de 1993 Cooperstown Cocktail
18 avril 2018 USS St. Louis LCS - 19 lancé 15 décembre 2018 USS Minneapolis - Saint Paul LCS - 21 lancé 15 juin 2019 USS Cooperstown LCS - 23 sous
cellule du Sukhoi Su - 47, un chasseur à réaction supersonique expérimental de 1997 Cooperstown Municipal Airport FAA LID a Stadtbahn Karlsruhe line 32 - bit type utilisé
PC USS - 786 PC USS - 787 PC USS - 788 PC USS - 789 PC USS - 790 PC USS - 791 PC USS - 792 PC USS - 793 PC USS - 794 PC USS - 795 PC USS - 796 PC USS - 797 PC USS - 798 PC USS - 799
USS Cooner DE - 172 USS Coontz DL - 9 DLG - 9 DDG - 40 USS Cooper DD - 695 USS Cooperstown LCS - 23 USS Coos Bay AVP - 25 WAVP - 376 WHEC - 376 USS Copahee
City LCS - 11 USS Wichita LCS - 13 USS Billings LCS - 15 USS Indianapolis LCS - 17 USS St. Louis LCS - 19 USS Minneapolis - Saint Paul LCS - 21 USS Cooperstown LCS - 23
lui-même est revenu d'Oswego à Cooperstown puis à New York. Le 13 novembre de la même année, il est affecté à l'USS Wasp sous le commandement du capitaine
les dessins animés de baseball se trouvent au Cooperstown National Baseball Hall of Fame and Museum. Reynolds a passé quatre ans dans la Marine sur l'USS Nimitz, a un diplôme en
La Seconde Guerre mondiale, il a également annoncé le nom du navire de combat littoral USS Cooperstown Le 26 juillet 2014, le Hall a annoncé des modifications aux règles d'élection

Recensement des États-Unis de 2010, la population était de 2 420. Son siège du comté est Cooperstown Le comté a été créé par la législature du territoire du Dakota en février
17 avril 2007. La casquette de Snelling a ensuite été envoyée au Hall of Fame de Cooperstown New York. Le soir du 2 mai 2007, lors d'un match entre les Nationals
par voie de cérémonie, et non - commissionné. Les navires désignés par le préfixe USS sont des navires commissionnés. Avant la mise en service, les navires peuvent être décrits comme
la conception des premières frégates de la marine américaine, en particulier l'USS Constitution et l'USS Constellation. À la fin de l'année, John Paul Jones a navigué pour la France
le 13 novembre 1968 à Fresno, Californie. Au cours du 18e Symposium annuel de Cooperstown sur le baseball et la culture américaine 2006, une campagne a été lancée
courses régulièrement aux Reno Air Races annuelles. Né le 30 octobre 1946 à Cooperstown New York, mais considère la région de Lakewood à l'est de Long Beach, en Californie
Kawano a fait don de son chapeau de pêche de marque au Baseball Hall of Fame à Cooperstown New York. Le jeudi 26 juin 2008, il a été annoncé que Yosh Kawano
Mobile sont entrés au National Baseball Hall of Fame and Museum à Cooperstown New York : Hank Aaron, Billy Williams, Willie McCovey, Satchel Paige
Plus de fantômes dans la galerie : un autre seize petits - grands connus à Cooperstown McFarland. p. 87. ISBN 978 - 0 - 7864 - 8062 - 3. Consulté le 21 décembre 2014
Navire de guerre de la marine à l'été 1812. Il était un survivant du naufrage de l'USS Scourge. Cependant, Myers vivra la guerre de 1812, rencontrant

navire de combat, USS Freedom, a été mis en service le 8 novembre 2008 à Veteran s Park, Milwaukee, Wisconsin. Le deuxième navire, le trimaran USS Independence
Duggleby, et son grade est celui de caporal E - 4. Hardball est né à Cooperstown New York, et a été publié pour la première fois en tant que figurine en 1988. Hardball s
NY 200 000 Scrapbooks Babe Ruth, Temple de la renommée du baseball national, Cooperstown NY 50 000 Western Fine Arts Collection, Oklahoma City, OK 140 000
dans la saison 2019. Le 21 mars 2019, le Baseball Hall of Fame de Cooperstown New York a publié une déclaration annonçant que le chef Wahoo ne
J'adore NY. Récupéré le 27 janvier 2016. David Sayre Store House Museum Cooperstown Otsego County Tourism. Récupéré le 27 janvier 2016. Historique de Dayton
Seconde Guerre mondiale, au cours de laquelle il a servi comme premier maître à bord de l'USS Alabama. Feller est devenu le premier lanceur à remporter 24 matchs en une saison avant
Forsyth County Ronald Reagan Minuteman Missile State Historic Site, Cooperstown Dakota du Nord Ronald Reagan Cross County Highway State Route 126 north
Ecosse La première cérémonie d'intronisation au Temple de la renommée du baseball a eu lieu à Cooperstown New York. 25 intronisés avaient déjà été nommés depuis le processus d'intronisation
magazine Février 1943 p186 David L. Fleitz, Ghosts in the Gallery at Cooperstown Sixteen Little - Known Members of the Hall of Fame McFarland, 2004 p139
ISBN 0 - 674 - 17272 - 8. Schmidt p. 226, 228, 229, 230 Fox 2007 Les Clarks de Cooperstown Knopf. ISBN 978 - 0 - 307 - 26347 - 6. Schlesinger, p. 83 Schmidt, p. 219 Déclarer
Chemin de fer CABU - Bacardi and Company, Ltd. CABX - Cabot Corporation CACV - Cooperstown and Charlotte Valley Railroad CACZ - Comacasa Line CAD - Cadiz Railroad

