Podcasts sur l'histoire

Gilbert de Claire

Gilbert de Claire

Gilbert de Clare était le fils de Richard Fitz Gilbert, né en 1066. Il épousa plus tard Adeliz, la fille d'Hugues de Clermont.

Gilbert, comme son père, a pris part à la rébellion contre William Rufus en 1088. Après un siège de deux jours au château de Tonbridge, la famille Clare a été forcée de se rendre aux forces du roi. Le fut puni en faisant brûler son château et la ville de Tonbridge. Richard Fitz Gilbert a également été contraint de vivre dans un monastère où il est décédé trois ans plus tard.

Gilbert fut autorisé à conserver les domaines familiaux et en juin 1095 combattit avec William Rufus contre les Écossais. Il aurait également participé aux campagnes militaires de William au Pays de Galles et en Normandie.

Le 2 août 1100, William Rufus partit chasser à Brockenhurst dans la New Forest. Gilbert et son frère cadet, Roger de Claire, étaient avec le roi. Walter Tirel, qui était marié à la fille de Richard de Clare, Adelize, était un autre homme du groupe de chasse. Le frère cadet de William Rufus, Henry, était également présent. Pendant la chasse, Walter Tirel a tiré une flèche sur un cerf. La flèche a raté l'animal et a touché William Rufus à la poitrine. En quelques minutes, le roi était mort. Tirel a sauté sur son cheval et s'est enfui à grande vitesse. Il s'enfuit en France et ne revint plus jamais en Angleterre.

La plupart des gens s'attendaient à ce que Robert Curthose devienne roi. Cependant, son jeune frère Henry Beauclerk a décidé de prendre des mesures rapides pour gagner le trône. Dès qu'il réalisa que William Rufus était mort, Henry se précipita vers Winchester où l'argent du gouvernement était conservé. Après avoir pris le contrôle du trésor, Henry a déclaré qu'il était le nouveau roi. Soutenu par les Claires, Henri est couronné roi le 5 août. Bien que Robert ait menacé d'envahir l'Angleterre, il a finalement accepté de conclure un accord avec Henry. En échange d'un paiement annuel de 2 000 £, Robert a accepté Henry comme roi d'Angleterre.

Le roi Henri Ier a généreusement récompensé la famille Clare pour sa fidélité. Bien que Walter Tirel ne soit jamais retourné en Angleterre, son fils a été autorisé à conserver les domaines de son père. Certaines personnes soupçonnaient Henry et la famille Clare d'avoir planifié le meurtre de William Rufus. D'autres ont accepté que la mort de William Rufus était un accident. Quelle que soit la vérité, la famille Clare a tiré un bénéfice considérable de la mort de William Rufus.

En 1107, Gilbert mena une armée au Pays de Galles. Après avoir vaincu Cadogan, le roi Henri Ier lui a permis de prendre le contrôle de Cardigan. On pense aussi que Gilbert est devenu seigneur marcheur de Striguil.

Gilbert de Clare était le père de trois fils, Richard, comte de Hertford, Gilbert, comte de Pembroke et Walter de Clare. Il a également eu une fille, Rohaise, qui a épousé Baderon de Monmouth. Gilbert de Clare mourut en 1115.

Gilbert et Roger, fils de Richard de Clare, qui étaient présents à Brockenhurst lorsque le roi fut tué... étaient les beaux-frères de Walter Tirel... Richard, un autre beau-frère, fut rapidement choisi pour être abbé d'Ely par le roi Henri Ier, qui donna en outre le siège de Winchester à William Giffard, un autre membre du même cercle familial puissant.

Les historiens... ont laissé entendre que des barons... peut-être menés par les Clares... avaient arrangé la mort de William. Mais il n'y a pas la moindre preuve et la théorie évite simplement l'évidence. Après tout, les accidents de chasse n'étaient pas rares.


Gilbert de Claire

Roger est né le 25 avril 1287 d'Edmund Baron de Wigmore et de Margaret son épouse, anciennement Fiennes, au siège familial du château de Wigmore. Son anniversaire tombait le jour de la Saint-Marc, un sinistre présage, car ce jour-là, tout le monde ne portait que des vêtements sombres pour prier désespérément pour que l'année à venir soit prospère.

Enfant, Roger a développé un formidable intérêt pour toutes les activités martiales, apprenant de son oncle Roger Mortimer Lord of Chirk, un soldat et un leader talentueux. En tant qu'écuyer de 14 ans, il était fiancé à l'héritière extrêmement riche Joan de Geneville, qui a apporté avec sa dot de vastes domaines dans les Marches galloises, dont le château de Ludlow. Elle a également hérité de domaines irlandais, dont la seigneurie de Meath, qui était centrée sur le château de Trim.

Le père de Roger, Edmund, est mort quand Roger avait 17 ans, tué dans une escarmouche près de Builth. En conséquence, Roger a été placé sous la tutelle de Piers Gaveston comte de Cornouailles. En 1306, le roi Edward lui accorda la livrée de son héritage. Il a également été fait chevalier aux côtés de centaines d'autres lors d'une somptueuse cérémonie.

À 21 ans, Roger participe en tant que jeune chevalier à la procession royale du couronnement d'Édouard II, qui n'a que quelques années de plus que lui. Par chance, il a partagé son étrange anniversaire avec le roi Édouard II, dont le destin serait également irréversiblement lié à celui de Mortimer.

Roger voulait faire respecter l'autorité sur ses domaines irlandais, et partit bientôt en Irlande. Cette visite le met en conflit avec les de Lacy, anglais anglo-saxons, déjà bien installés dans la région. Ils étaient soutenus par Edward Bruce, le frère du roi écossais Robert. Le conflit a couvé pendant près d'une décennie. En 1316, Edward II nomma Roger Lord Lieutenant d'Irlande, lui donnant le soutien des troupes royales. Il commanda une grande armée contre Edward Bruce et les de Lacy, les battant et repoussant Bruce à Carrickfergus. Une fois le conflit résolu et l'ordre public correctement réglé, Roger retourna dans les Marches en 1318.

Après la défaite des Gallois, les Marcher Barons ont commencé à se désintéresser du roi Édouard et de son traitement préférentiel de ses favoris royaux, les Despencers, qui ont gagné les vastes domaines du défunt comte de Gloucester Gilbert de Clare, y compris l'importante seigneurie de Glamorgan.

Passez au chapitre 4. La trahison et la loi – Le sort malheureux de Sir John Mortimer


Ижайшие родственники

À propos de Gilbert de Clare, 4e comte de Hertford, 5e comte de Gloucester, caution de la Magna Carta

Gilbert de Clare, 5e comte de Hertford (1180 &# x2013 25 octobre 1230) était le fils de Richard de Clare, 4e comte de Hertford, dont il a hérité les domaines de Clare, de sa mère, Amice Fitz William, les domaines de Gloucester et l'honneur de Sainte Hilary , et de Rohese, un ancêtre, la moitié des domaines Giffard. En juin 1202, il se voit confier les terres d'Harfleur et de Montrevillers.