  • communauté Cooperstown Township, comté de Brown, Illinois USS Cooperstown un navire de la marine américaine Cooperstown film un film dramatique américain de 1993 Cooperstown Cocktail
  • 18 avril 2018 USS St. Louis LCS - 19 lancé 15 décembre 2018 USS Minneapolis - Saint Paul LCS - 21 lancé 15 juin 2019 USS Cooperstown LCS - 23 sous
  • cellule du Sukhoi Su - 47, un chasseur à réaction supersonique expérimental de 1997 Cooperstown Municipal Airport FAA LID a Stadtbahn Karlsruhe line 32 - bit type utilisé
  • PC USS - 786 PC USS - 787 PC USS - 788 PC USS - 789 PC USS - 790 PC USS - 791 PC USS - 792 PC USS - 793 PC USS - 794 PC USS - 795 PC USS - 796 PC USS - 797 PC USS - 798 PC USS - 799
  • USS Cooner DE - 172 USS Coontz DL - 9 DLG - 9 DDG - 40 USS Cooper DD - 695 USS Cooperstown LCS - 23 USS Coos Bay AVP - 25 WAVP - 376 WHEC - 376 USS Copahee
  • City LCS - 11 USS Wichita LCS - 13 USS Billings LCS - 15 USS Indianapolis LCS - 17 USS St. Louis LCS - 19 USS Minneapolis - Saint Paul LCS - 21 USS Cooperstown LCS - 23
  • lui-même est revenu d'Oswego à Cooperstown puis à New York. Le 13 novembre de la même année, il est affecté à l'USS Wasp sous le commandement du capitaine
  • les dessins animés de baseball se trouvent au Cooperstown National Baseball Hall of Fame and Museum. Reynolds a passé quatre ans dans la Marine sur l'USS Nimitz, a un diplôme en
  • La Seconde Guerre mondiale, il a également annoncé le nom du navire de combat littoral USS Cooperstown Le 26 juillet 2014, le Hall a annoncé des modifications aux règles d'élection
  • Recensement des États-Unis de 2010, la population était de 2 420. Son siège du comté est Cooperstown Le comté a été créé par la législature du territoire du Dakota en février
  • 17 avril 2007. La casquette de Snelling a ensuite été envoyée au Hall of Fame de Cooperstown New York. Le soir du 2 mai 2007, lors d'un match entre les Nationals
  • par voie de cérémonie, et non - commissionné. Les navires désignés par le préfixe USS sont des navires commissionnés. Avant la mise en service, les navires peuvent être décrits comme
  • concevant les premières frégates de la marine des États-Unis, en particulier l'USS Constitution et l'USS Constellation. À la fin de l'année, John Paul Jones a navigué pour la France
  • le 13 novembre 1968 à Fresno, Californie. Au cours du 18e Symposium annuel de Cooperstown sur le baseball et la culture américaine 2006, une campagne a été lancée
  • participe régulièrement aux courses annuelles de Reno Air Races. Né le 30 octobre 1946 à Cooperstown New York, mais considère la région de Lakewood à l'est de Long Beach, en Californie
  • Kawano a fait don de son chapeau de pêche de marque au Baseball Hall of Fame à Cooperstown New York. Le jeudi 26 juin 2008, il a été annoncé que Yosh Kawano
  • Mobile sont entrés au National Baseball Hall of Fame and Museum à Cooperstown New York : Hank Aaron, Billy Williams, Willie McCovey, Satchel Paige
  • Plus de fantômes dans la galerie : un autre seize petits - grands connus à Cooperstown McFarland. p. 87. ISBN 978 - 0 - 7864 - 8062 - 3. Consulté le 21 décembre 2014
  • Navire de guerre de la marine à l'été 1812. Il était un survivant du naufrage de l'USS Scourge. Cependant, Myers vivra la guerre de 1812, rencontrant
  • navire de combat, USS Freedom, a été mis en service le 8 novembre 2008 à Veteran s Park, Milwaukee, Wisconsin. Le deuxième navire, le trimaran USS Independence
  • Duggleby, et son grade est celui de caporal E - 4. Hardball est né à Cooperstown New York, et a été publié pour la première fois en tant que figurine en 1988. Hardball s
  • NY 200 000 Scrapbooks Babe Ruth, Temple de la renommée du baseball national, Cooperstown NY 50 000 Western Fine Arts Collection, Oklahoma City, OK 140 000
  • dans la saison 2019. Le 21 mars 2019, le Baseball Hall of Fame de Cooperstown New York a publié une déclaration annonçant que le chef Wahoo ne
  • J'adore NY. Récupéré le 27 janvier 2016. David Sayre Store House Museum Cooperstown Otsego County Tourism. Récupéré le 27 janvier 2016. Historique de Dayton
  • Seconde Guerre mondiale, au cours de laquelle il a servi comme premier maître à bord de l'USS Alabama. Feller est devenu le premier lanceur à remporter 24 matchs en une saison avant
  • Forsyth County Ronald Reagan Minuteman Missile State Historic Site, Cooperstown Dakota du Nord Ronald Reagan Cross County Highway State Route 126 north
  • Ecosse La première cérémonie d'intronisation au Temple de la renommée du baseball a eu lieu à Cooperstown New York. 25 intronisés avaient déjà été nommés depuis le processus d'intronisation
  • magazine Février 1943 p186 David L. Fleitz, Ghosts in the Gallery at Cooperstown Sixteen Little - Known Members of the Hall of Fame McFarland, 2004 p139
  • ISBN 0 - 674 - 17272 - 8. Schmidt p. 226, 228, 229, 230 Fox 2007 Les Clarks de Cooperstown Knopf. ISBN 978 - 0 - 307 - 26347 - 6. Schlesinger, p. 83 Schmidt, p. 219 Déclarer
  • Chemin de fer CABU - Bacardi and Company, Ltd. CABX - Cabot Corporation CACV - Cooperstown and Charlotte Valley Railroad CACZ - Comacasa Line CAD - Cadiz Railroad

La marine alloue des fonds pour construire l'USS Cooperstown dans le Wisconsin.

Geschaft USS Cooperstown uss cooperstown t shirts entworfen von 13 tactiques de sowie andere uss cooperstown waren an TeePublic. La marine va mettre en service l'USS Cooperstown News c. L'US Navy a baptisé son nouveau navire de combat littoral Freedom variante LCS, le futur USS Cooperstown LCS 23, au cours d'une cérémonie. Lire la suite. La marine américaine nomme le navire après Cooperstown870 AM 97.7FM News Talk. Le futur USS Cooperstown a dû être lancé en janvier en raison des exigences du calendrier de production et a finalement été baptisé. Lockheed Martin a fait appel à l'assistance post-livraison LCS aux États-Unis et. Le LCS 23 est un navire de combat littoral de classe Freedom nommé d'après le village de Cooperstown, qui abrite le Baseball Hall of Fame. Ce navire honore 68 militaires.

USS COOPERSTOWN Non spécifié Enregistré aux États-Unis Navire.

Anglais : USS Cooperstown LCS 23 Armoiries L'autorisation d'utiliser ces images aux États-Unis à des fins commerciales doit être. USS Cooperstown ExecutiveBiz. Déploiements et historique de l'USS COOPERSTOWN PC 484.

Evan Wright, futur commandant de l'USS LinkedIn.

L'USS Cooperstown LCS 23 est la 12e variante LCS de la liberté, la 23e de la classe. C'est le premier navire nommé en l'honneur de Cooperstown, New. USS COOPERSTOWN LCS 23 Street Signez-nous vétéran de la marine. Un soudeur authentifie la quille du LCS 23, le futur USS Cooperstown, en soudant les initiales de l'authentificateur de quille Ellen R. Tillapaugh, maire. Littoral Combat Ship, futur USS Cooperstown, célèbre CBS 58. La marine américaine a lancé son nouveau navire de combat littoral LCS variante Freedom, le futur USS Cooperstown LCS 23, le 19 janvier et ensuite.

Photos et Images éditoriales de Cooperstown.