En 1215, Gilbert et son père étaient deux des barons qui se sont portés garants de la Magna Carta et ont défendu Louis « Dauphin » de France lors de la Première Guerre des Barons, combattant à Lincoln sous la bannière baronnie. Il fut fait prisonnier en 1217 par William Marshal, dont il épousa plus tard la fille Isabel.

En 1223, il accompagna son beau-frère, Earl Marshal, dans une expédition au Pays de Galles. En 1225, il assista à la confirmation de la Magna Carta par Henri III. En 1228, il mena une armée contre les Gallois, capturant Morgan Gam, qui fut libéré l'année suivante. Il participa ensuite à une expédition en Bretagne, mais mourut sur le chemin du retour à Penrose dans ce duché. Son corps a été transporté chez lui par Plymouth et Cranborne jusqu'à Tewkesbury. Sa veuve Isabel épousa plus tard Richard Plantagenet, comte de Cornouailles et roi des Romains. Ses armes étaient : D'or, à trois chevrons de gueules.

Comte de Gloucester Gilbert de Clare - est né en 1182 à Hertford, Hertfordshire, Angleterre et décédé le 25 octobre 1230 à Penrose, Bretagne, France . Il était le fils du comte Richard de Clare et d'Amice Fitzrobert. Le comte de Gloucester Gilbert a épousé Isabel Marshall le 9 octobre 1217. Isabel est née en 1206 à Pembroke, Pembrokeshire, Pays de Galles. Elle était la fille du comte William Marshall et d'Isabel Fitzgilbert de Clare. Elle est décédée le 16 janvier 1240 à Berkhamstead, Hertfordshire, Lincoln et a été enterrée à Beaulieu, Southampton, Angleterre.

Comte de Gloucester Gilbert - - 5e comte de Hertford.

En juin 1202, il se voit confier les terres d'Harfleur et de Mostrevilliers. Il était l'un des barons qui s'opposaient encore aux procédures arbitraires de la couronne. Il a défendu Louis le Dauphin, combattant à Lincoln sous la bannière baronniale, et a été fait prisonnier par William Marshall, dont il épousa plus tard la fille. Il mena une armée contre les Gallois en 1228 et captura Morgan Gam, qui fut libéré l'année suivante. Après un engagement en Bretagne, il mourut à son retour à Penros dans ce duché, le 25 octobre 1230. Son corps fut transporté par Plymouth et Cranbourn à Tewkesbury. Il y fut enterré devant le maître-autel.

Comte de Gloucester Gilbert de Clare né: 1182 Hertford, Hertfordshire, England né: 25 oct. 1230 marié à Isabel Marshall 9 oct. 1217 né: 1206 Pembroke, Pembrokeshire, Wales né: 16 janv. 1240

Parents Earl Richard de Clare (1162 - 1218) & Amice FitzRobert 1160-1224) Earl William Marshall (1144/1146 - 1219) & Isabel Fitzgilbert de Clare (

Les grands parents Earl Roger "The Good" de Clare (<1116 - 1173) & Maude St. Hillary (

1132 - 1195) Guillaume Fitzrobert (

1110 - 1183) & Hawise de Beaumont (

1126 - 1164) & Sybil de Evereaux Richard "Strongbow" de Clare (

1176) & Aoife de Leinster ( - >1186)

Hertford a eu six enfants de sa femme Isabel, n&# x00e9e Marshal :[1]

Agnes de Clare (b. 1218) Amice de Clare (1220&# x20131287), qui a épousé le 6e comte de Devon Richard de Clare (1222&# x20131262) Isabel de Clare (1226&# x20131264), qui a épousé le 5e seigneur d'Annandale William de Clare (1228&# x20131258) Gilbert de Clare (né le 12 septembre 1229, Gloucestershire, Angleterre)

Références ^ Margaret de Burgh et d'autres. thePeerage.com. Consulté le 2007-04-08. Racines ancestrales de certains colons américains venus en Amérique avant 1700 par Frederick Lewis Weis, lignes : 54-30, 63-28, 63-29

Hertford a eu six enfants de sa femme Isabel, n&# x00e9e Marshal.

Le fils de Richard de Clare, 4e comte de Hertford, dont il a hérité les domaines de Clare, de sa mère, Amice Fitz William, les domaines de Gloucester et l'honneur de St Hilary, et de Rohese, un ancêtre, la moitié de les domaines Giffard. En juin 1202, il se voit confier les terres d'Harfleur et de Montrevillers.

En 1215, Gilbert et son père étaient deux des barons qui se sont portés garants de la Magna Carta et ont défendu Louis « Dauphin » de France lors de la Première Guerre des Barons, combattant à Lincoln sous la bannière baronnie. Il fut fait prisonnier en 1217 par William Marshal, dont il épousa plus tard la fille Isabel.

En 1223, il accompagna son beau-frère, Earl Marshal, dans une expédition au Pays de Galles. En 1225, il assista à la confirmation de la Magna Carta par Henri III. En 1228, il mena une armée contre les Gallois, capturant Morgan Gam, qui fut libéré l'année suivante. Il participa ensuite à une expédition en Bretagne, mais mourut sur le chemin du retour à Penrose dans ce duché. Son corps a été transporté chez lui par Plymouth et Cranborne jusqu'à Tewkesbury.

Comte de Gloucester Gilbert - - 5e comte de Hertford.

En juin 1202, il se voit confier les terres d'Harfleur et de Mostrevilliers. Il était l'un des barons qui s'opposaient encore aux procédures arbitraires de la couronne. Il a défendu Louis le Dauphin, combattant à Lincoln sous la bannière baronniale, et a été fait prisonnier par William Marshall, dont il épousa plus tard la fille ! Il mena une armée contre les Gallois en 1228 et captura Morgan Gam, qui fut libéré l'année suivante. Après un engagement en Bretagne, il mourut à son retour à Penros dans ce duché, le 25 octobre 1230. Son corps fut transporté par Plymouth et Cranbourn jusqu'à Tewkesbury. Il y est enterré devant le maître-autel. (Source :http://www.renderplus.com/hartgen/htm/de-claire.htm#name5449)

Gilbert de Clare, 5e comte de Hertford De Wikipedia, l'encyclopédie gratuite Aller à : navigation, rechercher Gilbert de Clare, 5e comte de Hertford 6e comte de Gloucester 7e comte de Clare Né en 1180 Hertford, Hertfordshire, Angleterre Décédé le 25 octobre 1230 Penrose, Bretagne , France Gilbert de Clare, 5e comte de Hertford (1180 &# x2013 25 octobre 1230) était le fils de Richard de Clare, 4e comte de Hertford, dont il a hérité les domaines de Clare, de sa mère, Amice Fitz Robert, le domaines de Gloucester et l'honneur de Saint-Hilaire, et de Rohese, un ancêtre, la moitié des domaines Giffard. En juin 1202, il se voit confier les terres d'Harfleur et de Montrevillers.