Annoncé en 2015 par le secrétaire américain à la Marine Ray Mabus, le 23e navire de combat du Littoral de la Marine a été nommé USS Cooperstown en l'honneur de l'armée. USS COOPERSTOWN LCS 23 Tarifs Vêtements Militaires Meilleur. Source : Département de la Défense des États-Unis a publié le 26 juillet 2015 que le prochain navire de combat littoral variante Freedom sera nommé USS Cooperstown LCS 23. USS COOPERSTOWN Non disponible MMSI : 368926298. Опубликовано : 1 мар. 2020 . La marine américaine a baptisé le futur USS Cooperstown LCS 23 Naval News. La position actuelle de l'USS COOPERSTOWN est en - avec les coordonnées 45.10061° 87.61885° comme signalé le 2020 08 17 par AIS à notre.

L'équipe dirigée par Lockheed reçoit 279 millions de dollars de la marine pour financer l'USS.

29 pour le baptême du LCS 23 le futur USS Cooperstown. Sur scène dans le bâtiment principal de la Fincantieri Marinette Marine. Nouveau navire de combat du littoral à destination de la base navale de Mayport est. L'USS Cooperstown, baptisé le 29 février 2020, deviendra le 10e navire de combat littoral de la base navale de Mayports. Marine américaine.

USS Cooperstown LCS 23 Patch patchs de navire patchs marine.

1er décembre 2015 Attributions de contrats, Nouvelles Commentaires fermés sur L'équipe dirigée par Lockheed reçoit 279 millions de dollars de la Marine pour financer l'USS Cooperstown. La marine américaine a. La Marine américaine Christens Littoral Combat Ship Future USS Cooperstown. Le futur USS Cooperstown a dû être lancé en janvier en raison des exigences du calendrier de production et a finalement été baptisé Следующая Войти Настройки Конфиденциальность Условия. USS Cooperstown LCS 23 Freedom Class Littoral Combat Ship. Obtenez la dernière position en direct pour l'USS COOPERSTOWN. Vous pouvez également consulter l'horaire, les détails techniques et bien d'autres.

Le président Trump visite Green Bay, Marinette au milieu de la candidature à la réélection.

Le LCS 23 est la 12e variante LCS Freedom, la 23e de la catégorie. C'est le premier navire nommé en l'honneur de Cooperstown, New York. Cooperstown. Team Freedom pose la quille sur le 23e navire de combat du littoral des Nations. Livraison gratuite en 2 jours. Achetez USS COOPERSTOWN LCS 23 Street Signez-nous cadeau de marin vétéran du navire de la marine à. USS Cooperstown LCS 23 Armes modernes. Le navire de type inconnu USS COOPERSTOWN est actuellement situé à GLAKES Lake Michigan à la position 44° 39 49,86 N, 86° 22 33,852 W comme indiqué par. Archives de l'USS Cooperstown Le chef de Lexington Park. Littoral Combat Ship, futur USS Cooperstown, célèbre son baptême à Marinette. Par : CBS 58 Salle de presse. Publié: 29 février 2020 15:17 CST.facebook.

Blason.

Les gens recherchent aussi. LCS Cooperstown baptisé samedi à Peshtigo Times. 0. MAYPORT, Floride – Le Littoral Combat Ship 23, le futur USS Cooperstown, a été baptisé samedi au chantier naval Fincantieri Marinette Marine. Lancé et baptisé USS Cooperstown – AL SINDBAD. Evan Wright Ponte Vedra Beach, Floride, États-Unis Commandant potentiel de l'USS COOPERSTOWN LCS 23 à l'US Navy 96 connections. La marine nomme l'aérospatiale de défense des navires de combat du Littoral. 28 février 2020 – La Marine baptisera son nouveau navire de combat littoral, variante Freedom, LCS, le futur USS Cooperstown LCS 23.

Le futur USS Cooperstown LCS 23 Lancement de YouTube.

Ouais, eh bien, appelez l'US Mint parce qu'il est temps de changer de marque - avec l'aimable autorisation du nouveau USS Cooperstown. Le plus récent navire de combat de l'U.S. Uss cooperstown U.S. Stripes. Corps DOD Joint Combatant Commands U.S. Navy U.S. Navy Heraldry Ship Coat of Arms USS Cooperstown LCS 23. USS Cooperstown LCS 23. LCS 23 baptisé à FMM Bay Cities Radio. Ray Mabus, le secrétaire américain de la Marine, est venu à Cooperstown ce week-end pour honorer les joueurs de baseball professionnels qui ont servi. Le futur USS Cooperstown baptisé WLUK. Les États-Unis et les talibans ont signé un accord de paix visant à mettre fin à la guerre de 18 ans en Afghanistan. Si les talibans respectent leurs engagements, les troupes américaines. La marine américaine lance le nouveau blog sur la défense des navires de combat du Littoral. Le président américain Donald J. Trump s'exprime devant le navire de combat Littoral USS Cooperstown LCS23 en construction à Fincantieri Marinette Marines.

Le futur USS Cooperstown baptisé samedi au chantier Marinette.

La marine américaine a baptisé son nouveau navire de combat littoral LCS variante Freedom, le futur USS Cooperstown LCS 23, le 29 février. Navy to Christen Littoral Combat Ship Cooperstown L'USS Cooperstown LCS 23 sera un navire de combat littoral de classe Freedom des États-Unis. CBS 58 News sur Twitter : Littoral Combat Ship, futur USS. L'article apparaît à l'origine avec l'aimable autorisation de Fox 11 News 1er mars 2020 Une célébration a eu lieu au chantier naval Fincantieri Marinette Marine pour honorer le littoral. L'USS Cooperstown a frappé un coup de circuit contre les armoiries de l'aigle. Affichez fièrement votre navire et évaluez avec nos t-shirts, sweat-shirts et sweats à capuche de qualité supérieure USS COOPERSTOWN LCS 23 Rates. Ces beaux vêtements de la marine américaine.

Uss cooperstown Society of Sponsors of the United States Navy.

L'USS Cooperstown LCS 23 sera un navire de combat littoral de classe Freedom de la marine des États-Unis. Elle sera le premier navire naval nommé d'après Cooperstown. Prochain navire de combat littoral basé à Mayport baptisé News4Jax. Le futur USS Cooperstown a dû être lancé en janvier en raison des exigences du calendrier de production et a finalement été baptisé sur le Следующая Войти. L'avenir USS Cooperstown obtient une distribution industrielle Keel. Le futur USS St. Louis, LCS 19, commencera son voyage vers Mayport, Floride aujourd'hui ! Elle rejoindra ses navires jumeaux tous construits par Fincantieri Marinette Marine : U.S. Navy pour achever la construction du futur USS Cooperstown UPI. L'USS Cooperstown est un petit navire de guerre polyvalent, conçu par Lockheed Martin pour opérer près du rivage. La cérémonie de pose de la quille.

USS Cooperstown LCS 23 Fandom militaire.

La marine des États-Unis a lancé un navire appelé USS Cooperstown en janvier, qui a été nommé en l'honneur des joueurs de baseball qui ont servi dans l'USS Cooperstown. Navire de combat littoral de classe Freedom. USS Cooperstown - SeaWaves Magazine - Célébration de 25 ans. Une option de support après livraison pour le navire de combat Littoral USS Cooperstown LCS 23. L'USS Cooperstown est un LCS de classe Freedom.