En 1215, Gilbert et son père étaient deux des barons qui se sont portés garants de la Magna Carta et ont défendu Louis « Dauphin » de France lors de la Première Guerre des Barons, combattant à Lincoln sous la bannière baronnie. Il fut fait prisonnier en 1217 par William Marshal, dont il épousa plus tard la fille Isabel.

En 1223, il accompagna son beau-frère, Earl Marshal, dans une expédition au Pays de Galles. En 1225, il assista à la confirmation de la Magna Carta par Henri III. En 1228, il mena une armée contre les Gallois, capturant Morgan Gam, qui fut libéré l'année suivante. Il participa ensuite à une expédition en Bretagne, mais mourut sur le chemin du retour à Penrose dans ce duché. Son corps a été transporté chez lui par Plymouth et Cranborne jusqu'à Tewkesbury. Sa veuve Isabel épousa plus tard Richard Plantagenet, comte de Cornouailles et roi des Romains. Ses armes étaient : D'or à trois chevrons de gueules.

Hertford a eu six enfants de sa femme Isabel, n&# x00e9e Marshal :[1]

Agnes de Clare (b. 1218) Amice de Clare (1220&# x20131287), qui a épousé le 6e comte de Devon Richard de Clare (1222&# x20131262) Isabel de Clare (1226&# x20131264), qui a épousé le 5e seigneur d'Annandale William de Claire (1228&# x20131258) Gilbert de Clare (b. 1229)

[modifier] Références ^ Margaret de Burgh et autres. thePeerage.com. Consulté le 2007-04-08. Racines ancestrales de certains colons américains venus en Amérique avant 1700 par Frederick Lewis Weis, lignes : 54-30, 63-28, 63-29 Pairie d'Angleterre précédée par Richard de Clare comte de Hertford 1217&# x20131230 succédé par Richard de Clare précédé par nouvelle création comte de Gloucester 1217&# x20131230

http://en.wikipedia.org/wiki/Gilbert_de_Clare,_5th_Earl_of_Hertford 5e comte de Hertford Gilbert de Clare, 4e comte de Hertford (1180 &# x2013 25 octobre 1230) était le fils de Richard de Clare, 3e comte de Hertford, de dont il a hérité les domaines de Clare. Il a également hérité de sa mère, Amice Fitz William, les domaines de Gloucester et l'honneur de St. Hilary, et de Rohese, un ancêtre, la moitié des domaines Giffard. En juin 1202, il se voit confier les terres d'Harfleur et de Montrevillers.

En 1215, Gilbert et son père étaient deux des barons qui se sont portés garants de la Magna Carta et ont défendu Louis « Dauphin » de France lors de la Première Guerre des Barons, combattant à Lincoln sous la bannière baronnie. Il fut fait prisonnier en 1217 par William Marshal, dont il épousa plus tard la fille Isabel.

En 1223, il accompagna son beau-frère, Earl Marshal, dans une expédition au Pays de Galles. En 1225, il assista à la confirmation de la Magna Carta par Henri III. En 1228, il mena une armée contre les Gallois, capturant Morgan Gam, qui fut libéré l'année suivante. Il participa ensuite à une expédition en Bretagne, mais mourut sur le chemin du retour à Penrose dans ce duché. Son corps a été transporté chez lui par Plymouth et Cranborne jusqu'à Tewkesbury. Sa veuve Isabel épousa plus tard Richard Plantagenet, comte de Cornouailles et roi des Romains. Ses armes étaient : D'or, à trois chevrons de gueules. http://en.wikipedia.org/wiki/Gilbert_de_Clare,_4th_Earl_of_Hertford http://en.wikipedia.org/wiki/Gilbert_de_Clare,_4th_Earl_of_Hertford Gilbert de Clare, 5e comte de Hertford De Wikipedia, l'encyclopédie gratuite

Gilbert de Clare, 5e comte de Hertford (1180 &# x2013 25 octobre 1230) était le fils de Richard de Clare, 4e comte de Hertford, dont il a hérité les domaines de Clare, de sa mère, Amice Fitz Robert, les domaines de Gloucester et l'honneur de saint Hilaire, et de Rohese, un ancêtre, la moitié des domaines Giffard. En juin 1202, il se voit confier les terres d'Harfleur et de Montrevillers.

En 1215, Gilbert et son père étaient deux des barons qui se sont portés garants de la Magna Carta et ont défendu Louis « Dauphin » de France lors de la Première Guerre des Barons, combattant à Lincoln sous la bannière baronnie. Il fut fait prisonnier en 1217 par William Marshal, dont il épousa plus tard la fille Isabel.

En 1223, il accompagna son beau-frère, Earl Marshal, dans une expédition au Pays de Galles. En 1225, il assista à la confirmation de la Magna Carta par Henri III. En 1228, il mena une armée contre les Gallois, capturant Morgan Gam, qui fut libéré l'année suivante. Il participa ensuite à une expédition en Bretagne, mais mourut sur le chemin du retour à Penrose dans ce duché. Son corps a été transporté chez lui par Plymouth et Cranborne jusqu'à Tewkesbury. Sa veuve Isabel épousa plus tard Richard Plantagenet, comte de Cornouailles et roi des Romains. Ses armes étaient : D'or, à trois chevrons de gueules.

Hertford a eu six enfants de sa femme Isabel, n&# x00e9e Marshal :[1]

&# x2022 Dates et événements : -- Gilbert et son père, Richard de Clare, ont été nommés garants de la Magna Carta en 1215 -- Gilbert de Clare a été fait prisonnier par William Marshal, dont il épousera plus tard le barbouilleur, Isabella. --Il était présent à la confirmation de la Grande Charte par Henri III en 1225.

GILBERT de CLARE, fils de la caution Richard de Clare, et lui-même caution, est né vers l'an 1180. En juin 1202, il se voit confier les terres d'Harfleur et de Mostrevilliers. Il était l'un des barons qui s'opposaient encore aux procédures arbitraires de la couronne. Il a défendu Louis le Dauphin, combattant à Lincoln sous la bannière baronnie, et a été fait prisonnier par William Marshall, dont il épousa plus tard la fille. Il mena une armée contre les Gallois en 1228 et captura Morgan Gam, qui fut libéré l'année suivante. Après un engagement en Bretagne, il mourut à son retour à Penros dans ce duché, le 25 octobre 1230. Son corps fut transporté par Plymouth et Cranbourn à Tewkesbury. Il y fut inhumé devant le maître-autel le 10 novembre 1230. Il épousa le 9 octobre 1217 Isabelle, sœur de William Marshall, la caution, et fille de William Marshall, le protecteur. Elle mourut le 17 janvier 1239/40. Caution de Magna Charta, héritier du comte de Hertford, comte de Gloucester (par sa mère) & Hertford (par son père), caution de Magna Charta.

  • Le livre, 'Pedigrees de certains des descendants de l'empereur Charlemagne'.
  • Le livre, 'William Marshal, la fleur de la chevalerie'.

Un signataire de la Magna Carta.

Sources 1.[S265] Colquoun_Cunningham.ged, Jamie Vans

2.[S284] Oxford University Press, (Oxford University Press)

3.[S289] L'histoire familiale de Betty et Dick Field, Richard Field

4.[S280] Généalogie Stirnet, Peter Barns-Graham, Clare1 (Fiabilité : 3)

Comte de Clare, comte de Hertford, baron de Clare, chevalier du Suffolk.

Fils aîné de Sir Richard de Clare, comte de Hertford et Amice FitzWilliam de Gloucester, petit-fils de Sir Roger de Clare et Maud Saint Hilary, William FitzRobert, comte de Gloucester et Hawise de Beaumont.

Gilbert a épousé Isabel Marshal, la fille de Sir William Marshal et Isabel FitzRichard, également la petite-fille de Richard Strongbow FitzGilbert de Clare. Ils se sont mariés le 9 octobre 1217 à l'occasion du dix-septième anniversaire d'Isabel, et ont eu trois fils et trois filles : Sir Richard, comte de Gloucester William, empoisonné en 1258 Gilbert, né le 13 septembre 1229, prêtre Amice, épouse de Sir Baldwin de Rivers et de Sir Robert de Guines Agnes, née en 1218, rien d'autre connu Isabel, épouse de Robert de Brus d'Écosse

Gilbert a hérité des titres de comte de Hertford de son père et de comte de Gloucester de sa mère en 1217 de son vivant, ainsi qu'une part des domaines Giffard d'un parent de "Tonbridge", Rohese Giffard. Gilbert a réglé les différends avec sa cousine, la femme d'Amaury, Milicent de Cantwlowe, en lui donnant le manoir de Hambledon dans le Buckinghamshire 1217.

Gilbert et son père ont été nommés barons de la Magna Carta en 1215 et ont été excommuniés par le pape Innocent le 16 décembre 1215 en conséquence. Ils se battaient tous les deux avec Louis « Dauphin » roi de France lors de la première guerre des barons à Lincoln en mai 1217. Gilbert a été fait prisonnier par William Marshall, dont il a épousé la fille la même année, ses terres et ses propriétés ont été restaurées. Il reçut l'ordre en 1222 du roi Henri III de cesser d'attaquer le château de Dinaunt au Pays de Galles, assista à la confirmation par le roi de la Magna Carta en 1225, puis se rangea du côté du frère du roi, Richard III. Gilbert a dirigé l'armée au Pays de Galles qui a capturé Morgan Gam en 1228, découvrant également des mines de fer, de plomb et d'argent au Pays de Galles.

En 1230, Gilbert accompagne le roi en Bretagne où Gilbert meurt à Penros. Son corps a été ramené en Angleterre via Plymouth et Cranborne à Tewkesbury où il a été enterré le 10 novembre. Sa veuve se remariera l'année suivante avec Richard, comte de Cornouailles et fils du roi Jean sans Terre.

ID : I08310 Nom : Gilbert de Clare Sexe : M Naissance : ABT 1180 au 4e comte de Gloucester Décès : 25 OCT 1230 Numéro de référence : 8310 Remarque : Gilbert de Clare, 4e comte de Gloucester est né vers 1180.1 Il était le fils de Richard de Clare, 4e comte de Hertford et Amice FitzRobert. Il épousa Lady Isabella Marshal, fille de William Marshal, 4e comte de Pembroke et Isabella de Clare, comtesse Strigoil, le 9 octobre 1217 à l'abbaye de Tewkesbury, Tewkesbury, Gloucestershire, Angleterre1. Il aurait également été marié en 1214. Il décédé le 25 octobre 1230. Gilbert de Clare, 4e comte de Gloucester a obtenu le titre de 4e comte de Gloucester. Il a obtenu le titre de 5e comte de Hertford.1

Enfants de Gilbert de Clare, 4e comte de Gloucester et Lady Isabella Marshal Agnes de Clare 1 Amice de Clare+ n. vers 1220, d. 12841 Richard de Clare, 2e comte de Gloucester+ n. 4 août 1222, d. 1262 Isabelle de Claire+ n. 2 novembre 1226, d. a 10 juillet 12642 William de Clare b. 1228, d. 12581 Gilbert de Clare n. 12291 citations

[S11] Alison Weir, Britain's Royal Family: A Complete Genealogy (Londres, Royaume-Uni : The Bodley Head, 1999), page 68. Ci-après dénommée famille royale britannique. [S6] G.E. Cokayne avec Vicary Gibbs, H.A. Doubleday, Geoffrey H. White, Duncan Warrand et Lord Howard de Walden, éditeurs, The Complete Peerage of England, Scotland, Ireland, Great Britain and the United Kingdom, Extant, Extinct or Dormant, nouvelle édition, 13 volumes en 14 (1910 -1959 réimpression en 6 volumes, Gloucester, Royaume-Uni : Alan Sutton Publishing, 2000), volume II, page 359. Ci-après dénommé The Complete Peerage.

Comte de Gloucester Gilbert - - 5e comte de Hertford.

épousa Isabel Marshall le 9 octobre 1217. Isabel est née en 1206 à Pembroke, Pembrokeshire, Pays de Galles. Elle était la fille du comte William Marshall et d'Isabel Fitzgilbert de Clare. Elle est décédée le 16 janvier 1240 à Berkhamstead, Hertfordshire, Lincoln et a été enterrée à Beaulieu, Southampton, Angleterre.

En juin 1202, il se voit confier les terres d'Harfleur et de Mostrevilliers. Il était l'un des barons qui s'opposaient encore aux procédures arbitraires de la couronne. Il a défendu Louis le Dauphin, combattant à Lincoln sous la bannière baronnie, et a été fait prisonnier par William Marshall, dont il épousa plus tard la fille. Il mena une armée contre les Gallois en 1228 et captura Morgan Gam, qui fut libéré l'année suivante. Après un engagement en Bretagne, il mourut à son retour à Penros dans ce duché, le 25 octobre 1230. Son corps fut transporté par Plymouth et Cranbourn à Tewkesbury. Il y fut enterré devant le maître-autel.


Étiquette : Gilbert de Clare

Un grand merci à Hywel George, administrateur du site Cynon Culture pour m'avoir permis d'utiliser cet article.

L'histoire de St Gwynno remonte au 8ème siècle. La forme originale du nom de la paroisse était Maenor Gwynno, manoir de Gwynno. La première église en bois primitive aurait été incendiée en 1291 lors de la bataille de Maesyfaenor, une lutte épique entre les deux seigneurs normands voisins, Humphrey de Bohun, 3e comte de Brecknock et Gilbert de Clare, 7e comte de Gloucester, au cours de la propriété de la crête de Morlais à proximité et des terres environnantes.