SNITTERFIELD

Population : 1911, 682 1921, 691 1931, 741.

L'ancienne route à péage de Stratford-on-Avon à Warwick forme la limite de la paroisse de Snitterfield à l'est jusqu'à Marroway, (fn. 1) où la route SnitterfieldWarwick la rejoint. La limite s'étend ensuite vers le nord le long d'un ruisseau et vers l'ouest jusqu'à la route de Norton Lindsey, sur laquelle elle s'étend sur environ 500 mètres. à Luscombe, puis à nouveau vers l'ouest jusqu'à Snitterfield Bushes, le plus grand bloc de bois de la paroisse. À travers les buissons, il se dirige vers le sud, traversant la route de Bearley, jusqu'à Gospel Oak, près de Pathlow. Ici, il tourne vers le sud-est jusqu'à Clopton Gorse, puis sur ½ mile jusqu'à King's Lane, où la tradition dit que Charles II s'est échappé de Boscobel de là à l'est jusqu'à un affluent de l'Avon, et ainsi de retour à la route Stratford-Warwick.

Le pays est vallonné, la majeure partie de la paroisse se situe à environ 300 pieds, le point culminant étant de 386 pieds à Gospel Oak, avec une chute assez rapide de King's Lane (340 pieds) à l'angle sud-est, sur le Stratford route (165 pi). C'est une bonne terre agricole et en plus des buissons il y a plusieurs taillis et petits bois. En 1766, quelque 1610 acres étaient clos, il y avait à cette époque un certain nombre de champs communs, y compris Hither, Middle et Further Brook Fields (à l'ouest de Luscombe), Stonehill, Whornhill, Merce Field, Black Hill (aux frontières de Hampton Lucy) , et Pale Lane Field, jouxtant le pâle du parc, ainsi que les prairies communes appelées Broad, Edymuss et Aston Meadows. (fn. 2) Le Prix mentionne un certain nombre d'« anciens enclos », dont Brickiln Close, qui montre que des briqueteries, dont il reste encore des traces, avaient déjà été établies.

Le village est central, situé au nord de la route Snitterfield Warwick, ses maisons, pour la plupart assez modernes, étant regroupées à l'ouest de l'église.

La maison Snitterfield, au sud de l'église, a été construite à la fin du XVIIe et démolie au début du XIXe siècle. Un dessin en montre un bâtiment carré à toit en croupe, chaque façade étant divisée par des pilastres ornementaux (fn. 3) dont certains des chapiteaux sont encore visibles dans le jardin de Snitterfield Park. Un bâtiment d'environ 40 mètres. longtemps qui semble avoir été un pavillon de jardin lui appartenant, mais est maintenant divisé en logements résidentiels, date d'environ 1680 et est construit en brique rouge avec des plinthes en pierre moulurée. La façade sud a un milieu et deux extrémités, légèrement en saillie, des baies et une série de hautes fenêtres avec des impostes et des meneaux en chêne, les jambages, &c., forgés en maçonnerie fine et ayant des blocs-clés en pierre. Dans la travée du milieu se trouvait une large arche, maintenant comblée, et le hall d'entrée avait un plafond avec une nervure circulaire moulée, en partie restante et cette chambre et les autres avaient de profondes corniches en plâtre moulées. Un mur de jardin longeant la chaussée, au nord du bâtiment, et plusieurs poteaux de portail en brique à boules de pierre sont de la même époque.

La chaussée, orientée au sud-ouest de l'église et déviée par ce mur de jardin, comporte trois ou quatre bâtiments anciens sur son côté nord-ouest. L'un des plans en forme de L conserve la charpente d'origine du XVIIe siècle, un autre, très modifié et recouvert de ciment brut, présente une certaine charpente dans son extrémité ouest à pignon. Le manoir, du côté ouest de la rue principale, montre un petit boisage rapproché du XVIe siècle dans le mur avant. Un autre chalet à environ 150 mètres. à l'ouest de l'église, à l'est du chemin Wolverton, est de charpente du XVIIe siècle et a un toit de tuiles. Une ferme 3 /8 mile plus au nord sur la même route montre également une charpente du XVIIe siècle dans les murs et les pignons de l'aile ouest de son plan en forme de L.

Le parc Snitterfield (nf. 4) est principalement moderne, mais la moitié ouest de la façade sud du jardin est constituée d'une charpente en bois du début du XVIIe siècle avec un pignon de panneaux géométriques. Une cheminée centrale comporte quatre fûts carrés disposés en diagonale sur une base carrée et de briques minces. Le mur ouest a quelques clous serrés à l'étage inférieur. L'autre encadrement est à panneaux carrés.

The Wolds, (fn. 5) une ancienne ferme, à environ ¾ de mile au sud-ouest de l'église, a un extérieur modernisé, mais l'intérieur a des poutres de plafond chanfreinées de la fin du 16ème siècle et une large cheminée avec un chêne été. Le corps de ferme comprend une grange à pans de bois et un pigeonnier, également en colombages anciens, à pignon sur les quatre faces tous deux adaptés à un usage domestique.

Wayfield House, une ferme plus au sud-ouest du côté sud de la route, est un bâtiment du XVIIIe siècle ou plus récent, mais possède une grange du XVIIe siècle avec une partie de la charpente d'origine : une dépendance en briques attenante est datée HS 1765 .

La ferme Comyns à environ de mile plus au sud-ouest, en retrait au sud de la route, est une maison en briques du XVIIIe siècle, mais possède une grange à pans de bois du début du XVIIe siècle.

Richard Shakespeare, grand-père du poète, s'installa à Snitterfield en 1535 et y mourut vers 1560, certains de ses descendants demeurant dans la paroisse jusqu'à la fin du siècle. (note 6)

Anne, comtesse de Coventry, dont le mari, le 2e comte est décédé en 1710, s'est installée ici en 1726. Elle a acquis une certaine renommée en tant qu'écrivain d'ouvrages religieux et lorsqu'elle est décédée en 1763 à l'âge de 90 ans, son sermon funéraire a été prêché par son ami Richard. Jago, poète d'une certaine célébrité, qui devint vicaire de Snitterfield en 1737 et vicaire en 1754, fonction qu'il occupa jusqu'à sa mort en 1781, date à laquelle il fut enterré dans l'église. (note 7)

Manoirs

SNITTERFIELD, évalué à 4 peaux, fut détenu avant la Conquête par Saxi, et en 1086 par le comte de Meulan. (fn. 8) Du comte il passa aux comtes de Warwick, dont la suzeraineté est mentionnée en 1316. (fn. 9) Earl Roger, qui en 1122 a donné au Collège de St. Mary à Warwick 1 peau de terre avec 2 /3 des dîmes du domaine de Snitterfield, (fn. 10) semble avoir inféodé Hugh fitzRichard, de Hatton, qui avec le consentement de son fils William a accordé le manoir à William Cumin. (nf. 11) Margery, la petite-fille de Hugh, a épousé Osbert de Clinton, et la seigneurie de mesne a été détenue par les Clinton en 1316 (nf. 12) et jusqu'en 1386. (nf. 13)

Selon Dugdale, William Cumin a été remplacé par son neveu Walter (fn. 14) qui était le patron de l'église en 1174. (fn. 15) Snitterfield est évidemment venu à un William Cumin qui est mort vers 1213, (fn. 16) comme l'a fait son fils en 1223 ou 1224. (fn. 17) L'aîné William a laissé une veuve Margery, qui avait épousé William de Hastings en 1216, lorsque le shérif a reçu l'ordre de leur donner la livrée de la terre à Snitterfield qu'elle détenait en douaire de William Cumin son premier mari. (nf. 18) Le jeune Guillaume laissa une veuve Eve, et son héritière était sa fille Margery, (nf. 19) alors mineure et par la suite en pupille de Guillaume de Cantilupe. (fn. 20) Eve a épousé John de Mara et en 1225 ils ont poursuivi John d'Abitot (qui avait épousé Margery, petite-fille de Hugh fitzRichard et veuve d'Osbert de Clinton), (fn. 21) que William de Cantilupe avait appelé pour garantir , pour ⅓ de 2 /3 du manoir de Snitterfield, comme dot d'Eve de son précédent mari William Cumin. Jean d'Abitot répondit qu'il la lui donnerait lorsqu'elle remettrait l'héritier de Guillaume, dont la tutelle lui appartenait. Ils ont répondu que l'héritier était en Écosse (fn. 22) et n'avait jamais été sous leur garde et ils ont récupéré la dot. (fn. 23) Margery Cumin a épousé le fils cadet de William de Cantilupe, John, (fn. 24) qui détenait les honoraires de Snitterfield de Thomas de Clinton en 1242. (fn. 25) Il avait une subvention d'un marché hebdomadaire le mercredi à Snitterfield et une foire la veille, le jour et le lendemain de Saint Kenelm en 1257. (fn. 26) Leur fils Sir John de Cantilupe en 1318 a installé le manoir (à l'exception de 5 messuages, 4 carucates, 2 virgates, 8 acres de terre) sur lui-même et sa femme Maud pour la vie, avec le reste à son fils John (fn. 27) après la mort du plus jeune John, son père en 1324 impliquait le manoir (à l'exception de 1 messuage, 104 acres de terre, et l'aveu du église) sur sa fille Eleanor et son mari Thomas West. (fn. 28) Les terres réservées dans le règlement de 1318 correspondent aux terres acquises par John et Maud de Cantilupe en 1321 de Geoffrey de Alkenbury à Walda (The Wolds Farm) et Hethe (Heath End) (fn. 29) celles exceptées dans 1324 (en omettant l'aveu) ont été acquis par Sir Thomas West en 1342 d'Edmund fitz Waryn et Joan sa femme. (note de bas de page 30) En 1386, Sir Thomas West a fait un échange du manoir à Sir William Beauchamp, Lord Bergavenny. (fn. 31) Il mourut en 1411, après avoir installé Snitterfield sur sa femme Joan avec le reste à son neveu Richard, comte de Warwick. (fn. 32) A la mort de Jeanne en 1435, le manoir fait donc partie des domaines du comté et passe ainsi aux mains de la Couronne au temps d'Henri VII.

Cumin. D'azur parsemé d'étoiles ou de trois gerbes de cumin ou.

Au moment de l'échange, un loyer de 10 £ du manoir semble avoir été réservé, Sir Thomas West et Sir Reynold son frère mourant saisis de ces loyers en 1416 et 1450 respectivement, (fn. 33) tout comme Sir Thomas West, Lord de la Warre, en 1555 (fn. 34) et Guillaume et Thomas, seigneurs de la Warre, s'occupaient du loyer en 1572 (fn. 35) et 1596. (fn. 36) En 1545 Henri VIII accorda le manoir à Richard Moryson. (fn. 37) En septembre de l'année suivante, Moryson céda le manoir à John Hales pour qu'il se l'attribue pour un mois, puis à Lucy Harper pour la vie, avec des restes éventuels à ses divers enfants. (fn. 38) L'un de ces enfants, Mary, était vraisemblablement la « Fille de Marie de George Harper of Kent » qui a épousé Bartholomew Hales, frère cadet de John Hales, (fn. 39) alors que Bartholomew et Mary Hales ont conclu un règlement de la manoir en 1568, (nf. 40) et il mourut saisi en 1599. (nf. 41) Son fils Sir Bartholomew Hales mourut en 1626 saisi non seulement du manoir de Snitterfield mais aussi d'un "message appelé le manoir de Luscombe en Snitterfield', et des terres appelées Comyns Field, Pardies Hill et Hollow Meadow, 'réputées pour être le manoir de Comyns'. (fn. 42) Aucune autre référence aux Comyns en tant que manoir n'est connue, mais le manoir de LUSCOMBE avait été acheté par Sir Bartholomew de Richard Woodwarde et Frances, et John Woodwarde et Alice en 1602, (fn. 43) et à partir de cette date est inclus dans tous les transferts de Snitterfield. Sir Bartholomew a installé Snitterfield sur sa femme Catherine pour la vie, avec le reste à un cousin Stephen Hales. Le fils de Stephen, Charles, l'a détenu en 1639, et son fils Stephen, mineur, en 1640. (fn. 44) Il a été fait chevalier en 1661, a épousé Elizabeth, fille de Sir James Hales, et est décédé en 1668 sans descendance. (fn. 45) Sa veuve vendit aussitôt le manoir à Edmund Page, (fn. 46) qui agissait apparemment pour Thomas Coventry, (fn. 47) qui devint plus tard comte de Coventry et mourut en 1699. Il descendait dans cette famille jusqu'en 1816, lorsque George, comte de Coventry, le vendit à Robert Phillips, (fn. 48) après quoi le manoir suit la descendance de Wolverton (qv), les seigneurs actuels étant les fiduciaires de Lady Trevelyan.

Hales. De gueules à trois flèches ou plumes d'argent.

Coventry. comte de Coventry. Sable a fesse hermine entre trois croissants ou.

La succession de GRESWOLD est autrefois appelé un manoir. Selon une histoire racontée en 1302, (fn. 49) Jean de Grusselwolde épousa d'abord Isolda, dont il eut un fils John, et deuxièmement Jeanne, dont il eut un fils Roger. John le fils aîné est entré sur « le manoir de Gruswold » en tant qu'héritier de son père et a attribué ⅓ à Joan. Il vendit ensuite à Jean de Cantilupe, chef seigneur du manoir, l'autre 2 /3 et la réversion du de Joan. Sir John de Cantilupe céda Greswold à sa fille Katherine à vie, et le donna ensuite, en 1319, à son frère Walter, (fn. 50) qui y obtint peu après d'autres terres de Thomas de Dene et d'Avice sa femme, (fn. 51) mais on n'y entend plus parler de droits seigneuriaux.