De Bohun a gagné, au prix de nombreuses effusions de sang des deux côtés. Beaucoup ont été enterrés sous le monticule au-delà de l'ancienne église connue sous le nom de Cae Burdydd, ou champ d'abattage, à environ 100 mètres en aval de cette église. St Gwynno's a été reconstruit en 1295 et a duré environ 600 ans quand il est devenu dangereux et a été abandonné au milieu du 19ème siècle.

Ancienne et nouvelle église St Gwynno’s, Vaynor. Photo reproduite avec l'aimable autorisation des archives Alan George

De Bohun et De Clare

Une violente dispute éclata entre Humphrey de Bohun et Gilbert de Clare, ce qui entraîna des combats entre les deux puissants barons aux confins du Glamorgan et du Breconshire.

Gilbert de Clare vu dans un vitrail de l'abbaye de Tewkesbury

De Clare avait construit un château fort à Morlais près de Merthyr sur une terre que de Bohun revendiquait comme la sienne. Des raids ont été effectués de chaque côté et cette partie du pays est devenue sans loi et grouillante de brigands («Les guerres galloises du roi Édouard Ier» de John E. Morris). Le King's Writ n'a pas fonctionné dans les Seigneuries Marcher. Comme les Marchers s'étaient battus et avaient gagné leurs domaines, ils revendiquaient le droit de faire ce qu'ils voulaient, sur leurs propres territoires. À Glamorgan, ils étaient connus sous le nom de « Arglwyddi Pren a Phwll » (Seigneurs de l'arbre et de la piscine), car ils avaient tout le pouvoir d'ordonner la pendaison des coupables et la noyade des coupables (Rice Merrick et « Edward the 2nd on Glamorgan » John Griffiths). Le roi et les marcheurs savaient tous deux, maintenant que le pouvoir des princes du nord du Pays de Galles avait été brisé, que la coutume des guerres privées entre les marcheurs devrait être arrêtée. Edward était déterminé à faire respecter la doctrine selon laquelle la dignité des Grands devait être respectée et que le Seigneur. Les marcheurs devraient être placés sur un pied semblable à celui des locataires de la Couronne en Angleterre.

Cette guerre privée entre les comtes de Gloucester et Hereford était une occasion unique d'interférer et de briser la coutume. En conséquence, le roi envoya une proclamation fortement formulée aux deux comtes pour s'abstenir d'hostilités actives le 25 janvier 1290, à laquelle Hereford obéit. Les hommes de Gloucester, cependant, sous ses huissiers avec les bannières du comte, ont marché du château de Morlais et ont arrêté et tué des hommes des paroisses de Vaynor, Penderyn et Ystradfellte à trois reprises en 1290. Ils ont emporté, de 1070 têtes de bétail, 50 chevaux et taureaux et d'innombrables moutons et porcs, dont le comte a reçu la part habituelle d'un tiers. Et bientôt des brigands, qui pullulaient dans le quartier, des gens qui avaient été chassés de chez eux lorsque de Clare avait étendu leurs forêts à Miskin ou avaient échappé aux châtiments ou aux méfaits en fuyant, commencèrent également à participer aux raids. Dans. en plus de tuer des gens et de voler des animaux, ils ont commis un sacrilège en emportant le calice et les ornements de l'église de Penderyn, ils ont mis le feu avec Ty Ralph.

Suite à ces désordres, le Roi décide d'agir. Au début de 1291, l'évêque d'Ely, le comte de Pembroke et deux juges réguliers ont été chargés d'entendre l'affaire. Les deux comtes devaient comparaître avec les huissiers incriminés à Ystradfellte le lundi 12 mars 1291. Quelle « journée de la lettre rouge » cela a dû être pour ce village calme et isolé !

Probablement jamais auparavant ou depuis n'a-t-on vu à Ystradfellte un tel rassemblement des plus éminentes notabilités dans toute leur splendeur, des barons en cotte de mailles sur des chevaux bien entretenus. Le procès devait avoir lieu alors que Castell Coch, Ystradfellte Hereford sont arrivés ponctuellement mais Gloucester, qui était marié à la fille du roi et était le baron le plus puissant du pays à cette époque, a défié le roi.

La Cour s'est ajournée à Llanddew, près de Brecon, mais Gloucester était de nouveau absent. Le procès s'est poursuivi et Gloucester et ses huissiers ont été reconnus coupables, les dommages-intérêts étant évalués à 100 £. Finalement, lors d'un grand conseil des archevêques, évêques, comtes et barons, présidé par le roi en personne à Abergavenny à Michaelmas 1291, Gloucester et Hereford, qui étaient présents, ont été condamnés à être emprisonnés et leurs grandes seigneuries et domaines à confisquer . Gloucester a été condamné à une amende de 1 000 marcs et 100 £ pour dommages et intérêts, et Hereford à 1 000 marcs. Gloucester n'a vécu que trois ans et demi de plus, un homme plus triste et plus sage.

En 1294, il y eut un soulèvement général dans tout le Pays de Galles contre l'envoi outre-mer pour combattre en Gascogne et contre les extorsions des shérifs et des huissiers. Les hommes de Glamorgan étaient menés par Morgan ou Rhys ap Morgan contre de Clare et ce fut peut-être l'occasion ou l'origine de la mélodie émouvante :

Rhyfelgyrch Cadben Morgan
Rhwym wrth dy wregys gleddyf gwyn dy papa
Atynt fy machgen dros dy wlad

Le roi annule son voyage en Gascogne. Il a marché à travers le Pays de Galles du nord au sud et était à Merthyr Tydfil les 14 et 15 juin 1295, lorsqu'il a reçu la soumission des hommes des vallées de Taff et de Cynon, qui avaient précédemment déclaré qu'ils s'étaient soulevés contre Gloucester et non contre le roi. .

Gilbert de Clare, comte rouge, mourut le 7 décembre 1295 et son jeune fils Gilbert fut tué à Bannockburn, en 1314. Les grandes possessions d'Angleterre et du Pays de Galles étaient partagées entre trois sœurs mariées.


Richard de Clare et Gilbert de Clare

Les de Clare étaient l'une des grandes familles baronnies de l'Angleterre des XIIe et XIIIe siècles, détenant de vastes domaines dans l'est et l'ouest de l'Angleterre et au-delà. Pendant un certain temps, la branche senior, basée à Tonbridge (Kent), a été éclipsée en gloire et en fortune par une brillante branche junior qui s'est implantée dans le sud du Pays de Galles et les Marches. Richard FitzGilbert de Clare de cette branche, connue dans l'histoire sous le nom de 'Strongbow', était le chef de l'invasion anglo-normande semi-officielle de l'Irlande sous le règne d'Henri II et a obtenu une concession de la seigneurie de Leinster du roi en 1171. Cette La branche cadette s'est éteinte dans la lignée masculine à la mort du fils Gilbert de Strongbow en 1185 et les domaines de la famille ont ensuite été repris par les comtes maréchaux de Pembroke.

Richard de Clare, nommé aux Vingt-Cinq, de la branche aînée de la famille, était le fils de Roger de Clare (d. 1173), seigneur de Tonbridge, qui était à son tour le frère cadet et successeur de Gilbert II (d. 1152), à qui le roi Stephen avait accordé le titre de comte de Hertford vers 1138. Au XIIe et au début du XIIIe siècle, les comtes utilisaient le titre de « Hertford » de manière interchangeable avec celui de comte de Clare.

Pendant plus de quatre décennies jusqu'à sa mort en 1217, le comte Richard était le chef effectif de la maison de Clare. Il ne semble cependant pas avoir été particulièrement actif, jouant peu dans les affaires nationales ni dans les dernières années du règne d'Henri II, ni dans celui de Richard Cœur de Lion. Il n'est apparu comme une figure d'importance politique que vers la fin de sa vie dans la crise du règne de Jean, lorsqu'il a été nommé aux Vingt-Cinq, probablement moins en reconnaissance de ses qualités personnelles que de la position exaltée de sa famille dans le royaume.

La réalisation la plus grande et la plus durable d'Earl Richard fut d'ajouter à la richesse déjà considérable et à la dotation foncière de sa lignée. En 1189, au début du règne de Richard, lors d'une acquisition majeure, il reçut une concession de la moitié de l'honneur (ou de la seigneurie féodale) des comtes Giffard de Buckingham, qui était tombé en déshérence à la couronne plus de vingt ans auparavant, à la suite de la mort de le dernier comte, Walter. Le Lionheart a effectué une division égale entre Earl Richard et sa cousine Isabel, fille de Strongbow et épouse de William Marshal, comte de Pembroke, qui prétendaient tous deux descendre de Roesia, la tante de Walter et épouse de Richard FitzGilbert de Clare, premier fondateur de la famille .

En 1195, le comte Richard fit un autre ajout substantiel, mais peut-être moins important, à l'héritage de sa famille lorsqu'il obtint l'honneur féodal de St Hilary à la mort de sa mère Maud, la veuve du comte Roger. L'honneur, pour lequel Richard a offert 360 £ à la Couronne, comprenait des terres dans le Norfolk et le Northamptonshire.

The most substantial of all the additions Earl Richard made to the family estate, however, came as a result of his marriage to Amicia, second daughter and eventual sole heiress of William, earl of Gloucester. The Gloucester inheritance was a vast one, comprising over 260 knights’ fees in England and extensive lands in Wales and the Marches. The story of its partition among the three daughters and co-heiresses is a long and complex one. Mabel, the eldest of the three, was married to Amaury de Montfort, count of Evreux in Normandy, while Isabel, the third and youngest, was married to the future King John. Mabel’s marriage was childless and on her husband’s death her lands passed to Isabel. John, however, on becoming king, divorced Isabel so that he could marry the Poitevin heiress Isabella of Angouleme, giving his now ex-wife in marriage to Geoffrey de Mandeville, another of the Twenty Five, and charging him 20,000 marks for the privilege. After Geoffrey died in 1216 her hand was taken by a third husband, Hubert de Burgh, but she herself died in 1217, and her estates passed to Amicia and her husband, Earl Richard. Earl Richard survived Isabel by only six weeks and did not live to secure formal possession of her estates and title. It was left to his son and heir Gilbert, another of the Twenty Five, to succeed to the vast Gloucester inheritance. Shortly after his father’s death Gilbert assumed the combined titles of earl of Gloucester and Hertford. Countess Amicia lived out her last years in retirement, probably at Clare, having been separated from her husband, for reasons unknown, since 1200.

Earl Gilbert was an active participant on the baronial side in the civil war that followed in the wake of King John’s rejection of Magna Carta. He fought with Louis and the French at the battle of Lincoln in May 1217 and was taken captive by none other than William Marshal, the Regent, whose daughter, Isabel, he was later to marry. In 1225 he was a witness to Henry III’s definitive reissue of Magna Carta. In 1230 he accompanied Henry on his expedition to Brittany, but died on the way back at Penros, in the duchy. The earl’s body was brought by way of Plymouth to Tewkesbury, where he was buried before the high altar of the great abbey. A monument, now lost, was erected to his memory by his widow.

By a strange irony, the de Clare family, in the manner of their predecessors in the Gloucester title, was to come to an end in 1314, after the death of the last earl, in the succession of three daughters and coheiresses and the partition of the family estates between them.


Dictionary of National Biography, 1885-1900/Clare, Gilbert de (d.1115?)

CLARE, GILBERT de (. 1115?), baronial leader, was the son of Richard Fitz-Gilbert [see Clare, Richard de , . 1090?], and heir to his English possessions. Though, like his father, here entered among the Clares, he was commonly known as Gilbert FitzRichard or Gilbert de Tunbridge. He is first mentioned as fortifying his castle of Tunbridge (spring of 1088), in conjunction with his brother Roger, against William Rufus ( Ord. Vit. iv. 17). Resisting the king on his march into Kent, his castle was stormed, and he himself wounded and taken prisoner ( Flor. Wig. ) He next appears (June 1095) as warning the king, on his northward march,' of an ambuscade ( Ord. Vit. iii. 407). It was apparently in the next year (29 Aug. 1096) that, visiting Colchester with his sister and brother-in-law (Eudes), he laid one of the foundation-stones of the latter's abbey of St. John (Mon. Angl. iv. 608). Both he and his brother Roger were in attendance on the king at his death (August 1100). He is found witnessing a charter of his successor at Norwich on 3 Sept. 1101, and from a charter (vide infra) which has escaped notice, it appears that, with his brother and his two cousins (the sons of Baldwin), he was at Westminster with King Henry at Christmas 1101. The date of his settlement in Wales is involved in some obscurity. It is said to have originated in a raid of Owen, son of Cadogan, in revenge for which Gilbert FitzRichard was allowed to seize Cardigan, the territory of Cadogan. But the ‘Annals of Wales (p. 35) assign this event to 1111, while the ‘Brut’ (p. 105) places the conquest in 1107, and Gilbert complains to Henry against Owen in 1111 (p. 113, cf. the Iter Cambrense, p. 47 m.) Mr. Marsh labours to show that Gilbert was lord marcher of Striguil, and an earl, but this is improbable. He appears in 1113 as consenting to his mother's charter (Mon. Angl. iii. 473), and died, according to the ‘Brut’ (p. 143), in 1114, after a long illness but according to the ‘Annals of Wales’ (p. 36), in 1117. It was he who turned the church at Clare into a cell of Bec (Mon. Angl. vi. 1052). He married Adeliza (je. ii. 601, 603 iii. 473), said to have been a daughter of the Count of Clermont ( Will. Jum. viii. 37, but cf. Journ. Arch. Assoc. xxvi. 150 m.), by whom he left three sons, Richard (. 1136?) [q. v.], Gilbert, earl of Pembroke and Walter [see Clare, Walter de ], and a daughter Rohaise, wife of Baderon de Monmouth (Mon. Angl. iv. 597). Two younger sons, Baldwin and Hervey, are mentioned in one of his wife's charters (je. ii. 601). Of these, Baldwin appears, from charters, to have been constantly in attendance on Stephen, and at Lincoln, where he was captured after a valiant defence ( Ord. Vit. v. 128), he acted as spokesman to the king's forces, ‘loco stans excelso, omnium oculis in eum erectis’ ( Hen. Hunt , 271). For a list of his benefactions to religious houses, see Dugdale's ‘Baronage’ (i. 207-8).