Margery veuve de John de Cantilupe a donné des terres à Snitterfield et Bearley à l'abbaye de Bordesley, (fn. 52) qui faisait probablement partie par la suite du domaine des moines de Bearley (q.v.).

Vers 1135 Hugues fils de Roger Abbadon acheta à Hugues fitzRichard un 'vavassor' avec toutes ses terres à 'Esnitevile' et le donna à l'abbaye de Saint-Pierre de Préaux (Dioc. Lisieux), (fn. 53) mais rien de plus est connu de ce don.

Église

La grande église paroissiale de ST. JAMES LE GRAND se compose d'un choeur, d'une nef, de bas-côtés nord et sud et d'une tour ouest. Il existe également des sacristies modernes au nord du choeur et au sud de la tour. La séquence du développement antérieur du bâtiment est un peu incertaine en raison de la proximité des différentes périodes, ajoutée aux différences marquées dans les détails, et à une certaine confusion causée par les modifications ultérieures. L'arcade sud date probablement de la seconde moitié du XIIIe siècle et la partie nord du début du XIVe siècle, mais la similitude des fenêtres dans les deux bas-côtés suggère qu'après la construction du bas-côté nord, le bas-côté sud a été élargi à 9 pieds pour correspondre L'autre. Le chœur, construit en moellons, est d'un détail plus sévère et peut avoir suivi peu après le bas-côté nord du XIVe siècle (fn. 54), il est de grande longueur par rapport à la nef et possède de grandes fenêtres. La tour ouest a évidemment été érigée en plusieurs étapes successives : les 10 pieds les plus bas au début du 14e siècle, se sont poursuivis jusqu'à 8 ou 9 pieds vers 1340 avec des murs en pierre de taille, la fenêtre ouest ayant des jambages moulurés un peu comme ceux de la porte sud, et terminé c. 1400 en pierres de taille plus grosses.

L'étage clair a été ajouté au début du XVIe siècle : il semble y avoir eu quelques problèmes de faiblesse dans les arcades, surtout au nord, qui montre des inégalités dans les arcs résultant probablement de reconstructions partielles, et la plupart de ses chapiteaux ont été assez grossièrement remaniés. Aucun changement important n'a eu lieu avant le XIXe siècle, mais il y a eu une certaine détérioration, car une description de 1858 (fn. 55) mentionne que le chœur était fortement contreforté du côté nord et que ses fenêtres avaient perdu leurs entrelacs. La fermeture des portes latérales et l'insertion de la porte ouest ont été faites avant cette date. Des cicatrices et des réparations dans les arcades témoignent des dommages causés à la maçonnerie par l'érection des galeries en 1841. La sacristie au sud de la tour a probablement été ajoutée alors. Depuis lors, l'église a été bien restaurée, les fenêtres du choeur pourvues d'entrelacs, et la sacristie nord et la salle d'orgue ont été ajoutées.

Le choeur (environ 45 pi sur 20 pi) a une fenêtre à l'est de cinq lumières trilobées et des entrelacs modernes qui se croisent dans une tête à deux centres avec un moule de capot. L'arceau arrière chanfreiné est également doté d'un moule de capot avec des arrêts de feuillage modernes. Dans le mur nord se trouve une fenêtre similaire à trois lumières également avec des entrelacs modernes. À l'extrémité ouest se trouve une arche moderne menant à la salle d'orgue et entre les deux, une porte pointue menant à la sacristie présente un ordre chanfreiné qui est ancien, les révélations de la sacristie étant modernes, la porte est probablement d'origine mais réinstallée à l'envers. Dans le mur sud se trouvent deux fenêtres comme celle du mur nord à l'est du second est une porte de prêtre originale avec des jambages chanfreinés et une tête pointue à chanfrein creux. Dans ce mur se trouve une double piscine, toute en pierre moderne. Le remplissage sous la fenêtre orientale est en pierre de taille (le reste du mur étant en moellons) et peut indiquer un ancien évidement.

Les murs sont en moellons de lias, le mur est cimenté et ont des plinthes chanfreinées et un cordon mouluré sous les fenêtres. Aux angles se trouvent des contreforts carrés en pierre de taille, également intermédiaires dans le mur sud, le socle et le bandeau contournent les contreforts.L'extrémité ouest du mur sud est en pierre de taille et semble avoir été un contrefort réfutant l'arcade sud de la façon dont les pierres de la fenêtre sud-ouest sont ajustées aux assises en pierre de taille, il est évident que la pierre de taille est la plus ancienne. Sur la face du contrefort sud se trouve un cadran de masse rayé. Le toit est du XVIIIe siècle ou plus récent et de type chevrons à fermes recouverts de tuiles.

L'arc de choeur est un très simple de deux ordres chanfreinés continués dans la tête à deux centres, interrompu seulement par une sorte de cours de liaison au niveau du ressort qui n'est que d'un ordre chanfreiné. La moitié nord de l'arc est déformée.

[Plan de l'église de Snitterfield]

La nef (environ 53 pi sur 20 pi) a une arcade nord de quatre travées avec des piliers octogonaux et des réponses semi-octogonales. La réponse de l'Est n'a pas de base. Les autres bases sont d'origine, variant en hauteur de 18 à 21 po. Elles sont composées de deux moules ronds et ont des sous-bases carrées avec des butées moulées aux octogones au-dessus. La capitale de la réponse ouest, haute de 9 pouces, est d'un bon contour normal du début du 14e siècle. Celui du pilier le plus oriental, d'un contour entièrement différent, peut être de la même période ré-outillé, mais les autres sont de formes particulières grossières qui peuvent avoir remplacé les chapiteaux originaux du début du XIVe siècle au XVIe ou au XVIIe siècle. .

Les arcs sont de deux ordres chanfreinés : ils ne jaillissent pas directement des piliers, mais meurent sur des super-piliers octogonaux (tas de charge) ils sont à deux centres, mais sont plus ou moins déformés et il ne fait guère de doute que l'arcade a été en grande partie reconstruite à une période médiévale ultérieure. En supposant que le mur de clairière soit en ligne droite, il y a une courbure dans le mur d'arcade au nord de sorte que le mur de clairière le surplombe au-dessus des troisième et quatrième arcs. Le mur dans les hanches est de petits moellons avec une parcelle de pierres plus grosses au-dessus de la réponse ouest.