[Ordericus Vitalis (ed. Société de l'Histoire de France) William of Jumièges Florence of Worcester (Eng. Hist. Soc.) Monasticon Anglicanum (new ed.) Annales Cambriæ (Rolls Ser.) Brut y Tywysogion (je.) Henry of Huntingdon (je.) Gerald's Iter Cambrense (je.) Planché's Earls of Gloucester (Journal Arch. Assoc. vol. xxvi.) Marsh's Chepstow Castle Freeman's William Rufus Dugdale's Baronage Charter in Register of St. John's Abbey (Harl. MS. 312, f. 72).]


Gilbert de Clare the 8th and last de Clare Earl of Gloucester

The 7th Earl of Gloucester, Gilbert, the Red Earl, was born in 1243. He took part of the second Barons War in 1262 which saw the barons rise against King Henry III. He was one of Simon de Montfort’s supporters and took part in the Battle of Lewes. They were turbulent times and although de Montford effectively toppled the Crown it wasn’t long before there was a falling out amongst the barons. This resulted in Gilbert changing sides and fighting on the side of Prince Edward at the Battle of Kenilworth and the Battle of Evesham where de Montfort was killed.

When Henry III died whilst Edward I was in Sicily, de Clare found himself Guardian of England. On the home front however, the story remained rather more complicated. Gilbert was married to his first wife in 1253 when he was just ten years old. She was Alice de Lusignan – King Henry III’s niece – a possible reason for the relatively leniency with which Gilbert found himself being treated by Henry III during the baron’s war. Having said that the pair separated in 1267. Apparently Alice had taken a shine to her cousin young Prince Edward who would one day be Edward I. The marriage was annulled in 1285.

In 1290 Gilbert married the twenty-two year old Joan of Acre, a daughter of Edward I and Eleanor of Castile (not sure how that works on the laws of consanguinity marrying the daughter of your first wife’s cousin –dispensation was required.) The pair had a son also called Gilbert and three daughters Eleanor, Margaret and Elizabeth. He died in 1295 and was buried in Tewkesbury Abbey.

Gilbert junior was born in 1291 and became the 8 th Earl of Gloucester when he was four. Just a reminder here – his grandfather was Edward I who had some seventeen children in total by his two wives. Joan of Acre was born in 1272 whilst Edward was on crusade. He was raised, in part, at court in the household of his grandfather’s second wife Margaret of France.

It is sometimes thought that he was in his uncle Prince Edward of Carnarvon’s household. In 1305 there was a dispute that resulted in Edward I cutting his son’s household. The prince wrote to his sister Elizabeth to ask her to write to their step-mother to ask their father to restore two members of his household to him: one was Gilbert de Clare the other was Piers Gaveston. The following year both men were knighted prior to war with Scotland at the so-called Feast of the Swans. However, and you probably shouldn’t be surprised by this, there was a second Gilbert de Clare who was approximately three years older than Prince Edward and it was he who was in the prince’s household. The two Gilberts were cousins – but let’s not get into the genealogy.

Unfortunately once Edward of Carnarvon became king our Gilbert became increasingly disgruntled with the king’s relationship with Gaveston and in 1310 became one of the Lords Ordainers seeking to reform the king’s household resulting in Gaveston’s exile from England in 1311 and his death in 1312 when he returned to England – Edward II having announced that Gaveston’s sentence was unlawful and effectively reducing the country to a state of civil war. Gilbert as a royal relation was able to smooth troubled waters between the two groups. He would go on, with the demise of Gaveston to be one of Edward’s loyal supporters. Possibly one of the reasons for his dissatisfaction was that when he inherited his titles at the age of sixteen he was quickly immersed in border warfare serving in border warden roles and as Captain of Scotland.

On 24 June 1314 Gilbert was part of his uncle’s army in Scotland at Bannockburn. He was killed. The body was sent back to England with due honour. He was only twenty-three had no children so the de Clare estates were divided between his three sisters who were now co-heiresses.

There is a final sting in the tale of this post. In 1308 Gilbert married Maud or Matilda de Burgh, daughter of the Earl of Ulster. The pair did apparently have a son called John in 1312 who did not survive long after his birth. However, when her husband died in 1314 Maud claimed she was pregnant so that the estates of the Earldom of Gloucester could not be split. The law required that everyone wait for a posthumous child to be born. Three years later it was decided that she really couldn’t have been pregnant for twice as long as an elephant and the earldom was broken up between Gilbert’s three sisters.

Maud died in 1320 and was buried in Tewkesbury Abbey beside her husband who is pictured in one of the abbey’s stained glass windows as depicted at the start of this post.


Dictionary of National Biography, 1885-1900/Clare, Gilbert de (1291-1314)

CLARE, GILBERT de , tenth Earl Of Clare , eighth Earl of Hertford , and ninth Earl of Gloucester (1291–1314), the son of Gilbert, ninth earl of Clare [q. v.], by his wife Joan, daughter of Edward I, was born about 10 May 1291 (Osney Annals, p. 325 Cal. Genealog. je. 530). His father died 7 Dec. 1295, and within a year his mother married Ralph de Monthermer, who was appointed guardian to the young earl, and was summoned to parliament by the title of Earl of Gloucester ( Walt. Hem. ii. 70 Parl. Writs, vol. ii. div. iii. p. 676). As a boy Gilbert de Clare was the companion of Edward II, his uncle ( Stubbs , ii. 314). In 1306 he is found serving against Scotland, and some six months later was granted seisin of his property in London, 23 June 1307 (Dig. of Peer, ii. 171 Rylby , 371). He was called to the parliament of March 1308 by the title of Earl of Gloucester and Hertford (Parl. Writs, ib.), his mother being now dead. In the same year he was ordered to attend the muster against the Scots at Carlisle, and sent to negotiate a truce with Robert Bruce (ib. Walt. Hem. p. 274). On 3 Dec. he was made commander of the troops destined for the relief of Rutherglen Castle in Scotland, and next year was required to raise 800 soldiers from his lordship in Glamorgan (Parl. Writs, vol. ii. div. iii. p. 676).

In the same autumn (September 1309) he was appointed commander of the English army on both sides of the Forth (ib.) Meanwhile the Gaveston troubles had been drawing to a head. Gilbert is said to have observed a strict neutrality when the favourite was banished in 1308 (Auct. Malmesb. p. 158). This was perhaps due to the fact that Gaveston had married his sister Margaret. He seems to have at least acquiesced in the important Westminster articles presented by the parliament of April 1309 (Rot. Parl. je. 443): but had been won over to the king's side by July, when the barons met at Stamford, on which occasion his influence secured Gaveston's return. Here he pledged himself for the performance of the ordinances, and a letter is still extant in which he complains to the king of their non-fulfilment, and thus prevents the raising of the promised twenty-fifth ( Stubbs , ii. 325 Parl. Writs, ib.) In March 1310 he joined in the petition for the appointment of ordainers and, when it was feared that the partisans of Lancaster would attend the Westminster council in arms, he was appointed to maintain order (Ann. Paul. je. 170 Rymer (ed. 1818), ii. 103 Stubbs , ii. 326). His name appears first of the eight earls among the ordainers, in which body he must to some extent be regarded as representing the king's party. He soon resigned his appointment, after having offered an ineffectual resistance to the extreme measures of his colleagues (Ann. Lond. p. 172 Auct. Brid. pp. 37, 39 Parl. Writs, p. 676). Later on in this year, when Edward II was so shamefully deserted by the great lords, he was one of the only three earls who attended the summons to Berwick (Auct. Malmsb. pp. 164,165 Ann. Lond. éd. Paul. pp. 174, 269).

​ Next year, on the Earl of Lincoln's death, he was made ‘guardian' of England (March 1811). When Gaveston was once more banished (October 1311) by the ordainers, Clare at first affixed his seal to the king's letters of recommendation, but almost immediately revoked his act on the plea that he was still a minor (Auct. Malmesb. p. 174 Parl. Writs, vol. ii. div. iii.) On the favourite's return (January 1312) he was appointed by the barons to defend Kent, London, and the south-eastern parts of England but he refused to take any active part in the league against Gaveston, though he let it be understood that he was prepared to confirm the acts of Lancaster. When Gaveston was taken from the custody of the Earl of Pembroke, who had pledged his word and lands to the king for his safety, this nobleman appealed to Gloucester to aid him in securing the restoration of his prisoner but only received the contemptuous advice that if he should forfeit his estates, it would teach him to be a better trader another time (Chr. of Ed. I and II, i. 203, ii. 178). Later in the year (July 1312), when both parties were mustering their forces for war, Clare again came forward as a mediator and persuaded Edward to hear Lancaster’s defence (je. je. 210, 221, ii. 185-6). By Christmas he had succeeded in making terms (je. cf. Trokelowe , p. 74. In May 1313 Gloucester was again appointed regent during the king's absence in France (Chr. of Ed. I and II, ii. 191). Next year he was slain at the battle of Bannockburn. In this expedition he equipped 500 soldiers at his own expense, and was placed at the head of the vanguard in company with the Earl of Hereford. It was contrary to his advice that Edward joined battle on 24 June instead of allowing his troops the festival as a day of rest. For this prudent counsel the king taunted him with treachery and cowardice, to which the earl made answer that he would on that day prove the falsehood of this charge. The battle opened with Douglas's attack on his division, and, according to one chronicler, the weight of the whole combat rested on him. He rushed on the enemy's ranks ‘like a wild boar, making his sword drunk with their blood.' His horse appears to have stumbled and to have trodden its rider beneath its hoofs. In this predicament he was pierced with many lances and his head battered to pieces. Robert Bruce sent back his dead body to Edward for burial without demanding any ransom (ib. ii. 203-l Trokelowe , pp. 85, 98 Barbour , p. 263). The vast estates of the house of Clare extending over twenty-three English counties, to say nothing of his immense posseasions in Wales and in Ireland, were divided among his three sisters [see Gilbert de Clarke , ninth earl]. His three earldoms fell into abeyance for a time later that of Gloucester was renewed (l) in the person of his brother-in-law, Hugh de Spencer (2) for another brother-in-law, Hugh de Audley (March 1337), on whose death it became once more extinct (1 Ed. III) and thirdly in 21 Rich. II for his sister Eleanor's great-grandson, Thomas de la Spencer ( Trokelowe , p. 86 Chr. of Ed. I and II. je. 356, ii. Dignity of a Peer, iv. but cf. Nicolas , Hist. Par. p. 214). Clare married Matilda, the daughter of Richard de Burgh, second earl of Ulster, in 1308, but left no children ( Trokelowe , p. 86 Ann. Paul. p. 264). He seems to have shared in his father's and grandfather's excessive love for tournaments but on the whole appears, both intellectually and morally, to have been the noblest member of his great house.

[Osney Annals ap. Luard's Annales Monastici, iv. (Rolls Series) Annals of London and Annals of St. Paul's (in vol. i.) the Malmesbury and Bridlington authors of tha Life of Ed. II in Chronicles and Memorials of Ed. I and II, ad. Stubbs (Rolls Series) Trokelowe, ed. Riley (Rolls Series) Waller of Hemingburgh. éd. Hamilton (English Hist. Soc.) Rolls of Par1iament, vol. je. Barbour's Bruce. éd. Skeet for Early Eng. Text Society Lords' Report on the Dignity of a Peer, vol. ii. iv. Rymer's Fœdera, cd. 1818 Chronicle of Lanercost.]


Gloucester, Gilbert de Clare, 7th earl of

Gloucester, Gilbert de Clare, 7th earl of (1291�). Son of the 6th earl by his second wife, de Clare was therefore nephew to Edward II and was brought up with the young king, who was seven years older. He inherited the title at the age of 4. He seems to have tried to moderate the animosity caused by Edward's favourite, Piers Gaveston, who had married his sister. He acted as guardian or regent in 1311 and again in 1313. His political future seemed to be assured but he was much employed in warfare against the Scots and was killed in the thick of the fighting at Bannockburn.

Citez cet article
Choisissez un style ci-dessous et copiez le texte de votre bibliographie.

"Gloucester, Gilbert de Clare, 7th earl of ." The Oxford Companion to British History. . Retrieved June 18, 2021 from Encyclopedia.com: https://www.encyclopedia.com/history/encyclopedias-almanacs-transcripts-and-maps/gloucester-gilbert-de-clare-7th-earl

Styles de citation

Encyclopedia.com vous donne la possibilité de citer des entrées de référence et des articles selon les styles courants de la Modern Language Association (MLA), du Chicago Manual of Style et de l'American Psychological Association (APA).

Dans l'outil "Cite this article", choisissez un style pour voir à quoi ressemblent toutes les informations disponibles lorsqu'elles sont formatées selon ce style. Ensuite, copiez et collez le texte dans votre bibliographie ou liste d'ouvrages cités.


Voir la vidéo: Gilbert de Clare vs Walter Stewart High Stewart of Scotland - Battle of Bannockburn - Fight 3b (Janvier 2022).