L'arcade sud, également à quatre travées, est de la fin du XIIIe siècle. Chaque pilier est un groupe circulaire de huit arbres ronds et les creux dont certains des arbres sont arrondis. Les réponses sont des demi-piliers les bases, de plan octofoil, sont de deux ronds et un creux et reposent sur des socles carrés chanfreinés dans la base médiane les angles carrés sont sculptés d'éperons en feuilles de lierre. Les chapiteaux des piliers sont exceptionnellement grands (17 pouces de haut), ils sont de plan circulaire avec un abaque en forme de volute, un petit moule en dessous et une grande cloche jaillissant des creux, les fûts étant montés directement dans celui-ci. Les chapiteaux demi-rondes des répliques sont d'une taille plus normale (10 pouces). Les arcs sont bicentrés et de deux ordres à chanfrein creux, le petit extérieur, avec des voussoirs moyens à grands. La maçonnerie entre et au-dessus des arcs est en pierre de taille de différentes époques : la moitié ouest est de petites assises, mais dans la moitié orientale les assises sont plus grandes et de deux dates. Cela peut être le résultat d'une reconstruction partielle pour redresser le mur avant l'ajout de l'étage clair. L'étage clair est construit en pierre de taille à larges assises et est éclairé de chaque côté par quatre fenêtres du début du XVIe siècle de deux lumières trilobées à quatre cintres sous des têtes à trois cintres, en partie restaurées. Au-dessus se trouvent des parapets simples avec des cordons moulurés.

Le toit est de pente presque plate et est divisé en quatre travées par des poutres principales horizontales qui sont soutenues sous les extrémités par des poteaux de mur battus et des croisillons courbes, sur des consoles en bois modernes : les poteaux de mur sont emballés derrière par des poteaux modernes. Tous les bois principaux sont chanfreinés. Le toit est probablement du début du XVIe siècle car les fermes sont plus courtes que l'espace entre les murs. On dit que le toit a été apporté d'ailleurs, probablement du château de Fulbrook. Il est recouvert d'ardoises. Sur les murs est et ouest de la nef se trouvent les lignes du toit à pignon élevé antérieur à l'étage clair.

Le bas-côté nord (8 pi de large) a trois fenêtres nord du début du 14e siècle : la première et la troisième sont chacune composées de deux lumières pointues et d'un écoinçon uni dans une tête à deux centres avec un capot extérieur moulé et une arche arrière moulée. Les meneaux et les jambages sont moulés, ces derniers assez minutieusement en trois commandes avec des rouleaux filetés, &c. La fenêtre du milieu est une adaptation moderne de la tête de porte nord d'origine élevée à un niveau supérieur : sous le seuil moderne se trouvent les joints droits de la porte d'origine. Il n'y a pas de fenêtre à l'ouest. Les murs sont en moellons de pierres assez minces. Deux contreforts nord sont modernes, le contrefort diagonal nord-ouest est en pierre de taille ancienne. Le mur nord présente une gouttière d'origine en pierre moulurée.

L'allée sud (9 pi de large) a une fenêtre à l'est très semblable à celles de l'allée nord. L'est des trois fenêtres sud est similaire, mais le seuil a été surélevé. La seconde est l'ancienne porte sud surélevée et équipée d'un meneau moderne, &c. et ci-dessous sont les joints droits de l'ancienne porte-ouverture. La troisième fenêtre ressemble à la fenêtre est, avec des moulures légèrement différentes. Dans le mur ouest se trouve une fenêtre en lancette avec de larges évasements et un arc arrière en pointe segmentaire à chanfrein creux. Son extérieur, couvert par la sacristie moderne, est caché par le plâtre.

Les murs sont en pierre de taille et ont des plinthes chanfreinées et des gouttières creuses chanfreinées. A l'angle sud-est se trouve une paire de contreforts carrés, un autre intermédiaire à l'est de (l'ancienne) porte sud, et un à l'extrémité ouest : le dernier conserve le dallage ou couronnement d'origine de deux assises, mais sur les autres ils sont cimentés . À égale distance à l'ouest de la porte sud se trouvait un autre contrefort, désormais indiqué uniquement par une rupture dans la maçonnerie. Les bas-côtés ont des toits en appentis de date incertaine recouverts de plomb.

À l'extrémité est du mur sud se trouve un ancien casier ou reliquaire de 2 pieds de profondeur et de 2 ½ pieds de large encastré derrière à l'est, la porte à feuillure étant de 1 pied 7 ½ pouces de large.

La tour ouest (environ 15 pieds carrés à l'intérieur) est divisée extérieurement par un cordon en deux étages, le plus bas comprenant la chambre de l'horloge. Il a un socle de 6¼ pi de haut de quatre étages chanfreinés. A l'angle nord-ouest se trouve une paire de contreforts carrés en pierre de taille. La tourelle d'escalier sud-ouest est d'un traitement inhabituel, elle fait saillie de l'angle comme trois côtés d'un grand hexagone irrégulier et est évasée à travers l'angle à l'intérieur, avec une porte pointue : près du haut de la scène principale inférieure, elle est adossée. L'arc élevé de la nef est de trois ordres chanfreinés continus vers la nef, et de deux ordres, dans la tête pointue seulement, vers la tour. La porte ouest a un arc à quatre centres et serait une insertion moderne, vraisemblablement réalisée lorsque les portes latérales ont été bloquées. La fenêtre ouest est à trois lumières et à entrelacs de la fin du XIVe siècle dans une tête à deux centres. Il a une traverse, au-dessous de laquelle les jambages sont des moulures du début du 14ème siècle, mais au-dessus de la traverse, ils se transforment en ordres chanfreinés simples.

Ces détails et la maçonnerie des murs indiquent que l'étage inférieur de la tour est d'au moins trois périodes. Jusqu'à environ 3 ou 4 pieds au-dessus du socle, les murs sont en moellons, probablement, avec le socle, datant du début du 14e siècle. Au-dessus de cela jusqu'au niveau des sommets des contreforts carrés et des chambranles moulurés, ils sont bien entendus en pierre de taille brute en pierres assez petites de date un peu plus tardive. Au-dessus de ce niveau jusqu'au parapet, la maçonnerie est en pierre de taille plus uniforme dans les pierres plus grosses, probablement de c. 1400. Au même niveau également l'angle nord-ouest est pourvu d'un contrefort diagonal à la place des contreforts carrés inférieurs et il y a aussi des contreforts diagonaux aux autres angles. La tourelle d'escalier en saillie a les mêmes modifications de maçonnerie, mais est portée un peu plus haut. Dans la première pierre de taille, il a deux lampes à boucle trilobées dans la dernière, une lampe à boucle à tête en doucine plus courte et plus large. Environ 6 pieds au-dessous du plancher de la chambre de l'horloge, sa largeur interne diminue et se transforme en un étau d'escalier plus normal contenu dans les limites de l'angle carré jusqu'à la chambre de la cloche. La chambre de l'horloge a une petite lumière sud avec une tête en doucine, au-dessous du bandeau. La cloche a un parapet crénelé avec un bandeau mouluré ayant des gargouilles aux angles, aujourd'hui péri. Les contreforts diagonaux atteignent presque le bandeau et portent des pinacles d'angle, restaurés au-dessus du parapet. Dans chaque mur se trouve une paire de fenêtres, chacune de deux lumières trilobées et une forme de quadrilobe de la fin du XIVe siècle dans une tête à deux centres avec un moule de capuchon et des arrêts sculptés défigurés. Le toit, de forme pyramidale basse, a des poutres transversales massives, &c. Le plafond inférieur est en pitchpine moderne.

Le bénitier est du début du 14ème siècle il est octogonal le bol a des moulures supérieures et inférieures et un creux en dessous dans lequel se projettent des têtes sculptées aux angles ce sont des hommes de diverses vocations : l'un a une mitre d'évêque, un autre est un chevalier, d'autres ont des casquettes, probablement académiques et juridiques, et un autre une cagoule ajustée. La tige et la base chanfreinée sont lisses.

La table de communion à l'autel de l'allée sud a de minces pieds tournés, &c., de c. 1700. Les balustrades dans le chœur sont de c. 1630 et à balustres tournés : les poteaux sont à ornements plats et à têtes dressées moulurées : les traverses supérieures sont sculptées de feuillage courant incisé. La chaire de c. 1730 a cinq côtés d'une baignoire hexagonale, avec des panneaux ovales ayant des blocs de clés surélevés aux quatre arcs et des écoinçons ornés au-dessus de ceux-ci sont des panneaux de frise ouverts.

Dans les stalles du cahier sont incorporés deux standards sculptés et des façades de bureau lambrissées de c. 1500, peut-être apporté d'ailleurs. Les normes diffèrent un peu: le nord est confronté à une conception élaborée de l'entrelacs de la fenêtre et a une tête épaulée et une tête de feuille de vigne et de pavot de raisin. Sur le bord vertical avant (sud) est un poteau sculpté (montrant l'influence de la Renaissance italienne) sur lequel se dresse une petite figure d'un ecclésiastique tenant un objet arrondi dans ses mains : dans le creux du bras droit se trouve un long bâton avec une tête feuillagée . Au-dessus se trouve un auvent avec un soffite en demi-rosace. Sur le bord arrière, juste en dessous de l'épaule, se trouve un demi-ange avec un bouclier. Sur la face intérieure se trouvent les initiales IN (de style Tudor-Romain) dans un nœud suspendu à une main ouverte au-dessus, et de chaque côté se trouve une petite figure féminine avec une queue de feuillage. Le sud a des entrelacs similaires et un bouclier avec les armes couronnées et les partisans d'Henri VII. La figure sur le premier poteau est celle d'un évêque. Au dos se trouve le demi-ange avec un bouclier, et sur la face intérieure les lettres IN en monogramme en lettres lombardes, et feuillage. La tête de coquelicot est sculptée de roses et de feuillages. Le reste des deux blocs de sièges est moderne, mais à l'est d'eux se trouvent un siège plus court et un bureau de chaque côté. Les façades des bureaux incorporent chacune quatre baies de lambris : chaque baie a des têtes trilobées sous-cuspides avec des crochets et un fleuron et des entrelacs déjoués au-dessus. Les meneaux ont des poteaux portant de petites figures pour la plupart ailées, certaines drapées et d'autres apparemment nues, et tenant des objets destinés peut-être à des instruments de musique.

Une planche encadrée dans la sacristie de quire enregistrant les œuvres de bienfaisance jusqu'en 1682 est probablement de cette date. Dans la tour se trouvent deux écoutilles peintes des armes du comte de Coventry du XVIIIe siècle. Il y a six cloches, une de 1758 par Abel Rudhall, les autres de 1874 et 1887.

L'assiette de communion comprend une grande coupe et un couvercle de 1735, ainsi qu'un grand flacon et un plateau de 1751 donnés par la douairière Lady Coventry.

Les registres commencent en 1561.

Advowson

En 1086, il y avait un prêtre, impliquant une église, à Snitterfield. (fn. 56) Le pape Honorius II (1125–30) a confirmé au Prieuré de Kenilworth l'église de Snitterfield, donnée par Siward de Arden, (fn. 57) mais le don semble avoir été inefficace et il n'y a aucune preuve ultérieure d'un quelconque lien avec le prieuré. Hugh fitzRichard a donné l'église au prieuré de Saint-Sépulcre, Warwick, mais en 1174 un accord a été conclu par lequel le recteur devrait payer 1 mark par an aux chanoines et Walter Cumin et ses successeurs devraient avoir le droit de présentation. (fn. 58) L'advowson est resté avec le manoir jusqu'en 1324, lorsque Walter de Cantilupe l'a cédé, avec 8 acres de terre, à Walter de Stapleton, évêque d'Exeter, (fn. 59) qui l'a donné l'année suivante à Saint-Sépulcre. en échange de l'aveu de St. Clement Danes. (fn. 60) L'église a été appropriée au prieuré en 1325, étant alors évaluée à £17 13s. 9. (fn. 61) et un presbytère a été ordonné en 1330. (fn. 62) Le presbytère valait 8 livres sterling en 1535. (fn. 63) Apparemment en échange de l'appropriation l'aveu a été transféré à l'évêque de Worcester, et elle est restée entre les mains des évêques depuis cette époque. (note de bas de page 64)

En 1535, le presbytère de Snitterfield a été exploité par les chanoines de Saint-Sépulcre à 7 £, dont un paiement de 3s. 4. a été faite au vicaire. (fn. 65) Après la dissolution du prieuré, il fut accordé en juin 1553 à Kenelm, Clement et John Throckmorton. (nf. 66) En 1599, une moitié du presbytère était venue à Richard Woodwarde et à Frances sa femme, qui la vendit à Bartholomew Hales (nf. 67), il la céda en 1619 à Richard Baker. (fn. 68) L'autre moitié était évidemment divisée, puisqu'en 1574 Adrian Gylbert transféra les ¼ du presbytère à Edward Sheldon. (fn. 69) Ambrose Sheldon a vendu ce quartier en 1621 à Richard Catesby, (fn. 70) qui en 1640 l'a installé sur Eleanor épouse de son fils Richard pour la vie avec le reste à son fils William. (fn. 71) La descendance ultérieure de ces fractions est obscure.

Charité

Sir Stephen Hales par testament en 1668 a donné 100 £ à l'usage des pauvres. Le legs a été investi dans l'achat d'un pré d'environ 2 acres à Alveston. Le terrain est maintenant loué à l'année pour un loyer de £4 10s., qui est distribué aux pauvres par deux administrateurs nommés par le conseil paroissial.


Les mystères du musée

Le mystère du musée est le deuxième livre mystère de Connolly. Il s'ouvre dans les hubs centraux de Philadelphie, où l'on nous présente Nell Pratt, une célèbre collectrice de fonds dans un musée prestigieux. Le travail n'est pas si passionnant, mais Nell semble tirer sa satisfaction de l'histoire et de la fréquentation des collections historiques. Tout se passe bien pendant un certain temps, jusqu'à ce qu'un corps soit découvert dans le musée. Réalisant qu'elle a toutes les informations dont elle a besoin pour impliquer l'agresseur, elle fait équipe avec un agent spécial du FBI, James Morrison, et ensemble, ils réussissent à mettre en lumière un certain nombre de crimes commis dans la communauté culturelle de la ville.